Navigation – Plan du site
À propos de livres

Castelain Meunier Christine, Les métamorphoses du masculin

Paris, puf, 2005, 202p.
Alain Touraine
p. 124-125

Texte intégral

1Ce qui est le plus nouveau dans un livre sur les hommes est le simple fait de nommer les hommes comme une catégorie particulière, ce qu’on faisait et qu’on fait encore plus facilement pour les femmes. Et pour des raisons qui ne se réduisent pas à la tentation de considérer les femmes comme une “minorité”. Nommer les hommes peut avoir bien des sens différents et c’est pour lever nos incertitudes que nous lisons ce nouveau livre de Christine Castelain Meunier. Plusieurs livres et de nombreuses années de recherches menées à des niveaux très divers, de l’Université à la presse masculine ou féminine, nous ont convaincu de son originalité et de sa capacité d’aller plus loin et plus vite que la plupart des auteur(e)s qui se consacrent à l’étude des hommes et de leurs relations avec les femmes ou avec d’autres hommes.

2Trois hypothèses peuvent être formulées.

3La première est que les changements de conduites des femmes sont des effets des transformations volontaires de la conscience et des conduites féminines. La seconde est que c’est un modèle masculin qui est remis en cause, celui que beaucoup d’hommes d’âge moyen identifient à leur père. La troisième est que les changements sont plus généraux, qu’ils concernent en particulier la sexualité et qu’ils ont des effets parfois parallèles et parfois opposés sur les hommes et sur les femmes.

4C’est la première qui est la plus attendue et qui en effet explique le plus grand nombre des observations.

5On a le droit de dire que l’histoire des hommes est un chapitre de l’histoire des femmes. On est frappé en particulier de la faiblesse des réactions des hommes au mouvement féministe et les réactions hostiles que l’auteure rapporte sont, presque volontairement, archaïques. Cette conclusion est d’une très grande importance, mais elle est si attendue qu’elle n’apporte pas d’éléments vraiment nouveaux. C’est donc du côté des deux autres hypothèses qu’il faut se tourner, et d’abord de la dernière, parce qu’elle correspond bien à la conscience des acteurs qui sont soucieux des demandes et des attentes de l’autre, en particulier dans les relations sexuelles et dans la recherche du plaisir. Celle-ci a la même importance pour les hommes que pour les femmes, même si l’attention des partenaires reste plus fortement fixée que le comportement de la femme.

6Il faut donc finalement en arriver à la troisième hypothèse, la plus difficile à formuler, puisque son contenu paraît d’abord seulement négatif. L’évolution des hommes n’a-t-elle pas consisté à abandonner, en grande partie sous la pression des femmes, leur rôle dominant, aussi bien comme amant ou mari que comme chef de famille. L’auteure reconnaît l’importance de ce thème, mais elle le transforme et parvient à ce qui constitue l’originalité de son livre. Les hommes se construisent positivement une image d’eux-mêmes qui combine des éléments qui semblaient auparavant séparés et même opposés : les responsabilités professionnelles et sociales, la relation à l’autre, c’est-à-dire à une femme ou à des femmes, le rôle paternel qui s’est profondément transformé, thème déjà étudié par l’auteure, le souci de son corps et de son aspect. Pour la première fois, parce qu’il n’est plus défini par des rôles, l’homme s’invente ou tente de le faire. Et l’auteure ajoute qu’il a tant de peine à y parvenir qu’il lui semble plus facile d’y parvenir dans la relation à un autre homme que dans celle qu’il établit avec une femme. Ceci constitue une contribution originale à la compréhension de l’homosexualité.

7Le lecteur est parfois désorienté par une certaine tendance de l’auteure à se laisser entraîner par des descriptions de résultats d’enquête et en particulier de données fournies par des magazines, mais l’avantage de cette facilité est de nous rapprocher des réponses les plus directes, c’est-à-dire les moins influencées par l’auteure. Ce livre vaut donc à la fois par ses analyses et ses conclusions et par les ouvertures qu’il apporte dans un domaine où on se contente souvent d’affirmations justes mais simplificatrices.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alain Touraine, « Castelain Meunier Christine, Les métamorphoses du masculin », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 124-125.

Référence électronique

Alain Touraine, « Castelain Meunier Christine, Les métamorphoses du masculin », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/367

Haut de page

Auteur

Alain Touraine

CADIS — EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org