Navigation – Plan du site
À propos de livres

Crafts Hannah, Autobiographie d’une esclave

Présentation par H. L. Gates Jr., traduction de l’Américain par I. Maillet, Paris, Payot, Collection “Petite Bibliothèque Payot” n°631, 2007 [2006 pour la traduction française], 359p.
Yves Laberge
p. 171-172

Texte intégral

1Cette curieuse autobiographie romancée et inédite a été “découverte” récemment, en 2001, par un professeur de l’Université de Harvard, Henry Louis Gates Jr., qui en signe la préface et les annotations. Bien que cela puisse sembler difficile à croire, ce livre posthume a été rédigé par une ancienne esclave, au cours du 19e siècle ; mais le manuscrit n’avait jamais été publié avant sa sortie, à Toronto, sous le titre peu précis de The Bondwoman’s Narrative. Par la suite, une adaptation abrégée de ce récit avait même été présentée sur scène par le Théâtre du Ballon Rouge, à La Rochelle, en octobre 2008.

2La longue préface du professeur Henry Louis Gates Jr. (pp.7-77) anticipe et répond à toutes les objections et questions possibles à propos de la mise au jour de ce manuscrit inespéré (trouvé en fait dans un lot de documents vendus dans un encan à New York) ; l’universitaire retrace également l’origine des autres ouvrages similaires écrits par des Africains Américains avant et juste après la Guerre de Sécession. L’importance historique et ethnographique de ce roman est significative et surpasse évidemment ses qualités littéraires ou esthétiques ; l’ouvrage est considéré tout simplement comme le premier roman à avoir été écrit par une Noire aux États-Unis (p.77). En outre, plusieurs pages de la préface évoquent la question de l’identité véritable de l’auteur : s’agit-il vraiment d’une Noire, ne serait-ce pas un Blanc ou une Blanche qui aurait créé le personnage plus ou moins fictif d’une narratrice noire. En réalité, en analysant la manière dont les personnages blancs et noirs sont décrits et caractérisés par la romancière, tous les experts ont conclu que Hannah Crafts était en fait une mulâtresse ayant vraiment vécu au début du 19e siècle et que son livre aurait été rédigé vers 1850, après son affranchissement (p.17).

3Dès les premières pages de son autobiographie, Hannah Crafts procède chronologiquement, en racontant son enfance malheureuse en Virginie, sa vie d’esclave, le jour de sa “revente” à un marchand d’esclaves, ses années vécues en Caroline du Nord, sa “libération”, mais aussi ses croyances religieuses et sa vision du monde.

4En dépit des fréquentes touches mélodramatiques et parfois de quelques longueurs, on s’étonne de la joliesse du style et de la qualité du texte dans certains passages plus lyriques ; d’ailleurs, en début de volume, un avertissement prévient le lecteur que les fautes d’orthographe apparaissant dans le texte anglais d’origine n’ont évidemment pas pu être traduites en français, ce qui peut contribuer à laisser une meilleure impression au lecteur français (p.79). Ici et là, certains passages sont rédigés dans un style littéraire recherché. Voici ce que Hannah Crafts écrivait à la première page : «Les oiseaux de l’air ou les bêtes des champs ne sont pas plus libres de toute culture morale que je ne le fus» (p.85). En voici un autre exemple : «Mais troublés par cette célébrité inopportune, les Wheeler décidèrent de renoncer au capital et de se retirer sur leurs terres» (p.268). Ici, les choix de l’adjectif et du verbe de cette phrase me semblent plutôt recherchés pour un roman populaire ; mais on apprend à la fin du livre que l’ancienne esclave a pu trouver un emploi dans une petite école.

5En relisant certaines de ces pages si soignées, et sans vouloir pour autant dénigrer le talent véritable de la romancière, on repense aux remarques formulées par le grand sociologue américain Howard Becker dans son livre Les mondes de l’art, lorsqu’il expliquait comment les collaborateurs entourant un artiste, même de manière indirecte ou posthume (dans ce cas-ci l’éditeur, les correcteurs et la traductrice) peuvent également contribuer à rendre “collective” une œuvre pourtant imaginée et signée par un seul écrivain (Becker, 2006). Or, ce sont précisément ces légères “améliorations” apportées par la suite au texte par quelques collaborateurs éditoriaux qui rendent difficiles nos tentatives de situer l’écriture de cette histoire il y a 160 ans, par une femme qui se décrit elle-même comme étant «ni intelligente, ni instruite, ni talentueuse» (p.85). Et pourtant, on pourrait y croire… Je ne pense pas qu’il s’agisse d’un canular, ni d’une pure fiction, mais bien d’un véritable récit de vie à la première personne, écrit par une femme noire (ou mûlatresse) ayant vécu la condition d’esclave.

6Quoi qu’il en soit, compte tenu de son sujet même et de sa dimension presque documentaire, le roman Autobiographie d’une esclave intéressera peut-être autant les anthropologues, les sociologues, les historiens et les chercheurs en études américaines que les amateurs de littérature populaire. La description de la vie quotidienne des esclaves et des Africains Américains au cours du 19e siècle y est impressionnante, car elle est remplie de menus détails, souvent révélateurs. Même les lecteurs adolescents pourraient l’apprécier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Crafts Hannah, Autobiographie d’une esclave », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 171-172.

Référence électronique

Yves Laberge, « Crafts Hannah, Autobiographie d’une esclave », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/208

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph. D., Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org