Navigation – Plan du site
À propos de livres

Faure Jean-Michel, Fleuriel Sébastien, Excellences sportives. Économie d’un capital spécifique

Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, Collection Champ Social, 2010, 253p.
Hugo Jskowiak
p. 149-152

Texte intégral

1Qu’est-ce qui permet à un individu, dans une pratique donnée, d’atteindre l’“excellence sportive” ? Voilà la question initialement posée par les deux auteurs ayant dirigé cet ouvrage. L’idéologie du don, souvent mobilisée par la vox populi ne suffit pas, à l’évidence, pour expliquer les performances exceptionnelles fournies par les différents sportifs. Les huit contributions regroupées par les auteurs montrent ainsi clairement que cette réussite passe avant tout par l’acquisition d’un capital spécifique qui ne se limite pas uniquement au capital corporel. Ainsi, à partir de huit monographies réalisées dans des pratiques différentes (voile, cyclisme, gymnastique, athlétisme, football, équitation, rugby, ski) et reposant sur des matériaux construits empiriquement (entretiens, questionnaires, observation directe, mais également le dépouillement d’archives), l’étude de l’acquisition et du fonctionnement de ce “capital spécifique” nécessaire pour la réussite au plus haut niveau permet à la fois de faire sauter les lectures essentialistes de l’accès au haut niveau, tout en remettant en cause la vision d’un sport basculant d’un pur amateurisme (pour ne pas dire un amateurisme pur) à un professionnalisme dévoré par les affres de l’économie.

2La première partie (p.19-60), qui rassemble les contributions de Marc Pelletier et de Nicolas Lefèvre s’intitule “Le capital sportif à l’état incorporé”. Le texte proposé par le premier contributeur (“La construction sociale des collectifs navigants”, pp.19-43) montre qu’il n’existe pas de correspondance directe entre un statut social et une pratique sportive, mais qu’il faut plutôt considérer qu’il existe une variété de formes de pratiques, de manières de naviguer, de rôles et de statuts sur le bateau qui, eux, semblent socialement inscrits. Ainsi, les individus les mieux dotés en capital culturel choisiraient davantage la voile monotype et navigueraient de manière plus ronde, en composant avec les éléments, alors que les individus plutôt pourvus en capital économique auraient davantage tendance à s’orienter dans des embarcations de type non-monotype, en ayant recours à une navigation plus en force. Il s’agit là d’une première barrière sociale dans l’accès à la pratique de la voile. Mais il en existe une seconde. Davantage temporelle et corporelle. L’intégration des comportements attendus sur une embarcation, même si elle semble en partie conditionnée par les origines sociales des pratiquants, nécessite un apprentissage long et rigoureux. Il faut en effet du temps pour incorporer la maîtrise du bateau et la précocité constitue un élément important du capital spécifique pour être recruté et s’intégrer dans le collectif navigant. Si l’on aurait aimé que l’auteur passe plus de temps sur cette imprégnation des gestes dans les corps, ce texte présente le mérite de faire sauter un mythe : celui du navigateur nécessairement socialement favorisé.

3La contribution de Nicolas Lefèvre (“Formation et mode de domination des nouveaux entrants sur le marché du travail cycliste”, pp.45-60) brise également un mythe : celui du cycliste qui devrait avaler des kilomètres pour réussir. La réussite en cyclisme est bien plus complexe. Il existe un capital spécifique (technique, tactique et relationnel) à acquérir dans des conditions particulières (notamment le déni de la violence symbolique faite par les plus anciens aux plus jeunes comme condition nécessaire à l’apprentissage), ainsi qu’un ensemble de forces économiques et sociales qui vont conditionner l’investissement de ce capital et son rendement.

4La seconde partie, “Luttes de transformation et rapports de dépendance” (pp.63-140) démontre qu’en plus de la nature de la pratique sportive considérée, le capital spécifique à acquérir dépend également de l’état de développement de cette même pratique à une période donnée. L’étude des variations spatiales et temporelles des pratiques permet de cerner les modalités d’acquisition et de valorisation d’un capital spécifique qui n’est pas unique. Bruno Papin (“La professionnalisation des gymnastes de haut niveau. Voie nationale et chemins de traverse”, pp.63-88) s’attache à analyser les évolutions du capital attendu en fonction des transformations de la pratique gymnique. Les formes des épreuves et les conditions de la compétition seraient ainsi fonction du degré de pénétration du facteur économique dans la gymnastique. L’amateurisme d’antan serait alors concurrencé par un nouveau modèle issu de la sportivisation et de la logique de marché qui induirait davantage d’échanges financiers, des transferts de gymnastes entre clubs, mais également des acrobaties de plus en plus poussées. Dans tous les cas, cette bascule ne semble pas avoir changé la valeur du capital sportif des gymnastes, ni même leur autonomie.

5Manuel Schotté (“ ‘La glorieuse incertitude’. Genèse et structure du marché du travail athlétique”, pp.89-112) analyse également les mutations d’un champ sportif, celui des courses sur route. Il arrive au même constat que Bruno Papin, à savoir que les sportifs sont toujours dans une position de dépendance : celle du marché remplace celle de la fédération. Si l’acquisition, l’expression, ainsi que le mode de valorisation du capital sportif ont changé, cette professionnalisation n’a pas fait évoluer l’état de servitude du coureur : les athlètes sont toujours soumis au risque des aléas corporels. Mais cela a au moins le mérite de montrer que ce qui fait la réussite dans cette pratique est plutôt à mettre en liaison avec l’état du marché athlétique, les risques inhérents à ce marché et donc les caractéristiques sociales des individus qui acceptent de prendre ces risques, plutôt qu’avec les propriétés génétiques et naturelles de certaines populations.

6Claude Boli (“L’entraîneur dans le football professionnel en Angleterre 1902-2004. Les transformations d’un poste et d’une position”, pp.113-140) démontre qu’en plus de cette variation temporelle évoquée par Bruno Papin et Manuel Schotté, il existe également une variation géographique. Ainsi, en tissant un pont entre deux mondes qui peuvent nous sembler séparés, l’économique et le technique, le club anglais de “Manchester United” dépasse cette vision stéréotypée et bipolaire qui oppose souvent en France le tout amateur passionné et le libéralisme débridé qui pervertirait les valeurs du sport. L’ancrage populaire du club a permis aux coachs, tous d’anciens joueurs, de disposer d’une très large autonomie sur le plan du jeu, même si celui-ci est à la fois alimenté et contrôlé par la puissance financière.

7Le troisième et dernier temps de l’ouvrage (“Conversion et reconversion du capital sportif”, pp.143-249) poursuit dans cette veine avec le texte de Vérène Chevalier et Fanny Le Mancq (“Bénévoles, amateurs et travailleurs. Le monde des activités équestres”, pp.143-179) qui montre que l’équitation ne se réduit pas uniquement au capital sportif. La structuration de la discipline équestre s’organise, certes, autour de la production de performances, mais également autour de la valorisation, de la vente des chevaux et de la commercialisation des pratiques. Les frontières étant floues entre ces différentes carrières, aussi bien sur un plan diachronique pour une même personne (plusieurs positions peuvent être occupées dans le temps) que sur un plan synchronique (deux individus aux statuts différents peuvent par exemple concourir ensemble dans une même compétition), l’enseignement et la formation des chevaux sont alors utilisés par les travailleurs équestres pour se différencier des amateurs virtuoses. Si le capital sportif est important au début de la carrière (il constitue un droit d’entrée), il doit rapidement se convertir en capital de notoriété pour assurer une valeur économique et marchande. Cette transformation est conditionnée à la possession d’autres ressources ainsi qu’à leur volume (notamment l’investissement bénévole et la carrière de dirigeant). Pour autant, cet investissement “secondaire” chronophage freine d’autant la constitution d’un capital sportif élevé. Cette situation est paradoxale, comme pour les gymnastes qui jonglent entre la rigueur des figures et les galas, ou comme pour les athlètes tiraillées entre préservation du corps et nécessité de courir pour vivre. Cela met en lumière la fausse autonomie du champ sportif et révèle la nécessité de posséder un volume et une variété d’autres capitaux pour assurer une conversion ou une reconversion.

8Sébastien Fleuriel et Joris Vincent (“ ‘L’affaire Cécillon’. Un grain de sable dans la mécanique sociale du monde rugbystique français”, pp.181-200) montrent d’ailleurs comment l’ancrage rural de Marc Cécillon, son origine modeste ainsi que sa formation initiale de pâtissier ne lui ont pas permis de faire fructifier son capital sportif : «Le capital sportif n’a jamais placé ses détenteurs en situation d’apesanteur sociale, pas plus qu’il ne neutralise les effets des origines sociales sur ses possibilités de rendement» (p.16). Ceci questionne directement les valeurs d’intégration prônées par les dirigeants du rugby. Pour ces derniers, c’est la professionnalisation du rugby qui aurait remis en cause la toute-puissance dirigeante et ainsi poussé M. Cécillon au meurtre. Mais là encore, les auteurs tentent de sortir de cette vision dichotomique qui oppose perversion du marché et toute-puissance de l’amateurisme en resituant les trajectoires sociales plus globales et en positionnant l’analyse par rapport au droit du travail. Le dernier article de Jean-Michel Faure (“Les skieurs de l’équipe de France 1968-1988. Reconversions et destins sociaux”, pp.201-249) est éclairant en ce qui concerne cette difficile, voire impossible reconversion du capital sportif. Par un détour historique, il montre comment la fédération française de ski s’est structurée pour refuser aux skieurs le droit de traiter directement avec leurs équipementiers, notamment au niveau financier. Les skieurs ne peuvent dès lors plus, directement, convertir un capital sportif en un capital économique. En fin de carrière, le retour à la vie réelle se fait donc très difficilement, d’autant plus que le capital scolaire est généralement faible à cause du temps passé sur les skis. La seule possibilité reste bien souvent un capital symbolique de notoriété qui permet de travailler en station ou en école de ski, itinéraire “logique” puisqu’en lien avec la passion initiale, mais qui reste tout de même synonyme de désenchantement du monde.

9L’un des principaux atouts de cet ouvrage est de renseigner les processus, les trajectoires, les carrières qui autorisent l’accès au haut niveau. Il apporte des informations sur les destins sportifs, qu’ils soient individuels, collectifs, ou relatifs à la structuration d’une pratique dans le temps. Bref, nous comprenons mieux comment se construisent les professionnels dans différentes activités physiques et sportives. Cette manière de procéder permet d’éviter à la fois les “analyses” essentialistes de la réussite sportive, tout comme les lectures binaires qui opposent généralement vertus de l’amateurisme et dangers du monde professionnel. L’emploi des termes “carrière” ou “profession” ne se fait pas ici au sens sociologique du terme. Nous sommes en effet très loin d’un ancrage dans la théorie interactionniste des professions que développe notamment E. Hughes.

10Si l’ouvrage permet d’alimenter la connaissance relative aux concepts de passion, de vocation, de disposition, nous pouvons tout de même regretter l’existence d’une certaine forme de déterminisme pour retracer l’accès à l’élite d’une discipline donnée. Bien sûr, certains papiers dénotent quelque peu en apportant un éclairage socio-historique ou qualitatif, mais on aurait apprécié être davantage au plus près des acteurs, des épreuves sportives et humaines qu’ils doivent traverser quotidiennement. Ceci aurait sans doute donné plus d’intensité et de relief à l’analyse. L’éparpillement dans les pratiques étudiées renforce ce constat. En faisant le pari d’une incursion dans une dizaine de pratiques, J. M. Faure et S. Fleuriel mettent en exergue la variété des modes de valorisation du capital spécifique. Mais l’analyse gagne en diversité ce qu’elle perd en profondeur. Le choix de thématiser l’ouvrage sur une ou deux pratiques en particulier aurait pu permettre de confronter et/ou de faire converger les penchants théoriques, les méthodologies de recherche utilisées ainsi que les focales d’analyse, pour renseigner au plus près les processus d’éclosion au plus haut niveau. Excellences sportives. Économie d’un capital spécifique demeure tout de même un ouvrage très intéressant qui apporte des éléments de compréhension et d’explication à ceux qui voudraient mieux connaître la structuration et l’accès à l’espace du sport de haute compétition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugo Jskowiak, « Faure Jean-Michel, Fleuriel Sébastien, Excellences sportives. Économie d’un capital spécifique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-2 | 2010, 149-152.

Référence électronique

Hugo Jskowiak, « Faure Jean-Michel, Fleuriel Sébastien, Excellences sportives. Économie d’un capital spécifique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://rsa.revues.org/266

Haut de page

Auteur

Hugo Jskowiak

Université d’Artois, SHERPAS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org