Navigation – Plan du site
Lecture critique

Siegfried Kracauer et l’École de Francfort : la sociologie, l’histoire et la mémoire

Yves Laberge
Référence(s) :

Kracauer Siegfried, De Caligari à Hitler. Une histoire du cinéma allemand 1919-1933, Traduction de l’anglais par Claude B. Levenson, Paris, Flammarion (Collection « Champs Contre-Champ »), n° 506, 1987 [1947 pour la première édition américaine, 1973 pour la première traduction en français], 373 p.
  

Kracauer Siegfried, L’histoire des avant-dernières choses, Traduction de l’anglais par Claude Orsoni, Paris, Stock (collection « Un ordre d’idées »), 2006 [1966-1969], 366 p.
  

Kracauer Siegfried, L’ornement de la masse : essais sur la modernité weimarienne, Traduction de l’allemand par Sabine Cornille, Paris, La Découverte (Collection « Théorie critique »), 2008 [1977], 309 p.

Texte intégral

I. Pour une histoire du cinéma allemand

1Journaliste et sociologue, écrivain et théoricien proche de l’école de Francfort, Siegfried Kracauer (1889-1966) reste surtout connu pour son essai célèbre sur le cinéma expressionniste allemand, De Caligari à Hitler : Une histoire du cinéma allemand 1919-1933. Initialement, ce livre audacieux a été publié aux États-Unis par la prestigieuse Princeton University Press en 1947 ; il est resté longtemps la principale référence sur l’histoire des films allemands d’avant le nazisme. Son propos était toutefois controversé : Kracauer y postule d’emblée que les films seraient le «reflet de leur société» et que sans être en soi des documents conformes à la pensée hitlérienne, les films allemands des années 1910 et 1920 contenaient déjà dans leurs thèmes communs et leur esthétique des prédispositions idéologiques et un culte du héros surpuissant dont la suite logique aurait été, inévitablement et presque logiquement, le nazisme. L’un des films les plus emblématiques de cette période était précisément le long métrage de Robert Wiene, Le Cabinet du Dr. Caligari, tourné en 1919, et auquel le titre du livre faisait directement référence. Même plusieurs années après sa sortie, l’ouvrage De Caligari à Hitler était encore décrié par plusieurs experts sur le cinéma, dont le sociologue canadien Ian Jarvie et l’historien de l’art Jean-Michel Palmier, qui référait à ce livre en parlant de «l’illusion rétrospective de Siegfried Kracauer».

2Loin d’être dénué d’intérêt, De Caligari à Hitler était un livre passionnant et très bien écrit, faisant référence à l’identification au cinéma, à la psychanalyse d’inspiration jungienne et au concept d’identité collective. Mais beaucoup de sociologues reprochaient à Kracauer une méthodologie douteuse : les films sont en fait des constructions sociales et des médiations produites par un groupe de personnes et de créateurs, et non par toute la société ; de ce fait, il ne saurait être question de parler d’un simple “reflet” de la réalité ou de “miroir” d’une société pour caractériser les films d’une époque donnée. Par ailleurs, certains historiens de l’art contestaient les critères de sélection mobilisés par Kracauer pour établir son corpus, l’auteur privilégiant seulement les quelques œuvres confirmant sa théorie et délaissant celles qui ne correspondaient pas à ses postulats. Quoi qu’il en soit et en dépit de ses lacunes, De Caligari à Hitler demeure non seulement une référence essentielle en études cinématographiques et l’ouvrage le plus traduit de son auteur ; il aura en outre servi de guide décisif dans la réédition de nombreux films muets allemands ressortis en 16 mm, puis en vidéocassette et en DVD, par exemple dans les magnifiques coffrets de films expressionnistes allemands et des longs métrages de F. W. Murnau produits par la compagnie new-yorkaise KINO, en 2008. Significativement, les films auxquels Kracauer faisait référence dans son livre ont presque tous été réédités et ce, dans plusieurs pays ; en revanche, ceux desquels il ne traitait pas dans son ouvrage classique sont pour la plupart demeurés dans l’oubli, sans doute parce que le fait qu’un titre soit commenté par Kracauer ajoutait considérablement à l’intérêt des chercheurs, étudiants en cinéma et germanistes.

3Comme plusieurs autres, ce livre (dont le sous-titre initial était plus long d’un mot : Une histoire psychologique du cinéma allemand) confirmait l’intérêt de Siegfried Kracauer pour l’étude de la culture de masse, à une époque où cette approche théorique n’existait pratiquement pas. Ses intuitions à ce propos auront pu alimenter la recherche au-delà de l’histoire, dans des domaines aussi variés que la sociologie de la culture et du cinéma, les études urbaines, les études visuelles, et les études culturelles (Cultural Studies). Ainsi, un sociologue comme Theodor Adorno devait beaucoup à Kracauer sur le plan intellectuel. Par ailleurs, Kracauer et son épouse Lili Ehrenreich étaient également très liés avec l’écrivain Walter Benjamin. Ensemble, ils tenteront de fuir le nazisme vers les États-Unis ; mais seuls Kracauer et sa compagne réussiront à gagner le sol américain, tout comme Adorno et Horkheimer.

II. L’Ornement de la masse

4La curiosité de Kracauer pour la culture populaire et les médias se retrouvait déjà dans un recueil antérieur, L’Ornement de la masse : essais sur la modernité weimarienne, dont les textes sont initialement parus dans un quotidien de Francfort (le Frankfurter Zeitung) durant les années 1920 et 1930, mais qui n’avaient jamais été publiés dans notre langue. D’ailleurs, à l’exception de son roman Ginster (Genêt, traduit par Clara Malraux en 1933), les traductions françaises des ouvrages de Siegfried Kracauer auront été tardives et posthumes : ainsi, il aura fallu attendre 26 ans après l’édition américaine initiale pour voir une traduction française du livre De Caligari à Hitler, qui paraît en français chez l’éditeur suisse L’Âge d’Homme en 1973, et qui sera rééditée en format poche chez Flammarion en 1987. En fait, L’Ornement de la masse ne sera publié en français qu’en 2008 et l’ultime ouvrage de Kracauer, L’Histoire des avant-dernières choses, n’est disponible en France que depuis 2006.

5Les essais et critiques rassemblés dans L’Ornement de la masse touchent une variété de sujets parfois inattendus : les rapports entre les cols blancs et la bourgeoisie, la photographie, la danse, la dimension esthétique dans une nouvelle traduction allemande de la Bible, le hall d’entrée des hôtels. Les premiers textes s’apparentent à des descriptions de paysages (sur Aix-en-Provence, le Vieux-Port de Marseille) et confirment l’intérêt de Kracauer pour les études urbaines ; le dernier chapitre décrit d’ailleurs un ancien passage près de l’avenue berlinoise Unter den Linden (p.299). L’article même sur “L’Ornement de la masse” (pp.60-71) débute par quelques postulats assurés auxquels Kracauer accorde un statut presque définitif et indiscutable : «le lieu qu’une époque occupe dans le processus historique se détermine de manière plus pertinente à partir de l’analyse de ses manifestations discrètes de surface, qu’à partir des jugements qu’elle porte sur elle-même» (p.60). Rapidement, en donnant l’exemple des ballets populaires aux figures démultipliées et parfaitement régulières qui caractérisaient plusieurs comédies musicales des années 1920, Kracauer cerne son propos en décrivant ces alignements de danseuses similaires et uniformes, suivant des chorégraphies parfaitement agencées, représentées «comme dans un kaléidoscope» : «Le support des ornements, c’est la masse» (p.61). En guise d’exemple, Kracauer cite les numéros de la troupe des “Tiller Girls” durant les années 1920 en Europe ; mais on pourrait également penser, bien que Kracauer ne les mentionne aucunement, aux premières comédies musicales du cinéaste Busby Berkeley, récemment rééditées en DVD, qui offraient dans plusieurs longs métrages féeriques (Dames ; Gold Diggers of 1933 ; Hollywood Hotel) la même perfection visuelle reproduite à l’infini.

6La force du style de Siegfried Kracauer se retrouve déjà dans ses écrits de jeunesse : efficacité du style journalistique, capacité de susciter la curiosité pour des sujets parfois insolites, et efficacité de l’analyse recourant à plusieurs approches disciplinaires combinées. Quelques pages de L’Ornement de la masse portent sur le sociologue alsacien Georg Simmel, qui fut le correspondant et l’aîné de Kracauer ; ces pages offrent des réflexions éclairantes et stimulantes sur l’utilité du symbole : «Tandis que l’analogie se contente de constater que des processus quelconques se déroulent de la même façon, le symbole, lui, présente l’explication d’un phénomène ; ou mieux : il circonscrit l’impression, l’appréhension que nous avons de lui, reflète sa signification, son contenu dans l’image» (p.206).

7Parmi ceux disponibles dans notre langue, L’Ornement de la masse est l’ouvrage le plus ancien de Kracauer ; il contient déjà l’embryon du style à venir, en dépit de ses imprécisions, de ses errements, de ses approximations. Quelques textes célèbres ou souvent cités y figurent : Le voyage et la danse, Révolte des couches moyennes, Ceux qui attendent, qui décrit subtilement (et non sans humour) la typologie de ce personnage sérieux et lucide, à l’attitude «sceptique par principe» (p.113). La dernière moitié du recueil rassemble quelques essais littéraires (sur Walter Benjamin, sur Kafka) et des articles sur le cinéma de la fin des années 1920. N’oublions toutefois pas que ces textes sur la culture sous l’Allemagne de Weimar ont été publiés par le jeune Kracauer vers 1928, soit une quinzaine d’années avant la rédaction de ce qui allait devenir le livre From Caligari to Hitler ; de ce fait, le style est plus descriptif et intuitif, et ne contient pas encore d’allusion à l’éventuelle dérive idéologique de ces œuvres. L’optique de l’auteur est déjà sociologique, par exemple dans sa critique de certains documentaires et de “films culturels ” ; mais ce n’est pas encore de la sociologie du cinéma (p.275). Par contre, le texte Les petites vendeuses vont au cinéma contient le postulat tant discuté dans le livre De Caligari à Hitler : «Les films sont le miroir de la société existante» (p. 255). Sans être le meilleur ouvrage de son auteur, L’Ornement de la masse annonce déjà un style et un intérêt particulier pour l’étude de la culture populaire ; surtout, il fait preuve d’un souci interdisciplinaire qui allait caractériser les écrits subséquents de Kracauer.

III. L’Histoire des avant-dernières choses

8Ouvrage posthume de Siegfried Kracauer, L’Histoire des avant-dernières choses ressemble à une méditation sociologique sur l’histoire et le temps, qui touche également l’historiographie (p.71). Kracauer la définit de deux manières : « l’histo­rio­graphie diffère de la philosophie […] ; elle est une science empirique bien distincte qui explore et qui interprète une réalité historique donnée exactement de la même façon que les médias photographiques pénètrent et restituent le monde physique qui nous entoure» (p.266). Le titre de cet ouvrage reprend un passage dans lequel Kracauer affirme que le travail de l’historien précède celui du philosophe : «vu les hauteurs de la philosophie, l’historien se consacre aux dernières choses avant les toutes dernières» (p.267).

9La première moitié du livre propose une relecture de plusieurs auteurs comme autant de conceptions de l’histoire : Érasme, l’historien suisse Jacob Burckhardt, Marc Bloch (pp.242-246), Wilhelm Dilthey (p.275), Adorno (p.274), mais aussi le cinéaste soviétique Sergeï Eisenstein (p.84). Souvent, Kracauer procède par analogies et se plaît à articuler les concepts ; ainsi, il convoquera Tite-Live pour examiner comment l’histoire et l’art entretiennent leurs rapports communs, citant plusieurs commentateurs, dont le romancier Robert Graves pour enfin évoquer le roman Moi, Claude, empereur (p.245). En plus de ses digressions audacieuses, les formules fortes abondent tout au long des huit chapitres ; par exemple, Kracauer y affirme que «L’histoire des idées est une histoire des malentendus» (p.59). Par ailleurs, l’auteur fait référence à maintes reprises à son ouvrage précédent, Théorie du film : La rédemption de la réalité matérielle (2010 [1960]), récemment traduit dans notre langue, pour montrer comment les choix esthétiques d’un cinéaste comme D. W. Griffith peuvent être compris comme une forme de discours sur l’histoire dont on peut mesurer le degré d’intelligibilité (p.195). En conséquence, Kracauer s’intéresse également à la manière de raconter, au style, au processus de la narration qu’utilise l’historien : «les aperçus que livre la compréhension tendent à exercer une influence sur la forme de la narration» (p.159). Pour l’historien, la subjectivité est inévitable : «son récit, en un sens, est son interprétation» (p.159). Dans la deuxième moitié du livre, le but ultime de Kracauer sera de formuler «une redéfinition, et une réhabilitation, de certains modes de penser propres aux historiens» (p.286).

10Mais on ne saurait se fier uniquement au titre de cet ouvrage pour le classer trop rapidement du côté des sciences historiques ; ici, Kracauer écrit résolument en sociologue et appréhende ainsi les problèmes historiographiques qu’il aborde ; il définit d’emblée la société qui «n’est pas simplement l’arène où s’affrontent les intérêts multiples […], elle est quelque chose d’indépendant, une entité douée de propriétés spécifiques» (p.78). Plus loin, Kracauer prône une conception de l’histoire qui serait discontinue et fragmentée, pratiquement impossible à restituer chronologiquement : «l’histoire humaine se distingue irrémédiablement de l’histoire de la nature en ce qu’elle se révèle rebelle aux lois historiques longitudinales» (p.99). Or, bien qu’il admette parfois d’autres conceptions plus conventionnelles du temps historique chez des historiens de l’art comme Jacob Burckhardt et George Kubler, Kracauer conçoit néanmoins que le «temps chronologique est une coquille vide» (p.220).

11Totalisant plus de 200 pages souvent passionnantes, le texte de Kracauer ne laisse pas l’impression qu’il soit resté inachevé ; plusieurs idées émergent successivement et sont clairement articulées dans les sept premiers chapitres. Dans le dernier chapitre, possiblement incomplet, on trouve l’esquisse de quelques propositions, parfois rédigées plus schématiquement, mais dont l’intérêt n’est sans doute que plus grand, car le texte invite presque implicitement le lecteur à une discussion ultérieure et à commenter, voire à compléter le propos (pp.264-292). Dans les dernières pages, Kracauer cerne une série de thèmes qu’il n’aura pas le temps d’approfondir, mais qu’il évoque succinctement en quelques paragraphes : «l’univers intellectuel» (p.276), «l’histoire universelle» (p.277), «la coexistence» (p.279), «l’historicité en général» (p.281), «le temps» (p.282). Sur ce dernier point, Kracauer se réfère continuellement à Jacob Burckhardt et insiste sur les aspects épistémologiques et méthodologiques de ses recherches, sur cette «attitude ambiguë de Burckhardt envers la chronologie et sa conception de la période» (p.282). On comprend que cette question aurait pu justifier à elle seule la rédaction du livre : en tant que plaidoyer pour une écriture de l’histoire moins linéaire et plus subjective ; en tant que point de vue différent sur l’histoire, qui n’est pas encore nommé dans l’ouvrage, mais que certains des successeurs de Kracauer pourraient par la suite appeler “la mémoire”, ou “Memory Studies”. La réflexion de Kracauer sur la narration annonce également tout un courant à venir, non pas en narratologie, mais plutôt en “Narrative Studies”. C’est probablement ces intuitions qui rendent cette lecture si actuelle et si utile, particulièrement pour les non-historiens qui voudront se détourner de ce que Kracauer nommait avec un peu de dédain «l’empirisme et le positivisme des Anglo-Saxons» (p.277). Cette attitude intellectuelle de rejet partiel de la culture américaine (ou d’un certain modèle académique plus conventionnel) ne saurait surprendre chez un auteur profondément ancré dans la tradition allemande et à l’époque exilé malgré lui aux États-Unis depuis plus de deux décennies. D’ailleurs, Adorno avait parfois le même réflexe agacé envers certaines institutions américaines. Malheureusement, ce texte si riche et si inspirant s’arrête avant sa fin logique et L’Histoire des avant-dernières choses reste ici sans une conclusion véritable ; l’épilogue de Kracauer ne tient qu’en quelques lignes (p.293). En guise de complément en fin de volume, les notes des éditeurs de cette édition française fournissent une multitude de références, de réflexions utiles sur le contexte, et de citations pertinentes.

IV. Conclusion

12Si Siegfried Kracauer fait l’objet d’une redécouverte en France depuis une quinzaine d’années, il s’agit sans doute du fruit d’une rencontre fertile entre d’une part les intuitions d’un penseur resté en marge de l’École de Francfort et d’autre part une époque, la nôtre, qui s’interroge à la fois sur sa culture de masse et sur les objets du quotidien. Une dizaine de ses livres sont désormais disponibles dans notre langue, alors qu’on ne trouvait que trois titres il y a vingt ans. Riche d’une vaste culture et profondément esthète (en raison de ses études sur l’architecture), Kracauer aimait méditer sur les objets courants, les paysages, les modes, les foules, afin de questionner leur sens et leur symbolique. Beaucoup de ses écrits privilégiaient cette méthode éclectique, où un roman peut illustrer un phénomène historique, et où l’historien ose citer une œuvre de fiction pour traiter d’un fait historique. C’est en bonne partie cette liberté intellectuelle de Kracauer qui ajoute à l’intérêt de ses œuvres pour un lecteur du 21e siècle. Mais pour un observateur non-initié, distant, trop sérieux, ou peu enclin à faire dialoguer les disciplines, l’approche interdisciplinaire de Kracauer pouvait autrefois dérouter ou enlever la crédibilité de certains de ses travaux plus audacieux sur le plan méthodologique. Or, de nos jours, cette conception plus large de la recherche et des sciences de l’homme est souvent accueillie avec enthousiasme et sans préjugés. Et on pourrait presque imaginer que Siegfried Kracauer lui-même aurait peut-être apprécié cette relecture de ses livres par un nouvel auditoire, un peu comme l’un de ces phénomènes historiographiques qu’il abordait volontiers dans son ultime ouvrage. Ce sont précisément les chercheurs œuvrant dans des domaines transdisciplinaires comme les études culturelles, les études urbaines, les études visuelles, les études sur la mémoire qui se réfèrent le plus fréquemment aux travaux de Kracauer, tout comme on redécouvre les écrits de Michel Foucault, Michel de Certeau, et Pierre Bourdieu aux États-Unis et dans le monde anglo-saxon.

Haut de page

Bibliographie

Berkeley B., “The Busby Berkeley Collection” et “The Busby Berkeley Collection Volume 2”, coffrets en DVD, Warner et Turner Entertainment, 2006 et 2008.

“German Expressionism Collection” et “Murnau”, coffrets en DVD, New York, KINO International, 2008 et 2009.

Jarvie I., Movies and Society, New York, Basic Books, 1970.

Kracauer S., De Caligari à Hitler. Une histoire psychologique du cinéma allemand 1919-1933, Lausanne, L’Âge d’Homme, 2009 [1973].

Kracauer S., Genêt (Ginster, roman traduit en français par Clara Malraux), Paris, Gallimard, 1933.

Kracauer S., Théorie du film : La rédemption de la réalité matérielle, Paris, Flammarion, Collection “Bibliothèque des savoirs”, 2010 [1960, édition américaine].

Palmier J.-M., L’Expressionnisme et les arts : Peinture, théâtre, cinéma, Paris, Payot, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Siegfried Kracauer et l’École de Francfort : la sociologie, l’histoire et la mémoire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/255

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph. D., Québec

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org