Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles, Peralva Angelina, (Dir.), Altérité, dynamiques sociales et démocratie

Paris, LGDJ-Lextenso, 2010, 223p.
Philippe Guillot
p. 152-154

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif écrit par des spécialistes issus de différentes disciplines aborde la question du “vivre ensemble” dans une double perspective : ses conditions institutionnelles (perspective juridico-politique) et ce qu’il est réellement (perspective historico-sociologique). La démocratie y «est à la fois un récit sur le vivre ensemble et un processus social qui, en permanence, remet en cause ce récit» (p.9). La complexité qui en résulte transparaît dans le contenu des deux grandes parties, la première analytique et historique, la seconde exposant des études de cas.

2Les six chapitres de la première partie, à l’intitulé explicite (“Entre héritages et changement”), cherchent à apporter un éclairage à la fois sur les difficultés à obtenir et à maintenir la cohésion sociale, les inégalités qui persistent et même s’accroissent actuellement, la revendication également croissante d’un droit à la différence, et les rapports souvent douloureux entre la tradition et la modernité. Tout d’abord, Bernard Jolibert se demande si la fraternité et la solidarité peuvent fédérer une société de plus en plus éclatée. La première de ces deux formes de cohésion sociale qu’on a trop tendance à confondre trouve son origine dans la famille et suppose un lien affectif entre les individus, alors que la seconde a des origines plutôt économiques : «Le lien solidaire est avant tout utilitaire et réfléchi» (p.28.). Dès lors, l’auteur démontre qu’«à invoquer la fraternité sans en référer à l’universel qui en justifie la pratique démocratique, on risque d’obtenir […] encore plus de morcellement social et de pratique identitaire» (p.32). De même, en ramenant la solidarité à la défense des intérêts corporatistes, on risque d’aboutir à encore plus d’isolement et d’exclusion. Gilles Ferréol poursuit la défense de l’universalisme en démontrant que, de simple prise en compte de la diversité, le relativisme culturel finit par déboucher sur une sorte de nihilisme : non seulement toutes les cultures se vaudraient, «mais nous serions incapables de les connaître et de les comprendre» (p.35) avec le risque d’aller jusqu’à «contextualiser les génocides» au nom du droit à la différence. Les politiques de discrimination positive, qui ont, certes, des aspects bénéfiques, risquent de coûter cher, en définitive, aux sociétés qui les mettent en œuvre en contribuant à rendre le fossé entre communautés quasi infranchissable.

3Dans le chapitre suivant, particulièrement dense, sorte de défense et illustration de la laïcité, Jacqueline Costa-Lascoux aborde les problèmes liés à l’intégration des immigrés qu’il faut bien distinguer de la simple insertion, d’une part, et de l’assimilation, de l’autre. Elle y montre que, peu à peu, la «logique de l’accueil se transforme en une logique du soupçon», ce qui entraîne une «inflation législative» liée au besoin ressenti par les autorités de montrer à l’opinion publique qu’elles ne restent pas inactives, sans réelle efficacité, même au prix de fâcheux effets pervers. La perspective d’une intégration réussie nécessite à l’évidence, démontre l’auteur, de s’appuyer sur un véritable contrat social.

4Avec Mathieu Rigouste, sont examinées les représentations de l’ordre et de l’altérité dans les doctrines militaires françaises, lesquelles s’appuient sur les métaphores du corps infecté et malade, donc de la double nécessité du médecin et du développement de l’immunité du corps social pour justifier l’intervention de l’armée. Autre perspective : celle des relations hommes-femmes que traite Christine Castelain-Meunier, illustrées en particulier par la parentalité, la «paternité relationnelle» prenant peu à peu le pas sur la «paternité institutionnelle» (p.83). Au fond, conclut-elle, dans ce domaine, «le mouvement des femmes est à l’origine du passage d’une monoculture féminine à une polyculture masculine et féminine» (p.89). De son côté, à la lumière de l’histoire récente de sociétés en mutation qui se mondialisent et qui se fragmentent avec la montée des identités culturelles, Angelina Peralva, examine la difficulté qu’ont les institutions à nous permettre de vivre ensemble en harmonie tant les phénomènes concernant les identités sont hétérogènes et parfois contradictoires.

5La deuxième partie de l’ouvrage «met en évidence la complexité du débat démocratique contemporain et son incidence sur le droit et les institutions» (p.107) selon deux axes. Le premier est l’émergence, depuis quelques années, dans le débat public, de minorités qui revendiquent ouvertement leur identité culturelle. Est convoquée, à titre d’illustration, la situation des départements d’outre-mer. Il est d’abord question, avec Stéphanie Mulot, des «dilemmes identitaires des Antillais d’aujourd’hui» (p.109), écartelés entre, d’une part, leur volonté de réhabiliter leurs racines et de faire disparaître l’exploitation de la majorité d’origine africaine par la minorité blanche descendant des colons et, d’autre part, celle de construire une société vivable malgré ce lourd héritage colonial.

  • 1  Ce que nous pouvons traduire par «Quelques soient nos origines, nous ne faisons qu’un».

6Ensuite, Live Yu-Sion présente le cas de la société réunionnaise, dont le caractère multiculturel et le métissage sont aujourd’hui bien connus, mais où les relations sociales restent néanmoins fortement ethnicisées. Là aussi, l’identité créole du XXIe siècle doit se fonder, pense l’auteur, sur le «dépassement de la quête des “racines” ancestrales pour s’acheminer vers une société post-raciale et post-ethnique» (p.138), ce que l’un des hérauts de la culture créole, le chanteur Danyèl Waro, exprime à sa façon : «Nou tout ensamb, nou lé mayé ek nou minm1». Cette société réunionnaise, comme tant d’autres, trouve ses origines dans la colonisation et l’esclavage qui servent de base de réflexion à Françoise Vergès pour montrer combien les rapports peuvent être problématiques entre l’historien et le politique (voir à ce sujet les débats qui ont suivi, en France, la loi Taubira).

7Le deuxième axe concerne la difficulté d’adaptation de nos institutions républicaines illustrée ici par quelques exemples. Il y a tout d’abord celui du Mexique. Désormais officiellement multiculturaliste, l’État est supposé y respecter les spécificités juridiques des nombreuses communautés, nous indique Rebecca Igreja, ce qui se révèle particulièrement complexe, notamment dans la capitale, mais en outre générateur de maints problèmes supplémentaires. Plus généralement, les nombreuses migrations contemporaines dont il est question dans les deux dernières contributions, en se déployant dans «des espaces qu’elles contribuent à rendre interdépendants», des espaces que Mehdi Alioua qualifie de «transnationaux» (p.181), alimentent une sorte de «citoyenneté transfrontalière» (p.108) complexifiant un peu plus les rapports entre les cultures et leur prise en compte dans le fonctionnement démocratique de nos sociétés.

8On l’aura compris, si cet ouvrage est écrit pour l’essentiel par des non-juristes à destination de juristes, il doit, à l’heure où, au cœur même de l’Europe, des communautés linguistiques se déchirent, intéresser un bien plus vaste public.

Haut de page

Notes

1  Ce que nous pouvons traduire par «Quelques soient nos origines, nous ne faisons qu’un».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Guillot, « Ferréol Gilles, Peralva Angelina, (Dir.), Altérité, dynamiques sociales et démocratie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 41-2 | 2010, 152-154.

Référence électronique

Philippe Guillot, « Ferréol Gilles, Peralva Angelina, (Dir.), Altérité, dynamiques sociales et démocratie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 41-2 | 2010, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/268

Haut de page

Auteur

Philippe Guillot

Université de la Réunion (IUFM)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org