Navigation – Plan du site
À propos de livres

Lazaro Christophe, La liberté logicielle : une ethnographie des pratiques d’échange et de coopération au sein de la communauté Debian

Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, Anthropologie prospective n° 2, 2008, 253p.
Gregory Dhen
p. 169-172

Texte intégral

  • 1  Le terme logiciel est le résultat de la contraction entre “logique” et “matériel”. On appelle “log (...)
  • 2  Or, comme le développe G. Balandier autour du concept “d’homme fabriqué”, le contemporain moderne (...)

1Christophe Lazaro s’attaque à un champ encore très peu étudié en sciences sociales, celui d’un objet informatique (un logiciel1) et de la “communauté” d’individus qui participe à son élaboration et à sa production. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le défi est de taille. En effet, sur base de quelles balises méthodologiques et de quelles inspirations épistémologiques se fonder afin d’appréhender ce domaine aussi peu étudié en anthropologie ? Car tel est le paradoxe de la discipline : confrontés à une mondialisation de plus en plus prégnante où les environnements numériques participent clairement à l’émergence de nouvelles formes de socialité comme de communication et à la modification de notions centrales dans la compréhension de la modernité, peu d’anthropologues ont pour l’instant investigué ces territoires2. Dès lors, comment s’y prendre quand les habituels sujets d’étude ne sont pas là, devant soi ? Comment rendre intelligibles les pratiques qui se développent et les relations sociales qui se nouent au sein de “communautés” Internet ? Enfin, de façon plus pragmatique, comment se déplacer sur un terrain numérique en tant qu’anthropologue et donner du sens à ce que l’on observe ?

  • 3  Le système d’exploitation (Operating System – OS) d’un ordinateur permet l’utilisation de ses ress (...)
  • 4  Le code source est un ensemble d’opérations écrites dans un langage de programmation lisible et co (...)

2Versions Stable, Testing et Instable. Ces trois temps illustrent les différents stades de développement d’un système d’exploitation informatique. C. Lazaro, tant par sa méthodologie que par la structure narrative qu’il déploie, s’inspire de cette temporalité des versions et nous propose l’analyse ethnographique d’un projet partagé par des milliers d’individus, le projet Debian. Celui-ci s’insère dans le mouvement mondial du logiciel libre et repose sur une communauté d’individus qui utilisent le réseau Internet pour développer ensemble un système d’exploitation3 dont le code source4 est volontairement laissé en accès libre. Ceci signifie que les utilisateurs du programme sont libres d’exécuter, de copier, de distribuer, d’étudier, de modifier et d’améliorer le logiciel, contrairement aux pratiques définies comme légales dans le cadre du modèle propriétaire.

3Dans la première partie de l’ouvrage, “Stable”, l’A. actualise son expertise de juriste et décortique l’histoire comme la notion juridique de “logiciel libre”. En la replaçant dans son contexte d’émergence contemporain, il nous montre l’originalité du mouvement du libre et redéfinit le statut de ses productions par rapport au droit d’auteur et aux règles juridiques en matière de propriété intellectuelle. Le logiciel libre interroge notamment la notion d’originalité, centrale dans le cadre d’attribution de droits d’auteur, qui doit être comprise comme le reflet de la personnalité de l’auteur et la marque d’une création intellectuelle propre.

4Sur base de l’histoire du mouvement du libre et des problématiques juridiques qui la rythment, C. Lazaro interroge la forme technico-organisationnelle du projet Debian et de la communauté qui le supporte. À ce titre, l’auteur nous montre combien la “liberté logicielle” est un concept indissociable d’une certaine idée politique dont le sens est en discussion permanente. La structure organisationnelle de la communauté Debian ne peut être saisie en faisant l’économie de l’analyse des valeurs fondatrices partagées par les acteurs du projet. Le chapitre “Testing” part des textes fondateurs tel que le “Contrat Social” et des lignes de conduite du projet qui y sont énoncées pour saisir l’imbrication subtile existant entre son organisation interne et sa position à l’égard du mouvement du libre. Ces documents constituent une base axiologique, voire idéologique, ce qui infère à l’entreprise une démarche militante. Les principes de liberté, de diffusion, de coopération, de partage des connaissances, de transparence, d’engagement de qualité et de gratuité auprès des utilisateurs y sont énoncés afin de souligner les contrastes existant avec le modèle propriétaire. L’auteur remarque l’importance sociale accordée à ces textes régulateurs et à leur maîtrise de la part des membres de la communauté de développeurs au cœur du projet. Les règles et principes qui y sont énoncés revêtent d’une part une valeur “indicative” qui explicite la philosophie et l’esprit du libre tel que conçus au sein du projet Debian et, d’autre part, une valeur normative en ce sens qu’ils présentent une série de standards destinés à servir de guides aux membres et à assurer une certaine stabilité à l’organisation.

5Le projet Debian se caractérise par un haut degré de sophistication sur le plan organisationnel et politique afin de coordonner la participation de milliers de développeurs et d’assurer une cohésion à la démarche. Le projet dispose à ce titre d’une “Constitution” qui décrit le statut et le rôle de certaines de ses figures et instances.

6Cependant, l’auteur nous montre que les mécanismes d’organisation et de régulation du projet tirent leur efficacité d’un modèle normatif ne passant pas par des règles juridiques contraignantes, mais procède davantage de l’“Institution” comprise comme un modèle positif d’action incitant à l’initiative et misant sur la capacité inventive des acteurs. En effet, la participation active de l’ensemble des utilisateurs contribuant au processus d’amélioration du logiciel libre constitue le succès et l’originalité du mouvement. Cet apport participatif peut se faire sous diverses formes : il peut s’apparenter à une véritable collaboration bénévole, à un travail de maintenance des supports communicationnels du projet (site web, listes de discussion, etc.), de prosélytisme sur d’autres réseaux numériques et de traduction de documents relatifs au logiciel (assistance). Cette originalité du mouvement du libre a pour effet de brouiller les frontières des catégories classiques de la production et de la consommation.

  • 1  Cette problématique est d’autant plus intéressante que l’activité de développement de logiciels li (...)

7Au cours du dernier chapitre, “Unstable”, l’auteur s’interroge sur les motivations qui poussent à participer à un projet comme celui-ci. Son enquête de terrain montre que les participants se désignent comme membres d’une “communauté” et évoquent un véritable sentiment d’appartenance alors même que la configuration “à distance” du projet conduit à s’interroger sur les caractéristiques de l’action collective qui se développe entre ces individus éparpillés1. C. Lazaro nous montre que les valeurs centrales du mouvement du logiciel libre agissent comme un véritable ethos partagé par l’ensemble des participants et que ces derniers objectivent leur attrait pour le projet et leur sentiment d’appartenance en invoquant régulièrement trois axes : technique, épistémique et politique. Tous fascinés par l’informatique, ils définissent leur motivation première comme un goût personnel prononcé pour la manipulation du matériel. Mais un lien étroit unit le plaisir technique et la liberté logicielle : la réputation de qualité et de rigueur technique dont jouit le projet est régulièrement invoquée pour affirmer une certaine supériorité, source de fierté d’appartenance réaffirmée dans les lignes du “Contrat Social”. La reconnaissance sociale du projet et sa réputation apparaissent comme un objectif partagé par les membres qui se revendiquent de la communauté Debian. Les individus impliqués dans le projet développent un discours hybride, où l’engagement revêt de prime abord un caractère purement égoïste auquel vient se greffer la croyance en une intelligence partagée et une conscience collective, modélisées par la coopération et le partage de connaissances incessants entre participants afin de fournir un outil libre et accessible au plus grand nombre, sans contrepartie financière.

8La dernière partie du livre propose l’utilisation des clés de lecture inspirées de la théorie du don pour penser la façon dont se rencontrent et fusionnent l’individuel et le collectif au sein de cette “communauté”. Le logiciel est alors entendu comme le réceptacle d’une somme de dons issus du génie des développeurs et comme le fruit d’une participation collective destiné à un utilisateur potentiel. Ce dernier semble le dépositaire des valeurs de solidarité, de liberté et de partage qui constituent le fondement de la logique oblative intrinsèque au mouvement. C’est sans verser dans une appréciation trop enchantée de la communauté que l’auteur gratifie cette fin d’ouvrage d’une analyse fertile que l’on aurait aimée plus longue.

Haut de page

Notes

1  Le terme logiciel est le résultat de la contraction entre “logique” et “matériel”. On appelle “logiciel” l’ensemble des instructions permettant de faire fonctionner un ordinateur et de lui faire accomplir certaines tâches.

2  Or, comme le développe G. Balandier autour du concept “d’homme fabriqué”, le contemporain moderne s’inscrit dans un monde progressivement réglé par l’informatique et la communication imbriquées, ce qui a pour conséquence de bousculer le rapport au corps, la relation à soi et à l’autre et conduit à reconsidérer le statut de l’homme moderne dans son environnement de vie (Balandier G., “De tous temps, de tous lieux. L’information et la communication”, L’Homme, 2008/1-2, n°185-186, pp.55-63.).

3  Le système d’exploitation (Operating System – OS) d’un ordinateur permet l’utilisation de ses ressources matérielles et l’exécution harmonieuse d’autres programmes, de même que la communication entre eux.

4  Le code source est un ensemble d’opérations écrites dans un langage de programmation lisible et compréhensible par un être humain et qui lui permet de donner des instructions à la machine.

1  Cette problématique est d’autant plus intéressante que l’activité de développement de logiciels libres est une activité hybride qui, d’un côté, relève d’un travail productif et, de l’autre, résulte de l’agencement d’engagements bénévoles dans la mesure où elle rassemble des participants volontaires et non rétribués (Demaziere D., Horn F., Zune M., “Les développeurs de logiciels libres : militants, bénévoles ou professionnels ?”, inDemaziere D., Gadea C., Sociologie des groupes professionnels, Paris, La Découverte, 2009, pp.285-295).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregory Dhen, « Lazaro Christophe, La liberté logicielle : une ethnographie des pratiques d’échange et de coopération au sein de la communauté Debian », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 169-172.

Référence électronique

Gregory Dhen, « Lazaro Christophe, La liberté logicielle : une ethnographie des pratiques d’échange et de coopération au sein de la communauté Debian », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 24 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/177

Haut de page

Auteur

Gregory Dhen

UCL, ANSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org