Navigation – Plan du site
À propos de livres

Nizet Jean, Pichault François, Les performances des organisations africaines : pratiques de gestion en contexte incertain

Paris, L’Harmattan, 2007, Conception et Dynamique des organisations, 297p.
David Laloy
p. 180-181

Texte intégral

1Cet ouvrage, dirigé par Jean Nizet et François Pichault, propose d’aborder la question du fonctionnement et des performances des organisations africaines en dépassant la posture “radicale” selon laquelle les caractéristiques de la culture africaine (manque d’expérience et de formation des entrepreneurs, clientélisme et corruption, prégnance des cultures traditionnelles et non rationnelles...) expliqueraient à elles seules l’inhibition du développement des organisations. Ce type d’approche, qualifiée d’ «universaliste» par les auteurs, condamne les organisations africaines à être peu performantes tant qu’elles n’appliquent pas à la lettre les méthodes de gestion modernes à l’occidentale. La postface de Pierre Louart, spécialiste en épistémologie de la recherche en sciences de gestion, insiste pourtant sur le danger de «domination culturelle» et de «contamination idéologique décalée» auquel mène habituellement une telle posture : «Si l’on veut lui donner son plein potentiel», dit-il, «le management africain ne doit plus être couché sur le lit de Procuste des visées occidentales» (p.247). L’échec de l’importation des modèles occidentaux de management dans un contexte multiculturel n’est d’ailleurs plus à démontrer et résulte souvent d’une mauvaise transposition.

2En illustrant encore une fois que l’idée d’un one best way en la matière est définitivement inadaptée et qu’elle peut entraîner des attitudes ethnocentriques potentiellement néfastes et contre-productives (confer la postface de Pierre Louart : soumission du développement organisationnel africain à des objectifs extérieurs à lui ; relation asymétrique entre le “modèle” occidental et le fonctionnement organisationnel africain, ce qui tend à stigmatiser et infantiliser les entrepreneurs ; omission des caractéristiques locales et des ressources de proximité), les auteurs nourrissent la posture “culturaliste” selon laquelle un mode d’organisation efficient dans un contexte peut s’avérer totalement inefficace dans un autre s’il est appliqué tel quel, sans prise en compte des spécificités culturelles locales (par exemple, en ce qui concerne l’Afrique, l’influence des rapports de parenté, le rôle du magico-religieux, l’importance de la dimension informelle et relationnelle dans la vie économique...). L’objectif de cette prise en compte n’est cependant pas de conduire à une perception dichotomique visant à écarter absolument ces aspects culturels locaux afin de permettre à la rationalité occidentale de s’imposer, mais plutôt de pouvoir utiliser ces éléments à bon escient, car «les caractéristiques familiales, religieuses, institutionnelles des pays d’Afrique n’ont pas qu’un impact négatif sur la vie des entreprises ; elles peuvent, dans certains cas, représenter des atouts», précisent les coordinateurs de l’ouvrage (p.230).

3Ceux-ci assoient donc logiquement leur propos en donnant la parole à un large réseau de chercheurs provenant de différents pays de l’Afrique, ce qui permet, une fois n’est pas coutume, de participer à ce débat en mobilisant, de façon inductive, «un matériau empirique spécifiquement africain» (p.8). Du fait de la diversité des contributeurs et des approches, le lecteur peut se plonger dans des situations organisationnelles multiples (les très petites entreprises du secteur informel, les PME, les grandes entreprises, les organismes publics), analysées selon des approches disciplinaires distinctes (gestion, sociologie, anthropologie, économie...). Les auteurs privilégient des méthodologies tantôt quantitatives, tantôt qualitatives (études de cas) et souvent des approches hybrides. Cet ouvrage offre une bonne introduction à une compréhension du fonctionnement des organisations en Afrique sur base d’un matériau empirique riche et varié. Cela va de l’analyse de la place des pratiques magico-religieuses dans les milieux d’affaires à Kinshasa (chap.2), à l’étude de cas d’une PME camerounaise dans laquelle la tontine d’entreprise crée de la coopération au travail (chap.7), en passant par l’analyse de la manière selon laquelle des connaissances occidentales ou asiatiques de management, telles que les Cercles de Qualité ou le Management de la Qualité Totale, sont appliquées par des managers burkinabés (chap.9).

4Ainsi, la richesse des contributions permet d’aborder la question de la performance des organisations africaines en évitant soigneusement toute dérive dogmatique. Alors que la mobilisation des outils de gestion à l’occidentale est habituellement préconisée dans la littérature managériale traitant de cette question, certaines contributions permettent d’explorer «des voies plus inédites, qui utilisent en tout ou en partie des outils de gestion empruntés aux réalités sociales, culturelles, religieuses, etc. propres à l’Afrique» (p.227). Il s’agit par exemple de voies “mixtes”, utilisant des outils occidentaux ou africains (chapitre 6, l’utilisation de l’outil informatique et du religieux pour limiter les fraudes au sein d’une entreprise béninoise), ou de voies privilégiant les instruments de gestion spécifiquement africains (les liens de parenté ou ethniques traditionnels, les réseaux religieux, le soutien communautaire qui sont utilisés pour conduire à la performance).

5La perspective résolument constructiviste et contingente adoptée par la plupart des auteurs de l’ouvrage permet de percevoir et de rétablir le pouvoir des acteurs, en insistant sur le fait que le degré de performance ne résulte pas uniquement des contraintes contextuelles, habituellement qualifiées d’incertaines en ce qui concerne les organisations en Afrique, mais aussi de l’intervention et des initiatives des acteurs organisationnels, de leurs stratégies. Cela permet de comprendre en partie que des entreprises évoluant dans les mêmes contextes culturels peuvent présenter des résultats totalement opposés, comme nous le voyons, par exemple, dans le cas de l’analyse du comportement organisationnel des sites de coopératives maraîchères de Kinshasa (chap.5), ou dans l’analyse des pratiques distinctives de gestion des ressources humaines de certaines entreprises béninoises plus performantes (chap.10).

6Enfin, cet ouvrage fournit également des outils méthodologiques et épistémologiques qui peuvent aider les chercheurs qui souhaitent aborder ce terrain et comprendre la question de la performance des organisations en Afrique. Dans sa postface, Pierre Louart rappelle utilement que les sciences de gestion «adaptent des connaissances établies à des contextes spécifiques. Elles peuvent donc inspirer une recherche contingente, visant à outiller des réalités locales en optimisant leurs systèmes d’objectifs et de fonctionnement» (p.259). Cet ouvrage constitue une bouffée d’air frais dans le contexte quantitativement pauvre de la recherche traitant des pratiques de gestion en Afrique et soutient le regain d’intérêt des chercheurs africains pour le phénomène organisationnel. Il démontre la pertinence d’une réflexion spécifiquement africaine sur une question qui est dominée par une production occidentale abondante érigée en modèle, mais qui n’épuise manifestement pas le sujet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Laloy, « Nizet Jean, Pichault François, Les performances des organisations africaines : pratiques de gestion en contexte incertain », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 25 avril 2014. URL : http://rsa.revues.org/329

Haut de page

Auteur

David Laloy

UCL/ANSO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page