Navigation – Plan du site

Trois clés pour la socio-anthropologie du jeu

Jean-Pierre Delchambre
p. 1-14

Texte intégral

  • 1  Ce séminaire se tient aux FUSL environ une fois par mois. L’équipe qui s’occupe de ce séminaire éd (...)

1Les articles publiés dans ce dossier se rattachent d’une manière ou d’une autre à un cadre d’analyse, celui de la socio-anthropologie du jeu et des espaces potentiels, développé depuis quelques années par un groupe de chercheurs issus de plusieurs universités belges francophones (principalement les FUSL, l’UCL et l’ULB) et qui confrontent leurs vues dans le cadre du séminaire “Jeu et symbolique”1 ou à l’occasion d’activités scientifiques visant à élaborer, à questionner et à mettre à l’épreuve cette problématique de recherche. Précisons, afin de prévenir de fausses attentes, que nous n’avons pas la prétention d’introduire la socio-anthropologie du jeu comme une nouvelle théorie à portée générale ou à visée synthétique, ni comme un “nouveau paradigme” ou encore comme the next big thing dans le champ des sciences sociales. Plus modestement, nous nous efforçons de mettre sur pied un modèle d’analyse qui réponde à des préoccupations particulières (voir ci-dessous), et qui permette d’explorer et d’expérimenter des pistes un tant soit peu originales et fécondes, en ayant le souci de contribuer au renouvellement de la compréhension de certains enjeux et problèmes actuels, notamment ceux qui semblent opposer une certaine résistance aux grilles de lecture établies (on pense au cortège des “plaintes”, “peurs”, “malaises”, “souffrances”, ainsi couramment dénommés faute de mieux, qui ont fait l’objet d’une littérature abondante au cours des dernières années).

2Bien que l’expression ait été souvent utilisée et galvaudée, nous aimons présenter notre cadre d’analyse comme une “boîte à outils”, ce qui rend assez bien compte de son caractère composite et agrégatif, mais aussi du mode opératoire quasi artisanal (du moins si l’on se place du point de vue des logiques actuelles de la recherche) qui préside à son élaboration. La socio-anthropologie du jeu et des espaces potentiels (qui peut être désignée par l’acronyme SAJ) est conçue comme une matrice de questionnements, qui se structure autour d’un ensemble de présupposés et d’hypothèses constituant son noyau dur et sa “personnalité” ; elle intègre également un certain nombre d’apports extérieurs, lesquels sont réinterprétés et agencés, de façon méthodique et rigoureuse, dans l’optique de notre problématique ; elle se prête enfin à des applications et à des réappropriations de la part de chercheurs poursuivant leurs propres intérêts de recherche, sans que cela implique qu’ils partagent l’ensemble de nos partis pris et choix conceptuels. C’est précisément dans cet esprit qu’a été conçu le présent dossier ; le lecteur pourra d’ailleurs se rendre compte que les articles rassemblés dans cette livraison ont des statuts différents par rapport au cadre d’analyse de la socio-anthropologie du jeu : certains tentent de ressaisir, en les présentant et en les discutant, des éléments saillants de la problématique, d’autres portent sur une sélection de ressources particulières qui sont mobilisées et testées dans le cadre de travaux empiriques, un autre encore se réfère à des questionnements et à des hypothèses de la SAJ dans le but de frayer de nouvelles pistes de recherche. Bref, toutes ces contributions n’assument pas au même degré le cadre d’analyse de la SAJ, pas plus qu’elles ne contribuent de la même façon à sa construction théorique et à sa mise à l’épreuve empirique. Toutes néanmoins s’en inspirent, selon diverses modalités.

  • 2  Quelques articles en ont été tirés, dont l’un restitue au mieux selon nous l’esprit et la probléma (...)

3Avant de présenter sommairement les contributions de ce dossier, nous proposons de fournir quelques clés permettant d’entrer dans notre problématique de recherche. Au préalable, il convient de dire quelques mots à propos de la genèse de notre cadre d’analyse. Rétrospectivement, on peut affirmer que la socio-anthropologie du jeu, au sens où nous l’entendons aujourd’hui, trouve son origine dans deux thèses de doctorat réalisées dans la deuxième moitié des années 1990 : celle d’Emmanuel Belin, défendue en décembre 1997 et publiée en 2002 sous le titre Une sociologie des espaces potentiels. Logique dispositive et expérience ordinaire, et celle de l’auteur de ces lignes, intitulée Le jeu libre et le jeu empêché. Libéralisation des relations et nouvelles formes de domination (thèse défendue en mars 1999, non publiée2).

  • 3  Pour un commentaire, voir Delchambre J.-P., 2008.
  • 4  Sous l’effet notamment d’une tendance à l’extension des logiques concurrentielles et adaptatives d (...)
  • 5  Il s’agissait du séminaire de théorisation du DEA interuniversitaire en sociologie et anthropologi (...)
  • 6  Bien qu’elles aient été alimentées par des échanges intellectuels entre les deux auteurs, ces deux (...)

4Sans qu’il soit possible de revenir ici sur l’intérêt et les limites respectives de ces travaux3, on se bornera à relever que la catégorie du jeu y occupait une position centrale, bien que ne faisant pas l’objet d’un traitement identique dans un cas et dans l’autre : là où Belin, s’inspirant notamment du psychanalyste D. W. Winnicott, proposait une réflexion sur l’expérience ordinaire et la confiance de base en tant qu’elles auraient été soutenues par des dispositifs, y compris à travers des médiations de type technologique, nous tournions pour notre part davantage autour de la place et du statut du jeu dans les configurations sociales actuelles, en ayant le souci d’élucider le paradoxe suivant lequel le jeu aurait été promu, au niveau des ressources culturelles et de certaines conduites de vie, mais sous des formes que l’on peut qualifier d’appauvries ou de dégradées4, induisant par hypothèse des difficultés spécifiques à “se prendre au jeu”, ce que nous analysions à travers les notions d’ “empêchement” ou de “crise du jeu”. Après une interruption (qui, fatalement, ne fut pas sans rapport avec la disparition brutale d’Emmanuel Belin en janvier 1998), la problématique de la socio-anthropologie du jeu a pu rebondir à partir de 2004, en particulier dans le cadre d’un séminaire de DEA dont nous avions la charge5 et qui allait devenir un lieu d’intense refonte de ce cadre d’analyse avec le concours de jeunes chercheurs, dont plusieurs signent des articles dans ce numéro. Ce séminaire a donc inauguré une nouvelle séquence, caractérisée tout d’abord par une tentative visant à articuler plus étroitement les deux thèses-sources6. Assez rapidement, il est apparu que nous ne pouvions pas nous en tenir à ces impulsions premières et que la dynamique collective de recherche incitait à élargir et à diversifier notre champ d’investigation. L’ouverture à d’autres sources (notamment les auteurs de la tradition dite pragmatique) a parfois conduit à des infléchissements et à des reformulations (y compris par rapport aux suggestions fortes de Belin) dont les résultats présentés ici portent témoignage.

  • 7  On aura compris que notre entrée par le jeu ne nous “condamne” pas à une spécialisation dans le “m (...)

5Avancer sous la bannière du jeu est une démarche commode, puisque cette notion est couramment associée à une série d’images ou de scènes suggestives, mais elle peut aussi s’avérer piégeante ou trompeuse dans la mesure où ces représentations sont propices à des malentendus. Dès lors, on attend que nous précisions en quel sens nous parlons du jeu, et comment nous utilisons cette catégorie à l’appui d’une socio-anthropologie qui n’entend pas aborder les choses par le petit bout de la lorgnette, ni se tenir à l’écart d’une série d’enjeux sensibles du moment7. Nous donnerons trois clés d’accès à notre problématique. Premièrement, la socio-anthropologie du jeu telle que nous la concevons ne porte pas tant sur les jeux concrets, ou sur des pratiques ludiques spécifiques, que sur la dimension générique du jeu, à laquelle nous pouvons accéder lorsque nous nous “mettons en jeu”, quel que soit d’ailleurs le type d’expérience ou de situation dans lequel nous sommes impliqués ou “pris”.

  • 8  Et qui est à distinguer de l’illusion en tant que paradigme de l’erreur, de la superstition, de l’ (...)

6Autrement dit, la SAJ s’intéresse de façon privilégiée à “ce qui se passe” lorsque nous nous mettons en jeu et que nous sommes pris par le jeu. Par là, elle se distingue de la plupart des approches du jeu dans le domaine des sciences sociales, lesquelles se trouvent être des études spécialisées des “jeux” en tant qu’activités ou dispositifs particuliers, enserrés dans des espaces-temps prévus à cet effet (les jeux d’enfants, les loisirs et divertissements des adultes, certaines pratiques culturelles, les spectacles et les sports, etc.). Bien sûr, la SAJ ne néglige pas les jeux conventionnels, ou les jeux perçus comme tels par le sens commun ; ceux-ci sont des analyseurs tout indiqués de cette dimension de la mise en jeu que nous appelons également l’illusio (terme latin qui désigne l’en-jeu8). Toutefois, c’est bien cette dernière dimension qui retient au premier chef notre attention.

  • 9  À savoir une action de type “ludique”, qui correspondrait peu ou prou à une forme de rationalité e (...)

7En outre, nous présupposons que cette dimension n’est pas attachée exclusivement aux pratiques ou dispositifs ludiques particuliers, qu’elle les déborde largement, et qu’en fait elle peut être activée potentiellement dans n’importe quel type d’activité ou d’état. Certes, il ne fait aucun doute que toutes les formes de l’agir (ou les manières de se tenir) ne sont pas aussi propices à la mise en jeu, de même que les caractéristiques ou les exigences de certaines situations peuvent contrecarrer l’accès au jeu ou à la créativité (au sens de Winnicott, Dewey, Joas, etc.). Pour autant, il ne s’ensuit pas que nous devions réserver cette dernière aux seules activités qualifiées a priori de ludiques ou d’esthétiques. Au contraire, nous considérons que la dimension générique du jeu, et qui plus est du “jeu créatif”, peut être suscitée ou potentialisée à partir de n’importe quelle activité et/ou situation (en ce compris des états de passivité). En d’autres termes, le jeu tel que nous l’entendons, loin d’être assimilable à un type particulier d’action9, doit être regardé comme une dimension ou une modalité de l’expérience que l’on peut qualifier de transversale ou diffuse par rapport aux multiples spécifications et actualisations de nos formes de vie.

  • 10  Voir par exemple l’approche de la créativité par H. Joas, ou l’étude de l’expérience esthétique se (...)
  • 11  Étant entendu que ces réalisations ne peuvent se limiter, de notre point de vue, au modèle de l’ “ (...)
  • 12  Ou de la configuration de relations, ou du système d’action, etc.

8La dimension générique du jeu correspond assez étroitement à ce que certains auteurs pragmatistes rangent sous la catégorie “expérience”, étant entendu que cette notion ne doit pas être comprise dans un sens étroitement subjectiviste, mais bien plutôt dans un sens dynamique et processuel, reposant sur une mise en relation entre un individu (voire un organisme) et un environnement10. La pensée pragmatique (du moins à travers les auteurs évoqués) s’intéresse aux conditions qui permettent de “faire” une expérience (ce qui, insistons-y, n’exclut pas des formes de passivité), plutôt que de subir des logiques ou des instructions sur un mode adaptatif ou fonctionnel. Par ailleurs, et par hypothèse, la socio-anthropologie du jeu entend également saisir “ce qui se passe” lorsque nous nous prenons au jeu, à travers notamment des interrogations comme celles-ci : à quelles sortes de réalisations ou d’accomplissements la dimension du jeu (ou de la mise en jeu) nous donne-t-elle accès11 ? qu’est-ce que cela suppose du côté des dispositions du sujet (ou de l’agent), et du côté de l’aménagement de l’environnement12 ? se peut-il qu’il ne soit pas suffisant, dans certaines circonstances, de se mettre en jeu pour accéder aux réalisations promises par le jeu, soit pour des raisons internes au sujet, soit pour des raisons externes, soit encore (et c’est cette possibilité qui nous paraît la plus instructive) en raison d’une connexion défavorable entre l’individu et son environnement ? etc.

  • 13  Voir par exemple l’étude des «institutions du sens» (Descombes V., 1995, 1996), ou les approches q (...)
  • 14  Nous avons rappelé ailleurs (Delchambre J.-P., 2008) que la concrétude pouvait être conçue autreme (...)

9La deuxième clé dont il est bon de se munir pour entrer dans notre problématique se rapporte à l’usage que nous faisons, à la suite de Belin (et de quelques autres auteurs), du concept d’espace potentiel. Introduit par le psychanalyste anglais D. W. Winnicott, ce concept fait l’objet, dans le cadre de nos travaux, d’une transposition et d’une réappropriation d’un point de vue qui se veut résolument socio-anthropologique. Bien sûr, cette opération soulève une série d’interrogations, qu’il ne sera pas possible d’aborder ici. Celles-ci ont trait notamment aux conditions épistémologiques et méthodologiques de l’importation de ce concept dans le champ des sciences sociales. Mais d’autres difficultés sont par ailleurs liées à la méfiance de certains chercheurs, a priori décontenancés par le caractère peu familier de ce concept. Il est vrai que, si l’on postule l’existence d’espaces potentiels, il n’est toutefois pas évident d’en donner une définition précise et aisément opérationnalisable. Cette notion fait partie des réalités qui, sans être immédiatement tangibles et quantifiables (on ne peut mettre la main sur un espace potentiel, et il paraît difficile de le mesurer directement), sont néanmoins dotées d’un statut d’existence et peuvent faire l’objet de descriptions et d’analyses, à l’instar par exemple des réalités dites culturelles, psychiques, symboliques, voire institutionnelles13, etc. En d’autres termes, le concept d’espace potentiel peut sans doute être rangé dans la catégorie des concepts heuristiques, c’est-à-dire des concepts qui, bien que ne pouvant pas prétendre désigner ou identifier au sens strict une réalité empirique “donnée” (ou se donnant sur le mode de l’évidence), ne s’en réfèrent pas moins à quelque chose de réel, et même de concret14, pouvant être thématisé, voire peut-être mesuré, sur un mode indirect, à travers des indices ou des indicateurs. Surtout, la fonction première d’un concept heuristique est d’attirer l’attention sur des aspects ou des paramètres qui autrement échapperaient pour une bonne part à l’analyse. Et c’est une des raisons principales pour lesquelles nous avons eu recours au concept d’espace potentiel.

  • 15  Avec l’idée de mouvement, de transit, de mise en relation d’un “dedans” et d’un “dehors”, ou d’un (...)
  • 16  Voir la problématique des “objets transitionnels”, qui est sans doute l’apport le plus connu de Wi (...)

10Du reste, nous ne faisons pas une fixation sur le terme lui-même, et peut-être serait-il plus judicieux de préférer des expressions telles qu’ “espace transitionnel”15, “aire de jeu” (d’engagement ou de mise en jeu), “champ expérientiel”, “espace-entre”, etc. L’important est de donner à comprendre l’impulsion sous-jacente. Deux brèves réflexions illustreront l’intérêt d’une entrée par l’espace potentiel. Primo, cette approche permet de sortir des visions dichotomiques trop tranchées, comme nous y invite un programme auquel souscrivent bon nombre de sociologues et d’anthropologues contemporains. Pour nous en tenir ici au couple sujet-objet, rappelons que, dans le fameux texte introduisant le concept d’espace potentiel, Winnicott (1975) commence par souligner l’insuffisance des descriptions opposant un individu et son environnement ou délimitant une intériorité et une extériorité à partir de l’idée d’une simple membrane. Un “troisième élément” doit être ajouté, que Winnicott appelle «l’aire intermédiaire d’expérience», autre nom pour l’espace potentiel. En un sens, cet espace, postulé comme réel, puisque c’est dans cette aire intermédiaire que prennent place les “phénomènes transitionnels”, parmi lesquels le jeu, les illusions, les croyances, les expériences culturelles, mais aussi les regards, les voix, les musiques, les affects, les relations, les “utilisations d’objets”16, etc., se déduit intellectuellement du refus d’en rester à la disjonction sujet-objet.

  • 17  Pour le dire autrement, il n’est plus possible, à partir de cette entrée, de continuer à adhérer à (...)
  • 18  Voir par exemple la thématique du “faux self”, en tant que mode de défense s’organisant comme une (...)
  • 19  C’est-à-dire avec lequel, ou à partir duquel on peut s’arranger, sans que doive être engagée une c (...)
  • 20  Nous ne pouvons qu’effleurer ici ce point. Pour aller plus loin, il faudrait reprendre la distinct (...)

11Cette perspective, adoptée par la SAJ, induit une série de déplacements : l’individu ne peut plus être conçu comme un isolat faisant face au monde et se perpétuant dans un état relativement unifié et stabilisé ; l’unité de référence est désormais l’individu “avec” l’environnement, c’est-à-dire un individu qui ne peut subsister hors de son insertion dans un tissu de relations (avec les autres, les objets, le monde…), au gré d’échanges qui vont entraîner des fluctuations et des déformations de la personnalité, et donc des réarrangements dynamiques et incertains17. À l’instar des auteurs pragmatistes (en particulier Dewey et Mead), Winnicott confère une grande importance à la fonction de l’environnement, et plus particulièrement à la question de l’acceptation de la fiabilité de ce dernier, condition essentielle à la mise en jeu de soi-même sur un mode créatif. Deux remarques méritent d’être avancées à ce propos. D’un côté, des “défaillances” de l’environnement peuvent occasionner des vulnérabilités ou des dommages du point de vue du développement de la personnalité18. D’un autre côté, le processus de maturation “réussi” (ou simplement “acceptable”19) ne doit pas être vu comme un simple passage d’un état initial de “dépendance” à un état de relative “indépendance”, lequel serait caractéristique de la position de sujet. En effet, selon la perspective adoptée ici, et contrairement à une idée reçue du prêt-à-penser contemporain autour du sujet et de l’individualisme, ce n’est pas forcément lorsque nous nous affirmons comme individualité (dotée d’une identité, d’une réflexivité, d’une unité, etc.) que nous sommes le plus “nous-mêmes”, sur un mode singulier ou idiosyncratique. Les moments où nous nous laissons aller en nous reposant sur des supports familiers et en nous défaisant comme sujet (flottement, désindividualisation relative) sont tout aussi importants puisqu’ils donnent accès à la créativité et que cette dernière suppose une “déprise” ou une “détente” (aussi bien par rapport à nous-mêmes que par rapport à des finalités de l’action poursuivie de façon efficace)20.

12Secundo, une entrée par l’espace potentiel permet d’attirer l’attention sur les mécanismes et les conditions de l’accès à l’intéressement et de poser, d’un point de vue socio-anthropologique, la question de la “qualité” d’une forme de vie ou d’une conduite de vie, en l’indexant sur la “mise en jeu”. Ceci renvoie à la notion de créativité, dont il s’agit de cerner les contours et la portée. Nous nous adossons ici à deux présupposés. Le premier, que pour faire simple nous qualifions d’anthropologique, énonce que la qualité et l’intérêt d’une forme de vie ne sont pas seulement redevables, sur un plan cognitif et normatif, à une exigence de sens, et que, par conséquent, ces réalisations requièrent, pour passer de la cohérence et de la convenance (ou relative sécurité des repères) à l’intéressement (sentiment que les choses en valent la peine, qu’elles sont intéressantes, en plus d’êtres sensées et adéquates), de se placer dans un rapport d’implication pragmatique que l’on peut appeler “mise en jeu” ou illusio (en-jeu). Le second présupposé, davantage sociologique, nous amène à attribuer un certain crédit aux diagnostics qui suggèrent que notre société est non seulement compétitive et individualiste, mais aussi hyper-normative et hyper-adaptative.

  • 21  Confer la clinique dite des états-limites, qui a mis en évidence de nouveaux types de symptômes pr (...)
  • 22  Lesquelles, entre self-help et coaching, visent à remobiliser le sujet, entre encouragements à la (...)

13De ces deux présupposés, il ressort pour une part que si l’on veut se sentir vivre de façon créative, il ne suffit pas de fonctionner comme un automate social (s’ajustant aux contraintes ou aux attentes), ni comme un acteur-stratège (calculant au plus juste), ni même comme un agent réflexif (bardé de compétences, voire de capabilités). Par ailleurs, le réquisit de la “mise en jeu” sur un mode créatif est susceptible de se heurter, dans les configurations sociales actuelles, à des logiques contrariant ou entravant la capacité de créativité ou d’illusio. L’objet de cette présentation n’étant pas de développer ce point, nous nous contenterons de signaler trois champs attestant (le plus souvent indirectement, à travers des problèmes, des malaises ou des “empêchements”) de l’importance de la question de la “mise en jeu” : le champ “psy”, entre nouvelles orientations cliniques21 et psychologies du “développement personnel”22 ; le monde du travail, particulièrement en entreprise, à la suite des évolutions du capitalisme et du management, dont on connaît les effets en termes de précarisation, d’incertitude, de perte de confiance, de stress, de “fatigue d’être soi”, de burn-out, etc. ; enfin, le champ des régulations, notamment à travers les nouvelles formes de légitimation de l’action publique et l’usage du lexique de l’activation, de la “capacitation” (empowerment), de l’autonomisation, de la “responsabilisation de soi”, de la performance, etc.

  • 23  À savoir, une manière de se tenir et de s’engager qui dépend des attachements primordiaux acquis, (...)
  • 24  Par exemple Ogien A., Quéré L., 2005.
  • 25  Comparer avec l’article de L. Legrain dans ce numéro.

14Le renvoi à ces champs, et aux enjeux afférents, permet de faire remarquer que, si la question de la “mise en jeu” ou de l’illusio suppose un arrière-fond que l’on peut sans doute rapprocher de ce que L. Thévenot (2006) appelle le «régime de familiarité»23, dans le même temps le questionnement posé ne se ramène nullement à un registre psychologique ou (inter-)personnel. C’est bien d’un point de vue qui se réclame des sciences sociales que nous envisageons la créativité ; notre perspective se démarque résolument des lectures qui appréhendent cette dernière à travers les schèmes de la création artistique (imagination, inspiration…) ou de la créativité organisationnelle, gestionnaire, voire publicitaire (innovation, inventivité, techniques de créativité et manipulations de symboles dans l’industrie des signes et des produits…). Plus précisément, et sur ce plan il convient d’engager le débat avec quelques courants de la sociologie pragmatique actuelle24, nous ne caractérisons pas la créativité d’abord comme une capacité (individuelle ou collective, et principalement cognitive) de trouver des solutions à des problèmes pratiques qui se posent ou qui surgissent, mais plutôt comme la capacité d’entrer dans des dispositions qui permettent de “se prendre au jeu” et d’avoir accès à l’intéressement, en deçà (ou à côté) des justifications de sens ou de valeurs. Tel personnage de roman surmonte au moins temporairement son expérience de la “nausée” (c’est-à-dire de l’absurdité ou du non-sens) en se plongeant dans l’ambiance trépidante et enfumée d’un club de jazz25. Nous pensons que ce dernier aspect des choses, renvoyant à l’utilisation créative de dispositifs préalablement aménagés, n’est pas moins important que le premier, et cela indépendamment d’une appréciation “ultime” de l’importance respective de ces éléments (chimères ou fondements).

  • 26  Voir l’article de W. Racimora.
  • 27  Voir l’article de S. Piot et G. Cliquennois.

15Nous n’opposons pas le “jeu” au “sens” (il va sans dire que les deux sont intimement liés, et indissociables), et sans être des “relativistes ” ou des “postmodernes” qui congédieraient le sens et les valeurs, ou qui opteraient pour le “divertissement” contre le “pari de Pascal”, nous nous en tenons à une démarche d’analyse qui, par choix conceptuel et méthodologique, nous amène à mettre en évidence et à privilégier les soubassements ordinaires de la créativité et de l’expérience, trop souvent négligés. Dans cette perspective, le “jeu créatif” n’est nullement cantonné, répétons-le, à des expériences ou à des situations “ludiques” ou “esthétiques”. Pour telle personne, la créativité résidera dans l’écoute de la musique, dans la danse ou la marche à pied, pour telle autre, elle sera associée à la prière ou aux rites propres aux pratiques religieuses ou spirituelles26, pour telle autre encore il s’agira d’une activité professionnelle, pourtant à première vue monotone et répétitive (à la limite ranger des produits sur les rayons d’un supermarché) ; il n’est pas exclu que l’on puisse également la rencontrer, certes plus fragile et fugace, dans des situations à fortes contraintes (par exemple, en milieu carcéral), grâce à l’usage de dispositifs facilitateurs27.

  • 28  Parmi les apports à une théorisation d’un espace vécu, non constant et procurant des points d’appu (...)

16L’espace potentiel, aussi défini comme aire de jeu et de mise en jeu, permet de thématiser cette créativité ordinaire à partir d’une métaphore spatiale, celle d’un espace existentiel et relationnel qui, en fonction des connexions entre l’individu et son environnement, donne plus ou moins de marges de jeu, c’est-à-dire laisse la possibilité de vivre autrement que sur le mode d’une adaptation ou d’une soumission à la réalité. Cet espace potentiel, qui est moins un espace physique qu’un espace de survenance, où des choses littéralement peuvent “avoir lieu” dans un “entre-deux”, permet de se sentir concerné et de moduler son expérience, notamment en intensifiant ou en épaississant son vécu. L’espace potentiel est non constant : large, il constitue un gage de confiance et permet à l’individu de se lancer dans des expériences ou de faire face aux épreuves ; restreint, appauvri ou endommagé, il appellera des défenses (psychiques ou sociales), et aura tendance à confronter davantage l’individu à l’ennui et à l’anxiété (Belin, 2002). Même si ces formulations rapides peuvent donner l’impression de rester trop schématiques et métaphoriques, nous sommes convaincu au minimum qu’elles en valent bien d’autres (notamment certaines métaphores psychologisantes ou intérioristes, auxquelles les sociologues ont parfois recours de façon peu critique) ; en outre, de façon plus exigeante, nous croyons qu’elles peuvent se prêter à un travail d’élaboration conceptuelle28 par lequel elles peuvent être rendues opérationnalisables sur le plan empirique, notamment dans le but d’étudier une série de nouveaux enjeux liés à la crise de l’expérience, au statut des illusions et des croyances dans le monde contemporain, à la question de la “qualité de la vie”, à la préoccupation pour le “bien-être”, le rapport au corps, les images de soi, etc.

  • 29  Encore une fois, nous voudrions faire entendre qu’il s’agit moins ici d’un postulat philosophique (...)

17Enfin, une troisième clé doit être explicitée. Le lecteur attentif l’aura déjà perçue en filigrane dans ce qui précède. À partir de l’espace potentiel, nous avons insisté sur l’intérêt de la métaphore spatiale. On peut d’ailleurs suggérer à ce propos un autre déplacement induit par la SAJ : alors que la plupart des approches classiques du jeu privilégient la dimension temporelle, les jeux particuliers pouvant être vus comme ce qui permet de “passer le temps” de façon agréable ou captivante, notre socio-anthropologie du jeu concentre surtout son attention sur la dimension spatiale, le jeu créatif permettant en quelque sorte d’être “embarqué” et de se tenir au-dessus de l’abîme, ou de voguer entre les deux rives, entre les deux infinis. Cette métaphore pascalienne peut être complétée par celle évoquée notamment par Adorno ou Bachelard : le jeu est ce qui nous permet de jeter des ponts dans les airs. Si ces métaphores expriment assez bien l’idée de transitionnalité (nous avons non seulement besoin d’être portés, mais aussi transportés), elles attirent en même temps l’attention sur le fait qu’il s’agit de “tenir” et de se maintenir dans une perspective non fondationnelle, c’est-à-dire sans pouvoir compter sur un point fixe, un sol solide ou des garanties29.

  • 30  On pourrait ici solliciter des métaphores nietzschéennes bien connues : la réalité sans ses voiles (...)
  • 31  Dans un récent ouvrage, J.-M. Schaeffer rappelait ceci : «La plupart des cultures pensent le réel (...)
  • 32  Que l’on songe aux approches des dispositifs et des médiations, aux recherches sur les objets et l (...)

18En un sens, la question posée est donc bien celle de l’habitation du monde, grâce aux espaces potentiels et aux phénomènes transitionnels30. Ces métaphores sont utiles et suggestives, en rapport avec la fonction heuristique du concept d’espace potentiel, qui est d’ouvrir un horizon de questionnements. Toutefois, on admettra qu’il s’agit de ne pas abuser de cette veine métaphorique. À ce point, il est important d’insister sur le fait que l’entrée par les espaces potentiels ne se conçoit pas sans une prise en compte des opérations et des dispositifs qui permettent de se prendre au jeu (telle est la troisième clé qui doit être livrée au lecteur). Non seulement nous refusons que l’espace potentiel soit considéré comme une notion obscure et éthérée (si elle peut apparaître comme telle, alors qu’elle désigne une réalité concrète et banale, n’est-ce pas parce que nous continuons à porter ces “lunettes” culturelles et intellectuelles qui nous font percevoir en premier lieu les dichotomies et les discontinuités, au détriment de l’aire intermédiaire d’expérience31 ?), mais de plus, les opérations et les dispositifs qui permettent d’aménager l’espace potentiel n’ont évidemment rien d’abstrait ou d’opaque, et nous pouvons les étudier en utilisant une série de concepts qui ont fait leurs preuves dans les sciences sociales actuelles32.

  • 33  Sans que cela suppose une quelconque allégeance, et alors même que les chercheurs qui s’approprien (...)

19Ce dossier réunit des contributions de statuts divers qui renvoient à un cadre d’analyse dont la construction doit assurément être poursuivie. Il n’a pas la prétention d’apporter toutes les réponses aux questions que le lecteur est en droit de se poser. Ainsi, nous avons pris le parti (conformément à l’esprit de cette revue) de laisser de côté les considérations par trop théoriques, et en particulier de ne pas faire porter l’épreuve de la discussion sur l’utilisation que nous faisons d’un appareillage conceptuel qui est redevable pour partie à Winnicott et à la psychanalyse33. Nous préférons attirer l’attention sur des rapprochements qui peuvent être opérés avec d’autres ressources et outils couramment utilisés dans le domaine des sciences sociales, et tenter de convaincre de l’intérêt de notre démarche à partir des perspectives qu’elle ouvre sur le plan de la recherche empirique et de la réflexion heuristique. Un premier article revient tout d’abord sur l’usage que nous faisons de la catégorie du jeu, en la mettant en perspective et en la distinguant de certaines approches classiques, pour envisager en fin de parcours le rapport que notre cadre d’analyse entretient avec ce qu’il est convenu d’appeler la sociologie pragmatique : la SAJ serait-elle une branche ou un surgeon de ce paradigme ou de cette orientation de recherche ? Quel serait l’apport propre de notre modèle à ce courant dont on peut dire qu’il a actuellement le vent en poupe ?

20Ensuite, trois articles se proposent de tester la fécondité de la SAJ en s’emparant de certains éléments dans le cadre de différentes recherches empiriques. À partir de l’expérience d’un groupe d’amateurs de jazz, Laurent Legrain s’interroge sur les conditions et les opérations qui permettent d’entrer dans une expérience musicale s’apparentant à la créativité ou à l’illusio. Pour pouvoir se prendre au jeu et être “pris” par la musique, il faut s’être mis préalablement dans des dispositions propices, ce qui suppose une préparation, une mise en condition, un aménagement, un parcours à travers un emboîtement de dispositifs, etc. Cela vaut également pour la pratique de la prière et de rituels, autour de la table du rabbin, dans le cas de néo-pratiquants du mouvement Habbad étudié par William Racimora. L’intuition de départ de l’auteur est que les dimensions religieuses et identitaires classiques ne suffisent pas à élucider le phénomène complexe dit de “retour au religieux”. Par-delà la question du rapport à Dieu (qui parfois apparaît comme étonnamment subsidiaire), les néo-pratiquants semblent rechercher quelque chose qui peut s’interpréter comme un redéploiement de l’espace potentiel (le type d’implication créative pouvant en outre varier en fonction du rapport aux règles d’observance, plus ou moins strictes selon les implantations de ce mouvement religieux juif).

  • 34  Ailleurs, William Racimora ou Nicolas Marquis (avec Julie De Wilde) ont pu faire remarquer, sur ba (...)

21On remarquera que nous faisons ici le pari que les ressources conceptuelles de la SAJ peuvent s’appliquer aussi bien à l’étude d’une expérience ordinaire qu’à celle d’une expérience religieuse (dépassement du clivage profane/sacré). Par ailleurs, il peut être utile de s’intéresser à la question de la créativité dans des contextes où tout semble s’opposer à son émergence. C’est ce que proposent Sophie Piot et Gaëtan Cliquennois, qui montrent comment des détenues d’une prison pour femmes peuvent accéder à des formes de jeu créatif à travers la pratique d’un sport (en l’occurrence le volley-ball) au sein de dispositifs qui sont pour partie aménagés de façon distincte par rapport à la pratique du même sport “hors les murs”. Bien sûr, il va de soi que la créativité dans ce genre d’environnement est vouée à rester très précaire, les dispositifs facilitateurs n’étant que des niches ou des alvéoles relativement préservées, dans un contexte globalement peu propice à l’immersion créative sur un fond de confiance34.

22Enfin, l’article de Nicolas Marquis, de nature plus prospective, explore quelques liens que l’on peut tisser entre une étude de la métaphore du “rebond” dans une littérature psychologique vulgarisée promouvant la “résilience” et, d’autre part, la socio-anthropologie du jeu, ceci à travers une réflexion portant notamment sur les supports et l’intéressement. Cet article, qui prend au sérieux l’importance des discours à caractère psychologique dans notre société, se propose d’en étudier les effets normatifs, dans une perspective qui peut comporter une intention critique. Nous ne terminerons pas cette introduction sans signaler que plusieurs recherches dont il est fait état dans ce dossier ont appliqué des méthodologies participatives ou semi-participatives. Ces méthodes sont sans doute particulièrement adaptées au type de questionnements que nous privilégions, mais elles ne sont évidemment pas les seules, et on peut d’ailleurs gager que la SAJ peut aussi favoriser une certaine créativité dans le recours aux méthodes et techniques d’investigation (observations ethnographiques, descriptions s’inspirant de la phénoménologie sociale et de l’analyse existentielle, études de productions culturelles, films ou romans par exemple, thématisant l’expérience de façon réflexive, etc.), en vue de porter au jour et d’analyser ces phénomènes qui relèvent de la transitionnalité et de la mise en jeu, qui trop souvent échappent à l’attention du regard sociologique et anthropologique.

Haut de page

Bibliographie

Adorno Th. W., 1983, Minima Moralia. Réflexions sur la vie mutilée, Paris, Payot.

Bachelard G., 2001, L’air et les songes. Essai sur l’imagination du mouvement, Paris, Le Livre de poche, coll. Biblio essais (1943).

Belin E., 2002, Une sociologie des espaces potentiels. Logique dispositive et expérience ordinaire, Bruxelles-Paris, De Boeck Université.

Berque A., 2000, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin.

Binswanger L., 1971, Introduction à l’analyse existentielle, Paris, Minuit.

Delchambre J.-P., 2005, “La peur de mal tomber”, Carnets de bord, n°  9, pp. 6-19.

2008, “Nouvelle introduction à la socio-anthropologie du jeu”, Cahiers Jeu et symbolique, n° 1, pp. 6-68,
http://centres.fusl.ac.be/ces/document/WEBCES/SEMINAIRES_Index/LesCahiersJeu&Symbolique.html.

Descola P., 2005, Par delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Descombes V., 1995, La denrée mentale, Paris, Minuit.
1996, Les institutions du sens, Paris, Minuit.

Dewey J., 2005, L’art comme expérience, Pau, Publications de l’Université de Pau / Farrago.

Joas H., 1999, La créativité de l’agir, Paris, Le Cerf.

Mead G. H., L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF.

Ogien A., Quéré L., 2005, Le vocabulaire de la sociologie de l’action, Paris, Ellipses.

Schaeffer J.-M., 2007, La fin de l’exception humaine, Paris, Gallimard.

Thévenot L., 2006, L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, Paris, La Découverte.

Winnicott D. W., 1975, Jeu et réalité. L’espace potentiel, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1  Ce séminaire se tient aux FUSL environ une fois par mois. L’équipe qui s’occupe de ce séminaire édite également une revue électronique, Les Cahiers Jeu & symbolique, consultable en ligne sur : http://centres.fusl.ac.be/CES/document/WEBCES/DocsSeminaires/GrandSinge/TRACES%20N01.pdf.

2  Quelques articles en ont été tirés, dont l’un restitue au mieux selon nous l’esprit et la problématique de cette thèse : Delchambre J.-P., 2005.

3  Pour un commentaire, voir Delchambre J.-P., 2008.

4  Sous l’effet notamment d’une tendance à l’extension des logiques concurrentielles et adaptatives dans pratiquement tous les registres de la vie sociale et individuelle.

5  Il s’agissait du séminaire de théorisation du DEA interuniversitaire en sociologie et anthropologie co-organisé par l’UCL, l’ULB et les FUSL.

6  Bien qu’elles aient été alimentées par des échanges intellectuels entre les deux auteurs, ces deux thèses creusaient chacune leur propre sillon. Il a fallu le recul de quelques années pour que nous assumions de revenir sur les travaux de Belin, en tentant de jeter des ponts entre ses recherches et les nôtres, ce qui pouvait être motivé à la fois par un intérêt commun pour le jeu, ainsi que par le souci de transmettre et de faire fructifier l’héritage laissé par ce brillant jeune chercheur, trop tôt disparu.

7  On aura compris que notre entrée par le jeu ne nous “condamne” pas à une spécialisation dans le “micro” et le “local” (interactionnisme, ethnométhodologie…), pas plus qu’elle ne débouche sur une fuite ou un repli dans le ludique, l’ironie, l’esthétisme, etc. (sociologies de l’imaginaire, approches dites postmodernes, etc.).

8  Et qui est à distinguer de l’illusion en tant que paradigme de l’erreur, de la superstition, de l’aliénation.

9  À savoir une action de type “ludique”, qui correspondrait peu ou prou à une forme de rationalité esthétique, et qui viendrait prendre place à côté des autres types d’action présentés par les grandes architectoniques de l’agir (confer Weber ou Habermas), autrement dit, à côté de l’agir rationnel en finalité (ou agir stratégique-instrumental) et à côté de l’agir rationnel en valeurs (ou agir normatif, orienté par des règles).

10  Voir par exemple l’approche de la créativité par H. Joas, ou l’étude de l’expérience esthétique selon J. Dewey. Précisons que Dewey n’a pas une approche “esthétisante” de l’expérience esthétique, puisque le prototype de cette dernière est l’expérience ordinaire dès lors qu’elle accède à une qualité d’intéressement.

11  Étant entendu que ces réalisations ne peuvent se limiter, de notre point de vue, au modèle de l’ “action qui convient” (cette convenance pouvant être étudiée sur un plan cognitif et/ou sur un plan normatif). Autrement dit, elles doivent aussi inclure la préoccupation de l’ “action qui importe” ou de l’ “action qui compte”, en tant qu’elle serait pourvoyeuse d’intéressement, de créativité, d’illusio, etc.

12  Ou de la configuration de relations, ou du système d’action, etc.

13  Voir par exemple l’étude des «institutions du sens» (Descombes V., 1995, 1996), ou les approches qui refusent de localiser les phénomènes de l’esprit (langage, significations, représentations…), voire les phénomènes affectuels ou émotionnels, “à l’intérieur” du sujet, ce qui amène à concevoir un espace entre les individus, dans lequel ces phénomènes pourraient être situés ou “avoir lieu”.

14  Nous avons rappelé ailleurs (Delchambre J.-P., 2008) que la concrétude pouvait être conçue autrement que sur le modèle de la réalité empirique telle qu’envisagée dans une perspective positive, sinon positiviste.

15  Avec l’idée de mouvement, de transit, de mise en relation d’un “dedans” et d’un “dehors”, ou d’un “intérieur” et d’un “extérieur”.

16  Voir la problématique des “objets transitionnels”, qui est sans doute l’apport le plus connu de Winnicott.

17  Pour le dire autrement, il n’est plus possible, à partir de cette entrée, de continuer à adhérer à la conception de l’individu telle qu’elle est reçue des traditions empiristes et psychologiques (18e-19e siècles), mais aussi des philosophies de la conscience, qui ont pour point commun de postuler des entités séparées et se faisant face.

18  Voir par exemple la thématique du “faux self”, en tant que mode de défense s’organisant comme une façade de normalité face aux empiètements ou aux intrusions d’un environnement insuffisamment fiable.

19  C’est-à-dire avec lequel, ou à partir duquel on peut s’arranger, sans que doive être engagée une conception de la normalité, dont se défie la présente approche (voir les thèmes, inspirés notamment de Winnicott ou d’Adorno, de la normopathie, des “maladies de l’homme normal”, de la “santé mortelle”, etc.).

20  Nous ne pouvons qu’effleurer ici ce point. Pour aller plus loin, il faudrait reprendre la distinction entre non-intégration (prime enfance), désintégration (pathologique) et créativité comme capacité à (re)vivre sur un mode positif, enrichissant, des états de non-intégration (voir Delchambre J.-P., 2008). Notons encore que la présente perspective, qui suggère que l’individu n’est pas forcément au plus fort de lui-même lorsqu’il s’affirme comme tel et prétend exercer un contrôle efficace sur sa situation (incluant des objets et les autres), peut entrer en résonance avec des approches qui préfèrent associer la singularité à la multiplicité plutôt qu’à l’unité (confer par exemple la philosophie de Deleuze), de même qu’avec des approches qui conçoivent une action distribuée plutôt qu’émanant d’une source unique, correspondant au sujet classique (confer la sociologie pragmatique, l’anthropologie des sciences et des techniques, etc.).

21  Confer la clinique dite des états-limites, qui a mis en évidence de nouveaux types de symptômes prenant notamment la forme caractéristique d’une difficulté à se prendre au jeu.

22  Lesquelles, entre self-help et coaching, visent à remobiliser le sujet, entre encouragements à la créativité et injonctions à l’adaptation (confer dans ce numéro, l’article de N. Marquis).

23  À savoir, une manière de se tenir et de s’engager qui dépend des attachements primordiaux acquis, à partir de l’enfance, grâce à des relations de proximité affective.

24  Par exemple Ogien A., Quéré L., 2005.

25  Comparer avec l’article de L. Legrain dans ce numéro.

26  Voir l’article de W. Racimora.

27  Voir l’article de S. Piot et G. Cliquennois.

28  Parmi les apports à une théorisation d’un espace vécu, non constant et procurant des points d’appui ou des “prises”, on peut signaler les métaphores de l’espace et du mouvement (Bachelard G., 2001), l’étude des «dimensions ou directions existentielles de l’espace» (Binswanger L., 1971), ainsi que les recherches sur l’ “écoumène” (Berque A., 2000).

29  Encore une fois, nous voudrions faire entendre qu’il s’agit moins ici d’un postulat philosophique ou métaphysique (même si cela en a l’air) que d’un présupposé inhérent à l’expérience ordinaire de chacun (à la limite, même le croyant ou le métaphysicien, dans sa pratique ordinaire, vérifie ce présupposé en s’en remettant aux supports et aux objets les plus banals, les plus familiers, voire les plus triviaux, etc.).

30  On pourrait ici solliciter des métaphores nietzschéennes bien connues : la réalité sans ses voiles est insupportable, nous avons l’art (c’est-à-dire l’artifice, la fiction, la représentation, le jeu et la mise en jeu, l’illusion et l’illusio…) pour ne pas périr de la vérité ou du réel comme “point d’horreur”, etc.

31  Dans un récent ouvrage, J.-M. Schaeffer rappelait ceci : «La plupart des cultures pensent le réel en termes de processus, de transformations, d’interdépendances et d’interactions, plutôt qu’en termes d’objets, et elles définissent la place de l’homme dans ce réel en termes d’immersion plutôt qu’en termes de face-à-face» (Schaeffer J.-M., 2007, p.37). On verra également par exemple Descola P., 2005.

32  Que l’on songe aux approches des dispositifs et des médiations, aux recherches sur les objets et les supports (y compris l’anthropologie de la culture matérielle), à l’étude de l’agency et de l’affordance, aux opérations porteuses d’une efficacité symbolique (paroles, rituels, machinations, rythmes, exercices corporels…), aux techniques de l’enchantement, aux travaux rapprochant différentes dimensions de l’ “habitation” (habitat - habit - habitude - habitus…), etc.

33  Sans que cela suppose une quelconque allégeance, et alors même que les chercheurs qui s’approprient et appliquent le cadre d’analyse de la SAJ restent pour la plupart à bonne distance de la psychanalyse.

34  Ailleurs, William Racimora ou Nicolas Marquis (avec Julie De Wilde) ont pu faire remarquer, sur base de récits de survivants des camps nazis, qu’il n’était pas rare que ces derniers fassent état de moments de créativité (certes fragiles et fugaces), qui ont pu les aider à “tenir” dans ces conditions extrêmes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Delchambre, « Trois clés pour la socio-anthropologie du jeu », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 1-14.

Référence électronique

Jean-Pierre Delchambre, « Trois clés pour la socio-anthropologie du jeu », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/287

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Delchambre

Professeur aux Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles).

fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org