Skip to navigation – Site map
Articles isolés

La forge conceptuelle. “Intersectionnalité” : À propos des usages épistémologiques d’un concept (très) à la mode

The Conceptual Forge. “Intersectionality” : On the Epistemological Uses of a (Very) Fashionable Concept
Marie Buscatto
p. 101-115

Abstracts

This article provides an account of the epistemological uses of the concept of intersectionality in sociology in basing itself exclusively on the – theoretical and empirical – scientific uses of a concept situated in French and English language work, whether that use be explicit or implicit. If the concept of intersectionality in fact emerged at the end of the 1980’s, the intersectional approach was not thereby created ex nihilo. Not only is it present in various gender theories of the 1970’s and 1980’s, but was also present, at least partially, in the infancy of sociology. But that does not make the intersectional approach any less specific, obliging us to think through the systematic and integrated articulations of various social dimensions, as much on the level of individuals – their lived experiences, their subjectivities – as on the structural level – social structures and processes for better comprehension of the production and transgression of social inequalities in a global and dynamic manner. The article thus shows how the explicit or implicit uses of the concept intersectionality play themselves out concretely in contemporary sociological investigations.

Top of page

Full text

I. Introduction

1Le succès fulgurant, depuis les années 2000, de la notion d’intersectionnalité tant dans l’univers de la recherche sur le genre que dans celui de la militance féministe rend impossible une présentation exhaustive de ses usages contemporains. S’il fallait s’en convaincre, prenons l’exemple donné par Patricia Hill Collins et Sirma Bilge au sujet des seuls PhDs soutenus en anglais en 2015 : la base de données WorldCat.org indique 451 thèses ayant indiqué le mot “intersectionnalité” comme mot-clé et 111 thèses usant de celui-ci dans le titre du manuscrit (Collins/Bilge, 2016 :206). De plus, les manières de concevoir et de mettre en œuvre l’intersectionnalité comme paradigme de recherche sont très variables d’un contexte national à l’autre, d’une tradition de re­cherche à l’autre et font encore l’objet de nombreux débats faute d’une approche inté­grée agréée (Bilge, 2009).

2Au vu de cette impossibilité, cet article réalise deux choix majeurs permettant de se concentrer sur l’essentiel : les usages épistémologiques du concept d’intersectionnalité en sociologie. D’une part, ne seront abordés que les usages scientifiques du concept alors même que non seulement sont nombreux ses usages militants (Jaunait/Chauvin, 2012), voire managériaux (Bereni, 2009), mais surtout que la recherche scientifique tend le plus souvent à volontairement mélanger les registres scientifiques et militants dans l’analyse, à l’image du travail fondateur de Crenshaw aux États-Unis (2005) ou du récent manuel publié par Collins et Bilge (2016). D’autre part, seront présentés les usages empiriques du concept repérés dans certains travaux sociologiques, que cet usage soit explicite ou implicite, afin justement de mieux en révéler les intérêts épisté­mologiques pour la recherche scientifique.

  • 1 Je tiens à remercier Bernard Fusulier pour ses commentaires stimulants, ainsi que les deux rapporte (...)

3Dès lors, cet article sera centré sur les apports épistémologiques de ce concept dans les travaux empiriques, au-delà des nombreuses théorisations prônant son intérêt scientifique sans toujours le démontrer de manière empirique rigoureuse. Cela nous amènera donc à ancrer le concept d’intersectionnalité dans son histoire (II), avant de montrer comment se jouent concrètement les usages, explicites ou implicites, de l’intersectionnalité dans les enquêtes sociologiques contemporaines (III). Nous pour­rons ainsi conclure longuement sur les principales évolutions épistémologiques, pré­sentes et à venir, de ses usages scientifiques contemporains en sociologie1.

II. Aux fondements du concept d’intersectionnalité : croiser le genre avec d’autres catégories d’analyse

4Si le concept d’intersectionnalité a bien émergé dans les années 1980 aux États-Unis afin d’enrichir l’analyse des inégalités sociales, on ne doit pas oublier les théori­sations implicites adoptant de fait une approche intersectionnelle, même partielle, qui l’ont largement précédé.

A. L’ouverture de l’analyse et de la pratique féministes au fondement de la naissance du concept d’intersectionnalité

5Depuis la fin des années 1950, en Europe comme aux États-Unis, dans le prolonge­ment des travaux fondateurs de l’anthropologue Margaret Mead (2001) aux États-Unis ou de la philosophe Simone de Beauvoir (2000) en France, ont été développées des analyses genrées du monde social fondées sur des enquêtes empiriques. Afin de rendre compte des processus sociaux de production des différences hiérarchisées entre fem­mes et hommes, les concepts ont été nombreux – pour exemple, dans les seuls pays francophones, ceux de “rapports sociaux de sexe” (Kergoat, 1982), d’ “exploitation patriarcale” (Delphy, 2013), de “domination masculine” (Bourdieu, 1998) ou de “sexage” (Guillaumin, 1992) – jusqu’à laisser la place de manière principale au con­cept de “genre”, dans les années 1990 pour les pays anglophones, et au début des an­nées 2000 pour les pays francophones.

On peut alors définir le genre comme un concept visant à rendre compte des processus sociaux de construction, de légitimation et de transformation de différences sexuées hiérarchisées entre femmes et hommes, entre fémi­nin et masculin selon des principes visant à les “naturaliser” (Buscatto, 2014 :11).

6Or, si le concept de genre est bien devenu une catégorie d’analyse légitime en sciences sociales sur cette période, il n’en a pas moins été très vite considéré, dans le même temps, comme insuffisant pour rendre compte du fonctionnement social dans sa complexité. Un être humain est rarement défini selon sa seule place dans l’ordre genré. Apparaissent ainsi d’autres grands axes de différenciation sociale que sont notamment les catégorisations de classe, de race, d’ethnicité, d’âge, de handicap ou d’orientation sexuelle. L’approche intersectionnelle vise justement à prendre en compte l’ensemble de ce ces axes de différenciation sociale dans une même analyse afin de révéler les modes de production des inégalités sociales. Mais plus qu’une simple reconnaissance de la multiplicité des systèmes de domination opérant à partir de ces catégories ou de leur caractère additif, cette approche postule plutôt leur interaction et leur articulation dans la production et la reproduction des inégalités sociales : «intersectionnality is a way of understanding and analysing the complexity in the world, in people, and in hu­man experience» (Collins/Bilge, 2016 :25).

7Or, si il a été mis en œuvre de manière implicite, même si très partiellement, dès les premiers pas de la sociologie – nous y reviendrons à travers le cas exemplaire de Durkheim –, c’est à la fin des années 1980 que le terme même d’intersectionnalité est introduit comme un concept de recherche par la juriste Kimberlé W. Crenshaw (2005). L’objectif de sa démarche de théorisation était alors à la fois de développer un modèle pour analyser l’oppression que vivaient les femmes dites de couleur et d’élaborer une stratégie politique juridiquement fondée pour contester et transformer les rapports so­ciaux basés sur l’inégalité ainsi construite : scientificité et militantisme ont d’emblée fonctionné de manière articulée expliquant en retour la grande difficulté chez les scientifiques de dissocier les deux activités, voire leur volonté affirmée de les articuler sous peine de perdre le sens de l’usage de ce concept (pour exemple voir Collins/Bil­ge, 2016).

8En quelques mots, Crenshaw défendait l’idée que les violences sexuelles subies par les femmes dites de couleur aux États-Unis étaient différentes de celles expérimentées par les femmes blanches ou les hommes dits de couleur et nécessitaient à ce titre une analyse et une pratique juridiques et politiques différentes :

Je montre que les expériences des femmes de couleur sont souvent le produit des croisements du racisme et du sexisme et qu’en règle générale elles ne sont pas plus prises en compte par le discours féministe que par le discours antiraciste. Du fait de leur identité intersectionnelle en tant que femmes et personnes de couleur, ces dernières ne peuvent généralement que constater la marginalisation de leurs intérêts et de leurs expériences dans les discours forgés pour répondre à l’une ou l’autre de ces dimensions (celle du genre et celle de la race) (Crenshaw, 2005 :54).

9En d’autres mots, l’intersectionnalité permet à la fois de repérer les spécificités expérimentées par des personnes subissant au moins deux catégorisations négatives – ici femmes et noires – et de transformer les pratiques politiques et juridiques permet­tant de les faire disparaître – ici des discours et des pratiques féministes et anti-racistes adaptées aux femmes dites de couleur. Comme l’évoquent également West et Fenster­maker dans leur article interactionniste majeur Doing difference publié sur la même période et portant sur la capacité des chercheur-e-s à croiser classe, race et genre dans l’analyse :

We should note that our interest here is not to separate gender, race, and class as social categories but to build a coherent argument for understan­ding how they work simultaneously (West/Fenstermaker, 1995 :19).

  • 2 Il ne nous appartient pas de réaliser ici une généalogie systématique de l’usage des termes “inters (...)

10On notera, enfin, que si ces auteures affirment la possibilité d’ouvrir l’analyse à d’autres catégorisations sociales comme l’orientation sexuelle ou l’âge, dans ces pre­miers temps de conceptualisation de la notion d’intersectionnalité, elles se concentrent principalement sur le croisement entre genre, race et classe sociale à travers notam­ment le cas des femmes de couleur populaires2 :

Of course, this is only the beginning. Gender, race, and class are only three means (although certainly very powerful ones) of generating difference and dominance in social life. Much more must be done to distinguish other forms of inequality and their workings (West/Fenstermaker, 1995 :33).

B. L’intersectionnalité : un usage scientifique implicite qui a précédé sa conceptualisation

11Mais si l’intersectionnalité est discutée aujourd’hui comme une avancée première en recherche et permet bien de se confronter à des questions scientifiques spécifiques nécessaires, comme nous le développerons plus loin, l’approche qu’elle incarne s’avère aussi avoir existé en sociologie, même de manière très partielle, bien avant d’avoir été nommée ou de faire l’objet d’une labellisation spécifique de la part des chercheur-e-s à l’image des travaux de Kergoat sur les femmes ouvrières (1982), de Collette Guillaumin sur les rapports entre racisme et sexisme (1992) ou de Raewyn Connell sur les masculinités (1995).

12Comment en effet penser autrement les analyses fondatrices de Raewyn Connell (1995) sur les masculinités élaborées à partir du début des années 1980 ? Dans la mise en exergue de quatre formes de masculinités – hégémonique, complice, subordonnée, et marginalisée – constitutives du régime de genre auquel participent hommes et fem­mes, Connell articule de fait dans son analyse les dimensions de genre, de classe so­ciale, de sexualité et de race. Si la masculinité “hégémonique” est incarnée par des hommes blancs hétérosexuels appartenant aux classes supérieures – haut management, sportifs de haut niveau, élite scientifique ou direction politique –, la masculinité “com­plice” est principalement le fait d’hommes blancs hétérosexuels relevant de la classe moyenne et admirant, sans pouvoir les reproduire entièrement, les traits de la masculi­nité hégémonique – hétérosexualité et séduction active, rationalité, affirmation de soi, autorité ou goût de la compétition. Quand la masculinité “subordonnée” est incarnée par des hommes homosexuels infériorisés par leur seule assimilation à la “féminité”, la masculinité “marginalisée” est plutôt le fait d’hommes hétérosexuels appartenant aux groupes socialement subordonnés – classes populaires, immigrés, noirs notamment.

  • 3 Pour exemple, voir le numéro spécial publié dans cette revue en 2013 sur les hommes évoluant dans l (...)

13Pour Connell, ces “masculinités” existent certes les unes en relation avec les autres, dans un rapport hiérarchique évident, mais aussi comme des idéaux-types qui permet­tent de mieux saisir les relations de genre dans leur globalité sans les épuiser. Les hommes, dans leurs pratiques quotidiennes, ne répondent pas de manière idéale à l’une ou à l’autre “masculinité”, même s’ils s’en rapprochent plus ou moins. Ils réalisent des compromis avec leur environnement – collègues, parents, enfants, conjoints, hiérar­chie… – et avec eux-mêmes sur l’un ou l’autre trait et construisent parfois des mascu­linités hybrides, voire transgressives, au regard des quatre “masculinités” principales énoncées par Connell3. On peut ainsi parler d’une “intersectionnalité” en actes, en dehors même d’une mobilisation effective du concept, dans la mesure où, non seule­ment différentes catégorisations sociales sont mises en œuvre pour construire l’ana­lyse, mais surtout sont articulées dans la construction spécifique d’un régime de genre fondant la domination masculine et les hiérarchisations entre hommes et des hommes envers les femmes.

  • 4 Elle prolonge et enrichit ici le travail fondateur de Madeleine Guilbert sur le sujet (1966).

14Un autre exemple est celui de la sociologue marxiste Danièle Kergoat qui, dans son ouvrage de 1982, Les Ouvrières, montre que pour étudier la place différente des ou­vriers et des ouvrières dans l'organisation du travail, ainsi que pour comprendre les processus de déqualification du travail des ouvrières, il faut analyser la façon dont les employeurs utilisent les qualités acquises dans la sphère domestique sans les reconnaître puisqu’elles sont censées être innées et non acquises4. Il s’agit, selon ses propres termes, d’articuler les variables sexe et classe, car la division technique et so­ciale du travail se juxtapose très étroitement à sa division sexuelle. L'opposition tra­vail/hors-travail se déconstruit d’elle-même pour faire place à l’idée d'une articulation entre les sphères de la production et de la reproduction qui distingue ainsi les situ­ations spécifiques des hommes ouvriers et des femmes ouvrières. Car, en fait, si l’on définit la sphère domestique comme un lieu où se déroule un travail, alors la sépara­tion travail/hors-travail n'a plus de sens – pour les femmes, en tout cas – et la situation des femmes ouvrières peut alors être expliquée de manière systémique comme une forme spécifique d’exploitation masculine.

15Un autre exemple, également développé dès les années 1970, est celui de l’analyse mise en place par Colette Guillaumin faisant de la “naturalisation” l’idéologie partagée par le sexisme et le racisme et participant à inférioriser les femmes et les personnes ainsi racisées de manière “naturelle” :

Ce naturalisme-là peut s’appeler racisme, il peut s’appeler sexisme, il re­vient toujours à dire que la Nature, cette nouvelle venue qui a pris la place des dieux, fixe les règles sociales et va jusqu’à organiser des programmes génétiques spéciaux pour ceux qui sont socialement dominés (Guillaumin, 1992 :49).

16Si Guillaumin n’articule pas de manière spécifique les catégorisations de sexe et de race (et ne représente donc pas à ce titre une analyse intersectionnelle stricto sensu), elle n’en élabore pas moins une analyse qui permet de penser cette intersectionnalité et d’envisager l’articulation de ces deux rapports de domination, voire d’autres encore, dans la mesure où leur mise en œuvre est fondée sur une “naturalisation” – que l’on pense “âge”, “orientation sexuelle” ou “handicap” par exemple.

  • 5 Nous préférons ici le terme de racisation que celui de race, en lien avec les évolutions récentes d (...)

17Ces théorisations montrent bien que l’intersectionnalité a été mise en œuvre dès les années 1970 et 1980, en amont de sa labellisation offerte par Crenshaw au sein de la sociologie du genre. Mais, au-delà des sociologues théoriciennes du genre des années 1970 et 1980 qui ont très tôt cherché à complexifier l’analyse de l’ordre genré en intro­duisant les dimensions de l’âge, de l’orientation sexuelle, de la racisation5 ou de la classe sociale, l’intersectionnalité a également été partiellement mise en œuvre de ma­nière implicite dans les travaux sociologiques posant la question des liens entre cer­tains comportements sociaux – suicide, éducation, familles ou pratiques culturelles – et certains déterminants sociaux – notamment la classe sociale, le sexe et le statut ma­trimonial –, de Durkheim à Lahire en passant par Bourdieu ou Singly pour n’en citer que les plus connus.

  • 6 Cette analyse de l’ambition théorique de Durkheim ne préjuge en rien ni de la qualité de ses donnée (...)

18Prenons le seul exemple majeur des travaux de Durkheim sur le suicide. Durkheim montre bien qu’au XIXe siècle, en lien avec leur plus ou moins grand niveau d’ “intégration sociale” – selon sa célèbre conceptualisation –, les femmes tendent à moins se suicider que les hommes, tout comme c’est le cas pour les personnes vivant en région rurale en regard de celles vivant en milieu urbain – sans parler des liens éga­lement établis entre taux de suicide et âge, statut matrimonial ou religion. Croisant ces différentes dimensions sociales, il repère non seulement un taux de suicide plus ou moins élevé, mais aussi un niveau d’ “intégration sociale” de ces personnes expliquant, selon lui, leur taux moyen de suicide plus ou moins élevé. On s’approche, sans l’atteindre cependant, d’une analyse intersectionnelle. On a en effet bien affaire à une tentative de croiser différentes catégorisations dans l’analyse d’un phénomène social à travers la théorisation du fonctionnement social sous-tendant ce dernier – ici en termes d’intégration sociale. L’analyse est bien réalisée de manière théorique à travers le concept d’intégration sociale et de manière empirique à travers les taux de suicide donnés en croisant certaines catégorisations sociales – des hommes mariés plus protégés du suicide que les hommes célibataires par exemple. Pourtant, l’articulation des différentes dimensions sociales n’est pas déclinée de manière systématique en croisant ces dernières et leurs effets spécifiques sur les individus dans leurs vécus et leurs conditions matérielles de vie – une femme rurale jeune mariée et protestante par opposition, par exemple, à un homme urbain âgé célibataire catholique. Si les prémis­ses de l’intersectionnalité sont bien présentes dans l’analyse de Durkheim – et dans celles de tou-te-s les sociologues-théoricien-ne-s qui le suivront et qui tentent d’établir un lien entre certains déterminants sociaux et certaines pratiques sociales à travers une conceptualisation spécifique –, la notion n’est cependant pas pensée de manière globa­le, si ce n’est à travers le concept d’intégration sociale censé rendre compte des maniè­res dont les individus sont membres d’une société donnée6.

19On peut ainsi en conclure non seulement que l’approche intersectionnelle n’a pas été créée ex nihilo par Crenshaw à la fin des années 1980, étant présente dans différen­tes théories du genre des années 1970 et 1980, mais aussi que cette approche est pré­sente, au moins de manière partielle, dès les premiers pas de la sociologie, comme on le voit avec Durkheim et sa théorisation du suicide, ou avec Bourdieu et son concept d’habitus. L’approche intersectionnelle n’en est pas moins spécifique et susceptible de ce fait d’enrichir la recherche sociologique contemporaine dans la mesure où elle obli­ge à penser l’articulation systématique et intégrée de différentes dimensions sociales, tant au niveau des individus – leurs vécus, leurs subjectivités – qu’au niveau structurel – les structures et les processus sociaux – pour mieux comprendre la production et la transgression des inégalités sociales de manière globale et dynamique.

III. L’intersectionnalité en actes

20L’intersectionnalité, qu’elle soit nommée comme approche principale par le ou la chercheur-e – cas encore rare, mais de plus en plus fréquent –, ou qu’elle soit mise en œuvre de manière implicite dans l’analyse, consiste donc de manière principale à arti­culer différents rapports de domination dans l’analyse d’une situation donnée de fabri­que d’inégalités sociales. Mais que signifie précisément la mise en œuvre empirique d’une approche intersectionnelle en recherche sociologique ?

A. L’approche intersectionnelle dans ses grandes lignes

  • 7 On notera que l’essentiel des exemples empiriques proposés dans cet article sont fondés de manière (...)
  • 8 Comme développé notamment par Acker J., 2009, p.201 : « ‘Inequality Regimes’ is an analytic approac (...)
  • 9 Les exemples empiriques sont choisis, parmi d’autres, dans la littérature scientifique récente auss (...)

21Toute question de recherche peut faire l’objet d’une analyse intersectionnelle. Elle peut ainsi porter indifféremment sur les violences, les migrations, les pratiques de lec­ture, la place des femmes artistes, la délinquance, les pratiques de recrutement et de gestion de la main-d’œuvre ou la réussite scolaire. Elle peut s’appuyer aussi bien sur l’emploi de méthodes qualitatives – cas le plus fréquent – que de méthodes quantitati­ves7. Si l’analyse intersectionnelle est plutôt consacrée à l’identification de rapports de domination du point de vue des dominé-e-s, elle aide toujours plus à penser les “régi­mes d’inégalités”8 dans leur mode de fabrication organisationnel et/ou institutionnel, selon l’expression heureuse d’Acker (2009). Regardons maintenant comment s’expri­me la recherche empirique contemporaine intersectionnelle à travers différents exem­ples, principalement francophones9.

B. Un axe central d’analyse : articuler genre, classe sociale et racisation

22Un usage central du concept d’intersectionnalité, très présent en sociologie du genre anglophone et francophone, est de croiser, à l’image des travaux fondateurs de Cren­shaw (2005), genre, classe sociale et racisation. On trouve ici une grande variété de travaux et d’approches : d’une analyse centrée sur la fabrique des “régimes d’inégali­tés” de genre, de classe et de racisation au sein d’entreprises, d’associations ou d’ad­ministrations (Acker, 2009), à une autre, centrée sur les subjectivités produites par ces individus entre intériorisation de la contrainte et tentatives de transgression confron­tées à ces “régimes d’inégalités” (Cervulle/Kergoat/Testenoire, 2012), en passant par les manières dont la mondialisation se construit par l’exploitation systématique et or­ganisée de certaines personnes – migrantes peu qualifiées venues du “Sud” – par d’au­tres – hommes et femmes occidentaux/ales qualifié-e-s vivant au “Nord” (Falquet, 2008).

23Mais si les approches diffèrent d’une recherche à l’autre, articulant avec plus ou moins de bonheur des perspectives macro-sociologiques – les structures sociales – et micro-sociologiques – les subjectivités –, ces analyses croisent toutes deux préoccupa­tions principales : d’une part, cerner les processus autour desquels des “régimes d’iné­galités” organisationnels et/ou institutionnels, nationaux ou internationaux, produisent des pratiques et des discours enfermant certaines femmes, le plus souvent immigrées et peu qualifiées, dans des situations économiques et symboliques très défavorables ; d’autre part, rendre compte des manières dont ces personnes socialement infériorisées sont tout à la fois contraintes par ces processus et tentent, même de manière secon­daire, de les transgresser, voire de les subvertir. Par ailleurs, on notera que ces travaux partent des situations de travail telles qu’elles sont fabriquées par des organisations (ou des employeur-e-s pour les femmes domestiques employées à domicile) qui les ac­cueillent et les régimes d’emploi nationaux ou locaux qui les façonnent, en lien avec une volonté de croiser la classe sociale – ici le plus souvent définie à partir des éche­lons inférieurs de la société – avec le genre et la racisation.

24Prenons l’exemple de l’analyse menée par Isabelle Puech sur des femmes de cham­bre peu qualifiées immigrées travaillant dans l’hôtellerie (2006). Évoluant dans un sec­teur d’emploi peu favorable – faibles rémunérations, temps partiel morcelé, contrats précaires, cadences difficiles ou nombreuses incertitudes dans l’organisation du travail –, ces femmes de chambre immigrées ne sont pas recrutées et employées au hasard. L’auteure constate tout d’abord que les femmes de chambre sont pour l’essentiel im­migrées et que les conditions de travail et d’emploi les plus difficiles sont “réservées” aux femmes immigrées les plus récemment arrivées, le plus souvent issues des pays d’Afrique subsaharienne. Leur absence de connaissance des règles salariales, en lien avec leur immigration récente, les rendrait ainsi plus “malléables”, entraînant des con­ditions de travail et d’emploi plus dures. Or,

La plupart des femmes de chambre rencontrées travaillent pour [la société] Clean depuis une dizaine d’années, voire plus. Malgré des conditions de travail peu enviables, des pratiques patronales souvent aux marges de la légalité, ces femmes n’envisagent pas de changer d’employeur. Le senti­ment de ne pas pouvoir “trouver mieux ailleurs” joue beaucoup (Puech, 2006 :49).

25Les employeurs profitent ainsi de la faible qualification professionnelle des sala­riées pour lesquelles cet emploi est souvent le premier, de la nécessité dans laquelle elles se trouvent de travailler pour subvenir aux besoins de leur famille et de leur faible maîtrise des droits salariés et de la langue française. L’auteure voit ainsi dans ces prati­ques de gestion de la main-d’œuvre de femmes immigrées peu qualifiées venues de pays subsahariens une forme de «délocalisation sur place» (expression qu’elle em­prunte à Emmanuel Terray, construite par ses soins en 1999 pour rendre compte de la situation d’étrangers en situation irrégulière).

26Un autre exemple en serait la réflexion développée par Patricia Hill Collins à partir d’une analyse des usages et des représentations des corps des femmes noires produites autour de la pornographie, du viol et de la prostitution. Elle en conclut que la sexualité des femmes noires ouvre la porte à leur exploitation pérenne. En effet, l’hétéronorma­tivité – faisant de l’hétérosexualité la sexualité normale et acceptable –associée aux mythes de l’hypersexualité des personnes noires, participerait à la perpétuation de la domination des femmes de couleur aux États-Unis. Les conceptions de ces femmes comme des “bêtes de somme” ou comme des “objets de plaisir”, héritage d’une écono­mie politique des violences sexuelles venue en grande partie de l’esclavage, participe­raient ainsi à l’exploitation de leur travail, de leur sexualité et de leur fertilité. En croi­sant le genre, la couleur de peau, la classe sociale et la sexualité, on accède à une com­préhension plus fine de la situation subjective et objective vécue par les femmes noires dominées. Ainsi, toujours selon cette auteure,

L’analyse de la pornographie, de la prostitution, du viol invite plutôt à la penser [la sexualité] comme “site d’intersectionnalité” où se rencontrent et s’entrecroisent différents systèmes d’oppression (Collins, 2016 :97).

27Or, si les analyses croisant genre, classe sociale et racisation s’intéressent de ma­nière principale aux femmes immigrées, d’origine immigrée ou de couleur, peu quali­fiées ou pauvres, elles portent aussi parfois soit sur des hommes immigrés, d’origine immigrée ou de couleur évoluant dans des emplois peu qualifiés “masculins” comme le bâtiment (Jounin, 2008), ou “féminins” comme l’emploi domestique (Scrinzi, 2010), soit sur des hommes dominants, comme les hommes cadres européens dans des entreprises saoudiennes (Le Renard, 2013). Elles peuvent encore porter sur les ma­nières dont les scolarités des jeunes sont affectées par leur genre, leur origine sociale et leur origine nationale afin de mieux distinguer les effets spécifiques à chaque catégorie d’analyse – une fille d’origine maghrébine et d’origine sociale peu favorisée a, en moyenne, un destin scolaire plus favorable qu’un garçon de même origine nationale et sociale – et d’en analyser les articulations précises à chaque étape de la trajectoire sco­laire (Brinbaum/Kieffer, 2009).

C. Croiser les catégorisations sociales pertinentes apparues au cours de l’analyse

28L’analyse intersectionnelle peut aussi être mise en place sans volonté spécifique du/de la chercheur-e de croiser genre, classe et racisation, mais dans l’objectif impli­cite de rendre compte de pratiques culturelles, sexuelles, scolaires, professionnelles, familiales ou sportives dans leur complexité. Le ou la chercheur-e est ainsi amené-e à articuler plusieurs catégorisations sociales dans l’analyse afin de rendre compte des pratiques observées et d’en expliquer à la fois la permanence et la variabilité. L’âge, la classe sociale, la racisation, l’apparence, la religion, l’âge, la formation scolaire, l’ori­entation sexuelle ou encore le handicap sont autant de dimensions sociales pouvant se croiser dans l’analyse, aucune recherche empirique rigoureuse n’ayant cependant, à notre connaissance, dépassé le nombre de quatre dimensions sociales articulées dans la mise en œuvre de recherches intersectionnelles.

29Un premier exemple en serait la recherche menée par mes soins sur les femmes mu­siciennes de jazz. Expliquer l’entrée de jeunes femmes instrumentistes de jazz dans un monde du jazz très masculin – par le nombre et par son mode de fonctionnement –nous a ainsi amenée à repérer des femmes instrumentistes d’origine sociale et de for­mation scolaire en moyenne plus élevées que leurs collègues instrumentistes hommes du même âge. L’enquête a ainsi montré comment ces “sursocialisations” s’expli­quaient de manière principale par les ressources supplémentaires qu’elles donnaient à ces jeunes femmes pour contourner les processus sociaux contraires à débuter une acti­vité de musicienne professionnelle de jazz. Ces ressources leur donnaient ainsi accès aux réseaux sociaux “masculins” cultivant par ailleurs l’entre soi entre hommes, leur fournissaient des socialisations musicales et relationnelles efficaces pour jouer en groupe ou encore leur donnaient accès aux premières expériences fondatrices de la musique et de la vie en groupe sans s’enfermer dans des stéréotypes féminins déni­grants. Elles pouvaient ainsi transgresser, du moins, dans les premières étapes de leur trajectoire, les processus sociaux “masculins” – conventions, réseaux, normes et stéré­otypes sexués – contraires à leur pratique professionnelle du jazz comme instrumentis­tes (Buscatto, 2007). Ont ainsi été croisées dans l’analyse, en lien avec une question de recherche spécifique – la marginalisation des femmes instrumentistes du jazz français – les dimensions du genre, de l’âge, de l’origine sociale et de la formation musicale pour mieux saisir la fabrique des inégalités genrées et leurs modes possibles de trans­gression dès les premiers temps de la trajectoire musicale.

30Un deuxième exemple en serait la recherche portée par Christine Détrez (2011) au sujet de la lecture des mangas par de jeunes adolescent-e-s et de jeunes adultes. La chercheure montre en effet les manières complexes selon lesquelles se met en place la lecture des mangas, selon leur genre certes, mais également selon l’âge et la classe so­ciale. Dit autrement, si ce cas rend compte de manière détaillée du caractère éminem­ment genré de la lecture des mangas – et de sa fonction socialisatrice également genrée –, il montre aussi que cette activité est en partie influencée par d’autres socialisations qui participent à complexifier ses usages “masculins” et “féminins”. Selon le milieu social, le genre et l’âge, jeunes filles et jeunes garçons s’approprient les mangas de manière spécifique, jusque dans les manières dont ces pratiques peuvent être décalées ou transgressées par certain-e-s. Si la fabrique sexuée des goûts est bien assurée autour d’une opposition entre féminité et masculinité et d’une hiérarchisation entre le mascu­lin et le féminin, elle est rendue complexe par la diversité des influences sociales – âge et milieu social notamment – qui participent non seulement à définir les masculinités et les féminités légitimes dans la société française vécue par les adolescent-e-s et les jeunes adultes, mais aussi à construire des inégalités sociales complexes.

31Selon la question de recherche, les dimensions de l’analyse à articuler peuvent va­rier, que l’on pense ainsi à une recherche sur des femmes lesbiennes d’origines immi­grées maghrébines populaires intégrant genre, orientation sexuelle, classe sociale et origine immigrée (Amari, 2012), à celle portant sur l’apprentissage de l’hétéronormati­vité faisant de l’hétérosexualité la seule sexualité “normale” chez des jeunes de 15-20 ans appartenant aux classes populaires et évoluant soit dans des villages ruraux, soit dans des habitats sociaux de la banlieue parisienne croisant cette fois sexualité, âge, classe sociale et lieu de vie (Clair, 2012), ou encore à une enquête sur les usages genrés (et inégalitaires pour les femmes) des sites de rencontres amoureuses sur Internet articulant âge, orientation sexuelle et genre (Bergström, 2015).

32Cependant, il apparaît que, sur le seul plan empirique, il a pour l’instant été impos­sible de mettre en place une approche intersectionnelle multipliant les rapports de do­mination de manière rigoureuse. Les travaux empiriques sérieux réussissent le plus souvent à articuler trois dimensions sociales, quatre au plus, sauf à sur-théoriser ou à sur-interpréter les données de l’enquête. Cela n’implique pas son impossibilité à terme. On trouve bien là une ambition légitime de recherche visant à réussir à penser de manière coordonnée les différentes formes de domination liées au genre, à l’âge, à l’appartenance sociale, à l’orientation sexuelle, à la religion, à l’apparence, au handi­cap ou à la racisation. L’expérience sociale traversée par une jeune femme d’origine immigrée musulmane issue de classes populaires et homosexuelle n’est en effet pas a priori celle d’un homme hétérosexuel juif d’âge moyen d’origine française apparte­nant aux classes supérieures… et ces différences expérimentées au niveau individuel s’inscrivent dans des régimes d’inégalités socialement construits que les chercheur-e-s se doivent d’explorer de manière fine et articulée dans les années à venir.

33Dans le même ordre d’idées, si les analyses empiriques présentées réussissent bien à croiser différentes dimensions sociales dans l’analyse pour rendre compte aussi bien de la fabrique des différenciations sociales que des subjectivités expérimentées par les individus concernés, elles ne réussissent guère pour l’instant à développer une théori­sation générale fondée sur les dominations sociales et permettant de révéler un mode central de production et de légitimation des inégalités sociales. Loin d’un idéal porté par certaines théoriciennes de l’intersectionnalité de produire une théorie générale des inégalités sociales, les analyses empiriques rigoureuses existantes limitent encore leurs conclusions aux questions de recherche abordées et contextualisent avec finesse les ré­sultats de recherche en les situant dans un espace social spécifique – le système sco­laire, les loisirs, les familles, les rencontres amoureuses ou les organisations de travail –, en lien avec des institutions ou des organisations spécifiques – politiques publiques, régimes d’emploi, logiques organisationnelles, sites internet… Reste encore à produire une théorisation générale rendant compte de la production de l’ensemble des domina­tions sociales existantes de manière articulée, au-delà de la variété des lieux de pro­duction de ces dominations et de leurs formes sociales, en lien avec des résultats empi­riques solides et systématiques.

IV. Conclusion

34L’intersectionnalité est un concept construit dès la fin des années 1980 aux États-Unis à partir de la volonté scientifique et militante de certaines (et parfois de certains) de croiser le genre, la classe sociale et la racisation afin de produire une analyse géné­rale des “régimes d’inégalités”. Cet acte fondateur marque encore aujourd’hui aussi bien la primauté d’analyses croisant genre, racisation et classe sociale du point de vue des dominé-e-s que la volonté affichée des chercheur-e-s intersectionnel-e-s d’identi­fier et d’expliquer, voire de dénoncer, les inégalités sociales. Or, au-delà de certains usages superficiels ou inaboutis du concept d’intersectionnalité, liés à la séduction qu’exerce ce concept dans la recherche portant sur les discriminations – on parle bien ici d’un concept “à la mode” en recherche comme en militance –, les usages récents du concept d’intersectionnalité font percevoir plusieurs évolutions épistémologiques ma­jeures enrichissantes et stimulantes, également sources de tensions et de débats, voire de conflits, entre chercheur-e-s.

35Une première évolution est celle, proposée par cet article, de dissocier militantisme et enquête empirique afin de permettre aux scientifiques de se distancier au mieux et de faire œuvre de réflexivité (Buscatto, 2016) dans le traitement de questions de re­cherche éminemment empreintes de subjectivité – inégalités, dominations, violences, stigmatisations, humiliations… L’intersectionnalité peut d’autant mieux devenir un outil efficace d’analyse de la fabrique des inégalités sociales qu’elle s’accompagne de pratiques scientifiques autonomes et raisonnées, au même titre que tout autre outil d’analyse, que tout autre concept. Cette position reste cependant minoritaire parmi les théoricien-ne-s de l’intersectionnalité, voire est accusée de noyer le concept d’inter­sectionnalité dans une recherche mainstream insensible aux minorités (Collins/Bilge, 2016).

36Une deuxième évolution, également largement débattue, porte sur la capacité des chercheur-e-s à ouvrir l’analyse à toutes les dimensions sociales susceptibles de s’arti­culer pour rendre compte des inégalités sociales de manière systématique. Croiser le genre, la classe et la racisation permet certes de rendre compte de nombreuses situ­ations sociales productrices d’inégalités, mais ne suffit pas à identifier et à expliquer les situations sociales existantes dans leur grande variété selon une grille d’analyse unique. L’âge, la religion, le handicap, l’apparence, le niveau scolaire ou l’orientation sexuelle peuvent prendre une importance majeure selon le monde social étudié et/ou la question de recherche abordée. Comment donc aller jusqu’au bout de l’ambition épistémologique portée par l’intersectionnalité ? Est-il envisageable d’intégrer l’en­semble des rapports de domination en une seule théorie sociale sans risquer de s’éloi­gner des données empiriques spécifiques à chaque situation sociale ? Ne risque-t-on pas à l’inverse de perdre son ambition initiale – complexifier l’analyse genrée – ainsi que sa capacité à rendre compte des inégalités sociales genrées de manière première (Juteau, 2016) ? La question reste très ouverte, les recherches empiriques étant en plein développement dans un champ de recherche encore en construction, elle mérite au moins de stimuler les unes et les autres à œuvrer à améliorer les outils d’analyse existants pour rendre compte de la complexité sociale sans perdre de vue son fonde­ment premier : l’analyse des rapports sociaux sexués inégalitaires.

37Une troisième et dernière évolution fondamentale est la volonté croissante des cher­cheur-e-s d’articuler dans l’analyse aussi bien les régimes d’inégalités participant à produire des différenciations sociales que les manières dont les dominé-e-s se saisis­sent de leurs vies, entre intériorisation de ces différenciations sociales, et transgres­sion, voire subversion des processus sociaux censés les enfermer dans des situations défavorables sur les plans symbolique et économique. Étudier les manières selon les­quelles se créent les différences/les inégalités de façon dynamique oblige à poser aussi bien la question de la reproduction que celle de la transgression, voire de la subversion sociale par les individus. Là encore, il s’agit aussi bien d’éviter l’écueil d’approches réduites aux seules perspectives micro-analytiques ou à la mise en perspective d’un seul axe de domination sociale que de ne pas tomber dans le piège d’une sur-théorisa­tion de phénomènes sociaux complexes en les réduisant à une cause univoque.

38Ces trois évolutions ne vont pas sans heurts et conflits au sein même d’un monde défendant des manières différentes de penser la recherche. Quand certaines prônent la nécessaire implication du/de la chercheur-e dans le militantisme et l’impossible objec­tivité de sa posture, suivant en cela le credo postmoderniste, d’autres préfèrent l’idée que l’intersectionnalité doit fonctionner comme une boîte à outils heuristique aidant à repérer la fabrique des inégalités sociales (Jaunait/Chauvin, 2012), son usage ne devant pas faire l’économie des règles de la méthode réflexive qui en justifient la per­tinence scientifique (Buscatto, 2016). Quand certaines défendent la multiplication des dimensions de l’analyse à intégrer au gré des besoins identifiés au fil de l’enquête em­pirique afin de produire une théorie générale des inégalités sociales (encore à naître), d’autres prônent plutôt la mise en œuvre d’une analyse de rapports sociaux consubs­tantiels, en lien avec une théorie marxiste renouvelée (Galerand/Kergoat, 2014). Quand certaines veulent centrer l’analyse sur les structures et les processus sociaux de fabrication des inégalités, d’autres privilégient les subjectivités produites par celles et par ceux qui tentent (ou non) de s’en extraire au quotidien. Quand certaines pensent que l’intersectionnalité doit centrer l’analyse sur les dominé-e-s, d’autres prônent en revanche une meilleure compréhension des dominant-e-s pour enrichir l’analyse (Le Renard, 2013). Ces débats, parfois conflictuels, nourrissent en retour aussi bien la mise en œuvre d’enquêtes empiriques originales que la tentative de théorisations stimulan­tes, faisant de l’intersectionnalité un concept heuristique en pleine évolution et sujet à de nombreux usages, parfois stimulants, parfois flous, parfois enrichissants, parfois contradictoires. Cet article aura tenté aussi bien de montrer les usages épistémologi­ques existants de ce concept dans leur variété scientifique en sociologie que de souli­gner les points de fracture ou de dissension entre les unes et les autres usant de ce con­cept, de manière explicite ou non.

Top of page

Bibliography

Acker J.,
2009 “From Glass-Celing to Inequality Regimes”, Sociologie du travail, 51(2), pp.199-217.

Amari S.,
2012 “Des lesbiennes en devenir. Coming-out, loyauté filiale et hétéronormativité chez des descendantes d'immigrant-e-s maghrébin-e-s”, Cahiers du Genre, 53, pp.55-75.

Beauvoir (de) S.,
2000 Le deuxième sexe, Paris, Gallimard, Folio [1949].

Bereni L.,
2009 “ ‘Faire de la diversité une richesse pour l'entreprise’. La transformation d’une contrainte juridique en catégorie managériale”, Raisons politiques, 35, pp.87-106.

Bergström M.,
2015 “L’âge et ses usages sexués sur les sites de rencontres en France (années 2000)”, Clio. Femmes, genre, histoire, 42, pp.125-146.

Besnard Ph.,
1973 “Durkheim et les femmes ou le Suicide inachevé”, Revue française de so­ciologie, 14(1), pp.27-61.

Bilge S.,
2009 “Théorisations féministes de l’intersectionnalité”, Diogène, 225, pp.70-88.

Bourdieu P.,
1998 La domination masculine, Paris, Éditions du Seuil, 1998.

Brinbaum Y., Kieffer A.,
2009 “Les scolarités des enfants d’immigrés de la sixième au baccalauréat : diffé­renciation et polarisation des parcours”, Population, 3, pp.561-610.

Buscatto M.,
2007 Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalisations, Paris, CNRS Édi­tions.
2016 “Practising Reflexivity in Ethnography”, in Silverman D. (ed.), Qualitative Research. Issues of Theory, Method and Practice, London, Sage Publica­tions, 4th Edition, pp.137-151.

Buscatto M., Fusulier B.,
2013 “ ‘Masculinities’ Challenged in Light of ‘Feminine’ Occupations”, Recher­ches sociologiques et anthropologiques, 44(2), pp.1-19.

Cervulle M., Kergoat D., Testenoire A.,
2012 “Subjectivités et rapports sociaux”, [numéro spécial], Cahiers du Genre, 53.

Clair I.,
2012 “Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel”, Agora débats/jeunesses, 60, pp.67-78.

Collins P. H.,
2016 “Quelles politiques sexuelles pour les femmes noires ? ”, Cahiers du genre, Hors Série 4, 3, pp.97-127, [1990].

Collins P. H., Bilge S.,
2016
Intersectionality, Cambridge, Polity Press.

Connell R. W.,
2012
Masculinities : Knowledge, Power and Social Change, Berkeley, University of California Press [1995].

Crenshaw K. W.,
2005 “Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l’identité et vio­lences contre les femmes de couleur”, Cahiers du Genre, 39, pp.51-82, [1989, 1994].

Delphy Chr.,
2013a L'Ennemi principal 1. Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse [1997].
2013 b L'ennemi principal 2. Penser le genre, Paris, Syllepse [2001].

Détrez Chr.,
2011 “Des shonens pour les garçons, des shojos pour les filles ? Apprendre son genre en lisant des mangas”, Réseaux, 168-169, pp.165-186.

Dorlin E. (dir.),
2008 Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, L'Harmattan.

Durkheim E.,
1999 Le suicide, Paris, PUF, Quadrige [1897].

Falquet J.,
2008 De gré ou de force. Les femmes dans la mondialisation, Paris, La Dispute.

Galerand E., Kergoat D.,
2014 “Consubstantialité vs intersectionnalité ? À propos de l’imbrication des rap­ports sociaux”, Nouvelles pratiques sociales, 26(2), pp.44-61.

Guilbert M.,
1966 Les fonctions des femmes dans l’industrie, Paris, La Haye.

Guillaumin C.,
1992 Sexe, Race et Pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes éditions.

Jaunait A., Chauvin S.,
2012 “Représenter l'intersection. Les théories de l'intersectionnalité à l'épreuve des sciences sociales”, Revue française de science politique, 62(1), pp.5-20.

Jounin N.,
2008 Chantier interdit au public. Enquête parmi les travailleurs du bâtiment, Pa­ris, La Découverte.

Juteau D.,
2016 “Un paradigme féministe matérialiste de l’intersectionnalité”, Cahiers du genre, Hors Série 4, 3, pp.129-149.

Kergoat D.,
1982 Les ouvrières, Paris, le Sycomore.

Le Renard A.,
2013 “Articuler genre, classe et race. Approches empiriques”, in Maruani M. (dir.), Travail et genre dans le monde, La Découverte, Paris, pp.98-106.

Mead M.,
2001
Male and Female, New York, Harper Perrenial [1947].

Puech I.,
2006 “Femmes et immigrées : corvéables à merci”, Travail, genre et sociétés, 16(2), pp.39-51.

Scrinzi Fr.,
2010 “Masculinities and the International Division of Care : Migrant Male Do­mestic Workers in Italy and France”,
Men and Masculinities, 13(1), pp.44-64.

West C., Fenstermaker S.,
1995 “Doing Difference”,
Gender and Society, 9(1), pp.8-37.

Top of page

Appendix

Résumé structuré

Présentation générale : Cet article rend compte des usages épistémologiques du con­cept d’intersectionnalité en sociologie en se fondant sur les seuls usages scientifiques – théoriques et empiriques – du concept repérés dans les travaux sociologiques franco­phones et anglophones, que cet usage soit explicite ou implicite.

Prémisses historiques : Dans un premier temps, le concept d’intersectionnalité est ancré dans son histoire. Si la notion d’intersectionnalité est bien énoncée à la fin des années 1980, l’approche intersectionnelle n’est pas alors créée ex nihilo. Elle est non seulement présente dans différentes théories du genre des années 1970 et 1980 (les exemples des théorisations de Connell, de Kergoat et de Guillaumin sont discutés), mais elle est également présente, au moins de manière partielle, dès les premiers pas de la sociologie à l’image de Durkheim dans sa théorisation du suicide évoquée ici.

Usages empiriques : L’approche intersectionnelle n’en est pas moins spécifique et susceptible de ce fait d’enrichir la recherche sociologique contemporaine. Elle oblige à penser l’articulation systématique et intégrée de différentes dimensions sociales, tant au niveau des individus – leurs vécus, leurs subjectivités – qu’au niveau structurel – les structures et les processus sociaux – pour mieux comprendre la production et la transgression des inégalités sociales de manière globale et dynamique. Tel est l’objet de la deuxième partie de cet article qui cherche à montrer comment se jouent concrète­ment les usages, explicites ou implicites, du concept d’intersectionnalité dans les en­quêtes sociologiques contemporaines. Un usage central du concept d’intersectionnalité est de croiser genre, classe sociale et racisation. On trouve ici une grande variété de travaux et d’approches : d’une analyse centrée sur la fabrique des “régimes d’inégali­tés” de genre, de classe et de racisation, à une autre, centrée sur les subjectivités pro­duites par ces individus, en passant par les manières dont la mondialisation se construit par l’exploitation systématique et organisée de certaines. L’analyse intersectionnelle peut aussi se mettre en place sans volonté spécifique du/de la chercheur-e de croiser genre, classe et racisation, mais dans l’objectif implicite de rendre compte de pratiques culturelles, sexuelles, scolaires, professionnelles, familiales ou sportives dans leur complexité afin de rendre compte des pratiques observées et d’en expliquer à la fois la permanence et la variabilité

Perspectives épistémologiques : Quelles sont alors les évolutions épistémologiques possibles de la recherche en ce domaine ? Une première évolution est celle, proposée par cet article, de dissocier militantisme et enquête empirique afin de permettre aux scientifiques de faire œuvre de réflexivité dans le traitement de questions de recherche éminemment empreintes de subjectivité – inégalités, dominations, violences, stigma­tisations, humiliations… Une deuxième évolution porte sur la capacité des chercheur-e-s à ouvrir l’analyse à toutes les dimensions sociales susceptibles de s’articuler pour rendre compte des inégalités sociales de manière systématique. Une troisième et der­nière évolution fondamentale est la volonté croissante des chercheur-e-s d’articuler dans l’analyse aussi bien les régimes d’inégalités participant à produire des différen­ciations sociales que les manières dont les dominé-e-s se saisissent de leur vie, entre intériorisation de ces différenciations sociales, et transgression, voire subversion des processus sociaux censés les enfermer dans des situations défavorables sur les plans symbolique et économique. Il s’agit à chaque fois d’éviter l’écueil d’approches rédui­tes aux seules perspectives micro-analytiques ou à la mise en perspective d’un seul axe de domination sociale sans tomber dans le travers d’une sur-théorisation de phénomè­nes sociaux complexes en les réduisant à une cause univoque.

Structured summary

General presentation : This article provides an account of the epistemological uses of the concept of intersectionality in sociology in basing itself exclusively on the – theoretical and empirical – scientific uses of a concept situated in French and English language work, whether that use be explicit or implicit.

Historical premises : Ancestors of today’s concept of intersectionality are anchored in sociology’s history. If the concept of intersectionality in fact emerged in the late 1980’s, the intersectional approach was not thereby created ex nihilo. Not only is it present in various gender theories of the 1970’s and 1980’s (the examples of Connell, Kergoat and Guillaumin’s theorizations are discussed), but was also at least partially present in the infancy of sociology, referring, for example to Durkheim, and his theoryzation of suicide mentioned here.

Empirical uses : But that does not make the intersectional approach any less specific and, for that reason, capable of enriching contemporary sociological research. It obliges us to think through the systematic and integrated articulation of various social dimensions, as much on the level of individuals – their lived experiences, their subjecti­vities – as on the structural level – social structures and processes – for a better comprehension of the production and transgression of social inequalities in a global and dynamic way. That is the object of this article’s second part, seeking to show how the concept of intersectionality’s explicit or implicit uses play themselves out concretely in contemporary sociological investigations. A central use of the concept of intersectionality is crossing gender, social class and racization. We find a great variety of works and approaches here : from an analysis centred on the production of “inequality systems” of gender, class and racization, to an analysis centred on the subjectivities produced by these individuals, in mentioning along the way how globalization is built through the systematic and organized exploitation of some. Intersectional analysis may also come to exist without the researcher’s specific desire to cross gender, class and racization, but with the implicit goal of providing an account of cultural, sexual, school, professional, family or sporting practices in their complexity in order to understand practices observed and at the same time explain permanence and variability.

Epistemological perspectives : So what epistemological research evolutions are possible in this field ? A first evolution is one proposed by this article : dissociating militancy and empirical investigation in order to allow scientists to break new ground in reflexivity in treating research questions deeply embedded in subjectivity – inequalities, domination, violence, stigmatization, humiliation… A second evolution involves the researcher’s ability to open the analysis to every social dimension that can be integrated so as to account for social inequalities systematically. A third and last fundamental evolution is the increasing desire of researchers to articulate in the analysis not only systems of inequalities contributing to producing social differentiations, but also how the downtrodden take charge of their lives, between interiorizing those social differentiations and transgression, or even subversion, of the social processes designed to lock them into unfavourable situations on the symbolic and economic levels. It is always a question of avoiding the pitfall of approaches exclusively reduced to micro-analytic perspectives or else the placing in perspective of only one axis of social domi­nation, thus escaping the pitfall of an over-theorization of complex social phenomena that would reduce them to a univocal cause.

Top of page

Notes

1 Je tiens à remercier Bernard Fusulier pour ses commentaires stimulants, ainsi que les deux rapporteur-e-s anonymes de la revue.

2 Il ne nous appartient pas de réaliser ici une généalogie systématique de l’usage des termes “intersec­tion” ou “intersectionnalité” dans la littérature anglophone scientifique de cette période, mais il semble­rait que le concept d’intersection était également présent dans des articles parus au même moment, voire avant celui de Crenshaw comme chez Almquist ou Glenn. Voir les références complètes dans West C., Fenstermaker S., 1995. Sans parler des mouvements sociaux qui, pour certains, ont, dès le XIXe siècle, défendu l’idée que les femmes, les pauvres ou les personnes de couleur ne se réduisaient pas à cette seule catégorisation dans la définition de leur situation (Collins P. H., Bilge S., 2016). Pour des développements en français sur cette question pour le seul Black feminism, voir Dorlin E., 2008.

3 Pour exemple, voir le numéro spécial publié dans cette revue en 2013 sur les hommes évoluant dans les domaines professionnels “féminins” (Buscatto M., Fusulier B., 2013).

4 Elle prolonge et enrichit ici le travail fondateur de Madeleine Guilbert sur le sujet (1966).

5 Nous préférons ici le terme de racisation que celui de race, en lien avec les évolutions récentes de la réflexion sociologique, dans la mesure où non seulement la “race” n’existe pas en soi, mais est bien, comme le sexe ou l’âge, le fruit d’une construction sociale, mais surtout où elle permet de rendre compte de situations très hétérogènes relevant parfois de la couleur de peau, parfois de l’origine natio­nale, parfois de l’appartenance “ethnique”, parfois de la situation d’immigration. Le terme de racisation paraît ainsi bien mieux adapté que celui de race pour énoncer l’idée qu’il s’agit bien d’une catégorie d’analyse et non d’un phénomène naturel et qu’il rend compte d’un ensemble multiple de catégorisa­tions selon les cas empiriques étudiés.

6 Cette analyse de l’ambition théorique de Durkheim ne préjuge en rien ni de la qualité de ses données empiriques, ni de la rigueur conceptuelle de son analyse. Pour une critique raisonnée des limites empiriques et théoriques de l’analyse de Durkheim sur le suicide, on reportera le lecteur et la lectrice à une analyse déjà ancienne menée par Besnard sur cet ouvrage et sur son caractère inachevé en raison, notamment, de ses présupposés idéologiques relatifs à une “nature” féminine qui auraient limité les capacités de Durkheim à conceptualiser les données existantes (Besnard Ph., 1973).

7 On notera que l’essentiel des exemples empiriques proposés dans cet article sont fondés de manière principale sur des méthodes qualitatives – entretiens, documents, archives, observations. Sans pouvoir le prouver de manière systématique, on peut expliquer cette tendance selon deux grandes hypothèses a priori complémentaires. D’une part, une grande part des enquêtes publiées dans les revues et les ouvra­ges scientifiques sociologiques sont fondées sur des matériaux qualitatifs. Cette surreprésentation des méthodes qualitatives dans les usages sociologiques scientifiques se retrouverait ainsi dans les analyses intersectionnelles. D’autre part, l’intérêt porté par les analyses intersectionnelles à l’identification des manières dont se fabriquent les inégalités sociales, que le point de vue soit plutôt structurel ou plutôt subjectif, rend également a priori approprié l’usage de méthodes qualitatives permettant de particulire­ment bien saisir les processus sociaux de fabrication des phénomènes sociaux et les manières dont les individus expérimentent ces derniers.

8 Comme développé notamment par Acker J., 2009, p.201 : « ‘Inequality Regimes’ is an analytic approach to understanding the on-going creation of inequalities in work organizations. This approach can be used to identify inequality-producing practices and their locations in particular organizing pro­cesses». Si Acker centre ici son analyse sur les seules organisations – administrations, entreprises, partis politiques ou associations –, en lien avec ses objets de recherche principaux, le concept peut être repris pour penser tout système institutionnel participant à produire des inégalités multiples intersectionnelles par exemple au sein des familles, dans le système éducatif, dans les institutions judiciaires et policières ou dans les échanges culturels entre pays ou entre groupes sociaux.

9 Les exemples empiriques sont choisis, parmi d’autres, dans la littérature scientifique récente aussi bien pour leur exemplarité et que pour leur variété. Ils sont principalement francophones pour une raison d’efficacité, sans nuire en rien à la qualité du raisonnement dans la mesure où ces exemples constituent a priori un espace de réflexion partagé entre les lecteurs et les lectrices francophones de cet article et peuvent ainsi faire l’objet d’une réflexion fondée approfondie pour celles et ceux qui le désirent. Les discussions conceptuelles sont portées aussi bien dans les mondes anglophone et francophone et font l’objet d’échanges nourris, au moins dans l’univers francophone qui accueille et cite régulièrement les textes anglophones (l’inverse reste rare). Il était donc primordial que cet article en rende compte et men­tionne aussi bien des textes anglophones et francophones théoriques pour témoigner de la complexité du débat théorique. En revanche, si les exemples empiriques sont nombreux, variés et multiples, en fran­çais comme en anglais, leur usage vise ici à montrer comment cette analyse fonctionne “en actes”. Le développement de références anglophones empiriques aurait complexifié la lecture du texte sans appor­ter davantage aux points ici abordés, au-delà de la spécificité de chaque cas empirique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Marie Buscatto, « La forge conceptuelle. “Intersectionnalité” : À propos des usages épistémologiques d’un concept (très) à la mode », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-2 | 2016, 101-115.

Electronic reference

Marie Buscatto, « La forge conceptuelle. “Intersectionnalité” : À propos des usages épistémologiques d’un concept (très) à la mode », Recherches sociologiques et anthropologiques [Online], 47-2 | 2016, Online since 05 May 2017, connection on 18 November 2017. URL : http://rsa.revues.org/1744 ; DOI : 10.4000/rsa.1744

Top of page

About the author

Marie Buscatto

Professeure en sociologie. IDHES, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Cnrs.

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org