Navigation – Plan du site
À propos de livres

Brissonneau Christophe, Aubel Olivier, Ohl Fabien, L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel

Paris, PUF, Le lien social, 2008, 302 p.
Williams Nuytens
p. 161-163

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré à la culture sportive professionnelle du cyclisme et au rôle qu’y joue le dopage. Il s’agit pour les auteurs de comprendre le statut de cette “déviance” : dans les parcours des professionnels, dans les dynamiques de fonctionnement et de transformation de ce groupe professionnel. Autrement dit, la volonté est d’objectiver le rapport subjectif au dopage. La posture adoptée renvoie à la perspective sociologique “wéberienne”, c’est-à-dire à une analyse des réalités subjectives et objectives des usages pharmacologiques. Celle-ci conduit à proposer deux restitutions : la première concerne les significations et les rôles du dopage (pour les coureurs, cadres techniques, médecins…), la deuxième touche les systèmes de contraintes professionnelles et symboliques (les médias, le marché, le spectacle…). Au total se dessine une stratégie permettant d’apprécier la persistance, la place déterminante, la dénégation et la dénonciation du dopage. Les auteurs nous convient ainsi à une sociologie d’un travail, car métier et carrière sont au cœur de cette production importante. Elle livre une construction idéelle du cyclisme replacée dans un contexte qui lui donne du sens : un environnement professionnel débouchant sur une considération de la fixation de la norme et des conditions d’exercice du métier de coureur. Cette recherche tente de comprendre un fait dont, a priori, la signification est double (objective et subjective) : c’est une déviance, mais c’est aussi une “déviance positive”. C’est quelque chose qui exclut et qui intègre, qui vous rend insider et outsider. Ceci explique le recours à une enquête dans le monde concerné et autour, dans des circonstances ordinaires et “fatales” ; car c’est là que les valeurs de l’action restent les plus visibles et lisibles. Comment ces auteurs ont-ils traité un “savoir professionnel coupable” ? Comment sont-ils parvenus, non sans mal, à proposer finalement un texte saisissant et rigoureux ?

2La démarche s’inscrit globalement dans le modèle inductif qui, inévitablement, intègre un travail d’acculturation. Le terrain démarre à la fin des années 1990 et s’achève aux alentours de l’année 2003. Il fallait être inside, s’approprier les codes de ce monde et donc exploiter en ce sens des “personnes ressources” ou “parrains” (un coureur de très haut niveau et un médecin du sport ici). Il fallait accumuler les récits d’expériences (une vingtaine d’entretiens “biographiques” réalisés auprès de coureurs). Il fallait situer l’entrepreneur de morale, le consommateur, le coureur. Depuis son entrée dans le cyclisme jusqu’à sa sortie et au-delà. Tout cela a été accompli sur un terrain délicat, nécessitant un cadrage de la situation, un travail de présentation de soi, de mise en confiance. L’entrée dans “les coulisses de l’épreuve” a amené par ailleurs l’enquêteur dans une analyse de la littérature sportive depuis 1950 (pour repérer des prises de position en faveur ou contre le dopage), dans des cours de sociologie consacrés au dopage (dans des facultés de médecine et d’éducation physique), dans le journalisme spécialisé. C’est qu’il fallait produire de l’acculturation pour éviter les pièges du réalisme, de la dénonciation, de la fascination, de la condescendance. Cela se retrouvera dans la fabrication des grilles d’entretiens. Une première aura permis (grâce aux “parrains”) de déplacer la focale du dopage à la prise de produits légaux puis illégaux, une seconde d’utiliser le récit de vie pour balayer les carrières de la prime adolescence jusqu’au point culminant d’un parcours. Globalement donc, les auteurs ont utilisé plusieurs catégories de données pour poser cette sociologie ; de première et de seconde main. Curieusement cette configuration ne dessert pas l’architecture générale de l’ouvrage et la démonstration se fixe tout au long des argumentaires des deux parties.

3“L’environnement professionnel des cyclistes” détaille la fixation de la norme et dévoile les conditions d’exercice du métier. S’agissant de la norme, les auteurs montrent clairement comment l’ancrage de la médicalisation et de la pharmacopée est installé dans le temps, soit depuis la seconde moitié du 20e siècle. On apprend ainsi que la classification est dépendante de la période, de la valeur sportive, de l’économie des prises de produits. Bref, on comprend le caractère flottant du cadre normatif, surtout si le lecteur a les capacités pour, entre autres, le replacer dans un cadrage borné par la santé et la justice. Les conditions d’exercice du métier de coureur sont exposées selon une architecture assez prévisible : on apprend ainsi qu’elles ont évolué avec la médiatisation, le mouvement des offres de courses, la rationalisation de l’activité, sa formalisation. Si le lecteur a parfois le sentiment de s’écarter de l’objet premier de l’ouvrage, ici il finit heureusement par saisir comment l’épreuve du dopage germe dans l’épreuve consacrée du sport. Il sera ensuite convaincu par une démonstration qui s’accroche à la précarité des dites conditions : elle constitue bien un déterminant puissant de la déviance. Pourquoi ? Parce que, pour les auteurs, on peut dire que nous assistons progressivement à une maîtrise du travail sportif, de son procès. C’est-à-dire à l’installation d’une discipline du corps, dedans et dehors. C’est donc bien le processus qui a rendu visibles le corps et ses performances qui, en partie, fabrique les conditions de développement du savoir coupable. La seconde partie de ce livre concerne exclusivement les carrières des cyclistes. Elles se découpent ici en cinq phases, tandis que, selon une littérature renseignée, le lecteur en attendait plutôt trois, comme l’indiquent les auteurs : la découverte, l’apprentissage, l’exercice, suivis de la logique de la gagne et de la fin de carrière. Chacune de ces étapes subit le travail sociologique, la mise en récit, l’analyse qui reste teintée d’induction : c’est cela qui rend la lecture agréable et l’administration des arguments convaincante. On apprend beaucoup sur l’acculturation au métier, l’apprentissage des techniques et du savoir-faire professionnel, la découverte du potentiel corporel et du rythme de travail, la rationalisation de la pratique et la domestication de la douleur, la dimension collective de ce sport et le passage vers une carrière en solo, les nouvelles normes en matière de pharmacopée.

4Cette section est forte, car les auteurs nous projettent au cœur de ce que l’on appelle une “culture sportive”. Aussi, l’énigme de l’épreuve du dopage y vit ses dernières heures. On reste saisi d’apprendre que le médecin du sport devient subrepticement un sportif médecin : grâce à lui les normes de santé glissent plus facilement, l’initiation au dopage disparaît au profit d’une banalisation. Comme il demeure dramatique que cette figure constitue le levier principal de ce « tournant de l’existence » ! C’est alors que le coureur bascule dans “le monde extraordinaire des professionnels”. Soit dans la “scientifisation” de la performance, dans la médicalisation, dans un “autre monde” fait d’omerta. Le coureur apprend ainsi par les expériences corporelles le dopage, en même temps que se naturalise cette déviance, que se rationalise le process de contrôle, que la fin de carrière devient une réalité. À ce titre les dernières pages touchent le lecteur. Aussi plurielle que toute autre, cette étape de la carrière semble être la plus douloureuse. Faite de vides, de dépendances, de tendances à l’autodestruction.

5En définitive, cet ouvrage compte parmi les très bonnes enquêtes de sociologie du sport. Parce qu’il éclaire une culture sportive, dans son entièreté et ses “déviances”. Celles qu’elle façonne à cause des structures du marché et du métier sur lesquelles elle se fonde, celles qui croisent les trajectoires individuelles des coureurs. Au terme de ce texte, on ne parvient d’ailleurs pas à trancher leur responsabilité. Ils semblent être ces ludions que le sport de haut niveau fabrique inévitablement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Williams Nuytens, « Brissonneau Christophe, Aubel Olivier, Ohl Fabien, L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 161-163.

Référence électronique

Williams Nuytens, « Brissonneau Christophe, Aubel Olivier, Ohl Fabien, L’épreuve du dopage. Sociologie du cyclisme professionnel », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/169

Haut de page

Auteur

Williams Nuytens

Université d’Artois, SHERPAS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org