Navigation – Plan du site
À propos de livres

Marquet Jacques, Janssen Christophe, (Dir.), @mours virtuelles. Conjugalité et internet

Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, coll. “Famille, couple, sexualité” n°33, 2009, 286p.
Gregory Dhen
p. 175-177

Texte intégral

1Dès l’introduction de cet ouvrage qui compile les actes du colloque “@mours virtuelles : conjugalité et Internet” le ton est donné : d’une part, nous avons besoin de nouveaux mots pour dire ces nouveaux lieux “virtuels” d’où émergent des espaces de rencontres inédits et, d’autre part,  nous devons éviter l’impasse conceptuelle qui repose sur une approche dichotomique de la réalité et de la virtualité. C’est dans cette perspective que les articles proposés tentent de ne plus penser le “virtuel” comme une catégorie hermétique et opposée au réel, mais bien plutôt comme une composante particulièrement importante de ce dernier.

  • 1  Sous l’acronyme SDR, nous entendons les sites de rencontres sur Internet. Il en existe de plusieur (...)
  • 2  Illouz E., Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.
  • 3  Nous utilisons l’acronyme RAO pour évoquer les relations assistées par ordinateur.

2Issus de disciplines variées des sciences humaines, les auteurs nous proposent d’investiguer le champ des relations sociales dites amoureuses à son ère numérique. En guise d’introduction, P. Lardellier esquisse un panorama critique issu des ses recherches approfondies sur les SDR1. En se basant massivement sur les recherches d’E. Illouz2, il les décrit comme des «dispositifs socio-techniques hyper-narcissiques» qui reproduisent les catégorisations sociales et prolongent les logiques d’affinités électives du fait que les logiques communicationnelles et émotionnelles qui s’y développent sont fortement influencées, voire quasiment déterminées par la logique d’économie de marché ambiante imprimée par le système libéral. De même, du fait qu’ils obligent leurs utilisateurs à écrire pour se décrire et rentrer en contact avec d’autres, ces SDR agiraient non seulement comme des machines de production de fantasmes, mais également comme des prothèses prolongeant les stratifications sociales actuelles. Malgré la richesse des références et la multitude d’idées proposées dans le texte, nous regretterons tout de même la vision très déterministe de l’auteur dont l’attention, particulièrement portée sur la structuration des sites et sur le cadre d’émergence des RAO3, semble parfois mettre de côté la capacité d’influence que les utilisateurs peuvent avoir sur les affordances de l’outil et la possible contingence que les usages personnels et collectifs peuvent introduire dans ce système qui semble imposé et standardisant.

  • 4  Ces univers de référence qui se dégagent lorsque les entretenus évoquent les SDR et leur logique d (...)
  • 1  Schurmans M.-N., Dominicie L., Le coup de foudre amoureux, Paris, PUF, 1997. Ces auteurs détermine (...)

3Sur base d’une analyse transversale d’entretiens menés avec des utilisateurs de SDR généralistes qui font ressortir plusieurs images pour évoquer le fonctionnement de ces sites4, J. Marquet propose de questionner le modèle romantique de l’amour habituellement présenté comme le paradigme dominant depuis le 19e siècle. En accentuant la dimension volontaire, programmée et active de la recherche relationnelle dans laquelle s’impliquent les utilisateurs, l’auteur décrit combien les dispositifs de reliance sociale basés sur la médiation du réseau internet semblent faire passer la connaissance intellectuelle de l’autre avant les sentiments et retournent la logique classique du coup de foudre1. Sur base de cette analyse et du constat de l’extrême diversité sociale qui compose le bassin des usagers, l’auteur débusque les mécanismes extrêmement créatifs que les individus mettent en place pour repérer les profils intéressants, les décoder et les décrypter. Par là, il souligne la dynamique paradoxale existant entre l’outil a priori extrêmement structuré que sont les SDR et les inférences produites par l’usage qu’en font leurs utilisateurs. Dans la lignée de cette analyse, il nous propose alors de comprendre le modèle romantique de l’amour dans une dynamique contemporaine de re-configuration et non dans une hypothétique dissolution totale.  

4En s’intéressant à l’usage des SDR par des personnes handicapées physiques, L. Taquin, C. Pireau et M. Mercier analysent comment, dans une certaine mesure, ces hommes dont le corps est mutilé, blessé et regardé, ont la possibilité de s’émanciper des contraintes et des peurs habituellement conséquentes des jugements d’autrui. L’hypothèse des auteurs suppose que les relations médiatisées par Internet peuvent être riches d’un point de vue émotionnel tant pour les personnes valides que pour les personnes handicapées et qu’elles leur permettent d’établir des relations diverses sans subir le regard des autres et la violence des représentations sociales négatives dont il est porteur. Au cours d’une analyse des stratégies de présentation de soi sélective et d’abstraction des apparences physiques, les auteurs soulignent la possibilité nouvelle que les dispositifs de RAO offrent de se libérer du corps et de lier des nouvelles relations sentimentales et affectives.

5Dans la même lignée, S. Bigot analyse les stratégies et les techniques mises en place par les clients de sites d’escortes girls et les escortes girls elles-mêmes. Elle nous montre que le racolage passif des escortes comme la démarche des clients répondent à plusieurs principes qui dessinent des logiques de sélection. De part et d’autre à la recherche d’indices, clients et travailleuses font preuve d’inventivité pour réduire au maximum les risques de déception pour les uns, de danger et de violence pour les autres. Par des exemples et une modélisation des différents profils rencontrés, l’auteur souligne l’existence de véritables savoir-faire neufs ; on regrettera que l’approche analytique n’invoque que l’existence d’une supposée raison instrumentale pour les motiver.

  • 2  Laumann E.-O., Gagnon J.-H., Michael R.-T., Michael S., The social organization of sexuality. Sexu (...)

6J. De Wilde propose quant à elle d’appliquer la théorie des scripts sexuels2 pour saisir la façon dont naissent et se développent ensuite des RAO à caractère amoureux via des SDR. En posant l’hypothèse que ces scripts, qu’elle préfère appeler «relationnels», peuvent aider à révéler le bousculement que subit l’ordre séquentiel des pratiques de l’approche amoureuse lorsqu’elle est médiatisée par un site de rencontres, l’auteure considère qu’il est essentiel de prendre en considération l’évolution du rapport en analysant notamment les changements qu’il subit lors de son passage au off-line. Par là, elle souligne l’importance qu’il y a de développer une méthode et une perspective sociologiques multi-situées afin de saisir l’influence que l’outil, porteur de potentialités, peut avoir sur l’actualité de la relation qu’il a permise.

  • 3  Debray R., Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.

7P. Schmoll, à partir de la notion de “dispositif” travaillée par M. Foucault et de l’approche médiologique inspirée de R. Debray3, étudie la situation particulière dans laquelle nous placent ces nouveaux outils technologiques qui, tous, semblent converger vers un fonctionnement en réseau basé sur l’architecture d’Internet. Son hypothèse de départ considère que les formes de ces dispositifs technologiques influent sur le contenu du vécu relationnel qu’elles médiatisent. L’auteur souligne le paradoxe fondamental que produisent ces outils, caractérisés par une logique de réseau, une place saillante laissée à l’écriture comme support de communications et d’échanges et un mouvement de mise à distance de l’autre comme de soi : ils entretiennent la solitude et  accroissent la distance interpersonnelle tout en rendant possible le contact permanent avec les autres. Malgré la richesse des réflexions proposées par l’auteur, nous regretterons toutefois que les limitations de l’approche médiologique ne soient pas relevées. Il semble en effet fort peu convaincant d’évoquer les caractéristiques des dispositifs comme seules et uniques sources des mutations relationnelles, et plus largement sociales, que ces nouveaux moyens de communication donnent à voir. On a parfois l’impression que la forme des échanges dessinés par la structure technologique détermine leur contenu et leur teneur (le dispositif déterminant les dispositions). Selon nous, une analyse en termes de “récursivité” et de “rétro-action” semble plus adéquate afin de saisir la malléabilité des mécanismes complexes à l’œuvre.

8Enfin, pour terminer ce bref compte-rendu qui ne fait pas honneur à la richesse des échanges qui eurent lieu durant le colloque, nous nous intéressons à l’approche de C. Janssens qui, à partir des notions de “phénomènes transitionnels”, d’“aire intermédiaire d’expériences” et d’ “illusion” travaillées par D. W. Winnicott et issues essentiellement d’observations de la petite enfance, propose de reconnaître que la dimension imaginaire de la rencontre est un élément essentiel à prendre en compte pour permettre une bonne compréhension de la dynamique de cette dernière. Il pose l’hypothèse forte de l’existence d’un continuum entre les premiers objets d’attachement et le lien conjugal dans le but de vérifier s’il est pertinent de penser l’ensemble des liens affectifs tissés tout au long de l’existence comme s’appuyant sur un même processus qualifié ici “d’illusion”. Dans ce cadre, les RAO ne sont plus à comprendre comme des situations durant lesquelles le sujet serait dupé par l’artifice du virtuel produit par le médium, mais plutôt comme des séquences d’interactions au cours desquelles il glisse d’un imaginaire inconscient, fantasmatique, le guidant à son insu dans le choix d’un partenaire, à un imaginaire conscient, ludique, de l’ordre du “faire comme si”.

Haut de page

Notes

1  Sous l’acronyme SDR, nous entendons les sites de rencontres sur Internet. Il en existe de plusieurs types, des sites généralistes aux sites spécialisés.

2  Illouz E., Les sentiments du capitalisme, Paris, Seuil, 2006.

3  Nous utilisons l’acronyme RAO pour évoquer les relations assistées par ordinateur.

4  Ces univers de référence qui se dégagent lorsque les entretenus évoquent les SDR et leur logique de fonctionnement sont : le marché, le bordel, la pêche, le travail et la chasse.

1  Schurmans M.-N., Dominicie L., Le coup de foudre amoureux, Paris, PUF, 1997. Ces auteurs déterminent huit éléments sémantiques formant le noyau de la définition dominante du coup de foudre : il est marquant dans la vie de celui qui le vit ; il produit un sentiment de sacré ou de magique ; il apporte quelque chose ; il est inattendu, non-programmé ; il est bénéfique, positif ; il est inexplicable et échappe à la rationalisation ; il coexiste avec d’autres façons de tomber amoureux.

2  Laumann E.-O., Gagnon J.-H., Michael R.-T., Michael S., The social organization of sexuality. Sexual practices in the United States, Chicago & London, University of Chicago Press, 1994.

3  Debray R., Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gregory Dhen, « Marquet Jacques, Janssen Christophe, (Dir.), @mours virtuelles. Conjugalité et internet », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 175-177.

Référence électronique

Gregory Dhen, « Marquet Jacques, Janssen Christophe, (Dir.), @mours virtuelles. Conjugalité et internet », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/210

Haut de page

Auteur

Gregory Dhen

UCL, ANSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org