Navigation – Plan du site

La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps

The Notion of Social Transaction tested by Time
Bernard Fusulier et Nicolas Marquis
p. 3-21

Résumés

Voici 30 ans paraissait l’ouvrage Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne. Les auteurs, Jean Remy, Liliane Voyer et Émile Servais propo­saient d’appréhender le changement et la stabilité dans les sociétés occidentales à l’aide de la notion de transaction sociale. Si cette dernière a fait l’objet de plu­sieurs réappropriations depuis lors, un réexamen de sa pertinence pragmatique actuelle pour le chercheur en sciences sociales semblait nécessaire. L’article débute en introduisant le contexte dans lequel la notion a été forgée. Il se pen­che ensuite sur les profondes modifications sociétales et corrélativement sur les déplacements de perspective qui ont pris place, en sociologie notamment, depuis la publication de l’ouvrage. Enfin, un détour par les sources concep­tuelles de la transaction sociale est proposé. Au final, l’article avance l’idée selon laquelle la notion est utile au chercheur en sciences sociales en tant qu’invi­tation à adopter une posture épistémologique particulière consistant à ramener de nombreuses variables dans le giron de l’analyse.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions Felice Dassetto, Georges Liénard et Luc Van Campenhoudt pour leur lecture critique d’une première version de cet article.

Texte intégral

I. Introduction

1Voici juste 30 ans, Jean Remy, Liliane Voyé et Émile Servais publi­aient aux Éditions Vie Ouvrière Produire ou Reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne (réédité par De Boeck). Ils y présentaient la transac­tion sociale, une nouvelle notion en sociologie, inspirée notamment de la négociation comme forme d’échange social. Des générations de socio­logues ont été formés à l’Université catholique de Louvain (UCL) à cette notion, un comité de recherche s’est constitué au sein de l’Association internationale des sociologues de langue française autour d’elle et plu­sieurs ouvrages collectifs ont été publiés à son propos (Blanc, 1992 ; Blanc/Mormont/Remy/Storrie, 1994).

2Trente ans après la publication de l’ouvrage séminal, il nous a semblé pertinent et stimulant, à l’occasion d’une décade du Cérisy (2008) autour du thème : “Penser la négociation en modernité avancée”, de faire un retour réflexif sur cette notion avec le regard critique du sociologue d’au­jourd’hui. Trois questions principales ont guidé notre travail : d’où vient cette notion de transaction sociale ? En quoi consiste-t-elle ? Est-elle tou­jours adaptée à la compréhension et à l’analyse du monde social actuel ?

3Dans un premier temps, nous nous interrogerons sur le contexte d’émergence de la notion de transaction sociale, pour ensuite poser la question de sa définition et de sa prétention à être un paradigme qui saisit la dynamique sociale. Dans un troisième temps, nous chercherons à cerner la spécificité de la transaction sociale comme concept s’inspirant de trois formes de l’échange social : la négociation, le marché et le don/contre-don. Nous conclurons à la fois sur ses limites et son intérêt heuristique pour la recherche sociologique contemporaine.

II. Contexte intellectuel et institutionnel d’émergence d’une notion

  • 1 Jean Remy est docteur en économie.

4Dans les années 1970, au moment où, dans le champ sociologique fran­çais, s’opposent à la fois une vision holiste de la société versus l’individu­alisme méthodologique et une perspective actionnaliste versus une pers­pective structuro-génétique, des sociologues belges de l’Université catholique de Louvain, sous le leadership de Jean Remy, vont faire de la négociation une référence analogique pour forger une représentation de la dynamique sociale. On qualifierait aujourd’hui cette représentation, en référence à Anthony Giddens, de structurationniste dans la mesure où, d’une part, elle reconnaît à la fois la fonction productrice du jeu des acteurs et la dualité du structurel (un structurel simultanément « contrai­gnant et habilitant »), et où d’autre part, elle prend en compte à la fois le changement et l’homologie structurale. Ces sociologues louvanistes met­tent l’accent sur un processus d’échange implicite, diffus et continu, qui englobe des moments de négociation, entre une pluralité d’acteurs (indivi­duels ou collectifs), en situation d’interdépendance et d’interaction, ame­nés à produire ou reproduire des « compromis de coexistence ». Pour thé­matiser ce processus, Remy et ses collègues, Liliane Voyé et Émile Servais, utilisent la notion de transaction sociale, terme qui n’est pas sans lien avec la formation d’économiste reçue par Jean Remy à l’UCL1.

5Cependant, au-delà des auteurs qui l’ont généré, conformément à l’es­prit de la notion développée, il est intéressant d’observer que ce schéma d’intelligibilité de la dynamique sociale émerge dans le contexte belge, témoignant d’une forme de connivence entre le cadre institutionnel de socialisation des intellectuels et les capacités réflexives de ceux-ci. En effet, contrairement à une France républicaine une et indivisible peu encline à reconnaître les médiations entre l’État et le citoyen, la Belgique s’était constituée à ses origines sur un compromis, notamment entre l’épiscopat belge et la bourgeoisie libérale, s’articulant autour des libertés modernes (Maroy/Remy/Van Campenhoudt, 1996) :

Dès 1830, l’épiscopat s’est engagé dans un compromis historique avec les libéraux, acceptant la liberté d’expression et la liberté de presse, en contrepartie de la liberté des cultes et du droit d’asso­ciation. De ce fait, la Constitution belge a été la première à inscrire ce droit d’association comme liberté fondamentale (Remy, 1993 :366).

6Sur la longue période, ce compromis a produit une structure institu­tionnelle particulière où les corps intermédiaires entre l’État et les citoyens ont joué (et jouent encore) un rôle important dans l’organisation sociale et la résolution des grandes questions de société à travers une démocratie de type consociatif (Lijphart, 1977). Ainsi, la société belge est non seulement traversée par les tensions entre ses deux principales com­munautés linguistiques territorialisées (francophone/wallonne vs néerlan­dophone/flamande) et les découpages institutionnels qu’elles ont générés, mais elle est aussi composée de groupes actifs, issus de différentes tendan­ces philosophiques, qui se sont historiquement réunis au sein de trois grands “piliers” : le “pilier socialiste”, le “pilier catholique” et le “pilier libéral” (moins puissant et moins complet que les deux autres). Chacun de ces “piliers” était et est constitué d’un vaste et dense tissu d’associations et d’organisations (écoles, universités, hôpitaux, mutuelles, partis poli­tiques, syndicats, journaux, clubs sportifs, mouvements de jeunesse…) pouvant intégrer le citoyen “du berceau à la tombe”. Cette structuration de la vie collective demeure prégnante bien que nous assistions de nos jours à un phénomène de “dépilarisation” progressif et de fragilisation du modèle consociatif.

7Faisant face à la diversité des appartenances qui la caractérise, sans macro-acteur intégrateur suffisamment puissant, la société belge a été amenée à fonctionner grâce à de subtils équilibres internes assurés dans tous les domaines publics. Le fameux “compromis à la belge” manifeste cette tendance à l’adoption d’un comportement de résolution pacifique des tensions par la négociation et … la transaction sociale. Ce contexte institutionnel a donc été un terreau propice au déploiement d’une repré­sentation de la société où, d’un côté, la totalité préconstituée n’est pas une condition préalable d’un bon fonctionnement global et où, à l’opposé, l’individu n’est pas perçu comme l’atome logique et indépassable de l’ana­lyse, mais où les médiations, les articulations et les compromis ainsi que les processus qui les sous-tendent sont devenus des objets centraux de l’analyse sociologique.

  • 2 Il importe de signaler, même si nous ne pouvons ici développer cet aspect, que le contexte organisa (...)

8Avant d’être rapportée, comme elle l’est actuellement, à une pensée sociologique canonique et à un ensemble conceptuel plus classique auquel appartient l’action réciproque de Georg Simmel (Blanc/Mormont/ Remy/Storrie, 1994 ; Remy, 1996, 2006), la transaction sociale va résulter d’un tâtonnement conceptuel visant à saisir des phéno­mènes sociaux, religieux et urbains en particulier, dans des champs concrets de recherche et ce au sein d’un contexte institutionnel spéci­fique2. Inscrite dans le travail académique, elle fera l’objet d’une systé­matisation pour aboutir fin des années 1970, dans Produire ou repro­duire ?, à la proposition d’une sociologie générale de la vie quotidienne nourrie par les débats scientifiques d’alors autour des théories bourdieu­sienne, boudonnienne et tourainienne en France. La position de la socio­logie louvaniste à la marge du champ académique français allait assurer dans le même temps une grande latitude d’appropriation des controverses en alimentant ces dernières d’autres apports, tels ceux provenant de la sociologie américaine (Remy, 2005).

III. La transaction sociale : un paradigme daté ?

  • 3 Soulignons que le recours aux termes “structurel” et “structural” s’inscrit dans le climat intellec (...)

9Dans Produire ou reproduire ?, l’enjeu central de l’analyse est de comprendre les pratiques sociales à partir de leurs constituants structurels (le structurel est producteur de contraintes et de possibilités objectives) et structuraux (le structural est producteur de sens, de la perception du normal et du possible)3. Chaque pratique est alors lue comme un moment de transaction entre des acteurs (individuels ou collectifs) situés et impli­qués socialement, culturellement et affectivement dans le rapport qu’ils entretiennent avec le monde. Ces acteurs sont surtout caractérisés par l’effet conjoint des conditions structurelles et structurales dans lesquelles ils évoluent. De ce fait, il s’établit entre eux un rapport social inégalitaire, c’est-à-dire des possibilités d’action différenciées du fait de positions ini­tiales dissemblables. Dans la formalisation que proposent Remy et al., la transaction débute lorsque les acteurs entrent dans une logique d’appro­priation de leurs ressources structurelles et structurales (exploration des capitaux disponibles, constitution d’une trame symbolique, connexions avec d’autres individus, etc.). Au cours de la transaction, ils s’engagent dans une logique de production d’effets subjectifs, c’est-à-dire au niveau du sens vécu des acteurs (une logique intentionnelle), et d’effets systé­matiques (une logique objective). En cas de transaction réussie, la logique de production débouche sur un modus vivendi, un compromis de coexis­tence s’actualisant dans de nouvelles pratiques sociales, en même temps qu’elle génère les nouvelles conditions structurelles et structurales qui seront à la base de la prochaine séquence transactionnelle (confer encadré ci-dessous). Ce schéma de la transaction,

[…] permet d’imaginer la vie sociale comme étant une confrontation d’une pluralité d’acteurs en relation partiellement conflictuelle et en négociation pour déterminer des zones d’accord en fonction de leur capacité de pression respective (Remy et al., 1978 :89).

Présentation d’un exemple de transaction sociale : l’avènement de la pratique médicale “scientifique”.

Suivant l’analyse de Remy et al., longtemps dans nos sociétés, la manière de se soigner, en particulier dans les milieux populaires, est passée prioritairement par le recours aux remèdes transmis par héritages familiaux ou sociaux (Remy et al., 1978 :159-167). Le recours aux médecins était limité, non pas tant par des motifs de coûts ou d’accessibilité, que par la conception que la distribution des savoirs s’étendait, dans une certaine mesure, à tous les membres du groupe. S’il est vrai qu’une forme de spécialisation pouvait exister puisque certaines personnes de l’entourage élargi étaient dépositaires de remèdes dont elles avaient le secret, celles-ci appartenaient au groupe et parlaient le même langage.

  • 4 Les socio-économistes de la grandeur analyseraient probablement ce passage par l’émergence d’une ci (...)

La révolution industrielle, l’urbanisation, la montée en puissance de l’idéal rationnel et la foi dans les progrès de la science ont contribué à une modification profonde de la pratique des soins. A la suite d’un processus de tran­saction sociale, la médecine “scientifique” est devenue la seule pratique thérapeutique légitime, à l’exclusion de toute autre. Les effets sont importants tant au point de vue structurel (constitution d’un corps d’experts, régulé par un Ordre qui définit les conditions d’accès au savoir et aux titres nécessaires à l’exercice de la médecine, etc.), qu’au point de vue structural (“confiscation” de la légitimité de la pratique, notamment via la définition d’un mode unique d’administration de la preuve de l’efficience de celle-ci, via les tests en double aveugle en laboratoire, le développement de l’idée de placebo, etc.). Ce processus a mené à une dépossession massive de la capacité à s’auto-soigner (au sein d’un groupe), et a produit de facto un nouveau rapport social inégalitaire de dépendance4.

Comme l’ont montré Jeanne Favret-Saada (1977) et plus récemment Olivier Schmitz (2006), ce déplacement de légitimité ne signifie nullement l’annihilation d’une forme (la médecine “traditionnelle”) par une autre (la médecine allopathique, par exemple). De nombreuses pratiques parallèles à la médecine classique continuent d’exister, voire même de se propager. Ceci donne lieu à des connexions entre ces deux états du savoir thérapeutique (et des coor­données structurelles qu’ils impliquent) au sein même des patients confrontés à ces deux mondes, connexions qui sont intéressantes à analyser avec les outils de la transaction sociale.

Le pouvoir scientifique et surtout social des médecins est à rattacher à une demande elle-même socialement pro­duite, issue d’un état particulier de l’imaginaire social qui fonde les attentes d’arrière-plan de l’individu et du groupe : la valorisation de la santé comme bien commun allant de soi et devant être recherchée par tous. Notons que dans la perspective de la transaction sociale, les individus (y compris les médecins bien entendu) contribuent à cette valorisation, bien qu’elle leur échappe en grande partie. Détenteur du savoir légitime spécifique au domaine de la santé acquis dans les universités et reconnu par un diplôme, et donc détenteur d’un monopole qu’il va d’ailleurs défendre activement, le corps médical se doit d’entrer, pour assurer l’indispensable relation de confiance, dans une logique intentionnelle d’affirmation d’une éthique professionnelle véhiculant à la fois la grandeur morale du méde­cin (dévoué, intègre…) et sa compétence scientifique.

Les auteurs de Produire et Reproduire insistent de manière pertinente sur le fait que la dépossession génère un état affectif d’insécurité et d’ambivalence dans le chef de la population profane. Les compétences scientifiques, y compris le langage, n’étant pas accessibles à tous, la relation d’asymétrie se traduit par des marques de respect et acquiert une dimension sacrée : un monde mis en scène, fascinant et mystérieux dans lequel on entre avec attrait et crainte. La logique sociale favorise alors l’appropriation par le patient d’une connaissance minimale du monde médical qui lui permet une utilisation rationnelle de la médecine, tout en intériorisant son rôle de malade. Il ne lui sera par exemple plus possible, s’il veut rester en congruence avec le savoir médical auquel il se soumet, d’attribuer ses maux à un sort qu’on lui aurait jeté. Seuls certains types de causalités sont reconnus et pris en compte. Les effets objectifs d’amélioration des conditions de santé (par exemple, baisse de la mortinatalité, allongement de l’espérance de vie…) augmentent simultanément la crédibilité du corps médical et renforcent le besoin d’y recourir.

Si on peut considérer la stabilisation de l’institution médicale comme le résultat d’une transaction sociale, il pourrait être intéressant d’analyser à l’aide de ces mêmes outils la concurrence vis-à-vis de la médecine classique qu’amènent de nouvelles pratiques plus ou moins institutionnalisées (homéopathie, acupuncture, kinésiologie, rebirth, voire chamanisme, etc.). Les praticiens tenants de ces méthodes, tantôt nouvelles tantôt ancestrales, peuvent revendiquer un déplacement des zones d’accord (la science est la base de la médecine, l’idée d’effet placebo, etc.), et enclencher ainsi un nouveau processus de transaction sociale qui, au travers de pratiques entre autres négoci­atoires, pourrait déboucher sur un nouveau compromis comportant des effets structurels (par exemple, l’institution­nalisation d’une série de thérapies jusque-là décriées et la multiplication de l’offre sur le marché de la santé), comme structuraux (la reconnaissance de nouvelles causalités, le décloisonnement du savoir scientifique médical, la transformation du rapport vécu au corps et au bien-être, etc.)

10A travers ce paradigme, Remy et al. expriment une volonté de saisir de façon totalisante la dynamique sociale, en prenant en compte les dimen­sions apparemment les plus individuelles, mais aussi les plus collectives, parmi lesquelles se trouve la question de l’affect. A certains égards, la transaction sociale prend des allures de fait social total conceptuel (les auteurs ne veulent d’ailleurs pas la réfléchir comme un moment concret de la vie sociale) articulant l’affectif, le social et le culturel afin de comprendre comment les pratiques de la vie quotidienne forment la syn­thèse vivante de ces dimensions. C’est en ce sens, pourrait-on dire, que la transaction sociale constitue un paradigme.

11Dans la droite ligne du point de vue durkheimien qui critique l’insuffi­sance d’une perspective uniquement psychologisante, les auteurs indi­quent, par le biais de la transaction sociale, que les affects, les comporte­ments, etc. ne sont pas distribués au hasard et ne répondent pas (uniquement) à des caractéristiques psychologiques individuelles :

Il n’y a de psychologie que différentielle mais […] l’origine des dif­férences est fondamentalement enracinée dans le social, et, notam­ment, dans les structures de position qui dessinent les consciences possibles différentes des différents facteurs, encore que certains de ceux-ci soient handicapés dans l’usage plénier de ces possibilités (Remy et al., 1978 :235).

12La transaction sociale se donne comme une notion qui permet de repérer différentes configurations récursives de la « vie ensemble dans le monde » (Thévenot, 2004) où les pratiques et les affects doivent se comprendre à travers la structure des positions et le rapport différentiel à la matérialité qu’elle implique, ces deux éléments étant inextricablement liés à un élément culturel qui ne peut s’y réduire. Comme tout outil conceptuel ou paradigmatique, elle n’est cependant pas insensible à l’usure du temps, toute immergée qu’elle est dans le contexte institution­nel et intellectuel historiquement daté. Sans pour autant nier ce fait, les auteurs ont néanmoins le désir affiché de détecter des invariants (ou, à tout le moins, des ingrédients qui transcendent des situations parti­culières) dans la structure et les formes des échanges sociaux. Pourtant, sur deux points généraux et reliés entre eux, la donne semble avoir changé. Il y a d’abord “l’état du monde” et les inévitables modifications “structurelles” et “structurales” de la vie en société, pour reprendre les termes déjà utilisés. Ensuite, il y a les changements à l’intérieur de la discipline sociologique elle-même. Cette dernière, c’est heureux, n’est pas indépendante des variations que connaît la vie en société. Dès lors, avant de poser la question de son utilité pour le sociologue ou le chercheur en sciences sociales, il convient d’examiner le contexte dans lequel et pour lequel la notion de transaction sociale a été conçue, et surtout d’observer les modifications inéluctables que celui-ci a subies. Nous pourrons ainsi poser de manière informée la question de la pertinence de l’usage de la transaction sociale à l’heure actuelle.

13Pour ce faire, nous tenterons de repérer certaines suppositions prises pour acquises par les auteurs quant à l’état des forces en présence dans la société et à leur manière d’interagir, suppositions qui justifient l’usage de la notion de transaction sociale.

A. Une société structurée

14Une chose est frappante : l’ouvrage véhicule l’image d’une société peu­plée d’entités clairement identifiables, alors qu’aujourd’hui on a plutôt l’habitude de côtoyer des discours de sciences sociales qui soulignent le caractère indéterminé d’un monde incertain, marqué par des entités, des parcours, des actions et des significations de moins en moins prévisibles, voire de moins en moins identifiables.

15La société décrite dans l’opus est d’abord une société de classes composées d’individus partageant une série de caractéristiques com­munes ; il s’agit également d’une société où l’opposition ville/campagne est encore prégnante. Fidèles à l’idée même de la transaction sociale, les auteurs considèrent qu’une classe ne tient pas uniquement dans la posi­tion économique commune de l’ensemble des individus qui la composent mais également (comme cause et conséquence du premier critère) dans la culture commune partagée et dans une même manière de réagir face à dif­férentes situations (pour ce faire ils utilisent le concept d’ethos de posi­tion). Dans une perspective à consonance structuro-génétique, cette struc­turation de la société en strates d’individus possédant des ressources et des dispositions différentes est taken for granted par les auteurs : il y a des dominants et des dominés, et les premiers imposent leur agenda aux seconds. Et pour cause, c’est sans doute une des conditions sine qua non de l’utilisation de la transaction sociale. Il en est également ainsi du discours tenu autour du mouvement social comme vecteur de changement ou de stabilité, qui présuppose cette structuration.

  • 5 Même si d’autres, à la suite de Durkheim, montreront, à juste titre, que l’individualisme est sans (...)

16La société qui nous est présentée est aussi une société d’institutions dotées d’une certaine forme de légitimité. On peut évidemment y contester telle institution particulière (ce que font les mouvements sociaux) mais, justement, le fait institutionnel en lui-même possède une aura, une légitimité que lui reconnaît, semble-t-il en suivant les auteurs, chaque membre de la société. Cette supposition leur permet d’ailleurs de prendre comme point de départ de leur analyse la culpabilité qu’entretien­nent les individus qui s’estiment être en train de déroger aux normes qu’ils ont intériorisées. L’avènement d’un mouvement social est alors ce qui permet collectivement aux individus de passer d’une conscience hon­teuse à une conscience fière. Aujourd’hui, d’aucuns soutiendront que cette culpabilité appartient à une ère révolue au cours de laquelle la névrose était la pathologie maîtresse et que, dans un environnement où ce sont les malaises liés à une hyper-responsabilisation de l’individu qui prennent le dessus, l’obtention d’une sécurité affective accrue ne se déroule plus de la même manière5.

17A la lecture de l’ouvrage, nous pouvons avoir l’impression d’une thé­orie qui se permet un certain formalisme parce que l’objet auquel elle s’applique peut être rendu prévisible. Si tel changement dans les valeurs, les normes, le type de communauté, etc. est introduit, on pourra dans une certaine mesure en prévoir les conséquences, via les enchaînements tels qu’ils sont conçus dans le modèle. Malgré la reconnaissance de l’incerti­tude dans le jeu social, l’approche reste marquée par un principe de pré­dictibilité. Or, la plupart des analyses de ces dernières années en socio­logie ont plutôt tendance à pointer un brouillage généralisé de la configu­ration de la société et appuient l’idée d’une déformalisation. Il ne s’agit pas uniquement d’une transformation de l’objet qu’on étudie (la société se complexifie), mais également d’une modification des grilles de lecture du chercheur. Le retour de l’individu en sociologie et de l’attention portée à ses pérégrinations, à ses représentations, etc., prenant la place des analyses en termes de déterminismes lourds, n’est pas étranger au constat que l’on pose sur le monde : l’accent sur les bifurcations des trajectoires suppose à la base un intérêt accru porté aux parcours individuels et à l’ex­ceptionnalité, et a contrario, un moindre intérêt accordé à ce qui fait moyenne-mode-médiane, bref aux tendances. Le regard porté diffère donc fortement. En caricaturant, on pourrait dire que ce n’est plus the hob­besian problem of order qui taraude le sociologue (s’éloigne alors la nécessité de ressaisir toute la complexité du social dans un seul geste théorique), et que l’intérêt attaché aux pratiques (et aux éléments qui se trouvent “derrière” elles) est concurrencé par celui porté à leurs signifi­cations, auxquelles on accorde un crédit renouvelé (en particulier dans la sociologie pragmatique française). En voulant traiter les deux à la fois (pratiques et éléments structuraux), cet ouvrage peut être considéré comme une œuvre charnière.

  • 6 Voir par exemple la position de Dubet à propos de la vraisemblance (Dubet F., 1994) ou de Boltanski (...)

18Avec le recul, on voit aussi des modifications apparaître concernant les qualités dont on investit actuellement le discours sociologique. Du fait de leur canevas assez déterministe (eu égard à la grille de lecture actuelle) et du contexte intellectuel dans lequel ils évoluent, les auteurs promeuvent la prise de conscience de ces déterminismes en ce sens qu’elle serait investie de vertu quasi-thérapeutique. Pour des courants s’attachant plutôt à décrire l’individu, hors de toute volonté critique, ceci paraîtrait présomp­tueux puisque les individus sont considérés comme réflexifs, les acteurs compétents dans une certaine mesure, etc6.

  • 7 D’autres éléments plus palpables peuvent être mentionnés : le monde décrit par Remy, Voyé et Servai (...)
  • 8 Ceci ne signifie nullement la fin des inégalités mais la difficulté à repérer une identification en (...)
  • 9 Castel R., 1981 ; Gauchet M.,2007.

19On le voit, certains points pris pour acquis par les auteurs quant à l’état de la société7 sont aujourd’hui remis en question : même si certaines ten­tatives intéressantes existent pour repenser les classes sociales (par exem­ple les travaux de Louis Chauvel) ou la structure sociale (par exemple, la société en sablier d’Alain Lipietz), l’accent est surtout mis sur la “moyen­nisation de la société”, indiquant la fin d’une société découpée en classes (avec notamment le délitement de la classe ouvrière)8. On parle aussi beaucoup de « déclin de l’institution » (Dubet, 2002), en insistant par là sur la mise en doute de l’automatisme de l’investissement affectif des insti­tu­tions par les individus. On évoque aussi la fin des mouvements sociaux, ou plus largement la fin des idéologies, c’est-à-dire la perte des projets potentiellement mobilisateurs qui pourraient jouer le rôle de catalyseur (l’asociale sociabilité chez Robert Castel, les difficultés à poser un projet politique chez Marcel Gauchet, etc.)9. Bref, les constats invitent plutôt à comprendre une société moins identifiable que celle que mobilisent les auteurs dans leur analyse. On peut se demander si ce monde est encore d’actualité.

B. Une société en transition

20Est-ce à dire que la possibilité de changement n’avait pas été prise en compte ? Loin de là. Pour s’en convaincre, on peut se pencher sur un changement structurel massif qu’ont connu nos sociétés, et qui est décrit par les auteurs : le passage définitif du système monolithique au système pluraliste. Le modèle monolithique se caractérise par la nécessité d’un large accord commun entre les membres de la société à propos des normes, des valeurs et de la manière dont ces dernières sont légitimées. C’est le cas des sociétés religieuses, mais cela pourrait aussi proba­blement s’appliquer aux ex- “religions séculaires”. Le modèle pluraliste, quant à lui, permet l’existence de désaccords au sein même d’une société pour autant qu’ils ne concernent pas ses fondamentaux (par exemple, la valeur accordée à l’individu et à ses droits). C’est le modèle dans lequel évoluent les sociétés libérales. Elles y parviennent en privatisant une série de légitimations (parmi lesquelles les buts de l’existence individuelle) par rapport auxquelles un accord global n’est pas nécessaire. Pour le reste, c’est-à-dire pour ce qui est nécessaire à la vie en commun, la décision rationnelle devrait être de mise. Les auteurs de Produire et reproduire ? développent de façon très lucide ce passage et en déduisent l’importance toujours plus grande que prendra le procéduralisme, à l’intérieur duquel le conflit sera dûment valorisé.

  • 10 Confer le chapitre “Quand les droits de l’homme deviennent une politique” (Gauchet M., 2002, pp. 32 (...)

21Remarquons que dans la conception des théoriciens de la transaction sociale, le modèle pluraliste semblait principalement se définir par son opposition au modèle monolithique, notamment via l’élargissement des zones de désaccord possible. Or aujourd’hui, depuis l’effondrement des “religions séculaires” notamment, il faut admettre que ce modèle plura­liste n’a, pour l’instant, plus de concurrents sérieux (De Munck, 1999). La conséquence potentielle de cette exclusivité est que les zones d’accord sont plus difficiles à faire bouger, dans la mesure où elles sont réduites à peau de chagrin et donc d’autant plus stables. Or, selon les auteurs, modi­fier les zones d’accord nécessaire en zones de désaccord possible est la principale arme des mouvements sociaux. Pour le dire polémiquement, on peut actuellement discuter de tout (d’où, comme on le verra, l’importance de la négociation, de la délibération, etc.) sauf de quelques fondements non négociables (des “fondamentaux”, zones d’accord de premier ordre), qui ont globalement trait à l’individu et à sa liberté de trajectoire : les droits de l’homme, « la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres », etc10.

22A la décharge des auteurs, ceci ne signifie nullement que, si l’individu (sa destinée, son bonheur, son libre-arbitre) est consacré en valeur suprême, le contexte social perd pour autant de son influence sur tout un chacun. Dans notre cas, cela signifie seulement potentiellement qu’il est beaucoup plus malaisé pour les mouvements sociaux de modifier les zones sur lesquelles va se baser la critique. Boltanski et Chiappello (1999) en donnent un lumineux exemple lorsqu’ils mettent en lumière le sort de la critique artiste du travail. Celle-ci, alors qu’elle avait pour but de contrer l’esprit capitaliste, s’est vue endogénéisée par ce dernier, qui a intégré parmi ses arguments le rejet d’un travail monotone pour appuyer l’esprit d’initiative individuelle. La critique sociale du capitalisme s’est également délitée. De surcroît, le pluralisme poussé au bout de sa logique génère le relativisme et complexifie encore plus le processus de naissance et d’évolution des mouvements sociaux. En effet, il sape les bases d’une critique radicale du système qui se faisait via le déplacement des “fonda­mentaux” d’une société, puisque ceux-ci sont désormais quasi inamovi­bles. En revanche, les zones d’accord de second ordre, non fondamentales à la survie des sociétés pluralistes, se trouvent, elles, prises dans la tour­mente des contestations/justifications incessantes.

23Le prisme du paradigme de la transaction sociale analysant le passage d’un modèle monolithique à un modèle pluraliste décrit d’ailleurs de façon toujours pertinente la condition, à la fois structurelle et structurale, de la classe moyenne, ce qui nous permet de revisiter intelligemment la thèse parfois énoncée trop rapidement de la moyennisation de la société. En effet, si on suit les auteurs, l’épanchement de la classe moyenne ne se caractérise pas tant par une égalisation des revenus et des conditions de vie, mais bien plutôt par une appropriation de son discours, de sa manière de poser les « bonnes questions » (Remy et al., 1978 :228) et par une extension de la légitimité qui est accordée à l’identité sociale promue par ce discours sur soi de la classe moyenne.

24De quelle identité s’agit-il ? De manière stimulante, Remy et al. indi­quent comment la classe moyenne, marquée par son statut structurel de « ni-ni » et sa mobilité, va promouvoir un discours animé par les notions de plasticité, de mouvement, d’authenticité, et caractérisé par un volon­tarisme éclairé où sont réunies les conditions de l’irruption du mythe du self-made man. Le passage suivant permet d’entrevoir la finesse de certaines analyses contenues dans l’ouvrage :

Une telle lecture de soi [de la classe moyenne] qui favorise la plasti­cité et la mobilité sera lue en termes positifs par les intermédiaires qui cherchent à renforcer leur position transactionnelle mais elle sera par contre affectée de connotations négatives dans la mesure où certains y verront une participation à la construction d’un système de signes de repérage, détaché de l’expérience vécue individuelle ou collective, et une contribution au renforcement et à la généralisation de codes formels régis par les règles de l’équivalence, typiques d’une situation dominée par l’économique […]. Cette stabilisation des règles d’équivalence est d’autant plus forte que la logique structurale de la classe moyenne va valoriser l’authenticité, c’est-à-dire l’accep­tation d’une règle sociale, dans la mesure où elle est vécue à la manière d’une règle d’éthique personnelle. Ce type de réaction fait à la fois le pouvoir de ce milieu et la bonne conscience qui l’empêche de mettre en question les règles du jeu, ambiguïté qui produit à la fois la disponibilité de la classe moyenne vis-à-vis de modèles dont elle n’est pas le promoteur et son incapacité d’opposition radicale. Cette attitude favorise une généralisation d’une perception de soi où l’indi­vidu et son effort sont au centre et où l’optimalisation des possibilités individuelles est liée à la fois à l’effort et au respect des règles du jeu (Remy et al., 1978 :269).

25En ce sens, si moyennisation de la société il y a, c’est probablement dans la généralisation de la lecture de soi en ces termes par les individus, ce qui permet de comprendre l’avènement du discours d’autocréation et la valorisation nouvelle de la personne et de son épanouissement (Ehren­berg, 1991). « La généralisation d’une lecture en termes de classe moyenne contribue à instaurer l’individu au cœur du sens vécu et à voir en lui l’origine et la fin du sens » (Remy et al., 1978 :274). Les transfor­mations structurales, c’est-à-dire de l’institution symbolique, que la société a connues sont finement saisies par les auteurs et restent d’actua­lité. Il en va de même de leur analyse de la généralisation de la mesure (la commensuration) et du caractère socialement situé de la métaphore du marché qu’eux-mêmes utilisent pour développer leur analyse de la tran­saction sociale (confer infra).

26Ces intuitions, confirmées sur le plan structural des arrangements sym­boliques, n’enlèvent cependant rien à la pertinence de la question visant à savoir s’il est légitime d’appliquer la notion dans un contexte structurelle­ment modifié. Tout dépend probablement du statut qu’on lui donne, en tant que paradigme ou en tant que concept. Probablement que le change­ment de contexte rend problématique l’utilisation de la transaction sociale comme paradigme : trop de suppositions non rencontrées quant à l’état de la société sont engagées, si l’on s’en tient à la définition stricte mais socialement et spatio-temporellement située des auteurs. De plus, conti­nuer à l’utiliser contreviendrait à la quintessence même de leurs intui­tions : il est nécessaire de sociologiser ce qui apparaît a priori comme donné. Or sociologiser signifie aussi relativiser, situer socialement et spatio-temporellement. Nous reviendrons sur ce point dans la conclusion. Penchons-nous à présent sur les ressources théoriques qui portent la notion de transaction sociale.

IV. La transaction sociale : un concept heuristique

27Sous l’angle de la sociologie simmelienne, la transaction sociale pourrait être redéfinie comme un concept heuristique pour étudier une société mouvante, faite d’équilibres instables, d’une constellation d’ac­tions réciproques combinant des exigences opposées mais complémen­taires et générant des formes sociales sensibles et intelligibles. Dans cette perspective, la transaction sociale ne serait pas un paradigme qui préten­drait exprimer à la fois la dynamique et la substance sociale mais une notion permettant de ressaisir l’échange social en expansion dans la modernité avancée. Les tenants de la transaction sociale, et Jean Remy en premier, vont chercher à théoriser cette dernière en s’inspirant de trois grandes formes de l’échange déjà théorisées : la négociation, le marché et le don/contre-don (Fusulier, 2005).

A. La négociation

28Pour repérer certaines composantes de la négociation, les théoriciens de la transaction sociale utilisent l’analogie du jeu de cartes : une distribution inégale des cartes au départ du jeu, une distribution inégale des atouts et un ensemble de règles qui déterminent les modalités d’échange entre les joueurs. Ces trois éléments permettent le repérage des positions fortes ou faibles des joueurs, de leurs capacités d’initiative et de leurs possibilités tactiques. Cette construction des positions, bien qu’indépendante de la volonté des joueurs, n’exclut cependant pas une part de contingence ainsi que l’existence d’une bonne ou d’une mauvaise manière de jouer ; il y a ainsi des stratégies payantes et d’autres qui ne le sont pas.

29La négociation suppose un jeu de pouvoir et de contre-pouvoir autour d’un problème à résoudre. La relation de pouvoir ne peut être totalement asymétrique et relever d’une imposition unilatérale, sinon la négociation n’aurait plus lieu d’être. L’imposition est certes présente mais jamais totale car le jeu reste ouvert. En ce sens, la négociation est une situation semi-structurée où tout n’est pas possible (notamment en fonction du rap­port de force et du contexte) mais où plusieurs réactions sont cependant envisageables. Celles-ci ne sont pas que probabilistes. En effet, bien qu’une bonne connaissance du contexte, de la situation et des acteurs en présence permette de déduire la probabilité de survenance de telle ou telle solution, on ne peut ni la prédire avec certitude ni d’ailleurs exclure la possibilité d’une issue inattendue. La négociation comporte dès lors une dimension semi-aléatoire où l’invention est potentielle.

30Jeu de pouvoir semi-structuré et semi-aléatoire, la négociation est éga­lement semi-transparente. En effet, les informations sont inégalement réparties entre les partenaires, même si certaines sont et doivent leur être communes. Un des enjeux tactiques est de trouver le bon régime de voilement/dévoilement des informations. Les zones d’incertitude font donc partie de la négociation et constituent des sources de pouvoir, comme l’ont montré Michel Crozier et Erhard Friedberg (1977). La négo­ciation, du fait d’enjeux explicités, généralement conflictuels, est un espace-temps où prédomine le registre utilitariste et stratégique. Autre­ment dit, au cœur de la négociation se retrouve la poursuite d’intérêts au travers d’une démarche cognitive qui fait la part belle à la rationalité instrumentale.

31La négociation est une forme particulière de l’échange social. Pour l’élargir afin de mieux rendre compte de la complexité intrinsèque des pratiques, les théoriciens de la transaction sociale mobilisent une deuxième forme de l’échange social, celle du marché, qu’ils complèteront par une troisième, celle du don et du contre-don.

B. Les analogies du marché et du don

  • 11 Ce qui ne veut nullement dire, ni pour Weber, ni pour Remy que la société est un marché. Tous deux (...)

32Les auteurs s’inspirent de la sociologie de Max Weber, pour qui la société fonctionne comme un marché économique11 :

L’analogie du marché nous permet en fait de dégager une notion abstraite – dans le cas présent, celle de transaction sociale – qui deviendra pour nous un concept-clé de l’interprétation (Remy et al., 1978 :90).

33Si le marché présente certaines similarités avec la négociation, dont la présence d’une pluralité d’acteurs rationnels reliés par un enjeu commun mais ayant des intérêts partiellement opposés et partiellement complé­mentaires, il en diffère notamment par l’idée que l’échange se base sur un processus faiblement formalisé et indépendant de la qualité des person­nes, dans le cadre d’une relation qui se veut libre. Cette analogie présente alors l’avantage de mettre l’accent sur l’articulation diffuse et continue entre l’interdépendance objective des acteurs et leur entrée dans une interaction faiblement cadrée.

34Aux références faites à la négociation et au marché, s’ajoute celle du don (Remy, 1992 :86). Le don se pare des oripeaux de la gratuité, mais dans le même temps, celui qui accepte le cadeau devient en quelque sorte l’obligé de l’autre. Une forme de réciprocité s’instaure sur le moyen- ou le long-terme (contre-don), créant des liens et une solidarité entre les per­sonnes. La réciprocité étant différée, contrairement au troc et à l’échange marchand, elle implique un risque assumé par la confiance et l’obligation morale. On rejoint ici le concept d’« échange social » forgé par Peter Blau (1964) qui définit par là un type de relation où l’un des partenaires s’en­gage dans l’échange sans en connaître exactement la contre­partie. L’enga­gement s’explique alors par l’établissement d’une relation de confiance qui donne quelque assurance sur le comportement bien­veillant du parte­naire. Le renforcement du lien social, la confiance et la réciprocité des transferts ne signifient pour autant ni égalité dans l’échange, ni absence de pouvoir (Fusulier, 2003).

35La triple référence à l’échange négociatoire, à l’échange économique et à l’« échange social » traduit également une conception de l’activité et de l’action humaines où le calcul d’intérêt coexiste très bien avec l’affirma­tion de sens :

Il s’agit de deux pôles de l’agir social qui restent en tension dialectique. On ne peut rejeter totalement l’un et prendre totalement l’autre (Remy, 1996 :19).

36À ce titre, Jean Remy se refuse à ne voir dans le « registre du sens » qu’une simple ressource au service de la stratégie, et à interpréter l’imbri­cation des logiques du sens et de l’intérêt comme une duperie dans la perspective où le registre symbolique travestirait le registre de l’utilité. Il marque ainsi sa distance avec l’approche marxiste.

C. La notion de transaction sociale

37La notion de transaction sociale attire l’attention sur les jeux multiples entre le rationnel et l’affirmation de sens, le formalisé et le diffus, le continu et le discontinu. La transaction sociale cherche à amalgamer les caractéristiques du marché économique, de l’échange qui prend la forme du don et de la négociation en vue de mieux appréhender les réalités humaines (Blanc, 1992 ; Blanc/Mormont/Remy/Storrie, 1994). La négoci­ation fait certes ressortir le poids des enjeux, les stratégies dans des jeux de pouvoir ainsi que la dialectique de l’invention. Il n’en reste pas moins que la transaction sociale peut opérer lorsqu’il y a impossibilité d’entamer une négociation explicite. Elle invite donc à considérer un registre plus large que celui que couvre la conscience des acteurs, en ne négligeant pas pour autant de porter son attention aux vécus divers de ceux-ci. Par exem­ple, la division du travail domestique ne peut ni être lue comme le simple produit d’une structure et d’une culture, ni être considérée comme le fruit d’une négociation au sens strict. Elle résulte plutôt d’une transaction sociale entre les membres de la famille qui fait intervenir de nombreux éléments issus de la tradition, de l’état structurel et structural de la société, et des positions socio-professionnelles de chacun (les contraintes et les ressources telles que la qualification, le statut professionnel, l’apport patrimonial…), tout en combinant des registres multiples (straté­gies, sens, confiance, affects) dans l’interaction. La notion de transaction met par conséquent l’accent,

[…] sur la complexité des situations dont l’évolution est semi-aléatoire plutôt que sur les situations fortement structurées et codifiées, sur les processus implicites d’ajustement constant entre les partenaires plu­tôt que sur leurs négociations explicites, sur la production progres­sive par les partenaires eux-mêmes des normes de leur interaction plutôt que sur la préexistence d’un cadre normatif dûment balisé, sur la tension entre le calcul d’intérêt et l’affirmation de sens où la seconde peut très bien prévaloir, sur la relative confiance que les partenaires ont avantage à se créditer mutuellement plutôt que sur la concurrence entre rivaux… (Van Campenhoudt/Remy/Peto/Hubert, 1994 :99).

38Si la transaction sociale se manifeste dans les situations d’interaction, elle invite à ne pas négliger le poids des « cadres » qui structurent ces dernières, le cadre permettant d’expliciter les contraintes et les opportu­nités (Remy, 1997). En d’autres termes, cette proposition signifie que tous les facteurs explicatifs de l’échange que saisit la transaction sociale (incluant la négociation) ne sont pas purement contingents et nécessi­tent de faire apparaître les propriétés structurelles et structurales qui pèsent sur les situations d’interaction. Ces “propriétés” peuvent à leur tour faire l’objet d’une analyse spécifique qui permet de s’interroger sur la contingence ou la possible généralisation, ne fut-ce qu’à titre hypothé­tique, des processus et contenus transactionnels observés dans les situa­tions concrètes. Cette montée en généralité nécessite cependant de pou­voir forger des catégories intermédiaires qui relient conceptuellement les situations spatialement et temporellement disjonctives. Elle déplace également le modèle d’analyse, qui porte alors moins sur la situation de l’échange que sur celle des mondes sociaux constitués, des contextes, qui imprègnent cette situation via des configurations d’interdépendance et des structures de significations. Il y a par conséquent deux plans dans l’ana­lyse de la transaction sociale : l’avant-plan du déroulement des manifesta­tions de la transaction sociale (ou les situations), et l’arrière-plan, c’est-à-dire le contexte de sa structuration partielle du fait de propriétés structu­relles et structurales qui interviennent sur la manière dont elle s’organise et se déroule. L’arrière-plan et l’avant-plan sont néanmoins dans un rap­port d’interstructuration ; l’arrière-plan étant lui-même un construit qui doit être rapporté aux transactions sociales antérieures et qui se trans­forme en fonction des résultats intentionnels ou objectifs (systématiques) de l’action en cours sur l’avant-plan des différents niveaux de l’agir social. L’analyse synchronique de la transaction sociale (situation, contexte), se double d’une analyse diachronique, c’est-à-dire de l’enchaî­nement des séquences transactionnelles, où le produit d’une séquence devient le point de départ de la séquence suivante, et ipso facto du travail d’appropriation et de production qui en découlera.

39A ce titre, la notion de transaction sociale est porteuse d’un schéma de représentation de la dynamique sociale et ouvre une matrice de question­nements à géométrie variable. Sa puissance formelle tient aussi au fait qu’elle véhicule une vision complexe d’un acteur toujours situé, des forces qui le font agir (sociales, culturelles, psycho-affectives) et de l’inextricable mélange des compétences dont il fait preuve (capable de calcul, de revendications éthiques, d’affirmation identitaire, de routines, d’amour…). Certes, elle mérite d’être articulée de façon ad hoc à des cadres théoriques plus spécifiques, tels que, par exemple, l’analyse straté­gique pour penser l’intérêt et les relations de pouvoir, les économies de la grandeur pour lire les principes de sens et les épreuves, ou encore une sociologie de la confiance pour saisir comment les acteurs acceptent de remettre leur sort aux mains d’autres (Fusulier, 2001).

V. Conclusion

40La transaction sociale est difficile à définir. Et pour cause, on peut faire l’hypothèse que son caractère de signifiant creux est à la fois constitutif de sa notion même de concept non saturé et de son application dans des sociétés qualifiées de pluralistes, c’est-à-dire des sociétés où l’on peut discuter de (quasiment) tout. Pour le chercheur, l’intérêt de la transaction sociale se situe donc dans le fait que la notion ramène dans le giron de l’analyse d’importantes variables, qui concernent la possibilité même d’un échange, d’une négociation entre deux ou plusieurs parties dans une société. En ce sens, la transaction sociale qualifie un état particulier d’une société ou d’un monde du point de vue structurel (les forces en présence) et structural (les symboles en présence), et pousse à investiguer ce que cet état particulier autorise et fait peser comme contraintes sur les individus et les groupes dans leurs interactions.

41Certes, comme nous avons tenté de le montrer, la transaction sociale n’a probablement pas/plus vocation à faire office de paradigme : sa force intégratrice était liée à un état particulier de la société, aujourd’hui si pas révolu, du moins ayant connu de profondes modifications. Reste que nous avons cru pouvoir amener des éléments qui appuient la pertinence des horizons ouverts par la transaction sociale. C’est pourquoi, en tant que concept élargi, elle nous semble être un outil indispensable dans un contexte marqué par l’avènement d’un pluralisme et l’épanchement de l’ethos de la classe moyenne où, puisque beaucoup de questions valo­rielles sont reléguées dans la sphère privée (et donc du discutable, de ce qui n’est plus indispensable à la pérennité du vivre-ensemble), presque tout peut faire l’objet d’une discussion.

42Mais c’est surtout parce qu’elle invite le chercheur à adopter une posture particulière que la transaction sociale reste des plus pertinente. Comprenons la comme un type d’interrogation portant à la fois sur les distributions inégales de capitaux et de compétences dans le monde social, sur les conditions de possibilités de différentes formes d’échanges (par exemple, la négociation, la délibération, la médiation…), sur ce que l’on peut considérer comme étant ou non échangeable à l’intérieur d’une société, etc. Bref, cette interrogation porte sur ce à quoi “tiennent” les entités d’une société (avec une composante affective), et sur ce par quoi elles sont “tenues”, au double sens du terme, c’est-à-dire : d’une part, des éléments constituant le fonds d’attentes normatives réciproques (voir Georg Simmel, Harold Garfinkel, etc.) par lequel les individus s’obligent mutuellement à respecter une série de principes d’arrière-plan ; d’autre part, ces mêmes éléments qui (sou)tiennent les individus et les groupes d’une société, et leur permettent de s’y mettre en jeu, de s’y engager, de s’y commettre.

43En ce sens, la transaction sociale est aussi un outil qui permet d’inves­tiguer l’imaginaire d’une société (au sens de Cornelius Castoriadis ou de Charles Taylor). Il s’agit de ce que les membres d’une collectivité « doivent ‘imaginer’ ensemble pour que leurs pratiques aient le sens qu’elles ont » (Taylor, 2007 :584). Si le phénomène des mouvements sociaux a pu s’essouffler par rapport au moment où Remy et al. écri­vaient, l’importance donnée au culturel par les auteurs dans leur travail de compréhension du monde et des pratiques de la vie quotidienne n’a pas été démentie. Par cet élargissement, la transaction sociale nous ouvre la voie vers la compréhension des changements qui surgissent dans les sociétés pluralistes : changement de légitimité de certaines pratiques, investissement ou désinvestissement de tel projet politique, dévelop­pement d’une conscience écologique, etc.

44Reste l’épineuse question de sa difficile traduction empirique : le caractère de signifiant creux que nous évoquions au début de cette conclusion est une difficulté pour le chercheur. C’est probablement par le croisement d’applications diverses à des sujets divers que l’intérêt heuris­tique de la notion et de la posture de chercheur qu’elle invite à adopter (prendre en considération l’état d’une société, les conditions structurelles, croiser les actions et les significations, etc.) se clarifiera au fur et à mesure. Bref, malgré ces trente années d’existence, la transaction sociale à défaut d’être confirmée comme paradigme ou d’être devenue une théo­rie intégrant un système conceptuel, demeure un schéma puissant et sug­gestif d’appréhension sociologique de l’univers social et de sa dynamique en modernité avancée.

Haut de page

Bibliographie

Blanc M., Dir., 1992, Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques Sociales.

Blanc M., Mormont M., Remy J., Storrie T., Dir., 1994, Vie quotidienne et démocratie. Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques Sociales.

Blau P. M., 1964, Exchange and Power in Social Life, Wiley, New York.

Boltanski L., 1990, L’amour et la justice comme compétences, Paris, Métailié.

Boltanski L., Chiappello E., 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Castel R.,  1981, La gestion des risques, Paris, Minuit.

Crozier M., Friedberg E., 1977, L’acteur et le système, Paris, Seuil.

De Munck J., 1999, L’institution sociale de l’esprit, Paris, puf.

Dubet F., 1994, “Vraisemblance : entre les sociologues et les acteurs”, L’année sociologique, n° 44, pp. 83-107.

Dubet F., 2002, Le déclin de l’institution, Paris, Seuil.

Ehrenberg A., 1991, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy.

Favret-Saada J., 1977, Les mots, la mort, les sorts : la sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard.

Fusulier B., 2001, Articuler l’école et l’entreprise, Paris/Louvain-la-Neuve, L’Harmattan/Academia Bruylant.

Fusulier B., 2003, “Les prémisses de la confiance dans un partenariat école-entreprise”, in Thuderoz Ch., Mangematin V., Eds., Des mondes de confiance, Paris, cnrs Éditions, pp. 57-69.

Fusulier B., 2005, “Négociations et transaction sociale. Note introductive”, Négociations, n° 3, pp. 81-85.

Gauchet M., 2002, La démocratie contre elle-même, Paris, Gallimard.

Gauchet M., 2007, L’avènement de la démocratie. Tome 2. La crise du libéralisme, Paris, Gallimard.

Lijphart A.,

Lijphart A., 1977, Democracy in Plural Societies: A Comparative Exploration, New Haven, Yale University Press.

Maroy Ch., Remy J., Van Campenhoudt L., 1996, “La foi et le métier : transactions symboliques dans les institutions chré­tiennes”, Cahiers internationaux de sociologie, vol. 100, pp. 91-124.

Remy J., 1992, “La vie quotidienne et les transactions sociales : perspectives micro- ou macro-sociologiques”, in Blanc M., Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques Sociales, pp. 83-111.

Remy J., 1993, “Laïcité et construction de l’Europe”, in Vincent G., Willaime J.-P., Dir., Religions et transformations de l’Europe, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, pp. 365-379.

Remy J., 1996, “La transaction, une méthode d’analyse : contribution à l’émergence d’un nouveau paradigme”, Environnement et Société, n° 17, pp. 9-31.

Remy J., 1997, La transaction comme forme de sociabilité et comme posture méthodo­logique, notes ronéotypées, Bruxelles, Facultés Saint-Louis.

Remy J., 2005, “Négociations et transaction sociale”, Négociations, n° 3, pp. 85-95.

Remy J., 2006, “G. Simmel, tension entre religiosité et religion : une transaction perma­nente”, in Turcotte P.-A., Remy J., Médiations et compromis : Institu­tions religieuses et symboliques sociales, Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques Sociales, pp. 153-185.

Remy J., Voyé L., Servais E., 1978, Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne, tome 1, Bruxelles, Les Éditions Vie Ouvrière.

Schmitz O., 2006, Soigner par l’invisible. Enquête sur les guérisseurs aujourd’hui, Paris, Imago.

Taylor Ch., 2007, “Démocratie et imaginaire social”, in Wieviorka M., Dir., Les sciences sociales en mutations, Auxerre, Éditions Sciences humaines, pp. 581-602.

Thévenot L., 2004, “Une science de la vie ensemble dans le monde”, La Revue du m.a.u.s.s., n° 24, pp. 115-126.

Van Campenhoudt L., Remy J., Peto D., Hubert M., 1994, “La relation sexuelle comme transaction sociale”, in Blanc M., Mormont M., Remy J., Storrie T., Vie quotidienne et démocratie. Pour une socio­logie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan, Coll. Logiques Sociales, pp. 93-112.

Haut de page

Notes

1 Jean Remy est docteur en économie.

2 Il importe de signaler, même si nous ne pouvons ici développer cet aspect, que le contexte organisa­tionnel, c’est-à-dire l’Université catholique de Louvain, fut également favorable à l’émergence de l’idée de transaction sociale. L’UCL ne relevant pas de l’autorité directe du Saint-Siège, son rapport au Vatican, caractérisé par un jeu de distance/proximité, était en cohérence avec la perspective qu’ouvrait la transaction sociale. En outre, appartenant au “monde catholique”, Jean Remy, en tant que chercheur louvaniste, a été l’un des analystes des transformations du catholicisme, et en particulier de l’évolution du lien entre les catholiques et l’autorité religieuse, ce qui a constitué l’un des terrains à partir duquel a émergé la notion de transaction sociale.

3 Soulignons que le recours aux termes “structurel” et “structural” s’inscrit dans le climat intellectuel de l’époque qui était imprégné par le structuralisme marxiste et la sémiologie structurale.

4 Les socio-économistes de la grandeur analyseraient probablement ce passage par l’émergence d’une cité industrielle au détriment d’une cité domestique où étaient promus le savoir issu du vécu, l’ancien­neté, les éléments endogènes au groupe, etc.

5 Même si d’autres, à la suite de Durkheim, montreront, à juste titre, que l’individualisme est sans doute le plus social et le plus institutionnalisé des faits, et doit être analysé comme tel.

6 Voir par exemple la position de Dubet à propos de la vraisemblance (Dubet F., 1994) ou de Boltanski sur « ce dont les gens sont capables » (Boltanski L., 1990).

7 D’autres éléments plus palpables peuvent être mentionnés : le monde décrit par Remy, Voyé et Servais dans l’ouvrage est caractérisé comme nous l’avons déjà dit par une opposition ville/campagne, les médias à forme réticulaire (Internet, etc.) n’ont pas encore été développés, etc.

8 Ceci ne signifie nullement la fin des inégalités mais la difficulté à repérer une identification en termes d’appartenance à une classe d’individus.

9 Castel R., 1981 ; Gauchet M.,2007.

10 Confer le chapitre “Quand les droits de l’homme deviennent une politique” (Gauchet M., 2002, pp. 326-385).

11 Ce qui ne veut nullement dire, ni pour Weber, ni pour Remy que la société est un marché. Tous deux sont sensibles au caractère métaphorique et situé de l’usage du terme, et à ses limites.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Fusulier et Nicolas Marquis, « La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 3-21.

Référence électronique

Bernard Fusulier et Nicolas Marquis, « La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/345 ; DOI : 10.4000/rsa.345

Haut de page

Auteurs

Bernard Fusulier

UCL/ANSO

Articles du même auteur

Nicolas Marquis

FUSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org