Navigation – Plan du site
À propos de livres

Guillon Roland, Essai sur la formation sociale des œuvres d’art

Paris, l’Harmattan, Logiques sociales, 2009
Delphine Masset
p. 167-169

Texte intégral

1Roland Guillon, sociologue français et mélomane, auteur d’ouvrages sur la problématique de l’emploi, mais aussi sur le jazz, propose dans cet essai une étude sur la formation sociale des œuvres d’art. Inventeur du concept de “New Wave”, Roland Guillon allie ici l’intelligence critique de son regard sociologique, avec un savoir référentiel culturel impressionnant dans l’objectif d’écrire sur la formation sociale des œuvres d’art.

2D’inspiration marxiste, ses précédents travaux sur la mondialisation et la globalisation imprègnent sa réflexion tout au long de l’ouvrage. Soulignant, au sein des derniers mouvements de pensée, une forte relation entre la recherche artistique et les avancées du capitalisme, l’auteur n’hésite pas à donner un accent critique à son essai.

3Ainsi, Guillon tente tout au long de ce texte la difficile entreprise de rendre compte des « ensembles sociaux structurants » (p.10) fondateurs des représentations imagées qui sous-tendent la création des œuvres d’art. Il trace ainsi les grandes lignes directrices de l’“esprit créatif” d’une époque par la description des dimensions récurrentes de la création artistique et par la mise en perspective successive de cet esprit avec d’autres tensions sociales comme celles qui peuvent exister entre l’individuel et le collectif, la raison et les passions, ou encore, l’originalité créatrice et le conformisme. Les propositions artistiques, à chaque époque, sont mises en regard avec les deux autres mondes que sont la production et les échanges, ainsi qu’avec la politique et les expéditions.

4In fine, il s’agit donc bien de « replacer l’intentionnalité esthétique des artistes dans une dynamique historique des formations sociales » (p.16) afin de re-faire la genèse sociale des propositions scientifiques et artistiques, ou encore, selon les termes de l’auteur « de saisir des ensembles historiques significatifs par leur totalité et leur dynamique créatrice » (p.9).

5Dans ce cadre, il faut souligner la grande diversité avec laquelle l’auteur nous parle des arts et de la pensée : intellectuels, plasticiens, musiciens, écrivains, tous sont convoqués, avec une connaissance virtuose, à venir habiter une époque, un mouvement.

6Le sociologue parcourt, à la suite de l’introduction, cinq grandes périodes à partir desquelles une cohérence créative se donne à voir. Chaque chapitre représentant une période significative du point de vue artistique, on passe du grand atelier (1453-1579) à l’âge classique (1600-1694), ensuite, du Siècle des Lumières (1700-1804) aux retombées de l’impérialisme (1891-1913), pour enfin découvrir « les nouvelles donnes » de la création artistique (1953-1963).

7Chaque chapitre suit la même division : après une introduction historique du contexte, l’auteur énonce les œuvres marquantes de la période donnée, pour ensuite proposer une généralisation des façons de faire et des modes de pensées.

8Ainsi, les cycles sont caractérisés par diverses tendances représentatives de tensions ou de questions spécifiques à l’humain et à la vie ensemble.

9Le premier cycle, celui du grand atelier, est ainsi surtout porteur « des tensions entre la singularité individuelle des artistes et de leur démarche et la dimension collective de leur insertion sociale » (p.27). La seconde période révèle davantage une approche rationnelle du monde dont ressort une vision unifiée de l’espace et du temps. Au siècle des Lumières, l’auteur constate davantage une purification de la raison au niveau scientifique, contrebalancée par un retour aux passions au niveau social et politique, alors que pour l’intervalle 1891-1913, on a davantage affaire à un questionnement lié à l’essence du monde et à l’intentionnalité du rapport entretenu avec celui-ci. La dernière période, fixée aux dix années qui suivront 1953 est quant à elle à nouveau l’expression des tensions entre l’individuel et le collectif à laquelle s’ajoute une critique du consumérisme.

10Selon l’auteur, toutes ces tendances ont permis à deux types d’art d’éclore : l’un explorant l’intentionnalité comme facteur de stylisation de toute représentation imagée, l’autre, plus social et critique, proposé par le structuralisme, lisant le monde de manière construite et unifiée. Cette distinction réaffirme la tension entre l’individualité et la collectivité, l’expression de soi et l’expression de l’autre comme fondamentale dans la formation des œuvres d’art.

11Si l’on est conquis par l’envergure du projet de cet essai, la critique que l’on peut néanmoins lui faire provient du caractère relativement subjectif des associations faites entre les œuvres et leur “background”. L’histoire étant pleine de productions artistiques et de faits en tout genre, tous les liens proposés peuvent être aussi bien dus à la dextérité de l’auteur à jouer de références qu’à une relation effectivement existante.

12Par ailleurs, imputer une cohérence cognitive aux propositions artistiques exclut presque d’emblée la présence d’une forme de contingence dans le résultat d’un processus créatif. Or, rien ne nous prouve que ce soit le cas. Au fond, l’hypothèse d’une forme de transcendance des hommes sur eux-mêmes, qui fonctionnerait de manière inconsciente au travers d’une emprunte cognitive, reste relativement insaisissable.

13Des lignes fondatrices présentées comme représentatives des « ensembles sociaux structurants » demeurent absentes la description d’échanges objectifs entre individus et les micro-récits à prétention historique. On ne sait que trop peu, concrètement, comment le partage des informations et des différents types de questionnements aurait pu se faire et imprégner toute une façon d’envisager la création artistique.

14Ainsi, si l’ouvrage a le mérite de proposer des chemins de traverse pour comprendre l’histoire et surtout l’histoire de l’art, il est aussi une compilation d’œuvres choisies a posteriori, de choix de références et d’associations difficilement évaluables.

15S’il faut reconnaître que les manquements de l’ouvrage de Roland Guillon sont à la mesure de l’ambition du projet et qu’au fond, il s’agit bien d’un essai, on a malgré tout du mal à se saisir de cet objet hybride à tendance plus impressionniste que pragmatique. Cette lecture nous donne cependant l’occasion de traverser l’histoire, de s’en imprégner et d’en ressortir avec l’image vivace d’un tableau coloré des principales questions et tensions qui hantent l’humain, et des productions artistiques qui ont pu en résulter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Masset, « Guillon Roland, Essai sur la formation sociale des œuvres d’art », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 167-169.

Référence électronique

Delphine Masset, « Guillon Roland, Essai sur la formation sociale des œuvres d’art », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/175

Haut de page

Auteur

Delphine Masset

UCL, ANSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org