Navigation – Plan du site

Édito

Bernard Fusulier et Daniel Rochat
p. 1-2

Texte intégral

1En présentant cet automne un numéro varia en lieu et place du dossier initialement pré­vu consacré à la socio-anthropologie du jeu, Recherches sociologiques et anthropo­logiques a opéré un choix éditorial sur lequel nous souhaitons ici revenir. Nul n’ignore que la gestion d’une revue scientifique est conditionnée par des impératifs tels que le maintien de la qualité scientifique et éditoriale ou encore le respect des délais de publi­cation. Le dossier porté par Jean-Pierre Delchambre et ses collègues sur le thème de la socio-anthropologie du jeu est d’un intérêt intellectuel manifeste. Cette approche ne s’intéresse pas tant aux pratiques ludiques telles qu’elles sont entendues dans le sens commun et s’éloigne de l’axiomatique économiciste de la théorie des jeux, pour faire du jeu l’une des composantes constitutives de l’expérience humaine présente dans tou­tes les activités où il s’agit de “se mettre en jeu” et de “se prendre au jeu”. Bien que non dénuée de lien avec la sociologie pragmatique française, cette socio-anthropologie du jeu ouvre des pistes complémentaires et novatrices de compréhension des formes de vie humaine et d’engagements sociaux à travers les concepts d’illusio, de transitionnalité ou d’espace potentiel, entre autres. Au moment où nous finalisions ce dossier, il est ce­pendant apparu que certains points appelaient une mise en perspective plus large que ce qui avait été envisagé au départ. Soucieux de préserver la valeur intrinsèque du tra­vail déjà réalisé, mais aussi de garantir à nos lecteurs une livraison autom­nale de qualité, le Comité de rédaction a pris la décision de post­poser la parution du numéro thématique au printemps prochain et d’assurer la publication d’un numéro varia.

2Déplanifier un numéro programmé n’est pas une décision que l’on prend à la légère. Il ne s’agit pas en effet de simplement remplacer un ensemble de textes par un autre. Une telle solution n’a pu être envisagée que dans la mesure où nous disposions de textes “isolés” de grande qualité. Par ailleurs, un “anniversaire” nous a encouragés à prendre cette décision avec beaucoup de sérénité. Voici en effet trente ans qu’était pu­blié Produire ou reproduire ?, un ouvrage co-signé par Jean Remy, Liliane Voyé et Émile Servais, qui a introduit dans l’espace sociologique, et plus largement intellectuel, la notion de transaction sociale. Il nous a semblé que cette date anniversaire était l’occasion d’opérer un retour réflexif sur cette notion avec le regard critique du socio­logue d’aujourd’hui. C’est donc sur cet article que s’ouvre la présente livraison de rs&a. Bernard Fusulier et Nicolas Marquis répondent de façon rigoureuse à trois ques­tions : d’où vient cette notion de transaction sociale ? En quoi consiste-t-elle ? Est-elle toujours adaptée à la compréhension et à l’analyse du monde social actuel ?

3Les autres contributions présentées dans ce numéro illustrent la volonté de rs&a d’être résolument un espace d’expression pour des travaux sociologiques et anthropologiques aux objets et aux modes d’appréhension variés. Ainsi, Jean Nizet, Denise Van Dam et Marcus Dejardin confrontent la cohérence des comportements professionnels et privés observée chez certains viticulteurs biologiques alsaciens aux théories postulant l’éclatement de l’individu contemporain. Mike Singleton quant à lui nous propose une réflexion criti­que sur une problématique fondamentale : l’implication de l’anthropologue. Posant un regard “rétrospectif” autorisé par l’expérience, il montre combien cette question a été et reste encore culturellement conditionnée par un mode de pensée occidental qui a toujours privilégié la théorie à la pratique. Gérard Dubey nous invite ensuite à une réflexion portant sur l’identification biométrique. Sur base de données em­piriques, l’auteur souligne les écarts existant entre les dispositifs automatisés dévelop­pés et les situations concrètes rencontrées ; il examine les théories du nouveau contrôle social, de la demande sécuritaire et de la société disciplinaire et identifie les risques que ce type de gestion techno-étatique présente en termes de contrôle et de pouvoir. D’une certaine manière, nous restons dans le domaine du contrôle avec les deux arti­cles suivants. Christophe Dubois nous présente le cas particulier de la prison ouverte de Hoogstraeten, dont le projet vise à associer la détention, la réinsertion et la réparation. L’auteur décrit les programmes d’action publique qui sous-tendent ce projet et revi­site à la lumière de cet exemple les concepts d’institutions totalitaires et de politiques publiques. Enfin, Thibaut Slingeneyer s’intéresse à la production de données chiffrées destinées à rendre compte de l’exécution de la mesure de libération conditionnelle en Belgique. Analysant les rapports produits dans le cadre de la mise en œuvre de cette mesure pénale, le chercheur observe la production de données chiffrées différentes ; il analyse ce phénomène en faisant retour sur les objectifs de la statistique judiciaire et en renvoyant aux notions foucaldiennes de gouvernementalité, de normation et de normalisation.

4Si l’intérêt d’une revue est avant tout conditionné par son contenu, les questions de forme et de diffusion n’en demeurent pas moins importantes. A ce titre, rs&aa aujourd’hui opéré le tournant numérique entamé voici deux ans. Après un important travail de nu­mérisation de nos archives et des dernières livraisons, les numéros antérieurs à 2006 (date du changement de dénomination de Recherches sociologiques pour Recherches sociologiques et anthropologiques) sont désormais téléchargeables gratuitement sur le site www.i6doc.com à partir de sa fenêtre Catalogues. A partir de 2006, la revue est téléchargeable contre payement : 7 EUR le numéro ou 0,80 EUR par article. Au fur et à mesure de la sortie des nouveaux numéros, les livraisons antérieures deviendront gra­tuites selon un seuil de trois ans (6 numéros). A côté de l’édition papier traditionnelle, nous sommes ainsi heureux de contribuer, par le biais de l’édition électronique de la revue, à la diffusion la plus large et la plus souple possible d’un savoir qui ne peut que s’enrichir à travers le partage et la discussion qu’il peut susciter.

5En vous souhaitant une bonne lecture “papier” de ce numéro, nous vous invitons à découvrir la version électronique de la revue et à nous faire part de vos commentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Fusulier et Daniel Rochat, « Édito », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 1-2.

Référence électronique

Bernard Fusulier et Daniel Rochat, « Édito », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/343

Haut de page

Auteurs

Bernard Fusulier

Directeur scientifique

Articles du même auteur

Daniel Rochat

Secrétaire de rédaction

Articles du même auteur

  • Édito [Texte intégral]
    Paru dans Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012
  • Édito [Texte intégral]
    Paru dans Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org