Navigation – Plan du site
Varia

La mémoire de l’immigration comme politique sociale ?

Pratiques associatives et usages sociaux de l’histoire dans une petite ville du Sud de la France*
A Memoir of Immigration as Social Policy ? Associative Practices and Social Uses of History in a Small, Southern French City
Gilles Frigoli
p. 143-156

Résumés

Cet article porte sur les tensions que provoque, dans une petite ville touristique de l’arrière-pays azuréen, l’entreprise mémorielle dans laquelle s’est lancée une association désireuse d’établir et de publiciser une histoire de l’immigration locale en provenance des pays du Maghreb. L’enquête montre ce que ces tensions doivent à l’entrechoquement de trois mémoires : celle qui célèbre le passé patrimonial d’une localité qui trouve là une ressource dans la fabrication d’une image touristique fondée sur l’ “authenticité” ; celle de ces “immigrés” vençois dont la contribution à l’histoire de la ville n’a jamais été publiquement reconnue ; celle de l’association elle-même qui, à cette occasion, se trouve confrontée à son propre passé d’association militante devenue au fil du temps un partenaire des autorités dans la mise en œuvre des politiques sociales.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • *  Cet article est tiré d’une enquête menée dans le cadre d’un travail de recherche effectué pour le (...)
  • 2  On sait que ce type de patrimonialisation constitue une ressource de poids dans la concurrence à l (...)
  • 3  Le site internet de la ville fait mention des nombreux artistes, peintres, musiciens, architectes (...)

1Vence est une commune française des Alpes-Maritimes qui compte environ 17.000 habitants. Située à une vingtaine de kilomètres de la côte, non loin d’un haut-lieu du tourisme azuréen, Saint-Paul-de-Vence, elle fait figure de ville aisée, où se côtoient des actifs ayant des revenus suffisamment élevés pour trouver à s’y loger, des retraités ayant les moyens financiers de finir leurs jours sur la Côte d’Azur, des étrangers fortunés qui apprécient d’y séjourner le temps de vacances hivernales ou estivales. Elle propose aux touristes de passage l’image typique et appréciée des Tour Operators d’une “cité provençale” dotée à la fois d’un cadre naturel exceptionnel (proximité de la mer et de la montagne) et d’un patrimoine culturel qui lui confère un label d’ “authenticité” (cité médiévale, traditions provençales, artisanat, etc.)2. Tout en possédant, contrairement aux villages qui l’entourent et lui font concurrence, les infrastructures d’une ville moyenne (cinéma, supermarchés, etc.), Vence se donne à voir comme une “ville d’art” qui peut s’enorgueillir de l’accueil qu’elle réserve aux artistes3.

  • 4  Outre sa vocation touristique actuelle, Vence est une des destinations de “l’immigration de luxe” (...)
  • 5  La notion d’ “image identifiante”, introduite par Marc Augé (1994), renvoie aux significations mis (...)
  • 6  C’est la formulation que proposent les affiches qui annoncent la manifestation. Au cours d’un entr (...)

2Du fait de ces caractéristiques et comme pour tout lieu de tourisme et de villégiature, la présence étrangère est un élément structurant de la vie locale4. Plus encore, cette présence est fortement valorisée par une municipalité qui s’efforce depuis plusieurs années d’intégrer cette dimension à son “image identifiante”5 en faisant de cette ouverture aux “autres cultures” une marque de fabrique. En témoignent notamment deux évènements annuels d’importance pour la vie de la cité : les “Nuits du Sud”, un festival très largement ouvert aux “musiques du monde”, dans le cadre duquel se succèdent au cœur de la ville de nombreux artistes latino-américains et africains ; et, surtout, “Vence fête ses cultures”, deux journées organisées par la municipalité au cours desquelles, chaque année, «les différentes communautés étrangères présentes sur la commune vous font découvrir leur pays d’origine par le biais de la gastronomie, du folklore, de la musique et de l’artisanat» ainsi que le mentionne le dépliant confectionné à cette occasion par l’office de tourisme de la ville. Pendant deux jours, comme en témoigne l’encadré qui suit, les animations se succèdent dans la vieille ville, entre les stands qui mettent en scène les différentes “cultures” concernées (artisanat, plats traditionnels, musique, etc.) et matérialisent «la rencontre entre les Vençois d’adoption et les Vençois de souche»6 :

«Ce week-end, Vence fête ses cultures !»

Il est environ 11 heures lorsque j’arrive sur les lieux. La fête bat son plein et la place Clemenceau, qui constitue le cœur historique de la ville, est déjà noire de monde. Au milieu de la place, un podium a été installé sur lequel s’affaire un animateur de foire qui, tout en enchaînant des chansons “à la mode”, prend régulièrement le micro pour annoncer le programme des festivités, interpeller des passants, ou saluer l’arrivée de personnalités locales.

Le long des murs qui bordent la place, des stands ont été disposés. Chacun représente, comme l’indique le programme, une des «communautés étrangères présentes sur la commune». Sur les étalages, on trouve des plats cuisinés, des vêtements, des objets “typiques” de toutes sortes. Le plus imposant est le stand de Madagascar. Curieux, je m’approche pour demander à la personne qui tient le stand quelle en est la raison : la “communauté” malgache est-elle à ce point importante à Vence ? Le monsieur qui me répond est belge. Il est marié à une Malgache et, par là, sensibilisé aux difficultés que connaît le pays. Il participe à des programmes d’aide et m’invite à m’y associer. Il importe aussi des produits de Madagascar, c’est son métier. C’est pourquoi, sur son stand, il y a beaucoup de produits “typiquement” malgaches à acheter.

Il n’y a pas non plus beaucoup d’Équatoriens à Vence. Mais le stand de l’Équateur est, lui aussi, imposant. Il est tenu par un jeune homme qui me dit être là parce que sa mère est sud-américaine. Il s’excuse de ne pas être très au fait des produits qui sont disposés sur son stand et qui sont proposés à la vente. La présence du Nicaragua est quant à elle assurée par une association de soutien aux enfants nicaraguayens. Sur ce stand, pas de produits à vendre, pas de plats, pas de bibelots, mais des photos d’enfants, des posters, des cartes et autres brochures qui décrivent la situation dans laquelle se trouve le pays et les actions que mène l’association. Non loin du stand du Mexique et de celui du Vietnam, le stand du Portugal propose de la nourriture, des vêtements et beaucoup de vaisselle. Des hommes et des femmes en habit traditionnel s’affairent des deux côtés du comptoir. Ils font partie d’un groupe folklorique venu pour l’occasion et qui s’apprête à prendre place sur le podium pour assurer le spectacle.

Deux stands attirent mon regard, car ils ne sont pas désignés par une nationalité particulière contrairement aux autres qui arborent une large banderole sur laquelle on peut lire en grosses lettres le nom du pays concerné. Le premier est celui du “Club Nomade”, une association qui œuvre pour «le développement durable, la solidarité et l’éducation» en organisant, comme le mentionne la brochure qu’on me tend, des concerts, des ventes aux enchères, des tombolas, des vide-greniers au profit des populations qui connaissent des difficultés, notamment dans les pays du tiers-monde. Le second est le stand de l’antenne vençoise d’ “Accueil des villes françaises” (AVF), une association nationale qui «a pour but d’accueillir les personnes et les familles nouvellement arrivées dans la ville et dans la région et de faciliter leur intégration» au travers d’activités sportives, d’ateliers d’art (aquarelle, peinture sur porcelaine, théâtre), de séances de conversation (anglais, allemand, italien, français pour étrangers), de cours de cuisine, de jeux de société, etc. Plusieurs retraités, visiblement ravis d’être là, assurent l’animation de ce stand. On y parle anglais. On y propose la dégustation de quelques plats danois et suédois. Une des membres d’AVF m’explique avec enthousiasme l’enrichissement mutuel que permet la rencontre entre les cultures. Je lui demande quelles sont les origines les plus représentées. «Toutes !» me dit-elle, «des Anglais, des Américains, des Finlandais…». Je lui demande s’il y a aussi des Algériens, des Tunisiens, des Cap-Verdiens… Interloquée, cette personne me propose de nous revoir pour en parler.

Je me dirige enfin vers un stand situé un peu à l’écart. Il n’est pas implanté sur la place, mais dans une rue adjacente. Je reconnais Monsieur M., le président de l’association “Vence Maghreb” qui milite par ailleurs pour l’amélioration des conditions d’exercice du culte musulman dans la ville. Nous nous connaissons et sommes restés en contact depuis que, à l’occasion d’une étude que j’ai menée sur les salles de prière du département, nous avons été amenés à nous rencontrer. Autour de lui, quelques personnes d’âge mûr, comme lui, et quelques jeunes, tous maghrébins. Je sais que la majorité d’entre eux sont français. Monsieur M. me propose un thé, m’offre une pâtisserie et insiste pour que j’accepte la céramique dont il veut me faire cadeau. Il m’explique que «c’est important d’être là», mais que «le dossier de la mosquée n’avance pas».

Alors que nous discutons, un groupe d’une trentaine de personnes sort de la mairie, toute proche. C’est un mariage qui vient d’être célébré. Les jeunes mariés sont maghrébins, comme tous les invités. La jeune femme arbore une robe blanche fort peu orientale, à l’instar du costume croisé de son époux. Un buffet a été disposé devant la mairie. Les pâtisseries orientales y côtoient les chips et le Coca Cola.

Tout à coup, la noce, conduite par les mariés, se dirige vers le podium. L’animateur a mis du Raï et toute la place résonne de cette musique entraînante. Sur le passage du cortège, beaucoup de passants frappent des mains. Quelques hommes improvisent une danse orientale au centre du podium. Puis le groupe s’éloigne. Place à l’ensemble folklorique portugais.

3Si la présence étrangère est donc valorisée à Vence, les touristes seront peut-être surpris de découvrir que la «Cité d’art et d’azur», comme le proclame le site internet de la ville, est par ailleurs une ville où se manifeste une présence immigrée qui, elle aussi, suscite l’attention municipale, mais sur un registre bien différent.

  • 7  Après une immigration italienne et espagnole qui permit de combler d’importants besoins de main-d' (...)
  • 8  Le travail d’Anne Verots-Guilbaud (op. cit.) nous rappelle, s’il en était besoin, à quel point l’i (...)
  • 9  Le Maire de Vence, lors de l’entretien qu’il nous a accordé, évaluait spontanément à 1.200 le nomb (...)

4C’est que Vence, à côté de l’ «immigration de qualité» dont elle se plaît à être l’objet, de sa riche vie associative en faveur du «développement durable», qui l’amène à accompagner des actions de soutien aux pays du tiers monde, est aussi un lieu où se sont fixées des populations migrantes au cours des dernières décennies dans le cadre d’une immigration de travail, puis d’une immigration familiale7. Or, si les tensions liées à l’installation d’Italiens, d’Espagnols, de Portugais venus combler d’importants besoins de main-d’œuvre tout au long du siècle écoulé semblent avoir été oubliées8 (ou en tout cas, n’ont plus leur place aujourd’hui dans l’espace du débat public local), l’immigration en provenance de pays du Maghreb semble au contraire faire aujourd’hui figure de “problème public local”, tant pour ceux qui agissent en faveur de l’intégration d’une communauté au sein de laquelle beaucoup connaissent des difficultés matérielles, que pour ceux qui, de manière euphémisée, souhaitent ne pas voir se modifier de manière trop importante l’ “identité traditionnelle” de la ville9.

  • 10  La ville abrite une des plus anciennes salles de prière du département, mise à disposition par l’É (...)

5Les tensions liées aux conditions d’exercice du culte musulman10 constituent une forme parmi d’autres de publicisation d’une question qui, comme c’est souvent le cas lorsque l’immigration est constituée en situation problématique, apparaît comme hybride dans la mesure où des enjeux divers s’y concentrent, parfois au prix d’amalgames ou d’équations spontanées (immigration + jeunesse + pauvreté = délinquance) qui contribuent en retour à activer les tensions.

6Ainsi, à l’image de ce qui s’observe au niveau national depuis plusieurs décennies, l’immigration à Vence, en tant qu’objet de débat et d’action publics, relève, par construction, à la fois de la politique sociale, du fait des difficultés matérielles que connaît une proportion importante de personnes issues de l’immigration ; de la politique urbaine, du fait de l’existence du quartier de la vieille ville, où se concentrent beaucoup de ces difficultés et de ces populations ; de la politique de sécurité publique, en raison de troubles à l’ordre public que les riverains, les commerçants, les élus locaux, tendent à associer à la présence de “jeunes” à qui l’on prête une “culture de la banlieue” ; de la politique “d’intégration”, au nom des risques qu’un “repli communautariste” ferait courir à la cohésion sociale.

7Mais cette configuration problématique et programmatique, somme toute banale, prend place dans un contexte qui, comme on l’a vu, est particulier. Vence est en effet une ville touristique qui, à ce titre, fonde son image sur une tradition d’accueil des étrangers. Mais, contrairement à la grande ville qu’est Nice, Vence cultive l’image, plaisante pour les touristes, d’un village provençal épargné par les “problèmes” liés à l’immigration et, au-delà, à la pauvreté. Or, du fait de la taille de la ville, les “immigrés” en question ne sauraient être relégués dans des quartiers périphériques et donc mis à distance des lieux de tourisme, à l’image de ce qui s’observe dans les grandes métropoles françaises.

8La figure de l’étranger se construit donc à Vence de manière extrêmement ambiguë. La place des populations issues de l’immigration maghrébine, puisque c’est bien d’elles qu’il s’agit, navigue entre deux formes de visibilité. L’une est ponctuellement encouragée (mais sur le mode folklorique), lorsque Vence, «terre d’accueil», fête «ses cultures». L’autre est une visibilité que certains électeurs jugent incommodante dans l’espace public (sur les places publiques, dans les ruelles de la portion touristique de la vieille ville, etc.), soit parce qu’elle serait à l’origine d’un «sentiment d’insécurité» associé à des jeunes parfois perçus comme menaçants, soit parce qu’elle dénoterait une évolution, voire une dérive, dangereuses pour l’image, l’ “identité” de la ville.    

  • 11  Les CUCS, qui ont succédé aux contrats de ville en 2006, constituent le cadre contractuel unique p (...)

9C’est dans ce contexte qu’en 2006, une association impliquée de longue date dans des actions en faveur des publics en difficulté a décidé d’engager un travail de réflexion et d’intervention sociale dont un des axes portait sur l’histoire de l’immigration à Vence. La démarche, qui s’inscrivait dans un Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS)11, visait, selon les termes de la Directrice, «à faire le point sur l’histoire, afin de redonner la parole à ceux qui l’ont vécue», à voir «quelles sont les perspectives pour l’avenir à partir de ce travail sur le passé, l’objectif étant de faire que les gens soient producteurs d’eux-mêmes». L’idée était de faire, à partir du récit de l’immigration à Vence, un double pari : d’une part, donner la parole à ceux qui l’ont rarement et, par là, faire prendre conscience à ceux qui ont vécu cette immigration, et à leurs enfants, de leur enracinement local ; d’autre part, en publicisant ce récit, faire entrer cette immigration dans l’histoire officielle de la ville et, au-delà, œuvrer en faveur du “rapprochement des populations”.

10La démarche de cette association, comme tous les usages sociaux du passé, s’encastre dans un contexte qui en conditionne en partie les logiques et les enjeux. Deux éléments de ce contexte nous semblent particulièrement structurants. Le premier, nous l’avons déjà évoqué, est relatif aux caractéristiques d’une ville qui, par sa taille, sa morphologie, sa vocation touristique, l’image qu’elle se donne et sa situation géographique, constitue un cadre relativement original de construction de la figure de l’étranger. Le second concerne les conditions institutionnelles dans lesquelles se produit ce travail sur la mémoire. L’association engagée dans cette entreprise mémorielle est impliquée, en vertu de son expertise, dans de nombreux dispositifs de la politique sociale pour lesquels elle est financée par les pouvoirs publics. Or, comme on va le voir, cette implication dans la construction de l’action publique locale influe directement sur la définition de la situation dans laquelle une telle entreprise peut, ou non, trouver sa légitimité.

  • 12  Dans le cadre de cette enquête, plusieurs outils méthodologiques ont été mobilisés. Des entretiens (...)

11Afin de mieux comprendre les dynamiques de cette entreprise mémorielle, nous avons mené une enquête sur site de type ethnographique d’une durée d’un an environ12.

II. Usages sociaux de la mémoire cherchent financement

  • 13  Parmi ces derniers on trouve des collectivités territoriales, des services déconcentrés de l’État, (...)

12L’association “I” fait partie de ces structures associatives qui, loin de l’image véhiculée parfois par le monde de l’action caritative ou humanitaire, emploient des salariés qualifiés (souvent issus du travail social, mais pas seulement) et revendiquent une expertise qui justifie qu’elles soient sollicitées, dans le domaine de la politique sociale notamment, par les pouvoirs publics pour mettre en œuvre des programmes relevant de l’action publique. Cette association emploie une trentaine de salariés (assistantes sociales, animateurs, médiateurs sociaux, psychologues, formateurs, chargés d’éducation scolaire, responsables de formations, chargés d’insertion) placés sous la responsabilité d’une directrice qui possède une solide expérience professionnelle de cadre supérieur au sein de grands groupes français. Elle développe des actions dans les domaines de la formation, de l’insertion, de la prévention, de l’éducation, du soutien à la fonction parentale, de l’accès aux droits, de l’accueil et de la médiation sociale. Elle est «partenaire», ainsi que le mentionne sa plaquette de présentation, de nombreux acteurs13.

  • 14  Voir notamment Hély M., 2009 ; Tchernonog V., 2007.
  • 15  Voir notamment Gaudin J. P., 2004.
  • 16  Voir notamment Ion J., 2005.

13Sur l’évolution du monde associatif et la place qui est aujourd’hui la sienne dans la construction de l’action publique locale, beaucoup de choses ont été écrites14 dont nous retiendrons ici deux éléments qui sont essentiels à la compréhension des logiques à l’œuvre sur notre terrain. Le premier15 concerne la nécessité devant laquelle se trouvent les associations, pour assurer leur survie, de bénéficier de financements importants et réguliers du fait des frais de fonctionnement que génère leur structure, proche de celle d’une entreprise. Concrètement, et c’est là une part importante de l’activité des responsables de ce type d’associations, il faut en permanence “trouver” des budgets. Ceci veut dire qu’il faut obtenir d’être missionné, agréé, financé pour mettre en place des “dispositifs”. Il faut donc se porter candidat pour la gestion de programmes mis en circulation sur le “marché public des subventions”, ou susciter la création et la mise en œuvre de tels programmes. Le second élément16, qui est lié au premier, porte sur le fait que, participant de fait de la mise en œuvre (parfois de la conception) de politiques publiques, l’action associative hérite de contraintes dont elle fut historiquement longtemps dégagée. Il n’est plus question d’action militante, mais d’action publique. On ne défend pas une cause, mais l’intérêt général. On ne rend pas des comptes à des adhérents, mais à des usagers et, indirectement, au citoyen. On s’appuie moins sur un engagement que sur des compétences et une expertise.

14De fait, la question de la légitimité des actions entreprises devient centrale, au sens où s’impose aux associations un travail constant de légitimation de leur activité : légitimation du point de vue des compétences revendiquées et qui justifient d’être un prestataire pour les pouvoirs publics ; légitimation du point de vue des ressorts et des finalités d’interventions associatives qui, en participant de la mise en œuvre de politiques publiques, doivent, d’une part, refléter indirectement les orientations en faveur desquelles les électeurs se sont démocratiquement prononcés (que ce soit au niveau national ou local) et, d’autre part, viser l’intérêt général, le bien commun qu’est censée en permanence rechercher l’action publique. D’où l’importance du travail de mise en forme auquel doivent se livrer les associations lorsqu’elles soumettent des projets à leurs partenaires et financeurs potentiels.

  • 17  Voir Frigoli G., 2004.

15L’expression la plus évidente de ces contraintes formelles réside dans la nécessité de se plier au format de ces “dossiers” et autres “formulaires” par lesquels doit transiter tout projet. La forme qu’imposent ces documents administratifs, au-delà de leur caractère banalement bureaucratique, est le reflet fidèle des nouveaux standards de l’action publique locale, parmi lesquels il faut compter ces deux maîtres mots que sont le partenariat et l’évaluation17. Ainsi, on est surpris, à la lecture de la demande de subvention de l’association “I” dans le cadre du CUCS, de la place donnée à ces deux dimensions. Il faut être en mesure d’annoncer la présence de partenaires et satisfaire ainsi aux exigences d’un modèle d’action publique qui fait, aujourd’hui, de la coopération entre des partenaires, de la négociation, du contrat, les seules formes légitimes de construction de l’action publique. Il faut par ailleurs être en mesure de disposer d’ «indicateurs quantitatifs et qualitatifs permettant le suivi» des actions entreprises et l’adéquation des résultats effectifs de ces actions aux «résultats attendus».

  • 18  Inspirée des travaux de Goffman (1974), l’analyse de cadres telle que développée par Benford et Sn (...)

16Tout projet doit donc passer par une opération de traduction nécessaire au formatage qu’imposent les documents administratifs. Mais le travail de mise en forme ne s’arrête pas là. De manière plus subtile s’imposent des efforts de cadrage18 des projets envisagés qui, sans toujours faire l’objet d’attentes explicites de l’administration, s’avèrent pourtant déterminants pour le succès de l’entreprise.

17Le premier de ces éléments de cadrage concerne l’expertise dont l’association doit pouvoir se prévaloir dans le domaine concerné par le projet. C’est la conséquence directe de ce que nous évoquions plus haut à propos du statut de prestataire, qui est aujourd’hui celui de nombreuses associations. Le tout n’est pas d’avoir de bonnes idées ; il faut convaincre ses interlocuteurs, d’une part de la faisabilité de la démarche, d’autre part de ce que l’on possède les compétences adéquates pour mener cette dernière efficacement. Or, il est des domaines qui se prêtent mieux que d’autres à ce travail d’argumentation. De même, on y reviendra, il est difficile de forger des critères d’évaluation de l’efficacité, en termes de cohésion sociale, d’un travail mené sur l’histoire ; faire la preuve d’une expertise dans ce domaine n’est guère évident pour une association d’action sociale. Est-ce le travail de ce type d’association que de produire un récit historique ? L’association “I” emploie des assistantes sociales, des animateurs, des chargés d’insertion, des psychologues. Sont-ils dans leur champ de compétences lorsqu’ils s’engagent dans un travail d’historien ? La réponse trouvée par la directrice de l’association se décline sur deux axes. Tout d’abord, faire appel à un “expert” extérieur, en l’occurrence un sociologue ou un psycho-sociologue, dont on attend qu’il donne un supplément de légitimité “scientifique” ou “académique” à la démarche. Ensuite, inscrire le travail sur l’histoire dans un projet plus large, plus clairement en phase avec les compétences de l’association. Ainsi, le recueil de la mémoire des immigrés de Vence donnera certes lieu à la production d’un récit historique, débouchant si possible sur l’édition d’un ouvrage. Mais ce travail ne constituera qu’un aspect d’une intervention sociale plus “classique” auprès des habitants d’un quartier en difficulté, constitué en cible du projet : état des lieux concernant les problèmes que connaît le quartier, accompagnement scolaire et parental, accès aux droits, médiation sociale, etc., autant d’activités pour lesquelles l’association “I” est incontestablement compétente.

  • 19  Il s’agit là des catégories que propose le formulaire de demande de subvention dans le cadre d’un (...)

18Mais si un tel cadrage d’un travail associatif sur l’histoire de l’immigration apparaît nécessaire, ce n’est pas seulement en vertu de l’expertise dont il faut témoigner pour pouvoir espérer obtenir un financement. La finalité elle-même de la démarche doit être placée au service des objectifs que poursuivent les financeurs potentiels. On touche ici au cœur de la question des usages sociaux du passé. Quelle est la finalité et, partant, l’utilité d’un travail sur la mémoire ? En quoi le fait de recueillir la mémoire d’immigrés, de consigner cette mémoire dans un ouvrage, peut-il contribuer à la politique sociale locale ? Plus encore, une telle démarche s’inscrit-elle dans le domaine : “Habitat et Cadre de Vie”, “Accès à l’emploi et développement économique”, “Réussite Éducative”, “Santé”, “Citoyenneté et Prévention”, “Intégration”, “Lutte contre les discriminations et Égalité des Chances”19 ?

  • 20  Notons à ce sujet que le formulaire de demande de subvention dans le cadre du CUCS, propose de cho (...)

19Autrement dit, mettre en forme un projet, c’est aussi être capable de montrer qu’on peut en attendre des effets concrets dans un domaine précis. Or, force est de constater qu’il ne va pas de soi qu’un travail sur l’histoire de l’immigration aura des effets directs et mesurables dans un ou plusieurs des domaines dans lesquels les financeurs ont des attentes, sachant de plus que ces attentes sont différenciées et évolutives. C’est tout le problème que pose la posture de prestataire : l’action conduite doit être efficace, on l’a vu, mais surtout utile, et utile d’un certain point de vue20. Faire progresser la connaissance est en soi un objectif noble, qui peut donner lieu à des financements, mais ils seront alors attribués à d’autres acteurs (des équipes de recherche, des cabinets d’étude, etc.). Quant à travailler sur l’histoire de l’immigration au nom d’une cause à défendre, en tant que militant, c’est là une démarche inacceptable pour une association impliquée dans la construction de l’action publique. Il faut donc, pour les associations comme “I”, prouver l’utilité de la mémoire du point de vue de “l’accès à l’emploi”, de “la réussite éducative” : bref, du point de vue d’enjeux concrets, mesurables, qui entrent dans le découpage sectoriel du moment, satisfont l’intérêt général et garantissent que les deniers publics, en ces temps de rationalisation de la dépense publique, seront dépensés à bon escient.

  • 21  Tout au plus un item du document mentionne-t-il, comme objet d’intervention, la «question de la mé (...)

20C’est cette nécessité de mettre en forme le projet en fonction des attentes supposées des financeurs, de leur propre cadre procédural, cognitif, organisationnel, qui explique sans doute que, contre toute attente au vu de l’enthousiasme de la directrice, le travail sur la mémoire soit pratiquement absent de la demande de subvention finalement rédigée par l’association21. On devine sans peine que ceux qui tiennent à ce projet pensent devoir faire preuve de patience et de circonspection. C’est que, comme on vient de le voir, si la mémoire a un coût qu’il faut justifier auprès des financeurs potentiels, l’immigration, a, quant à elle, un poids dans l’histoire et le “climat” vençois, qu’il ne faut pas négliger, comme nous allons le voir à présent.

III. Une mémoire vençoise

21Dans la petite ville touristique qu’est Vence, l’étranger apparaît, on l’a déjà évoqué, comme une figure sociale extrêmement ambiguë. Valorisée quand elle prend les traits d’artistes ou d’intellectuels qui ont contribué à la renommée de la cité, recherchée quand elle renvoie au touriste, au propriétaire d’une maison de vacances, ou au retraité qui s’est pris de passion pour les “vieilles pierres”, la présence étrangère tend à être appréhendée au travers des problèmes qu’elle rencontre ou qu’elle pose lorsqu’elle fait référence à l’immigré. L’altérité, vue comme une source d’enrichissement (dans tous les sens du terme) lorsqu’elle est de passage, qu’elle se fait discrète, ou qu’elle n’a aucun coût, devient une source de préoccupation lorsqu’elle arbore le masque de la souffrance sociale, celui de la plainte, ou celui, plus menaçant, de la revendication. Le spectre du “repli communautaire” et la crainte d’une dilution de l’identité traditionnelle d’une ville valorisée comme “argument de vente”, constituent un aspect du “problème”. Le comportement de certains “jeunes” dans l’espace public en est un autre, de même que les difficultés matérielles que connaissent beaucoup de familles issues de cette immigration maghrébine.

  • 22  Ainsi par exemple, comme nous le confiera un élu, on ne parle pas à Vence de “logements sociaux”, (...)

22Ce dernier aspect est particulièrement important, car il touche à des enjeux qui, en se déplaçant de la “question ethnique” vers la “question sociale”, redoublent en retour les effets de la stigmatisation ethnique. Au-delà de la “question immigrée”, la “question sociale” se pose en effet de manière particulière à Vence. Outre son identité provençale, la ville propose à ceux qui souhaitent s’y installer l’image d’un lieu paisible, (car) prospère et où, d’une certaine manière, les ménages aisés auront la garantie de pouvoir y demeurer “entre eux”. La pauvreté n’est pas belle à voir et n’a donc pas sa place sur la carte postale proposée au touriste. De la même manière, elle cadre mal avec l’image que la ville réserve à ceux qui souhaitent, non pas seulement y séjourner, mais s’y installer durablement22. Sur ce terrain, les personnes issues de l’immigration maghrébine qui ont de faibles revenus partagent le sort de n’importe quelle personne pauvre résidant dans une ville riche : outre qu’elles doivent supporter le contraste saisissant entre l’opulence et la détresse, entre l’insouciance légitime du touriste et le poids de leurs propres difficultés quotidiennes, elles sont condamnées à une sorte d’ “invisibilité” à l’image, toutes proportions gardées, de celle qui frappe les populations autochtones dans les pays pauvres qui accueillent des touristes ou qui cherchent à attirer des résidents permanents “de qualité”.

23Mais à ce sort peu enviable s’ajoute pour les populations issues de l’immigration le poids d’un grief qui, s’il n’est en rien propre à Vence et si l’on n’a aucune raison de penser qu’il y est plus prononcé qu’ailleurs, a bien sa place dans le “climat” local, parfois même dans l’esprit des acteurs de la politique sociale locale, y compris chez ceux qui se refusent à toute stigmatisation ethnique : ce grief est celui qui amène certains électeurs à considérer que les moyens de la politique sociale sont trop concentrés sur les populations issues de l’immigration ou, pour le dire de manière plus crue, qu’ «on en fait beaucoup pour les immigrés».

24Ce type de reproche peut puiser à des attitudes clairement et, pourrait-on dire, “banalement” hostiles à la figure de l’immigré. Mais il renvoie aussi à la question du cadre privilégié pour qualifier le “problème de l’immigration”, c’est-à-dire pour problématiser politiquement le thème de l’immigration et en faire ainsi un objet d’action publique. Autrement dit, le “problème de l’immigration” à Vence relève-t-il de la politique sociale ? Or, la réponse dans le débat public local ne va pas de soi. Sur un premier versant, l’immigration en tant que problème renvoie avant tout à l’intervention de la police. Ici, ce n’est pas l’immigré en-soi qui pose problème, mais les comportements déviants de jeunes gens parmi lesquels une sociologie spontanée pense voir une surreprésentation d’individus issus de l’immigration. On plaidera donc pour placer la délinquance, les incivilités, les désordres urbains au centre de l’agenda politique local en attendant logiquement de celui-ci une réponse en termes de sécurité publique. Sur un autre versant, le “problème de l’immigration” relève avant tout du dialogue inter-culturel, inter-ethnique, inter-religieux, bref d’une réflexion, à l’échelle réduite d’une petite localité, sur le “modèle français d’intégration” et sa capacité à assurer la coexistence pacifique entre des communautés vues comme culturellement et ethniquement différentes. Le cadre de cette réflexion se situe alors au niveau des associations cultuelles ou culturelles (voire des responsables religieux) qui représentent les membres de “leur” communauté et jouent à ce titre le rôle d’interlocuteurs légitimes avec les autorités locales et les autres communautés. Or l’association “I” ne répond à aucun de ces critères. Elle n’a vocation, ni à assurer le maintien de l’ordre public, ni à se constituer en représentant des intérêts d’une communauté ou à situer son intervention pour davantage de justice et d’égalité sur le terrain religieux, par exemple en se mobilisant pour que les conditions d’exercice du culte musulman soient améliorées.

25On voit donc que, pour une association dont le champ traditionnel d’intervention est la politique sociale, défendre un projet qui concerne exclusivement la population immigrée n’est pas chose aisée dans une ville comme Vence. Le risque, en portant ce type de projet, est d’alimenter un discours hostile aux immigrés eux-mêmes ou d’apparaître comme illégitime par rapport à un enjeu qui n’est pas appréhendé comme relevant fondamentalement de la politique sociale. Inversement, ne rien faire, c’est, à l’encontre du fondement même de l’association, contraindre l’immigré et, pire encore, ses enfants, à éternellement apparaître comme une figure de l’altérité, soit sous les traits du marginal, soit sous ceux de l’étranger.

26Alors que face aux financeurs institutionnels, c’est la pertinence de l’idée de l’entreprise mémorielle qu’il faut prioritairement mettre en scène, la prise en compte des spécificités du contexte vençois implique, quant à elle, une approche diplomate dans la manière de promouvoir un projet destiné aux populations issues de l’immigration auprès, d’une part, d’une municipalité soumise aux contraintes de la “mise en image” de la ville et aux attentes supposées des électeurs, et, d’autre part, d’une association qui fut en pointe dans l’ “affaire de la mosquée”, dont l’action et la place dans la cité relèvent davantage du religieux que du travail social émancipateur. Mais il reste un autre acteur à convaincre : contre toute attente, il s’agit de l’association “I” elle-même.

IV. Les usages sociaux de l’histoire… de l’association

27Pour saisir les enjeux de la mise en œuvre du “travail de mémoire” qui nous intéresse ici, il reste un dernier élément à prendre en compte. Celui-ci concerne l’association “I”, son histoire et son mode de fonctionnement actuel.

28L’association, créée dans les années 1980, développait à l’origine des actions d’alphabétisation prioritairement tournées vers les enfants issus de l’immigration maghrébine et en majorité assurées par des bénévoles. La démarche reposait sur le fort engagement personnel d’un groupe d’individus réunis par un attachement commun à des valeurs de solidarité et d’entraide et la conviction partagée que, l’école étant le lieu central d’apparition des inégalités, l’ “intégration” passerait par la réussite scolaire. Au cours des années qui suivirent, l’association connut le destin de nombre de structures associatives intervenant dans le champ social. Sous l’effet de l’émergence de nouveaux modes de construction de la politique sociale (territorialisation, promotion du partenariat, recours au monde associatif, développement d’ “approches globales” des territoires et des individus face à des problèmes sociaux appréhendés comme “transversaux”, etc.), l’association vit son mode de fonctionnement sensiblement évoluer. Progressivement, les enfants d’immigrés devinrent une population parmi d’autres au sein d’un public d’usagers qui s’élargit en même temps que les missions pour lesquelles l’association obtenait des subventions. Devenant progressivement un prestataire pour les pouvoirs publics, “I” développa une expertise dans certains domaines et, corrélativement, se mit à recruter des professionnels. En clair, elle devint ce qu’elle est aujourd’hui : une association généraliste et experte, fonctionnant sur le modèle d’une entreprise, brassant des budgets importants, et dont le territoire d’intervention s’est entre-temps étendu.

29D’aucuns, au sein du conseil d’administration, souhaitent poursuivre cette logique et s’interrogent sur les conditions de possibilité d’une nouvelle phase d’expansion passant par l’extension du territoire couvert, l’ouverture à de nouveaux champs de compétence. Ainsi, l’association pourrait, en se hissant au niveau des quelques grandes structures du département, “jouer dans la cour des grands” et devenir, à l’instar de celles-ci, un acteur important de la vie publique des Alpes-Maritimes. Toutefois, certains des fondateurs de l’association, anciens militants de l’alphabétisation et aujourd’hui membres du conseil d’administration, s’interrogent sur cette évolution. L’association n’aurait-elle pas “perdu son âme” dans cette transformation ? Où est passé le “sens de l’engagement” ? Que devient le public migrant ou issu de l’immigration dans le cadre d’une “approche globale” ? Peut-on être expert et défendre des valeurs ?

  • 23  Pour mémoire, le “Réseau éducation sans frontière”, créé en 2004, est un réseau national composé d (...)

30Le projet associatif actuel traduit bien ces doutes, qui ne sont pas propres à “I” (le secteur associatif dans son ensemble est sujet, de ce point de vue, à des orientations contradictoires), mais qui trouvent ici une illustration parlante. Ainsi, le rapport d’activités évoque-t-il, dès ses premières pages, un engagement sans faille aux côtés du “Réseau éducation sans frontière”23 dans la lutte en faveur des enfants de “sans-papiers ” scolarisés et menacés d’expulsion ; il aborde également la promotion de la “démarche qualité” dans laquelle l’association s’est engagée. Les contradictions liées à la coexistence de ces deux postures n’ont d’ailleurs pas échappé au Président de l’association :

  • 24  Rapport d’activités 2006 de l’association, p.3.

Une des problématiques des associations du secteur social est donc de continuer à exercer leurs missions dans un esprit humanitaire tout en répondant à des exigences de gestion en termes d’objectifs, d’évaluations, de résultats et de finances24.

31La vocation généraliste de l’association, quant à elle, est réaffirmée tout au long du rapport d’activités. Elle est illustrée par le descriptif des actions menées, et l’annonce des objectifs que poursuit l’association :

Lutter contre l’exclusion et les discriminations ; S’adresser aux publics défavorisés cumulant des obstacles éducatifs, culturels et économiques ; Aider les personnes et les familles dans leur développement personnel et leur insertion sociale et professionnelle grâce à une approche globale ; Agir en partenariat avec les organismes institutionnels engagés dans ces actions et avec les associations soutenant les mêmes valeurs.

32Mais la polyvalence de l’association n’est pas que l’effet mécanique de la croissance de l’organisation. Elle se fonde aussi sur une analyse qui, en dernière instance, fait de l’approche globale la condition de l’efficacité :

Cette idée est au cœur de notre projet associatif : les personnes qui nous approchent d’une façon ou d’une autre cumulent des obstacles économiques, professionnels, éducatifs, culturels qui font qu’elles ne sont pas capables de surmonter une difficulté particulière. Elles ont besoin d’une écoute, d’une prise en charge globale et d’un accompagnement personnalisé qui leur permettront de ranimer leurs ressources propres et de se reconstruire dans une situation sociale acceptable.

33Ainsi, en couvrant les trois domaines que sont l’accueil social et l’accès aux droits, l’accompagnement dans la formation initiale et l’aide à l’insertion sociale et professionnelle, l’association fait de sa polyvalence une “philosophie” :

Grâce à notre polyvalence, nous accompagnons la personne pour l’aider à surmonter les difficultés d’insertion de toutes natures qui peuvent se présenter tout au long de sa vie.

34Dans ce contexte, mettre la population issue de l’immigration au centre d’un projet ainsi que le prévoit le “travail de mémoire” en question soulève des enjeux de taille en interne. Certains peuvent y voir une sorte de “retour aux sources” : du côté du militantisme d’une part, pour peu que le recueil de la parole des immigrés et de leur mémoire prenne la forme d’une action de lutte contre le racisme telle que pourraient la mettre en œuvre des associations telles que “SOS racisme” ou le “Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples” (MRAP), plutôt que celle d’une intervention relevant d’un travail social technicisé, expert, et “axiologiquement” neutre ; d’un point de vue sectoriel d’autre part, en renouant avec l’idée de donner la priorité, dans les actions menées par l’association, au public issu de l’immigration.

35Mais l’anti-racisme, s’il demeure une valeur que défend l’association, éloigne cette dernière du modèle d’intervention qui est le sien aujourd’hui lorsqu’il s’exprime à travers une posture militante dans l’espace public. Les associations expertes dans la mise en œuvre des politiques sociales n’ont pas vocation à peser dans le débat public en tant qu’entrepreneurs de morale ou d’histoire. Elles ont vocation à se montrer efficaces, professionnelles, compétentes dans les services qu’elles rendent à des usagers, services pour lesquels elles sont financées. L’idée de “redevenir” une association spécialisée dans l’action auprès des personnes issues de l’immigration se heurte quant à elle à l’approche globale qui, comme on l’a vu, est aujourd’hui au cœur du référentiel de l’association. Elle aurait par ailleurs mécaniquement pour effet de restreindre ses champs d’intervention, ses sources de financement, et d’aller à l’encontre de la logique d’expansion que certains appellent de leurs vœux au sein du conseil d’administration. Enfin, cela conduirait l’association à renouer avec une image, celle d’une “association pour immigrés”, qui n’est plus la sienne aujourd’hui ; un tel retour aux sources ne serait pas, dans le contexte qu’on a décrit, sans effet sur les relations entretenues avec la municipalité. Les organisations, elles aussi, ont une mémoire, et celle-ci peut être appréhendée comme un levier favorisant le changement ou, au contraire, comme une ressource justifiant que l’on demeure sur la voie sur laquelle on est engagé.

V. Conclusion

36Si, à Vence comme partout ailleurs, le passé peut faire l’objet de lectures différentes, les difficultés qu’affronte l’association “I” procèdent moins de désaccords concernant ce que furent les conditions d’installation des immigrés que de controverses relatives à la nécessité d’en publiciser le récit. Le problème de “I” est en effet moins de convaincre ses interlocuteurs de ce que la “communauté maghrébine” a souffert et souffre encore, que de les réunir autour de l’idée qu’il est souhaitable, d’une part qu’un tel travail de mémoire soit publiquement mené et, d’autre part, que ce soit l’association qui assure la conduite de ce travail. Et la voie est étroite entre les attentes contradictoires de ceux qui ne veulent voir dans l’histoire officielle de Vence que le passé patrimonial d’une cité qui trouve là une ressource dans la fabrication d’une image touristique fondée sur l’ “authenticité” ; ceux qui refusent d’ “ethniciser” la question sociale ; ceux qui, luttant contre le racisme, promeuvent une action “ciblée” sur les publics issus de l’immigration tout en contestant la pertinence d’une entreprise mémorielle ; ceux enfin qui soutiennent une telle entreprise, mais contestent la légitimité de l’association pour la mener à bien. Comme le notait déjà Halbwachs (1994), si la mémoire puise dans des évènements passés, la reconstruction qu’elle opère est fondamentalement inscrite, à travers les cadres cognitifs et normatifs qui la rendent possible et la justifient, dans le présent. Ces cadres sont parfois faits des mythes dont on tire les “grands récits nationaux”. Parfois ils puisent à de plus modestes logiques, comme celles qui font le quotidien d’une association dans une petite ville du sud de la France. Le combat que mène cette dernière et les difficultés qu’elle affronte ne relèvent pas moins pour autant d’une interrogation sur les usages publics de l’histoire.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Auge M., 1994, Pour une ethnographie des mondes contemporains, Paris, Aubier.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benford R. D., Snow D. A., 2000, “Framing Process and Social Movements : an Overview and Assessment”, Annual Review of Sociology, vol.26, pp.611-639.
DOI : 10.1146/annurev.soc.26.1.611

Cefaï D., 2007, Pourquoi se mobiliser ? Théories de l’action collective, Paris, La Découverte.

Cefaï D., Trom D., 2001, Les formes de l’action collective. Mobilisations dans des arènes publiques, Paris, Éditions de l’EHESS, Raisons pratiques, n°12.

Cuturello P., Rinaudo C., 2005, “Mise en images et mise en critique de la Côte d’Azur. Synthèse de recherche”, Faire Savoirs, n°5, p.77-83.

Frigoli G., 2004, “Lorsque gérer l’action sociale devient affaire d’action collective. Une contribution à l’analyse des partenariats dans l’action sociale territorialisée”, Revue Française des Affaires Sociales, n°2, pp.85-103.
2005, Lieux de culte musulman dans les Alpes-Maritimes. Éléments pour un débat public local, Étude menée pour le compte du Fonds d’Action Sociale pour l’intégration et la lutte contre les discriminations.

Gastaud Y., Dahhan R., Frigoli G., Guedj J., Mourlane S., Rinaudo C., 2008, Histoire et mémoires des immigrations en région PACA, Appel d’offres ACSÉ : Programme d’études 2005-2008 “Histoire et mémoires des immigrations en régions et dans les départements d’outre-mer” - Marché n° 2006 33 DED 02 : lot n° 15, Maison des Sciences de l’Homme de Nice - CMMC - URMIS - Association Générique.

Gaudin J. P., 2004, L’action publique. Sociologie et politique, Paris, Presses de Sciences Po.

Goffman E., 1974, Frame Analysis, New-York, Harper.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Halbwachs M., 1994, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel.
DOI : 10.1515/9783110869439

Hély M., 2009, Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF/Le lien social.

Ion J., 2005, Que sont les dirigeants associatifs devenus ?, Saint-Etienne, Publications de Saint-Etienne.

Loubet C., 2004, “Vence/Nice (1950-1966) : les sanctuaires d’un art moderne”, Cahiers de la Méditerranée, vol.62., en ligne, mis en ligne le 15 février 2004, http://cdlm.revues.org/document59.html

Rinaudo C., 2005, “Carnaval de Nice et carnavals indépendants : Les mises en scène festives du spectacle de l’authentique”, Sociologie et sociétés, Vol.37, n°1, pp.55-68.

Tchernonog V., 2007, Le paysage associatif français. Mesures et évolutions, Paris, Dalloz-Juris Associations.

Verots-Guilbaud A., 1999, Chronique de la vie vençoise, tome 2, s. l., Anne Verots-Guilbaud.

Haut de page

Notes

*  Cet article est tiré d’une enquête menée dans le cadre d’un travail de recherche effectué pour le compte de l’ACSE, intitulé Histoire et mémoires des immigrations en régions, voir Gastaut Y. et al., 2008.

2  On sait que ce type de patrimonialisation constitue une ressource de poids dans la concurrence à laquelle se livrent les villes face à un tourisme de masse en quête d’authenticité (Cuturello P., Rinaudo C., 2005).

3  Le site internet de la ville fait mention des nombreux artistes, peintres, musiciens, architectes ou écrivains qui y ont séjourné ou s’y sont établis, le plus emblématique étant Matisse qui décora entre 1947 et 1951 la célèbre Chapelle de Vence.

4  Outre sa vocation touristique actuelle, Vence est une des destinations de “l’immigration de luxe” qui, à côté de Nice, Mougins, Vallauris, s’est développée dans l’après-guerre autour de grandes figures dont la présence a contribué à faire de la région un haut lieu du marché de l’art contemporain (Loubet C., 2004).

5  La notion d’ “image identifiante”, introduite par Marc Augé (1994), renvoie aux significations mises en circulation par des acteurs intéressés à promouvoir, en la mettant en scène, telle ou telle image d’une localité. Voir, pour un usage heuristique de cette notion, Rinaudo C., 2005.

6  C’est la formulation que proposent les affiches qui annoncent la manifestation. Au cours d’un entretien, le Maire de la Ville affirmera déplorer le recours à une expression, celle de “Vençois de souche”, qu’il jugera «pas très heureuse».

7  Après une immigration italienne et espagnole qui permit de combler d’importants besoins de main-d'œuvre agricole, Vence a accueilli de nombreux “travailleurs immigrés” originaires du Portugal, de Tunisie et d’Algérie dans les années 1960 et 1970. Beaucoup furent employés dans le secteur du bâtiment. Aux dires des Vençois, les Tunisiens furent de loin les plus nombreux parmi les migrants originaires du Maghreb ; bon nombre d’entre eux venaient notamment du village d’M’Saken. On pourra consulter à ce sujet Verots-Guilbaud A., 1999, écrit à partir de nombreux entretiens menés auprès de Vençois.

8  Le travail d’Anne Verots-Guilbaud (op. cit.) nous rappelle, s’il en était besoin, à quel point l’intégration des italiens et des espagnols dans la région vençoise ne se fit pas sans heurts.

9  Le Maire de Vence, lors de l’entretien qu’il nous a accordé, évaluait spontanément à 1.200 le nombre d’ “immigrés” qui résident dans la ville. On devine que ce chiffre désigne, en mêlant des français et des étrangers, une catégorie ethnique : les maghrébins. La Directrice d’une association d’action sociale parlera, elle, d’ «environ 2.000 personnes qui ont des difficultés à Vence, dont une bonne moitié issue de l’immigration».

10  La ville abrite une des plus anciennes salles de prière du département, mise à disposition par l’Évêché, mais jugée inadaptée par des fidèles qui, depuis une vingtaine d’années, manifestent leur volonté de disposer d’un lieu de culte plus approprié. Une association locale, par ailleurs engagée dans de nombreuses actions qui signent son “intégration” dans la cité (participation au Téléthon, à l’opération “Vence et ses cultures”, etc.) s’est emparée du dossier et œuvre à l’amélioration des conditions d’exercice du culte, en faisant appel à la générosité des fidèles pour acquérir un bâtiment et en intervenant auprès des autorités locales face à des pratiques parfois jugées hostiles, par exemple à travers l’exercice du droit de préemption. L’ “affaire de la mosquée” est ainsi régulièrement au centre du débat public vençois, que ce soit à travers les articles de la presse locale, l’organisation de manifestations publiques (signatures de pétition), les prises de position des élus et notables locaux. Récemment, après que les relations entre l’association et la municipalité se soient déplacées du terrain politique au terrain judiciaire (une action a été intentée contre la municipalité), une solution semble avoir été trouvée : un nouveau lieu de culte a vu le jour au sein de la Maison des associations.

11  Les CUCS, qui ont succédé aux contrats de ville en 2006, constituent le cadre contractuel unique pour la mise en œuvre des interventions de l’État en faveur des territoires les plus en difficulté. Ils sont élaborés par les communes et l’État en partenariat avec les départements, les régions, et d’autres acteurs (bailleurs sociaux, associations, etc.).

12  Dans le cadre de cette enquête, plusieurs outils méthodologiques ont été mobilisés. Des entretiens semi-directifs ont été menés auprès d’élus municipaux, d’acteurs associatifs (salariés et membres de conseils d’administration), de Vençois impliqués dans la vie publique locale. Le travail de terrain a par ailleurs donné lieu à de nombreuses séquences d’observation dans l’espace public, notamment à l’occasion de manifestations culturelles ou d’évènements festifs. La recherche documentaire a porté sur la presse locale ainsi que sur la production écrite des principales organisations et institutions locales impliquées dans l’action et le débat publics (rapports d’activité, lettres d’information municipale, etc.). Enfin, nous nous sommes appuyés sur les contacts établis et les résultats recueillis à l’occasion d’une étude menée précédemment sur le même site. Voir Frigoli G., Grussen E., 2005.

13  Parmi ces derniers on trouve des collectivités territoriales, des services déconcentrés de l’État, des associations, des organismes de protection sociale, des acteurs du secteur de l’emploi, des banques, des bailleurs sociaux, des clubs tels que le Rotary, etc.

14  Voir notamment Hély M., 2009 ; Tchernonog V., 2007.

15  Voir notamment Gaudin J. P., 2004.

16  Voir notamment Ion J., 2005.

17  Voir Frigoli G., 2004.

18  Inspirée des travaux de Goffman (1974), l’analyse de cadres telle que développée par Benford et Snow (2000) vise à (ré)introduire la question du sens dans l’analyse d’actions collectives appréhendées, non pas seulement d’un point de vue organisationnel, mais comme des constructions symboliques appuyées sur les significations, toujours circonstancielles, que les acteurs apportent à la dynamique collective. On verra, pour une présentation et une discussion critique de cette approche, Cefaï D., Trom D., 2001 ; Cefaï D., 2007.

19  Il s’agit là des catégories que propose le formulaire de demande de subvention dans le cadre d’un CUCS.

20  Notons à ce sujet que le formulaire de demande de subvention dans le cadre du CUCS, propose de choisir parmi une liste de sept thèmes celui dans lequel s’inscrit l’action envisagée (“habitat et cadre de vie”, “accès à l’emploi et développement économique”, etc.) et que l’association a coché… toutes les cases.

21  Tout au plus un item du document mentionne-t-il, comme objet d’intervention, la «question de la mémoire et de l’identité».

22  Ainsi par exemple, comme nous le confiera un élu, on ne parle pas à Vence de “logements sociaux”, en prévention des préjugés négatifs qui accompagnent cette expression, mais plutôt de “logements pour actifs”. Plus généralement, un des enjeux, et non des moindres, de la mise en place d’un CUCS à Vence est que, ce faisant, la ville devient officiellement une localité qui connaît des “problèmes urbains”. L’idée que Vence fasse ainsi l’objet d’une “politique de la ville” cadre mal avec l’image qu’elle se donne par ailleurs et dont dépend son attractivité.

23  Pour mémoire, le “Réseau éducation sans frontière”, créé en 2004, est un réseau national composé de collectifs, de mouvements associatifs, de mouvements syndicaux et de personnes issues de la société civile militant contre l’expulsion d’enfants scolarisés en France liée à celle de leurs parents en situation irrégulière. Il s’est illustré par un grand nombre d’actions, souvent médiatisées, allant du parrainage d’enfants à l’organisation de rassemblements, en passant par la tenue de permanences juridiques en faveur des étrangers en situation irrégulière.

24  Rapport d’activités 2006 de l’association, p.3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Frigoli, « La mémoire de l’immigration comme politique sociale ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 20 décembre 2014. URL : http://rsa.revues.org/195

Haut de page

Auteur

Gilles Frigoli

Université de Nice Sophia Antipolis, URMIS (UMR 205).

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page