Navigation – Plan du site
À propos de livres

Barrère-Maurisson Marie-Agnès, Tremblay Diane-Gabrielle, Concilier travail et famille. Le rôle des acteurs. France-Québec

Québec, Presses de l’Université du Québec, 2009, 460p.
Magali Ballatore
p. 167-168

Texte intégral

1Dans nos sociétés occidentales salariées, les débats politiques et les analyses sur l’articulation entre vie professionnelle et vie familiale se multiplient. Nos sociétés sont confrontées, aujourd’hui, à un défi majeur : préserver des taux de fécondité suffisants pour assurer un développement économique et social à long terme. Pourtant, peu d’études ont tenté de dresser un état des lieux des politiques et des acteurs impliqués dans différents pays de manière comparative. L’ouvrage collectif co-dirigé par Marie-Agnès Barrère-Maurisson et Diane-Gabrielle Tremblay se propose donc d’analyser, dans différents territoires, la manière dont s’articulent les politiques et les sphères de la production et de la reproduction. Regroupant de nombreuses contributions, qui font suite à des échanges par visioconférence et à un colloque, cet ouvrage donne un cadre statistique, expose et interprète les données existantes sur les activités professionnelles et hors travail des hommes et des femmes de deux entités territoriales, la France et le Québec, mettant ainsi en lumière des modèles de gouvernances spécifiques à ces territoires. L’ouvrage est structuré en cinq parties alternant des mises en comparaison internationales systématiques et des analyses plus approfondies des réalités locales nationales.

2En resituant chaque société dans son contexte institutionnel, le premier texte, cosigné par Marie-Agnès Barrère-Maurisson et Diane-Gabrielle Tremblay, montre que la gouvernance partenariale ou inclusive des acteurs tels que les entreprises, les syndicats, les collectivités territoriales joue un rôle de plus en plus important dans la régulation des questions socio-économiques. Les auteures développent l’idée que la gouvernance reposerait davantage sur des “acteurs” au Québec (gouvernance des initiatives portant sur des acteurs), alors qu’elle serait davantage le fait de “partenaires” en France (coordination des actions par des partenaires). Dans un second texte, Marie-Agnès Barrère-Maurisson relit l’histoire de la France à la lumière des modes de régulation sociaux, du “familialisme” au “parentalisme”, en passant par le “féminisme”. Le texte suivant de Diane-Gabrielle Tremblay se penche plus spécifiquement sur le nouveau congé parental québécois.

3La deuxième partie de cet ouvrage dense et hétérogène en matière d’approche est de nature principalement quantitative. Plusieurs auteurs, dont Olivier Marchand, Gilbert Cette, Dominique Méda, Arnaud Sylvain, s’intéressent à la comparaison de certaines données et indicateurs de l’activité professionnelle et de l’emploi entre la France et le Québéc. Ils mettent en avant notamment l’effet de certains dispositifs comme l’allocation parentale d’éducation sur l’activité des femmes. Pour clôturer cet examen statistique et comparatif, Luc Cloutier souligne la pertinence qu’il y a à utiliser quatre dimensions, la rémunération, la durée du travail, la qualification et la stabilité de l’emploi, pour comprendre les différences et ressemblances entre les deux zones et entre les sexes, en matière de conciliation travail/famille.

4La troisième partie revient sur des analyses nationales et donc plus approfondies de ces données, en intégrant à l’instar de Solveig Vanoveirmer divers éléments sur la situation démographique et la répartition des tâches au sein des familles. Il ressort de son analyse sur la France, comme de celle de Marie-France Martin, Anne-Marie Fadel et Pierre-Olivier Ménard sur le Québec, que le temps libre dont disposent les mères est inférieur à celui des pères, de sorte que les femmes assument encore la plus grande part de la conciliation travail-famille, même si l’on constate dans les deux zones une forte hausse de la prise de congés de paternité.

5La quatrième partie porte sur les rôles que jouent les différents partenaires sociaux dans la conciliation travail-famille et plus particulièrement les entreprises et les syndicats. L’analyse qualitative sur les pères managers de la société “EQUILIBRES” est particulièrement intéressante, car elle se penche sur un groupe encore trop peu étudié : les pères. Les articles suivants portent sur le point de vue des syndicats et retracent principalement l’historique de leur intérêt concernant la conciliation travail-famille et les acquis en matière de droits sociaux.

6La cinquième partie, enfin, s’intéresse à la place de certains organismes, tels que la Caisse d’Allocations Familiales en France (contribution de Danièle Boyer) ou les services de garde au Québec (contribution de Jean Robitaille) dans la gestion de la conciliation travail-famille. Luc Allaire traite, quant à lui, des services de garde en milieu scolaire, qui ont connu un développement particulièrement marqué depuis 10 ans. Les organisations à but non lucratif, dont la mission consiste à mettre à la disposition des employeurs une gamme de services destinés à leurs salariés pour les aider à concilier travail et vie de famille, sont aussi évoquées. Cet ouvrage se termine sur des textes essentiellement descriptifs portant sur les régions et les municipalités et leurs politiques des temps sociaux. C’est par ces acteurs “intermédiaires” que sont mises concrètement en place les conditions pour assurer une meilleure articulation entre la vie professionnelle et la vie personnelle et familiale, comme le souligne un des nombreux auteurs de cet ouvrage.

7Les questions d’articulation travail-famille sont éminemment politiques. Il s’agit pour de nombreux gouvernements de nos sociétés vieillissantes de préserver un niveau d’emploi important allié à une démographie favorable. C’est pourquoi ces analyses ont une grande pertinence sociale. Néanmoins, elles semblent faire l’impasse sur les situations marginales face au travail (par exemple les pères au foyer, les couples-cadres internationaux bi-actifs, etc.) et face à la famille (les Living Apart Togheter, ceux qui renoncent à avoir des enfants, etc.), alors que celles-ci pourraient, par hypothèse, être porteuses de changements sociaux importants. Par la multiplication des analyses et des angles de vue (et peut-être aussi par un manque de comparatisme systématique de l’articulation des différents niveaux d’intervention sociopolitique dans les deux zones : entre le national, le régional, le local et le supranational), cet état des lieux, bien que très instructif, est parfois redondant. Certains textes peinent à dépasser l’analyse descriptive et/ou la préconisation, toujours hasardeuse pour un chercheur. Une montée en généralité en conclusion aurait été bienvenue. Cependant, des réflexions intéressantes sur l’évolution récente des mondes du travail et de la famille ressortent très largement de cet ouvrage et ouvrent de nouvelles perspectives pour des recherches futures. On comprend par exemple que la généralisation du CDD comme entrée dans l’emploi et les mutations dans la sphère familiale entrainent un mouvement général de parcellisation et de multiplication des temps sociaux. Le passage de parcours longs, durables, à vie, à des cheminements contractualisés, temporaires, momentanés ne peut être sans influence sur l’articulation entre vie professionnelle et vie personnelle et familiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Ballatore, « Barrère-Maurisson Marie-Agnès, Tremblay Diane-Gabrielle, Concilier travail et famille. Le rôle des acteurs. France-Québec », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 167-168.

Référence électronique

Magali Ballatore, « Barrère-Maurisson Marie-Agnès, Tremblay Diane-Gabrielle, Concilier travail et famille. Le rôle des acteurs. France-Québec », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/205

Haut de page

Auteur

Magali Ballatore

UCL, GIRSEF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org