Navigation – Plan du site
À propos de livres

Ferréol Gilles, Universités et territoires, une comparaison européenne

Paris, Sudel, 2008, 224p.
Régis Malige
p. 127-128

Texte intégral

1Si jadis en France, les rapports entre les collectivités territoriales et l’université évoluaient dans les “eaux glacées” du scepticisme, du désintérêt ou de la méfiance, le “cli­mat” s’est réchauffé en quelques années et une collaboration féconde s’est instaurée entre les acteurs. Témoin de ce “mariage” entre ces entités dotées de contraintes et de spécificités, Gilles Ferréol s’inscrit dans une démarche comparative européenne des politiques mises en œuvre et privilégie une approche socio-historique et analytique. La méthodologie utilisée, tant qualitative que quantitative, fait appel à des monographies et des études de cas, une large recherche documentaire, des questionnaires et grilles d’entretien, le recours à la sociologie du travail et des organisations s’avérant également très utile.

  • 1 Université du IIIe millénaire

2Prenant appui sur deux régions aux profils très différents (Nord-Pas de Calais et Poitou-Charentes), le modèle français, tout d’abord étudié, révèle quelques particularités de premier plan. La forte croissance de la population étudiante, la volonté de démocratisation, le souffle décentralisateur de 1982, ou encore la mise en place des plans U2000 et U3M1, ont activé une politique de délocalisation, et des antennes (nées d’ententes purement locales et destinées à garantir un service de proximité) ont ainsi étoilé l’espace universitaire. Mais la stagnation des effectifs, le contexte budgétaire, l’introduction du système LMD ou la vive concurrence entre établissements, appellent à une meilleure cohérence et à un effort de rationalisation. La répartition des compétences, issue des lois de décentralisation des années 1980, a redoré le blason des Conseils régionaux, désormais maillons forts, et rassemblé élus, responsables universitaires et puissance publique dans un ballet incessant de débats animés et d’arbitrages complexes, combinant des logiques de démonstration, de composition et d’adaptation. La transition d’une “culture de moyens” vers une “culture de résultats” fait loi dans la plupart des sites, et les concepts d’attractivité, de mutualisation ou de pôles d’excel­lence s’imposent, en dépit des différences et des spécificités démographiques et socio-économiques de chaque territoire.

3Quittant l’Hexagone et poursuivant le travail de terrain, Gilles Ferréol met ensuite le cap sur la communauté française de Belgique, intéressante à plus d’un titre. Le système binaire associant universités et Hautes Écoles, la séparation public/privé, ou la structuration autour de “piliers” et de “segments”, définissent l’ancrage institutionnel, ponctué de conflits linguistiques ou confessionnels. La carte des formations se dessine dans un contexte de type “consociatif” et non centralisé, dans lequel le dialogue et la négociation ne peuvent se nouer qu’au prix de combinaisons et de régulations souvent difficiles. Ce mode de gouvernance, de nature politique, s’est éclipsé au profit d’une organisation plus rationnelle, marquée par l’harmonisation des programmes, l’inci­tation à la mobilité ou la rigueur budgétaire. Les regroupements d’universités et la cré­ation des Académies Louvain, Wallonie-Bruxelles et Wallonie-Europe opérée à partir de 2004, facilitent l’émulation entre établissements, mais suscitent des réactions très contrastées. En outre, les rivalités et les tensions observées entre ces coopérations pèsent sur les formes nouvelles de management, celles-ci n’étant peut-être pas en mesure d’assumer les fonctions de protection que garantissaient les modes de gestion traditionnels.

4Les réformes amorcées au Royaume-Uni, à partir de 1997, se soldent par une “régionalisation” accrue et la mise en place (à travers des mesures incitatives ou par le biais d’un processus de devolution et de décentralisation) d’une stratégie “entrepreneuriale”, privilégiant dérégulation et flexibilité, privatisation, performance et compétitivité.

5L’ouvrage se termine par un “voyage” comparatif des organisations et des offres de formation en vigueur dans d’autres États. Gilles Ferréol parcourt ainsi à vive allure l’Allemagne et l’Espagne, les pays scandinaves (Finlande, Suède), l’Europe centrale (Pologne, Hongrie, République tchèque) et met en évidence des rapprochements (autonomie, contractualisation, évaluation) et des divergences (territorialisation, application du processus de Bologne).

6Une solide bibliographie, une galerie de portraits, un panel d’opinions signifiantes, des prises de positions croquées sur le vif et riches d’enseignements, font de ce travail un document saisissant, vivant et à forte valeur heuristique. Remercions l’auteur pour cette contribution très éclairante qui devrait interpeller bon nombre de décideurs publics et d’acteurs locaux.

Haut de page

Notes

1 Université du IIIe millénaire

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Universités et territoires, une comparaison européenne », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 127-128.

Référence électronique

Régis Malige, « Ferréol Gilles, Universités et territoires, une comparaison européenne », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/375

Haut de page

Auteur

Régis Malige

Université de Franche-Comté (LASA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org