Navigation – Plan du site
À propos de livres

Zantem Agnès (van), Obin Jean-Pierre, La carte scolaire. Faits, révélations, analyses

Paris, PUF, Que sais-je ?, 2008, 127p.
Bernard Delvaux
p. 189-191

Texte intégral

1Si la première partie du titre, toute en sobriété, cadre avec ce que l’on sait de la collection Que sais-je ?, c’est moins le cas de la seconde partie, placée en outre sur une surface rouge rappelant les bandeaux promotionnels que l’on ajoute aux livres venant d’être primés. C’est que le thème de l’ouvrage, sorti fort opportunément en plein débat sur la remise en cause de la carte scolaire française (cet outil affectant les élèves à l’école de leur secteur), autorise cette mise en évidence ainsi qu’un tirage de 10.000 exemplaires, peu habituel en sciences sociales. Pourtant, qu’on se rassure, le livre est on ne peut plus sérieux. Et si le titre est trompeur en annonçant des révélations, il tient par contre sa promesse concernant les faits et analyses.

2Les auteurs sont des chevronnés. Jean-Pierre Obin a été inspecteur général de l’éducation nationale et, à ce titre, a participé en 2007 à la rédaction d’un rapport ministériel sur l’assouplissement de la carte scolaire, moyennement prisé par ses commanditaires. Il est bien informé, donc, et suffisamment indépendant. Agnès van Zantem, quant à elle, est directrice de recherche au CNRS et travaille à Sciences Po, où elle s’est spécialisée depuis de longues années sur les questions d’éducation, s’intéressant particulièrement aux comportements des familles et des écoles en matière de choix d’établissement scolaire et de sélection d’élèves. Elle a publié abondamment aux PUF (un autre Que sais-je ? sur les politiques d’éducation, le récent Dictionnaire de l’éducation…). Elle y dirige en outre la collection Éducation et société.

3Sans l’affirmer explicitement, et en l’assumant peut-être insuffisamment, cet ouvrage s’inscrit clairement dans une approche définie en termes d’action publique. La politique publique qu’est ce dispositif de carte scolaire est étudiée en effet en tenant compte des multiples scènes sur lesquelles elle se structure, se déploie et se transforme, et des nombreux acteurs locaux et intermédiaires qui y participent et l’orientent. Ne se limitant pas à ce qui se passe au niveau des instances nationales, l’ouvrage s’attache ainsi beaucoup à la mise en œuvre de la politique, dans une perspective qui reste cependant trop “descendante” et ne prend pas assez au sérieux l’idée que l’action publique est davantage faite d’allers-retours entre ce qu’on appelle le local et le central, qu’elle n’est pas simplement initiée par le centre pour descendre ensuite vers le local où elle est mise en œuvre.

4Le chapitre 3, consacré aux stratégies des établissements et des familles, où l’on sent la plume d’Agnès van Zantem, est assurément le plus intéressant pour les lecteurs non français et pour ceux moins directement intéressés par les questions scolaires. Il s’agit, pour l’essentiel, d’un condensé très clair des recherches menées par elle au cours des dernières années. Le caractère synthétique du propos n’exclut pas la nuance et la prise en compte de la complexité du réel. Ainsi, les acteurs ne sont pas vus comme étant mus seulement par leurs intérêts (ils le sont aussi par leurs valeurs, leurs croyances, leurs représentations). De même, ils ne sont pas vus comme ayant exclusivement des visées instrumentales ou individuelles, mais comme développant aussi des visées expressives ou collectives. La prise en compte de ces diverses dimensions permet de dresser des processus vécus dans les écoles et les espaces d’interdépendances où elles s’inscrivent un tableau compréhensif qui invite à remettre en cause des expressions qui, telles celles de “marché scolaire” ou de “consumérisme scolaire”, sont utilisées souvent pour résumer le réel (et le trahir). Cette approche conciliant complexité et clarté fait de ce chapitre, il est bon de le répéter, un texte susceptible d’intéresser aussi des personnes externes au champ éducatif.

  • 1  Lascoumes P., Le Galès P., Gouverner par les instruments, Paris, Presses de  Sciences PO, 2004.

5Ce petit bijou est inséré dans un ensemble de valeur plus moyenne et dont le plan, d’ailleurs, est assez peu lisible puisqu’il alterne sans logique suffisante l’avant-réforme et la réforme, ainsi que les scènes centrales, intermédiaires et locales. Le premier chapitre déroule l’histoire de ce que les auteurs nomment l’ «instrument de régulation», dans le sens donné à cette notion par Lascoumes et Le Galès1. Les antécédents et les évolutions de cet instrument depuis sa création en 1963 y sont présentés, avant que soit détaillé le cadre légal existant avant les dernières réformes initiées par le président Sarkozy. Bref, un chapitre qui intéressera surtout le lecteur français, mais qui illustre une fois de plus combien les politiques publiques ont une histoire souvent caractérisée par des continuités non linéaires plus que par l’alternance de périodes statiques et de moments de rupture.

6Le second chapitre, centré sur la mise en œuvre locale, est en fait une analyse des positions (et parfois des pratiques) de l’administration, des collectivités territoriales et des différents groupes d’intérêts rassemblant chefs d’établissements, enseignants ou parents. Les auteurs s’attachent à comprendre ces positions en les ramenant à des enjeux complexes : gestionnaires, idéologiques, corporatistes, sociaux ou politiques. Ainsi ce chapitre tente-t-il une analyse compréhensive intéressante, quoique moins brillante que celle déployée à propos d’autres acteurs dans ce chapitre 3 dont nous avons déjà parlé.

7Dans le chapitre 4, intitulé Les politiques de choix scolaire, on trouve un peu de tout : une évaluation (avec peu de recul temporel) des effets des politiques d’assouplissement de la carte scolaire et de libre choix menées en France à partir de 2007 ; une présentation des divers modèles de régulation des flux scolaires existant dans les pays étrangers ; une synthèse de la littérature sur les relations entre choix et ségrégation scolaire.

  • 2  Mons N., Les nouvelles politiques éducatives. La France fait-elle les bons choix ?, Paris, PUF, 20 (...)

8Les auteurs insistent sur le fait que la carte scolaire n’est (n’était ?) pas autant qu’on le croit une exception française. Dans la typologie des modèles de gestion des inscriptions scolaires proposée par Nathalie Mons2, la France côtoie 37% des pays de l’OCDE ayant adopté un modèle de carte scolaire avec possibilité de dérogation. Cette image d’une France qui aurait été jusqu’ici exceptionnellement centralisatrice est encore plus discutable si l’on prend en compte le fait que l’enseignement privé, scolarisant un élève sur sept en primaire et un élève sur cinq en secondaire, n’est pas régulé en matière de flux d’élèves, ce qui explique d’ailleurs une large part de l’inefficacité de la carte scolaire en matière de mixité sociale et ethnique.

9Voilà donc un livre qui, bien qu’inégal, est stimulant et bien utile, surtout dans le contexte actuel où de nombreux autres pays sont, comme la France, agités par d’intenses débats publics sur cette question sensible de la répartition des élèves entre écoles, et cherchent, dans le sentier de dépendance où ils se trouvent, à faire advenir (et à converger vers ?) des dispositifs de choix régulé acceptables par les acteurs et concourant à la mixité sociale et ethnique, avec l’espoir de générer ainsi plus de réussite scolaire, d’efficacité globale du système éducatif, d’intégration sociale des nouvelles générations et de cohésion du système social.

Haut de page

Notes

1  Lascoumes P., Le Galès P., Gouverner par les instruments, Paris, Presses de  Sciences PO, 2004.

2  Mons N., Les nouvelles politiques éducatives. La France fait-elle les bons choix ?, Paris, PUF, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Delvaux, « Zantem Agnès (van), Obin Jean-Pierre, La carte scolaire. Faits, révélations, analyses », Recherches sociologiques et anthropologiques, 40-1 | 2009, 189-191.

Référence électronique

Bernard Delvaux, « Zantem Agnès (van), Obin Jean-Pierre, La carte scolaire. Faits, révélations, analyses », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 40-1 | 2009, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 24 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/336

Haut de page

Auteur

Bernard Delvaux

Chercheur au Girsef-UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org