Navigation – Plan du site
Varia

Logiques de conversion identitaire dans l’exercice du métier

Incursion dans le monde du handball professionnel
Logics of Identity Conversion in Exercising one’s Profession. An Incursion into the World of Professional Handball
Christophe Mauny
p. 113-130

Résumés

Le regard médiatique semble distiller une perception homogène voire standardisée du jeu sportif collectif. Cependant, derrière cette forme apparemment uniforme du jeu, s’entrevoit une diversité des regards de laquelle découle une pluralité de manières d’exprimer verbalement et corporellement le jeu sportif. En investissant le milieu du handball professionnel, notre travail méthodologique, de type herméneutique, tente d’accéder au sens que donnent les acteurs à leur pratique de prédilection au travers de leurs discours et de leurs comportements. Les résultats montrent que s’opère un véritable processus de conversion dans l’exercice du métier confrontant chacun au problème de sa propre identité professionnelle. Être joueur de handball de haut niveau, être joueur professionnel et être joueur expert d’une pratique sportive, ces trois postures se conjuguent et se situent au cœur de la définition identitaire du sportif.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Que ce soit par le prisme de l’analyse des organisations (Chantelat, 2001), des techniques d’entraînement (Wahl, 1998 ; Terret, 1996 ; Waser, 1998) ou de la structuration institutionnelle et juridique d’une profession sportive (Faure/Suaud, 1999 ; Bayle, 2000), bon nombre de travaux ont tenté d’appréhender le processus de professionnalisation du monde sportif selon une perspective économique. Aussi réalistes qu’ils soient, ces travaux ne valorisent pas le poids des représentations individuelles des joueurs. Là, se situe l’objet de notre contribution. Il s’agit d’opérer une incursion dans le monde du handball professionnel pour dépasser l’apparence formelle du jeu et tenter de «montrer comment, dans un même sport, plusieurs manières de pratiquer coexistent et s’accompagnent de façons différentes d’apprécier la pratique et d’interpréter sa signification» (Defrance, 1997 :55). Aussi, ces logiques d’acteurs conduisent à identifier non pas une identité mais des identités individuelles et collectives qui témoignent de la diversité des acteurs mais également du possible processus évolutif du parcours individuel en cours de “carrière” (Hughes, 1996).

2L’objectif poursuivi est moins de formuler les contours d’une profession, tant la polysémie du terme rend difficile l’élaboration d’une définition univoque (Ferreol et al., 1991), que de dégager les formes d’identités au travail dans la continuité des travaux initiés par Renaud Sainsaulieu (1977) et Aron Cicourel (1979). Dépassant la simple définition du professionnel et de la profession pour cerner les multiples saillances de l’identité professionnelle, Claude Dubar (2002) montre que celle-ci se définit à la fois en termes de poste, de statut, de discipline d’application, mais aussi d’appartenance à l’entreprise. Loin de remettre en cause ces rubriques, il nous semble que l’identification en termes de statut se complexifie dès lors qu’apparaît la pluralité et la diversité statutaire du handballeur professionnel. Au-delà, c’est la figure de l’expert qui est interrogée. «Image accomplie des traits de la professionnalité» (Paradeise, 1985 :25), l’expert a atteint, par sa capacité à gérer la complexité de son domaine d’activité, un niveau de complétude dans l’acte professionnel.

3Pour aiguiller notre travail, nous privilégions une lecture symbolique du handballeur professionnel en analysant la réciprocité qui s’opère «entre les pulsions subjectives et assimilatrices et les intimations objectives émanant du milieu cosmique et social» (Durand, 1960 :39). A la manière dont il perçoit son activité, le joueur façonne sa posture visible de professionnel et dans le même temps exprime le lien entre l’immédiateté de son rapport à l’activité sportive et les mythes sous-jacents. A cet égard, nous plaçons le concept de conversion au centre de notre lecture socio-anthropologique tant il semble être un véritable révélateur de la transformation identitaire qui s’opère entre l’homme du quotidien et le handballeur professionnel. Pour ce faire, nous entendons rendre compte des éléments internes et externes au jeu qui conduisent l’individu à se reconnaître et à se faire reconnaître en tant que sportif professionnel.

II. Pour une sociologie compréhensive de l’identité professionnelle

4La méthode empruntée s’appuie sur le modèle wébérien du type idéal comme moyen d’accéder à une construction intellectuelle de catégories fondées sur des logiques de comportement diverses (Coenen-Huther, 2003). Cette «stylisation de la réalité» (Schnapper, 1999 :18) nous permet de formaliser le sens de l’activité sportive avec tout ce qu’elle génère d’émotions et d’empreintes corporelles ressenties par les uns et les autres.

  • 1  Nous avons conduit des interviews (n=25) auprès de quatre catégories d’acteurs : des joueurs origi (...)

5L’articulation des modes de recueil de données (entretiens semi-directifs de joueurs nationaux et internationaux français et étrangers1 ; séquences d’observation répétées et prolongées d’entraînements et de matches) permet d’appréhender dans sa complexité le rapport sensible à l’activité sportive. Prenant appui sur la méthode ARO (Raymond, 1968), notre traitement met en relation les informations de type sémiologique relatives au langage avec les informations de type sémantique contenant les symboles et images adjacentes. Retranscription fidèle, découpage sémantique, reconstruction du sens global du discours constituent les principales étapes offrant une lecture plus opérationnelle. Celle-ci s’effectue d’abord horizontalement pour déterminer le rapport de sens précis que chaque individu entretient avec les éléments du système pratique, puis verticalement pour accéder à une vision interprétative plus globale identifiant les points de fixation à partir desquels les individus conçoivent leur activité. Néanmoins, le corps agit parce qu’il est agi. «L’inscription corporelle de l’esprit» (Varela, et al., 1993) s’illustre au travers des techniques produites par le corps et qui traduisent un certain type de rapport au monde. Entre observation flottante et observation orientée, notre regard tente de saisir la connotation de sens des expressions corporelles dans le jeu ou en dehors du jeu. Entendre, écouter et regarder constituent les trois actions complémentaires et fondamentales de notre propre sensibilité comme autant de conditions minimales pour espérer saisir la sensibilité de l’autre. Entendre, c’est recevoir ce qui est dit pour saisir les mots comme porteurs de signification et les positionner dans un temps et un espace participant de leur construction de sens. Écouter, c’est mettre en éveil l’ensemble de nos propres sens, avoir un niveau maximum de réceptivité pour relever dans le quotidien des gestes, des bruits, des comportements rendant compte d’un état de conscience à un moment donné. Regarder, c’est détecter chez l’autre des indicateurs corporels témoignant d’une confirmation ou d’une infirmation du contenu de son discours. Ces trois principes méthodologiques supposent une présence de longue durée sur le terrain d’enquête afin de saisir le maximum d’indices verbaux, corporels et graphiques permettant de comprendre comment les joueurs interagissent entre eux et avec le milieu, autrement dit comment ils voient les multiples situations constitutives de leur activité professionnelle. Néanmoins, l’immersion sur le terrain doit se coupler avec une posture distante comparable au regard d’une tierce personne. En effet, l’impossibilité de nous mettre à la place de l’autre nous contraint à «instituer un rapport […] à partir d’une altérité et non d’une plus ou moins forte identification» (Bouvier, 1989 :45). Si l’indice prélevé est significatif en lui-même, c’est le recoupement de plusieurs indices qui permet d’accéder à leur sens au regard de chaque situation vécue.

6De cette analyse émergent des modèles compréhensifs du joueur de handball dans l’exercice de son métier. C’est alors un triple processus de conversion évolutif au gré de la carrière du sportif qu’il nous est donné d’expliciter. Le premier reflète une identification attachée à la pratique sportive elle-même. Le second révèle la posture identitaire du joueur au sein de l’équipe par sa manière d’exercer son métier. Le troisième procède de la définition de l’expertise et de la nature de sa production eu égard aux attentes du public.

III. Une conversion du pratiquant dans le rapport au jeu : être joueur de handball de haut niveau

A. De quelques éléments incontournables du jeu…

7Les discours des joueurs restent empreints des constituants symboliques qui fondent la structure même du jeu sportif collectif. Ainsi, les éléments constitutifs du handball révèlent un système de propriétés symboliques (Pociello, 1995) qui permet de comprendre le sens profond de l’existence de l’activité sportive, mais aussi de l’engagement de certains individus à pratiquer cette dernière. Chaque élément contribue ainsi à l’existence du jeu et situe les actions individuelles et collectives.

8La balle, transmise de mains en mains, matérialise le mouvement du jeu. La variabilité des vitesses de transmission d’un joueur à l’autre crée une dynamique génératrice de sensations tactiles et de tensions entre les acteurs de la partie :

C’est comme une paire de chaussures, je vais prendre un ballon et je vais avoir l’impression qu’il va me permettre de faire plein de choses techniquement (Jessy, né en 1975, ailier).

9De la maîtrise technique de la balle découle l’impression d’une fluidité dans le déroulement du jeu ainsi qu’une harmonie entre les joueurs.

10Le terrain de jeu devient, dans le contexte de l’opposition collective, un territoire orientant les déplacements et les actions sportives vers une logique de conquête. Lieu de joie et de peine, d’illusion comme de désillusion, il génère une intensité émotionnelle à laquelle il semble difficile de renoncer même lorsqu’elle est négative :

T’as bossé pour ça. J’explose une fois que je suis sur le terrain. Je ne suis plus le même (Bastien, né en 1981, international A’, demi-centre).

11La cible, totem qu’il faut s’approprier ou protéger, participe de la dramatisation du jeu puisque chaque but est porteur d’émotions, positives lorsqu’il est marqué, négatives lorsqu’il est "encaissé".

12La ligne centrale qui coupe le terrain en deux parties égales symbolise la démarcation de deux camps distincts et participe de la sorte au processus d’identification entre un “chez nous” (les partenaires) et un “chez eux” (les adversaires). Les coordinations technico-tactiques entre les joueurs visent, dans le même temps de l’action, à sceller l’union entre les partenaires et à mettre à distance les adversaires.

13Enfin, les lois du jeu supposent l’existence d’un langage commun permettant à tous les acteurs de se reconnaître et de s’accepter, au jeu d’exister et au plaisir de s’exprimer.

14L’analyse linguistico-symbolique des interviews tend à montrer que les éléments constitutifs du handball, bien qu’ancrés au cœur du fondement symbolique de l’activité sportive, ne sont ni omniprésents, ni exclusifs dans le cadre de ce qui est devenu aujourd’hui, compte tenu des enjeux associés à la compétition sportive et au «culte de la performance» (Ehrenberg, 1991), une pratique professionnelle.

B. … à la vision moderne du handballeur de haut niveau

15Les joueurs professionnels se différencient des autres joueurs de handball par leur manière de placer leur corps, par la notion de performance et par le règlement auquel ils sont soumis. Tous ces éléments du jeu participent du sens de l’activité, mais c’est dans la façon dont ils sont mis en œuvre sur le terrain que l’on perçoit les différentes projections du regard ainsi que la diversité des niveaux de jeu.

16Puisque «vivre, c’est réduire le monde à son corps, à travers la symbolique qu’il incarne» (Le Breton, 1998 :7), cette activité corporelle exprime une forme particulière de relation à soi, aux autres et au monde. Au-delà de la manipulation à une main du ballon ainsi que des formes variées de lancers, c’est surtout le contact des corps qui rend compte du contexte d’opposition directe au sein duquel chacun recherche une domination sur l’autre. D’ailleurs, les interviews et les observations ont montré que le plaisir éprouvé se trouve bien plus dans l’expression de la virilité pendant les moments de contacts corporels que dans les seules productions techniques :

Quand le mec arrive et veut me passer, c’est tout, faut que je lui rentre dans le lard. En plus j’aime bien ça (Bastien).

17La puissance des contacts, la force des lancers et la ruse des manipulations techniques et tactiques fondent l’attachement émotionnel à cette pratique sportive. A l’évidence, le corps se pose comme un attracteur de l’identité du handballeur de haut niveau.

18C’est aussi une activité qui se mesure en termes de performance. Le score constitue un référent permanent qui, à lui seul, peut faire fluctuer jusque dans le cours même de la rencontre les sentiments des joueurs du positif au négatif et inversement. Au-delà de ce critère externe non négligeable, l’activité est mesurée spatialement et temporellement. En ce qui concerne l’espace, ce dernier est organisé autour de différents «endroits» (Boesch, 1996) conditionnant autant de mises en situation des comportements des joueurs. Que ce soit le gymnase, le vestiaire, le terrain de jeu, la salle de soin, la buvette ou les bureaux administratifs, chaque endroit implique des conduites spécifiques à la fois dans le contenu et l’expression des émotions. De la même façon, le paramètre temporel semble s’organiser autour d’habitudes de fonctionnement. Ainsi en va-t-il des alternances entre les matches et les entraînements, entre les phases d’effort et de récupération… Le respect des horaires et un investissement conséquent à l’entrainement comme en matches constituent autant de critères et de règles nécessaires au bon fonctionnement du groupe et signent les caractéristiques d’un haut niveau de pratique alliant quantité et qualité de l’implication et de l’application.

  • 2  Il faut distinguer deux notions : les lois du jeu et les règles du jeu. Les premières dévoilent le (...)

19Enfin, par l’ordre qu’elles instruisent et par la possibilité qu’ont les joueurs de les contourner, les règles2 s’inscrivent au fondement du jeu. «Aspect cognitif représentant la structure de la conduite» (Dubar, 1991 :26), elles participent du processus de socialisation permettant de qualifier le joueur de handballeur. La tâche du joueur est de les intégrer dans le jeu, voire dans son jeu, comme une condition d’accès à une liberté d’agir. S’il semble que l’accès au jeu est conditionné par le respect des règles, ces dernières deviennent rapidement l’objet d’un jeu en soi par les manœuvres de questionnement, de contournement, voire de détournement que les joueurs opèrent sur le terrain afin d’imposer leur pouvoir sur le jeu. Cette relation entre le pouvoir et la règle, deux pôles permettant d’appréhender l’organisation sociale des actions, montre bien que, dans les sports collectifs aussi, les règles définissent les relations de pouvoir qui en retour provoquent des procédures d’adaptation ou de changement (Friedberg, 1993). La situation d’opposition corporelle génère des conduites parfois déviantes qui poussent les instances dirigeantes à réfléchir aux modalités d’interprétation des règles, voire à la possibilité de les contrôler au moyen de l’échelle des sanctions. A ce titre, le handball, comme toute autre activité sportive, est un “jeu de société” au sens où chacun doit trouver sa place et exprimer sa liberté d’action dans le respect de règles préétablies.

IV. Une conversion du joueur dans le rapport au sport : être joueur professionnel

20L’actualité du handball confirme l’opérationnalité d’un autre processus de conversion : la professionnalisation du joueur. Notre étude montre l’existence d’un visage protéiforme du joueur professionnel (Tableau 1) ; celui-ci s’élabore à partir des axes émergeant des discours : le regard porté sur l’activité, le sens donné à l’investissement, celui du lien social constitutif du rapport à l’autre et donc à l’équipe et enfin, les valeurs sous-jacentes à l’engagement. C’est de l’explicitation de cette diversité des identités professionnelles que nous traitons dans ce paragraphe.

A. Le “missionné” : un consultant haut de gamme

21Parce que chaque joueur de haut niveau se caractérise par la spécificité du poste occupé et des tâches associées, tous les membres de l’équipe semblent en apparence “missionnés” dès lors qu’ils contribuent à l’alchimie d’un collectif que l’entraîneur doit parvenir à “constituer”, “organiser”, “diriger” et “contrôler”. Néanmoins, le terme de “mission” possède un sens plus profond que les modes de recrutement semblent confirmer. Le joueur “missionné” paraît être l’équivalent du consultant dans le milieu de l’entreprise. Il est ce joueur que l’on sollicite pour venir temporairement apporter son expérience afin que le fonctionnement interne de l’entreprise, en l’occurrence l’équipe sportive, évolue positivement. Doté de qualités techniques et tactiques reconnues, il est un joueur détecté, parfois recommandé, dont «on est en droit d’exiger qu’il fournisse à tout moment un minimum de performances» (Jean-Pierre, Directeur Technique). Recruté pour l’exécution de tâches précises et la production d’un niveau attendu de performance, il a très tôt construit son rapport à la pratique selon un modèle de carrière. Il perçoit son activité comme un “travail joué” soumis à des exigences de rendement. Dès lors qu’il est voué à ne pas rester définitivement dans le club, son expérience sportive se mesure au rythme de mutations considérées comme autant d’étapes significatives de sa carrière de sportif. Conscient que son niveau de performance est tributaire de facteurs aléatoires, tels qu’une baisse momentanée de sa forme physique, un mal-être dans son nouvel environnement, une blessure plus ou moins longue…, le joueur “missionné” se restreint à fixer des objectifs sur le court terme du contrat. “Assurer le niveau de jeu” attendu par les dirigeants revient à garantir son proche avenir dès lors qu’il s’agira de renégocier les termes financiers de son contrat ou bien d’envisager un départ avantageux vers un autre club, français ou étranger. Ce rapport utilitaire, presque mécanique, en tout cas rationnel à sa pratique, influence notablement la technicité développée par ce joueur. Chacun recherche à épurer ses techniques en supprimant les gestes parasites, ceux-là même qui allongent le temps de réponse et nuisent à l’efficacité. Ainsi, l’orientation du corps, le placement du bras, le positionnement des pieds sont autant de points techniques sur lesquels le joueur se questionne et échange avec les autres joueurs et/ou avec l’entraineur. Recherchant constamment à faire évoluer ses habiletés techniques, il ne néglige pas pour autant ce qu’il a déjà automatisé et qui représente une sorte de “fonds de commerce”. Pour lui, la relation parait simple : l’obtention des titres dépendra de la régularité de son efficacité et donc d’une maîtrise parfaite des techniques et des tactiques :

Parce que tu fais ça tous les jours, tu prends une meilleure décision que quelqu’un, un amateur, qui fait ça une fois dans la semaine. Si tu répètes tout le temps, forcément tu vas progresser (Ragnar, né en 1978, international islandais, demi-centre).

22Le nombre de victoires et la position de l’équipe dans le classement sont des indicateurs forts qui permettent au joueur “missionné” d’estimer son niveau d’influence. Si son positionnement quelque peu individualiste eu égard à ses objectifs de carrière semble être un fait certain, il n’en demeure pas moins qu’il a conscience d’évoluer dans un collectif et que les relations avec les autres joueurs ne sont pas à négliger. De la même manière que les autres, sa décision de pratiquer un sport collectif est liée au simple plaisir de vivre collégialement les effets d’une pratique sportive. Partageant le même statut de professionnel, il considère l’Autre comme son égal attendant de lui les mêmes devoirs d’investissement et de sérieux. Si le groupe semble se constituer sur un principe de liaison, il semble que l’attribution d’une responsabilité particulière par les dirigeants (président et entraîneur) fonde sa singularité surtout dans l’instant du match. La relation à l’Autre semble donc bien s’établir sur une logique d’échange réciproque dans la mesure où l’obligation de collaborer suppose la mise en retrait de l’intérêt individuel au profit d’une mutualisation des bénéfices (Cordonnier, 1997). C’est ainsi que le joueur peut accepter de jouer avec et aux côtés d’un autre pour lequel il n’éprouve pas particulièrement d’estime :

Je ne dois pas être un ami pour pouvoir jouer avec lui. Sur le terrain ou dans la vie c’est différent (Robert, né en 1973, international polonais, pivot).

23Le contrat juridique qui lie ce joueur pendant un temps au club se double de deux autres types de contrats, moins officiels. L’un est moral et suppose un comportement digne de la première opinion portée sur lui. L’autre est sportif et porte sur le niveau attendu de performances. Le caractère professionnel du joueur s’observe à la fois dans la prudence dont il fait preuve pour conserver un niveau de jeu lui assurant son avenir et dans son aptitude à prendre courageusement des risques pour assumer ses responsabilités :

S’il y a quelque chose qui ne va pas, c’est quand même à moi de régler ça (Ragnar).

Tableau 1. Profils du joueur de handball professionnel

Tableau 1. Profils du joueur de handball professionnel

B. Le “fidèle” : un technicien spécialisé

24Le joueur “fidèle” entretient un rapport affectif à sa pratique sportive et plus spécialement à l’environnement local. Formé au club, parfois dès son plus jeune âge, il considère celui-ci davantage comme une finalité plutôt que comme une étape intermédiaire dans sa carrière sportive. Ainsi, il a pu et su bénéficier d’un environnement favorable à son développement sportif :

Ça me paraît fondamental aujourd’hui de concevoir une équipe avec des gens de la région. Recevant de l’argent public, il est fait pour être redonné à certains nombres d’athlètes locaux mais aussi régionaux [sic] (Nicolas Bernard, président du club de Dunkerque depuis 1990, directeur général de la communication pour la ville de Dunkerque).

25Bien que le joueur “fidèle” affirme être prêt à changer de structure, son attachement profond à un environnement géographique, social et culturel (le club mais aussi la région), forgé année après année, constitue un lien fort. Pour autant, il reste soumis aux mêmes exigences de performances que les autres. Autrement dit, on attend de lui qu’il exécute au mieux les tâches associées à son poste de jeu. Développer des savoir-faire techniques lui permet ainsi d’asseoir son positionnement dans l’équipe.

26S’il a le souci constant d’assurer un niveau de jeu minimum, il le fait certes pour son compte mais aussi et surtout pour participer à l’histoire d’un club, de “son club”. Dès lors, les valeurs collectives et les moments de liesse à partager avec les autres membres de l’équipe lui suffisent pour éprouver du plaisir. Évidemment, être payé lui fait prendre conscience de son statut de professionnel et lui donne surtout le sentiment d’exercer un métier. A l’évidence, le passage de l’amateurisme au professionnalisme s’est opéré relativement naturellement et a été perçu davantage comme un moyen plutôt que comme un réel changement de statut social : un moyen offrant au joueur “fidèle” des conditions favorables pour progresser dans sa pratique et ainsi avoir le sentiment de “jouer au travail”. Comme le précise ce joueur :

Je n’ai jamais eu besoin d’une prime pour jouer plus, pour courir plus. Négocier des salaires, c’est plus pour avoir un mode de vie offrant la possibilité de travailler plus son handball (Jessy).

27Le joueur “fidèle” trouve son équivalent dans le milieu de l’entreprise en la personne de l’ouvrier expérimenté qui, arrivé très jeune au plus bas de l’échelle, a gravi les échelons sans pour autant et systématiquement atteindre le sommet des responsabilités. Dans le milieu du handball, il n’est pas le dépositaire de droit du jeu collectif même s’il bénéficie de la reconnaissance totale de la part du public et plus particulièrement des supporters. Incontestablement, il est ce joueur sur lequel on peut s’appuyer pour conserver l’esprit d’un lieu et d’une structure, à l’identique d’un gardien du Temple :

Ça fait maintenant dix ans que je suis au club, que je m’entraîne avec eux, que je fais toutes les préparations. Je n’ai pratiquement pas été une seule fois blessé durant dix ans, donc je suis quand même fidèle au club, à l’équipe (Didier, né en 1977, gardien de but).

28Dès lors, le match joué à domicile prend une dimension particulière puisque, connu de tous, le joueur “fidèle” sent parfois le besoin profond de “faire partager son plaisir du jeu” en associant la monstration du “beau” avec celle de l’efficacité pour donner du sens à la technique (Mauss, 1989). La technique peut alors devenir productrice d’exploit au risque de paraître irrationnelle au regard du déroulement du jeu. A contrario, le match joué à l’extérieur inhibe le sentiment du partage avec le public et conduit ce type de joueur à rechercher davantage l’efficacité gestuelle plutôt que l’exploit technique, par définition risqué.

29Si le collectif se pose pour lui en valeur refuge, le joueur “fidèle” veille constamment à conserver ses prérogatives. Elles lui permettent de préserver un positionnement identitaire participant de sa reconnaissance sociale au sein de l’équipe. Dans cette perspective, en tant que “pro”, il ne peut démontrer sa compétence qu’à la condition d’être sur le terrain. Il mettra donc tout en œuvre pour conserver, parfois reconquérir, son poste de titulaire. Néanmoins, le joueur “fidèle” revendique une relation d’équipier fondée sur le partage. Il est de ceux qui participent à la vie du groupe, convaincu que le niveau de performance dépend de la nature et de l’intensité du lien qui unit les joueurs en dehors des horaires d’entraînement et de match :

Je ne pourrais pas jouer dans une équipe de mercenaires et rentrer chez moi tout de suite après le match (Éric, né en 1975, arrière).

30Dans le même ordre d’idée, le joueur “fidèle” estime qu’il est naturel de se mettre d’abord au service du collectif :

Si Jean-Pierre [entraîneur] m’a retiré de la défense, c’est parce qu’il y avait des joueurs qui ont accepté de faire le sale boulot. Le groupe compte plus que tout (Laurent, né en 1970, arrière).

31Cette abnégation peut aller jusqu’au sacrifice individuel pendant le temps d’une rencontre. Ce joueur accepte alors d’exécuter un travail dans l’ombre d’un autre, voire de laisser sa place à son concurrent direct :

Il faut être capable d’aller au charbon pour un copain et le faire briller parce que le match suivant c’est peut-être lui qui ira au charbon pour l’autre (Jessy).

32Le joueur “fidèle” ne dissocie pas sa recherche de progression ascensionnelle de celle du lien social. Les relations entre les hommes forgent un contexte favorable à la progression du collectif et, donc, du joueur lui-même. Son attachement à un territoire le pose en garant des valeurs du club et de sa mémoire. En ce sens, il est un joueur de devoir.

C. “L’apprenti” : un pari sur l’avenir

33Le joueur “apprenti” se distingue des autres par son jeune âge et sa relative inexpérience du haut niveau. Contrairement à ses partenaires plus expérimentés, il n’est pas contraint de fournir un haut niveau de performance. Il représente un pari sur l’avenir au regard de son potentiel estimé. Sa jeune expérience assure au club la possibilité de stabiliser un collectif dans la mesure où il lui faudra quelques années pour étoffer son jeu et s’affirmer progressivement avant d’envisager un possible transfert. En ce sens, il est un indicateur fort pour mesurer la qualité de la formation dispensée au club, ce qui n’est pas négligeable pour la gestion d’un budget annuel. En effet, une faiblesse en matière de formation interne oblige les dirigeants à recruter, ce qui n’est pas sans conséquences financières sur le budget global. Pour autant, “l’apprenti” ne constitue pas forcément une valeur sûre. En effet, il se peut que sa marge de progression soit en deçà des espérances ; il se peut également qu’il réponde à une proposition intéressante émanant d’un autre club (rémunération, valeur du club ou durée du contrat). Si ce deuxième cas de figure prive le club d’un joueur, il n’est pas sans avantages en termes de renommée :

Pour nous, c’est une fierté de voir qu’on a réussi à former un joueur que les grands clubs veulent. Même si c’est un petit peu frustrant. Et puis les joueurs sont libres. Tu connais les conditions de travail. Les propositions économiques font qu’un jour tu es là, un autre tu es ailleurs (Régis, responsable marketing).

34Intégrer le collectif constitue pour “l’apprenti” une chance à saisir mais aussi la reconnaissance de sa valeur intrinsèque. La régularité de ses apparitions sur les feuilles de matches témoigne de son appartenance à l’équipe ; celle concernant son temps de jeu effectif durant le match témoigne de son appartenance au jeu :

Je pars avec l’idée qu’il faut faire ses classes. Il faut laisser du temps pour se développer (Nicolas, Président).

35A l’évidence, “l’apprenti” “travaille pour jouer”. Face aux perspectives qui lui sont présentées, sa pratique sportive devient un objet prioritaire au détriment parfois de ses études. La recherche de performance immédiate et sa nouvelle position de salarié le contraignent à opérer une décision à l’avantage de sa carrière sportive lorsqu’il doit choisir entre “être présent à l’entraînement” ou bien “suivre un enseignement”. En lieu et place du match, ce sont les entraînements qui constituent l’enjeu absolu :

Je ne peux pas me permettre de rater un entraînement si je veux avoir des chances d’être pris dans l’équipe (Simon, né en 1982, ailier).

36Sa ponctualité aux entrainements, son sérieux dans l’exécution des exercices proposés et sa faculté à comprendre rapidement les schémas tactiques sont les indicateurs à partir desquels l’entraineur juge la capacité du joueur “apprenti” à faire partie officiellement du groupe des “pros”. Son rapport à ce nouveau travail se base sur une écoute extrêmement attentive des consignes et recommandations prodiguées par l’entraîneur et/ou d’autres joueurs plus expérimentés, à la manière du compagnon dans sa relation au(x) maître(s) (Guédez, 1994). En attendant de jouer régulièrement, il accepte d’autant mieux sa position de remplaçant sur le banc de touche qu’il reconnaît à l’observation des vertus d’apprentissage. Cette position commencera à être progressivement remise en cause dès lors qu’il goûtera aux émotions du jeu :

En général on commence avec des temps de jeu assez faibles puis on grignote au fil du temps (Nicolas, Président).

37Pour gagner sa place dans l’équipe, “l’apprenti” doit démontrer son niveau de performance aux entraînements. Il s’agit pour lui de montrer l’efficacité de son savoir-faire technique, base sur laquelle se fonde la confiance de l’entraîneur et des autres joueurs de l’équipe. Il doit s’inscrire dans une logique d’amélioration et de consolidation technico-tactique qui le contraint à privilégier la production et la reproduction systématique de techniques en lieu et place de la création pure et simple. En un mot :

Pour te mettre en confiance tu reproduis ce que tu sais faire le mieux (Bastien).

38Concernant les autres joueurs, “l’apprenti” adopte un positionnement ambigu qui le situe à la fois proche et loin des autres : proche par les liens parfois amicaux qui le lient aux autres ; éloigné par son hésitation à solliciter directement les conseils pour saisir les “ficelles du métier”. Les rapports humains entre les joueurs de l’équipe, bien qu’empreints de concurrence, se construisent sur une logique de don dans la mesure où l’on vise la cohésion nécessaire pour atteindre un niveau de jeu collectif minimum. “L’apprenti” s’inscrit ainsi dans cette logique de don qui articule le donner – recevoir – rendre mis en valeur par J. T. Godbout (2000) sur la base des travaux de Marcel Mauss. Néanmoins, le décalage temporel séparant le simple fait de donner et de rendre témoigne de la difficile mais nécessaire obligation d’accepter d’opérer un don unilatéral, tout du moins dans la première partie de la carrière sportive. Le joueur doit d’abord se fondre dans le collectif avant de pouvoir s’affirmer en tant qu’individu.

39Le positionnement du joueur “apprenti” au sein de l’équipe n’étant pas stabilisé, il s’agit pour ce dernier, de conjuguer son envie de “faire mieux” avec sa capacité à “faire plus”. En ce qui le concerne et plus encore que pour les joueurs expérimentés, la visée qualitative de ses habiletés techniques est fortement liée à l’investissement quantitatif. Il se situe dans une phase d’acquisition des rudiments techniques durant laquelle il doit apprendre à maîtriser divers "tours de main" technico-tactiques. Sa professionnalisation en cours de construction lui procure les moyens de se spécialiser à un poste défini dans le but de s’affirmer en joueur de demain. Si à l’entraînement il privilégie le rapport quantitatif, en match il s’inscrit dans une perspective plus qualitative en évitant au maximum de commettre des erreurs.

D. Le “professionnel partagé” : un joueur exemplaire

40Dans un environnement caractérisé par la recherche de la haute performance, les clubs imposent aux joueurs un investissement à temps plein qui ne laisse aucune place pour l’exercice d’une autre profession. Pourtant, nos entretiens révèlent l’existence exceptionnelle d’un type idéal, partageant deux activités professionnelles grâce à des aménagements hebdomadaires :

Mon directeur adapte mon emploi du temps en fonction aussi du handball et ça me convient très bien (Guéric, né en 1972, international A, pivot).

41Cette situation ne peut être que temporaire. Chacun a conscience que ce “professionnel partagé” s’appuie sur des acquis antérieurs et un niveau de jeu qui risquent progressivement de se dégrader eu égard à l’insuffisance des entraînements et à l’âge. Si ce sportif est soumis lui aussi à des exigences de performances, les dirigeants attendent néanmoins de lui un rendement d’une nature différente, orienté davantage vers un partage d’expérience. Fin connaisseur de sa pratique sportive, il a accumulé au fil de sa carrière une expérience connue et reconnue. La fin de carrière approchant, il a préparé une reconversion lui permettant d’assurer “l’après-handball” tout en préservant le projet familial :

J’ai préféré revenir en France plus pour le boulot, l’avenir professionnel, la reconversion, le boulot de ma femme et l’éducation de mes enfants (Guéric).

42Dès lors, l’autre emploi, occupé parfois dans une autre institution, prend une part importante dans les préoccupations quotidiennes du “professionnel partagé”. Bien sûr, le fait d’être payé par le club le contraint à ne pas négliger son engagement sportif. Pour autant, l’obligation de résultats prend une autre forme. La place et le rôle occupés au sein du collectif supplantent sans l’annuler complètement l’efficacité statistique. De même, le renouvellement éventuel de son contrat ne semble pas générer chez lui une pression importante. De ce fait, il retrouve ce qu’il avait laissé s’enfouir dans sa conscience, à savoir le plaisir pur et simple de pratiquer une activité sportive sans pression économique. Ce plaisir s’affirme d’autant que le joueur a le sentiment de maîtriser son sujet. Les dirigeants souhaitent qu’il occupe la place de joueur référent au sein du collectif dans la mesure où il doit véhiculer un certain état d’esprit dans la manière de pratiquer le handball de haut niveau.

43Bénéficier de ce droit si particulier au sein d’un club ne relève pas du hasard ; le “professionnel partagé” doit ce statut à son bagage technico-tactique qu’il a mis plusieurs années à construire, à affiner et à stabiliser. Pour autant, la réduction du nombre d’entraînements ne constitue pas à proprement parler un contexte favorable pour construire de nouveaux savoir-faire. Ceci ne lui parait pas problématique dans la mesure où les exigences attendues ne se mesurent pas en termes de pourcentage de réussite. Il s’agit donc pour lui d’envisager l’entraînement comme un moment d’entretien de ses techniques individuelles, de ses capacités physiques ainsi qu’un moment d’intégration au collectif. C’est d’ailleurs sur ce dernier plan que se situe l’importance de son investissement puisque le partage de son expérience doit contribuer à élever le niveau de jeu du collectif.

44Paradoxalement, alors qu’il est un référent pour les autres et qu’il doit communiquer ses savoir-faire technico-tactiques reconnus par ses pairs, c’est sur ce même plan que le “professionnel partagé” peut rencontrer des problèmes. La transmission des ficelles du métier ne reçoit pas toujours en retour la reconnaissance méritée :

Faire passer un message parce qu’on a déjà vécu cette situation. Je ne dis pas de faire ce que je dis, mais au moins d’écouter (Guéric).

45Les autres joueurs (à quelques rares exceptions) ne lui offrent pas la possibilité d’établir de nouvelles sociabilités plus profondes, semblables à celles qu’il avait pu vivre des années auparavant dans d’autres collectifs. Cela peut alors à certains moments, dans une logique de retrait individuel, déplacer son intérêt vers l’autre activité professionnelle plus porteuse d’avenir (Sainsaulieu, 1985).

46Le haut niveau de spécialisation que ce joueur a pu façonner tout au long de sa carrière fait de lui un véritable expert au double sens présenté par Trépos (1996) : d’une part compte tenu de son expérience professionnelle que l’on sollicite in situ, d’autre part compte tenu de sa capacité à exercer sa mission en dehors de son champ professionnel d’appartenance, à l’exemple des sportifs consultants sollicités pour commenter les retransmissions télévisées. Il paraît être alors celui qui sait et celui qui est capable de dire ce qu’il sait. Son haut niveau de technicité et de culture du handball lui assure un charisme imposant le respect.

E. Les figures mythiques du handballeur professionnel

47Quel que soit le type idéal, les changements de poste au cours de la rencontre ainsi que les éventuelles mutations vers d’autres clubs en cours de carrière conduisent le joueur à revoir son positionnement et, en l’occurrence, à le faire évoluer pour l’adapter à une nouvelle configuration tactique ou à une autre équipe. Entre le rôle dévolu et le poste occupé se précise une vision du jeu à partir de laquelle se forment des images et se configurent des figures mythiques jamais définitives, toujours évolutives. Chaque joueur s’exprime selon une grammaire personnelle qui fonde son identité. L’association de l’expertise technique et tactique avec l’expérience construite au contact de la diversité des situations rencontrées influence sans nul doute la trajectoire professionnelle de chaque membre de l’équipe. Contrairement à une idée reçue, l’affirmation de chaque joueur à travers un discours particulier ne correspond pas à l’exacerbation d’un individualisme et donc à un enfermement sur soi ; elle laisse davantage entrevoir, à la lumière du trajet anthropologique (Durand, 1960), une réactualisation des mythes anciens que nous nous proposons de brièvement esquisser ici.

48Le “missionné”, en même temps qu’il se démarque des autres par un processus d’individuation, est tout à fait prêt à se mettre au service des autres. La figure mythique d’Apollon semble le caractériser au mieux dans cette double logique de meneur et de protecteur. Il représente celui qui est capable de conduire le collectif, celui qui semble détenir, du moins lui attribue-t-on cette responsabilité, les moyens pour vaincre.

49Le “fidèle”, tel Lares, s’inscrit dans une logique de préservation d’une identité collective. Il est cet élément solide à partir duquel les équipes successives se construisent. Il porte des valeurs locales presque familiales, il s’implique et s’applique au quotidien pour s’acquitter de ses tâches, il est proche des supporters : il est le garant du bon fonctionnement du collectif et plus largement du club.

50“L’apprenti” porte le regard vers le haut, cachant l’espoir de pouvoir s’affirmer au travers du regard des autres : pairs et public. Soucieux de respecter les recommandations de l’entraîneur et/ou des anciens, il peut parfois plier sous le poids de l’envie et alors pêcher par excès de précipitation. En cela se cache derrière chaque “apprenti”, un possible Icare.

51Disposer d’un joueur affichant une double professionnalité est loin d’être facile à gérer. Sur le plan de la performance sportive, cette situation n’en demeure pas moins intéressante dans la mesure où, à l’image de Janus, ce joueur apporte un double regard, empreint à la fois de distance dans la compréhension du jeu et d’implication dans le fonctionnement de l’équipe sportive.

V. Une conversion du sportif dans le rapport à son activité professionnelle : être expert dans sa pratique

52Les joueurs nous le disent : «Jouer au handball, c’est notre boulot». Si nous ajoutons à cette conception leur souci constant de se maintenir au niveau raisonnablement attendu, ou mieux, de progresser et d’élever leur niveau de jeu, nous retrouvons bien là les trois domaines explorés par Claude Dubar (2002) : travail, emploi et formation. Coordonnés, ceux-ci situent la professionnalisation du handball dans une dynamique de changements nécessitant de la part des acteurs une adaptation systématique aux conditions d’exercice de cette pratique sportive ainsi qu’à la spécificité de chaque club. Au-delà de cette diversité dans les manières de pratiquer, c’est le concept d’expertise qui est questionné.

A. De quelques principes généraux d’identification de l’expertise sportive

53Un traitement transversal des entretiens révèle que l’expert, a contrario de la logique pavlovienne, privilégie une répétition du geste technique de laquelle découle une capacité de transfert, c’est à dire une capacité d’adaptation du geste quel que soit le contexte. Ainsi, il s’inscrit dans une logique d’automatisation et d’adaptabilité des réponses motrices afin d’optimiser son niveau de performance au regard d’une situation de jeu par définition changeante. L’incertitude du contexte du jeu semble résolue par la répétition des schémas collectifs dont la fonction est de coordonner les actions collectives et d’inscrire chacun dans une situation de confort décisionnel au moyen d’une répartition précise des tâches. La récurrence de l’expression “mettre en place” dans les propos des joueurs témoigne d’un rapport au match valorisant les procédures d’applications sérieuses en lieu et place des procédures d’improvisation dites “peu sérieuses” :

En match, tout ce que t’as travaillé dans la semaine, t’essaies de le mettre en place (Ragnar).

54Même si tout semble différent d’un match à l’autre, en réalité “tout” s’unifie selon le principe de la routinisation. En effet,

La routine n’est pas une forme véritablement stable ni même achevée du travail pratique. Elle nécessite un minimum de présence et d’intervention de la part de [l’individu], pour maintenir un contrôle de l’opération, mais aussi pour apporter quelques légères modifications et réactions à la situation (Schwint, 2002 :128).

55Travaillé et façonné sur la base de tours de main individuels et collectifs, chaque schéma installe le joueur et l’équipe au «sommet de la hiérarchie de la crédibilité» (Hughes, 1996 :52) et de la légitimité.

56L’obligation de performance participe d’une redéfinition du sentiment de plaisir. La signature d’un contrat ajoutée aux enjeux économiques sous-jacents conduit les joueurs à passer d’un plaisir conçu sur l’attrait de retrouvailles régulières avec des camarades de jeu à une dynamique utilitaire pour laquelle seules les performances individuelles et collectives, la victoire et l’élévation du niveau personnel comptent. Le passage au professionnalisme est d’autant mieux accepté et vécu si le joueur a eu le temps d’éprouver suffisamment de plaisir lorsqu’il était amateur. Selon les témoignages, le plaisir s’est déplacé :

Bien sûr, le contexte a changé. C’est plus professionnel, tu as un contrat à respecter, des objectifs à atteindre mais le plaisir ne diminue pas. Il est acquis (Sabhi, né en 1978, international tunisien, arrière).

57Le niveau d’expertise est enfin associé à la précision d’une tâche attendue. C’est en partie ce qui caractérise la performance individuelle et fonde la pression ressentie de l’extérieur. Le devoir du travail bien fait supplante le simple plaisir de jouer, ce qui redéfinit les responsabilités mais également l’investissement personnel :

Moi, on me demande de marquer des buts. C’est mon boulot, mon job, je le fais et puis point (Laurent).

58Évidemment, le rendement attendu tient compte de l’articulation entre les caractéristiques du joueur (son vécu, sa réputation, son potentiel et son poste) et le potentiel de l’équipe.

B. Le joueur professionnel, à la fois artiste et artisan

  • 3  S’appuyant sur Ferdinand Brunot, Jean-Gérard Lapacherie montre l’existence, durant une longue péri (...)
  • 4  Né en 1969, ce joueur originaire de l’ile de la Réunion a marqué le handball français à tel point (...)

59Au cœur de ce troisième processus de conversion, les discours des joueurs professionnels semblent articuler deux figures : celle de l’artisan et celle de l’artiste3. Ne dit-on pas d’ailleurs parfois des sportifs qu’ils sont des artisans de la victoire et de certains d’entre eux qu’ils sont de véritables artistes au regard de leur manière d’évoluer dans leur activité ? A la hauteur de ces formules, l’activité sportive aurait une dimension artistique qui conférerait aux pratiquants le statut “d’êtres à part” et, parfois, élèverait certains d’entre eux au rang d’icônes, tel l’emblématique Jackson Richardson4. Le joueur de handball professionnel semble concilier à la fois le côté “artiste” dans son pouvoir et sa capacité à créer des réponses motrices et le côté “artisan” au regard du nombre de “tours de main” qu’il détient et sait mettre en œuvre avec une constante efficacité.

60Le joueur expert est un artisan en ce qu’il joue de façon extraordinaire de sa technique corporelle, démontrant un savoir-faire parfaitement acquis. L’aspect artistique serait davantage caché pour la majorité d’entre eux. Seuls quelques-uns parviendraient à le valoriser systématiquement, les autres ne le dévoilant que par moments. D’ailleurs, les joueurs se voient prioritairement comme des artisans, bien qu’ils aspirent à toucher aussi souvent que possible, ou permis, cette dimension artistique.

61L’importance de l’investissement journalier révèle l’effort que le sportif doit fournir pour, tel l’artisan d’une part, s’acquitter de sa tâche, et, tel l’artiste qui peaufine sans cesse son œuvre d’autre part, entretenir sa maîtrise technique. A ce titre, le nombre et l’intensité des entrainements sont souvent perçus comme un labeur, une succession de moments difficiles durant lesquels le plaisir du jeu est suspendu au profit d’une optimisation des savoir-faire technico-tactiques. Pour cela, les conditions d’entraînement doivent être similaires au match :

Si on veut être performant, l’entraînement doit se rapprocher le plus possible du match (Arnaud, né en 1974, international A, défenseur exclusivement).

62Un travail de création, à la mesure d’une portée musicale, marquerait l’indissociabilité momentanée de ces deux facettes du joueur de haut niveau. La division du travail matérialisée par la diversité des instruments s’illustre dans le domaine du handball par les postes occupés et les attributions de chacun. De la même manière, on perçoit au sein de l’équipe une hiérarchisation distinguant les “solistes” des “autres musiciens”. La partition musicale pour l’orchestre, les schémas tactiques pour l’équipe font fonction de référent, de langage commun, nécessairement répété pour espérer un minimum d’unité dans le jeu :

Il faut quand même un chef d’orchestre. Il faut que tout le monde marche dans le même sens (Éric).

63C’est en prenant appui sur ce référent que les orientations de courses, les trajectoires de lancers, les rythmes impulsés se synchronisent et renvoient cette sensation de fluidité à partir de laquelle le “beau jeu” est obtenu et la création rendue possible :

Évidemment il nous faut un cahier de jeu, un langage commun sur lequel on se raccroche tous, c’est tout à fait logique. On a nos gammes comme en musique et par moment, on part dans l’impro (Jessy).

64Une vision artistique semble associée à la vision travaillée du jeu. En effet, les joueurs avouent conjuguer un rapport corporel quasi-mécanique avec un certain esprit autonome, libéré des contraintes et s’illustrant par un pouvoir de créativité. Si les enjeux politico-économiques imposent un minimum de rigueur, les joueurs restent ouverts à de nouveaux modes d’expression permettant à la fois de maintenir en éveil le plaisir éprouvé et de produire des comportements qui initieront peut-être un style reconnaissable parmi d’autres. Le souci de progresser techniquement et tactiquement répond à une visée ascensionnelle partagée par l’ensemble des membres de l’équipe mais que chacun exprime différemment selon son statut.

65Reprenant, la typologie précédemment exposée, le “missionné” peut s’identifier à la fois à l’artiste par la dimension créatrice qu’il a su donner au jeu et à l’artisan dans la reproduction de techniques performatives. Par son haut niveau de mobilisation de savoir-faire, il peut à lui seul élever le niveau de jeu d’un collectif. Sa trajectoire ascensionnelle se mesure à travers la renommée grandissante des clubs qui l’accueillent.

66Le joueur “fidèle”, s’il joue parfois à l’artiste dans la production du spectacle, est avant tout un artisan qui construit jour après jour les clés de la réussite collective. On peut compter sur lui pour bâtir un projet défendant sur le long terme des valeurs locales. Sa longévité au sein de l’équipe témoigne de ses progrès et renforce la reconnaissance des autres joueurs, du public et des dirigeants à son égard.

67En attendant d’acquérir une certaine assurance et la confiance de l’entraîneur, le joueur “apprenti” se cantonne dans des tâches de reproduction convenant à ce qui lui est demandé. La convocation aux matches constitue son objectif premier. Son intérêt est donc de travailler sérieusement et assidûment pour se perfectionner, écartant dans l’immédiat ses prédispositions d’artiste.

68Du fait de la diversité des “tours de main” qu’il possède, le “professionnel partagé” est plus qu’un artisan ; joueur complet, modeste grâce sa capacité à relativiser l’importance de sa production dans la mesure où il est convaincu qu’il y a toujours mieux quelque part, il est profondément artiste.

VI. Conclusion

69Notre étude relative au handball professionnel montre que les modèles identitaires mis en évidence témoignent de «l’entrecroisement de destins individuels» (Sansot, 1986 :76) rompant avec l’exclusivité d’une lecture socio-économique de ce milieu.

70L’identité du joueur professionnel suit un processus complexe prenant la forme d’une triple conversion. Dans la façon dont il exploite et met en œuvre sa motricité, il s’identifie comme joueur de handball. Certes les éléments structuraux du handball conservent une place importante dans l’attachement à ce jeu mais d’autres points de fixation semblent valorisés. Ainsi, le corps conscientisé et manipulé est utilisé dans une double dynamique de projection et de distanciation par rapport à l’autre et à soi. Les joueurs évoluent dans un espace-temps “routinisé” au sein duquel la règle constitue cet objet du jeu et de jeu leur permettant d’être reconnus comme handballeurs de haut niveau. L’opportunité d’accéder au statut de professionnel fait vivre à l’individu une seconde conversion. Le handballeur s’affirme à la façon selon laquelle il exerce une activité travaillée. Cependant, cette expression peut prendre plusieurs formes. Ainsi, le “missionné”, joueur de contrat, valorise son activité comme un “travail joué”. Le “fidèle”, joueur de devoir, semble davantage “jouer au travail”. “L’apprenti”, joueur de demain, doit encore “travailler pour jouer”. Enfin, le “professionnel partagé”, par le respect incontestable qu’il véhicule et sa distanciation vis-à-vis des pressions éventuelles, semble goûter à nouveau au plaisir simple du jeu. Chacun réifie à sa manière les figures mythiques dans le jeu moderne, illustrant par là le sens incorporé de sa pratique. Enfin, une troisième conversion peut s’opérer. Le joueur accède au niveau ultime de l’expertise par un processus de distanciation intellectuelle qui lui permet de conjuguer la double facette du professionnel, à savoir l’artiste et/ou l’artisan. L’application et l’implication consenties au quotidien l’amènent après des années de pratique à développer une activité de production/reproduction corporelle originale touchant parfois au domaine de la création, à l’image du domaine musical.

71La carrière du sportif ne suit pas une logique linéaire ; elle se construit sur la base d’inflexions plurielles. Il paraît bien difficile de circonscrire l’identité sportive tant notre étude montre la complexité des processus à l’œuvre au niveau professionnel. Ce constat est d’autant plus vrai que le positionnement du joueur au sein de l’équipe est évolutif, soumis à l’influence de son expertise et de son expérience. A ce titre,

Il faut donc toujours comprendre l’individu en tant que processus, qu’écheveau de forces contradictoires. Lors d’une socialisation, l’individu n’est pas dans un rôle qui lui resterait extérieur. Il intériorise réellement des schèmes de pensée et d’action. Ce fragment de société intériorisée est à cet instant au cœur de sa définition la plus personnelle (Kaufmann, 2004 :223).

72Cette définition est elle-même soumise à des réajustements constants dans la mesure où les situations professionnelles évoluent et se présentent comme de nouvelles expériences, parfois des épreuves, que le joueur doit affronter.

Haut de page

Bibliographie

Bayle E., 2000, “Analyse comparative du processus de professionnalisation : les cas du football, du basket-ball et du rugby”, Staps, n° 52, pp. 33-60.

Boesch E.-E., 1996, L’action symbolique, Paris, L’Harmattan.

Bouvier P., 1989, Le travail au quotidien. Une démarche socio-anthropologique, Paris, PUF.

Chantelat P., Dir., 2001, La professionnalisation des organisations sportives. Nouveaux enjeux, nouveaux débats, Paris, L’Harmattan.

Cicourel A. V., 1979, La sociologie cognitive, Paris, PUF (1972).

Coenen-Huther J., 2003, “Le type idéal comme instrument de la recherche sociologique”, Revue française de sociologie, 44, 3, pp. 531-547.

Cordonnier L., 1997, Coopération et réciprocité, Paris, PUF.

Defrance J., 1997, Sociologie du sport, Paris, La Découverte.

Dubar C., 1991, La socialisation, Paris, Armand Colin.
2002, Sociologie des professions, Paris, Armand Colin.

Durand G., 1960, Les structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod.

Ehrenberg A., 1991, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy.

Faure J.-M., Suaud C., 1999, Le football professionnel à la française, Paris, PUF.

Ferréol G., Cauche P., Duprez J.-M., Gadrez N., Simon M., 1991, Dictionnaire de sociologie, Paris, A. Colin.

Friedberg E., 1993, Le pouvoir et la règle, Paris, Le Seuil.

Godbout J. T., 2000, Le don, la dette et l’identité. Homo donator vs homo oeconomicus, Paris, La découverte.

Guédez A., 1994, Compagnonnage et apprentissage, Paris, PUF.

Hughes E. C., 1996, Le regard sociologique, Paris, EHESS.

Kaufmann J.-C., 2004, Ego. Pour une sociologie de l’individu, Paris, Nathan.

Lapacherie J.-G., 2004, “Artiste ou artisan”, Figures de l’art, n° 7, np.

Le Breton D., 1998, Anthropologie du corps et modernité, Paris, PUF.

Mauss M., 1989, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot.

Paradeise C., 1985, “Rhétorique professionnelle et expertise”, Sociologie du travail, 27, 1, pp. 17-31.

Pociello C., 1995, Les cultures sportives, Paris, PUF.

Raymond H., 1968, “Analyse de contenu et entretien non directif : application au symbolisme de l’habitat”, Revue française de sociologie, IX, 2, pp. 167-179.

Sainsaulieu R., 1985, L’identité au travail, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

Sansot P., 1986, Les formes sensibles de la vie quotidienne, Paris, PUF.

Schnapper D., 1999, La compréhension sociologique. Démarche de l’analyse typologique, Paris, PUF.

Schwint D., 2002, Le savoir artisan, Paris, L’Harmattan.

Terret T., 1996, “Du sport aux sports : plaidoyer pour une histoire comparée des sports”, in Terret T., Dir., Histoire des sports, Paris, L’Harmattan.

Trépos J.-Y., 1996, La sociologie de l’expertise, Paris, PUF.

Varela F., Thompson E., Rosch E., 1993, L’inscription corporelle de l’esprit. Sciences humaines et expérience humaine, Paris, Seuil.

Wahl A., 1996, “Un professionnalisme de résignation en France”, Sociétés et Représentations, n° 7, pp. 67-77.

Waser A.-M., 1998, “Du monopole fédéral au partage du pouvoir sportif”, Sociétés et Représentations, n° 7, pp. 379-395.

Haut de page

Notes

1  Nous avons conduit des interviews (n=25) auprès de quatre catégories d’acteurs : des joueurs originaires de la région dunkerquoise, des joueurs évoluant dans l’équipe en provenance de France ou de l’étranger, des joueurs d’autres clubs ainsi que des dirigeants. Ces catégories se formalisent à partir du récit biographique de chaque intervenant.

2  Il faut distinguer deux notions : les lois du jeu et les règles du jeu. Les premières dévoilent les conditions théoriques permettant au jeu d’exister. Les secondes suggèrent de prendre en considération le contexte de la rencontre sportive. Cette distinction terminologique nous permet de comprendre les différences d’arbitrage possibles d’un match à l’autre.

3  S’appuyant sur Ferdinand Brunot, Jean-Gérard Lapacherie montre l’existence, durant une longue période, d’une confusion qui s’est illustrée par l’emploi d’un terme pour l’autre et vice versa (Lapacherie J.-G., 2004). C’est au XIXe siècle que le mot “art” (traduction latine ars du mot grec techné) a effectué un glissement de signification passant du “faire” au “savoir”. Dès lors, c’est dans les enjeux conceptuels (finalité, projet…), la nature de l’activité, du savoir et le sens poursuivi que la distinction comme les points de rencontre peuvent se formaliser.

4  Né en 1969, ce joueur originaire de l’ile de la Réunion a marqué le handball français à tel point que la Fédération française de handball lui a décerné le titre de joueur du siècle. Fort de 417 sélections en équipe nationale entre 1991 et 2005, il a obtenu le titre de meilleur joueur du monde en 1995. Son habileté à produire des techniques improbables à des moments inattendus du match ainsi que sa capacité à intercepter la balle jusque dans les mains de ses adversaires ont révélé son sens du jeu et forgé sa réputation mondiale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Profils du joueur de handball professionnel
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/299/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Mauny, « Logiques de conversion identitaire dans l’exercice du métier », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 113-130.

Référence électronique

Christophe Mauny, « Logiques de conversion identitaire dans l’exercice du métier », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/299 ; DOI : 10.4000/rsa.299

Haut de page

Auteur

Christophe Mauny

ICoTEM E.A. 2252 – MSHS de Poitiers et LEI FSSEP Lille II
cmauny@live.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org