Navigation – Plan du site
Articles isolés

Une expérience singulière

Le processus de reconversion des sportifs de haut niveau en France, en escrime et en tennis de table
A Singular Experience. The Process of Reconversion of High Level Athletes in France, in Fencing and Table Tennis
Sophie Javerlhiac, Dominique Bodin, Luc Robène et Peggy Roussel
p. 97-113

Résumés

Le sport est interrogé, ici, dans sa dimension probablement la plus valorisée par les médias : la reconversion des sportifs de haut niveau (SHN). Généralement, le discours est apologétique et vante la reconversion réussie des SHN les plus connus. Mais derrière les résultats glorieux et la médiatisation, se cache une face plus sombre : la précarisation d’anciens athlètes qui reste un sujet tabou. Les exemples ne manquent pourtant pas et prennent à revers bien des idées reçues sur la réussite sociale des SHN. La question de “l’après sport” s’avère pourtant souvent cruciale et difficile pour les athlètes des sports non professionnels ou moins médiatisés ou, tout simplement, pour ceux qui n’avaient rien prévu et qui ont dû stopper leur carrière de manière inopinée à la suite d’une blessure par exemple. La disqualification sociale (Paugam, 1991) est d’autant plus douloureuse à vivre que ce processus de marginalisation marque la fin d’un statut d’exception et s’accompagne de la construction d’une identité négative lorsque l’athlète éprouve des difficultés à s’insérer professionnellement. Le sport de haut niveau, qu’il soit professionnel ou non, médiatisé ou non, en raison tout à la fois de l’entre soi qui le caractérise et de l’attention qui est portée à ceux qui réussissent, ne prépare pas à résister au stigmate et la dimension ternaire de l’identité (Heinich, 1999) trouve ici un exemple “négativement” parfait.

Haut de page

Texte intégral

I. La reconversion : un processus transitoire particulier

  • 1  Derrière cette terminologie se cache l’idée que l’insertion professionnelle des athlètes de haut n (...)
  • 2  Comité National Olympique et Sportif Français.

1C’est au processus de reconversion des SHN que cet article s’intéresse, celui-ci étant considéré comme « l’enchaînement de transformations subjectives qui accompagnent et conditionnent […] la transformation du statut social » (Suaud, 1978 :14). Ce processus transitoire (Lévêque, 2004) s’avère délicat à bien des égards et conduit progres­sivement les SHN d’une position sociale valorisante et valorisée à une autre : celle d’individus “ordinaires” devant trouver place et rang dans la société. En France, à en croire les directives ministérielles, ce processus débute avec l’élaboration, conjoin­tement à la carrière sportive, de ce que le Secrétariat d’État aux Sports nomme le “double projet” ou “projet de vie”1. Cette apparente volonté politique a été maintes fois réaffirmée dans divers discours. Ainsi, lors d’une intervention devant le CNOSF2 à Paris, le 23 mai 2007, Mme Roselyne Bachelot-Narquin, Ministre de la Santé et des Sports en France n’a pas manqué d’en souligner l’importance :

  • 3  http://www.jeunesse-sports.gouv.fr/accueil_5/ministre_201/discours_220/intervention-mme-roselyne-b (...)

Concernant le sport de haut niveau, le quinquennat qui s’achève aura permis à la France de demeurer parmi les plus grandes nations en se plaçant au 7e rang pour les médailles obtenues aux Jeux Olympiques d’Athènes […]. Au-delà des moyens financiers supplémentaires […], je voudrais saluer le soutien actif mené depuis 2006 au double projet sportif et professionnel de nos athlètes de haut niveau3.

2Mais que sait-on de ce processus et de son fonctionnement réel ? Que sait-on surtout du point de vue des sportifs eux-mêmes ? Des stratégies qu’ils mettent en œuvre, ou non, pour se reconvertir ? Un certain nombre d’analyses en sciences sociales ont tenté de le préciser (Chamalidis, 2004 ; Fleuriel, 2004 ; Taylor/Oligivie/Lavallée, 2005). Cette “sortie de la lumière des projecteurs” (Out of the Limelight) s’avère souvent délicate (Bodin/Robène/Héas, 2004). Durant cette période de transition se produisent des prises de conscience essentielles. Les sportifs opèrent des choix, développent des stratégies ; leurs trajectoires sont jalonnées d’étapes et de ruptures qui marquent le passage d’un « monde social » à un autre (Lévi-Strauss, 1996). Dès lors, la reconversion n’est pas seulement un changement de statut (Linton, 1968), elle est aussi un « processus de bifurcation biographique » (Negroni, 2005 :331), c'est-à-dire un changement plus ou moins brutal qui implique une rupture et un deuil de la vie menée jusque-là. Elle est aussi une « expérience de conversion de soi » (Ibid.) qui implique l’individu et l’oblige à remettre en cause ses objectifs antérieurs et à rompre bien souvent avec son milieu social d’appartenance. Cette expérience de conversion de soi s’avère d’autant plus difficile qu’elle marque tout à la fois la fin des rêves de grandeur sportive, mais également qu’elle peut s’avérer contrainte par les circonstances. Pour un certain nombre d’athlètes, il s’agit en effet moins d’un processus volontaire de conversion, que d’une obligation afférente aux échecs successifs ou aux blessures (Guiot/Ohl, 2008). Certains athlètes en effet envisagent la fin prochaine de leur carrière sportive et s’y préparent ; d’autres n’y pensent pas par superstition, contentement du présent ou acculturation au groupe de pairs ; d’autres enfin n’envisagent pas cette échéance qui marque, de fait, la finitude de leurs espoirs.

  • 4  Constitué de l’ensemble des acteurs et organisations qui concourent à gérer le sport et les SHN : (...)

3Il s’agira ici d’analyser le processus de reconversion de sportifs en cherchant spécifiquement à comprendre « comment des conditions objectives peuvent engendrer un processus de conversion » (Suaud, 1978 :14) et, en conséquence, « d’où viennent les différences apparentes de reconversion entre SHN, alors qu’ils bénéficient, a priori, des mêmes aides, informations, suivis et moyens ? » (Ibid.). Ce travail s’inscrit dans une perspective actionniste postulant que les SHN possèdent une autonomie d’action et effectuent des choix rationnels. Ils sont en mesure, a priori, d’élaborer de réelles stratégies de reconversion tout en étant aux prises avec un système4 qu’ils ont contribué à construire, auquel ils adhérent et participent sans en connaître, obligatoirement, tous les rouages, les objectifs et la logique. Ils sont des acteurs inclus dans un système qui les aide et les soutient, mais qui peut tout aussi bien les écarter brusquement pour des raisons objectives (absence de résultats) ou subjectives (relationnel avec les cadres techniques). Dans ce système complexe, chaque SHN cherche à maximiser les bénéfices matériels, sportifs ou symboliques (aides personnalisées, sorties internationales, etc.) dont il peut bénéficier le plus rapidement possible. Un certain nombre de questions complémentaires s’imposent. Car, en observant les nombreuses possibilités offertes aux SHN, comment interpréter le fait que près de 45 % d’entre eux ne sont pas en formation (Authier, 2003) ?

II. Comparer pour comprendre

  • 5  En France, les qualifications sont réparties selon des niveaux : le Niveau V ne correspond à aucun (...)

4Faisant nôtres les propos de Durkheim, pour qui il n’existait « qu’un moyen de démontrer qu’un phénomène est cause d’un autre, c’est de comparer les cas où ils sont simultanément présents et absents, et de rechercher si les variations qu’ils présentent dans ces différentes combinaisons de circonstances témoignent que l’un dépend de l’autre » (Durkheim, 1997 :124), deux sports ont été comparés : le tennis de table et l’escrime. Ils sont semblables dans leurs structures et leur logique interne (Parlebas, 1981), mais différents en termes de conduite du projet de vie. En tennis de table, contrairement à l’escrime, peu d’athlètes construisent un double projet. Les formations suivies se distinguent très nettement : diplômes au mieux de niveau III pour quelques pongistes et de niveau II, voire I5, pour la totalité des escrimeurs.

5Dans cette perspective, une enquête de type ethnographique à “échelles multiples” (Bromberger, 1995) a été mise en œuvre. Les entretiens (27), menés avec différents acteurs (19 SHN, 6 membres du personnel du secrétariat d’État à la Jeunesse et aux Sports, 2 cadres fédéraux), l’étude de dossiers et documents administratifs relatifs aux formations (entrée, suivi), les observations, ont été privilégiés. Six entretiens complémentaires ont été réalisés afin de vérifier la pertinence et la concordance des témoignages et des procédures observées. Les SHN interrogés sont actuellement en équipes de France et dans la nécessité (ou la perspective) d’envisager une prochaine reconversion du fait de leur âge, des objectifs sportifs et temporels qu’ils se sont fixés, des problèmes et obstacles qu’ils rencontrent ou plus simplement de leur volonté à suivre une formation. Cette étude n’est, de fait, pas généralisable. Elle est un instantané du vécu de ces SHN engagés dans un processus de reconversion.

6Deux types d’entretiens ont été utilisés : des entretiens semi-directifs de type histoires de vie (Becker, 1986) visant à recueillir, auprès des SHN, l’histoire vécue de et par chacun d’entre eux, la manière dont ils perçoivent la reconversion et ses enjeux ; des récits de pratiques professionnelles (Bertaux, 1997), réalisés avec les cadres, fédéraux et du secrétariat d’état aux sports, en charge du suivi socioprofessionnel des SHN. Dans les deux cas, il s’agissait d’articuler les domaines d’existence et de voir s’il existait dans ces histoires ou ces pratiques singulières des récurrences et des homologies structurales (Demazière/Dubar, 1997).

III. Faire le choix du double projet : une question de conformité à la norme ?

7La difficulté à accepter l’idée de devoir se reconvertir traverse la plupart des entretiens réalisés avec les pongistes :

Pour moi, j’avais vraiment des objectifs très hauts… je voulais être dans les meilleurs mondiaux… pour moi quand j’ai arrêté… ça été un choc pour moi… c’est pas facile à gérer… je suis allé voir un psychologue ici (Joueur de Tennis de Table).

8Le problème n’est pas seulement d’arrêter le sport. Cet athlète nous fait part de son mal-être et de la difficulté à effectuer ce choix. Car, comment envisager une vie “ordinaire” après avoir connu les honneurs et les podiums ? Ce passage marque la rupture entre un monde extraordinaire et un monde ordinaire dans lequel les athlètes vont devoir se fondre tout en s’insérant. Pour certains, penser à se former et à assurer leur reconversion revient donc déjà à imaginer l’impensable : la fin d’un rêve, un après qu’ils ne maîtrisent pas, un moment qu’ils préfèrent souvent occulter. L’arrêt de la carrière sportive marque également la fin d’une partie de leur vie, pour eux, au regard des autres, mais aussi face au jugement des autres :

Quand on parle de reconversion, les autres ont une image de toi… c’est fini… tu t’investis plus, t’es fini quoi… donc, tu as fait une croix sur le haut niveau… et puis c’est pas franc, il y a toujours une arrière pensée… tu te sens mal… (Joueur de Tennis de Table).

9Les escrimeurs évoquent peu cette “perte” d’une partie d’eux-mêmes. Cela ne veut pas dire qu’ils ne la ressentent pas ou ne la ressentiront pas… plus tard, au moment de l’arrêt définitif de leur carrière. Il y a, ici, disjonction entre ceux qui ont fait le choix, personnel ou induit par la politique fédérale, de ne pas préparer l’avenir et ceux qui ont intégré la nécessité d’assurer une reconversion. Ces derniers n’ont pas peur du jugement des autres, ou de devenir des « outsiders » (Becker, 1985 :9) puisque leur groupe d’appartenance valorise le double projet. Finalement, escrimeurs et pongistes cherchent avant tout à adopter la norme de leur groupe sportif. Les escrimeurs entrent dans le processus de reconversion en intégrant la filière du haut niveau, par mimétisme bien sûr, adoptant de fait le modèle des anciens et intégrant l’éthos fédéral, mais aussi pour ne pas être en marge du groupe ou “stigmatisés” par les autres membres ou cadres. Ainsi :

On va plutôt l’encourager et on stigmatise plutôt ceux qui s’engagent dans une pseudo, une pseudo activité professionnelle (Responsable suivi socioprofessionnel à la Fédération Française d’Escrime).

  • 6  Ce groupe est composé de jeunes pongistes détectés par la fédération qui, par contrat, acceptent d (...)

10À l’inverse, en tennis de table, la norme est l’abandon des études au profit du projet monosportif. Tout concourt à encourager les athlètes dans cette voie : l’immersion dans un groupe dénommé Groupe France Promotion6, la pseudo professionnalisation de l’activité, les pressions exercées par les cadres, l’exemple des aînés, l’argent gagné par les meilleurs joueurs internationaux… Ne pas s’engager dans le projet monosportif revient à donner des signes de non-appartenance au groupe et donc de non-investissement dans la carrière sportive :

Il y a une période où on est encore dans le groupe… et on commence à descendre… où on est dans une période entre les deux…, c’est un calvaire. Parce que l’on voit que les entraîneurs sont moins intéressés par nous… on est moins bien… ils comptent moins sur nous… ça nous fait mal (Joueur de Tennis de Table).

11La stigmatisation, vécue par les athlètes, est une construction sociale résultant de la norme dominante du groupe. Mais cette norme peut évoluer. Dans le cas du tennis de table, par exemple, les abandons successifs du haut niveau par un certain nombre de jeunes et leur inscription dans des formations valorisantes donnent envie aux autres de faire la même chose :

  • 7  Brevet de Technicien Supérieur.

Bon pour l’instant, en fait j’aimerais pouvoir faire mon BTS7… voilà… puis après, voir déjà comme ça s’est passé, si ça m’a plu ou si je sens que je suis intéressé et que je suis motivé… c’est reprendre après et faire d’autres études… soit faire une spécialisation, soit alors faire comme Gaye, rentrer dans une école de commerce (Joueur de Tennis de Table).

12Pour les escrimeurs, la norme est de mener de front les deux projets. Le niveau de leurs diplômes et la diversification des formations suivies le prouvent. Un seul escrimeur regrette de ne pas pouvoir vivre de l’escrime et de devoir partager son temps entre formation et/ou activité professionnelle et sport de haut niveau :

Je suis obligé d’entrer dans la vie professionnelle bien avant la fin de ma carrière. Et c’est peut-être le problème aujourd’hui en France. Notre sport n’est pas assez “professionnel” d’un point de vue infrastructure et financier, ce qui ne permet pas d’en vivre (Escrimeur).

13La finalité ici n’est pas le projet monosportif, même si le palmarès sportif est remarquable : champion du Monde (2007) et Olympique (2008) par équipes en sabre. Pour cet athlète qui a obtenu un master d’une grande école, le regret porte sur l’inégalité sportive dans laquelle lui et ses homologues se trouvent en termes de concurrence mondiale :

De plus, dans les autres pays, la plupart des sportifs sont détachés par l’État et touchent une rémunération. Enfin, quand bien même nous pourrions en vivre deux ans, nos diplômes se dévaluent en cas d’inactivité (Escrimeur).

IV. S’engager dans le double projet : de la faisabilité à la réalité

A. De la faisabilité

14Interrogés sur la faisabilité du double projet, tous les SHN sont unanimes, affirmant que cet objectif relève du défi. Les contraintes sont nombreuses. Elles sont relatives à l’entourage sportif, aux charges d’entraînement, aux formations offertes, aux contraintes calendaires, aux dates d’examens… Rien n’est vraiment épargné aux athlètes. Tous évoquent une formation choisie par défaut, même si la plupart affirment ne pas le regretter aujourd’hui :

Cela n’a pas été mon choix de cœur, cependant, maintenant je ne le regrette pas et m’épanouis dans cette voie […] Je l’ai décidé par moi-même, car j’aimais l’informatique. Ce second choix a été pris, car la formation était aménagée (Escrimeur).

  • 8  Situé à Vincennes, en banlieue de Paris, l’INSEP regroupe la plupart des équipes de France.

15Même si le fait de mener de front les deux projets fait partie de la culture et de la norme du groupe des escrimeurs, les formations sont souvent suivies par défaut. Elles sont d’abord choisies par référence au milieu sportif, comme celles offertes dans les filières universitaires des Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) ; puis parmi celles réalisables au sein de l’Institut National du Sport et de l’Éducation Physique8, plus faciles à gérer en raison des horaires d’entraînement, de la proximité des installations et de l’aménagement des cours ; par mimétisme encore, les plus jeunes choisissant des filières déjà éprouvées par leurs aînés.

16L’accent est mis sur les contraintes liées au sport de haut niveau (manque de temps, besoin de récupération, etc.), mais également sur les problèmes organisationnels (horaires non compatibles avec les entraînements, temps de transport), ou encore qualitatifs (formations inintéressantes, car non réellement choisies ou tout au moins choisies dans un catalogue restreint) liés aux formations elles-mêmes. La non-compatibilité horaire est une des difficultés majeures du processus de reconversion. Mais en creux se lit un problème essentiel : les fédérations ont-elles réellement envie, voire les moyens, d’organiser et de planifier les entraînements en fonction des contraintes-horaire des formations ? Cette question renvoie non seulement au problème de la volonté fédérale de voir les athlètes s’émanciper en s’investissant dans autre chose que l’activité sportive, mais également aux problèmes organisationnels liés à l’individualisation des formations en fonction du nombre d’athlètes. Le choix des formations, quand formation il y a, se trouve souvent imposé de fait et lié à la possibilité de gérer les entraînements en pouvant rassembler la grande majorité des SHN au même endroit et à la même heure. À moins, bien évidemment, de concevoir une formation sportive plus individualisée, au service des SHN et qui ne fonctionne pas selon l’unique principe de conciliation (Parlebas, 1981) et le volume d’entraînement.

17Malgré les directives du Ministère en faveur du double projet, il existe de fortes contraintes temporelles et institutionnelles. Celles-ci sont cependant inégales. En tant que « modèle sportif à conciliation » (Bouchetal-Pellegri/Leseur/Debois, 2006 :34), l’escrime organise les entraînements en fin d’après-midi, donnant ainsi la possibilité aux athlètes de suivre de multiples formations, voire des formations “normales”, en dehors de celles proposées à l’INSEP. Le « modèle pseudo professionnel » (Ibid.) du tennis de table n’offre pas cette opportunité. Les charges d’entraînement sont importantes. Les pongistes s’entraînent environ 5 heures par jour, en dehors de la préparation physique et des soins qu’ils doivent éventuellement suivre (kinésithérapie, etc.). La saison est longue, ils sont en compétition environ 40 week-ends par an et s’entraînent 48 semaines sur 52. Ces contraintes obligent les pongistes à rompre avec la carrière sportive pour entrer en formation. Ce faisant, ils donnent des signes de désinvestissement aux cadres qui les entourent. Les pressions, pour être feutrées, sont cependant réelles. Jamais un entraîneur de tennis de table ne dira ouvertement « tu ne dois pas suivre de formation ». Mais en considérant que la formation est un poids, que celui qui s’y engage conjointement à sa carrière sportive décroche de la logique du haut niveau et en s’intéressant moins à ce SHN, une violence symbolique est exercée. L’attitude est radicalement différente en escrime :

Je n’ai pas le souvenir d’un entraîneur et c’est toujours d’actualité avec ceux qui sont en place là, d’un entraîneur qui dissuade ou qui tente de dissuader un athlète de… de… différer sa formation, de ne pas la faire… au contraire, au contraire (Responsable suivi socioprofessionnel à la Fédération Française d’Escrime).

18Il pourrait s’agir d’un discours officiel et convenu. Mais en croisant ce discours avec d’autres données (professions exercées, formations suivies par les escrimeurs, discours des “anciens” en matière d’importance accordée au double projet, etc.), force est de constater qu’il traduit parfaitement la réalité de la formation des escrimeurs.

19Toutefois, le temps libre n’est pas un temps totalement utilisable. La vie d’un SHN est organisée autour d’une préparation physique et compétitive. Dans un centre d’entraînement comme l’INSEP, tout devient complexe dès lors que la formation est externalisée :

Une fois que j’étais là, j’ai fait mes cours ici à l’INSEP… euh néanmoins, ici il y a des manques, des formations précisément autres que sportives, type brevet d’entraîneur, qui occupent toute la formation, car autrement si on veut faire autre chose… malheureusement, il faut que l’on aille ailleurs, à l’extérieur et là cela devient tout de suite plus compliqué… voilà… (Joueur de Tennis de Table).

20Il s’agit d’un “coût d’opportunité”. Les athlètes gèrent au mieux la nécessité de s’inscrire dans une formation, leurs désirs, ce qui est “à portée de main”, ou encore ce qui est le moins éloigné possible, afin de pouvoir concilier les deux projets. Ce ne sont pas les formations qui sont en cause, mais le manque de choix ou l’impression de ne pas avoir (suffisamment) le choix.

  • 9  M = 22,5 (tennis de table) ; M = 27 (escrime).

21Les escrimeurs, hommes et femmes, et les pongistes femmes s’engagent ou se projettent plus facilement que les pongistes hommes dans des études longues. Il ne s’agit pas cependant d’interpréter, à ce niveau de l’analyse, le recours à des études courtes ou aux brevets d’État comme un signe de désintérêt pour des formations longues ou en dehors du champ strictement “sportif”. Tout d'abord, les escrimeurs sont plus “vieux”9 et ce qui est visible ressemble davantage à un processus de reconversion achevé qu’à un processus de reconversion en cours, comme ce peut-être le cas chez les pongistes plus jeunes. Rappelons également que le calcul du “coût d’opportunité” est permanent : l’obtention des brevets d’État ou d’un BTS peut constituer une étape intermédiaire vers d’autres formations. Le brevet d’État du second degré permet en effet de se présenter, en équivalence d’une licence, au concours du professorat de sport. Les BTS préparés à l’INSEP donnent la possibilité de s’inscrire dans les filières en management du sport, dans le cadre de contrats liant le département “formation” de l’INSEP à diverses universités comme Paris X Nanterre. Le statut de SHN permet, avec un BTS, d’intégrer par concours spécifique certaines grandes écoles de commerce.

B. Le double projet, entre contraintes et obstacles

22Reste une question récurrente soulevée par tous les athlètes en formation : celle des examens. Ce problème devrait pourtant être tranché depuis fort longtemps puisque, a priori, les SHN peuvent bénéficier d’examens spécifiques depuis l’adoption de la circulaire 1455 du 06/10/87, complétée par l’instruction n° 06-138 JS du 1er août 2006 prévoyant la possibilité pour les SHN de bénéficier d’examens spécifiques. Mais la législation ne fait qu’inviter les présidents des établissements supérieurs à entreprendre tous les efforts nécessaires pour permettre aux SHN de concilier leurs activités sportives et la poursuite des études. La plupart des présidents d’Université ont répondu à cette “invitation” et organisent dans chaque UFR des examens spécifiques. Les problèmes rencontrés par les SHN viennent du fait que leur groupe n’est pas constitué d’une population aux caractéristiques identiques, mais d’individus aux contraintes et aux calendriers distincts. Tous, sans exception, évoquent des problèmes récurrents, comme l’impossibilité « de repousser une date d’examen si une compétition se présentait en même temps » (Escrimeur).

23Si les directives existent, elles restent appliquées d’une manière collective comme pour les non assidus “classiques”. Mais le calendrier sportif est fluctuant, les sélections peuvent évoluer en fonction des résultats précédents : il n’est pas possible pour les SHN de prendre une semaine de “congés” pour passer les examens durant les championnats du Monde ou d’Europe. La question des examens est donc insoluble, à moins que les référents du suivi socioprofessionnel des SHN de chacune des fédérations ne négocient, au cas par cas, avec chaque organisme de formation, pour chacun des athlètes. L’investissement en ce domaine du référent haut niveau et la bonne volonté des chefs d’établissements dans lesquels les SHN sont inscrits sont essentiels. Si le passage des examens n’est pas organisé et facilité, le processus de reconversion est mis en péril. Paradoxalement, un seul SHN évoque le problème de l’absentéisme dû aux compétitions. Pourtant, tous y sont confrontés puisque tous font, ou ont fait partie des équipes de France :

Je n’ai pas eu de problème pour mon BTS. Cependant, pour ma licence, j’ai dû “négocier” mes absences pour pouvoir aller m’entraîner et participer aux compétitions. Mes absences étaient tolérées seulement si j’avais des notes au-dessus de la moyenne. Chose que j’ai réussie en terminant 4e de ma promo. J’étais le seul sportif parmi des élèves “normaux” ! (Escrimeur).

24Ce problème est pourtant commun aux deux sports et soulevé par la référente du suivi socioprofessionnel de la Fédération Française de Tennis de Table (FFTT) :

C’est surtout le nombre de Pro Tour, des compétitions internationales, ils ont environ une vingtaine d’Open, plus les compétitions par équipes de club, plus les championnats d’Europe et du Monde dans une saison. La difficulté est là, il faut trouver des moments…

25Là encore, le système fait apparaître ses limites, car ces questions devraient être résolues dès l’inscription des sportifs dans la formation, gérées en amont, peut-être, par le référent. Aucun athlète n’a non plus évoqué la question du soutien ou de l’enseignement à distance comme une solution alternative. Quand ils le font, c’est toujours, en creux, sous forme d’interrogations face aux difficultés qu’ils ont rencontrées :

Moi je pense, pour avoir vécu quelque chose à côté, il faudrait trouver un moyen, il faut trouver un équilibre… il y a sûrement des solutions à trouver, pour avoir des modules pour travailler, des modules comme le Team Lagardère qu’il a créé avec Sciences Po… des modules que les gens font, et qu’ils valident et qu’ils ont des compétences et… voilà euh, je connais un peu la forme, je ne connais pas tout à fait le fond, mais ça a l’air tout à fait compatible, mais je crois qu’il y a moyen de faire des choses (Joueur de Tennis de Table).

26Tout semble donc à inventer ou à négocier.

V. Reconversion et investissement personnel des athlètes

27En affirmant que « ce n’est pas à la Fédération de prendre ou d’initier ce genre de réflexion », c’est-à-dire, de s’inscrire et de suivre des formations afin de développer un projet professionnel, ce responsable du suivi socioprofessionnel à la Fédération Française d’Escrime place l’initiative essentielle du côté des athlètes. Ce choix est probablement plus facile lorsque cette volonté est inscrite au cœur de la pratique depuis longtemps :

La chance que l’on a… c’est d’avoir des athlètes qui sont très globalement conscients de ça et puis… ben… et de génération en génération font en sorte de… de prendre en main leur reconversion et je dirais même leur insertion professionnelle avant même la fin de leur carrière (Responsable suivi socioprofessionnel à la Fédération Française d’Escrime).

28Cette culture n’existe pas dans le cas du tennis de table. Trois raisons essentielles à cela : la première est relative à l’argent qui circule dans ce sport ; la deuxième a trait à l’âge et au rôle euphorisant que peut avoir l’appartenance au haut niveau lorsqu’on est jeune ; la troisième à l’immaturité de certains sportifs, renforcée par le manque d’encadrement ou d’accompagnement.

A. L’argent comme frein

  • 10  Entre 4.000 et 6.000 euros nets par mois.

29Si les sommes officiellement perçues par les joueurs classés entre le 5e et le 10e rang français10 n’ont rien à voir, à niveaux comparables, avec les revenus des footballeurs, des basketteurs ou, aujourd’hui, des rugbymen, les pongistes arrivent à vivre correctement du tennis de table. C’est probablement, tout à la fois, le principal frein à l’arrêt définitif de la carrière et le premier obstacle pour croire en la nécessité d’un projet professionnel :

On ne peut pas quitter un sport comme ça… du jour au lendemain. C’est quand même un moyen facile de gagner de l’argent… bon on a beaucoup travaillé aussi donc… autant en profiter ! (Joueur de Tennis de Table).

30Dans une certaine mesure, cette vie ressemble aux sitcoms dans lesquelles les jeunes étudiants vivent une vie dorée, quasi sans souci, partent en vacances et ont tout ce qu’ils désirent :

C’est vrai… on commence à gagner de l’argent à 15 ans… c’est vrai on ne sait pas quoi en faire… […] Surtout ce qui m’a déstabilisé… moi je croyais que ça… c’était la vie que tout le monde avait. La vie était facile… on gagnait de l’argent… on voyageait… alors que c’est une minorité qui peut faire ça… on ne se rendait pas compte de la chance qu’on avait vraiment… bon après, à un moment donné, j’ai quitté l’INSEP… là je me suis vraiment rendu compte de la vie qu’on avait là-bas et des trucs exceptionnels que l’on vivait et que d’autres… et que beaucoup de personnes rêvaient d’avoir… et c’est vrai qu’au départ on ne s’en rend pas compte… (Joueur de Tennis de Table).

31L’argent annihile le projet professionnel de ces jeunes garçons. Certains d’entre eux gagnent beaucoup plus d’argent que leurs parents. Alors que ces derniers exercent un métier souvent contraignant, les jeunes pongistes sont rémunérés pour vivre leur passion. Cette passion est un plaisir, relève du jeu, se construit au sein d’un groupe de pairs et dans un mouvement ascendant, ersatz d’ascension sociale qui contribue à créer une identité valorisante. Ce n’est que plus tard qu’elle s’imposera comme une contrainte dans un contexte social où la concurrence domine et où l’échec signifie la fin des rêves de gloire. Lorsque ces sportifs commencent à percevoir qu’ils n’atteindront pas les objectifs qu’ils se sont fixés, la pratique du haut niveau devient une contrainte pour eux. En tennis de table, la génération précédente a non seulement fait partie de l’élite mondiale, en remportant à peu près tous les titres et toutes les compétitions mondiales et européennes sur une période de 15 années, mais elle a également servi de modèle aux plus jeunes puisque les joueurs ont perçu mensuellement, pour certains, des sommes équivalentes à celles perçues par d’honnêtes joueurs de football évoluant dans le Championnat de France de première division.

32La différence est importante avec les escrimeurs qui n’ont jamais perçu ces rémunérations. La culture de ces deux milieux sportifs est très différente. La norme sportive relève du monde professionnel d’un côté, du monde amateur de l’autre. En tennis de table, les SHN hommes ne sont donc ni pressés, ni intéressés à suivre immédiatement des formations. Ils vivent dans l’espoir d’atteindre leurs objectifs sportifs et n’auront pas besoin de penser à se former ou à s’insérer professionnellement, puisque, à l’image de Gatien, longtemps premier joueur français, champion du Monde et d’Europe individuel, ils obtiendront en contrepartie des rémunérations qui leur permettront de se dispenser d’envisager l’après sport :

  • 11  C’est nous qui précisons. Chila est actuellement n°1 français.

Tout le monde me disait ‘on ne pensait pas que tu pouvais jouer à ce niveau, maintenant je pense que tu peux être très… très fort là…là’ et notamment Patrick [Chila11]. Bon et quand t’es jeune tu te fais ton film, tu t’identifies à tout, aux résultats, à l’argent, à tout. […] justement, c’est fou et au fond, j’en ai rien à foutre et donc j’ai compris que j’étais imprégné de plein de désirs des autres, que je rassurais des gens (Joueur de Tennis de Table).

B. Entrer dans le double projet

33Il est donc difficile pour ces jeunes de sortir de l’objectif sportif. Ce n’est qu’après avoir pris du recul sur leur investissement et choisi de suivre une formation qu’ils se rendent compte que ces objectifs n’étaient pas forcément les leurs. Ces espoirs sont néanmoins utopiques quand, devant leurs propres échecs ou les difficultés répétées rencontrées par certains de leurs homologues, ils ne réagissent pas :

Il y en a un que j’ai rencontré… […] il retourne chez ses parents, sans club, après avoir vendu son appart’ sur Paris avec peut-être une petite manne financière, mais il est en train de piocher dans ses réserves… c’est vraiment un retour à zéro, donc c’est pas très motivant, très positif dans un parcours pour lui et ça aussi il faut gérer ça (Référente du suivi socioprofessionnel de la FFTT).

34Ils ne peuvent pas ignorer la “galère” et le mal-être dans lesquels sont ceux qui ont arrêté brutalement leur carrière et qui étaient, il n’y a pas si longtemps, leurs partenaires en équipe de France ou, plus simplement, d’entraînement :

J’ai bac plus 0. […] Je revois mes anciens amis. Ils ont tous des super boulots. Ils ont des masters. Avant ils trouvaient que j’avais de la chance avec le ping, mais maintenant je trouve que c’est eux qui ont de la chance. C’est dommage d’arrêter les études, car je suis dans la galère maintenant […] Si tu perces, tu perces, mais il faut continuer les études pour plus tard. […] J’ai mis un peu d’argent de côté. J’ai vendu mon appart’. Je ne suis pas à la rue, mais je me lâche pas (Joueur de Tennis de Table).

35Ce témoignage montre l’écart entre rêves et réalité, entre espoirs et prise de conscience, entre identité valorisante et valorisée du SHN et brusque intégration d’une identité négative. Le capital symbolique acquis sportivement n’agit plus comme un moyen de valorisation. Il est vécu comme un handicap et une perte de temps. Non seulement il existe pour cet athlète un risque de début de paupérisation, mais, progressivement, il intègre une auto-disqualification. La prise de conscience des risques encourus en cas d’échec existe néanmoins chez quelques-uns :

Je pense que la fédé devrait faire attention à… ce que… d’accord on peut gagner beaucoup d’argent si on devient bon… mais il faudrait leur dire aussi que si… on n’est pas bon… il faut trouver quelque chose (Joueur de Tennis de Table).

  • 12  Défini pour la première fois en 1972 lors de la Conférence mondiale sur l'environnement de Stockho (...)

36Cet athlète ne pointe pas seulement le “principe de précaution”12, c'est-à-dire la nécessaire prise en compte par anticipation des risques potentiels et l’adoption de mesures appropriées, mais le fait que l’issue, ici la paupérisation d’un athlète, résulte d’un risque pour lequel ce dernier n’est pas lui-même responsable. C’est la fédération qui est responsable de cette situation en n’ayant pas suffisamment été attentive à l’accompagnement de l’athlète dans les domaines autres que sportifs. Cette question est à la fois éthique et juridique dès lors que la FFTT encourage ses athlètes à se consacrer au projet monosportif, même si ce n’est pas clairement ou officiellement écrit, même si cela relève du non-dit ou du symbolique, comme la mise à l’écart du groupe, les remarques désobligeantes et bien d’autres manières encore qui contraignent l’athlète à se comporter ainsi :

Ils se disaient ‘s’il reprend ses études c’est parce… qu’il a lâché le Tennis de Table… il ne veut plus faire du haut niveau’… mais il faut aussi qu’ils comprennent… à un moment donné, à 24 ans… Rien, n’est jamais clair, ils auraient pu me dire ‘c’est pas bien que tu fasses des études’, quand ils changeaient l’heure de l’entraînement je leur disais ‘je ne peux pas, j’ai un cours’… ils râlaient… voilà. Ils disaient que je n’étais plus dans le truc… Ben… voilà (Joueur de Tennis de Table).

C. Le sport de haut niveau comme milieu anesthésiant

37Les SHN en tennis de table évoluent dans un milieu qui leur fait perdre progressivement et temporairement toute conscience. La première raison trouve bien évidemment sa genèse dans la culture fédérale. La réussite des anciens qui ont tout consacré au seul projet sportif, l’existence du groupe GFP, les pressions morales et symboliques exercées sur les athlètes, le désir de faire “comme les autres” pour s’insérer et s’intégrer dans le groupe, l’argent qui circule… tout cela concourt à l’anesthésie des athlètes. Aux aspects positifs qui marquent l’appartenance au GFP se substitue une réalité plus contraignante. Tous les membres du groupe sont inscrits au CNED (Centre National d’Enseignement à Distance), ils ont tous l’obligation de s’entraîner plusieurs fois par jour et d’adhérer au plan quantitatif d’entraînement (grand volume d’entraînement, peu d’arrêts durant la saison, etc.), les longs séjours à l’étranger, tant en stage qu’en compétitions internationales entraînent des décrochages scolaires, malgré la présence d’un répétiteur pour le groupe, engagé par la fédération. Par ailleurs, et c’est le plus important, les membres du GFP ont dû signer un “contrat” par lequel ils se sont engagés à se consacrer “uniquement” à la carrière sportive durant trois années, la contrepartie fédérale consistant en une aide financière. “Uniquement” est placé entre guillemets, car le contrat mérite d’être lu entre les lignes. En page 4, 8 lignes avant la fin de l’article 3, il est écrit : « À suivre jusqu’à son terme annuel la formation éventuelle dans laquelle il s’est engagé ». L’utilisation ici du gras et du souligné correspond au strict respect de la casse du document original. On observe d’ailleurs à cet égard qu’il s’agit du seul passage identifié de la sorte. Quelle importance faut-il donc lui donner ? Cet alinéa signifie-t-il que les SHN ont la possibilité de terminer les formations, mais pas d’en commencer de nouvelles ? Les SHN ayant signé ce contrat ont clairement indiqué qu’il leur avait été conseillé de ne pas suivre de formation durant le contrat.

38Ce contrat est inconnu de la plupart des membres du Comité directeur fédéral ; il est illégal au regard des instructions ministérielles qui obligent les fédérations, à travers les contrats d’objectifs, à organiser et accompagner le double projet des SHN et leur suivi socioprofessionnel. Il était, jusqu’à ce que nous lui en remettions un exemplaire, totalement inconnu de l’actuelle référente haut niveau du tennis de table ! Qui plus est, hormis le fait qu’il “lie” à la fédération les SHN qui le signent, il met potentiellement en danger ces derniers dans leur reconversion : il les encourage à ne pas suivre de formations, il valorise leur projet sportif au détriment de leur projet professionnel, il les inscrit dans une rupture des “apprentissages formels”, rupture assimilable à un décrochage scolaire, dont tous les spécialistes en science de l’éducation (Blaya, 2003 ; Barett, 1989, entre autres), dans d’autres domaines que celui du sport de haut niveau, soulignent le danger potentiel pour la future insertion professionnelle, mais également sociale, des individus. Il existe donc une réelle volonté à la FFTT, de sacrifier, ou du moins de retarder le projet professionnel au profit du projet sportif, pour un résultat médiocre, comme le soulignait récemment un journaliste de Libération :

Le bilan de cette première expérience apparaît mitigé : sur les 11 membres de la première promotion (8 garçons et 3 filles), deux continuent de bénéficier du dispositif (Abdel-Kader Salifou et Manu Lebesson). Aucun de ses membres n’a pu bousculer la hiérarchie nationale et, malgré des coups d’éclat, personne ne s’est positionné significativement sur l’échiquier mondial (Coudert, 2008).

39Les jeunes SHN en tennis de table n’ont en début de carrière aucun problème. Ils sont choyés, voyagent, bénéficient de sorties internationales, vivent dans de grands hôtels et participent à des compétitions de très haut niveau. Les anciens les encouragent lorsque, ayant réussi à réaliser des performances internationales, ils évoquent la nécessité de tout abandonner pour construire la carrière sportive : « Tu t’arrêtes deux ou trois ans et tu verras après ». Le discours est d’autant mieux reçu qu’il est tenu par des athlètes confirmés dont les signes extérieurs de richesse (train de vie, voitures, etc.) engagent les jeunes à croire… ce qu’ils ont de toute façon envie d’entendre ! Une visite de l’INSEP est édifiante à ce sujet. La “cafète” est depuis longtemps le lieu de rassemblement où les SHN “passent le temps” et le perdent aussi. C’est aussi comme cela qu’il faut comprendre certains commentaires : « on vit dans une bulle, un cocon ». Le sport de haut niveau, et plus particulièrement l’INSEP, enferme le sportif, qui n’y prête pas attention, dans un entre soi qui ne favorise pas l’ouverture au monde extérieur. L’entrée dans le sport de haut niveau et plus particulièrement dans un groupe “choisi” comme le GFP en tennis de table est l’aboutissement de rêves d’enfants. La possibilité de l’échec sportif n’est pas envisagée. La nécessité de préparer l’avenir en développant le double projet est éludée. À l’inverse de l’escrime qui « stigmatise ceux qui suivent des pseudo formations » (confer commentaire supra), le tennis de table stigmatise ceux qui s’y inscrivent. Les nouveaux le savent bien. Il vaut mieux être “dans le moule” si l’on veut continuer à profiter des avantages acquis et si l’on ne veut pas se retrouver au ban du groupe et en marge des équipes de France.

40Les athlètes ne forment pas une communauté solidaire, il s’agit d’un groupe composé d’individus qui collaborent dans l’unique objectif de résoudre un problème personnel : “devenir quelqu’un” grâce au collectif. Ces pongistes sont opportunistes. Le groupe n’existe pas en tant que tel, on s’appuie sur lui pour établir des « relations de pouvoir et de domination » (Crozier/Friedberg, 1977 :64 et passim) pour autant que ce groupe puisse respecter et « s’appuyer sur des mécanismes permettant d’intégrer les stratégies et les orientations différentes des individus-membres » (Ibid. :215). Singulièrement, c’est dans l’échec que ces athlètes constituent un “vrai groupe” solidaire et acquièrent une conscience et « une capacité collective propre, c'est-à-dire irréductible à celle de ses membres » (Ibid. :216). L’anesthésie est individuelle, la prise de conscience groupale.

41Si les pongistes féminines n’ont pas le même vécu, c’est surtout parce qu’elles gagnent moins d’argent, mais aussi parce qu’elles envisagent, peut-être, davantage leur carrière sportive à court terme, comme une étape, avant de fonder une famille et de s’insérer professionnellement. Jamais cette question n’est évoquée chez les garçons, ce qui ségrègue davantage encore les sexes sur la question de la préparation de l’après sport. Une progressive acculturation “mono sportive” s’instaure ainsi chez les pongistes masculins par imprégnation dans le milieu environnant. Cette acculturation est probablement due en partie également à la jeunesse de nos athlètes et à la distanciation du contrôle parental. Les athlètes qui intègrent l’INSEP, en tennis de table ont entre 13 et 16 ans. Leur insouciance du lendemain est compréhensible compte tenu de leurs projets sportifs, mais aussi en raison du fait que la reconversion est une échéance qui leur semble très lointaine. Ils sont jeunes et ils ont, pensent-ils, le temps de s’en préoccuper. Cette attitude est renforcée par l’ambiance générale et l’influence des entraîneurs, mais également par l’appartenance à une classe d’âge moins sensible aux normes sociales et aux valeurs habituelles (Galland, 1997). L’entre soi de ces jeunes, l’éloignement des parents qui méconnaissent le milieu du sport de haut niveau, qui apprécient de voir leur progéniture accéder à une certaine “élite sociale” et gagner très tôt de l’argent sont autant d’éléments qui concourent à desserrer l’étreinte familiale.

42Le témoignage de ce jeune qui, très tôt, a gagné suffisamment d’argent pour “bien” vivre du tennis de table, mais également pour aider ses parents financièrement, est intéressant :

[…] mon père a eu des problèmes avec une société qui n’a pas marché… j’ai eu des dettes à payer, donc j’ai dû l’aider et l’argent que j’ai gagné, pour un peu les aider et donc je n’ai pas trop hésité… mais c’est vrai quand on gagne de l’argent à 15 ans… la vie est facile… oui ça peut monter à la tête… peut être c’est arrivé à d’autres personnes et… on flambe… on s’amuse… (Joueur de Tennis de Table).

43Comment ces parents pourraient-ils contester que leur fils abandonne ses études ? Comment remettre en cause un système qui leur procure du bien-être et, a priori, assure le devenir de leur enfant ? Ils n’envisagent bien évidemment pas que tout cela puisse s’arrêter. Néanmoins, la plupart des parents délèguent leur rôle éducatif sans pour autant délaisser leurs enfants, en les aidant financièrement et surtout moralement :

Pas un milieu très aisé, mais mes parents m’ont toujours aidé et ils n’ont jamais compté en termes de temps… […] voilà en termes d’argent pour les stages à l’étranger ils participaient, moi au départ je ne me rendais pas compte en termes d’argent, mais avec le recul je m’en rends compte (Joueur de Tennis de Table).

44L’éloignement, géographique, mais également moral, ne favorise cependant pas l’autonomie des jeunes. Le fonctionnement du haut niveau en tennis de table est pervers, car contrairement à l’escrime, il ne permet pas un épanouissement autre que sportif de l’athlète. Les jeunes sportifs vivent dans une bulle. Cet espace anesthésiant doit être approché en tant que construction sociale : c’est le résultat conjoint d’une politique fédérale qui vise à garder le pouvoir sur ces jeunes et du manque d’investissement des jeunes SHN eux-mêmes, immatures, mais maintenus dans l’immaturité. Si le DTN posait d’emblée comme préalable à toute carrière sportive la nécessité de développer un double projet, si la référente menait avec chaque sportif un entretien préalable et des entretiens réguliers destinés à évaluer la situation dans laquelle il se trouve et à construire avec lui un parcours de formation réellement individualisé, il est probable que le système favoriserait l’autonomisation des joueurs et leur prise de conscience de la nécessité de construire un double projet. Ce n’est pas le cas. Certains joueurs le regrettent :

Je pense que… qu’un rendez-vous par trimestre avec le référent me semble bien… qui comprend les motivations de chacun, ce qu’il a envie de faire… oui… pour voir ses aspirations ou autres, ses loisirs, s’abonner par exemple à une revue… (Joueur de Tennis de Table).

45D’autres, à l’inverse, reconnaissent avoir plusieurs fois été alertés par la référente sans y avoir prêté forcément attention :

  • 13  La référente socioprofessionnelle du tennis de table.

C’est Béa13 ! Oui ma première démarche ça a été de l’appeler et parce qu’en fait elle m’avait déjà parlé plusieurs fois, pendant des années où j’étais dans le groupe France (Joueur de Tennis de Table).

46En fait, escrime et tennis de table présentent deux systèmes de gestion des SHN radicalement opposés. Le Responsable du suivi socioprofessionnel à la Fédération Française d’Escrime estime que la question de la reconversion a toujours été une préoccupation majeure des escrimeurs :

Cela a toujours été… euh… une… priorité des athlètes eux-mêmes […] la spécificité de l’escrime en tout cas c’est d’avoir peut être cette prise de conscience… personnelle.

47La responsable du suivi socioprofessionnel à la Fédération Française de tennis de table, en charge de ce dossier seulement depuis la rentrée de septembre 2007, reconnaît qu’elle n’intervient qu’a posteriori :

Aujourd’hui nous travaillons dans un registre un petit peu… délicat puisque c’est dans l’urgence, c’est toujours après, soit une blessure, soit un échec sportif, soit une réflexion plus importante pour une après carrière qui se pose… euh que j’interviens, ce n’est pas dans une globalité du projet que j’interviens pour un athlète… malheureusement pour l’instant…

48En disant cela, elle montre tout à la fois le manque d’intérêt ou d’engagement des pongistes pour se former et mener à bien leur double projet et le désintérêt de la fédération pour cette question. Il serait possible d’imaginer que ce “laisser-aller” n’en soit pas un ; qu’il relève davantage d’un “laisser-faire” constructif, dont la finalité pourrait être que les athlètes sortent du cocon protecteur dans lequel ils sont confinés en tant que sportifs de haut niveau, afin de construire leur autonomie par une démarche volontariste qui les engage dans leur projet d’hommes ou de femmes. Il n’en est rien. La responsable du suivi socioprofessionnel à la Fédération Française de tennis de table explique qu’elle n’intervient pas en amont des problèmes :

Moi je suis en soutien, plutôt un rôle de pompier par rapport à ça puisque le coup de fil est passé auprès de mes services quand les athlètes ont en fait un réel souci.

49L’objectif n’est donc pas l’autonomie des athlètes. La politique est celle du “pompier”. À l’inverse, la FFE joue un rôle d’accompagnant, d’informateur, voir d’incitateur dès l’entrée en structure :

Un rôle de soutien de la fédération, mais c’est pas à la fédération de décréter un grand plan de reconversion si les athlètes ne sont pas intimement convaincus de la nécessité […] c’est toute la réflexion qui est commune à l’ensemble des pôles… c’est toute la logique des pôles où… où en plus du sport de haut niveau il y a un souci particulier apporté aux études […] on ne met pas en place un programme spécifique, on se contente et c’est déjà à mon avis… euh… suffisant pour peut être couvrir 90 % à 95 % des… des besoins, on se contente d’être des relais efficaces des dispositifs ministériels, INSEP ou autres.

50La répartition des rôles semble nette : aux athlètes le choix de s’investir ou non, à la fédération l’accompagnement. Cette vision de l’engagement de l’athlète, qui primerait sur tout rôle fédéral, est peut-être une représentation simpliste. Cette question est celle de “l’œuf et de la poule”. Est-ce la fédération qui a construit, sans s’en souvenir ou s’en rendre compte, cette volonté chez les athlètes ? Est-ce les athlètes eux-mêmes, par mimétisme au regard du cursus des anciens, encouragés en cela par les cadres fédéraux ? Nous sommes là devant un typique « principe de récursion organisa­tionnelle », c'est-à-dire un « processus circuitaire par lequel le produit ou l’effet ultime devient élément premier et cause première » (Morin, 1977 :186).

VI. En guise de conclusion 

  • 14  http://www.legifrance.gouv.fr/
    affichLoiPreparation.do;jsessionid=B4321C75C1F38755DE24CD1E1086DEF9. (...)

51Le sport de haut niveau amateur français vit dans l’ambiguïté la plus totale. Les résultats sont attendus par tous : hommes politiques, dirigeants sportifs, médias, spectateurs, fans des sports, parents, etc. Mais personne ne se préoccupe de savoir de quoi vivent les athlètes et de quoi sera fait leur avenir. Le 18 avril 2007, le Conseil des ministres est revenu sur le projet de loi en date du 22 février 2007, relatif à la retraite des sportifs de haut niveau, en indiquant que « Les sportifs de haut niveau se trouvent souvent placés dans des conditions défavorables en matière d’acquisition de droits à la retraite »14. À ce jour, aucune loi n’a été déposée. L’État faisant finalement peu pour l’avenir des SHN, ne peut-on s’interroger sur les raisons qui conduisent le trésor public à faire preuve d’une extrême mansuétude face aux sommes occultes qui sont versées aux athlètes ?

52Les jeunes pongistes sont probablement moins immatures que prisonniers d’un système qui ne leur donne qu’une faible marge de manœuvre : la réussite sportive comme unique projet professionnel ! S’il semble logique à tout le monde que les SHN doivent s’autonomiser pour devenir performants, à l’inverse, le résultat présente un réel danger. Formés, diplômés, informés, voire insérés professionnellement, ils ne sont plus corvéables et malléables à merci :

L’institution sportive (le club, la fédération), l’entraîneur et dans certains cas la famille acceptent difficilement de laisser leurs prodiges goûter à d’autres passions et plaisirs par peur qu’ils se distraient, voire même se perdent. Dans ce genre de structure “protectrice et maternante”, les sportifs sont détachés de toute responsabilité et parfois de la réalité tout en se créant l’illusion que la notoriété va résoudre leurs problèmes clefs (Chamalidis, 2004 :107).

  • 15  Plusieurs fois champion d’Europe, recordman d’Europe et du Monde des 100 et 200 m, ancien secrétai (...)

53En arrivant à l’INSEP, ou tout simplement en équipe de France, les SHN ne connaissent pas les “règles du jeu”. Ils vont les découvrir petit à petit. Lorsque les athlètes sont mal conseillés, mal entourés ou n’appartiennent pas à une fédération répondant à la logique du “modèle à conciliation”, comme c’est le cas pour l’escrime, peut-être faut-il tout simplement accepter l’idée d’être aussi critique que Bambuck15 en considérant que,

  • 16  C’est nous qui précisons.

C’est [les SHN]16 une classe ouvrière qui a exactement les mêmes problèmes qu’avait la classe ouvrière à la fin du 19e siècle, c'est-à-dire la précarité, la non-reconnaissance des employeurs, le fait que l’on consomme, que l’on cueille, que l’on presse et après que l’on jette (Bambuck, 2004 :140).

54Le Ministère ne peut que constater l’investissement on ne peut plus variable des fédérations en matière de reconversion et de devenir des athlètes. Tout dépend en fait du DTN, de la personne référente et de la politique qu’ils entendent mener ou non en la matière. Pour les personnes en charge du suivi professionnel des SHN au Ministère, l’imbroglio est total et les directives sont appliquées au gré des intérêts particuliers, mais aussi de l’histoire des fédérations, des pratiques et/ou de leurs cadres techniques.

Haut de page

Bibliographie

Authier S., 2003, Enquête des besoins des sportifs de haut niveau de l’Insep, Paris, Rapport interne Insep.

Bambuck R., 2004, “Des réponses et des solutions à réinventer”, in Le crépuscule des dieux : issue maîtrisée ou issue fatale ?, Pessac, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Les Cahiers de l’Université d’été, n° 17, pp. 135-141.

Barett G., 1989, Disaffection from School? The Early Years, London, The Falmer Press.

Becker H.-S., 1985, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, [1963].

1986, “Biographie et mosaïque scientifique”, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, pp. 105-110.

Bertaux D., 1997, Les récits de vie, Paris, Nathan.

Blaya C., 2003, Absentéisme des élèves : Recherches internationales et politiques de prévention, Bordeaux, Observatoire Européen de la Violence Scolaire.

Bodin D., Robène S., Héas S., 2004, Sports et violences en Europe, Strasbourg, Éditions du Conseil de l’Europe.

Bouchetal Pellegri F., Leseur V., Debois N., 2006, Carrière sportive. Projet de vie, Paris, éditions Insep, coll. Entraînement.

Bromberger C., 1995, Le match de football, ethnologie d'une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, Maison des sciences de l'homme.

Chamalidis M., 2004, “Apprivoiser la fin de la carrière sportive”, in Le crépuscule des dieux : issue maîtrisée ou issue fatale ?, Pessac, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Les Cahiers de l’Université d’été, n° 17, pp. 106-110.

Coudert F., 2008, “GFP, ping flop”, Libération, 14/04/2008, version en ligne.

Crozier M., Friedberg E., 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil, coll. Points essais.

Demazière D., Dubar C., 1997, Analyser les entretiens biographiques, Paris, Nathan.

Durkheim E., 1997, Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF, coll. Quadrige, [1895].

Fleuriel S., 2004, “L'impensable reconversion des athlètes de haut niveau, in Le crépuscule des dieux : issue maîtrisée ou issue fatale ?, Pessac, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Les Cahiers de l’Université d’été, n° 17, pp. 159-165.

Galland O., 1997, Sociologie de la jeunesse, Paris, Armand Colin, coll. Sociologie.

Guiot P., Ohl F., 2008, “La reconversion des sportifs une épreuve de petitesse ? ”, Loisir et Société, n° 30-2, pp. 385-416.

Heinich N., 1999, L’épreuve de la grandeur, Paris, La Découverte.

Lévêque M., 2004, “Le sportif désenchanté”, in Le crépuscule des dieux : issue maîtrisée ou issue fatale ?, Pessac, éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, Les Cahiers de l’Université d’été, n° 17, pp. 114-119.

Lévi-Strauss L., 1996, Anthropologie structurale, Paris, Plon, édition Pocket, [1958].

Linton R., 1968, De l’homme, Paris, Les éditions de minuit, [1936].

Morin E., 1977, La méthode. 1. La nature de la nature, Paris, Éditions du Seuil, coll. Points essais.

Négroni C., 2005, “La reconversion professionnelle volontaire : une expérience de conversion de soi”, Carriérologie, vol. 10-2, pp. 331-348.

Parlebas P., 1981, Lexique commenté en sciences de l’action motrice, Paris, INSEP.

Paugam S., 1991, La disqualification sociale, essai sur la nouvelle pauvreté, Paris, PUF, coll. Essai Quadrige.

Suaud C., 1978, La vocation. Conversion et reconversion des prêtres ruraux, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. Le sens commun.

Taylor J., Olgivie B., Lavallée D., 2005, “Carrer Transition Among Elite Athletes: Is There Life After Sports? ”, inWilliams J.-M., (Ed.), Applied Sport Psychology: Personnal Growth to Peak Performance, Colombus, OH-Mc Graw-Hill, pp. 595-615.

Haut de page

Notes

1  Derrière cette terminologie se cache l’idée que l’insertion professionnelle des athlètes de haut niveau ne doit pas être considérée comme une succession d’étapes, mais bien comme un projet liant dans le même temps recherche de performance et préparation de l’après sport.

2  Comité National Olympique et Sportif Français.

3  http://www.jeunesse-sports.gouv.fr/accueil_5/ministre_201/discours_220/intervention-mme-roselyne-bachelot-narquin-devant-comite-nationale-olympique-sportif-francais_1602.html.

4  Constitué de l’ensemble des acteurs et organisations qui concourent à gérer le sport et les SHN : l’État et ses services déconcentrés, l’Institut National du Sport et de l’Éducation Physique (INSEP), en tant que lieu principal de préparation des équipes de France, mais également comme centre de formation et d’hébergement, les fédérations et le CNOSF.

5  En France, les qualifications sont réparties selon des niveaux : le Niveau V ne correspond à aucune qualification, le niveau III à un diplôme de type baccalauréat plus deux années, les niveaux I et II à un master, un diplôme d’ingénieur ou un doctorat. http://www.insee.fr/fr/methodes/ default.­asp?­page=­definitions/niveau-diplome.htm (page consultée le 26/10/2010).

6  Ce groupe est composé de jeunes pongistes détectés par la fédération qui, par contrat, acceptent de se consacrer uniquement au projet sportif.

7  Brevet de Technicien Supérieur.

8  Situé à Vincennes, en banlieue de Paris, l’INSEP regroupe la plupart des équipes de France.

9  M = 22,5 (tennis de table) ; M = 27 (escrime).

10  Entre 4.000 et 6.000 euros nets par mois.

11  C’est nous qui précisons. Chila est actuellement n°1 français.

12  Défini pour la première fois en 1972 lors de la Conférence mondiale sur l'environnement de Stockholm organisée dans le cadre des Nations Unies.

13  La référente socioprofessionnelle du tennis de table.

14  http://www.legifrance.gouv.fr/
affichLoiPreparation.do;jsessionid=B4321C75C1F38755DE24CD1E1086DEF9.tpdjo14v_3
?idDocument=JORFDOLE000017758147&type=general.

15  Plusieurs fois champion d’Europe, recordman d’Europe et du Monde des 100 et 200 m, ancien secrétaire d’État à la jeunesse et aux sports de 1988 à 1991 dans le gouvernement de Michel Rocard.

16  C’est nous qui précisons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Javerlhiac, Dominique Bodin, Luc Robène et Peggy Roussel, « Une expérience singulière », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-2 | 2010, 97-113.

Référence électronique

Sophie Javerlhiac, Dominique Bodin, Luc Robène et Peggy Roussel, « Une expérience singulière », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 09 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/247 ; DOI : 10.4000/rsa.247

Haut de page

Auteurs

Sophie Javerlhiac

Doctorante en sociologie, membre du VIPS (Laboratoire Violences Identités Politiques et Sports), Université Européenne de Bretagne.

Dominique Bodin

Professeur des Universités Directeur du VIPS, Université Européenne de Bretagne.

Luc Robène

Professeur au VIPS, Université Européenne de Bretagne.

Peggy Roussel

Maître de conférences, membre de l’Institut des Sciences du mouvement UMR 6233 CNRS de l’Université de Marseille.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org