Navigation – Plan du site
À propos de livres

Cook Maria Lorena, The Politics of Labour Reforms in Latin America. Between Flexibility and Rights

The Pennsylvania State University Press, University Park, 2007, 231p.
Jean-Luc Metzger
p. 169-171

Texte intégral

1Raisonner en termes de mondialisation revient souvent à considérer que, pour la plupart des phénomènes sociaux, les différences nationales sont en train de s’atténuer. À l’encontre de la thèse de la convergence, certains auteurs soulignent au contraire que ce qui tend à être commun, dans la plupart des sociétés, c’est la confrontation entre tenants des pratiques locales et promoteurs des orientations économiques néolibérales. Une troisième voie d’explication consiste à rappeler que des discours et des dispositifs semblables peuvent s’accompagner de différences notables dans leur mise en œuvre réelle.

2C’est dans cette dernière perspective que s’inscrit le livre très documenté de Maria Lorena Cook. L’auteur propose une analyse diachronique des différentes réformes du droit du travail qui ont eu lieu en Amérique latine, depuis la fin des années 1980, au sortir des régimes autoritaires alors exercés dans presque tous les pays d’Amérique latine. La force de son travail est d’élaborer un modèle d’explication complet, faisant intervenir aussi bien l’histoire politique récente (le “legs” des époques antérieures), que l’étude des politiques publiques et l’analyse des relations professionnelles, sans oublier la prise en compte des contraintes internationales. Ces réformes sont d’autant plus structurantes qu’elles visent à flexibiliser le travail, en remettant en cause : la durée du temps de travail, les heures supplémentaires, le coût des licenciements et les contrats de travail. Partout, l’argumentaire est le même : déréguler va permettre de lutter contre les rigidités, pour, ensuite, améliorer la productivité, accroître le nombre d’emplois, attirer les investissements, ce qui devrait faire baisser les barrières entre travail formel et informel.

3Derrière cette identité des raisonnements se détache la diversité des situations : «en Argentine et au Brésil, des réformes vers plus de flexibilité demeurent modérées ; au Chili et au Pérou, les changements dans le droit du travail ont été plus profonds ; au Mexique et en Bolivie, on ne constate pas de telles transformations, en dépit du libéralisme économique poussé» (p.3). Cette diversité, l’auteur veut en rendre compte en pointant l’inégale capacité des organisations syndicales à formuler des contre-propositions. Et c’est cette inégalité que M. L. Cook va chercher à analyser en examinant trois facteurs.

4Le premier facteur est constitué de “la capacité d’action syndicale”, ou pour le dire autrement, des ressources syndicales, dont l’auteur rappelle qu’elles sont d’abord “héritées” de l’état du droit du travail et des choix politiques de la période antérieure à celle des réformes. C’est ce qu’elle appelle les cadres légaux. Cette capacité d’action, ce capital syndical, peut même plus précisément être caractérisé par un “noyau dur”, un “cœur”, celui de ses intérêts fondamentaux, qui joue un rôle essentiel. L’auteur pense, par exemple, au monopole légal de représentation syndicale accordé à un syndicat par branche et par région.

5Ce qui est important, c’est que cette dimension fait intervenir l’histoire politique, dont l’auteur parle en termes de trajectoires. Elle distingue ainsi trois types de trajectoires : «1) de l’État corporatiste à l’État-corporatiste, c’est le cas de l’Argentine et du Brésil ; 2) de l’État radical (favorable au travail) à l’État flexible (favorable aux employeurs), c’est le cas du Chili et du Pérou ; 3) de l’État révolutionnaire au régime parallèle, sans renforcement des contraintes du droit du travail» (p.17).

6“L’État corporatiste”, en gros, c’est celui qui est hérité des années 1930, où l’on cherchait à industrialiser le pays pour substituer la production aux importations. L’État voulait intégrer les syndicats à sa bureaucratie, en a favorisé la reconnaissance, mais en a aussi contrôlé le fonctionnement interne. Les stratégies syndicales peuvent alors consister à défendre prioritairement ce qui est au fondement de leur force, parfois au détriment de la défense des droits des travailleurs. “L’État radical”, c’est celui du gouvernement d’union populaire dirigé par Allende au Chili. Le radicalisme des mesures et des postures prises dans les années 1971-1973 a aussitôt engendré une réaction patronale et conservatrice aussi intense, mais de sens opposé. «La législation si radicalement favorable au travail donna alors naissance non seulement à des relations d’emploi flexibles et à une réduction du coût du travail, mais aussi à de fortes restrictions en matière de droits et de pouvoir collectifs» (p.19). Enfin, “l’État révolutionnaire” ne l’est que rhétoriquement. Si le droit est favorable aux travailleurs, à leurs syndicats, dans la pratique, on constate une forte collusion entre syndicats, employeurs et État pour maintenir la paix sociale quitte à ne pas respecter le droit du travail (Mexique).

7Le second facteur est constitué des stratégies gouvernementales mises au point pendant la période de réforme, notamment, la manière dont les gouvernements combinent les pressions internationales (tout particulièrement celles des institutions financières internationales) et les pressions intérieures (pression des milieux patronaux ou actions collectives pour de meilleures conditions de vie).

8Il faut insister sur le rôle des organisations internationales, «incontestablement important pour comprendre la diffusion des politiques, de même que les difficultés rencontrées dans leur mise en œuvre. Les institutions internationales partageaient une commune analyse des marchés du travail. Pour elles, la législation rigide du travail empêche la création d’emplois, encourage le remplacement du travail par des machines et promeut le secteur informel» (p.34). Et cela, parce que les négociations collectives, l’action syndicale font grimper le prix du travail au-dessus de son prix de marché. Les réformes étaient déjà prêtes, il ne restait plus qu’à attendre un facteur déclenchant : celui-ci fut fourni par les crises de récession et de montée du chômage de masse. Réformer le droit du travail fut alors la concession exigée par les institutions internationales pour l’octroi de prêts.

9Le troisième facteur réside dans l’ordre dans lequel les gouvernements entreprennent les réformes démocratiques et économiques. En d’autres termes, tout dépend du fait que l’ouverture économique (flexibilité, compétitivité internationale, etc.) précède ou suit l’ouverture démocratique (sortir de la période autoritaire en reconnaissant des droits plus importants aux travailleurs, comme celui de se syndiquer, de négocier collectivement, d’étendre à tous les salariés d’une branche les bénéfices d’un accord, etc.).

10Ainsi, ce qui caractérise l’évolution du droit du travail en Amérique latine, c’est que «les réformes entreprises pendant des périodes de transition démocratique ont eu tendance à renforcer ou étendre les protections des travailleurs individuels et à restaurer ou soutenir les droits collectifs, tels que le droit de grève, de se syndiquer et de négocier collectivement» (p.13). Dit autrement, les situations relativement favorables au travail sont celles où la reconstruction des institutions démocratiques (octroyant des droits aux travailleurs) a précédé l’ouverture des marchés nationaux et la flexibilisation du marché du travail.

11A contrario, lorsque la réforme économique a précédé la réforme démocratique, cela a engendré «un plus haut niveau de chômage et d’inégalités de revenus. […] L’emploi devint généralement plus précaire. Par exemple, le nombre de gens travaillant dans le secteur informel a augmenté dans toute la région pendant les années 1990 (I. L. O., 1999). Ces changements économiques structurels et leurs effets sur le marché du travail ont affaibli les syndicats en réduisant le nombre de leurs adhérents, en augmentant la segmentation de la main d’œuvre et en créant un environnement défavorable aux grèves. Le renforcement des acteurs du monde des affaires, qui fut souvent favorisé par la libéralisation, la privatisation et la flexibilisation du marché du travail, contribua également à affaiblir le pouvoir relatif des syndicats. L’environnement politique durant la transition économique fut aussi défavorable aux travailleurs et aux syndicats» (p.37).

12Muni de cette grille d’analyse, le lecteur peut alors mieux comprendre que, si une réforme du droit du travail entend toucher au “cœur” du capital syndical et si les syndicats disposent de suffisamment de ressources (héritage de la période précédente), ils vont chercher, et bien souvent réussir, à réduire l’impact de cette réforme. De leur côté, les gouvernements vont avoir d’autant plus envie d’en découdre que pèse sur eux la pression internationale, laquelle peut d’ailleurs aller aussi bien vers plus de flexibilité que vers plus de protection sociale. Quant à la pression exercée par les organisations patronales pour faire évoluer le droit du travail dans un sens qu’elles jugent favorable, elle sera d’autant plus faible qu’elles savent trouver des voies de contournement.

13La volonté de réformer des gouvernants se traduit donc, selon la valeur des trois facteurs envisagés, par un degré plus ou moins élevé de flexibilité. Ainsi s’expliquerait, plus largement, la tension entre l’apparente convergence des politiques macro-économiques et la diversité des réalités socio-économiques nationales.

14Le même modèle d’explication peut également rendre compte des évolutions ultérieures. En effet, Maria Lorena Cook cherche à comprendre pourquoi les réformes plus récentes du droit du travail (début des années 2000) semblent plus favorables aux syndicats, sans pour autant que se dégage «un résultat plus équilibré dans les réformes du travail» (p.200-201). Ainsi, la prise en compte du contexte macropolitique permet aussi bien de comprendre ce renouveau de la négociation, que l’importance de l’héritage de la période récente (les années 1990) fait d’affaiblissement des protections et de la déstabilisation des travailleurs du secteur formel, ainsi que l’échec cuisant des politiques ultralibérales.

15Tout compte fait, loin de corseter l’analyse, la notion de trajectoire permet ainsi de rendre compte d’une capacité des sociétés, de leurs systèmes politiques et sociaux, des institutions du travail, à apprendre de leurs expériences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Metzger, « Cook Maria Lorena, The Politics of Labour Reforms in Latin America. Between Flexibility and Rights », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 169-171.

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Cook Maria Lorena, The Politics of Labour Reforms in Latin America. Between Flexibility and Rights », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/207

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Chercheur associé au CNAM-LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org