Navigation – Plan du site

Présentation

Marie-Blanche Tahon et Comité de rédaction
p. 1-3

Texte intégral

  • *  Victime d’un incident de santé, Marie-Blanche Tahon n’a pu assurer la phase de finalisation de ce (...)
  • 1  Colloque « Penser la pluriparenté. Regards socio-anthropologiques sur le droit », 25 et 26 mars 20 (...)

1Ce dossier* est parti d’un constat établi dans le cadre d’un colloque organisé à Ottawa les 25 et 26 mars 20101 : depuis une dizaine d’années, nous sommes témoins de l’usage inflationniste du terme «parentalité» et de ses variantes les plus répandues («homoparentalité», «hétéroparentalité», «pluriparentalité», «monoparentalité»), ainsi que de la confusion repérable qu’il entretient avec une autre notion, celle de «parenté».

2À titre d’exemple, Anne Cadoret, dans son livre paru en 2002, Des parents comme les autres. Homosexualité et parenté, écrivait au sujet des parents de même sexe :

Le mot le plus souvent entendu est celui d’‘homoparentalité’ ; pourtant, il me semble que celui d’‘homoparenté’ convient mieux : l’‘homoparentalité’ renvoie aux rôles parentaux tenus par les adultes homosexuels, alors que l’ ‘homoparenté’ se réfère à leur place de parents dans une structure de parenté. Or c’est d’abord sur cette place que butent les détracteurs de la famille homosexuelle, plus que sur le rôle parental que peut jouer la compagne de la mère ou le compagnon du père ; et c’est bien à cette place de parent homosexuel qu’il nous faut réfléchir (Cadoret, 2002 :73).

3La diffusion des multiples formes parentales et de la procréation médicalement assistée oblige à réfléchir aux distinctions à opérer ou à maintenir entre les « rôles parentaux tenus par des adultes », c’est-à-dire la parentalité, et la « place de parent dans une structure de parenté » (un père, une mère, un frère, une sœur, une grand-mère, un oncle, une cousine…), c’est-à-dire la parenté. Poser la question de la qualification des situations familiales émergentes, de parentalité et de parenté, s’avère aujourd’hui non seulement un enjeu de connaissance pour appréhender avec le plus de justesse possible leur complexité, mais aussi pour saisir les ambiguïtés et les effets de leur usage par les instances chargées de les réguler à travers des dispositifs juridico-normatifs.

4La présente production s’inscrit dans cette perspective, en y ajoutant une dimension internationale, puisque les articles renvoient à des réalités sociales diverses. Anne Cadoret, tout d’abord, se penche sur la fabrique de la loi en matière de parenté. Plus spécifiquement, lisant les rapports récemment parus au Québec et en France sur la procréation assistée et l’adoption, elle compare ces manières d’entrer en parenté. À partir de ces situations de filiation où les parents ne sont pas les géniteurs de l’enfant, elle s’interroge sur le rôle du corps féminin dans la fabrication de la mère. Son analyse met en lumière que des arguments essentiels avancés pour interdire la gestation pour autrui ne semblent pas davantage rencontrés pour l’adoption (principalement l’adoption internationale), pourtant envisagée comme alternative à la gestation pour autrui. La focalisation de la réflexion sur la place du corps est une invitation à penser à la corporéité, et à détacher la parenté du génétique.

5Dans son article, Marie-Blanche Tahon retrace tout d’abord l’évolution enregistrée au cours des dernières décennies par la législation québécoise en matière de droit de la famille. Elle donne à voir certains éléments indiquant que le législateur, tout en fournissant des réponses ponctuelles à des demandes légitimes, définit la famille et fait émerger concomitamment diverses catégories de citoyens. Son analyse montre aussi que, ce faisant, le législateur produit, relativement à la filiation, une asymétrie entre hommes et femmes, mais aussi entre enfants adoptés et enfants issus de la procréation assistée, une asymétrie malaisément corrigée, même si les avis de la Commission de l’éthique de la science et de la technologie, également analysés, devaient être suivis. Les débats et les positions des divers acteurs intervenant dans le processus de production législative témoignent de confusions répétées entre filiation et parentalité, entre parenté et parentalité. Le développement de l’auteure suggère encore que certaines options finalement retenues par le législateur s’expliquent d’abord par la position de force de certains acteurs dans le champ.

6Jacques Marquet quant à lui se penche sur la nomination des transformations de la famille contemporaine. Au cours des dernières décennies, le champ de la famille a vu apparaître une multitude de termes qui traduisent l’émergence de réalités nouvelles, mais aussi, et peut-être surtout, leur progressive reconnaissance sociale, ou à tout le moins, la mise à l’agenda des questions soulevées par celles-ci. À partir de deux paires de concepts émergents (couple parental et couple conjugal d’une part, pluriparenté et pluriparentalité d’autre part), il questionne les potentialités et les limites des catégories d’intelligibilité produites et diffusées par les chercheurs en sciences sociales. Les analyses développées témoignent de l’hétérogénéité de la société qui est la nôtre relativement aux questions étudiées. Ces problématiques font l’objet de luttes entre les tenants de points de vue parfois irréconciliables et ni la position du législateur, ni celle des intellectuels ne sont neutres. Relativement à la pluriparenté et à la pluriparentalité, l’auteur propose une clarification conceptuelle afin de mieux distinguer des enjeux qui restent mêlés, et ainsi de pouvoir dissocier les difficultés théoriques et pratiques des positions idéologiques.

7S’il est aussi question de parenté et de parentalité dans l’article de Didier Le Gall, son regard est quelque peu décentré en ce qu’il se focalise sur les liens fraternels, ces liens qu’Irène Théry qualifie de « grands “oubliés” des recherches en sciences humaines » (1996 :151) sur la famille contemporaine. Son analyse porte sur le placement familial à La Réunion, une société dans laquelle la circulation des enfants relève de la tradition. Et si, comme d’autres, cet élément de tradition est contraint de se conformer aux lois de la République, et donc à la norme de l’exclusivité de la filiation, Didier Le Gall soutient la thèse selon laquelle le placement familial en contexte réunionnais est davantage appréhendé par l’assistante maternelle comme un mécanisme ancien de rééquilibrage entre femmes, que comme un dispositif de protection de l’enfance. Cet élément n’est pas sans impact sur le vécu des enfants, sur les liens de fraternité, liens électifs par excellence, qui vont s’établir entre des enfants ne partageant pas de liens de sang, tout en partageant le quotidien.

8Les quatre articles ici présentés ont trait à la problématique de la filiation, une filiation paradoxalement projetée au cœur de la définition de la famille alors qu’elle se retrouvait fragilisée suite au processus de privatisation du lien conjugal (Théry, 1993). Plus largement, ils sont une invitation à repenser le système de parenté au sens large, à mesurer les enjeux des évolutions contemporaines qui affectent ses trois composantes : l’alliance, la filiation et la germanité.

Haut de page

Bibliographie

Cadoret A., 2002, Des parents comme les autres. Homosexualité et Parenté, Paris, Odile Jacob.

Théry I., 1993, “L’anonymat des dons d’engendrement est-il vraiment éthique ?”, Esprit, mai, pp. 133-164.

Théry I., 1996, “Normes et représentations de la famille au temps du démariage. Le cas des liens fraternels dans les familles recomposées”, in Le Gall D., Martin C., Eds., Familles et politiques sociales, Paris, L’Harmattan, pp. 151-176.

Haut de page

Notes

*  Victime d’un incident de santé, Marie-Blanche Tahon n’a pu assurer la phase de finalisation de ce dossier. Le Comité de rédaction de la revue a été amené à prendre son relais dans l’écriture de cette présentation. Afin de ne pas faire offense à la pensée de l’auteure, il s’est limité à une brève introduction de la thématique et des articles retenus.

1  Colloque « Penser la pluriparenté. Regards socio-anthropologiques sur le droit », 25 et 26 mars 2010, Université d’Ottawa.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Blanche Tahon et Comité de rédaction, « Présentation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-2 | 2010, 1-3.

Référence électronique

Marie-Blanche Tahon et Comité de rédaction, « Présentation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 09 février 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/238

Haut de page

Auteurs

Marie-Blanche Tahon

Professeure titulaire, Université d’Ottawa.

Articles du même auteur

Comité de rédaction

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org