Navigation – Plan du site
À propos de livres

Blin Thierry, Requiem pour une phénoménologie. Sur Alfred Schütz, Merleau-Ponty et quelques autres

Paris, Le Félin, 2010, 182p.
Nicolas Marquis
p. 142-145

Texte intégral

1Thierry Blin a déjà publié plusieurs ouvrages sur la phénoménologie. Il est également le traducteur de plusieurs textes d’Alfred Schütz, rassemblés dans l’ouvrage Essais sur le monde ordinaire (2007). Cette carte de visite ne peut que contribuer à l’étonnement suscité par le titre de son dernier ouvrage sur le sujet. Pourquoi écrire la Missa pro defunctis de la phénoménologie, alors que les sciences sociales y recourent de plus en plus volontiers ? Ce petit essai aux accents polémiques veut en fait inviter le lecteur à réfléchir aux implications des emprunts que la sociologie se permet de faire à la philosophie du “retour aux choses-mêmes”. Plus précisément, Blin propose d’analyser le bien-fondé du programme de sociologie phénoménologique tel qu’il a été conçu par la cheville ouvrière de ce mouvement intellectuel, A. Schütz. À la lecture de l’ouvrage, on accède à une discussion serrée de l’œuvre du Viennois, qui laisse loin derrière la vignette doxique qui en fait un peu vite «celui qui a traduit Husserl pour les sciences sociales».

2L’auteur part d’un constat que peu contesteront : celui du “retour de l’acteur” en sociologie, phénomène dont la sociologie pragmatique issue des travaux de Boltanski et Thévenot, la sociologie des mouvements sociaux de Touraine et la sociologie de l’expérience de Dubet témoignent, chacune à sa façon, dans le champ francophone. Fuyant le vocabulaire du structuralisme génétique de Bourdieu, ces sociologies ont en commun d’adopter l’idée toute schützéenne que le social n’existe qu’à travers la compréhension qu’en ont les acteurs. À tout le moins, disent-elles, c’est uniquement à partir de l’acteur que le social doit être analysé. À ce stade, on peut se demander si ce constat ne date pas déjà un peu. Voilà en effet quelques années qu’on voit se développer la critique des apories de cette sociologie du sujet qui, dans ses versions les plus radicales, ne jure que par la réflexivité de l’individu et ne connaît comme seul objet valable que le sens que celui-ci donne au monde. Deux manifestations très récentes et très différentes en sont le projet de Boltanski de repenser une sociologie critique (De la critique, 2010) et le passage proposé par Ehrenberg d’une sociologie individualiste à une sociologie de l’individualisme (La société du malaise, 2010).

3Ceci n’ôte rien à la pertinence de la question de Blin : la sociologie compréhensive qui se réclame de Schütz ou de la phénoménologie a-t-elle bien pris la mesure du caractère encombrant de cette paternité ? Saisit-elle les conséquences du projet phénoménologique sur la possibilité même de faire une sociologie ?

4Dans le premier chapitre, Blin commence par démonter le faux procès que le Bourdieu du Sens pratique (1980) fit à Schütz, et qui contribua probablement à tenir celui-ci à l’écart des références classiques de la sociologie durant des années. Bourdieu voyait en Schütz le dangereux promoteur d’une mise sur pied d’égalité des interprétations de sens commun et des constructions scientifiques. Impensable pour celui qui était encore le fervent défenseur de la fameuse rupture épistémologique. Blin montre que cette accusation n’est pas correcte.

5Fidèle à Weber, Schütz envisageait bien une spécificité aux constructions scientifiques, ces interprétations de second ordre qui visent à dépasser la pensée courante par la construction de types. Cependant, il est vrai que pour Schütz, cette différence de niveau n’oblige pas à considérer que les motifs invoqués par les acteurs ne sont que de «dérisoires rationalisations» (p.27). Mais surtout, l’Autrichien postule que la pertinence de ces énoncés scientifiques ne peut que découler de leur enracinement dans le vécu. Ce qu’il faut réfléchir, ce sont les implications de ce “retour aux choses-mêmes”, leitmotiv qui, du fait de son rejet du positivisme et de sa volonté de garder un sujet comme point d’Archimède de l’analyse, s’est attiré de nombreuses sympathies parmi les (alors) “nouvelles sociologies”.

6Pour mener à bien ce projet, Blin propose de revenir sur les emprunts théoriques de Schütz (parmi lesquels Husserl, Bergson, James, Von Mises, etc.), en commençant par un aspect souvent oublié de son parcours intellectuel : ses accointances avec l’École autrichienne d’économie (Von Mises, Bohm-Bawerk, Von Hayek, etc.). Schütz en retiendra une idée fondamentale pour sa sociologie phénoménologique : pour comprendre un système (par exemple économique), c’est au déchiffrement des actions et des motifs individuels qu’il faut s’atteler. Mais qu’on ne se méprenne pas : le projet de cette école et, partant, celui de Schütz, n’est pas de développer une science idiographique faisant la part belle à la contingence historique. Au contraire, leur but est de monter un système conceptuel qui permette de ressaisir les structures fondamentales de l’action humaine (la seule vraie approche scientifique). Il s’agit pour Schütz de mettre sur pied une ontologie praxéologique qui vise, notamment à travers les idéaux-types wébériens, à dégager l’essence des phénomènes d’actions humaines.

7Ce projet est tout à fait en phase avec les enseignements du phénoménologue E. Husserl, dont Schütz s’est bruyamment réclamé. On le sait, le philosophe avait pour projet de construire une science rigoureuse qui pourrait vraiment connaître le réel. Ce projet passait par la recherche de la production d’énoncés vrais par une conscience pure : l’Ego transcendantal, ce canal entre le corps percevant et les choses perçues. Ses travaux donneront naissance à une approche au langage complexe qui analyse le monde à partir de cet Ego transcendantal. On sait aussi que Husserl a buté sur la question de l’intersubjectivité : comment Ego accède-t-il au monde d’autres Ego ?

8De la “traduction” de la phénoménologie pour les sciences sociales par Schütz, on a surtout retenu l’abandon de ce questionnement interminable qui risquait de mener à une conception solipsiste du monde. Schütz fera de l’intersubjectivité un donné, un déjà-là, tout en continuant à vouloir faire une science qui mette au jour les structures de l’action humaine : «L’égologie demeure certes toujours la cheville ouvrière de l’interprétation du monde, mais elle sera dorénavant délestée de l’incommodant transcendantalisme» (p.68).

9Parce qu’il retient de ses maîtres à penser que le monde doit être réfléchi à travers la manière dont les individus le conçoivent, Schütz développe une approche du monde vécu qui ne peut que faire appel à une philosophie de la conscience, et laisser une place très importante à la connaissance (à ce que le sujet connaît du monde pour le rendre familier) au détriment de l’émotion, de la passion : «Dans une doctrine où la sécurité de l’action et du monde est première, la connaissance décide de tout» (p.98). D’où la question de Blin : à trop se centrer sur la connaissance du monde, la sociologie phénoménologique permet-elle de dire quelque chose du monde, où n’aurons-nous «jamais du réel que sa conscience» (p.114) ?

10L’auteur montre ensuite que les philosophes A. Gurwitsch et M. Merleau-Ponty tenteront d’adoucir cette approche par la conscience et la connaissance. Le premier mobilisera la notion de Lebenswelt et le second le vécu et la perception, en utilisant un vocabulaire de l’absorption de l’engagement de l’individu dans son environnement. Pourtant, aucun des deux ne rompra avec le questionnement fondationniste de Schütz, cette recherche de la clé à partir de laquelle on peut parler du réel, qui se résout d’une manière ou d’une autre dans ce que l’individu connaît ou perçoit du monde.

11Les problèmes commencent à se poser à partir du moment où cette phénoménologie développe des prétentions sociologiques. Sa «mise en équation du social selon l’arithmétique du sujet» (p.151) signerait en fait la mort du projet durkheimien, en ce qu’elle organiserait l’impossibilité de réfléchir l’institution, le fait social, comme une réalité sui generis. Pour la qualifier, Blin propose le terme  d’«égologisme méthodologique» (p.153). La conclusion de l’auteur est sans appel : «Aussi bien pourra-t-on conclure que si Schütz est resté en lisière du marché intellectuel sociologique contemporain c’est peut-être bien précisément parce qu’à travers cette apologie inconditionnelle du sujet fondateur du sens de l’autre, il tente d’inaugurer un programme de réduction de la sociologie à une psychologie sociocognitive pour laquelle la compréhension du social n’est autre qu’une restitution des structures logiques, des structures d’essence de la relation d’un sujet (point zéro de l’analyse) avec le monde» (pp.155-156).

12Cette thèse forte invite en fait à un double questionnement : d’une part, une interrogation quant à savoir ce qui est véritablement définitoire d’un projet sociologique (hors de la définition durkheimienne du social comme entité sui generis, point de salut ?) ; d’autre part, un doute quant à la possibilité de rendre ce projet concordant avec l’approche schützéenne.

  • 1  Thévenot L., L'action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, La découverte, 2006.

13Ne peut-on rien dire d’intéressant en sociologie à partir de Schütz ? L’argument de Blin est plus fondamental : la sociologie phénoménologique n’est plus de la sociologie. Il y a de quoi être séduit par la pertinence théorique de cette discussion qui l’est tout autant. Mais on peut aussi se demander si ce n’est pas une de ses limites. Le niveau (théorique) auquel elle se situe oblige à passer sous silence des utilisations (potentielles) de Schütz comme pourvoyeur d’intuitions heuristiquement pertinentes pour le sociologue. On pense par exemple à l’étude des structures de l’être-au-monde ou de l’action qui ne ressortent pas de ce que Thévenot appelle le «régime de l’action en plan»1, mais bien plutôt d’une familiarité avec l’environnement, que les outils classiques de la sociologie peinent à donner à voir.

14Rien n’empêche ensuite que les conditions sociales qui influencent ces manières d’être au monde ou de se mettre en jeu fassent alors l’objet d’une analyse qui reconnaisse une pertinence ontologique au “social”. Ce n’est donc pas le moindre des mérites de l’ouvrage de Blin que de nous pousser à nous demander si un tel projet n’est pas théoriquement incohérent. Mais Schütz lui-même n’avait-il pas pris quelques libertés par rapport aux fondamentaux de la théorie de son maître qui se sont finalement révélées productives ?

Haut de page

Notes

1  Thévenot L., L'action au pluriel. Sociologie des régimes d'engagement, Paris, La découverte, 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Marquis, « Blin Thierry, Requiem pour une phénoménologie. Sur Alfred Schütz, Merleau-Ponty et quelques autres  », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-2 | 2010, 142-145.

Référence électronique

Nicolas Marquis, « Blin Thierry, Requiem pour une phénoménologie. Sur Alfred Schütz, Merleau-Ponty et quelques autres  », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/262

Haut de page

Auteur

Nicolas Marquis

FUSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org