Navigation – Plan du site
À propos de livres

Angé Olivia, Berliner David (dirs.), Anthropology and Nostalgia

Brooklyn, Berghahn Books, 2015
Yves Laberge
p. 214-216
Référence(s) :

Angé Olivia, Berliner David (dirs.), Anthropology and Nostalgia, Brooklyn, Berghahn Books, 2015, vii+235p.

Texte intégral

  • 1  Starobinski J., “Le concept de nostalgie”, Diogène, n° 54, 1966, pp. 92-115.

1L’étude des discours sur la nostalgie selon une perspective anthropologique apparaîtra peut-être comme une avenue inusitée pour certains lecteurs de langue française, bien que des travaux plus généraux sur ce sentiment remontent à au moins cinquante ans, notamment avec l’article de Jean Starobinski, “Le concept de nostalgie”, paru dans la revue Diogène en 19661. Mais au moment où une majorité de Britanniques ont choisi de quitter l’Union européenne (le “Brexit”) dans l’espoir de retrouver cette Angleterre d’antan dans laquelle ils se sentaient mieux, l’idée de nostalgie peut prendre tout son sens si on la considère comme une forme d’utopie partagée par une majorité.

  • 2  L’historien-géographe David Lowenthal avait formulé cette idée souvent reprise arguant que le pass (...)

2Ce premier livre conjoint émanant de deux chercheurs belges (Olivia Angé et David Berliner) et réunissant une équipe internationale de collaborateurs examine comment l’idée de nostalgie peut prolonger les études sur les identités sociales et témoigner de la construction de la mémoire collective à partir de différents contextes nationaux. Dans leur excellente introduction autour de « l’anthropologie en tant que nostalgie », Olivia Angé et David Berliner soutiennent que le phénomène de la nostalgie – compris anthropologiquement – serait pratiquement inséparable des études récentes portant sur le postcommunisme dans les pays d’Europe de l’Est (p.1). Diverses conceptions de la nostalgie sont examinées selon les disciplines : pour certains, comme l’historien David Lowenthal, il s’agirait d’un « symptôme moderne d’une distorsion de la mémoire » (p.4)2. Certains voient dans la nostalgie un « cadre structurant dans les sciences sociales » ; d’autres chercheurs n’y sont toutefois pas sensibles ou n’y accorderaient que très peu d’importance (p.4).

  • 3  On se référera à cet article conjoint des mêmes coresponsables portant sur le même sujet, mais réd (...)

3Ce collectif comprenant neuf chapitres et un épilogue prolonge des travaux en cours de ces chercheurs qui s’interrogent sur les discours ambiants à propos du « bon vieux temps » ou sur cette impression partagée voulant que « la vie était meilleure autrefois »3. Cette nostalgie anthropologique, distincte de la nostalgie ressentie individuellement, s’exprimerait de diverses manières, selon les périodes et les pays étudiés ; il existerait même, selon David Berliner, une nostalgie des anthropologues envers leurs premiers travaux de terrain : une « endo-nostalgie » (p.21). David Berliner mentionne d’autres concepts apparentés mais distincts, comme l’exo-nostalgie, pour désigner un sentiment accompagné d’un discours sur une portion du passé que l’on n’a pas connu individuellement et dont on ressentirait sinon la perte, du moins le manque, donc beaucoup plus que l’absence (p.4 et 19). Sans doute le mieux structuré de tout l’ouvrage, le premier chapitre de David Berliner (“Are Anthropoligists Nostalgist ? ”) adosse utilement une série de définitions de la nostalgie, de manière générale puis en des termes anthropolo­giques ; sa conceptualisation et le questionnement qui suit réaffirment la pertinence de l’étude de la nostalgie lorsque celle-ci semble partagée collectivement (p.20).

4Les exemples de nostalgies collectives étudiés successivement sont variés mais essentiellement centrés sur l’Europe d’après 1989 : à propos de la nostalgie lithuanienne repensant à l’époque du socialisme (chap.2), de ses équivalents nostalgiques dans la Russie postsoviétique (chap.3), dans plusieurs villes de Hongrie (chap.4), dans l’an­cienne Allemagne de l’Est (chap.5), pour ensuite examiner les impacts de la cohabitation grecque et turque sur l’île de Chypre (chap.7). En revanche, les trois chapitres portant sur des régions hors de l’Europe semblent moins fertiles et alimentent différemment la réflexion sur d’autres manifestations de la nostalgie. En général, les auteurs des différents chapitres semblent s’accorder pour considérer cette nostalgie ressentie collectivement non pas comme un signe tangible du passé en soi, mais plutôt comme la trace de « leur investissement personnel à travers leurs processus mémoriaux, leurs investissements et leurs fantaisies » (Maya Nadkarni et Olga Shevchenko, p. 69).

5La plupart des contributions se concentrent sur un pays particulier, durant les années suivant un moment politique transitionnel. Examinant le cas lithuanien (chap.2), Gediminas Lankauskas soutient que l’idéologie socialiste et ses signes tangibles d’un passé révolu ou apparemment passé de mode (comme ces affiches géantes d’ouvriers et de paysans glorifiés par la propagande officielle) semblent avoir disparu du paysage lithuanien d’après 1990 ; mais il ajoute toutefois que « le socialisme n’a pas disparu pour autant de l’esprit de la population » (p.37). Se pencher sur les mécanismes de la mémoire collective nécessite aussi de considérer l’oubli (p.37). Au troisième chapitre, consacré à Budapest, Maya Nadkarni et Olga Shevchenko observent comment les anciens monuments consacrés aux icones du socialisme ont été détruits, mais aussi ridiculisés ou retransformés dans des décorations de style kitsch qui les dénaturaient ; elles y voient une étape nécessaire de reconversion symbolique des icones d’une épo­que passés (« the necessary symbolic work of that time ») et, pourrait-on ajouter, un ex­ercice de dédramatisation des anciens symboles d’une idéologie totalitaire, naguère menaçante et implacable, désormais devenus inoffensive dans la Hongrie postsocialiste (p.71 ; voir aussi p. 218). Plus loin, se penchant sur la Chypre divisée entre la dou­ble présence grecque et turque, Rebecca Bryant déduit de cette cohabitation forcée et de cette mémoire partagée que la nostalgie permettrait de dire ce que “nous” avons été, autrefois, collectivement, pour marquer une sorte de continuité : « vivre sa culture nostalgiquement devient une manière d’en préserver les délimitations et d’en prévenir la perte » (p.171 ; voir aussi p. 221). Dès lors, faudrait-il opposer la nostalgie à la modernité ? Plusieurs auteurs, dont Rebecca Bryant, examinent ce problème (p.155 ; voir aussi p. 215).

6La présence d’une conclusion générale est particulièrement appréciable dans tout ouvrage collectif comme celui-ci. Dans ce cas, l’épilogue de William Cunningham Bissell met en évidence les avancées de chaque chapitre, notant que la nostalgie peut provoquer une forme « d’imagination anthropologique » (p.221) ; mais il soutient que, contrairement à ce que l’on pourrait croire, « la nostalgie existe rarement comme un texte idéalisé » (p.221).

  • 4  Ce livre de Catherine Portuges et Peter Hames n’est pas cité dans Anthropology and Nostalgia, mais (...)

7Quelques questions subsistent tout au long de cette lecture invitante. Au terme de cette exploration conceptuelle, on pourrait se demander si la nostalgie ne serait pas simplement une nouvelle idéologie ou une version altérée d’une ancienne idéologie, qui marquerait sous un nouveau déguisement les signes de persistance d’une vision du monde révolue. Après tout, la transition postsocialiste cristallisée par la chute du Mur de Berlin se caractérise par le passage d’une idéologie unique et totalisante vers une autre, absolument différente, centrée sur la consommation et les rouages du néolibéralisme, dans un contexte globalisant qui s’apparente également à une autre forme de pensée unique. Or, sur ce point, les avis divergent et le terme même d’idéologie n’ap­paraît d’ailleurs pas dans l’index en fin de volume, bien que plusieurs des chapitres le mentionnent ou l’introduisent. Ce serait davantage le concept d’identité nationale et ce sentiment de reconnaissance de l’individu dans les expressions collectives qui pourrait servir d’ancrage et de fil conducteur pour relier conceptuellement ces neuf chapitres : mutations, réévaluations, mondialisation, voire occidentalisation ou américanisation en l’espace de seulement quelques années (p.166). Mais d’autres concepts apparentés réapparaissent également d’un chapitre à l’autre, par exemple le sentiment de perte, au sens culturel et mémoriel (pp. 4, 21, 67, 156, 161, 199). Pour les anthropologues, les historiens, comme pour les chercheurs en études mémorielles et identitaires, Anthropology and Nostalgia contient des questionnements intéressants et diversifiés sur cette période de pertes de repères, de désarroi, de redéfinition collective dans les anciens pays du Bloc de l’Est. Bien que celles-ci ne soient pas mentionnées dans le présent ou­vrage, d’autres études récentes ont mis en évidence ces mêmes questionnements identitaires dans les imaginaires sociaux et dans des productions artistiques émanant de ces régions redéfinies et en recomposition correspondant à l’Ukraine, l’ancienne Yougo­slavie, l’ancienne Tchécoslovaquie et l’Allemagne réunifiée, notamment dans l’analy­se de contenu des longs métrages produits dans ces pays après 1989 ; les études rigoureuses réunies par Catherine Portuges et Peter Hames sous le titre Cinemas in Transition in Central and Eastern Europe after 1989 nous rappellent que la nostalgie est à la fois un sentiment partagé mais aussi un discours subjectif sur le passé, construit socialement et marqué culturellement, que l’on retrouve véhiculé dans la culture de masse de ces pays4. C’est sous l’angle des narrations et des récits narrés que l’on pourrait prolonger et approfondir l’étude anthropologique de la nostalgie.

  • 5  L’introduction et certains chapitres de la toute récente anthologie dirigée par Siobhan Kattago, T (...)

8Étudier la nostalgie devient intéressant pour le sociologue et l’anthropologue dans la mesure où il s’agit souvent d’une déformation du passé et d’une distorsion de la mé­moire ; c’est précisément cette distance d’avec les faits de l’histoire qui rend la nostalgie pertinente au sein des études mémorielles et culturelles5. Si ces recherches en étu­des nostalgiques pouvaient faire réaliser aux anthropologues la nécessité de prendre conscience de leur propre nostalgie, tout comme ils doivent tenir compte pour eux-mê­mes du risque de l’ethnocentrisme dans leur travail et leurs observations, la discipline aura de ce fait progressé significativement.

Haut de page

Notes

1  Starobinski J., “Le concept de nostalgie”, Diogène, n° 54, 1966, pp. 92-115.

2  L’historien-géographe David Lowenthal avait formulé cette idée souvent reprise arguant que le passé est un pays étranger, dans son ouvrage classique récemment réédité : The Past is a Foreign Country, Cambridge, Cambridge University Press, 2ème édition, 2015 [1985]. Le seul ouvrage de cet auteur dispo­nible en français est : Passage du temps sur le paysage, Gollion, Éditions Infolio, Collection “Archigra­phy Témoignages”, 2008.

3  On se référera à cet article conjoint des mêmes coresponsables portant sur le même sujet, mais rédigé en français : Angé O., Berliner D., “Pourquoi la nostalgie ? ”, Terrain [En ligne], 65 | septembre 2015, mis en ligne le 15 septembre 2015, consulté le 29 janvier 2016, http://terrain.revues.org/15801, DOI :10.4000/terrain.15801.

4  Ce livre de Catherine Portuges et Peter Hames n’est pas cité dans Anthropology and Nostalgia, mais en serait un complément utile : Portuges C., Hames P. (dirs.), Cinemas in Transition in Central and Eastern Europe after 1989, Philadelphie, Temple University Press, 2013.

5  L’introduction et certains chapitres de la toute récente anthologie dirigée par Siobhan Kattago, The Ashgate Research Companion to Memory Studies (Aldershot, Ashgate, 2015), abordent directement le concept de nostalgie dans les études mémorielles (voir pp. 2, 3, 7, 148, 255).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Angé Olivia, Berliner David (dirs.), Anthropology and Nostalgia », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-1 | 2016, 214-216.

Référence électronique

Yves Laberge, « Angé Olivia, Berliner David (dirs.), Anthropology and Nostalgia », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-1 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rsa.revues.org/1678

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Institut d’études canadiennes et autochtones
Université d’Ottawa, Canada.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org