Navigation – Plan du site
À propos de livres

Alfonsi Laurence, Le cinéma du futur. Les enjeux des nouvelles technologies de l’image

Paris/Sainte-Foy, L’Harmattan/Les presses universitaires de Laval, 2005, 86p.
Jacques Delcourt
p. 122-123

Texte intégral

1Laurence Alfonsi est sociologue, historienne du cinéma et spécialiste de la prospective. Elle analyse les phénomènes émergents dans le cinéma suite aux mutations technologiques dans le domaine des médias et de la communication. C’est un livre à recommander aux sociologues de la culture parce que l’auteure introduit le lecteur à trois évolutions concomitantes et interdépendantes, même si, à première lecture, elles apparaissent entremêlées, comme elles le sont inévitablement dans la réalité.

2L’évolution majeure est sans doute de nature technologique mais cela n’empêche pas le cinéma d’être avant tout un art et de le rester et cela, même si les profondes mutations transforment les contenus des films, les façons de les concevoir, comme aussi les manières dont les auditoires accèdent aux œuvres. Les nouvelles technologies ont apporté de nouveaux supports de production, de reproduction et de diffusion d’œuvres longtemps limitées aux salles de cinéma. Aujourd’hui, elles passent à la télévision, par le magnétoscope, le dvd, le cd-rom, l’Internet… L’auteure ne nie pas l’incidence des nouveaux processus qui favorisent les créations virtuelles. Elle ne sous-estime pas les performances de l’ordinateur, la recherche des formes d’interactivité. Elle consacre de longs développements aux mutations conduisant au « cinéma total » : celui qui vise à faire entrer son audience dans une aventure sensorielle en inventant des dispositifs immersifs et qui recherche un envoûtement holistique du spectateur dans l’espace englobant de la salle de cinéma. Mais les transformations les plus significatives affectent davantage les modes de diffusion à travers la digitalisation des œuvres. Toutes ces évolutions obligent à réaliser de manière continue l’aménagement, l’adaptation et l’équipement des salles de diffusion. Cette création-destruction engendre des incertitudes et une insécurité des exploitants.

3Quelle que soit la diversité des évolutions, elle n’empêche pas le cinéma d’être un art qui continue à s’inscrire dans une culture et une société en mouvement. L’autre versant de l’évolution est donc sociologique. L’œuvre cinématographique s’inscrit iné­vitablement dans un monde en profonde transformation ; dans des mouvements de « déterritorialisation » et de « reterritorialisation » ; dans un monde où les repères traditionnels se précarisent, dans lequel les identités sont multiples ; dans lequel les appartenances sont diverses, s’entrecroisent et s’échelonnent du local au global. Dans ce monde que l’on a tendance à considérer comme un village global et comme un marché global, on assiste sans doute à une homogénéisation suite à l’adoption d’un ensemble de styles et de modes de travail, de loisir et de vie mais, dans le même temps, on assiste à de nouveaux mouvements d’assertion culturelle, à la résurgence d’espaces identitaires. Certains ont pu dire que la société contemporaine redevient tribale, fondée sur des valeurs, des idéaux, des régions et des lieux. Les “localismes” resurgissent en réaction à l’impérialisme global. Même s’il conduit à des hybridations et des métissages, il engendre aussi des résistances… Dans cette perspective, le cinéma contemporain apparaît comme un “patchwork” composé d’un ensemble d’éléments disparates.

4Le troisième courant de l’évolution est d’ordre économique. Le cinéma n’échappe pas à l’industrialisation et à la commercialisation de la culture. Celles-ci conduisent à la dissociation entre le film et la salle de projection. Cela menace de manière dangereuse le rituel communautaire des salles de cinéma. Dans le même temps, ces évolutions font éclater les frontières entre le cinéma et ses dérivés, à travers la télévision, les jeux vidéos, les clips, le cinéma amateur, le caméscope, la webcaméra, la caméra du téléphone cellulaire. Aujourd’hui, le cinéma se voit à domicile. Il se voulait essentiellement contemplatif, on tend à lui donner une essence davantage interactive que contemplative. Quant à la publicité, elle ne cherche plus seulement à mettre un film en valeur, elle présente un ensemble de produits dérivés. Dans nombre de cas, elle contribue même à un métissage des formes artistiques.

5En conclusion, le petit livre de Laurence Alfonsi mérite l’attention de tout sociologue intéressé à l’évolution de la culture.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Delcourt, « Alfonsi Laurence, Le cinéma du futur. Les enjeux des nouvelles technologies de l’image », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 122-123.

Référence électronique

Jacques Delcourt, « Alfonsi Laurence, Le cinéma du futur. Les enjeux des nouvelles technologies de l’image », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/359

Haut de page

Auteur

Jacques Delcourt

Professeur émérite UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org