Navigation – Plan du site

Présentation. Les politiques et les services publics liés à l’éducation, à l’orientation et au travail étudiés à l’aune des capabilités : enjeux méthodologiques

France Picard et Noémie Olympio
p. 1-13

Texte intégral

«Se demander comment vont les choses et si elles peuvent être améliorées est une constante incontournable de la quête de justice» (Sen, 2010 :120).

I. Introduction

1 La question de la justice sociale, dans les domaines de l’éducation et du travail, suscite l’intérêt tant du point de vue des politiques publiques, comme en témoignent plusieurs rapports de la Commission européenne, que de la communauté scientifique. De manière transversale à l’examen de la justice sociale dans ces domaines, se pose la question des aspirations et du développement des personnes, au cœur des travaux menés au champ de l’orientation scolaire et professionnelle. En amont de cette question, les inégalités scolaires et socioprofessionnelles ont fait l’objet d’un imposant corpus de travaux.

2 Depuis les années 1960, plusieurs études sociologiques ont traité des inégalités en matière d’éducation. Elles ont mis en lumière le poids des appartenances sociales, dont l’influence différenciée de l’origine sociale ou ethnoculturelle, du genre et de l’âge sur le parcours scolaire, l’accès et l’intégration dans l’enseignement supérieur (Boudon, 1973 ; Berthelot, 1993 ; Burke/McManus, 2009 ; Dubet/Duru-Bellat, 2000 ; Duru-Bellat, 1995 ; Landrier/Nakhili, 2010). Entre autres, van Zanten (1996, 2009) s’est intéressée au rôle des parents dans le choix d’un établissement scolaire et à son incidence possible sur l’orientation scolaire et la réalisation des aspirations. Dans la foulée, Bourdon, Cournoyer et Charbonneau (2012) ont étudié le lien entre les réseaux sociaux et la persévérance aux études au moment de la transition à l’enseignement supérieur. Ces inégalités dans les systèmes éducatifs entraînent à leur tour des inégalités sur le marché de l’emploi. À ce sujet, Dubet, Duru-Bellat et Veretoux (2010) ont montré que le système éducatif français se caractérisait par une emprise excessive de l’école et des diplômes sur les destins individuels. Selon Duru-Bellat, la course aux diplômes tend alors «à pervertir le sens des études sans rendre plus facile l’insertion» (2006 :80).

3 Les inégalités d’accès au marché du travail sont variées et multidimensionnelles. Le noyau dur de ces inégalités atteint le plus souvent des jeunes très faiblement qualifiés (Le Rhun/Pollet, 2011 ; Otto, 2015). Certaines trajectoires d’entrée sur le marché du travail peuvent mener à un travail pénible ou à l’exclusion (Farvaque/Oliveau, 2004). D’autres études se sont concentrées sur l’insertion des jeunes en situation de rupture (Bonvin, 2013 ; Bonvin/Dif-Pradalier/Rosenstein, 2013 ; Bourdon et al., 2009) ou encore sur les pratiques d’accompagnement de diverses populations, dont les femmes immigrantes (Arthur, 2014 ; Chamberland, 2014). Par ailleurs, dans les pays développés à économie de marché, les inégalités ne concernent pas seulement les individus peu ou non-diplômés. Dans la lignée des travaux de Duru-Bellat (2006) portant sur une analyse critique de l’augmentation généralisée du niveau des études, di Paola et Moullet (2013) ont montré que la massification de l’enseignement supérieur pouvait engendrer un phénomène de déclassement sur le marché du travail, induisant des effets néfastes pour les individus sur la confiance en soi ou envers le système. Enfin, certaines inégalités socioprofessionnelles se construisent sur la base d’une division sexuelle du travail, engageant des rapports au temps différenciés entre les hommes et les femmes, tant dans la sphère du marché du travail que dans la sphère domestique (Bessin/Gaudart, 2009).

4 Au champ de l’orientation scolaire et professionnelle, la justice sociale constitue l’un des fondements de cette jeune discipline. Frank Parsons, considéré comme un des fondateurs de l’orientation en Amérique du Nord, était préoccupé par la répartition inégale des ressources dans une société riche comme les États-Unis. Il s’est employé à accompagner les citoyens américains parmi les plus défavorisés (Davies, 1969). Mais cette perspective de justice sociale a-t-elle été intégrée dans la prestation de ser­vices publics d’orientation dans les différents pays ? Plusieurs auteurs notent plutôt que les enjeux de justice sociale ne sont pas suffisamment pris en compte dans la pratique d’orientation scolaire et professionnelle, ni dans la formation universitaire liée à ce métier. En outre, la perspective de justice sociale est absente des modèles conceptuels de prise de décision en psychologie de l’orientation (Arthur, 2014 ; Audet et al., 2014 ; Brown/Collins/Arthur, 2014 ; Hartung/Blustein, 2002 ; Neville/Mobley, 2001 ; Paré, 2014 ; Sultana, 2014). Ces auteurs ajoutent que le fait d’oc­culter les inégalités sociales dans l’intervention en orientation, menée auprès de personnes fragilisées, voire de considérer ces inégalités comme étant dues à leurs difficultés personnelles, contribue à maintenir les injustices affectant le bien-être et le développement des personnes. Néanmoins, au cours des dernières années, le rehaussement de l’intérêt pour la justice sociale dans les milieux scientifiques et professionnels au champ de l’ori­entation s’est observé dans la publication de dossiers liés à la justice sociale dans des revues internationales spécialisées en orientation ou des déclarations des associations professionnelles en orientation sur le sujet (Picard/Olympio/Masdonati/Bangali, 2015).

II. Analyser les inégalités sous l’angle de la justice sociale : l’approche par les capabilités

5 Un important corpus de travaux s’emploient à analyser ces inégalités et à les caractériser en termes de justice sociale. Ils dépassent la question des inégalités pour s’intéresser plus largement, et d’une manière normative, au caractère juste ou injuste des situations. Ils s’appuient notamment sur des approches théoriques telles que les théories du bien-être, des biens premiers (Rawls, 1971), des capabilités (Sen, 2010) ou du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités (Le Bossé, 2012). Les théories de la justice sociale sont issues des courants de l’arrangement social. Elles posent donc des questions très importantes d’un point de vue sociétal et requièrent un travail de conceptualisation imposant. Par rapport à la thématique qui nous anime – éducation, orientation et travail – ces travaux ont surtout interrogé la justice sociale d’un point de vue conceptuel, laissant de côté les enjeux méthodologiques. Il apparait que le chantier de l’opérationnalisation des théories de la justice sociale est peu développé ou, à tout le moins, il est parsemé d’embûches pour les chercheurs qui doivent alors faire des choix méthodologiques cohérents avec l’approche conceptuelle retenue, plutôt que d’opter d’emblée pour les méthodes usitées dans leur discipline. La pérennité, la crédibilité et le rayonnement de ces théories nécessitent donc de réfléchir à leur opérationnalisation.

6 Les contributeurs du présent dossier ont mobilisé l’approche par les capabilités d’Amartya Sen pour étudier les politiques éducatives, les trajectoires scolaires, l’accès des usagers à des prestations de service d’orienta­tion scolaire, voire pour réfléchir aux ajustements que commande cette approche au sein de disciplines telles la sociologie et la psychologie. L’approche par les capabilités met l’accent sur l’analyse de la liberté, ou des entraves à la liberté, dans le choix du cours de vie que les personnes ont des raisons de valoriser (Sen, 1980, 1999, 2010). En amont des capabilités, les ressources et les droits formels renvoient aux lois édictées ainsi qu’aux politiques publiques, aux mesures et aux programmes sociaux mis en place. Ces ressources et ces droits formels sont des conditions essentielles – mais non suffisantes – pour mener à la justice, car il n’est pas garanti que les individus en fassent véritablement usage. Ainsi, le passage des ressources et des droits formels aux capabilités fait intervenir le concept de facteur de conversion (Robeyns, 2005 ; Bonvin/Farvaque, 2007 ; Hugentobler/Moachon, 2012 ; Olympio, 2012). C’est en convertissant ces ressources et ces droits formels en possibilités réelles (facteur de conversion positif) qu’un individu peut augmenter sa liberté d’être ou de faire ce qu’il valorise réellement. En aval des capabilités se situent les fonctionne­ments (les façons d’être et d’agir des individus) et les accomplissements (ce que les individus réalisent, l’ensemble de leurs fonctionnements). Pour caractériser la marge de liberté, il faut s’interroger sur l’aspect “processuel” des capabilités (Bonvin/Farvaque, 2007 ; Bonvin/Thelen, 2003 ; Hirschman, 1970 ; Sen, 1992). Une personne a-t-elle voix au chapitre sur la situation la concernant (capability for voice) ? L’éventail des possibilités lié à ses choix est-il large ou retreint ? Dans quelle mesure ses accomplissements (ce qu’elle réalise) ont de la valeur à ses yeux ? Quelles sont ses aspirations (capability to aspire) ?

7 En éducation, notons que l’approche par les capabilités a servi à l’analyse des systèmes éducatifs nationaux et des trajectoires des jeunes (Verhoeven/Orianne/Dupriez, 2007 ; Olympio, 2012, 2013). D’autres contributions ont mis en avant le rôle des ressources éducatives pour lutter contre les injustices sociales (Andrada, 2007 ; Demeuse, 2003). En orientation, peu de travaux mobilisent l’approche par les capabilités. Toutefois, on y a étudié les “capabilités à s’orienter” vers l’enseignement supérieur et, plus particulièrement, les contraintes inhérentes à l’orientation (par exemple : choix d’orientation par défaut, autoexclusion de choix scolaire ou professionnelle) ainsi que son intégration aux théories et modèles conceptuels existant touchant l’orientation tout au long de la vie (Picard/Goastellec/Olympio/Pilote, 2016 ; Picard et al., 2015 ; Robertson, 2015). Dans le domaine du travail, l’approche par les capabilités a entre autres inspiré des travaux sur les politiques d’emploi (Bonvin/Farvaque, 2007), d’insertion de jeunes en situation de rupture (Bonvin, 2013 ; Bonvin/Dif-Pradalier/Rosenstein, 2013 ; Otto, 2015) ou encore sur les possibilités en termes de développement de carrière et de formation continue (Lambert/Véro, 2013 ; Lambert/Véro/Zimmermann, 2012 ; Gautié/Perez, 2012).

III. Une diversité de devis méthodologiques pour appréhender les concepts-clés de l’approche par les capabilités

8 L’économiste Amartya Sen n’a pas élaboré de piste méthodologique univoque propice à l’étude des capabilités. Des critiques adressées à l’approche par les capabilités ont mis en lumière la difficulté que pose le fait de recourir à une base informationnelle large pour parvenir à appréhender les concepts-clés de cette approche (Burchardt/Vizard, 2014). Dans les études empiriques convoquant Sen, les chercheurs sont alors confrontés à la diversité des sources de données et à l’abondance des données colligées, à l’incertitude liée à la mesure des capabilités qui renvoie à la liberté d’être, de devenir ou de faire ce qu’une personne valorise, ainsi qu’à leur propre construction sociale des préférences adaptatives (en somme, le choix ou l’accomplissement découlent-ils de l’intériorisation d’une contrainte ou de ce que l’individu valorise vraiment ?).

9 Dans le présent dossier, nous interrogeons plus particulièrement les exi­gences et la rigueur méthodologique d’une approche fondée sur la quête de justice sociale comme posture épistémologique dans le traitement d’un objet d’étude dans le champ du social. Notre but n’est certes pas de définir les méthodes propices à l’étude de questions de justice sociale, au prisme des capabilités, mais plutôt d’ouvrir un espace de réflexion autour des enjeux méthodologiques et de témoigner des innovations ou des adaptations aux méthodes existantes qui ont été réalisées.

10 La première contribution, proposée par Marie Verhoeven, prend appui sur quelques études menées en Belgique dans le champ de la sociologie de l’éducation, pour expliciter des méthodes de recherche cohérentes avec l’appareillage conceptuel des capabilités. Après avoir défini et illustré les concepts-clés de l’approche par les capabilités de Sen, l’auteure entreprend un vaste tour d’horizon méthodologique. Elle apporte notamment des éléments de réponses aux questions suivantes : comment appréhender la mesure de la liberté d’une personne à mener le cours de vie qu’elle valorise ? Sur quoi se fonde l’analyse de ce qui est juste ou injuste ? Comment distinguer une capabilité (liberté réelle de choisir et d’accomplir) d’une préférence intériorisée et co-construite sous les contraintes et les influences du milieu socioéconomique (préférence adaptative) ? Peut-on déterminer une liste de capabilités associées au bien-être des personnes ? À ces questions, l’auteure évoque différentes méthodes (l’approche heuristique de l’analyse des phénomènes, les méthodes délibératives, les fonctionnements enrichis) et divers objets d’analyse (l’évaluation des entraves à la liberté ou de l’espace des possibles) qui peuvent être mis en œuvre pour appréhender ces délicates questions. Au final, ces points d’ancrage méthodologique peuvent s’appliquer à d’autres domaines que ceux auxquels nous nous sommes intéressés, notamment dans le secteur de la santé.

11 Le texte de Thierry Berthet analyse l’action publique nationale et régionale en matière d’orientation scolaire et professionnelle en y éclairant le recours effectif des usagers à ces services en France. À cette fin, l’auteur souligne la robustesse des méthodes collaboratives et mixtes pour appréhender un objet d’études au prisme des capabilités. Dans cette étude évaluative convoquant politistes et sociologues, la méthodologie employée fait une place importante à ce processus délibératif si cher à Sen dans la quête de la justice. Ainsi, l’analyse des politiques émanant des décideurs nationaux et locaux est mise en perspective avec le point de vue des professionnels opérant les services d’orientation, ainsi que celui des décrocheurs, des demandeurs d’emploi et des salariés fragilisés. Tous ont voix au chapitre. Dans la méthode déployée, le chercheur a interrogé la distribution des services d’orientation scolaire et professionnelle sur le territoire au regard des besoins des usagers (les services sont-ils situés géographiquement au plus près des lieux de résidence des publics cibles fragilisés ?), le non-recours aux services publics (comment se déroule le processus d’exclusion d’un service accessible à tous ? qui sont les véritables exclus d’un service public ?), la base informationnelle à laquelle ont recours les professionnels qui accompagnent ces publics cibles (sur quels éléments d’information fondent-ils leur jugement des besoins des usagers ?). Les conclusions de cette étude ont donné lieu à une refonte de la politique régionale d’orientation scolaire et professionnelle en Picardie.

12 Poursuivant la réflexion sur la mixité des méthodes pour bien appréhender l’étude des capabilités, Noémie Olympio et France Picard posent un regard croisé et multidisciplinaire sur deux études portant sur les contraintes à l’orientation scolaire et professionnelle dans le cadre de comparaisons internationales (France, Suisse, Québec/Canada). Elles interrogent la portée, les limites, mais aussi la complémentarité des méthodes qualitatives et quantitatives pour faire saillir l’analyse des choix scolaires sous l’angle des capabilités et des préférences adaptatives lors d’une comparaison de systèmes éducatifs. La première étude a été menée en économie de l’éducation (étude longitudinale quantitative) et la seconde, en psychosociologie de l’orientation (études multicas qualitative). Elles tentent de circonscrire les événements d’un parcours scolaire, couplés aux paliers d’orientation de ces trois systèmes éducatifs, qui favorisent les capabilités à s’orienter ou, à l’inverse, qui contribuent à l’irréversibilité d’une trajectoire scolaire et professionnelle subie. L’étude longitudinale quantitative a permis de souligner l’intérêt de l’usage du concept de “fonctionnements affinés” comme proxy de mesure des capabilités et de bien illustrer le poids des variables socioéconomiques qui affectent les capabilités des jeunes dans leurs trajectoires scolaires, à caractéristiques scolaires égales. Elle a également pris en compte le caractère potentiellement irréversible des parcours. L’étude qualitative multicas a permis de contraster le réel et le formel, en décrivant finement les facteurs de conversion associés aux paliers d’orientation (droits et ressources) de trois systèmes d’éducation et en examinant a posteriori les choix opérés et les options délaissées dans le parcours d’élèves ou d’étudiants français, vaudois et québécois.

13 La contribution de Peter Robertson met en dialogue l’intégration théori­que et méthodologique de l’approche par les capabilités dans la discipline de la psychologie de l’orientation au Royaume-Uni. L’auteur souligne à grands traits la pertinence de considérer les pratiques de counseling et d’orientation (développement de carrière) comme un vecteur de développement des capabilités. Ces pratiques professionnelles visent essentiellement l’accompagnement des individus dans le renforcement de leur autonomie dans le choix d’une identité ou d’un cours de vie qu’ils valorisent. Paradoxalement, en psychologie de l’orientation, l’adoption de l’approche par les capabilités est en tension avec la pratique et la philosophie de recherche, ainsi qu’avec le niveau d’analyse généralement requis dans les travaux scientifiques. Dans la pratique de l’orientation, il est peu fréquent de considérer la portée politique des actes professionnels qui découlent d’une intervention touchant l’identité personnelle ou les aspirations. En re­cherche, alors que la mesure de phénomènes psychologiques repose, en règle générale, sur l’objectivation de comportements observables, l’appro­che par les capabilités convie à une analyse multiniveaux. En outre, l’au­teur s’inspire de la philosophie de Bhaskar qui considère que la connaissance est contextualisée et partielle, sans nier toutefois l’intérêt de considérer les objets de recherche en sciences comme des entités réelles. Cette philosophie est congruente avec les travaux théoriques de Sen qui remet en débat et en contexte l’analyse des injustices.

14 Les quatre contributions rassemblées dans ce dossier forment ainsi un échantillon des travaux menés sur la question des politiques et des servi­ces publics liés à l’éducation, à l’orientation et au travail au prisme de l’approche par les capabilités. Les méthodes usitées vont des plus classi­ques (les études longitudinales découlant de panel, par exemple) au moins traditionnelles. Parmi celles-ci, on retrouve les méthodes mixtes de recher­che – le recours à des données qualitatives et quantitatives dans un même devis de recherche – (Creswell/Plano Clark, 2011), ainsi que les recher­ches collaboratives où les sujets de recherche sont considérés tels des acteurs engagés dans la délibération autour d’un objet scientifique (Bourassa, 2015 ; Desgagnés, 2007). Ces travaux lèvent le voile sur la portée, la complexité mais aussi sur la faisabilité du recours à l’approche par les capabilités dans les études empiriques. Il donne à voir un éventail de devis de recherche, c’est-à-dire l’aboutissement des choix méthodologiques raisonnés que font les chercheurs pour appréhender une question liée à l’ac­tion publique au prisme d’une approche conceptuelle multiniveaux et tenant compte des statuts des groupes d’acteurs touchés par cette question (approche délibérative).

IV. Les retombées des contributions sur les pistes méthodologiques

15 L’idée de justice chez Sen, définie comme étant le degré de liberté dont dispose une personne afin d’être, de faire ou de devenir ce qu’elle valori­se, est une posture exigeante. D’abord, sur le plan théorique, la complexité de la pensée de Sen, qui s’échafaude tout au long de ses travaux, nécessite parfois de recourir à des traductions éclairantes pour en cerner les nuances (nous pensons notamment aux travaux de Bonvin/Farvaque, 2008 ; Nussbaum, 2011 ; Robeyns, 2007 ; Verhoeven/Orianne/Dupriez, 2007). Les auteurs du présent dossier apportent aussi une contribution utile pour mieux comprendre la pensée de Sen. Ensuite, cette idée de justice renvoie à la nécessité d’une évaluation et d’un état des lieux sur le «comment vont les choses» (Sen, 2010 :120). Une telle évaluation doit porter à la fois sur les accomplissements des personnes, leurs préférences, leurs choix inclu­ant les options délaissées, les arrangements sociaux existants, l’accès ou non à des droits et des ressources, le recours ou le non-recours à des servi­ces, la prise en compte des contextes et l’ouverture à des débats collectifs autour des «choses qui peuvent être améliorées» (Sen, 2010 :120). Les tra­vaux convoquant l’approche par les capabilités de Sen ont recours à des méthodes aussi variées que l’analyse documentaire des politiques, les entrevues en profondeur semi-structurées auprès de divers groupes d’acteurs (décideurs, professionnels et usagers d’un service), le groupe de discussion, l’enquête longitudinale, etc. (Otto, 2015). Une combinaison de méthodes est souvent nécessaire pour mesurer ces concepts.

16 Au-delà de la combinaison de méthodes choisie, les contributions du présent dossier soulèvent et discutent d’enjeux méthodologiques cruciaux. Revenons sur quelques-uns d’entre eux.

17 Le recours à des devis de recherche non traditionnels peut parfois se confronter aux fondements méthodologiques des disciplines, comme l’a il­lustré Robertson dans ce paradoxe entre la justice sociale en tant que concept, au cœur de la discipline de la psychologie de l’orientation (développement de carrière), et en tant qu’objet évalué, qui se situe hors du champ des méthodes positivistes les plus souvent usitées.

18 L’étendue de la base informationnelle, découlant du devis de recherche, est garante de la robustesse de l’évaluation de ce qui est juste ou injuste. Qui décide quels éléments d’information retenir ou exclure du devis de recherche et pour quelles raisons ? Quels groupes d’acteurs feront partie de la collecte de données ou en seront exclus et pourquoi ? Ces questions doivent être justifiées dans la méthode et éclairer les résultats de recherche au moment de la discussion.

19 Les enjeux de cohérence se posent, entre le cadre conceptuel et le devis méthodologique – ce que nous avons illustré –, entre la problématique étu­diée et les sources de données, et aussi dans la dynamique entre ces deux axes de cohérence. La contribution de Berthet présente un exemple éloquent d’une telle dynamique. Recourant à la méthode de l’entretien collectif à la manière de Touraine, les usagers d’un service d’orientation – objet évalué dans cette étude – ont eu la possibilité d’interroger les décideurs ou les opérateurs d’un tel service, en endossant un rôle d’enquête, au même titre que les chercheurs. On y trouve donc des éléments de capabilty for voice, d’analyse multiniveau, de délibération et de prise en compte des objectivités positionnelles des parties prenantes de la recherche, autant d’éléments qui traversent la quête de justice sociale chez Sen.

20 La multidisciplinarité traverse le plus souvent les travaux scientifiques convoquant Sen. Elle permet de soutenir l’analyse multiniveau qui découle en droite ligne de l’approche par les capabilités. Par exemple, dans le corpus des travaux convoquant l’approche par les capabilités de Sen, la perspective historique et les enjeux sociétaux sont pris en compte dans la biographie d’une trajectoire d’individu, dans l’élaboration des préférences et dans les actions posées (agency), etc. Si le travail en équipe multidisciplinaire demeure un défi, il reste que le fait de recourir à des concepts con­nus de tous les membres de l’équipe – l’approche par les capabilités – et de se reconnaître dans un des niveaux d’analyse (micro, méso et macro) sont des bases stratégiques importantes susceptibles de favoriser le travail scientifique autour d’un même objet d’études.

21 L’objectivation des préférences adaptatives demeure un enjeu de taille. Olympio et Picard ont souligné qu’il était préférable de recourir à l’ana­lyse qualitative pour faire cerner les préférences adaptatives. Toutefois, Berthet en donne une démonstration empirique éloquente (Berthet, dans Bifulco et al., 2015 :217). Célia, une jeune femme fragilisée étudiant en formation professionnelle, discute de son choix de programme d’études et de carrière. Elle en vient à affirmer qu’elle «finira par travailler dans la comptabilité». Le choix du verbe ne dénote pas du tout cette idée d’actualisation d’une aspiration valorisée. Il reste que ces moments où le chercheur peut objectiver ce concept résultent d’un entretien mené avec minutie et d’un regard scrutateur au moment de la codification et de l’ana­lyse de données.

22 Bref, comme le souligne Verhoeven, les embûches méthodologiques liées à l’opérationnalisation de l’approche par les capabilités en sciences sociales tiennent à l’importance que Sen accorde à la reconnaissance du pluralisme des valeurs, au cœur des débats des collectivités sur les arrangements sociaux, concernant ce qui est juste ou injuste. Contrairement à John Rawls (1971), Sen ne croit pas qu’il soit possible d’édifier des principes de justice sans prendre en compte le contexte précis des collectivités, ni celui des individus en quête de liberté. C’est ce qui confère à cette idée de justice un caractère heuristique qui doit transparaître également dans les devis méthodologiques. Les chercheurs sont alors confrontés à faire des choix méthodologiques, en cohérence avec leur objet de recherche et les concepts-clés de l’approche par les capabilités.

Haut de page

Bibliographie

Andrada M.,
2007 Les effets du choix de l’école selon la nature du dispositif mis en œuvre, une approche comparative en termes d’équité, Thèse de doctorat, Dijon, Université de Bourgogne.

Arthur N.,
2014 “Social Justice and Career Guidance in the Age of Talent”,
International Journal of Educational and Vocational Guidance, 14(1), pp.47-60.

Audet C., Collin S., Jay M., Irvine K., Hill-Lehr K. et al.,
2014 “Poverty, Mental Health, and Cousellors for Social Justice : Reflections on an Interactive Workshop”,
Canadian Journal of Counselling and Psychotherapy, 48(3), pp.321-342.

Berthelot J-M.,
1993 École, orientation, société, Paris, Presses universitaires de France.

Bessin M., Gaudart C.,
2009 “Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? ”, Temporalités, 9, pp.2-14.

Bilfulco L. et al.,
2015 “Capabilties for Voice, Work, and Education. Critical Analysis of Programmes for Disavantaged Young People in Europe”,
in Otto H-U., Facing Trajectories from School to Work. Toward a Capability-Friendly Youth Policy in Europe, Dordrecht, Springer, pp.201-357.

Bonvin J-M.,
2013 “Trajectoires de jeunes bénéficiaires de l’aide sociale en Suisse. Une analyse en termes de capabilités”, Agora débats/Jeunesse, 3(65), pp.61-75.

Bonvin J-M., Dif-Pradalier M., Rosenstein E.,
2013 “Politiques d’activation des jeunes et modalités d’accompagnement. Le cas du programme FORJAD en Suisse”, Lien Social et Politiques, 70, pp.13-28.

Bonvin J-M., Farvaque N.,
2007 “L’accès à l’emploi au prisme des capabilités. Enjeux théoriques et méthodologiques”, Formation et Emploi. Revue Française de Sciences Sociales, 98, pp.9-22.
2008 Amartya Sen. Une politique de la liberté, Paris, Michalon.

Bonvin J-M., Thelen L.,
2003
Deliberative Democracy and Capabilities. The Impact and Significance of Capability for Voice, Communication présentée à la 3ème conférence “Capability Approach : From Sustainable Development to Sustainable Freedom”, Université de Pavia.

Boudon R.,
1973 L'inégalité des chances, Paris, Armand Colin.

Bourassa B.,
2015 “Recherche(s)-action(s) : de quoi parle-t-on ? ”, in Lyet P., Les recherches actions collaboratives : une révolution de la connaissance, Rennes, Presses de l’École des Hautes Études en Santé Publique, pp.32-35.

Bourdon S., Bélisle R., Garon S. et al.,
2009 Transitions, soutien aux transitions et apprentissage de jeunes adultes non diplômés en situation de précarité, Note de recherche 1, Sherbrooke, Équipe de recherche sur les transitions et l'apprentissage, consulté le 8 octobre 2016, http://www.erta.ca/media/publications/ELJASP%20note%201.pdf.

Bourdon S., Cournoyer L., Charbonneau J.,
2012 “Le soutien de l’environnement social lors du passage au postsecondaire”, in Curchod P., Doudin P-A., Lafortune L., Les transitions à l'école, Montréal, Presses de l’Université du Québec, pp.101-122.

Brown C. B., Collins S., Arthur N.,
2014 “Fostering Multicultural and Social Justice Competence through Counsellor Education Pedagogy”,
Canadian Journal of Counselling and Psychotherapy, 48(3), pp.300-320.

Burchardt T., Vizard P.,
2014 “Using the Capability Approach to Evaluate Health and Care for Individuals in England”,
in Ibrahim S., Tiwari M., The Capability Approach from Theory to Practice, Basingstoke, Palgrave Macmillan, pp.148-170.

Burke P., Mcmanus J.,
2009
Art for a Few : Exclusion and Misrecognition in Art and Design Higher Education Admissions, s. l., National Arts Learning Network Publication.

Chamberland M.,
2014 Le développement du pouvoir d'agir des personnes et des collectivités : un aperçu des pratiques avec des femmes immigrantes au sein d'organisations communautaires de Montréal, Bruxelles et Grenoble, Thèse de doctorat, Québec, Faculté des études supérieures de l’Université Laval.

Creswell J. W., Plano Clark V. L.,
2011
Designing and Conducting Mixed Methods Research, Thousand Oaks, Sage.

Davis H. V.,
1969
Frank Parsons : Prophet, Innovator, Counselor, Carbondale, Southern Illinois University Press.

Demeuse M.,
2003 “Réduire les différences, oui, mais lesquelles ? ”, in Ministère de l’éducation nationale, de la recherche et de la technologie, La discrimination positive en France et dans le monde. Actes du colloque international organisé les 5 et 6 mars à Paris, Paris, Centre national de documentation pédagogique, pp.87-102.

Desgagnés S.,
2007 “Le défi de production de ‘savoir’ en recherche collaborative : autour d’une démarche de reconstruction et d’analyse de récits de pratique enseignante”, in Anadon M., La recherche participative. Multiples regards, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp.89-121.

Di Paola V., Moullet S.,
2013 “The Mismatch between Level of Education and Job Requirements : A Source of Mistrust and Intolerance Dependent on National Context ? ”,
in Janmaat G., Duru-Bellat M., Green A., Méthaut P., The Dynamics and Social Outcomes of Education Systems, Basingstoke, Palgrave McMillan, pp.267-280.

Dubet F., Duru-Bellat M.,
2000 Pour un collège enfin démocratique, Paris, Seuil.

Dubet F., Duru-Bellat M., Veretoux A.,
2010 Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale, Paris, Seuil.

Dupriez V., Orianne J-F., Verhoeven M.,
2008 De l'école au marché du travail, l'égalité des chances en question, Bruxelles, PIE Peter Lang.

Duru-Bellat M.,
1995 “Socialisation scolaire et projets d'avenir chez les lycéens et les lycéennes. La ‘causalité du probable’ et son interprétation sociologique”, L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 24(1), pp.69-86.
2006 L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie, Paris, Seuil.

Farvaque N., Oliveau J-B.,
2004 L’insertion des jeunes peu diplômés dans l'emploi : opportunités de choix et contraintes, l'approche par les capacités d'Amartya Sen comme grille de lecture des trajectoires d'insertion, Document de travail IDHE, série «Règles, Institutions, Conventions», n°04-11, École Normale Supérieure de Cachan.

Gautié J., Perez M.,
2012
Promoting Lifelong Learning through Individual Accounts : From Asset- Based to Capability-Based Policies, Paris, CES working papers, Paris 1.

Hartung P. J., Blustein D.,
2002 “Reason, Intuition, and Social Justice : Elaborating on Parsons’s Career Decision-Making Model”,
Journal of Counseling and Development, 8(1), pp.41-47.

Hirschman A. O.,
1970
Exit, Voice, Loyalty. Responses to Decline in Firms, Organizations, and States, Harvard, Harvard University Press.

Hugentobler V., Moachon É.,
2012 “L’approche par les capacités et le paradigme du parcours de vie : un double cadre conceptuel pour évaluer les interventions sociales en faveur des jeunes adultes en difficulté”, in Picard F., Masdonati J., Les parcours d’orientation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires, Québec, Presses de l’Université Laval, pp.127-154.

Lambert M., Véro J.,
2013 “The Capability to Aspire for Continuing Training in France. The Role of the Environment Shaped by Corporate Training Policy”,
Journal of Manpower, 34(4), pp.305-325.

Lambert M., Véro J., Zimmermann B.,
2012 “Vocational Training and Professional Development : a Capability Perspective”,
International Journal of Training and Development, 16(3), pp.164-182.

Landrier S., Nakhili N.,
2010 “Comment l’orientation contribue aux inégalités de parcours scolaires en France”, Formation et Emploi. Revue Française de Sciences Sociales, 109(1), pp.23-36.

Le Bossé Y.,
2012 Sortir de l’impuissance. Invitation à soutenir le développement du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités, Québec, Ardis.

Le Rhun B., Pollet P.,
2011 “Diplômes et insertion professionnelle”, Vue d’ensemble - Portrait de la population, Consulté le 8/102016, http://etab.ac-poitiers.fr/COLL-CERIZAY/IMG/pdf/12_13_GC_PDMF_Rapport_INSEE_Diplome_Emploi.pdf.

Neville H. A., Mobley M.,
2001 “Social Identities in Contexts : An Ecological Model of Multicultural Counselling Processes”,
Counseling Psychologist, 29(4), pp.471-486.

Nussbaum M. C.,
2011
Creating Capabilities. The Human Development Approach, Cambridge, The Belknap Press of Harvard University Press.

Olympio N.,
2012 “Les contextes éducatifs européens à l’épreuve de la théorie des ‘capabilités’ d’Amartya Sen”, in Picard F., Masdonati J., Les parcours d’orientation des jeunes : dynamiques institutionnelles et identitaires, Québec, Presses de l’Université Laval, pp.95-124.
2013 Parcours de formation et d’insertion : une comparaison des systèmes éducatifs français et suisse à l'aune de la théorie des capabilités, Thèse de doctorat, Aix-en-Provence, Université Aix-Marseille.

Otto H-U.,
2015
Facing Trajectories from School to Work. Toward a Capability-Friendly Youth Policy in Europe, Dordrecht, Springer.

Paré D.,
2014 “Social Justice and the Word : Keeping Diversity Alive in Therapeutic Conversations”,
Canadian Journal of Counselling and Psychotherapy, 48(3), pp.206-217.

Picard F., Goastellec G., Olympio N., Pilote A.,
2016 “Entre parcours formels et parcours réels : l’espace des possibles des jeunes en transition vers l’enseignement supérieur dans trois systèmes éducatifs”, in Masdonati J., Bangali M., Cournoyer L., Arrêt sur image ! Perspectives contemporaines sur l’orientation et les parcours des jeunes, Québec, Presses de l’Université Laval, pp.45-87.

Picard F., Olympio N., Masdonati J., Bangali M.,
2015 “Justice sociale et orientation scolaire : l’éclairage de l’approche par les capabilités d’Amartya Sen”, L’Orientation Scolaire et Professionnelle, 44(1), pp.23-45.

Rawls J.,
1971
A Theory of Justice, Cambridge, Harvard University Press.

Robertson P. J.,
2015 “Towards a Capability Approach to Careers : Applying Amartya Sen's Thinking to Career Guidance and Development”,
International Journal for Educational and Vocational Guidance, 15, pp.75-88.

Robeyns I.,
2005 “Three Models of Education : Rights, Capabilities and Human Capital”,
Theory and Research in Education, 4(1), pp.69-84.
2007 “The Capability Approach : A Theoretical Survey”,
Journal of Human Development, 6, 1, pp.93-117.

Sen A.,
1980 “Equality of What ? ”,
in McMurrin S., The Tanner Lecture on Human Values, I, Cambridge, Cambridge University Press, pp.197-220.
1992
Inequality Re-examined, Harvard, Harvard University Press.
1999
Development as Freedom, New York, Anchor Books.
2010
L’idée de justice, Paris, Flammarion.

Sultana R. G.,
2014 “Pessimism of the Intellect, Optimism of the Will ? Troubling the Relationship between Career Guidance and Social Justice”,
International Journal of Educational and Vocational Guidance, 14, pp.5-19.

Van Zanten A.,
1996 “Stratégies utilitaristes et stratégies identitaires des parents vis-à-vis l’école : Une relecture critique des analyses sociologiques”, Lien Social et Politiques, 35, pp.125-135.
2009 Choisir son école : Stratégies familiales et médiations locales, Paris, Presses universitaires de France.

Verhoeven M., Orianne J. F., Dupriez V.,
2007 “Vers des politiques d’éducation ‘capacitantes’ ? ”, Formation et Emploi, Revue Française de Sciences Sociales, 98, pp.93-107.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

France Picard et Noémie Olympio, « Présentation. Les politiques et les services publics liés à l’éducation, à l’orientation et au travail étudiés à l’aune des capabilités : enjeux méthodologiques », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-2 | 2016, 1-13.

Référence électronique

France Picard et Noémie Olympio, « Présentation. Les politiques et les services publics liés à l’éducation, à l’orientation et au travail étudiés à l’aune des capabilités : enjeux méthodologiques », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-2 | 2016, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1701 ; DOI : 10.4000/rsa.1701

Haut de page

Auteurs

France Picard

France Picard est professeure titulaire au Centre de recherche et d’intervention sur l’éducation et la vie au travail, Université Laval, Québec, Canada.

Articles du même auteur

Noémie Olympio

Noémie Olympio est Maitresse de conférences au laboratoire “Apprentissage, Didactique, Evaluation, Formation”, École supérieure de professorat et de l'éducation, Aix-Marseille Université, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org