Navigation – Plan du site
À propos de livres

Lima Léa (dir.), L’expertise sur autrui. L’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements

Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2013
Lionel Francou
p. 216-218
Notice bibliographique :

Lima Léa (dir.), L’expertise sur autrui. L’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2013, 242p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif aborde les politiques sociales sous un angle original, celui de l’expertise sur autrui, c’est-à-dire « un ensemble de savoirs spécialisés qui forment une grille de lecture de l’individu et de sa situation » (p.220). Il a été réalisé à la suite d’un projet de recherche financé par l’ANR (Agence nationale de la recherche), dans le cadre d’un programme intitulé “Vulnérabilités : à l’articulation du sanitaire et du social”. Une division thématique de l’ouvrage a été préférée à une approche plus linéaire et sectorielle, ce qui donne un résultat intéressant et permet de lire les chapitres tant de façon indépendante que les uns à la suite des autres. Plutôt que de traiter séparément les résultats obtenus sur leurs différents terrains, les auteurs les ont rassemblés afin de favoriser une « remontée en généralité raisonnée par la comparaison » (p.21). Cette théorisation de l’objet d’étude s’appuie de façon convaincante sur diverses enquêtes ethnographiques menées durant trois années et sur la collecte de données (observations de commissions, d’interactions entre “experts” et usagers, ainsi que réalisation d’entre­tiens avec les professionnels) relatives à cinq sortes de dispositifs de l’action publi­que : le CTP (Contrat de transition professionnelle), le DALO (Droit au logement oppo­sable), les FDAJ (Fonds départementaux d’aide aux jeunes), les MDPH (Maisons départementales des personnes handicapées) et la prison. Si cette étude concerne le système français, elle est néanmoins riche d’enseignements pour un grand nombre de pays européens et anglo-saxons qui ont connu une pareille évolution d’«  individuali­sation des politiques sociales ».

2 Léa Lima rappelle les évolutions des droits sociaux qui, depuis une trentaine d’an­nées, visent prioritairement à (ré)intégrer l’individu à la société, en prenant pour ce faire en compte les “situations singulières”. C’est dès lors aux acteurs qui mettent en œuvre ces politiques que revient la décision d’accorder ou non des prestations sociales. Ils le font notamment au sein de commissions, ici spécifiquement étudiées, où des cas individuels sont soumis à leur expertise. Ils y tranchent collectivement, souvent par consensus, sur la situation de l’individu et sur ses chances de progresser grâce à une éventuelle aide (si celles-ci sont faibles, il sera défavorisé). Ces décisions sont loin d’être prises sans qu’intervienne une dimension normative. Au contraire, un « brouillage des frontières de l’expertise et du jugement, voire de la décision » (p.219) a lieu, d’autant plus que les mêmes personnes assurent ces différents rôles et s’appuient sur des “savoirs locaux” et un “jugement de proximité”. Désormais, « le droit social se fait transformateur » (p.218) des parcours des individus, tout en cherchant à garantir une certaine forme de justice sociale. Cependant, les acteurs des politiques sociales dérogent régulièrement aux règles, sur base de leur jugement de la personne demandeuse, de sa situation et de son parcours (passé et à venir), sans que cela puisse être généralisé, étant donné les moyens (très) limités de ces politiques. Au final, « ces dispositifs […] attribuent des droits qui s’avèrent être bien souvent des avantages (qui échappent donc à la grammaire juridique et à ses techniques) » (p.225).

  • 1  Voyez notamment Genard J.-L., “Capacités et capacitation : une nouvelle orientation des politiques (...)

3 L’ouvrage est divisé en quatre parties bien articulées entre elles et divisées chacune en deux ou trois chapitres. D’abord, dans “Les tensions de l’individualisation”, les au­teurs soulignent l’équilibre instable entre des incitations simultanées à l’individualisa­tion et à la standardisation du traitement des demandes. Ensuite, ils s’intéressent aux interactions qui ont lieu au sein de ces commissions lors de la prise de décision (“Les ressorts de la décision : expertiser, délibérer, (s’)émouvoir”). Puis, dans “Principes de justice et formes de jugement”, ils décrivent les façons dont les acteurs rendent intelligibles les situations qu’ils doivent considérer, les catégorisent et les évaluent. Enfin, la quatrième partie (“Savoirs mobilisés et légitimité des acteurs”) est consacrée aux « savoirs propres au travail sur autrui » (p.21) et aux différents rapports possibles des usagers à ces magistratures sociales. De façon transversale, Léa Lima souligne que ces dispositifs, s’ils promeuvent une « responsabilisation-capacitation soucieuse de l’élar­gissement du champ des possibles des individus » (p.218) ne le font pas sans une « responsabilisation morale », jugeant les usagers. Ainsi, les trois “strates” qui se combineraient pour former l’État social, d’après Jean-Louis Genard1, se retrouveraient « jusque dans les pratiques de jugement routinières des acteurs des magistratures sociales » (p.218).

4 Au final, L’expertise sur autrui est réellement le produit d’une réflexion collective ; il ne tombe pas dans le travers de nombreux ouvrages qui rassemblent des contributions n’ayant parfois que peu de liens entre elles. Les auteurs ont pu ébaucher une comparaison solide des façons de construire l’expertise dans les différents dispositifs étudiés, ce qui leur a permis de mettre en avant des différences, certes, mais surtout des similitudes. Les données empiriques présentées ne se limitent pas à un simple travail descriptif mais sont mobilisées pour mettre en exergue des enjeux intéressants, tant au plan théorique que, de façon plus concrète, pour éclairer les pratiques des acteurs chargés de mettre en œuvre les politiques sociales. Des efforts ont été réalisés pour rendre cet ouvrage accessible : un glossaire précise les nombreux sigles et acronymes utilisés dans ce livre, tandis qu’une annexe méthodologique décrit en détail les cinq terrains (lieux, statuts des enquêtes, nombre d’observations et d’entretiens, etc.). Le lecteur regrettera cependant quelques erreurs dans la mise en forme qui lui apparaîtront s’il cherche une présentation succincte des différents auteurs (discipline, institution de rattachement, objets d’étude, etc.) ou s’il fouille la bibliographie sans y trouver plusieurs références pourtant mentionnées dans le texte.

Haut de page

Notes

1  Voyez notamment Genard J.-L., “Capacités et capacitation : une nouvelle orientation des politiques publiques ? ”, in Cantelli F., Genard J.-L. (dir.), Action publique et subjectivité, Paris, L.G.D.J., 2007, p. 41-64.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Lima Léa (dir.), L’expertise sur autrui. L’individualisation des politiques sociales entre droit et jugements », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-1 | 2016, mis en ligne le 12 octobre 2016, consulté le 20 février 2017. URL : http://rsa.revues.org/1679

Haut de page

Auteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie, CRIDIS/UCL.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page