Navigation – Plan du site
Articles isolés

Solidarités conjugales. Modalités et conséquences des dimensions économiques de la solidarité au sein de trois générations de couples

Methods and Consequences of the Economic Dimensions of Solidarity in Three Generations of Couples
Caroline Henchoz et Francesca Poglia Mileti
p. 135-151

Résumés

L’observation des échanges financiers au sein de trois générations de couples vivant en Suisse permet de dégager deux principaux modèles de solidarité économique : la solidarité par la complémentarité fon­dée sur des apports différenciés au bien-être du ménage et sur l’interdépendance des conjoints et la soli­darité partenariale dans laquelle chacun est considéré comme un pourvoyeur financier. Ces modes de solidarité sont adoptés différemment selon les générations et les étapes de l’histoire conjugale. Nous montrons ici leurs conséquences parfois ambivalentes sur les normes d’échange et les principes d’équité régissant l’économie domestique ainsi que sur l’accès individuel aux ressources financières. Cet article permet ainsi de mieux comprendre les processus de reproduction et de perpétuation d’arrangements do­mestiques allant à l’encontre de la norme égalitaire pourtant valorisée par la plupart des couples con­temporains.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1La littérature sur la solidarité familiale exclut généralement de ses considérations les liens qui unissent les conjoints ou les relations entre parents et enfants mineurs (Van Pevenage/Dandurand/Kempeneers, 2009). À l’instar de Durkheim (1994), pour qui la solidarité conjugale découle de la division sexuée du travail, on a longtemps considéré qu’elle allait de soi (Segalen, 1980 ; Vogler/Brockmann/Wiggins, 2008). Dans ce mode organisationnel basé sur la complémentarité et l’interdépendance, la femme et les enfants ne peuvent en effet pas survivre sans une redistribution du revenu masculin. De son côté, l’homme ne peut exercer ses fonctions de pourvoyeur financier sans le soutien domestique de sa conjointe.

  • 1 Deux principales raisons nous conduisent à privilégier le terme de modèle. D’une part, nous mettons (...)
  • 2 Par exemple, la loi fédérale de 1927 sur le statut de fonctionnaire introduit le mariage comme just (...)

2Bien qu’il faille attendre la période entre la Seconde Guerre mondiale et les années 1970 pour que les milieux économiques suisses versent aux hommes des salaires suffi­sants pour subvenir aux besoins de l’ensemble des membres de la famille (Blattmann, 2010), ce modèle1 de solidarité conjugale par la complémentarité des rôles se diffuse bien avant. Dès les périodes de crises et de chômage des années 1930, l’activité pro­fessionnelle des femmes mariées est jugée indésirable, car entrant en concurrence avec celle des hommes (Christe/Natchkova/Schick/Schoeni, 2005 ; Studer, 2000). Différen­tes lois et mesures régulant le marché du travail invitent les épouses à demeurer au foyer2. Le Code civil de 1907 promeut également la répartition sexuée des rôles : jus­qu’en 1988 (date de la modification du Code civil de 1907), le mari, chef de famille, a la charge de «pourvoir convenablement à l’entretien de la femme et des enfants» alors que son épouse «dirige le ménage» (article 161 al. 3 CC, 1907). Le régime légal ordi­naire, celui de “l’union des biens”, place la femme mariée sous la tutelle du mari. Ce dernier gère l’ensemble des biens et peut interdire à son épouse de prendre un emploi. De son côté, celle-ci a besoin de la signature de son conjoint pour les dépenses impor­tantes ou pour ouvrir un compte en banque. Au contraire de ce dernier, elle ne peut résilier un bail ou vendre un bien immobilier sans son accord.

3Outre la modification du Code civil qui promeut désormais l’égalité entre les époux, les années 1980 marquent un tournant dans les rapports économiques conju­gaux. Le développement de la société de consommation et des “besoins” inhérents, la hausse des divorces3, la popularité progressive de la norme égalitaire (Kellerhals/Wid­mer, 2005) et le développement des emplois à temps partiel dans le secteur tertiaire (Fleury/Weygold et al., 1997) conduisent de plus en plus de mères de famille à rester sur le marché du travail ou à y retourner après la maternité. Désormais, elles sont de plus en plus nombreuses à contribuer au bien-être financier du ménage et à conserver la gestion de leur revenu (Ashby/Burgoyne, 2008 ; Henchoz, 2008b ; Pahl, 2005). Dans un tel contexte, que devient la solidarité conjugale ?

4Nous appuyant sur une centaine d’entretiens effectués auprès de trois générations de couples vivant en Suisse romande, nous montrons que le modèle de la solidarité conjugale complémentaire subsiste notamment chez les générations les plus âgées. Il est toutefois concurrencé par un autre modèle, celui de la solidarité partenariale. Dans cet article, la question n’est pas de savoir si ces modèles de solidarité conjugale sont des modèles autonomes ayant leur propre cohérence ou s’ils constituent des étapes d’une histoire unique, car – pour reprendre Roussel (1986) – quelle que soit la répon­se, cela n’invalide pas le fait que ces formes de solidarité coexistent actuellement. Il s’agit plutôt d’en présenter les conséquences économiques, notamment sur les niveaux de vie individuels des conjoints. Ces modes de solidarités définissent en effet les prin­cipes de justice qui guident les échanges économiques au sein de la famille et le regis­tre de justification qui les légitime. En proposant une lecture originale des règles qui structurent les échanges et les redistributions au sein des ménages, nous montrons pourquoi certains arrangements domestiques que l’on pourrait qualifier, a priori, d’inégalitaires ne sont pas remis en question par les conjoints.

II. La solidarité conjugale économique

  • 4 Pour une synthèse des travaux sur la solidarité familiale, on verra Van Pevenage I. et al., 2009. C (...)

5Faisant le parallèle avec le concept de solidarité familiale4 qui a été mobilisé dans les années 1970 pour rappeler la vitalité des échanges et des réseaux familiaux alors que l’on annonçait la mort de la famille, Belleau et Martial (2011 :4) notent que celui de solidarité conjugale surgit au début des années 2000 suite aux travaux soulignant l’individualisation, l’autonomisation et la contractualisation croissantes des relations conjugales. La notion de solidarité permet de réintroduire la question de la nature du lien qui unit deux partenaires censés être égaux, libres et négociateurs des différents aspects de leur relation.

  • 5 Voir les contributions de J-L. Renchon, N. Baugniet, A. Roy, V. Nagy, M. Rebourg, A. Martial, T. N.(...)
  • 6 47% en 1970 et 71% en 2014 (Office fédéral de la statistique, 2016, p.33).
  • 7 En 2015, 6 femmes sur 10 exerçant une activité professionnelle travaillent à temps partiel contre 1 (...)

6Dans le contexte d’augmentation des unions de fait et des séparations qui caracté­rise notre époque, la dimension juridique de la solidarité conjugale a été particulière­ment mise en exergue5. En relevant l’influence des États-providence sur la division sexuée des rôles sociaux, les recherches féministes (dont Sainsbury, 1999 ; Walby, 2004) ont également souligné sa dimension institutionnelle. Ainsi, en comparaison européenne, la Suisse bénéficie d’un État social fort, mais dont la majorité des dépen­ses sont destinées à la santé et aux personnes handicapées et âgées (Bertozzi/Bo­noli/Gay-des-Combes, 2005). Marquée par une tradition non interventionniste et une conception de “l’homme gagne-pain” et de la femme principale pourvoyeuse de soins, la politique familiale reste encore aujourd’hui peu dotée financièrement (Giraud/Lu­cas, 2009 ; Levy/Widmer/Kellerhals, 2002). Ceci a des conséquences sur la division du travail au sein du couple. La Suisse est l’un des pays de l’OCDE qui compte la plus forte population de femmes professionnellement actives6. Cependant, la plupart d’entre elles exercent à temps partiel7. L’arrivée des enfants a un impact majeur : alors que les deux conjoints travaillent à plein temps dans plus de la moitié des ménages sans enfants, ils ne représentent plus que 8% des ménages avec des enfants de moins de 6 ans (Branger, 2009 :7). Dans la moitié des couples avec enfant(s), c’est le plein temps masculin et le temps partiel féminin qui prédominent (Office fédéral de la statistique, 2016 :35). Il n’est dès lors pas étonnant que dans trois quarts des ménages avec enfants de moins de 15 ans, les femmes restent encore les principales responsables des activi­tés domestiques (Branger, 2013 :17). Au niveau des revenus, la situation s’inverse. Les femmes contribuent à la moitié ou plus des revenus dans seulement deux ménages sur dix sans enfant (contre moins d’un ménage sur dix avec enfants). Dans la moitié des ménages sans enfant, leur contribution se situe entre le quart et la moitié des revenus totaux (contre trois ménages sur dix avec enfants) (Branger, 2008).

7Si ces informations nous renseignent sur la répartition des rôles au sein des couples, elles ne permettent pas de comprendre comment cette organisation se met en place et est perçue par les personnes concernées. Pour y répondre, notre niveau d’analyse doit se porter sur les conjoints et leurs interactions. Au niveau microsocial, la solidarité se définit par le sentiment d’interdépendance, d’intérêts et de responsabilités communs qui lie des individus. Cette communauté d’intérêts rassemble des intérêts matériels, comme permettre la reproduction ou l’ascension sociale de la famille (Bourdieu, 1993) et répondre aux besoins réels ou supposés de ses membres, et des intérêts immatériels, comme la préservation de la bonne entente conjugale (Hahn, 1991 ; Henchoz, 2009) ou la conservation d’une certaine autonomie individuelle chez les couples les plus jeu­nes (Kellerhals/Widmer, 2005). Ce sentiment d’interdépendance et de cohésion se tra­duit par un ensemble d’aides, de services et de transferts réciproques (Dandu­rand/Ouellette, 1992 :5) qui sont régulés par différents principes de solidarité comme celui de la primauté du groupe sur l’individu, de l’investissement réciproque et équili­bré dans le bien-être du ménage, du non-assujettissement (ou principe d’autonomie) des conjoints, ou encore celui de la solidarité affective ou amoureuse (Henchoz, 2011b).

8En ce qui nous concerne, nous avons analysé nos données en fonction des trois dimensions de l’échange conjugal définis par Kellerhals et ses collègues (1982 :26-27). Distinguer ces trois dimensions nous semble particulièrement pertinent pour cir­conscrire les pourtours de la solidarité conjugale et ses conséquences économiques. En effet, la dimension “production de biens” permet d’isoler la contribution économique des conjoints au bien-être du ménage. La dimension “extension de l’échange” porte quant à elle sur les capitaux économiques et les prestations que l’on destine au groupe (familial ou conjugal) et à l’individu. Enfin, la dimension “normes d’échange ou d’é­quité” concerne les règles et valeurs qui régissent cette répartition. Cela nous a con­duits à construire deux modèles principaux de solidarité conjugale économique. Ces formes idéales-typiques ont le désavantage de ne recouvrer qu’une partie du phéno­mène, néanmoins, elles sont synthétiques et offrent l’opportunité de relever la dimen­sion genrée de la solidarité conjugale, c’est-à-dire les conséquences différenciées qu’elle a sur les hommes et les femmes. Cela nous fournira des pistes pour mieux comprendre le paradoxe suivant : pourquoi la norme égalitaire, qui a pourtant la faveur de la majorité des couples contemporains, n’apparait-elle pas aussi clairement lors­qu’on s’intéresse à leurs pratiques (Levy et al., 2002) ?

III. Méthodologie

  • 8 Recherche financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.
  • 9 Terminologie reprise d’Attias-Donfut C., 1997.

9Une centaine d’entretiens individuels et collectifs portant sur les usages et les représentations de l’argent au sein des familles8 ont été effectués entre 2005-2008 auprès d’une soixantaine de couples de trois générations de Suisse francophone : la jeune génération (les 30-45 ans), la génération pivot (les 45-65 ans) et la génération des anciens9 (les 65 ans et plus).

  • 10 En 1970, 3/4 des couples avec des enfants de moins de 7 ans vivaient selon le modèle du père profes (...)

10La majorité des personnes interrogées ont vécu ou vivent dans des couples dont c’est le premier mariage et ont des enfants. Les revenus du ménage étant proches de la moyenne nationale, on peut considérer qu’elles appartiennent à la classe moyenne (elle se définissent également comme telles). Leur insertion professionnelle correspond à ce que l’on peut recenser chez les populations de ces tranches d’âge10. Chez les pivots et les anciens, la plupart des femmes ont arrêté d’exercer leur activité professionnelle après le mariage ou à la naissance des enfants, l’homme devenant alors l’unique pourvoyeur des revenus du ménage. Un certain nombre d’entre elles ont toutefois réintégré le marché du travail à un petit pourcentage une fois les enfants éduqués. Chez la majorité des couples de la jeune génération, les hommes travaillent à plein temps et les femmes à temps partiel.

  • 11 Pour plus d’informations sur la méthodologie, voir Henchoz C., Poglia Mileti F., 2012.

11La population interrogée a été recrutée selon la méthode boule-de-neige qui con­siste à demander aux personnes rencontrées de nous mettre en contact avec des cou­ples de leur connaissance. L’analyse est fondée sur la grounded theory et la démarche compréhensive11.

IV. Le modèle de la solidarité conjugale complémentaire

12Dans ce modèle où les tâches sont réparties selon le principe de la différenciation (Kellerhals/Troutot/Lazega, 1993 :55), chacun ne peut fournir sa part qu’à la condition que l’autre en fasse de même. En ce sens, la solidarité est fondée sur l’interdépendance et la complémentarité. Bien que l’on puisse imaginer des ménages où les rôles sont inversés, dans tous les couples interrogés la répartition du travail s’inscrit dans les statuts et les rôles de genre traditionnels décrits précédemment. L’homme est consi­déré comme le pourvoyeur principal des revenus. Pour lui, être solidaire signifie assu­mer la charge financière du ménage en endossant le rôle de “gagne-pain” et partager avec femme et enfants les récompenses touchées à titre individuel sur le marché du travail (comme le salaire ou le statut social). Pour les femmes, être solidaire se traduit par la gestion des tâches domestiques afin de décharger leur conjoint de l’intendance de la sphère privée. Du point de vue financier, cela s’exprime par une administration parcimonieuse des revenus masculins dédiés aux dépenses familiales (Henchoz/Poglia Mileti, 2012 ; Zelizer, 2005). Celle-ci peut regrouper deux types d’activités ménagères à dimension économique. D’une part, la gestion des ressources financières du ménage (Collavechia, 2008), soit le paiement des factures, la budgétisation et les activités de consommation et d'achat. D’autre part, la production domestique (cuisine, couture, soins et éducation des enfants) qui est fréquemment reconnue comme essentielle dans l’équilibre budgétaire des ménages, car elle permet de réduire les frais courants.

13Examinons maintenant plus particulièrement les trois dimensions de la solidarité que nous avons retenues des travaux de Kellerhals et ses collègues (1982).

A. Production des biens monétaires et répartition du travail de production des revenus

14Le mode de solidarité conjugale complémentaire est prépondérant chez les couples de la génération des anciens et des pivots qui disposent d’un seul revenu issu du mar­ché du travail. Il est aussi présent, bien que plus rarement, chez des couples à double revenu, notamment dans les milieux populaires et les classes moyennes (Keller­hals/Troutot/Lazega, 1993). Dans ce modèle, le salaire masculin est considéré comme le socle de l’économie familiale. L’apport des femmes, même lorsqu’il est substantiel, est présenté comme subalterne au revenu masculin ou comme un moyen temporaire de palier au faible montant du revenu masculin (Potuchek, 1997 ; Zelizer, 2005) :

  • 12 Femme, 76 ans, sans formation, mariée à Michel depuis 47 ans, 1 enfant.
  • 13 Homme, 75 ans, monteur sanitaire de formation, marié à Sophie depuis 47 ans, 1 enfant.

Sophie12 : Après [le mariage], moi, je cousais aussi à la maison. Je faisais les pantalons de gendarmes. J’avais 25 francs pour un pantalon et les au­tres, les cheminots, c’était 14-15 francs ; ça dépendait s’il y avait des po­ches supplémentaires. Mais je gagnais plus que lui avec ma couture. […] J’ai cousu, autrement, on n’arrivait pas à s’en sortir.
Question : Ça vous gênait qu’elle gagne plus que vous ?
Michel13 : Moi, ça ne me gênait pas. À vrai dire, j’ai dit : ‘Petit à petit, ça reviendra’.

15Pour reprendre Goffman (2002), l’échange reproduit ci-dessus fait partie du dispo­sitif matériel et symbolique élaboré par les conjoints pour mettre en scène et faire la démonstration de la complémentarité entre les sexes. Dans tous les cas, comme nous le verrons plus loin, il s’agit de préserver le rôle de pourvoyeur principal des revenus masculins, notamment lorsque celui-ci est mis à mal.

B. L’extension de l’échange ou l’accès genré à l’argent14

  • 14 Pour plus de détails sur ce chapitre : Henchoz C., 2011b, à par.

16Si prioritairement l’argent est destiné aux besoins du ménage selon le principe solidaire qui veut que le groupe prime sur l’individu, se pose la question de savoir si les conjoints ont droit à de l’argent personnel qu’ils seraient libres de dépenser à leur convenance. Dans ce type de solidarité, l’argent de poche masculin est généralement admis, et cela même si les moyens sont modestes et si cela implique que le ménage se prive (Edwards, 1982). Cet argent est en effet perçu comme la récompense des efforts que l’époux fournit sur le marché du travail (Henchoz, 2008b). En ce sens, il est considéré comme étant immérité, et donc contesté par les épouses, uniquement lorsque le conjoint manque à ses obligations de pourvoyeur économique. Du côté des femmes, l’accès à de l’argent personnel va dépendre du niveau de vie du ménage et de leur capacité à accéder aux ressources financières. Lorsque l’insertion des épouses sur le marché du travail est perçue comme une nécessité rattachée aux besoins du ménage, il n’est généralement pas admis qu’elles puissent en tirer un bénéfice personnel en en conservant une part (Pahl, 1989). Dès lors, contrairement aux hommes, ces femmes, comme la plupart de celles qui n’ont pas de revenu personnel, ne se voient pas attri­buer une somme déterminée (Wilson, 1987). Cela n’exclut pas pour autant tout argent personnel, mais si elles en possèdent, c’est rarement de manière explicite. Cela va dépendre de leurs capacités à économiser sur l’argent du ménage dont elles ont la responsabilité. Ces montants, souvent très faibles, mis patiemment et régulièrement de côté, vont alors constituer leur seul argent de poche (Pahl, 1989 ; Zelizer, 2005) ; un argent qu’elles seront d’autant plus libres d’utiliser à leur guise que leur conjoint n’est pas toujours informé de cette pratique.

17Dans les familles où les revenus masculins couvrent les besoins du ménage, les femmes qui ont une activité rémunérée sont dans une situation plus avantageuse. Cette situation est fréquente chez les femmes de la génération pivot, mais aussi parmi les femmes de la génération des anciens qui ont repris un emploi à temps (très) partiel une fois les enfants élevés :

  • 15 Homme, 68 ans, ingénieur à la retraite, marié depuis 45 ans à Élisa, 4 enfants.
  • 16 Femme, 66 ans, vendeuse à la retraite, mariée depuis 45 ans à Paul, 4 enfants.

Paul15 : Quand tu as repris [un emploi], c’était plus par occupation parce que tu avais plaisir à reprendre une vie plus sociale. Au début, tu n’as pas beaucoup travaillé.
Élisa16 : Puis c’était simplement pour donner un coup de main parce que la patronne était à l’hôpital deux-trois mois et puis ça a duré vingt ans. Alors, on s’est bien plu.
Paul : Mais c’était plus comme occupation que comme gain.

18Comme l’illustrent les propos de ce couple, il ne s’agit pas pour les femmes qui sont dans cette configuration de contribuer au budget du ménage, mais de “s’occuper”, de “sortir de la maison” ou d’ “avoir un peu d’argent à soi” une fois les enfants édu­qués. Puisqu’il n’est pas attendu qu’elles participent au budget du ménage, qui est dans ce cas totalement pris en charge par le pourvoyeur masculin dont c’est la respon­sabilité, personne ne voit d’inconvénient à ce qu’elles conservent le fruit de leur activité professionnelle. Leur revenu, considéré alors comme un argent de poche, est investi dans le prolongement de leur rôle de genre, soit celui de pourvoyeuses de soins. Il finance les soins destinés à elles-mêmes (produits cosmétiques, vêtements) ou aux autres (cadeaux, vêtements pour les enfants), ce qui contribue selon Brannen et Moss (1987 :92) au «processus de marginalisation du salaire féminin» nécessaire à la mise en œuvre de la complémentarité des rôles qui a été décrit précédemment. En effet, dans ce type de solidarité, l’argent féminin est, et doit rester, un argent modeste, un argent qui complète ou un argent superflu. Par conséquent, on peut bien parler de «rituels de la complémentarité» (Goffman, 2002 :59), soit d’un ensemble de dispositifs d’organisations et de représentations mis en place de manière à ce que l’argent féminin ne remette pas en question le statut masculin de pourvoyeur de revenu, même lorsque celui-ci est fragilisé par la présence de plus en plus importante des femmes sur le marché du travail (Bernard, 1981).

C. Normes d’échange et principes d’équité

  • 17 Femme, 33 ans, enseignante, mariée depuis 7 ans à Cyril, 2 enfants.

19La préséance accordée aux activités domestiques et maternelles peut s’avérer con­traignante pour l’insertion professionnelle des femmes et leur accès aux ressources monétaires. En effet, dans cette forme de solidarité conjugale, l’activité profession­nelle féminine ne doit pas porter préjudice aux activités de care dont elles ont la charge et à l’engagement professionnel masculin, considéré comme central pour l’économie familiale (par exemple, en impliquant une participation supérieure des hommes en ma­tière de tâches domestiques). Cependant, à l’image de Martha17, certaines conjointes de la jeune génération jouent avec les modalités de ce mode de solidarité de manière à bénéficier d’une certaine marge d’autonomie dans leur engagement professionnel :

  • 18 Homme, enseignant, marié depuis 7 ans à Martha, 2 enfants.

J’ai discuté avec Cyril18 et j’ai dit : ‘L’année prochaine je commence [une formation professionnelle complémentaire], un jour par semaine’ […]. Je n’ai pas tous les mercredis de libre, il y a des séances, des cours, des ma­chins. Je me sens un peu dépassée quand je les vois grandir. Ma fille a bientôt 5 ans. J’ai dit : ‘Moi, je me verrais bien réduire un peu [mon taux d’activité professionnelle] ’. C’est quand même moi qui ai émis le désir de réduire. On a regardé un peu au niveau des calculs. On s’est dit : ‘Si jamais, ce sera une période où on pourra moins mettre de côté’.

20Ce mode de solidarité implique à long terme des désavantages financiers qui peu­vent être importants pour les femmes : risque de paupérisation en cas de séparation (Baumgartner/Baur/Streuli, 2007 ; Branger, 2008), moindre accès à la prévoyance vieillesse professionnelle et individuelle (Huguenin, 2015), et par conséquent risque de pauvreté plus élevé à la retraite (Guggisberg/Häni, 2014 :8). Cependant, il comporte certains avantages à court terme. Les femmes, et notamment celles qui vivent dans des ménages non précaires financièrement, sont relativement autonomes dans l’organisa­tion de leur emploi du temps pour autant qu’elles remplissent leur part du contrat (s’occuper du ménage et des enfants). Elles sont plus libres de choisir la nature de leur engagement professionnel ou de gérer leur temps que leur conjoint ou même que les femmes qui sont inscrites dans le modèle de solidarité conjugale partenariale présenté plus loin. De ce point de vue, les attentes traditionnelles de genre ne sont pas vécues uniquement comme étant contraignantes. Nous pouvons parler ici de balance de pou­voir (Elias, 2000). L’accès moindre des femmes aux finances et aux prises de décision concernant le ménage – plusieurs recherches (Kenney, 2006 ; Nyman, 1999 ; Pahl, 1989 ; Wilson, 1987) ont montré une certaine corrélation entre le partage du pouvoir conjugal et le montant des contributions économiques de chaque conjoint – et les risques financiers à moyen et long terme sont contrebalancés par le relatif contrôle des femmes sur leur emploi du temps et sur le bien-être non financier de la famille.

  • 19 Homme, 58 ans, électronicien, marié depuis 34 ans à Éliane, 2 enfants.
  • 20 Femme, 56 ans, sans emploi rémunéré, mariée depuis 34 ans à Patrick, 2 enfants.

21Du point de vue du fonctionnement conjugal, l’autonomie des femmes au niveau de leur emploi du temps a pour corolaire la faible marge de manœuvre de leurs compag­nons quant à leurs engagements professionnels (Bernard, 1981). La solidarité complé­mentaire implique en effet des attentes quant au rôle de pourvoyeur principal des reve­nus qui peuvent être particulièrement contraignantes pour les hommes, notamment pour ceux qui souhaiteraient se désengager du marché du travail. Lors de notre entre­tien, Patrick19 affirmait attendre impatiemment la retraite, de longs déplacements et des ennuis de santé rendant l’exercice de sa profession particulièrement pénible. De son côté, son épouse Éliane20 avait abandonné, quelques années plus tôt, un emploi à temps partiel qu’elle ne trouvait pas assez épanouissant. Alors que les revenus de sa con­jointe lui auraient permis de financer une retraite anticipée (il avait fait des projections en ce sens), Patrick n’a jamais remis en question la décision de son épouse. D’un point de vue externe, l’attitude d’Éliane peut paraître égoïste. Plutôt que de contribuer finan­cièrement au retrait du marché du travail de son conjoint durement éprouvé physique­ment, elle privilégie son propre intérêt (un emploi du temps plaisant). Au sein de ce couple, son comportement n’est pourtant pas considéré comme injuste, car il n’est pas en rupture avec les principes moraux du modèle de solidarité privilégié. Éliane a rem­pli sa part du contrat conjugal en fournissant les contributions domestiques et de soins que l’on attend d’elle. De son côté, elle attend que son époux agisse de même, ce que ce dernier ne remet pas en question.

22Nous avons vu que les modes de solidarité conjugale sont initiés et soutenus par des facteurs macrosociaux et qu’en ce sens, ils ne dépendent pas uniquement d’un choix individuel ou conjugal. Néanmoins ce que nous observons nous fait dire que ce mode de solidarité peut avoir été préféré ou préservé en toute connaissance de cause. Les hommes y trouvent un statut social et conjugal valorisant et les femmes des avantages à court terme très concrets, notamment en termes de ressources temporelles et parfois financières.

V. Le modèle de la solidarité conjugale partenariale

23Dans le modèle de solidarité conjugale partenariale, les conjoints se conçoivent comme des partenaires fournissant des contributions économiques indifférenciées. Même si elle ne doit pas forcément être du même montant, on attend de chacun une participation financière au budget du ménage. En ce sens, ce modèle de solidarité est propre aux couples à double revenu. D’un point de vue économique, faire preuve de solidarité signifie ici que chacun prend en charge sa part des dépenses du ménage.

A. Production des biens monétaires et répartition du travail de production des revenus

24Dans ce mode de solidarité, les salaires masculins et féminins sont perçus comme des contributions nécessaires au bien-être matériel de la famille et cela indépendam­ment du montant et de qui les fournit. La “nécessité” de ces contributions peut toute­fois relever de réalités différentes. Pour certains, et notamment parmi les plus âgés de nos répondants, il s’agit surtout d’une nécessité économique. Dans les ménages à reve­nus modestes, la participation financière des femmes s’avère obligatoire pour l’équili­bre du budget familial. Contrairement au modèle précédent toutefois, les revenus fémi­nins ne sont pas considérés comme secondaires, ce qui, nous le verrons, a des consé­quences sur l’extension de l’échange et les normes d’équité privilégiées. Pour d’autres, notamment parmi les plus jeunes et chez les couples bénéficiant d’une formation socioprofessionnelle élevée (Kellerhals/Troutot/Lazega, 1993 :56), ce mode de solida­rité est plus souvent adopté par choix. Les contributions de chacun sont alors perçues comme un moyen très concret d’exprimer les normes d’indépendance économique et d’égalité auxquelles on adhère.

B. L’extension de l’échange ou l’accès genré à l’argent

25Lorsque le modèle de solidarité partenariale est adopté par nécessité économique, on s’attend généralement à ce que l’ensemble des revenus masculins et féminins ser­vent à la famille. Cette communautarisation des ressources va de pair avec une sorte de “communisme d’usage”. Même si l’homme fournit des revenus supérieurs, cela ne justifie pas pour autant qu’il s’accorde plus d’argent de poche. Si surplus il y a, il est réparti entre les conjoints ou, plus souvent, mis de côté pour un projet collectif, car ici l’appartenance de genre du pourvoyeur de revenu ne lui octroie aucun droit particulier.

26Ce communisme d’usage s’accorde moins bien avec les aspirations à l’indépen­dance des couples de la jeune génération, c’est pourquoi ils vont trouver d’autres moyens d’exprimer l’indifférenciation de leur statut économique et les normes égali­taires auxquelles ils adhèrent. Le plus fréquemment adopté est le financement des dé­penses collectives à parité ou proportionnellement au revenu (Ashby/Burgoyne, 2008 ; Henchoz, 2011a). Contrairement à l’organisation décrite précédemment, où la norme d’égalité se traduit par une mise en commun des ressources financières, ici elle s’ap­plique aux contributions de chacun au budget du ménage. Ce faisant, le droit de pro­priété de l’argent gagné est préservé (Nyman, 1999), le solde restant demeurant sous le contrôle de celui qui l’a fourni. Lorsque chacun bénéficie du même revenu, chacun a accès à la même somme d’argent personnel. Néanmoins, lorsque les conjoints ne béné­ficient pas de ressources monétaires identiques, ce qui est le cas pour la majorité des couples suisses (confer point II), ce mode de répartition défavorise le plus pauvre, la femme dans la grande majorité des cas (Ashby/Burgoyne, 2008 ; Ludwig-Mayerho­fer/Allmendinger/Hirseland/Schneider, 2011 ; Vogler et al., 2008 font le même constat dans d'autres pays européens). Ayant moins d’argent à disposition une fois payée sa part des dépenses collectives, elle bénéficiera d’un moindre accès à tout ce qui est payé individuellement. Or dans certains couples, les dépenses considérées comme per­sonnelles recouvrent un large pan du budget de consommation : l’habillement, l’épar­gne, les assurances privées ou encore les loisirs (Henchoz, 2011a ; Nyman, 1999).

C. Normes d’échange et principes d’équité

  • 21 Femme, 43 ans, enseignante, mariée depuis 14 ans à Alan, 2 enfants.

27Le récit de Françoise21 illustre bien l’ambigüité de cette forme de solidarité chez les couples de la jeune génération qui privilégient l’application de la norme égalitaire à la prise en charge des dépenses. Enseignante sans poste fixe lors de l’entretien, elle effec­tue des remplacements qui lui procurent des revenus très irréguliers. Cette précarité ne la conduit toutefois pas à remettre en question sa contribution aux dépenses du ménage :

Françoise : J’ai reçu ma fiche salaire, 89 francs 50 ! Alors tu vois si tu compares un budget de 1000 francs de nourriture avec 89 francs 50, il y a un… un petit déficit quelque part. Alors là, je pioche [dans mon épargne].
Question : Mais tu ne pourrais pas dire à ton mari : ‘Écoute, ce mois, j’ai gagné 89 francs, je ne peux pas [financer ma part] ?’.
Françoise : Ah oui, je pourrais le lui dire, mais je ne le fais pas. Mais le jour où je n’aurai plus, je serai obligée.
Question : Mais pourquoi tu ne le lui dis pas maintenant ?
Françoise : [Silence] Ben… parce que je sais que j’ai, donc, tu vois, j’utili­se ce que j’ai. Peut-être que je me dirais : ‘Je lui demanderais d’investir plus, lui, pour protéger ce que j’ai, moi’. Donc c’est peut-être dans la rela­tion du couple, ce n’est pas normal non plus. Il ne faut pas que je préserve ce que j’ai pu mettre de côté en lui faisant dépenser plus à lui, tu vois ?

28Pour assumer sa part des dépenses du ménage, Françoise est prête à sacrifier ses économies et son propre bien-être. Elle n’effectue plus de dépenses personnelles et a entamé très sérieusement son épargne. Afin de réduire les dépenses dont elle a la char­ge, elle passe également beaucoup de temps à rechercher des aliments à bas prix ou à cuisiner elle-même afin de concocter des repas peu couteux.

  • 22 Homme, 42 ans, fonctionnaire, marié depuis 14 ans à Françoise, 2 enfants.

29Lors de l’entretien, il apparaît qu’Alan22, le mari de Françoise, ignore le salaire de sa compagne. Quand nous lui demandons s’il sait comment elle fait pour payer sa part des dépenses familiale, il répond : «Je ne m’en occupe pas […]. Elle se débrouille et puis tant qu’elle ne dit rien… [rires]». D’un point de vue externe, Alan semble bien peu impliqué dans les soucis financiers de son épouse. Pourtant, au sein de ce couple, le fait qu’il ne la soutienne pas monétairement alors qu’il en aurait les moyens n’est pas considéré comme un acte égoïste ou une absence de générosité de sa part. En effet, il n’a pas brisé les règles de leur modèle solidaire fondé sur le principe d’une participa­tion financière individuelle au ménage. Il continue de fournir la contribution attendue en payant les factures mensuelles et le remboursement de l’emprunt hypothécaire.

30Notre exemple, qui porte sur une situation extrême, illustre bien ce nouvel équilibre de la balance de pouvoir (Elias, 2000). Dans ce type de solidarité, le pouvoir économi­que peut être considéré comme plus partagé : chacun bénéficie de ressources monétai­res qui sont mobilisables en cas de séparation, par exemple. Le contrôle sur l’argent est mieux réparti entre les partenaires, soit parce que chacun gère de manière autono­me son propre pécule, soit parce qu’en finançant une part du budget du ménage, les femmes ont davantage leur mot à dire sur la manière dont l’argent est dépensé (Hen­choz, 2011a ; Kenney, 2006). Les deux conjoints ayant une activité professionnelle, la solidarité partenariale facilite l’accès du ménage à la consommation et à l’épargne. Pourtant, le statut indifférencié de contributeurs au bien-être du ménage ne signifie pas pour autant l’accès à un même niveau de vie. Dans un contexte où les revenus entre conjoints sont encore largement inégaux, ce mode de solidarité conduit à ce que l’in­dépendance économique des femmes soit sérieusement restreinte par leurs responsabi­lités financières. Comme le montre l’exemple de Françoise, une fois qu’elles ont pris en charge leur part des dépenses collectives, il leur reste généralement moins d’argent que leur conjoint. Cela nous conduit à dire que, paradoxalement, le statut de partenaire économique des femmes est parfois plus profitable à leur conjoint qu’à elles-mêmes. Ce dernier est libéré de la prise en charge de l’ensemble des dépenses du ménage et peut alors bénéficier de plus d’argent personnel que dans le modèle solidaire précé­dent. De leur côté, ces femmes bénéficient parfois de moins de revenus personnels que les femmes du modèle complémentaire dont les gains ne servent pas à prendre en char­ge le budget familial. En ce sens, la solidarité partenariale comporte, certes, des avan­tages pour les femmes en termes de reconnaissance, d’autonomie, d’épanouissement personnel, de sécurité face aux aléas d’une séparation et face à la retraite, mais elle n’est pas nécessairement avantageuse du point de vue strictement financier.

VI. Les représentations subjectives des modèles ou l’alternance des justifications

31Reste à savoir si cette adhésion aux modèles solidaires est partagée. Autrement dit, les trois générations de couples interrogés ont-elles la même représentation et la même évaluation morale de ces deux modèles ? Les conjoints d’un même couple partagent-ils nécessairement la même vision quant au modèle adopté ? Et si non, est-ce problé­matique ? Un couple choisit-il un modèle de manière définitive ou des modifications sont-elles possibles au fil de l’histoire conjugale ?

32L’hypothèse, que nous ne pouvons pas développer ici faute de place, est que pour les générations des pivots et des anciens de la classe moyenne que nous avons rencon­trées, l’adoption d’un système ou d’un autre est dépendante des revenus masculins et de la capacité masculine à financer les besoins du ménage. Le critère d’adoption est relativement clair : si le conjoint est en mesure d’être le pourvoyeur principal, on adopte généralement le modèle de la solidarité complémentaire, qui est largement sou­tenu par le contexte social et les schémas culturels. Y déroger nécessite une raison im­pérative, car c’est non seulement le statut de la famille qui est en jeu (ce sont des mé­nages dans le besoin qui recourent au travail salarié des femmes) mais également celui du chef de ménage (incapable de remplir son rôle) ou celui de la mère (dévolue à s’oc­cuper en priorité de ses enfants) (Henchoz/Poglia Mileti, 2012).

  • 23 Horaires scolaires difficilement conciliables avec un taux d’activité à plein temps ; structures d’ (...)

33Les conjoints de la jeune génération ont, quant à eux, deux modèles de solidarité à leur disposition. Ceux-ci sont plus accessibles, car ils ne sont pas aussi facilement as­sociés à des images et des statuts sociaux. Il existe par ailleurs de bonnes raisons de les adopter : le modèle partenarial permet la valorisation de l’indépendance et de l’égalité alors que le modèle complémentaire facilite l’organisation familiale dans un contexte où les politiques favorisant la conciliation vie privée/vie professionnelle restent relati­vement peu développées. Autrement dit, la popularité croissante de la solidarité parte­nariale n’est pas une tendance irréversible au sein des couples de la jeune génération, ce qui fait dire à certains que la famille traditionnelle suisse n’est pas morte mais seu­lement modernisée (Levy et al., 2002). Les facteurs structurels ont en effet une influ­ence séquentielle (Krüger/Levy, 2001). L’arrivée des enfants conduit par exemple les conjoints à devoir se satisfaire des prestations qu’offrent les infrastructures qui sont, en Suisse, encore mal adaptées à des familles à double revenu23. Afin de répondre à ces injonctions contradictoires (combiner l’indépendance professionnelle et gérer l’organisation familiale, en particulier en présence d’enfants), les femmes tendent sou­vent à favoriser une activité professionnelle à temps partiel comme indiqué plus haut.

  • 24 Sur les négociations autour des questions financières au sein des couples confer. (Henchoz C., 2008 (...)

34Au sein du couple, les conséquences du changement de statut professionnel et éco­nomique des femmes sur les modalités de la solidarité ne sont pas toujours discutées et négociées24. Outre celui de préserver la bonne entente conjugale, cette absence de discussion comporte des avantages. La question n’étant pas réglée, les conjoints peuvent passer d’un registre de justifications, pour reprendre les termes de Boltanski et Thévenot (1991), à un autre selon les situations qu’ils rencontrent et les intérêts qu’ils ont à défendre. Ainsi une analyse fine des entretiens montre que dans les discussions conjugales qui nous ont été rapportées, l’alternance d’un registre à l’autre est fréquen­te. Martha, qui a justifié son taux d’activité professionnel à temps partiel en faisant re­cours au registre de la solidarité complémentaire (je dois m’occuper des enfants), passe au registre de la solidarité partenariale quand il s’agit de peser davantage sur les prises de décisions conjugales (je participe aux dépenses du ménage, donc j’ai mon mot à dire). Même chose pour un interviewé qui argumente selon la solidarité partena­riale pour demander à sa compagne d’augmenter sa participation au budget du ménage («c’est normal que tu me décharges d’une partie du financement du ménage puisque maintenant tu travailles davantage»), puis selon le mode complémentaire pour se libé­rer des contraintes ménagères («je n’ai pas le temps, je travaille beaucoup plus qu’elle»). Ces arguments ont d’autant plus de poids dans les négociations conjugales qu’ils sont rattachés à des principes d’échange qui sont valorisés au sein du couple. Dès lors, des perceptions différentes de la solidarité économique peuvent cohabiter au sein d’un même couple et se modifier au cours de leur histoire commune.

VII. Conclusion

35Étudier empiriquement la solidarité conjugale en analysant la gestion des ressources économiques et leur redistribution au sein du couple sous l’angle d’une approche com­parative sur trois générations met en exergue les transformations historiques des mo­dèles et leurs fonctionnements concrets. Mais cette approche permet surtout de déjouer le piège de la logique évolutionniste dénoncé par Schultheis (1989) en dévoilant leurs effets indirects, notamment en termes d’accès aux ressources financières ou de gestion du temps professionnel ou libre.

36Le modèle partenarial qui se fonde sur un principe d’égalité (chacun participe au bien-être matériel du ménage) n’est en réalité pas toujours équitable (ce qui reste en fin de compte à chacun est différent) du fait des contraintes structurelles et sociales qui tendent à pénaliser financièrement les femmes. A travail équivalent, elles sont en général moins payées que les hommes et sont plus nombreuses à travailler à temps partiel, notamment pour assurer les tâches familiales qui leur sont encore largement dévolues (Branger, 2013). C’est ainsi que le rôle de partenaire économique ne conduit pas nécessairement les femmes de la jeune génération à bénéficier d’une meilleure position au sein du couple que les femmes qui sont dans un modèle de solidarité com­plémentaire. Au contraire, il se peut que dans le modèle complémentaire, elles soient plus libres de gérer leur temps. Dans certaines situations, la solidarité complémentaire peut donc être privilégiée par certaines femmes pour des raisons matérielles très ra­tionnelles et pas seulement parce qu’elles seraient incapables de penser et de renverser leur domination (Bourdieu, 1998).

Haut de page

Bibliographie

Ashby K., Burgoyne C.,
2008 “Separate Financial Entities ? Beyond Categories of Money Management”, The Journal of Socio-Economics, vol.37, n°2, pp.458-480.

Attias-Donfut C.,
1997 “Le cycle d’échanges entre trois générations”, Lien social et politiques, RIAC, vol.38, pp.113-122.

Baumgartner E., Baur R., Streuli E.,
2007 Facteurs de risque des jeunes femmes à l'aide sociale. Analyse approfondie de la statistique suisse de l'aide sociale 2004, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Belleau H., Martial A. (Eds.),
2011 Aimer et compter ? Droits et pratiques des solidarités conjugales dans les nouvelles trajectoires familiales, Québec, Presses de l'Université du Québec.

Bernard J.,
1981 “The Good-Provider Role. Its Rise and Fall”,
American Psychologist, vol.36, pp.1-12.

Bertozzi F., Bonoli G., Gay-des-Combes B.,
2005 La réforme de l'État social en Suisse : vieillissement, emploi, conflit travail-famille, Lausanne, PPUR, Collection “Le savoir suisse”.

Blattmann L.,
2010 “Rôle des sexes”, in Sonderegger Chr., Immenhauser B. (dirs.), Diction­naire historique de la Suisse, Berne, Retrieved from http://hls-dhs-dss.ch/textes/f/F15988-1-4.php.

Boltanki L., Thévenot L.,
1991 De la justification : les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bourdieu P.,
1993 “A propos de la famille comme catégorie réalisée”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol.100, n°100, pp.32-36.
1998 La domination masculine, Paris, Points coll. «Essais».

Branger K.,
2008 Vers l'égalité entre femmes et hommes, Neuchâtel, Office fédéral de la sta­tistique.
2009 Modèles d'activité dans les couples, partage des tâches et garde des enfants. Quelques éléments de la conciliation entre vie familiale et vie profession­nelle : la Suisse en comparaison internationale, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.
2013 Vers l'égalité entre femmes et hommes. Situation et évolution, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Brannen J., Moss P.,
1987 “Dual Earner Households : Women's Financial Contributions After the Birth of the First Child”,
in Brannen J., Wilson G. (Eds.), Give and Take in Fa­milies : Studies in Resource Distribution, London, Allen & Unwin, pp.75-95.

Christe S., Natchkova N., Schick M., Schoeni C.,
2005 Au foyer de l'inégalité. La division sexuelle du travail en Suisse pendant la crise des années 30 et la deuxième guerre mondiale, Lausanne, Antipodes.

Coenen-Huther J., Kellerhals J., Von Allmen M.,
1994 Les réseaux de solidarité dans la famille, Lausanne, Réalités sociales.

Collavechia S.,
2008 “ ‘Doing Moneywork’ : le travail domestique des femmes dans la gestion des finances familiales”, in Belleau H., Henchoz C. (eds.)., L’usage de l’argent dans le couple, pratiques et perceptions des comptes amoureux. Perspective internationale, Paris, L’Harmattan, coll. Questions sociologi­ques, pp.183-218.

Dandurand R., Ouellette F-R.,
1992 Entre autonomie et solidarité. Parenté et soutien dans la vie des jeunes familles montréalaises, Rapport présenté au Conseil québécois de la recherche sociale, Montréal, Institut québécois de recherche sur la culture.

Durkheim É.,
1994 De la division du travail social, Paris, PUF [1893].

Edwards M.,
1982 “Financial Arrangements Made by Husbands and Wives : Findings of a Sur­vey”,
Australian and New Zealand Journal of Sociology, vol.18(3), pp.320-338.

Elias N.,
2000 “Les transformations de la balance des pouvoirs entre les sexes, Étude so­ciologique d'un processus à travers l'exemple de l'État romain antique”, Politix, vol.13, n°51, pp.15-53.

Fleury S., Weygold S. et al.,
1997 La population face au travail : disparités socio-démographiques et régiona­les, Berne, Office fédéral de la statistique.

Giraud O., Lucas B.,
2009 “Le renouveau des régimes de genre en Allemagne et en Suisse : Bonjour le ‘néo matérialisme’? ”, Cahiers du Genre, vol.1, n°46, pp.17-46.

Goffman E.,
2002 L’Arrangement des sexes, Paris, La Dispute.

Guggisberg M., Häni S.,
2014 La pauvreté des personnes âgées, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Hahn A.,
1991 “L’entente comme stratégie”, Langage et Travail, vol.2, pp.19-26.

Henchoz C.,
2008a Le couple, l’amour et l’argent. La construction conjugale des dimensions économiques de la relation amoureuse, Paris, L’Harmattan, coll. «Questions sociologiques».
2008 b “Le rôle de l’indépendance financière dans la construction du lien conjugal contemporain : l’analyse du processus d’individualisation des finances dans trois générations de couples”, Revue internationale Enfances, Familles, Gé­nérations, vol.9, pp.36-51.
2009 “Le trésor conjugal. Analyse du couple par son argent”, Revue internationa­le Enfances, Familles, Générations, vol.10, pp.83-108.
2011 a “Le bien-être économique à travers genre et générations : analyse par l’usage conjugal de l’argent”, in Praz A-F, Burgnard S. (Eds.), Genre et bien-être, Questionner les inégalités, Zürich, Seismo, collection «Questions de genre», pp.65-83.
2011 b “Quelques principes de la solidarité conjugale. Étude sur l'économie domestique de trois générations de couples”, in Belleau H., Martial A. (Eds.), Aimer et compter ? Droits et pratiques des solidarités conjugales dans les nouvelles trajectoires familiales, Québec, Presses de l'Université du Québec, pp.75-91.
à par. “Réforme de la prévoyance vieillesse vers plus d’égalité et rapports de genre à la retraite”, Enfances, Familles, Générations.

Henchoz C., Poglia Mileti F.,
2012 “ ‘Les larmes de ma mère’. Comprendre le processus de démocratisation de l’économie familiale par les contributions financières des femmes et leur perception par les hommes”, Revue suisse de sociologie, vol.38, n°3, pp.401-419.

Huguenin O.,
2015 Indicateurs de la prévoyance vieillesse. Résultats commentés des indicateurs clés 2012, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Kellerhals J., Perrin J-F., Steinauer-Cresson G., Vonèche L., Wirth G.,
1982 Mariages au quotidien, Lausanne, Pierre-Marcel Favre.

Kellerhals J., Troutot P-Y., Lazega E.,
1993 Microsociologie de la famille, Paris, Presses universitaires de France [1984].

Kellerhals J., Widmer E.,
2005 Familles en Suisse : les nouveaux liens, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Kenney C.,
2006 “The Power of the Purse, Allocative Systems and Inequality in Couple Households”,
Gender & Society, vol.20, n°3, pp.354-381.

Krüger H., Levy R.,
2001
“Linking Life Courses, Work, and the Family : Theorizing a not so Visible Nexus between Women and Men”, The Canadian Journal of Sociology, vol.26, n°2, pp.145-166.

Levy R., Widmer E., Kellerhals J.,
2002 “Modern Family or Modernized Family Traditionalism ? Master Status and the Gender Order in Switzerland”, Journal of Sociology, vol.6, n°4, pp.6.

Ludwig-Mayerhofer W., Allmendinger J., Hirseland A., Schneider W.,
2011 “The Power of Money in Dual-Earner Couples : A Comparative Study”, Acta Sociologica, vol.54, n°4, pp.367-383.

Nyman C.,
1999 “Gender Equality in the Most Equal Country in the World ? Money and Marriage in Sweden”,
The Sociological Review, vol.47, n°4, pp.766-792.

Nyman C., Evertsson L.,
2005 “Difficultés liées à la négociation dans la recherche sur la famille : un regard sur l’organisation financière des couples suédois”, Enfances, Familles, Gé­nérations, vol.2, pp.18-38.

Office fédéral de la statistique,
2016 Portrait de la Suisse – résultats tirés des recensements de la population 2010-2014, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Pahl J.,
1989
Money and Marriage, London, MacMillan.
2005 “Individualisation in Couple Finances : Who Pays for the Children ? ”,
Social Policy & Society, vol.4, n°4, pp.381-391.

Potuchak J.,
1997
Who Supports the Family ? Gender and Breadwinning in Dual-Earner Families, Stanford, Stanford University Press.

Roussel L.,
1986 “Du pluralisme des modèles familiaux dans les sociétés post-industrielles. Quelques problèmes méthodologiques et théoriques”, in AIDELF (Ed.), Les familles d'aujourd'hui : démographie et évolution récente des comporte­ments familiaux. Colloque de Genève (17-20 septembre 1984), Paris, AIDELF, pp.143-152.

Sainsbury D.,
1999
Gender and Welfare State Regimes, Oxford, Oxford University Press.

Schultheis F.,
1989 Familles d'Europe sans frontières - Un enjeu social par dessus le “Mar­ché”, Paper presented at the “Familles d'Europe sans frontières”, Paris.

Segalen M.,
1980 Mari et femme dans la société paysanne, Paris, Flammarion «Champs».

Studer B.,
2000 “Sites of Contest and Negotiation : Women's Industrial and Clerical Work until the Second World War in Switzerland”,
in De Weerdt D. (Ed.), Gen­der and Class in the 20th Century / Sexe et Classe au XXe Siècle, Interna­tional Colloquium, Gand, Institut d'histoire sociale, pp.137-155.

Van Pevenage I., Dandurand R., Kempeneers M.,
2009 Pour agir : comprendre les solidarités familiales. La recherche : un outil indispensable, Fiches de synthèses de transfert de connaissances, Montréal, Partenariat Familles en mouvance et dynamiques intergénérationnelles, INRS.

Vogler C., Brockmann M., Wiggins R.,
2008 “Managing Money in New Heterosexual Forms of Intimate Relationships”, The Journal of Socio-Economics, vol.37, n°2, pp.552-576.

Walby S.,
2004 “The European Union and Gender Equality : Emergent Varieties of Gender Regime”,
Social Politics : International Studies in Gender, State & Society, vol.11, n°1, pp.4-29.

Wilson G.,
1987
Money in the Family, London, Avebury.

Zelizer V.,
2005 La signification sociale de l’argent, Paris, Seuil.

Haut de page

Annexe

Résumé structuré 

Présentation : À l’instar de Durkheim (1994), pour qui elle découle de la division sexuée du travail, on a longtemps considéré que la solidarité conjugale allait de soi. Que devient-elle dans un contexte où les couples à double revenu sont majoritaires et où la norme égalitaire est fortement valorisée ?

Théorie : Nous mobilisons les théories sur la solidarité familiale et conjugale ainsi que sur les échanges au sein de la sphère conjugale développés par Kellerhals et ses collè­gues (1982) pour discuter de deux modèles de solidarité et en présenter les consé­quences économiques, notamment sur les niveaux de vie individuels des conjoints.

Méthodes : Une centaine d’entretiens individuels et collectifs portant sur les usages et les représentations de l’argent au sein des familles ont été effectués en Suisse franco­phone entre 2005 et 2008 auprès d’une soixantaine de couples de trois générations : la jeune génération (les 30-45 ans), la génération pivot (les 45-65 ans) et la génération des anciens (les 65 ans et plus). L’analyse est fondée sur la grounded theory et la démarche compréhensive.

Résultats : L’observation des échanges financiers au sein de ces trois générations de couples permet de dégager deux principaux modèles de solidarité économique : la solidarité par la complémentarité fondée sur des apports différenciés au bien-être du ménage et sur l’interdépendance des conjoints et la solidarité partenariale dans laquelle chacun est considéré comme un pourvoyeur financier. Ces modes de solidarité sont adoptés différemment selon les générations et les étapes de l’histoire conjugale.

Discussion : Nous montrons ici leurs conséquences parfois ambivalentes sur les normes d’échange et les principes d’équité régissant l’économie domestique ainsi que sur l’accès individuel aux ressources financières. Cet article permet ainsi de mieux comprendre les processus de reproduction et de perpétuation d’arrangements domes­tiques allant à l’encontre de la norme égalitaire pourtant valorisée par la plupart des couples contemporains.

Structured summary

Presentation : Following the Durkheim example (1994), for whom it arises from the gendered division of work, marital solidarity has long been considered as self evident. What happens to it in a context where couples with double income are the majority and where the egalitarian norm is highly prized ?

Theory : We utilize the theories on family and marital solidarity, as well as on exchanges within the marital sphere developed by Kellerhals and his colleagues (1982) to discuss two models of solidarity and present their economic consequences, notably on the spouses’ levels of individual life.

Methods : A hundred individual and collective interviews dealing with the uses and representations of money within the families were carried out in French-speaking Switzerland between 2005-2008, among some sixty couples from three generations : the younger generation (the 30-45 year olds), the pivot generation (the 45-65 year olds) and the old generation (65 and over). The analysis is based on the grounded theory and a comprehensive approach.

Results : Observing exchanges within these three generations of couples has allowed us to identify two principal models of economic solidarity : solidarity through a complementarity based on differentiated contributions to the household’s well being and on the interdependence of spouses and the partenarial solidarity wherein both are seen as financial providers. These modes of solidarity are adopted differently depending on the generations and stages of marital history.

Discussion : Here we show the sometimes ambivalent consequences on the norms of exchange and principles of equity governing the domestic economy, as well as on indi­vidual access to financial resources. This article thus allows us to better understand the processes of reproduction and perpetuation of domestic arrangements going against an egalitarian norm that is nonetheless developed by a majority of contemporary couples.

Haut de page

Notes

1 Deux principales raisons nous conduisent à privilégier le terme de modèle. D’une part, nous mettons en exergue les traits les plus distinctifs de la solidarité conjugale quand bien même ces traits se retrou­vent rarement tous regroupés dans la réalité. D’autre part, on peut considérer ces modèles comme des scripts auxquels les conjoints peuvent déroger. Il faut donc les comprendre plutôt comme des modèles de référence.

2 Par exemple, la loi fédérale de 1927 sur le statut de fonctionnaire introduit le mariage comme juste motif de licenciement pour les femmes, l’interdiction du travail féminin de nuit et le dimanche ou encore les fortes discriminations salariales existantes.

3 http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/01/06/blank/key/06/05.html, consulté le 14 avril 2015.

4 Pour une synthèse des travaux sur la solidarité familiale, on verra Van Pevenage I. et al., 2009. Concernant la Suisse romande, voir par exemple Coenen-Huther J., Kellerhals J., Von Allmen M., 1994.

5 Voir les contributions de J-L. Renchon, N. Baugniet, A. Roy, V. Nagy, M. Rebourg, A. Martial, T. N. Trân Tran, dans Belleau H., Martial A., 2011.

6 47% en 1970 et 71% en 2014 (Office fédéral de la statistique, 2016, p.33).

7 En 2015, 6 femmes sur 10 exerçant une activité professionnelle travaillent à temps partiel contre 1.6 hommes (soit moins de 37 heures par semaine selon les critères de l’Office fédéral de la statistiques suisse), http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/index/themen/20/05/blank/key/erwerbstaetigkeit/teilzeitarbeit.html, consulté le 24.08.16.

8 Recherche financée par le Fonds national suisse de la recherche scientifique.

9 Terminologie reprise d’Attias-Donfut C., 1997.

10 En 1970, 3/4 des couples avec des enfants de moins de 7 ans vivaient selon le modèle du père profes­sionnellement actif à plein temps et de la mère au foyer. En 2007, cette configuration concerne 3/10 des couples (Branger K., 2008).

11 Pour plus d’informations sur la méthodologie, voir Henchoz C., Poglia Mileti F., 2012.

12 Femme, 76 ans, sans formation, mariée à Michel depuis 47 ans, 1 enfant.

13 Homme, 75 ans, monteur sanitaire de formation, marié à Sophie depuis 47 ans, 1 enfant.

14 Pour plus de détails sur ce chapitre : Henchoz C., 2011b, à par.

15 Homme, 68 ans, ingénieur à la retraite, marié depuis 45 ans à Élisa, 4 enfants.

16 Femme, 66 ans, vendeuse à la retraite, mariée depuis 45 ans à Paul, 4 enfants.

17 Femme, 33 ans, enseignante, mariée depuis 7 ans à Cyril, 2 enfants.

18 Homme, enseignant, marié depuis 7 ans à Martha, 2 enfants.

19 Homme, 58 ans, électronicien, marié depuis 34 ans à Éliane, 2 enfants.

20 Femme, 56 ans, sans emploi rémunéré, mariée depuis 34 ans à Patrick, 2 enfants.

21 Femme, 43 ans, enseignante, mariée depuis 14 ans à Alan, 2 enfants.

22 Homme, 42 ans, fonctionnaire, marié depuis 14 ans à Françoise, 2 enfants.

23 Horaires scolaires difficilement conciliables avec un taux d’activité à plein temps ; structures d’ac­cueil pour la petite enfance, extra ou parascolaires peu nombreuses ; fiscalité pénalisant les doubles revenus.

24 Sur les négociations autour des questions financières au sein des couples confer. (Henchoz C., 2008a ; Nyman C., Evertsson L., 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Henchoz et Francesca Poglia Mileti, « Solidarités conjugales. Modalités et conséquences des dimensions économiques de la solidarité au sein de trois générations de couples », Recherches sociologiques et anthropologiques, 47-2 | 2016, 135-151.

Référence électronique

Caroline Henchoz et Francesca Poglia Mileti, « Solidarités conjugales. Modalités et conséquences des dimensions économiques de la solidarité au sein de trois générations de couples », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 47-2 | 2016, mis en ligne le 05 mai 2017, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/1767 ; DOI : 10.4000/rsa.1767

Haut de page

Auteurs

Caroline Henchoz

Département des Sciences sociales, Université de Fribourg.

Articles du même auteur

Francesca Poglia Mileti

Département des Sciences sociales, Université de Fribourg.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org