Navigation – Plan du site

La pratique sportive comme vecteur d’expérience créative en prison

Sport as a Vector of Creative Experience in Prison. The Case of Volleyball at the Rennes Detention Centre for Women
Sophie Piot et Gaëtan Cliquennois
p. 77-92

Résumés

Cet article propose, à partir de notions et de concepts développés par Goffman et par la socio-anthropologie du jeu, une analyse de l’expérience vécue par des détenues dans l’espace du sport collectif en milieu carcéral. Les études sociologiques pénitentiaires tendent le plus souvent à expliquer les conduites des reclus en termes de stratégies et de résistances. Il est certes indéniable que les contraintes liées à l’incarcération génèrent de multiples pertes pour les prisonniers, et que ces derniers tentent de mettre en place des dispositifs de contournement et de compensation. Néanmoins, sur base de l’aménagement de ces dispositifs consistant à mobiliser des objets et phénomènes transitionnels variés, et dans des conditions environnementales (topologiques, humaines et matérielles) qui les mettent suffisamment en confiance, certains détenus parviennent à vivre des expériences créatives (impression de s’ “évader”, de ne plus être prisonniers). En dépit du caractère, précaire, transitoire et situé de ces formes d’expériences, celles-ci permettent dans une certaine mesure de suspendre et d’atténuer les contraintes, de se libérer émotionnellement et de “tenir” dans le temps.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  En France, les différents types d’établissements sont : les maisons d’arrêt (MA) au nombre de 115 (...)

1Les établissements pénitentiaires1 constituent selon Goffman, des «institutions totalitaires», notamment parce qu’ils emploient diverses «techniques de mortification» qui ont pour effet de dépersonnaliser les détenus : mesures d’«isolement», «cérémonies d’admission», etc. (Goffman, 1968).

  • 2  La sur-suicidité carcérale est de 6,5 au 1er janvier 2007 : le suicide des détenus est 6,5 fois pl (...)

2Physiquement et moralement séparés du monde dans lequel ils avaient auparavant l’habitude d’évoluer, les détenus subissent de nombreuses pertes et privations : réduction des mouvements ; limitation d’association avec autrui ; altération de la santé physique et mentale2, des repères spatio-temporels (liée à des restrictions de circulation et à la routine carcérale), des relations sociales et sexuelles, des capacités sensorielles et émotionnelles ; disparition des contacts avec certains objets de la vie courante (Bernheim, 1982). Dans ces conditions, comment les détenus s’y prennent-ils pour tenter de résister aux pressions institutionnelles, pour se créer des interstices de liberté ou de suspension relative des contraintes et atteindre certaines formes d’éprouvés positifs ?

3Les femmes détenues en CD constituent notre public d’étude, et la pratique sportive notre mode d’entrée privilégié. Nous supposons en effet que certaines activités proposées par l’institution pénitentiaire, telles que la lecture, l’écriture, le théâtre, la peinture, les jeux vidéo, la télévision, offrent aux prisonnières des conditions favorables pour vivre des expériences satisfaisantes. De prime abord, choisir l’expérience vécue dans le sport comme objet d’étude peut sembler incongru et anecdotique au regard du caractère dramatique des faits tels que les suicides, automutilations, viols, rackets, agressions, etc. (Gras, 2005).

  • 3  80 sur 220 détenues, soit 36,36%, participent régulièrement aux activités sportives. Pour pouvoir (...)

4Loin de minimiser ces éléments, on partira du constat selon lequel un certain nombre de détenues s’inscrivent et participent aux différentes activités sportives3 et on analysera cette démarche à l’aune des nombreuses privations induites par le régime carcéral. Sur base de l’interactionnisme symbolique, courant dominant de la sociologie carcérale (Chauvenet/Benguigui/Orlic, 1994 ; Chantraine, 2004 ; Rostaing, 1997), et plus précisément de l’approche goffmanienne qui prescrit d’aborder le déploiement de l’expérience à travers une «analyse des cadres», nous définirons le cadre sportif carcéral. Nous mettrons en perspective les liens que l’on peut établir entre cette approche et certains concepts de la socio-anthropologie du jeu (SAJ), comme celui d’espace «potentiel» ou «transitionnel» (Delchambre, 2008). Nous verrons en effet que le cadre sportif est l’un de ces espaces où semble régner «une atmosphère de détente et de libre disposition de soi qui contraste avec l’impression de malaise régnant dans certains quartiers» (Goffman, 1968 :286). Nous déterminerons dans quelles mesures ou conditions, propres à ce cadre, peuvent être mis en place, par les acteurs présents, des «adaptations secondaires» ou des dispositifs particuliers destinés à contourner, assouplir, ou transcender les contraintes institutionnelles (Chantraine, 2004).

5La mise en lien de ces deux types d’approches nous permet d’imaginer les actions des détenues, non plus seulement en termes de stratégies, mais aussi en termes de «créativité» (Joas, 1999), de «jeu créatif» (Winnicott, 1975), ou encore de sentiment de vie «plus signifiante et plus puissante» (Dewey, 2005). Nous montrerons que les détenues participent aux activités sportives avec le désir de sortir de l’enveloppe carcérale. Pour ces femmes, “s’évader” ou sortir de la prison par le biais du jeu sportif équivaut d’une part, à prendre distance par rapport au statut stigmatisant de détenues que l’institution pénitentiaire leur attribue et d’autre part, à éprouver des satisfactions soutenantes ordinaires.

  • 4  L’enquête a été menée par la co-auteure de cette contribution, Sophie Piot.
  • 5  Il existe trois régimes de détention au CP de Rennes : un CD d’une capacité de 233 places (dont 15 (...)
  • 6  Cette démarche consiste à combiner à la fois une attitude d’ “immersion” au sein du réseau interac (...)

6Cet article s’appuie sur des résultats tirés d’une enquête de terrain menée4 au CD pour femmes de Rennes5. Nous nous sommes plus spécialement centrés sur la pratique de l’une des activités courantes proposées dans cet établissement, à savoir le volley-ball. La participation de l’enquêtrice à cette activité, à raison de trois après-midi par semaine pendant 6 mois (du 7 mars au 31 août 2005), a permis de réaliser de nombreuses observations semi-participantes et de retranscrire les données dans un carnet ethnographique. Afin de vérifier et d’approfondir les résultats, des entretiens individuels semi-directifs complémentaires ont été menés auprès de douze détenues et des deux moniteurs de sport. Ainsi, en adoptant la démarche anthropologique paradoxale définie par Clifford (1996)6, nous avons pu découvrir, comprendre, et appréhender certaines logiques carcérales (Piot, 2007). Soucieux de rester critiques quant à l’application formelle de cette démarche, nous avons eu recours à l’ethnométhodologie et à certains concepts de la sociologie pragmatique ; nous avons ainsi été à mêmes, à partir d’une observation des «choses en train de se faire» et des «conditions de cet accomplissement», de rendre «descriptibles», c’est-à-dire observables et «rapportables», des situations, des pratiques et des émotions ordinaires (Garfinkel, 2007 :45-46).

II. L’environnement du jeu sportif

A. Les conditions préalables au jeu créatif

  • 7  L’un des enjeux majeurs de cet article étant d’analyser les “phénomènes transitionnels” à l’œuvre (...)

7Plusieurs facteurs spatiaux, humains et matériels contribuent à rompre partiellement avec l’espace de la détention proprement dit (cellules, coursives) et ses contraintes sécuritaires, introduisant une permissivité et une liberté d’action plus grandes. En cela, ils rencontrent des conditions à caractère transitionnel7 nécessaires à l’expérience créative.

1. L’espace topologique

  • 8  Le modèle du panoptique de Bentham, qui a inspiré de nombreux projets de construction de prisons a (...)

8La disposition physique du gymnase semble être propice à une expérience sécurisante et créative puisqu’elle n’obéit pas à l’architecture panoptique caractérisant l’établissement. En effet, la forme hexagonale du CP de Rennes qui garantit une visibilité totale et constante de chaque détenue évoque le modèle du panoptique benthamien8 auquel Foucault (1975) fait notamment référence pour définir le pouvoir disciplinaire carcéral. Cette configuration de l’espace en quadrillage provoque inévitablement chez les détenues le sentiment d’être surveillées et épiées dans toutes les zones de la détention. Seules subsistent quelques aires isolées : un jardin auquel les détenues ont accès, des UVF (Unités de Vie Familiale), et la salle de sport. Le “mouvement” (jargon carcéral) consistant à se rendre à la salle de sport se divise en deux temps et espaces distincts et contrastés : tant que les détenues se trouvent sous les coursives ou dans le couloir menant à la porte de sortie, tous leurs faits et gestes sont contrôlés et réglés par la surveillante. La «sortie de la prison», pour reprendre les termes de certaines détenues, est par conséquent ressentie comme une bouffée d’oxygène. Selon elles, le gymnase est «bien fait, car il donne l’impression de sortir de la prison». Il apparaît comme une «illumination» et une source de bien-être :

  • 9  Dans un souci d’anonymat, les prénoms des détenues et moniteurs cités dans cet article ont été cha (...)

Dès que j’ai vu le gymnase, ça a été une illumination pour moi, ça m’a fait du bien (Catherine9, détenue).

Je fais du sport pour m’aérer, c’est la première chose. Pour me changer les idées, voir autre chose parce que c’est invivable d’être enfermée. Dans le but de me distraire aussi (Jasmine, détenue).

  • 10  Le CP de Rennes a été construit près de la gare afin de rendre la prison plus accessible pour les (...)
  • 11  Goffman énumère plusieurs raisons qui incitent l’individu à participer activement aux différentes (...)

9Bien que la distance à parcourir jusqu’à la salle de sport soit assez courte, les détenues traversent un petit jardin qui joue comme sas d’entrée, avant d’accéder au terrain à partir duquel il est possible d’entendre les mouvements de va-et-vient des trains10. Tous ces éléments, qualifiés par Goffman de «valeurs associées» (1968)11 à la participation au sport, entretiennent chez les détenues l’illusion qu’elles sortent de la prison. Ils représentent autant d’objets (la porte du couloir ou le jardin) et de phénomènes (les bruits de la gare) transitionnels qui font du sport une sorte de refuge (Gras, 2005) ou d’ «espace transitionnel» (Belin, 2001) où les détenues se sentent a priori à l’abri de l’économie carcérale.

2. L’environnement humain : des moniteurs, des détenues et une chercheuse

10Il existe, dans l’espace sportif, plusieurs formes de ruptures relationnelles facilitant l’accès à la créativité. Nous distinguons, d’une part, le fait que les moniteurs de sport sont les seuls agents masculins du CD et qu’ils ne sont pas assimilés par les détenues à de véritables surveillants. En effet, comme le disent ces détenues,

Le regard d’un homme est important dans un milieu clos où il n’y a que des femmes (Julie, détenue).

Ça change un peu du monde des femmes de discuter avec un homme (Sabine, détenue).

En outre,

le sport, c’est le seul endroit où on peut s’éclater et rire, et pas avoir les surveillants sur le dos. C’est un peu plus facile de s’évader ici qu’en divisions (Sylvie, détenue).

11D’autre part, le gymnase constitue un lieu intime de rencontres entre des détenues qui n’ont pas la possibilité de se voir en dehors des activités de groupe ; c’est le cas par exemple des deux couples de femmes qui participent presque quotidiennement au volley-ball, en grande partie pour se retrouver. Enfin, en renforçant encore le caractère exotique et exceptionnel de l’espace sportif et social comparé à celui de la détention proprement dite, notre présence a certainement accentué la dimension créative de l’expérience vécue (Piot, 2007 :27).

3. L’environnement matériel : les objets

12Comparé à l’espace de la détention, l’espace sportif offre aux détenues une variété d’objets plus grande (équipements sportifs, miroir, pèse-personne, poste de radio), une liberté plus importante et moins limitée en ce qui concerne l’utilisation d’objets de la vie courante (vêtements comme le short, en principe interdit en détention, maquillage) et les mouvements (sauts, déplacements latéraux…). Il offre dès lors également des possibilités d’appropriations :

Sylvie aime venir au sport et surtout rendre service aux moniteurs : elle compte tous les jours le nombre de détenues à venir aux activités sportives.  Elle ‘possède’ un poteau de volley qu’elle range à chaque fois ; nous avons un jour pris l’initiative de le remettre à sa place et elle nous a bien fait comprendre que nous ne devions pas y toucher, que c’était son travail et son poteau (Extrait du carnet).

13En outre, lorsque la séance sportive est terminée, les détenues ont l’autorisation de prendre une douche. Celle-ci représente en quelque sorte le sas de retour à la réalité carcérale. Généralement, à l’issue de la séance et de la douche, les détenues regagnent leur cellule et disent se sentir apaisées, détendues.

  • 12  Le prétoire, soit la commission prononçant les sanctions disciplinaires à l’encontre des détenus, (...)

14Par opposition au caractère très hiérarchisé de la géographie sociale et physique carcérale12, les activités sportives proposent une symétrie des positions entre détenues et moniteurs et entre détenues elles-mêmes. Par exemple, le filet de volley-ball joue comme axe de symétrie des rapports sociaux. Ce caractère égalitaire, inscrit dans l’environnement sportif, est aussi assuré par divers types d’aménagements formels.

B. L’aménagement d’un jeu égalitaire et mobilisateur

  • 13  Nous préférons à la notion de “sport” celle de “jeu sportif” parce qu’il s’agit d’un jeu carcéral (...)

15Le volley-ball en CD ne correspond pas à la discipline institutionnalisée telle que l’on a coutume de la voir se pratiquer dans les clubs reconnus par la FFVB (Fédération française de volley-ball), mais plutôt à une variante ludique originale qui fait l’objet de modifications et de négociations continues de la part des moniteurs et des détenues. Le principe d’établissement de ce sport, ou plutôt de ce “jeu sportif”13, résulte dans un premier temps d’aménagements formels et normatifs introduits par les moniteurs.

16Leurs interventions consistent essentiellement à aménager le «cadre primaire» du volley-ball, de manière à ce que le jeu sportif donne ses chances à chacune des participantes, tout en procurant aux joueuses un niveau de «tension» suffisant (Élias, 1986). La préoccupation première des moniteurs est, en d’autres termes, d’offrir aux détenues un jeu “intéressant”, ou inducteur d’ illusio, c’est-à-dire une activité attrayante et mobilisatrice au cours de laquelle les détenues peuvent “se prendre au jeu”. En effet, si l’on compare avec les clubs sportifs, où les équipes sont formées sur base d’une classification de l’âge des joueurs, de leur niveau de jeu, etc., en prison, les profils des détenues sont très hétérogènes. Il s’ensuit qu’un aménagement dans l’organisation du jeu sportif tend à s’imposer dans la pratique.

  • 14  Les moniteurs se soumettent volontairement à un règlement sportif plus strict que celui qui est d’ (...)

17Cet aménagement se décompose en deux catégories d’interventions ou de «modalisations» (Goffman, 1991), prises en charge par les moniteurs : l’adaptation des règles du jeu d’une part, la constitution des équipes d’autre part. La première intervention consiste effectivement à modifier ou à abroger certaines règles du jeu officiel et à en instaurer de nouvelles : établissement de la règle des “trois touches de balles obligatoires avant l’envoi dans le camp adverse” ; annulation des sanctions applicables en cas de fautes de filet, de lignes et de pénétration dans le terrain adverse ; autorisation d’attaquer dans les trois mètres pour des positions qui théoriquement l’interdisent. La seconde intervention consiste, lors de chaque séance, à former des équipes équilibrées, qui se valent sur le plan du niveau de jeu et du niveau d’engagement (à noter que les moniteurs eux-mêmes prennent part au jeu en vérifiant ce même principe d’équilibrage14) et à séparer les détenues ayant peu d’“atomes crochus”, de manière à éviter les altercations.

18L’ensemble de ces aménagements réglementaires et organisationnels (ayant moins pour finalité de simplifier le jeu que de réguler les rapports de force) donne le jour à une activité moins inaccessible et plus égalitaire pour les débutantes et les arrivantes. Un nouveau jeu sportif carcéral proche du volley joué de manière récréative en milieu libre est ainsi progressivement créé. Le cadre qui en résulte est assez formel puisqu’il suppose la mise en place d’un règlement appelé à s’imposer et à être reconnu par les joueuses. De ce point de vue, celles-ci pourraient avoir l’impression qu’il subsiste une forte continuité institutionnelle entre les quartiers classiques de la détention et l’espace sportif, ce qui serait de nature à susciter des réactions de refus ou d’abandon. Or, on observe au contraire que ce cadre assez rigide est bien admis, pour ne pas dire ratifié par les détenues :

C’est un sport où il n’y a pas de contact entre les joueuses, il y a un filet donc on peut séparer les filles qui n’ont pas d’atomes crochus, qui ne s’entendent pas. L’avantage du volley aussi c’est qu’il est encadré, il y a des lois, c’est rigide. Du coup elles se sentent en sécurité, les trois quarts sont faibles et ça leur apporte un peu de sécurité (Gildas, moniteur de sport).

19Ce type de transaction entre moniteurs et détenues n’est pas explicitement évoqué. Il s’agit en réalité d’un accord tacite passé entre les acteurs. Si les détenues approuvent l’instauration et l’abrogation de certaines règles du volley-ball édictées par les moniteurs, c’est parce que, par ce biais, un cadre inspirant la confiance, l’assurance et la bienveillance et permettant un relâchement agréable des excitations leur est offert. Outre ces aménagements formels et normatifs, l’instauration du jeu sportif résulte aussi de l’adjonction de codes informels et symboliques sous l’effet de la pratique des détenues.

III. Le cadre flexible du jeu sportif en milieu carcéral

A. Un jeu négocié et régulé

  • 15  Notons que le plus souvent, en CD, les formes d’ “adaptations secondaires”, au sens goffmanien, mi (...)

20Au fil de l’enquête, nous nous rendons compte que d’autres adaptations secondaires interviennent au niveau du jeu symbolique des acteurs. Plus subtiles, souvent dissimulées, ces interactions tendent à façonner l’engagement, l’action et les expériences vécues des actrices. Nous nous sommes en effet progressivement aperçus que le groupe de joueuses participait pleinement à la (re)modalisation du cadre15. Ce remaniement permanent s’effectue à travers diverses négociations relatives aux règles qui deviennent ipso facto plus flexibles, ou molles et constituent un niveau d’attentes normatives ou conventionnelles que les moniteurs peuvent difficilement censurer. Loin de correspondre à un défaut fonctionnel ou social, l’aménagement informel des règles se fonde là aussi sur un principe de collaboration tacite entre les détenues et les moniteurs, et entre les détenues elles-mêmes. Ces règles ou «rites de pratique» (Gras, 2003), que nous nommons les règles du “savoir-jouer”, sont intégrées plus largement au système des règles du “savoir-être” carcéral, voire plus généralement encore à celui des règles du “savoir-être” social en milieu libre. Dans le cadre du jeu sportif, elles sont de diverses natures : la régulation du score qui doit être opérée par les deux équipes pour éviter un déséquilibre trop important (neutralisation relative du rapport dominantes-dominées), l’attention de la passeuse qui doit “servir” équitablement ses attaquantes, le nécessaire engagement de la joueuse qui “parle”. Comme l’ont montré un certain nombre de sociologues concernant les relations entre surveillants et détenus (Benguigui, 1997 ; Chauvenet, 1998 ; Sykes, 1958), il s’agit d’un cadre négocié régulant les rapports de force. Ces règles informelles déterminent en quelque sorte un code de conduite sous-entendu et très connoté, que chaque détenue doit respecter (ou au moins donner l’impression de le respecter). C’est sans doute la raison pour laquelle les moniteurs admettent ce système qui, finalement, permet aux prisonnières d’avoir accès à des interactions informelles rappelant celles qui se déploient en liberté, et constitue ainsi un outil supplémentaire de régulation des tensions carcérales :

La semaine dernière, une nouvelle est arrivée au volley, elle s’est mis à dos involontairement beaucoup de filles parce qu’elles ont eu l’impression qu’elle nous faisait du charme ; c’est vrai qu’elle est gentille et les autres ont eu peur de se faire éjecter par elle. Nous, c’est sûr qu’on a intérêt à faire attention, à ne pas être trop avec certaines ; il faut que ce soit bien partagé. Et quand chacune a trouvé sa place, après ça se déroule bien (Jean-Marie, moniteur de sport).

B. Un jeu incertain, mais stable

21Ce système de règles est en fait assez paradoxal. En effet, d’une part son aspect strict et pour ainsi dire intangible impose à chaque détenue d’en connaître l’existence. Cette connaissance, aussi appelée “compétence”, et qui représente l’ “habileté” à traiter les situations et à en comprendre les éléments constitutifs, permet aux détenues de se servir de ces situations comme des “ressources” ou des “difficultés” propices à l’enrichissement de leurs expériences (Garfinkel, 2007 :51-52). Partant, elles sont en mesure, soit d’anticiper ou d’éviter toute réaction malveillante de la part d’autres détenues en cas de non-respect, soit d’exploiter le système de manière créative par le biais d’aménagements stratégiques de micro-dispositifs particuliers. Ce dernier type d’action pratique est surtout permis par le second aspect caractéristique de ces règles. D’un autre côté, en effet, son aspect flou, mou, non institué, moins formalisé, lui donne un caractère de labilité ouvrant certaines marges de manœuvre et de liberté.

22Le cadre de l’activité sportive résultant de l’ensemble des aménagements formels et informels est donc «vulnérable à la transformation» (Goffman, 1991). Mais ce qui importe surtout ici, c’est la manière dont les différents agencements s’emboîtent les uns aux autres pour former un système qui semble a priori équilibré. Autrement dit, l’association au niveau du cadre entre des aspects plus formels et rigides et d’autres, plus flexibles voire mous, est ce qui confère aux expériences vécues des détenues un «équilibre stable mais mouvant» (Dewey, 2005 :33). Cette ambivalence offre précisément aux détenues des interstices de liberté et par la même occasion leur donne accès à quelques bribes d’expériences créatives. Pour Dewey (2005), l’ensemble de ces interactions entre l’être vivant et son environnement sont des “rythmes”, puisqu’il y a alternance de frustrations et de satisfactions. L’équilibre ou l’ordre obtenu par les interactions d’énergies provenant des acteurs et de l’environnement est donc très actif, puisqu’il se développe en accumulant de nombreuses transformations.

IV. Du jeu sportif au jeu créatif

A. Le sentiment de ne plus être une prisonnière assujettie

23Le cadre du jeu sportif joue un rôle important en tant que condition d’accès à un jeu permettant le déploiement d’un minimum de potentiel de créativité. En effet, ainsi que Mead (2006), suivi en cela par Delchambre (2008), le suggèrent, on peut détecter un lien étroit entre, d’une part, la coopération autour des règles formelles, qui est inhérente au game (c’est-à-dire à un jeu réglementé au cours duquel les joueuses aspirent, ou du moins doivent faire semblant d’aspirer, à la compétition, à la coopération, à la recherche de la victoire, à l’apprentissage des routines et tactiques) et, d’autre part, la confiance de base dont l’instauration est requise pour pouvoir accéder au play, ou créativité.

1. Entre jeu de séduction et (re)création de liens familiaux

24La perte de nombreux types de relations (amoureuses, familiales, amicales, etc.) est particulièrement mal vécue par les détenues. Afin de compenser ces privations, les détenues (re)jouent certaines formes de séduction ; par ailleurs, elles «tendent à recréer une pseudofamille» (Rostaing, 1997 :62).

25En ce qui concerne la séduction, comme le montre Molinier (2004), au sein des milieux professionnels, la dimension sexuelle que revêtent les interactions entre les acteurs n’est pas absente. Nos résultats le démontrent en contexte carcéral. Des liens affectifs se créent, soit entre détenues et moniteurs de sport, soit entre détenues elles-mêmes. Dans les rapports de séduction qu’elles entretiennent avec les moniteurs, par exemple, elles mettent souvent en avant leurs bons côtés, leurs atouts, que ceux-ci soient esthétiques, sociaux, techniques, ou intellectuels :

Elles jouent sur le côté vestimentaire, sur le côté de se mettre en valeur. Sinon, il y a le maquillage, les vêtements, les tenues légères d’été. Il y a aussi le côté charmeur, le côté gentillesse, elles ramassent le matériel, ou elles nous aident à compter l’effectif de filles pour chaque séance, certaines sont même mal à l’aise quand il n’y a plus de matériel à ranger… il n’y a pas de matériel à ranger pour tout le monde ! Oui, c’est le côté un peu mielleux (Gildas, moniteur de sport).

26Entre mises en scène du corps, participations à l’organisation de la séance, confidences et mots doux adressés aux moniteurs, certaines détenues jouent même à être leur sœur ou leur épouse :

Je considère Jean-Marie comme mon grand frère. […] C’est vrai qu’avec Gildas, j’ai essayé de m’accrocher, parce que pour moi c’est le genre d’homme idéal, mais maintenant j’ai Annabelle (Julie, détenue).

Mon amour [à un moniteur], veux-tu m’épouser ? (Sylvie, détenue).

27Les dispositifs d’interactions mis en jeu dans le rapport détenues/moniteurs donnent à ces femmes le sentiment de vivre des expériences plus signifiantes que celles vécues en détention, a fortiori parce que la reconnaissance intersubjective est réciproque (Honneth, 2000). En effet, loin de se braquer face à ces manifestations, les moniteurs entrent volontairement dans leur jeu, “jouent le jeu” et répondent aux attentes des détenues. Cela a pour effet d’entretenir chez elles l’illusion d’être reconnues. Les moniteurs veillent néanmoins à ce que l’interaction immédiate ou “en train de se faire” ne dépasse pas les limites du cadre imposé par les règles formelles et les rites du “savoir-être” carcéral :

Ce n’est pas une séduction malsaine parce qu’elles ont peur de la réaction des autres. Il y a des limites à ne pas dépasser, par exemple, si une fille reste trop longtemps à discuter avec le moniteur, elle peut se mettre à dos les autres filles donc c’est un danger pour elle (Jean-Marie, moniteur de sport).

28En ce qui concerne l’aspect familial, le sport représente, pour les relations entre détenues, un véritable lieu de rencontre ou de rendez-vous qui favorise l’illusio et le jeu créatif. Autrement dit, il permet aux couples et amies de se retrouver en dehors des activités de groupe. Des relations de filiation symbolique sont également observables : “Mamie”, par exemple, une personne âgée du CD, vient régulièrement encourager ses “petites filles”.

2. “Jouer” le jeu sportif

  • 16  Les femmes les plus engagées dans l’activité, appelées les “techniciennes” dans le rapport de rech (...)

29Chez les détenues les plus engagées16 dans la pratique, le ballon est l’objet transitionnel le plus mis à profit. Le fait, pour ces détenues, d’en maîtriser la trajectoire est un moyen de prouver leur puissance et leur contrôle de l’environnement sportif. Le service comme le smash constituent autant de messages adressés à l’ensemble du groupe (joueuses, supportrices et moniteurs) et/ou à des individus en particulier. Ces formes de communication reviennent à intimider, faire peur, se faire respecter ; elles donnent l’impression d’une reconnaissance :

Y a des filles qui se la pètent trop et qui font des reproches sur des filles plus fortes qu’elles, ça m’énerve, je fais exprès de leur smasher dessus (Catherine, détenue).

30Cette reconnaissance est par exemple satisfaite lorsqu’un geste technique s’accompagne d’applaudissements nourris :

Lorsque Fatima passe au service, elle vise Sylvie et met une telle puissance dans le ballon que cette dernière, dans le camp adverse, ne parvient pas à le réceptionner. La serveuse la regarde aussitôt avec un air assez agressif tout en ayant le sourire et dit d’un ton assez bas : ‘ça, c’est un joli coup’ (Extrait du carnet).

Ouais, complètement, le smash c’est le symbole de la puissance ! Même un smash qui sort, il va être applaudi (Jean-Marie, moniteur de sport).

Les filles aiment bien avoir des spectateurs, ça a pas l’air de leur déplaire parce que quand j’applaudis ça leur fait plaisir. Des fois y en a qui regardent sans trop montrer qu’elle a regardé [sic] vers les spectateurs. Certaines veulent pas donner l’impression qu’elles ont réussi à faire ça et qu’elles sont contentes d’avoir réussi. Et certaines sont vraiment dans le jeu et c’est juste le réflexe de voir la tête des spectateurs (Sabine, détenue).

3. Limites du jeu créatif

31Le jeu créatif est extrêmement fragile, précaire, éphémère et difficile d’accès. D’une part, certains dérèglements ou imprévus sont effectivement à tout instant susceptibles de venir le détruire ou l’interrompre. Dans l’espace fiable du volley-ball, les détenues sont moins sur le qui-vive, se laissent plus facilement aller, tombent plus facilement le “masque” ou la “carapace” pour reprendre leurs termes. De ce fait, l’impact de l’accident ou de l’incident sur l’expérience est plus fortement éprouvé. En outre, le jeu créatif est aussi pour certaines tellement inaccessible que les dispositifs qu’elles mettent en place dépassent le cadre tel qu’il a été défini. Un rappel à l’ordre de la part des autres détenues est donc inévitable et les sentiments mêlés de déception et de frustration sont à ce moment plus fortement ressentis :

Leïla vient vers nous, très énervée parce qu’elle a été renvoyée de sa formation pour problèmes de santé. Elle se met à nous parler de ses problèmes et de son diabète. Entre-temps, Julie arrive et crie à côté d’elle : ‘On sait que tu fais du diabète !! C’est bon !!!’. Et Leïla répond sèchement : ‘Tu me lâches toi !’. Nous apprenons par Gildas plus tard que Leïla joue beaucoup de son diabète, ce qui explique l’agitation précédente. Elle tente d’attirer l’attention sur elle : par exemple, elle vient au sport et joue les deux séances alors que les moniteurs lui ont conseillé de n’en faire qu’une pour ne pas provoquer d’hypoglycémie (Extrait du carnet).

32À vrai dire, la majorité des joueuses n’aspirent pas, dans l’aménagement de ces dispositifs, à obtenir en tant que telle une relation privilégiée et stabilisée une fois pour toutes avec les moniteurs et/ou les autres détenues. Ce qui est recherché se situe moins dans le résultat de l’interaction que dans le processus “en train de se faire”, dans la sensation immédiate et transitoire de liberté, ainsi que dans les émotions ressenties au cours de l’action. En outre, bien qu’elle comporte une part de “comme si”, l’implication dans le dispositif ne peut être décrite comme une pure illusion, ou une forme d’escapisme (évasion imaginaire). Ce qui est en jeu ici est bien plutôt une tentative de se maintenir dans le paradoxe constitutif du jeu : on sait tacitement que c’est un jeu, ce qui n’empêche pas que l’on puisse se prendre à ce jeu (on peut comparer par exemple avec le “comme si” d’un spectacle). Autrement dit, il s’agit moins de choisir entre “illusion” et “réalité”, que de sortir de ce choix forcé. Se tenir dans cet entre-deux a bien des effets réels, puisque cette illusio aide à soutenir ou à supporter (dans un sens qui n’est pas simplement adaptatif) le “principe de réalité” qui correspond aux conditions d’incarcération.

B. Le sport libérateur d’émotions

  • 17  Cette excitation se traduit par des formes multiples d’éprouvés.
  • 18  Les décharges émotionnelles telles que l’euphorie, la rage, la colère et la haine peuvent néanmoin (...)

33Le fonctionnement d’une prison, dont la mission est avant tout de contrôler les mouvements de la personne détenue, impose à cette dernière des «rythmes carcéraux» relativement inflexibles et rébarbatifs (Marchetti, 2001). Il s’ensuit qu’une très forte retenue des affects ou des émotions est exigée dans ce contexte d’immobilité ou de mobilité restreinte et que les états de stress, d’angoisse, de colère, etc. ont d’autant plus tendance à être vécus sur le mode d’un trop-plein qui demande à être évacué. À cet égard, Élias (1986) a étudié les loisirs et les sports dans les sociétés industrielles comme des moyens de compenser ou de contrebalancer l’importance prise par les contrôles et les autocontrôles. De la même manière, le jeu sportif en prison peut être analysé comme un moyen privilégié de se relâcher dans le cadre d’une activité de groupe, et ce, d’une façon autocontrôlée dans la mesure où il modère l’excitation17 grâce à la formalisation, à la réglementation du cadre18. D’une part, pour reprendre les termes des détenues, celles-ci peuvent, à travers l’activité physique, parvenir à “décompresser”, “s’amuser”, “s’aérer”, “se libérer”, “dé-stresser”, “s’éclater”, “s’évader”, “se défouler” :

Le rire est au rendez-vous grâce à Solenne ce jour-là ; elle ne cesse de plonger à terre même si le ballon est hors de portée, elle se jette dans le filet lorsque le ballon est juste au-dessus. J’ai l’impression qu’elle nous fait un spectacle et cela plaît (Extrait du carnet).

34Dans le même temps, elles peuvent également “avoir peur” (peur de perdre l’estime des moniteurs, peur d’être rejetées par les autres), “être angoissées”, “être énervées”, éprouver de la honte, se sentir humiliées et ridiculisées :

Aujourd’hui, l’ensemble des joueuses s’en prennent à Leïla. Elles se moquent d’elle, elles rient dans son dos à chaque fois qu’elle manque le ballon. Leïla répond énervée : ‘Y a pas de quoi rire !!’ (Extrait du carnet).

35Au regard de l’ensemble de ces éléments, les émotions peuvent être envisagées à la fois comme vecteur et comme résultat de l’expérience créative. En effet, comme Kemper (1978) et Scheff (1990) l’ont montré, les situations interactionnelles et circonstancielles sont nécessaires pour susciter des émotions particulières chez les humains, et inversement, ces émotions donnent sens elles-mêmes aux situations. En d’autres termes, les conditions environnementales topologiques, humaines et matérielles associées à la pratique sportive (voir I.A.) facilitent un climat émotionnel bienveillant qui lui-même influence la capacité d’immersion dans le jeu créatif. Partant, les émotions participeraient pleinement à la transformation des expériences vécues par les détenues.

V. Conclusion

36En dépit du caractère stratégique, calculateur et ciblé de l’aménagement de la plupart des dispositifs en milieu carcéral, les détenues parviennent, dans des cadres spécifiques et adéquats, à vivre des expériences créatives qui leur donnent le sentiment d’être reconnues et d’exister. C’est ce que démontre cette étude à travers le dispositif du jeu sportif. Primo, l’espace du gymnase, offrant les conditions préalables nécessaires pour atténuer les contraintes sécuritaires propres à la vie en détention, apparaît comme un lieu sécurisant au sein duquel les détenues semblent se sentir plus “libres”. Secundo, les aménagements formels et normatifs apportés par les moniteurs font du jeu sportif une activité inductrice d’intéressement, qui a pour effet de réguler les rapports de force entre les détenues et qui tend à être égalitaire. Tertio, les aménagements symboliques, négociés et introduits par les détenues elles-mêmes, en font un jeu relativement flexible, impliquant des règles de “savoir-être” qu’il s’agit de connaître et de respecter, et permettant l’enrichissement des expériences individuelles et collectives. L’ensemble de ces aménagements, qui sont fondés sur un accord tacite entre les acteurs, s’emboîtent les uns par rapport aux autres et définissent un système équilibré et propice au déploiement du jeu créatif, voire à la libération d’éprouvés positifs (sentiment de ne plus être prisonnière). Toutefois, le caractère précaire et éphémère du jeu créatif est également susceptible de donner lieu à diverses formes d’émotions négatives (peur, honte, angoisse, etc.). Par conséquent, le vécu émotionnel étant accentué dans le jeu créatif carcéral, les émotions sont plus facilement détectables et peuvent constituer un outil méthodologique intéressant d’observation des expériences vécues. Afin de rendre ces dernières plus descriptibles, il conviendrait certainement de déterminer des indicateurs émotionnels spécifiques tels que les expressions faciales, visuelles, vocales, motrices, territoriales, vestimentaires, ornementales et esthétiques. C’est là probablement encore un terrain d’expérimentation en friche.

Haut de page

Bibliographie

Belin E., 2001, Une sociologie des espaces potentiels. Logique dispositive et expérience ordinaire, Paris, De Boeck Université.

Benguigui G., 1997, “Contrainte, négociation et don en prison”, Sociologie du travail, n° 1, pp. 1-17.

Bentham J., 2002, Panoptique, Paris, Fayard/Mille et une nuits (1791).

Bernheim J.-C., Les effets de l’incarcération,
http://membres.lycos.fr/medpen/doc/ pdf/a0000060.pdf.

Caratini S., 2004, Les non-dits de l’anthropologie, Paris, PUF.

Chantraine G., 2004, Par-delà les murs. Expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, PUF.

Chauvenet A., 1998, “Guerre et paix en prison”, Les Cahiers de la sécurité intérieure, n° 31, pp. 91-109.

Chauvenet A., Benguigui G., Orlic F., 1994, Les surveillants de prison, Paris, PUF.

Clifford J., 1996, Malaise dans la culture. L’ethnographie, la littérature et l’art au XXe siècle, Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts.

Cliquennois G., 2009a, “Les effets du tri et de l’affectation des détenus en régime différencié”, Sociologie du travail, à paraître.
2009b, “The Effects of Emotions in French Prisons”, inWetergren A., Sienben B., Emotions in Bureaucratic Organizations, Munich, Ed. Campus, Coll. Handbook of Emotions, à paraître.

Delchambre J.-P., 2008, “Nouvelle introduction à la socio-anthropologie du jeu”, Cahiers Jeu et symbolique, n° 1, pp. 6-68,
http://centres.fusl.ac.be/ces/document/ WEBCES/SEMINAIRES_Index/LesCahiersJeu&Symbolique.html.

Dewey J., 2005, L’art comme expérience, T. III, Pau, Farrago (1982).

Élias N., 1986, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Garfinkel H., 2007, Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF (1967).

Goffman E., 1968, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Minuit (1961).
1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Gallimard (1974).

Gras L., 2003, “Show sportif et buffet froid. Interactions sportives et sociales entre détenus et joueurs extérieurs”, Criminologie, vol. 36, n° 2, pp. 105-125.
2005, Le sport en prison, Paris, L’Harmattan.

Honneth A., 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Joas H., 1999, La créativité de l’agir, Paris, Éditions du Cerf.

Kemper T. D., 1978, A social Interactional Theory of Emotions, New York, John Wiley.

Marchetti A.-M., 2001, Perpétuités. Le temps infini des longues peines, Paris, Plon.

Mead G. H., 2006, L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF.

Molinier P., 2004, Psychodynamique du travail et identité sexuelle, Paris, ANRT.

Piot S., 2007, “La pratique du sport en prison : entre contrôle institutionnel, moyen de résistance et préservation du sentiment d’être vivant”, Esporte e sociedade, ano 3, n° 7,
http://www.lazer.eefd.ufrj.br/espsoc/pdf/es707.pdf.

Rostaing C., 1997, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF.

Scheff T. J., 1990, Microsociology, Chicago, The University of Chicago Press.

Sempé G., Gendron M., Bodin D., 2007, “Le corps sportif en détention, entre contraintes et libération : approche comparative franco-canadienne”, Revue Corps, n° 2, pp. 55-60.

Sykes G., 1958, The Society of Captives, Princeton, Princeton University Press.

Tournier P., 2008, Dictionnaire de démographie carcérale, Paris, L’Harmattan.

Winnicott D. W., 1975, Jeu et réalité, Paris, Gallimard.

Haut de page

Notes

1  En France, les différents types d’établissements sont : les maisons d’arrêt (MA) au nombre de 115 (69,6% de la population pénitentiaire totale), les maisons centrales (MC) au nombre de 13 (3,1% de la population pénitentiaire), les centres de détention (CD) au nombre de 55 (26,3% de la population pénitentiaire), les centres de semi-liberté au nombre de 12 (0,7% de la population pénitentiaire) et enfin les centres pénitentiaires autonomes (CPA) au nombre de 3 (0,3% de la population pénitentiaire) (Tournier P. , 2008). En principe, les MA accueillent les personnes en détention provisoire, les condamnés à des peines de moins d’un an, ainsi que les condamnés en attente de transfert dans une MC ou dans un CD. Si le régime des MC consiste à mettre en œuvre un système de sécurité renforcé, celui des CD est au contraire orienté vers la réinsertion. Sont par conséquent détenus en CD les individus présentant les meilleures chances de réinsertion et en MC ceux considérés comme les plus “dangereux”. Quant aux CP, ils regroupent différents régimes ou quartiers ; le CP de Rennes, par exemple, comprend un CD, une MA et un quartier de semi-liberté.

2  La sur-suicidité carcérale est de 6,5 au 1er janvier 2007 : le suicide des détenus est 6,5 fois plus élevé que celui des personnes vivant dans le monde libre à profil socio-démographique identique.

3  80 sur 220 détenues, soit 36,36%, participent régulièrement aux activités sportives. Pour pouvoir s’inscrire, les détenues doivent obtenir au préalable l’autorisation de la surveillante en chef qui prend sa décision en fonction de leurs comportements en détention.

4  L’enquête a été menée par la co-auteure de cette contribution, Sophie Piot.

5  Il existe trois régimes de détention au CP de Rennes : un CD d’une capacité de 233 places (dont 15 au quartier d’accueil) ; une MA comprenant 54 places (dont 6 sont destinées aux mineures) ; un quartier de semi-liberté de 4 places et un quartier nursery de 4 places. Par ailleurs, les femmes détenues représentaient 3,8% de la population pénitentiaire totale au 1er janvier 2007 (Tournier P. , 2008), soit 2295 détenues pour une population pénitentiaire de 60403 détenus. La représentativité de la population du CD de Rennes est donc de l’ordre de 10% de la population carcérale féminine et de 0,38% de la population pénitentiaire totale.

6  Cette démarche consiste à combiner à la fois une attitude d’ “immersion” au sein du réseau interactionnel et une attitude “distanciée”. L’attitude d’ “immersion”, en milieu carcéral est à relativiser. En effet, à moins de se faire volontairement condamner et incarcérer, le chercheur ou anthropologue, spécialiste du milieu carcéral, ne peut prétendre s’immerger totalement dans le milieu. Notre préoccupation a été dans un premier temps d’assurer l’intégration de l’enquêtrice au sein du réseau relationnel : «Au début de son séjour, le chercheur ne peut espérer occuper que cette place de l’étranger accepté, qui ne lui est pas donnée d’emblée, d’autant que les raisons de sa présence sont intangibles, donc suspectes» (Caratini S., 2004, p. 82). L’utilisation d’un carnet, au début de l’enquête, a été très mal acceptée par les détenues ; celles-ci se sentaient examinées (imposer une culture écrite dans un milieu qui y est globalement hostile aurait d’emblée pu induire une distance sociale entre le chercheur et le détenu). Dès la deuxième séance, il a été abandonné (du moins sur le terrain, car une fois hors de la prison, un maximum d’informations gardées en mémoire y étaient reportées) au profit d’une participation active. Progressivement les détenues ont intégré l’enquêtrice dans le groupe. Son implication assidue la soumettait aux mêmes règles, rappels à l’ordre, tensions, etc. que les détenues. Afin de prendre distance, il lui fallait alors mettre en place des dispositifs ou trouver des prétextes pour ne pas participer et observer. Il lui est ainsi arrivé, par exemple, de se rendre à la séance sans équipement ni vêtements de sport en prétextant qu’elle n’avait pas pu s’en procurer.

7  L’un des enjeux majeurs de cet article étant d’analyser les “phénomènes transitionnels” à l’œuvre dans le cadre d’expériences créatives carcérales, une définition conceptuelle s’impose d’emblée. Ce concept a été introduit par Winnicott (1975) et repris par Belin (2001) puis par Delchambre (2008). Nous avons fait le choix de nous appuyer sur la définition qu’en donne ce dernier : «Les phénomènes transitionnels recouvrent une vaste gamme d’opérations symboliques et de ressources culturelles (à la fois matérielles et immatérielles) – par exemple les idées et les croyances, les jeux et les expériences culturelles, mais aussi les émotions et les relations, les artefacts et les objets… – qui agissent comme des instruments, des supports, des points d’appui, des vecteurs, des véhicules, des médiations, des facilitateurs, etc.» (Delchambre J.-P. , 2008, p. 14).

8  Le modèle du panoptique de Bentham, qui a inspiré de nombreux projets de construction de prisons au XIXe siècle, est conçu de telle sorte que le corps du condamné soit à tout moment visible et donc surveillé.

9  Dans un souci d’anonymat, les prénoms des détenues et moniteurs cités dans cet article ont été changés.

10  Le CP de Rennes a été construit près de la gare afin de rendre la prison plus accessible pour les familles des détenues et d’augmenter leurs chances de réinsertion.

11  Goffman énumère plusieurs raisons qui incitent l’individu à participer activement aux différentes activités proposées par l’institution “totalitaire” : il évoque des raisons liées au bien-être de l’individu, à l’obtention de récompenses, à l’évitement des sanctions et enfin des raisons liées aux «valeurs associées».

12  Le prétoire, soit la commission prononçant les sanctions disciplinaires à l’encontre des détenus, ou encore le tribunal d’application des peines qui décide des libérations conditionnelles, reposent sur une géographie asymétrique et une verticalité des échanges (Cliquennois G., 2009a).

13  Nous préférons à la notion de “sport” celle de “jeu sportif” parce qu’il s’agit d’un jeu carcéral aménagé dont les enjeux, les valeurs et les règles s’écartent fortement de ceux du volley-ball fédéral institutionnel et se rapprochent de ceux des activités se déployant dans des cadres plus récréatifs, ludiques et moins organisés.

14  Les moniteurs se soumettent volontairement à un règlement sportif plus strict que celui qui est d’application pour les détenues : par exemple, les règles restent de rigueur pour ce qui concerne les fautes de filet et de pénétration.

15  Notons que le plus souvent, en CD, les formes d’ “adaptations secondaires”, au sens goffmanien, mises en œuvre par les détenues sont, avec le temps, de plus en plus nombreuses et variées. Ce n’est que lorsque les détenues possèdent une connaissance minutieuse du système qu’elles ont des chances de parvenir à “exploiter” ce dernier efficacement, et ce, à des fins personnelles. Elles apprennent ainsi progressivement et de manière continuelle durant leur parcours carcéral à connaître l’institution et à “composer avec” les “matériaux” et “terrains de manœuvre” de la prison.

16  Les femmes les plus engagées dans l’activité, appelées les “techniciennes” dans le rapport de recherche initial, ont une bonne maîtrise de la technique du volley-ball, recherchent la compétition, la victoire et l’exploit.

17  Cette excitation se traduit par des formes multiples d’éprouvés.

18  Les décharges émotionnelles telles que l’euphorie, la rage, la colère et la haine peuvent néanmoins s’exprimer avec moins de retenue qu’en détention où elles sont souvent réprimandées et punies de sanctions disciplinaires (Cliquennois G., 2009b). En effet, du fait d’une permissivité plus grande que dans la plupart des compartiments de la détention, le sport «repousse les limites de l’acceptable en matière de relâchement comportemental et affectif du détenu. En défoulant et en ‘dé-routinisant’ il permet d’apaiser la détention» (Sempé G., Gendron M., Bodin D., 2007, p. 58).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Piot et Gaëtan Cliquennois, « La pratique sportive comme vecteur d’expérience créative en prison », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 77-92.

Référence électronique

Sophie Piot et Gaëtan Cliquennois, « La pratique sportive comme vecteur d’expérience créative en prison », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/295 ; DOI : 10.4000/rsa.295

Haut de page

Auteurs

Sophie Piot

Facultés universitaires Saint-Louis, Centre d’études sociologiques, Bruxelles.

Gaëtan Cliquennois

Facultés universitaires Saint-Louis, Centre d’études sociologiques, Bruxelles et École des hautes études en sciences sociales, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, sciences sociales, politique, santé, Paris.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org