Navigation – Plan du site
Lecture critique

Les apories de la mémoire

Valérie Rosoux
p. 163-165
Référence(s) :

Baussant Michèle, Dir., Du vrai au juste : la mémoire, l’histoire, l’oubli, Québec, Presses de l’université Laval, 2006, 199p.
  

Labelle Micheline, Antonius Rachad, Leroux Georges, Dir., Le devoir de mémoire et les politiques de pardon, Québec, Presses de l’Université de Québec, 2005, 452p.
  

Hähnel-Mesnard Carola, Lienard-Yeterian Marie, Marinas Cristina, Dir., Culture et mémoire. Représentations contemporaines de la mémoire dans les espaces mémoriels, les arts du visuel, la littérature et le théâtre, Paris, Éditions de l’école polytechnique, 2008, 534p.

Texte intégral

1Au moment d’écrire ces lignes, l’académicien Pierre Nora et la députée de Guyane, Christiane Taubira, débattent pour savoir si l’histoire et la mémoire peuvent être sujets de droit. Le premier appelle tous les historiens à se mobiliser contre l’ingérence du pouvoir politique dans le domaine de la recherche et de l’enseignement historiques (Le Monde, 11 octobre 2008). La seconde réplique en s’interrogeant : «L’historien fait-il œuvre complète lorsqu’il restitue la seule parole des vainqueurs consignée dans les archives écrites ?». Et de conclure que l’acte législatif, loin de toujours museler, peut se révéler libérateur. C’est lui qui «fait de la mémoire de quelques-uns la mémoire de tous. C’est lui qui peut inclure les mémoires fragmentées dans un récit commun, une odyssée partagée» (Le Monde, 16 octobre 2008).

2Cette joute verbale entre le défenseur des historiens et celui des politiques peut faire sourire. Elle souligne toutefois la complexification sans précédent des jeux d’influence entre groupes porteurs de différentes mémoires. De fait, l’actuelle multiplication des revendications mémorielles place les représentants de l’État dans une situation quelque peu paradoxale : il s’agit d’assumer un rôle qui relève à la fois de l’arbitrage (l’État demeure celui vers qui chaque groupe se tourne pour obtenir reconnaissance) et de la repentance (l’État est bien celui dont on attend qu’il rende désormais des comptes). Comment dès lors concilier une attitude de “surplomb” et de “génuflexion” ?

3Nombre de travaux s’interrogent sur cette question. Parmi l’ensemble des publications consacrées à l’essor de la mémoire dans le champ des sciences sociales, trois ouvrages méritent d’être consultés. Issus de rencontres réunissant des spécialistes de diverses disciplines (histoire, sociologie, science politique, anthropologie, philosophie, psychologie, littérature), ces recueils permettent à la fois de réfléchir aux enjeux théoriques des appels à la mémoire et de se pencher sur des cas d’étude jugés exemplaires.

4Dans l’ouvrage intitulé Du vrai au juste : la mémoire, l’histoire, l’oubli, Michèle Baussant rassemble une quinzaine de contributions autour de la notion de “juste”. Quelle est, quelle serait une juste mémoire ? Existe-t-il une histoire que l’on puisse qualifier de juste ? Comment cerner le juste oubli ? Comment favoriser non seulement la reconnaissance, mais aussi la réparation par rapport aux torts subis dans un passé proche ou lointain ? Ces questionnements relèvent à certains égards de la gageure tant les cicatrices liées à l’histoire des groupes et des individus semblent profondes. Ils permettent néanmoins d’appréhender des cas aussi variés que ceux de la Roumanie, de la Bulgarie, du Canada, du Brésil, de la République démocratique du Congo, de la France et de l’Algérie. Ces études de cas sont précédées par deux réflexions théoriques. Dans la première, Michèle Baussant fait le point sur la question de la juste mémoire chez Paul Ricoeur. La seconde, menée par Yvan Combeau, revient sur les liens, tellement débattus, entre histoire et mémoire. Toutes deux se révèlent claires et utiles pour aborder les cas proposés.

5Au-delà des spécificités de chaque objet, l’ensemble des contributions met l’accent sur l’importance de la justice et de l’histoire (au sens de la recherche historiographique) dans le cadre de la réhabilitation d’une dignité bafouée. Plutôt que de trancher en faveur de l’une ou de l’autre, les chercheurs réunis ici mêlent de manière inextricable les réponses propres aux mondes politique, judiciaire et universitaire. Les interrogations posées par chaque situation forcent en effet à jongler avec l’ensemble des acteurs en présence. Les “oubliés de l’histoire” que sont les Amérindiens doivent-ils reconnaître une part de responsabilité dans les souffrances qui leur ont été infligées ? Au terme des affrontements qui ont déchiré les autorités mexicaines et les populations autochtones, “qui doit pardonner à qui” ? Dans la Roumanie post-soviétique qui salue ses “héros révolutionnaires”, quelle est la légitimité d’anciens dissidents stigmatisés parce qu’ayant rompu l’harmonie nationale ? Pourquoi les Roms n’accèdent-ils toujours pas au statut de victimes du système d’anéantissement nazi ? Au lendemain d’une décennie sanglante en Afrique des Grands Lacs, quelles figures valoriser pour donner sens au panthéon de la nation congolaise ? Plutôt que d’apaiser les souvenirs liés à la guerre d’Algérie, les mesures prises par les autorités françaises à l’égard des pieds-noirs et des harkis n’entretiennent-elles pas les fractures en présence ? Chacune de ces interrogations reflète la même quête du juste. Quête vaine et pesante ? Ou fil rouge qu’il importe de tenir coûte que coûte ?

6Fil rouge, semblent répondre en cœur les auteurs qui ont dirigé Le devoir de mémoire et les politiques du pardon. Michelle Labelle, Rachad Antonius et Georges Leroux évoquent le «paradigme du devoir de mémoire». Face au retour de la mémoire des victimes et de leur exigence de réparation, expliquent-ils, «notre époque n’accepte plus ni la disparition silencieuse, ni l’injustice muette» (p.3). Aux propos des chercheurs s’ajoutent ici les voix de militants issus de minorités et de nations autochtones, celles de hauts fonctionnaires internationaux ainsi que celles de certains décideurs politiques. Sans prétendre à une quelconque exhaustivité, les exposés reviennent sur les situations coloniales et postcoloniales (que ce soit en Amérique, en Afrique ou dans les Caraïbes) et sur des violences d’État plus contemporaines. La plupart d’entre eux dénoncent la violation de droits rarement ou partiellement reconnus. Certains décortiquent les demandes actuelles de réparation, tandis que d’autres pointent ce que Régine Robin appelle le «devenir victimaire de l’humanité» (p.271).

  • 1  Voir Hartog F., 2003.

7Qu’elle soit déplorée ou non, cette évolution force à revenir sur l’ambivalence des références au devoir de mémoire. Celles-ci s’inscrivent effectivement dans un contexte particulièrement propice aux retours sur le passé1. Divers éléments concourent à cette montée en puissance de la mémoire : le poids des réminiscences issues des tragédies du XXe siècle, les incertitudes liées à la dissolution de l’autorité de l’État, la perte de crédibilité des “grands récits”, l’attention croissante aux droits de l’homme. Complétons ce panorama par une tendance de la société contemporaine à exiger la transparence totale qui implique le devoir de tout dire, de ne rien occulter. Nul étonnement donc devant les manifestations de ce que d’aucuns désignent comme la «nouvelle conscience de culpabilité européenne» (Chrétien, 2004 :172). Le succès du gros ouvrage collectif intitulé Le livre noir du colonialisme en témoigne (Ferro, 2003).

8L’une des attentes communes de toutes les victimes décrites dans les deux ouvrages cités peut se résumer comme suit : que l’État reconnaisse enfin leurs souffrances passées et présentes. Les conséquences d’une telle évolution sont nombreuses. L’une d’entre elles concerne la vaste problématique des réparations. Sans entrer dans le débat consacré à la nature monétaire de l’évaluation de la souffrance, les réflexions rassemblées ici se concentrent sur la reconnaissance symbolique attendue de la part des autorités officielles. Mais face à cette demande, quel est finalement le rôle de l’État ? Ambitionne-t-il de transformer les souffrances individuelles en une mémoire qui serait “partageable” par tous ? Cherche-t-il plutôt à se faire le relais de toutes les mémoires croisées ? La perspective esquissée se veut tantôt pédagogique, tantôt thérapeutique. Une telle ambition ne va pourtant pas de soi. Est-il possible de résoudre aujourd’hui, et définitivement, toutes les contradictions d’hier ? Est-il par ailleurs si évident que le décloisonnement et l’apaisement des mémoires puissent résulter de la volonté politique ? Ces questions renvoient à la croyance selon laquelle le discours politique a certains effets sur les représentations partagées par la population. Or cette croyance mérite en fin de compte la plus grande prudence. Elle ne permet en tout cas pas d’échapper aux nombreuses apories de la mémoire.

9Ces dernières sont habilement mises en lumière dans l’ouvrage Culture et mémoire dirigé par Carola Hähnel-Mesnard, Marie Liénard-Yeteran et Cristina Marinas. L’apport de ce récent travail est d’élargir l’angle de vue : plutôt que d’en rester à l’analyse quelque peu binaire des discours officiels d’une part et des demandes issues de la société civile d’autre part, les auteurs invitent à prendre en compte les modalités de représentation de la mémoire dans les musées, la littérature, le théâtre, les arts plastiques et les médias. Ce faisant, ils s’interrogent sur la vaste question du «mémorable» dans les sociétés contemporaines en mettant en exergue les interactions qui ne cessent de relier les discours littéraire, artistique, politique et historiographique. Emportant le lecteur dans des eaux relativement peu fréquentées (songeons par exemple aux dramaturgies d’Afrique noire francophone, à l’écriture des romancières algériennes, aux lectures du massacre de Nankin en Chine, aux récents monuments érigés en hommage des victimes du conflit entre l’ETA et l’État espagnol ou encore au nouveau roman familial allemand), cet ouvrage n’en approfondit pas moins certains cas plus connus tels que la gestion publique de la Shoah, du passé franquiste, du communisme et du colonialisme. L’analyse des représentations de la colonisation belge dans le cadre du Musée Royal de l’Afrique Centrale ne manquera pas d’intéresser les habitants du plat pays. Au-delà de ce cas, la finesse et l’originalité des analyses ne décevront vraisemblablement aucun lecteur.

Haut de page

Bibliographie

Hartog F., Régimes d’historicité. Présentismes et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2003.

Chétien J.-P., “Faut-il être afropessimiste ?”, Esprit, juin 2004, pp.171-175.

Ferro M., Ed., Le livre noir du colonialisme. XVIe-XXe siècles : de l’extermination à la repentance, Paris, Robert Laffont, 2003.

Haut de page

Notes

1  Voir Hartog F., 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valérie Rosoux, « Les apories de la mémoire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 163-165.

Référence électronique

Valérie Rosoux, « Les apories de la mémoire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 10 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/306

Haut de page

Auteur

Valérie Rosoux

FNRS, UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org