Navigation – Plan du site
À propos de livres

Arseniev Vladimir, Dersou Ouzala

Présentation et glossaire par M. Jan, traduction du Russe par P. P. Wolkonski, Paris, Payot, Collection “Petite Bibliothèque Payot-Voyageurs”, n°624, 2007 [1921], 395p.
Yves Laberge
p. 166-167

Texte intégral

1Ce roman, célèbre entre autres pour son adaptation spectaculaire au cinéma par le réalisateur japonais Akira Kurosawa en 1975, décrit l’Asie orientale du début du 20e siècle. Il fut initialement publié à Vladivostok, dans l’Extrême-Orient russe, en 1921 ; en 1939, une première version française paraissait chez Payot sous un titre différent : La Taïga de l’Oussouri. Mes expéditions avec le chasseur gold Dersou. La présente réédition en format de poche et à prix d’ami conserve plutôt le titre initial russe voulu par l’auteur. Quelques cartes en noir et blanc précisent les parcours de ces expéditions de 1902, 1906, et 1907.

2L’intrigue de ce roman partiellement autobiographique se résume simplement : à travers le personnage d’un officier (le plus souvent surnommé “Capitaine”), le romancier-narrateur relate les souvenirs de ses expéditions épiques en compagnie d’un vieil explorateur, formidable et rusé, nommé Dersou Ouzala, qui le guida à travers la taïga oussourienne afin de mieux cartographier la zone frontalière entre la Russie et la Chine, complètement à l’est du continent asiatique et pratiquement inconnue des Européens d’alors (p.92). Mais ces expéditions vers la Mer d’Okhotsk et la Mer du Japon furent souvent périlleuses, en raison du caractère hostile de la forêt du Sihoté-Aline et du froid intense de la zone mandchourienne, ce qui créa une amitié solide entre les deux hommes, en dépit de leur grande différence d’âge et de leurs origines sociales diamétralement opposées.

3La présentation biographique faite dans les premières pages par l’écrivain Michel Jan permet de situer l’œuvre et de mieux connaître le triste destin de son auteur. Vladimir Arseniev (1872-1930) y est ici présenté comme un ethnographe ; il fut véritablement un explorateur de ces régions de la taïga (p.20). Tout au long du roman, les descriptions faites par le narrateur transmettent des habitudes de vie de l’ethnie gold et de quelques autres groupes russes, chinois et coréens, avec beaucoup de vocabulaire et de noms de lieux réels, explicités dans un glossaire placé en annexe. Le récit fait souvent place à une dimension ethnographique : «La preuve en était fournie par des cendres que la pluie avait abattues depuis de vieilles genouillères jetées dehors, faites en daba, sorte de drap bleu assez solide dont les Chinois confectionnent leurs vêtements» (p.43). Mais la relation privilégiée entre les deux hommes n’était pas exempte de quelques signes d’ethnocentrisme de la part du “Capitaine”, parfois un peu hautain face au coureur des bois, par exemple lorsqu’il s’aperçut avec étonnement que Dersou considérait les sangliers comme des hommes : «Je me rendis compte que cet être primitif professait une sorte d’anthropomorphisme et l’appliquait à tout ce qui l’environnait» (p.48). Il faudrait cependant méditer sur le sens que pouvait prendre il y a un siècle l’adjectif “primitif”, qui peut aussi signifier “proche de la nature” ou “près des choses fondamentales”. En outre, partout dans le roman, le narrateur fait référence au personnage de Dersou en le surnommant affectueusement «le Gold» (p.305). En revanche, le “Capitaine”, s’étonnera souvent du sens humaniste de Dersou et de ses gestes fréquents de partage envers des inconnus et même les animaux (p.305).

4La réputation du roman Dersou Ouzala n’est plus à faire pour plusieurs générations de lecteurs de tous les âges ; cependant, les anthropologues d’aujourd’hui devraient le redécouvrir afin de comprendre comment des éléments d’ethnocentrisme pouvaient spontanément s’insérer dans un récit censé faire l’apologie d’un homme différent, mais héroïque et digne d’être admiré. Je crois également qu’il est préférable de découvrir d’abord le roman avant de visionner le chef-d'œuvre cinématographique qu’en a tiré le maître Kurosawa. L’excellente traduction du Russe faite par Pierre Wolkonsky est très recherchée, en raison de l’emploi fréquent (mais non systématique) du passé simple : «Nous suivîmes ce chemin pendant près de deux heures» (p.42) ; ou encore : «Nous finîmes par nous approcher de l’endroit où se trouvait la hutte et mîmes pied sur la glace» (p.238). On relit ce livre avec un réel plaisir. Très peu d’articles anthropologiques ou de rapports ethnologiques sont rédigés avec une telle grâce.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Arseniev Vladimir, Dersou Ouzala », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 166-167.

Référence électronique

Yves Laberge, « Arseniev Vladimir, Dersou Ouzala », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsa.revues.org/204

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph. D., Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org