Navigation – Plan du site
À propos de livres

Vrancken Didier, Thomsin Laurence, Dir., Le social à l’épreuve des parcours de vie

Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2008, 265p.
Thibauld Moulaert
p. 186-189

Texte intégral

  • 1  Cantelli F., Genard J.-L., Action publique et subjectivité, Paris, LGDJ, Droit et société, 2007.
  • 2  Astier I., Les nouvelles règles du social, Paris, PUF, 2007.
  • 3  Guillemard A.-M., L’âge de l’emploi. Les sociétés à l’épreuve du vieillissement, Paris, Armand Col (...)
  • 4  Gazier B., Tous «sublimes». Vers un nouveau plein emploi, Paris, Flammarion, 2003.

1Ce livre, au-delà de la simple publication d’actes, prolonge un colloque organisé à l’Université de Liège en septembre 2006 sur le thème de “l’État social à l’épreuve des parcours de vie”. Il reprend une partie des réflexions relatives aux transformations contemporaines de l’État social que l’on retrouve dans des travaux portant sur l’action publique et la subjectivation1 ou sur l’action publique et la personnalisation2 ; il s’inscrit également dans le développement de théories normatives en faveur de la «sécurisation des trajectoires professionnelles»3 comme celle des Marchés Transitionnels du Travail (MTT)4.

2Après une introduction présentant l’architecture de l’ouvrage, une première partie propose quatre chapitres qui questionnent la portée et les limites du modèle que représenterait ce que l’un des directeurs de la publication, Didier Vrancken, nomme à la suite de Fitoussi et Rosanvallon ou Astier «l’État biographique». Le premier chapitre de Boujasson et Levy présente une recherche-action qui retrace les trajectoires individuelles de malades du cancer afin de souligner l’inadéquation du système français de reconnaissance des maladies professionnelles. De manière stimulante et originale, ce sont donc des parcours qui sont mobilisés par des chercheurs afin de réintégrer les individus qui les ont vécus dans une logique collective (reconnaissance de l’origine professionnelle du cancer). Au-delà du cas particulier, l’intérêt de cet article liminaire est de montrer que la reconstitution individuelle des parcours n’implique pas une «individualisation toujours plus grande des politiques sociales» (p.40) destructrice de la solidarité, mais qu’elle peut être porteuse d’une dimension protectrice collective renouvelée.

  • 5  Nom donné par Foucault aux économistes allemands de 1948-1962 ayant appartenu «à l’école de Fribou (...)

3Le deuxième article, signé par Vrancken, questionne les nouvelles politiques sociales qui encouragent un travail sur Soi sans fin auprès des publics les plus fragilisés. S’appuyant notamment sur les travaux de Fassin et sur un dossier qu’Esprit consacra en 2005 à la réception de la “gouvernementalité” (Foucault) dans le monde anglo-saxon et francophone, l’auteur propose de relire ces nouvelles politiques comme un nouveau mode de gouvernement : «aujourd’hui, gouverner, c’est amener chaque individu à se gouverner» (p.52). C’est là une piste de recherche proposée par l’auteur qui s’accompagne d’une lecture critique de l’État biographique ; en effet, à mesure que des observations sont menées, on constate un hiatus entre ces nouveaux dispositifs (au sens de Foucault) basés sur la parole et leur mise en œuvre. Derrière «les silences, la surenchère ou la contestation» (p.56) face aux injonctions invitant à s’impliquer subjectivement dans un travail sur Soi, ce seraient autant de «contre-conduites» (toujours au sens de Foucault) qu’il resterait à interpréter afin de ne pas rabattre ou limiter les transformations en cours à un nouveau gouvernement libéral de soi, mais d’y percevoir des déclinaisons corporatistes ou sociales-démocrates. À ce stade, on s’étonnera que si Vrancken rappelle bien que Michel Foucault évoquait dans son cours de 1978-1979 un nouvel art libéral de gouverner, il ne signale pas la distinction que Foucault faisait entre le néo-libéralisme de l’École de Chicago et l’ordolibéralisme allemand5. Or, il est utile de rapprocher cette différenciation des tentatives actuelles de “sécurisation des trajectoires” par les MTT (économie ordonnée) ou par l’équipement des individus en “assets” (économie de marché).

  • 6  En outre au moins trois références sont erronées. Il faut lire Guillemard 2003 et non 2002, Gaulli (...)

4Le troisième article explore le processus d’individualisation qui traverserait les politiques sociales ; rappelant ses travaux antérieurs, Soulet estime que nous passons d’un modèle social solidariste à un modèle social responsabiliste, c’est-à-dire qui s’appuie sur et promeut une «conception entrepreneuriale et privatiste de la solidarité» (p.63) et qui redistribue la responsabilité face au risque entre l’État et les individus. Après avoir distingué trois enjeux du «vivre-ensemble» (faire place, souder et contenir les écarts), l’auteur prolonge le dernier et montre que l’individualisation n’est pas unique, mais qu’elle connaît au moins deux pôles. À l’individualisme patrimonial répond l’individualisme citoyen. Dans chaque modèle, la conception et les réponses à apporter à la réduction des inégalités sont alors distinguées. On retombe sur les deux voies de “sécurisation des trajectoires”. Le quatrième chapitre, de Lenel, se centre sur la seconde, celle des MTT. Si le texte est présenté d’emblée comme «une proposition de discussion» plutôt qu’une «exposition de résultats de recherches verrouillées et solidement constituées» (p.78), sa lecture nous laisse perplexe. Au-delà d’un texte qui connait plusieurs ruptures6, on se demande si son ambition d’interroger les conceptions de l’individu et les principes de justice sous-jacents aux MTT n’est pas noyée par d’autres considérations. Ainsi, on peut se demander si son apport principal n’est pas de souligner que les MTT “oublient” le travail, le travail réel, en se centrant trop exclusivement sur les transitions et le hors-travail.

  • 7  Genard J.-L., La grammaire de la responsabilité, Paris, Cerf, Collection Humanités, 1999.

5Si elle s’ouvre par une réflexion théorique portant sur les transformations que subirait la subjectivité autour des parcours de vie et des politiques chargées de les soutenir, la deuxième partie de l’ouvrage nous plonge au cœur d’expériences diverses (RMI, handicap, harcèlement moral) lorsque l’individu concret fait face à des institutions qui chercheraient à lui garantir ou lui reconnaitre une dignité (Astier, Duvoux). À y regarder de plus prêt, et c’est ce que cette partie souligne, c’est la récurrence des fragilités qui apparaît à mesure que l’individu se raconte au sein de ces institutions. L’insistance sur la vulnérabilité, sur la fragilité se comprend dans le cadre d’une triple évolution que Genard analyse dans la prolongation de ses travaux (dont son ouvrage sur la responsabilité de 19997). Primo, on passerait d’une anthropologie «disjonctive» (pp.94 sqq) où l’individu est catégorisé selon une modalité OU une autre, à une anthropologie «conjonctive» où l’individu peut être catégorisé selon une modalité ET une autre. Secundo, cette anthropologie réunit dorénavant la «réflexivité et l’affectivité» (pp.98 sqq). Sommé de s’interroger sur lui-même, l’individu serait aussi amené à exprimer davantage ses sentiments, ses émotions. Tertio, la responsabilisation ne passe plus tant par des normes et l’obéissance à un «droit-moralité» mais par l’incitation à la «motivation-capacitation» (pp.103 sqq), ceci aboutissant à un questionnement sur l’ouverture des «possibles».

6On retrouve une partie de ces évolutions dans le deuxième chapitre consacré au discours et aux pratiques spécifiques au handicap en France. En distinguant trois conceptions du handicap (catégorielle, universaliste et interactive ou personnalisée), Winance et al. montrent que celles-ci sont défendues par différents acteurs et coexistent au sein d’une récente loi sur le handicap. La lecture universaliste correspond à ce que Genard entend par “logique conjonctive” tandis que la lecture catégorielle relève de la “logique disjonctive” ; la lecture personnalisée, en faisant appel au “projet de vie” renvoie à cette ouverture des “possibles”. S’ils portent sur des domaines différents (le harcèlement moral versus le traitement des individus au RMI), les troisième et quatrième chapitres analysent en réalité un même phénomène (une prise en compte accrue de la personne réelle dans de nouveaux dispositifs) avant d’en donner des interprétations opposées. Si pour Astier et Duvoux le harcèlement moral exemplifie la prise en compte de l’individu jusque dans sa face intime, alors il faut «faire une place aux institutions de la dignité» (p.133). À l’opposé, Trombert soutient que dans le cadre du RMI, il n’y a guère de prise en compte du “parcours” des individus réels. Constatant par ailleurs que l’individualisation ne serait pas un phénomène nouveau dans le travail social, il estime qu’elle est «conditionnée par la conditionnalité des dispositifs» (p.146) et donc pas par la situation réelle des personnes. En clair, les contraintes organisationnelles (manque de temps notamment) et institutionnelles (“préoccupation des résultats en termes de sortie par l’emploi”, p.147) renverraient dans les cordes (ou les limbes) théoriques l’idée d’une prise en compte du parcours des individus, l’idée d’une “personnalisation” de l’action publique défendue par des auteurs comme Astier.

7La troisième partie renoue avec un fil exploré par plusieurs contributions précédentes, à savoir la dimension collective des trajectoires individuelles, en situant la manière dont différents “mondes” réagissent face à cet appel récurrent aux parcours et trajectoires personnelles. Une conséquence de cet objectif est que la partie manque de cohérence. Le chapitre de Messu revient sur l’identité des “assistés sociaux” en France. À travers le parcours historique de la sociologie face à cette population et le positionnement de son auteur dans le champ, on apprend que l’identité de ce public passe par de multiples négociations de la norme institutionnelle. Ensuite, l’article de Bresson sur “la politique d’action sociale” rejette le principe de nouveauté qui relierait les transformations de l’État social et les trajectoires (croisant l’avis critique de Trombert). Mais l’auteur apporte un second élément, crucial de notre point de vue : si l’action sociale, ou par extension l’action de l’État, promeut les trajectoires individuelles et entre dans un processus d’individualisation des politiques et des pratiques, alors elle tend à mettre à mal une prise en compte des parcours de vie «comme des parcours socialisés» (p.168). Ainsi, l’effacement des carrières de militant dans le secteur associatif de l’action sociale illustre ce propos. On retrouve une inquiétude similaire dans le matériau traité par Huyez-Levrat. Cette fois, c’est au cœur des grandes entreprises françaises que les trajectoires sont interrogées à mesure que la “Grande famille” déclinerait. De l’espace public, on passe à l’entreprise privée. Du blocage des carrières de militants, on assiste à la production de voies plus incertaines pour les postiers ou les travailleurs d’une entreprise de transformation. Pourtant, à chaque fois se repose la même question : au-delà de la critique des anciens modèles collectifs, quelles nouvelles prises en compte collectives, quels nouveaux programmes émergent pour dessiner les trajectoires professionnelles et personnelles de demain ? En tous les cas, la réalité qu’expose Aballéa au sujet de la tentative de professionnalisation des “assistantes maternelles” laisse planer le doute. Outre qu’il réalise un bel exercice de sociologie des professions en interrogeant l’impossibilité relative pour ce “nouveau” métier d’émerger en ce que ses activités, son habillage symbolique et, finalement, son sens restent «poreux» au temps domestique, l’auteur souligne que ce type de trajectoire reste marqué par l’aléatoire et la précarité. Il semble qu’on ne choisisse pas tant de devenir “assistante maternelle” mais qu’on soit «sollicitée à le devenir» (p.202).

8La quatrième partie contient trois chapitres plus théoriques ; les deux premiers reviennent sur la pertinence et l’usage des termes “parcours”, “itinéraire”, turning points (“bifurcations”, p.215) et “trajectoire” tandis que le dernier signe la conclusion de l’ouvrage en proposant une lecture de la «mémoire historique» (p.245) entre générations dans deux contextes nationaux. L’article de Bidart étudie l’entrée dans l’âge adulte comme un «processus». Ce terme permet d’intégrer la temporalité au concept de parcours de vie ; l’auteur le décompose en différentes dimensions dont nous retiendrons l’importance accordée à la pluralité. «Devenir adulte» (p.209) renvoie non seulement à plusieurs espaces (privé, réseau social, professionnel) mais ce processus suppose que l’individu puisse vivre simultanément toutes ces dimensions. De son côté, le chapitre de Vignes sur les «parcours urbains de soins» (p.227) de personnes séropositives souligne la proximité que connaissent ces concepts (trajectoire, itinéraire, parcours notamment) entre sociologie générale et sociologie médicale (voire sociologie de la déviance). Un des intérêts de ce texte est alors de clarifier les concepts : chacun d’entre eux a) mobilise une succession d’étapes, b) inscrit les individus dans différents mondes sociaux, c) situe les rapports de l’individu à la structure sociale. Enfin, à partir de la mobilisation d’auteurs comme Mannheim ou Halbwachs, le dernier article de Lalive d’Epinay et al. effectue ce «retour aux sources» annoncé par l’introduction de l’ouvrage comme si celui-ci ne visait que cet objectif : questionner les bases théoriques de l’État social quand il se transforme en «État biographique», quand il tend vers le rôle «d’institution de la dignité».

9Au final, comme dans tout ouvrage regroupant une diversité hétérogène de contributions, les coordinateurs ont fait des choix tantôt en privilégiant l’expérience des auteurs, tantôt en offrant un espace de publication à des chercheurs en début de carrière. On risque parfois d’être déçu par l’apport relativement marginal que peuvent fournir les premiers en regard de leurs travaux antérieurs, tout comme par les avancées parfois franches des plus novices qui risquent d’être par conséquent trop catégoriques. Quoiqu’il en soit, il s’agit d’un ouvrage utile pour comprendre les transformations actuelles de l’État social, même si le contenu de plusieurs chapitres dépasse le champ d’intervention de cet objet.

Haut de page

Notes

1  Cantelli F., Genard J.-L., Action publique et subjectivité, Paris, LGDJ, Droit et société, 2007.

2  Astier I., Les nouvelles règles du social, Paris, PUF, 2007.

3  Guillemard A.-M., L’âge de l’emploi. Les sociétés à l’épreuve du vieillissement, Paris, Armand Colin, Collection U sociologie, 2003.

4  Gazier B., Tous «sublimes». Vers un nouveau plein emploi, Paris, Flammarion, 2003.

5  Nom donné par Foucault aux économistes allemands de 1948-1962 ayant appartenu «à l’école de Fribourg et qui s’étaient exprimés plus tard dans la revue Ordo», Foucault M., Naissance de la biopolitique. Cours au Collège de France. 1978-1979, Paris, Seuil/Gallimard, coll. Hautes Études Foucault, 2004, p.328.

6  En outre au moins trois références sont erronées. Il faut lire Guillemard 2003 et non 2002, Gaullier 1988 et non 1998, et Latour 2006 et non 2005.

7  Genard J.-L., La grammaire de la responsabilité, Paris, Cerf, Collection Humanités, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibauld Moulaert, « Vrancken Didier, Thomsin Laurence, Dir., Le social à l’épreuve des parcours de vie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 186-189.

Référence électronique

Thibauld Moulaert, « Vrancken Didier, Thomsin Laurence, Dir., Le social à l’épreuve des parcours de vie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/334

Haut de page

Auteur

Thibauld Moulaert

UCL-CIRTES-TRAV

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org