Navigation – Plan du site
À propos de livres

Mazzocchetti Jacinthe, (Dir.), Le travail social en question. Entre utopie et sombre conscience

Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2007, 204p.
Samuel Hubaux
p. 177-179

Texte intégral

1Trouver sa juste place dans le travail d’aide sociale, la distance adéquate pour être disponible à l’autre sans se perdre soi-même ; ainsi pourrait être formulé l’objectif central autour duquel s’articulent les échanges et réflexions qui construisent l’ouvrage dirigé par Jacinthe Mazzocchetti. Ce questionnement prend corps au départ d’un processus dialogique et dynamique, ancré dans l’expérience du terrain, forcément inachevé, et dont l’anthropologue se fait ici rapporteur et co-auteur.

2Pendant plus de deux ans, des travailleurs sociaux des régions voisines de Mons (Belgique) et de Maubeuge (France) se sont retrouvés régulièrement pour penser, se questionner, échanger sur leurs métiers et leurs difficultés. Fruit de l’expérimentation préalable, durant plusieurs années, d’un processus de sensibilisation et de réflexion autour des acteurs confrontés aux usagers de drogues (enseignants, parents, éducateurs), la formule rapportée ici par Jacinthe Mazzocchetti visait désormais à offrir aux travailleurs sociaux de proximité un «accompagnement permanent» (p.14).

3La méthodologie de l’exercice, négociée avec les commanditaires (pouvoirs subsidiants), est clairement explicitée, tant pour ce qui est du travail d’intervision rapporté, que pour celui de co-écriture dont le livre résulte.

4Il s’agit donc d’un travail d’échange entre travailleurs de terrain, encadré par un duo d’animateurs extérieurs qui proposent, et nourrissent, un cadre propice. Au fil des séances, nous dit Jacinthe Mazzocchetti, la problématique de la “proximité” allait progressivement s’imposer comme centrale dans les discussions. Et surtout la nécessité d’un accompagnement sur le terrain, d’un lieu où se dire, ce qui, dans leurs structures respectives, ne coulait pas de source.

5Ceci ne fit qu’accroître le besoin de diffuser le contenu des échanges entamés. Comme nous le rapporte l’auteur, dans cette perspective, la mise en écriture a constitué l’occasion précieuse de relayer la réflexion vers d’autres publics, de combler un manque d’information et de combattre par là les préjugés souvent peu flatteurs sur le travail de rue. L’anthropologue, engagée pour diriger cette œuvre collective s’est alors positionnée comme tiers, et co-auteur.

6Aux yeux des praticiens de l’aide sociale, nous dit Jacinthe Mazzocchetti, il y a également lieu d’espérer que l’écrit constituera un plus pour les populations directement concernées par leurs interventions. Remettant la relation d’aide sur le métier, l’ouvrage collectif entend en effet interpeller le politique quant aux déterminants de la précarité sociale des populations, ainsi que sur les difficultés de la mise en œuvre d’un travail social efficace.

7En dehors de l’introduction et d’annexes détaillant par le menu la méthodologie et le cadre général d’élaboration de la démarche, ainsi que des pistes de lecture pour toute personne qui cherchera à outiller davantage la relation d’aide, l’ouvrage s’organise en deux parties.

8Tout d’abord, les échanges rapportés sont organisés selon différentes thématiques : les “terrains” comme espaces d’action où le travailleur doit construire et gagner sa place, trouver à “se” dire ; les différentes modalités du travail de “proximité” (la rue, la médiation, les variantes de la proximité et des réponses aux inconforts et gratifications liées aux “adhérences” au terrain) ; les dynamiques et questionnements propres au “travail d’équipe” ; les “limites” qu’il convient de poser pour garder le fil de ce qui constitue bien souvent un véritable “engagement” professionnel ; les différents problèmes posés par des “publics” variés ; les “frustrations” qui marquent les parcours professionnels ; et enfin, la problématique de “l’évaluation”.

9Dans un deuxième temps, Jacinthe Mazzocchetti emmène le lecteur vers une mise en perspective qu’elle assume en son nom propre, revenant sur quelques thématiques transversales : les “supervisions”, les “pistes d’avenir”, la question de la “proximité” et celle de la “reconnaissance”. Les supervisions, qui ne sont accessibles qu’à une partie des équipes belges intervenant ici, sont questionnées dans leurs apports, mais aussi leurs difficultés de mise en place, collectives et individuelles. Par ailleurs, à travers les pistes, l’auteur entend contrebalancer le bilan fort “noir” dressé lors des séances.

10On notera que ce livre met donc en scène à tout le moins trois types d’acteurs qui co-construisent le discours. Travailleurs sociaux, formateurs-encadreurs et anthropologue composent un ouvrage à plusieurs voix, centré néanmoins sur l’expérience des relations d’aide rapportées par les premiers. Tout ce processus de co-construction et de réflexion, de mise en abîme de la relation d’aide (lorsque les travailleurs s’en remettent eux-mêmes à des tiers), fort bien explicité, donne en lui-même beaucoup à penser.

11Cette dynamique bien campée, il y aurait peut-être eu lieu de questionner la “sombre conscience” des travailleurs, évoquée ci-avant. Interroger davantage le statut des paroles rapportées. En effet, le processus d’intervision n’est pas un lieu anodin où se raconter. Ces travailleurs ne viennent-ils pas déposer dans ce lieu les fardeaux qu’ailleurs ils ne pouvaient dire (c’est l’objectif même : exprimer ses difficultés pour trouver la compréhension, l’écoute et l’aide mutuelle), quitte à les amplifier pour s’assurer d’une réponse politique (c’est un des buts, à terme, de la publication obtenue) ?

12Au final, l’ouvrage ne se pose pas dans un temps postérieur au travail du groupe, il fait intimement partie de ce processus maïeutique collectif, dont on peut penser qu’il débouche sur l’empowerment des travailleurs sociaux. Le lecteur l’aura sans doute compris, il ne devra pas s’attendre à trouver dans l’ouvrage les regards contrastés des différents opérateurs et parties prenantes structurant la relation d’aide (par exemple, décideurs politiques ou bénéficiaires). Tout comme il ne trouvera pas d’approche théorique fouillée du champ de l’aide ou de ses évolutions, par exemple.

13Mais ces limites n’en sont pas si l’on prend acte du cahier des charges, de la méthode et des objectifs clairement énoncés. Elles rendent simplement tangible, sans la disqualifier, l’implication de l’auteure qui porte la parole d’acteurs “intermédiaires” dont elle prend le parti (notamment dans les parties assumées en nom propre) de souligner leur marginalisation dans les processus politiques. Eux qui sont pris entre le marteau de l’urgence programmatique et l’enclume des besoins (mal) identifiés. Le vide de la littérature existant à leur endroit semble le confirmer. Un parti pris, qui peut être salué par ailleurs dans un contexte où le regain des discours sécuritaires pourrait tendre à disqualifier le travail éducatif et social de proximité.

14L’ouvrage vise ainsi et avant tout la mise en lumière du vécu des travailleurs sociaux faisant l’expérience de la “proximité”, ainsi que de la méthode d’intervision dont l’exercice est issu, et qui met en évidence les limites souvent structurelles à leur efficacité. Les expériences sont rapportées très finement, à grand renfort de témoignages et de situations concrètes, donnant à la mise en récit du vécu une densité qui se suffit largement à elle-même.

15Très clair et accessible, l’ouvrage intéressera au premier chef tant les travailleurs sociaux que les intervenants extérieurs qui, politiques, formateurs ou animateurs, tentent de mettre à disposition des premiers des outils visant à améliorer leur cadre de travail. Il parlera également à tous les chercheurs, hommes et femmes de terrain s’intéressant aux métiers de l’aide au sens large, à la perception des problématiques vécues par ces professionnels ou simples citoyens qui se trouvent dans des situations d’intermédiation, entre pouvoirs subsidiants et publics destinataires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samuel Hubaux, « Mazzocchetti Jacinthe, (Dir.), Le travail social en question. Entre utopie et sombre conscience », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-1 | 2010, 177-179.

Référence électronique

Samuel Hubaux, « Mazzocchetti Jacinthe, (Dir.), Le travail social en question. Entre utopie et sombre conscience », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-1 | 2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/211

Haut de page

Auteur

Samuel Hubaux

UCL, LAAP

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org