Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles, Mamontoff Anne-Marie, ss. Dir., Tourisme et sociétés

Bruxelles, InterCommunications et E.M.E, Collection Proximités-Sociologie, 2009, 216 p.
Régis Malige
p. 163-164

Texte intégral

1Le colloque international et pluridisciplinaire organisé en octobre 2008, à l’initiative de l’UFR “Sports, tourisme et hôtellerie” de l’université de Perpignan Via Domitia et du laboratoire de socio-anthropologie (LASA) de l’université de Franche-Comté, s’est intéressé aux relations unissant tourisme, loisirs et sociétés. Coordonné par Gilles Ferréol assisté d’Anne-Marie Mamontoff, l’ouvrage, rassemblant des participants appartenant à diverses institutions académiques, regroupe une douzaine de communications et s’articule en quatre parties.

2Quelques points de repère et des éléments de cadrage sont tout d’abord exposés. Rudolf Rezsohazy, sur la base d’une recherche comparative sur les budgets-temps, adopte une vision sociohistorique des différentes activités exercées. Les loisirs actifs ou passifs, emblème de la postmodernité, sont devenus quasiment incontournables, allant même jusqu’à dicter certains comportements politiques, économiques, sociaux ou commerciaux. À travers le cinéma populaire français et notamment l’étude attentive des héros décapants à l’œuvre dans les trois opus des Bronzés, Michel Cadé confirme cette place grandissante du temps libre dans la représentation des usages touristiques des classes moyennes aisées. De son côté, Jérémy Dagnies souligne la multiplication des démarches “qualité”élaborées par les pouvoirs publics et l’extrême diversité des pratiques utilisées. À partir d’un travail comparatif franco-belge, l’auteur propose plusieurs approches cognitives de la notion (“égocentriques”, “marchandes”, “territoriales”, “globales”), auxquelles correspondent des conceptions et des instruments spécifiques susceptibles d’être retenus par les acteurs du tourisme. Les processus multiformes de diffusion, qu’ils soient internes, horizontaux, verticaux, diagonaux ou encore transversaux, peuvent s’expliquer par l’action individuelle, mais aussi par certains systèmes sociaux eux-mêmes agissant les uns par rapport aux autres.

3La deuxième partie du livre aborde les dynamiques urbaines et les contraintes environnementales. La problématique de la sécurité, dont nous entretient avec raison Anne-Marie Mamontoff, constitue un enjeu fondamental de politique publique. L’évaluation et la gestion des risques relatifs au terrorisme, aux enlèvements, aux catastrophes naturelles ou aux accidents sont à ce titre rendues nécessaires dans la définition de dispositifs de prévention. Maurice Blanc et Maximiliano Soto Sepulvada, pour leur part, ouvrent le registre des traditionnels conflits d’usage liés à la sauvegarde ou à la réhabilitation de quartiers historiques à Strasbourg et à Valparaiso. L’apaisement des tensions, nées d’une décision de patrimonialisation, de “gentrification”et/ou de muséification, passe par des “compromis”, des “transactions”, des rapports de force et des arbitrages. Enfin, Jean-Michel Hoerner, reprenant une formule d’André Bercoff, voit dans le tourisme le « reflet, l’antidote et l’imaginaire » de la ville.

4Les communications structurant la troisième partie de l’ouvrage touchent les loisirs et les modes de vie. L’étude de Jean Corneloup valide l’hypothèse d’une dynamique culturelle forte des territoires, source d’intérêt touristique. L’article d’Antigone Mouchtouris, qui ravira surtout les inconditionnels de mythologie, est une invitation à la réflexion sur la notion du voyage à travers le métaphorique et l’imaginaire grecs. Enfin, comme à son habitude, Michel Valière, dans une composante ethnographique, nous enchante de ses histoires “savoureuses”, tels la “Femme qui guérit” ou le “Voyage au saint” dans le montmorillonnais, axées sur une croyance en une thérapie symbolique de personnes souffrantes.

5L’ouvrage se poursuit par des contributions ayant trait à des études de cas. Se fondant sur les résultats de nombreuses enquêtes (INSEE, ministère du Tourisme, Eurostat), Gilles Caire met l’accent sur les caractéristiques comportementales des Français en vacances et sur les très fortes inégalités de pratiques dues à des considérations économiques, sociales et culturelles en conflit, le titre de “champion du monde” paraissant largement surévalué. Martine Lefeuvre-Déotte se focalise sur cette « république de campeurs universitaires », où s’expriment les valeurs de solidarité, de partage et de mutualisme. Le recueil se termine par le tourisme réunionnais, qualifié de « contrarié » sous la plume de Philippe Guillot, en raison de l’isolement, de l’éloignement de l’île par rapport aux régions riches et de son image encore floue eu égard à d’autres “paradis” tropicaux.

6Cette nouvelle publication dans la collection “Proximités-Sociologie” offre, on le voit, des analyses éclairantes et originales par leur diversité. Au final, un excellent recueil porté par des auteurs de talent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Mamontoff Anne-Marie, ss. Dir., Tourisme et sociétés », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 163-164.

Référence électronique

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Mamontoff Anne-Marie, ss. Dir., Tourisme et sociétés », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/171

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Franche-Comté (LASA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org