Navigation – Plan du site
À propos de livres

Latouche Serge, L’Occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire

Paris, La Découverte/Poche, 2005 (1989), Série “Essais”, n° 203, 170p.
Yves Laberge
p. 178-179

Texte intégral

1Publié initialement en 1989, récipiendaire du “Prix Capri San Michelle” en 1992, L’Occidentalisation du monde de l’économiste français Serge Latouche a longtemps été épuisé ; sa réédition en format de poche, avec une nouvelle préface de l’auteur, a toutefois donné lieu à peu de recensions. En 1989, le titre même de l’ouvrage offrait déjà tout un programme, à une époque où les réflexions sur la mondialisation, la globalisation, l’américanisation, “l’uniformisation planétaire” étaient alors effervescentes et en pleine expansion, faisant pratiquement l’unanimité chez beaucoup de penseurs voulant décrier la globalisation. Il y a près de vingt ans, cet essai tombait à point nommé et mettait le doigt sur plusieurs intuitions du moment.

2Dans la longue préface inédite de l’auteur présentée dans l’édition de 2005, plusieurs remarques relativement plus récentes méritent d’être méditées et débattues (pp.7-22). D’entrée de jeu, Serge Latouche rappelle que son ouvrage a été rédigé à la fin des années 1980, soit avant la chute inattendue du Mur de Berlin et de l’empire soviétique. Il se demande toujours, à la suite de l’ancien conseiller américain Henry Kissinger, si la mondialisation ne serait rien d’autre que le nouveau nom de la politique hégémonique américaine (p.9). Avec une indéniable habileté dans ses formules limpides, Serge Latouche constate qu’aujourd’hui «l’Occident est une notion beaucoup plus idéologique que géographique» (p.11). Au-delà d’une entité «religieuse, éthique, ou même économique», l’Occident serait d’abord devenu une «entité culturelle», à la fois convoitée et contagieuse (p.1). Pour tenter d’y échapper, l’auteur pose le problème en opposant deux choix: «On est enfermé dans un manichéisme suspect et dangereux : ethnicisme ou ethnocentrisme, terrorisme identitaire ou universalisme cannibale» (p.13). Ce dilemme l’amène à considérer d’autres avenues qui ne sont pas toutes idéales : multiculturalisme, diversité culturelle, exaltation des identités culturelles, pour ensuite effleurer les nationalismes, les fondamentalismes, et les divers alter-mondialismes, comme des contrepoids possibles à cette occidentalisation décriée (p.17). En fait, Serge Latouche écarte ces mouvements parfois extrémistes pour plaider en faveur d’un «pluriversalisme» qui éviterait l’ethnocentrisme (p.20). Il rappelle, à la suite de Montesquieu, qu’il est important d’être attentif à la relativité des valeurs et souligne surtout la nécessité d’en prendre conscience (p.21). Enfin, Serge Latouche voit en l’Europe une matrice, un moteur, voire une utopie nécessaire pour contrer ce qu’il considère comme une dérive, qui rend souhaitable ce que le théologien indo-catalan Raimon Panikkar nommait une «désoccidentalisation du monde» (p.22).

3Les cinq chapitres qui suivent faisaient déjà partie de l’édition originale et certains passages plus incisifs envers les États-Unis ont parfois vieilli. D’entrée de jeu, l’auteur parle du «rouleau compresseur» de l’occidentalisation qui a «détruit, nivelé, écrasé», mais il ajoute, avec espoir, que «dans le même temps, les reliefs ne sont souvent qu’enfoncés, ils résistent parfois et sont prêts à faire surface» (p.26). Partant du Moyen-Âge, le premier chapitre évoque le bilan sombre de cet Occident qui a tenté d’imposer ses valeurs à d’autres civilisations au cours du précédent millénaire : les missions chrétiennes, le colonialisme, mais aussi la science et les technologies venues des nations bien nanties, et enfin les diverses formes d’impérialisme venues de l’Occident (p.43). Plus loin, non sans audace, Serge Latouche évoque même l’universalisme des Droits de l’homme comme une «force subversive» qui s’imposerait aux autres civilisations qui n’y adhérent pas (p.55). Intitulé L’Occident introuvable, le deuxième chapitre oppose deux conceptions de la culture : la «culture culturelle» et la «culture culturale» (p.66). Ici, la culture est comprise comme «la réponse que les groupes humains apportaient au problème de leur existence sociale» (p.66). Plus conventionnels, les derniers chapitres tentent d’illustrer les limites du modèle occidental et de montrer des initiatives efficaces venues du Tiers-Monde. La conclusion plaide pour «un dialogue authentique entre les cultures» (p.170). Évidemment, il faut reconnaître que l’auteur va parfois très loin en radicalisant sa critique : il croit fermement à «l’échec de l’Occidentalisation», qu’il relie à «l’échec de l’Occident, dans sa prétention à l’universalité» (p.144). En fait, et c’est le principal reproche que l’on pourrait formuler envers ce livre, l’Occident dont il est question devient ici un bloc sans visage, une entité destructrice et sans âme, tout comme on parlerait du “système” qui agirait toujours contre nous.

  • 1  Bruckner P., La tyrannie de la pénitence. Essai sur le masochisme occidental, Paris, Grasset, 2006
  • 2  Panhuys H., La fin de l’occidentalisation du monde ? De l’unique au multiple, Paris, L’Harmattan, (...)

4En dépit de plusieurs formules bien ficelées et de trois réimpressions en moins de vingt ans, le livre L’Occidentalisation du monde n’a pas fait l’unanimité, tant s’en faut. Ainsi, dès le premier chapitre de son excellent livre La tyrannie de la pénitence. Essai sur le masochisme occidental1, l’essayiste Pascal Bruckner fustige de larges passages de L’Occidentalisation du monde dans lesquels Serge Latouche oppose sans nuances des images de l’Occident triomphant versus le Tiers-Monde miséreux, qui serait rendu exsangue uniquement par la faute du premier (Bruckner, 2006 :22). Néanmoins, en dépit d’un anti-américanisme parfois facile, il faudrait malgré tout relire L’Occidentalisation du monde (et aussi La tyrannie de la pénitence) afin de pouvoir comparer ces deux visions de l’Occident. Nonobstant leurs différences fondamentales, ces deux essais opposés tentent de répondre à la même question : considérant les visions alternatives de notre modèle de société, est-ce qu’un nouveau monde serait vraiment mieux que celui-ci ? Chose certaine, l’idée même d’une “Occidentalisation du monde” demeure désormais inséparable de l’expression formulée par Serge Latouche, ce qui en soi reste une indéniable forme de consécration, sinon pour l’idée même, du moins pour son auteur. D’ailleurs, l’auteur Henry Panhuys avait intitulé son livre La fin de l’occidentalisation du monde ?2

Haut de page

Notes

1  Bruckner P., La tyrannie de la pénitence. Essai sur le masochisme occidental, Paris, Grasset, 2006.

2  Panhuys H., La fin de l’occidentalisation du monde ? De l’unique au multiple, Paris, L’Harmattan, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Latouche Serge, L’Occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 178-179.

Référence électronique

Yves Laberge, « Latouche Serge, L’Occidentalisation du monde. Essai sur la signification, la portée et les limites de l’uniformisation planétaire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/328

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Ph.D.
Directeur des collections «L’espace public» et «Cinéma et société» aux Presses de l’Université Laval.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org