Navigation – Plan du site
À propos de livres

Tilly Charles, Tarrow Sidney, Politiques du conflit. De la grève à la révolution

Paris, Les presses de SciencesPo, 2008, 396p.
N. Schiffino
p. 184-185

Texte intégral

1On ne présente pas Tilly et Tarrow : ils appartiennent à ce cercle d’auteurs privilégiés dont les concepts et les réflexions ont marqué des générations d’étudiants et de chercheurs. Ancrés dans la sociologie historique, leurs travaux sur la révolution et les mouvements sociaux, notamment, ont offert des clés pertinentes de compréhension (au sens wébérien du terme) et d’interprétation du réel. L’ouvrage dont il est question ici ne fait pas exception à la règle. Il présente une boîte à outils conceptuelle permettant de décoder toutes ces situations au cours desquelles des acteurs entrent en conflit avec d’autres. Dans l’optique des auteurs, l’interaction conflictuelle peut prendre toute forme allant, par exemple, de la pétition (pacifique et relevant davantage du soft power) à la guerre (armée et mortelle). Le conflit est donc entendu au sens large, comme toute interaction au cours de laquelle des acteurs menacent les intérêts d’autres acteurs, que ce soit dans la sphère politique ou non.

2Sur cette conception de base du conflit viennent se greffer deux autres notions : celles d’action collective et de politique. La construction des auteurs repose sur l’articulation entre les trois concepts. En conséquence, l’action collective peut être définie comme la coordination d’efforts pour défendre les intérêts, et le politique comme une arène possible dans laquelle l’État est impliqué dans les conflits et les actions collectives.

3Les auteurs placent explicitement le focus sur les acteurs : comment ceux-ci apparaissent, agissent et se démobilisent ; comment ils construisent leur identité et leurs représentations ; comment ils interviennent dans des institutions ou des régimes politiques donnés (selon que ces derniers sont démocratiques ou autoritaires) ; quels sont les effets de leur action. On le comprend, les mouvements sociaux sont donc au cœur de l’ouvrage.

4Le livre articule constamment théorie et exemples, historiques ou d’actualité. Si bien que les concepts mobilisés, clairement définis, sont systématiquement incarnés dans notre réalité contemporaine. Au fil des neuf chapitres, grâce à un robuste cadrage méthodologique, le lecteur progresse : il analyse, par l’intermédiaire de Tilly et Tarrow, comment les acteurs interviennent en politique, amorcent des changements, en période de crise mais aussi de gestion routinière des affaires publiques, dans un contexte démocratique ou autoritaire.

5Ainsi, le premier chapitre débute sur deux exemples, le démarrage de la lutte contre l’esclavage au Royaume-Uni au 18e siècle et l’empoisonnement de Viktor Ioutchenko en Ukraine (Révolution orange) en 2004, pour illustrer le tryptique : conflit, action collective, politique. Le chapitre 1 montre également les registres d’action dans lesquels les acteurs peuvent puiser, depuis la “traditionnelle” manifestation jusqu’au “contemporain” Internet. Les auteurs recourent toujours aux deux exemples précités mais ils y ajoutent les mobilisations survenues en Allemagne depuis 1950 jusqu’en 1997 (des graphiques systématisent les observations tout au long de l’ouvrage) et aux États-Unis de 1955 à 2005 (afin d’indiquer l’évolution des répertoires d’action). Les auteurs veulent ainsi démontrer que les acteurs agissent en fonction des représentations (de l’adversaire, des intérêts en présence) qu’ils se font de l’objet du conflit.

6Après cette introduction aux fondements de l’ouvrage, le deuxième chapitre expose le canevas méthodologique (voire épistémologique) que pourrait par ailleurs s’approprier tout étudiant, dans le cadre d’un travail de fin d’études par exemple. Le chapitre 2 explique comment analyser un conflit : comment le décrire et en dégager les causes. Il définit les concepts de mécanismes, de processus et d’épisodes, qui peuvent être mobilisés dans la plupart des problématiques abordées par nos recherches. A nouveau, Tilly et Tarrow illustrent leur propos à partir de différents exemples : le mouvement altermondialiste, les comités de quartier, les campagnes contre Milosevic en Serbie et Chevardnadze en Géorgie, le terrorisme depuis le 11 septembre 2001, les protestations contre l’apartheid sur les campus américains sous forme de “bidonvilles” dans les années 1980, l’effondrement de l’ex-URSS.

7Les chapitres suivants constituent alors un approfondissement de chaque fondement. Ensemble, ils offrent une grille d’analyse de la réalité conflictuelle. Ils doivent être acceptés pour ce qu’ils sont : un découpage quasi heuristique des événements afin de saisir le sens de ces derniers. Comme tout outil de ce type, il est confronté à ses propres limites. Ayant adapté l’étude de son objet au canevas ici proposé, le lecteur sera vite tenté de le dépasser pour nourrir son analyse des apports plus circonstanciés d’autres auteurs sur sa problématique.

8Par exemple, la démocratie est définie comme la mesure dans laquelle les personnes relevant de l’autorité d’un État donné jouissent de droits politiques larges et égaux, exercent une influence directe sur le personnel politique et les décisions publiques et ont les moyens de se protéger contre l’arbitraire des agents de l’État. Tilly et Tarrow croisent cette variable avec celle de capacité, pour définir la nature d’un régime politique. La capacité est entendue comme la mesure dans laquelle l’action de l’État a un impact sur la population de son territoire, sa répartition, son activité, ses ressources. La Belgique serait, pour les auteurs, un régime démocratique à faible capacité alors que, à l’opposé, la Chine serait un État non démocratique à forte capacité. On saisit l’utilité du croisement des variables dans une perspective comparée, mais on sera immédiatement tenté d’enrichir la comparaison en approfondissant la définition de ces deux variables et en ajoutant des variables complémentaires.

9Si la dimension de boîte à outils n’est pas usurpée, entre autres par la systématicité des définitions, les annexes présentant glossaire et cadrages méthodologiques particulièrement utiles pour des étudiants de Master, le lecteur averti sera partiellement frustré de ne pas voir développées davantage des notions riches comme celle de démocratie et des exemples tenus pour acquis dans leur illustration de la théorie. En réalité, tel lecteur trouvera dans l’ouvrage une synthèse des concepts déjà mobilisés par les auteurs dans leurs précédents travaux. Ce livre dispose néanmoins d’une vertu pédagogique incontestable et la quantité impressionnante d’illustrations contemporaines en renouvelle l’intérêt. Pour expliquer des mobilisations allant de la grève à la révolution, cette publication reste un incontournable, pour autant que le lecteur accepte de rentrer dans la conception construite par les auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

N. Schiffino, « Tilly Charles, Tarrow Sidney, Politiques du conflit. De la grève à la révolution », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 184-185.

Référence électronique

N. Schiffino, « Tilly Charles, Tarrow Sidney, Politiques du conflit. De la grève à la révolution », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 29 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/332

Haut de page

Auteur

N. Schiffino

FUCaM, science politique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org