Navigation – Plan du site
À propos de livres

Suárez Hugo Jose, Coord., El sentido y el método. Sociología de la cultura y análisis de contenido

Zamora Michoacán, El Colegio de Michoacán/Universidad Nacional Autónoma de México-Instituto de Investigaciones Sociales, 2008, 330p.
Julie Hermesse
p. 172-175

Texte intégral

1L’ouvrage coordonné par Hugo José Suárez rencontrera les attentes de tout chercheur désireux d’approfondir ou de se familiariser avec la sociologie de la culture et l’analyse structurale de contenu telles qu’elles ont été développées à Louvain à partir des années 1970. Il relève le défi de présenter pédagogiquement le programme de base de l’analyse structurale louvaniste : extraire par un processus opératoire concret des systèmes de sens (modèles culturels) qui orientent le comportement des sujets et qui sont intériorisés et socialement produits, reproduits et transformés. Le lecteur y trouvera un manuel méthodologique, un cadrage théorique ainsi qu’un ensemble d’exemples appliqués.

2Hugo José Suárez est docteur en sociologie de l’Université catholique de Louvain et chercheur à l’Institut de recherches sociales de l’Université nationale autonome du Mexique (UNAM). Dans le souci d’une diffusion hispanophone et avant tout latino-américaine de la sociologie structurale louvaniste, le coordinateur a réuni autour de textes de Jean Remy et de Jean-Pierre Hiernaux des contributeurs hispanophones ayant comme point commun l’Université catholique de Louvain (institution où ils ont tous séjourné quelques années). Ces derniers démontrent une claire appropriation des concepts et de la méthode et même plus, ouvrent les voies d’un approfondissement et d’un re-déploiement de la sociologie des structures symboliques, sans toutefois s’aligner sur le structuralisme classique.

3El sentido y el método aborde l’analyse structurale de contenu dans les trois dimensions de sa problématique intellectuelle : la théorie, la méthode et les applications. Il prétend jeter des ponts avec la théorie qui la sous-tend et avec les applications opératives. Cette triade (correspondant aux trois sections du livre) est fondamentale pour le coordinateur, H. J. Suárez, qui déplore le développement classique en Amérique latine de méthodes sans ancrage théorique. Par souci de complétude et pour ravir les plus curieux, ce livre se termine par un glossaire et une interview de Jean-Pierre Hiernaux.

4Fernando de Laire et H. J. Suárez, auteurs des deux textes de la première partie “La théorie” (pp. 23-58), se penchent sur le concept d’“institution culturelle” développé par J.-P. Hiernaux afin de définir l’objet de connaissance théorique : la recherche structurale de sens. La thèse fondamentale de J.-P. Hiernaux est que l’être humain répond à une institution culturelle : « des systèmes de règles de combinaison constitutifs de sens » (p.36). Le chapitre de F. de Laire, se donne pour objet de synthétiser fidèlement les réflexions conceptuelles de J.-P. Hiernaux et ses sources d’inspiration (allant jusqu’à reprendre à son propre compte les citations d’auteurs convoquées par ce dernier). Considérant que les bases théoriques de l’analyse structurale de J.-P. Hiernaux sont fondamentalement sociologiques, F. de Laire estime légitime de parler de ce professeur louvaniste comme d’un colonisateur sociologique de la linguistique (p.37). Le second texte de ce chapitre et du livre est de H. J. Suárez. L’auteur non seulement définit avec davantage de clarté que l’auteur précédent le concept d’“institution culturelle”, mais il contribue également aux discussions initiées par J. Rémy et J.-P. Hiernaux en sociologie de la culture sur la complexe interaction entre dispositifs symboliques et structures sociales. Il propose une réflexion d’ordre théorique sur la production et la reproduction des systèmes de représentation et des institutions culturelles installés dans l’esprit des sujets sociaux. De la genèse des structures symboliques en passant par les régulations du psychique et du social, l’auteur poursuit la réflexion théorique sur l’instabilité et les potentiels permanents de transformation des systèmes de sens.

5La section “La méthode” (pp. 59-142) prend le contre-pied d’une conception qui reléguerait la méthode au banc de l’intuition et de l’expérience, ou encore qui la considérerait comme étant non articulée à une théorie et une problématique de recherche. J. Rémy et J.-P. Hiernaux tiennent une place symbolique dans cette section centrale de l’ouvrage. Le court article de J. Rémy, se présente comme un préambule aux deux textes qui suivent. Après avoir exposé le fonctionnement opératif de la méthode, il suggère des réflexions épistémologiques qui « permettent de mieux préciser les limites et les zones de pertinence de la méthode proposée » (p.66). Pour le professeur émérite, s’il n’existe pas de matrice structurale explicite à la disposition du sujet, la rigueur analytique de l’analyse de contenu contribue à dégager la structure de base de la vie sociale ; elle se limite à fournir les paramètres qui permettent au sujet d’interpréter et d’agir en fonction de l’articulation de son affectif avec le social, et ce, dans une stabilité relative. Dans deux articles denses et marqués par le souci pédagogique d’illustrer d’exemples les propos tenus, J.-P. Hiernaux, et ensuite H. J. Suárez, détaillent la mise en pratique de la méthode. Les deux articles sont complémentaires. Un travail de co-écriture des deux auteurs aurait cependant permis une meilleure compréhension des concepts et procédés techniques et d’éviter également certaines redondances. L’approche du concept de “modèle culturel” et la réflexion sur les conditions de production et d’utilisation de matériaux adéquats pour l’analyse, développées par J.-P. Hiernaux sont d’excellentes voies introductives à la scrupuleuse démarche méthodologique exposée ensuite par H. J. Suárez. Pour faciliter le cheminement progressif du lecteur, le développement de Jean-Pierre Hiernaux concernant l’application de l’analyse structurale de contenu à des matériaux volumineux aurait gagné à être placé à la fin de la section consacrée à la méthode.

6La troisième section du livre intitulée “Applications” (pp. 143-297) présente des exemples concrets d’applications de l’analyse structurale afin de reconstruire méthodiquement le sens. H. J. Suárez a pris soin de consacrer plus de la moitié du livre à des applications de l’analyse de contenu, démontrant ainsi qu’une méthode ancrée sur une approche conceptuelle pouvait être appliquée à des thématiques diverses. Cette partie, qui se lit comme un recueil d’articles, nous présente cinq études de cas relativement distincts.

7Oscar Saldarriaga Vélez propose deux applications de l’analyse structurale. Son premier chapitre concerne l’analyse structurale de directives relatives aux cours de sciences sociales dans l’enseignement fondamental rédigées par le Ministère de l’éducation nationale colombien. Considérant les directives comme un corpus de connaissances sociales devant être enseigné, l’auteur réalise une analyse sémantique de huit axes thématiques. Afin d’avoir un panorama du langage et des notions qui sont mis en circulation à l’école, l’analyse de ces axes permet de déceler le décalage entre l’effet de sens escompté et l’effet de sens produit par le Ministère de l’Éducation nationale de Colombie. La seconde application de la méthode structurale proposée par O. Saldarriaga Vélez prolonge les résultats de la précédente recherche. L’auteur, dans une visée comparative, analyse sémantiquement le contenu de réponses à une question ouverte afin d’évaluer les connaissances en sciences sociales des élèves à qui s’appliquent les directives réalisées par le Ministère de l’Éducation colombien. José Juan Osés nous offre une analyse structurale de quatre entretiens approfondis de jeunes belges wallons concernant leur croyance en la réincarnation. L’analyse, consistante tant au niveau du corpus que des références bibliographiques, dégage des structures symboliques permettant à l’auteur de définir deux modalités de production de la croyance en la réincarnation en fonction de la trajectoire et de la position sociale des jeunes. Pour clore cette section, H. J. Suárez nous présente le fonctionnement opératif de la méthode d’analyse structurale au travers de deux chapitres. Le premier se penche sur les chansons du chanteur-compositeur espagnol Joaquín Sabina. Cette analyse poétique et didactique nous emmène de la décodification structurale des chansons à l’explication du schéma actantiel, au modèle culturel mis au jour et enfin, aux implications sociales générales du discours de Joaquín Sabina. Quittant le registre de l’écriture et de l’oralité, le second chapitre d’H. J. Suárez nous présente une application de l’analyse structurale de contenu sur des photographies. L’analyse s’intéresse à un corpus de clichés réalisés au cours de la guerre des Cristeros (une rébellion paysanne ayant défendu de 1926 à 1929 l’Église catholique face à l’État mexicain). L’auteur s’attache à explorer l’efficacité des discours photographiques symboliques cristeros évoquant la famille, la religion et la lutte armée. La diversité des cas présentés dans cette partie “Applications”démontre le rayonnement et l’application de la sociologie structurale de Louvain. D’autre part, elle souligne combien l’analyse structurale de contenu peut être adéquate pour l’étude de matériaux provenant de sources diverses.

8Le caractère éclectique des contributions de cette section pourrait toutefois désarçonner le lecteur. Il s’agit là probablement de la critique majeure que l’on peut formuler à l’encontre de cet ouvrage. Pour une prochaine édition, les sections gagneraient à être réarticulées afin de conférer à l’ensemble une meilleure cohérence et éviter une sensation de juxtaposition des chapitres (la plupart ayant été publiés une première fois ailleurs sous forme d’articles). Autre remarque : on regrettera que ne soit pas mentionné “Anaconda”, le logiciel informatique libre créé par le Professeur J.-P. Hiernaux, un outil pourtant purement pratique de l’analyse structurale. Enfin, au terme de la lecture de l’ouvrage, le chercheur “initié” à la méthode d’analyse structurale et familiarisé à sa matrice conceptuelle se demandera peut-être s’il est à même d’appliquer rigoureusement la méthode à ses propres matériaux de recherche. Ne serait-il pas toutefois illusoire de considérer que la démarche méthodologique présentée dans le livre puisse suffire au lecteur pour se lancer dans des analyses structurales sans un premier accompagnement pédagogique ?

9Outre ces quelques limites, le livre est un apport majeur en sociologie. Alors que des sociologues étrangers ayant été marqués dans leur parcours par la sociologie structurale poursuivent et alimentent la méthode, il est opportun de se demander pourquoi peu de sociologues et anthropologues louvanistes alimentent leur recherche et leur enseignement de ce précieux héritage.

10« Assurément nos intuitions de jeunesse n’étaient pas tout à fait stupides » disait J.-P. Hiernaux après que le livre ait été soumis à la critique (et aux éloges !) lors de sa présentation à la 30e Conférence de la SISR à Saint-Jacques-de-Compostelle (juillet 2009). L’héritage est mutuel précise avec reconnaissance J.-P. Hiernaux. Dans les années 1990, une équipe de doctorants latino-américains participant au séminaire d’analyse de contenu a contribué activement au développement de cette méthode Ce n’est donc pas un hasard, poursuit Hiernaux, si ce sont aujourd’hui des latino-américains qui ont repris le flambeau et poursuivent l’évolution et la diffusion de l’analyse structurale louvaniste hors des murs de cette université.

11Nous souhaitons longue vie à cet ouvrage en espérant que sa version traduite (et éventuellement revue) puisse bientôt être mise à disposition des chercheurs et enseignants louvanistes, et plus largement francophones, afin que ces derniers puissent se réapproprier et diffuser la méthode structurale louvaniste, patrimoine de leur institution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Hermesse, « Suárez Hugo Jose, Coord., El sentido y el método. Sociología de la cultura y análisis de contenido », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-2 | 2009, 172-175.

Référence électronique

Julie Hermesse, « Suárez Hugo Jose, Coord., El sentido y el método. Sociología de la cultura y análisis de contenido », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-2 | 2009, mis en ligne le 15 octobre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/178

Haut de page

Auteur

Julie Hermesse

FNRS-UCL, Unité d’anthropologie et de sociologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org