Navigation – Plan du site
À propos de livres

Fusulier Bernard, Giraldo Silvia, Laloy David, L’entreprise et l’articulation travail/famille : transformations sociétales, supports institutionnels et médiation organisationnelle

Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2008, 200p.
Chantal-Nicole Drancourt
p. 130-131

Texte intégral

1On aurait tort de croire qu’il s’agit d’une nouvelle production sur un sujet à la mode en Europe : la conciliation travail/famille et l’entreprise. Certes, l’ouvrage s’inscrit dans les travaux qui traitent de ce que l’on considérait comme une simple affaire de famille en termes d’enjeu de société. Mais, contrairement à ce qui se fait le plus souvent aujourd’hui, il s’attache à un niveau d’action peu étudié jusqu’ici : celui de l’orga­nisation. Car au-delà des crèches, des horaires variables et autres family friendly policies (voire women friendly policies !) que l’entreprise peut offrir, c’est bien la question de l’organisation de la production qui est en jeu dès lors qu’on veut mobiliser, dans l’équité, une main d’œuvre indifférenciée. Les dispositifs légaux fournis par les pouvoirs publics sont surinvestis dans les travaux, déclarent les auteurs, au détriment d’autres espaces tout aussi stratégiques ; or, c’est au niveau des milieux professionnels que «se définissent très concrètement les possibilités et les impossibilités de production d’une société où l’articulation de la vie professionnelle et de la vie familiale serait plus harmonieuse. Il importe par conséquent de mieux saisir cette ‘médiation organisationnelle’» qui fait le lien «entre les cadres institutionnels et les comportements individuels à leurs égard». Dans cette perspective, l’ouvrage part donc à la recherche d’un nouveau modèle d’articulation travail/famille (atf). L’investigation est lourde et combine enquêtes par questionnaire auprès de 54 établissements du secteur industriel (agroalimentaire, soins et transports, soit environ 25.000 travailleurs) et études de cas (six “organisations” opposées dans leurs choix stratégiques envers l’atf, dont trois industrielles et trois dans le secteur santé et accueil petite enfance).

2Sans chercher à imposer ce que pourrait être «le bon modèle d’atf» en dehors d’un impératif d’égalité en matière de genre, les auteurs veulent en revanche insister sur la nécessité d’une démarche normative : dans quel type de société voulons-nous vivre ? à quelle condition les gens sont-ils satisfaits ? Aucun lien de causalité positif entre présence d’un dispositif atf et sentiment de confort en matière d’atf pour les bénéficiaires ne sera donc postulé. Cette démarche sera heuristique car c’est en se demandant pourquoi des entreprises très généreuses en matière de dispositifs atf satisfont peu leurs usagers que les chercheurs découvriront le vecteur principal d’une relation positive entre offre et usage social des dispositifs, à savoir, pour eux : la médiation organisationnelle.

3Dans cette perspective, trois attitudes seront définies vis-à-vis des dispositifs atf : juste légaliste (en phase avec les normes sociales d’atf les plus diffusées), réticente (l’atf est étrangère à la culture de l’entreprise), proactive (information et offre de dispositifs atf extra-légaux). A partir de ces définitions, l’enquête va révéler nombre de contradictions. Ainsi, une entreprise proactive va s’avérer discriminante car ceux qui utilisent les dispositifs sont pénalisés et l’idée est partagée que l’individu qui souhaite s’investir dans sa vie de famille doit accepter d’en payer le prix sur sa progression de carrière ou l’intérêt de son travail. A contrario, une entreprise très traditionnelle en voie de restructuration s’appuie sur des supports de solidarité solides (forte offre syndicale d’accompagnement de la vie privée) pour s’en sortir et se reconfigurer dans une perspective proactive. Une autre, qui fait consensus autour des valeurs d’efficacité, d’investissement professionnel ou de prise d’initiative et affirme que les droits légaux n’ont pas vocation à être exercés, satisfait contre toute attente ses salariés qui acceptent en contrepartie de miser sur leurs propres ressources pour faire face aux exigences de conciliation. Vient enfin la présentation de deux cas d’entreprises actives dans le secteur soins de santé, une clinique et un hôpital. La méthode comparative qui consiste à mettre côte à côte deux secteurs ayant les mêmes contraintes organisationnelles, les mêmes difficultés de recrutement de personnel de soins, les mêmes risques inhérents au métier est certainement la plus heuristique : elle témoigne de l’importance de la médiation organisationnelle qui, en dehors même de la présence d’outils en matière d’atf, peut soulager ou au contraire accentuer les difficultés des salariés.

4Dès lors, une entreprise dite proactive ne l’est pas forcément et l’organisation du travail, la gestion du personnel et la mise en place de supports actifs pour prévenir les conséquences négatives des usages des dispositifs sur le déroulement des carrières sont bien les espaces d’action à investir pour faire différence en matière de satisfaction en ce qui concerne l’articulation travail/famille. Telle sera la conclusion des auteurs qui néanmoins restent prudents et conscients du chemin qui reste à parcourir, notamment dans les secteurs d’activité au personnel dit “soumis” (au service continu, au risque sanitaire, à la flexibilité de la demande, etc.). Une conclusion moins pessimiste que stimulante pour continuer à chercher dans ces perspectives innovantes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chantal-Nicole Drancourt, « Fusulier Bernard, Giraldo Silvia, Laloy David, L’entreprise et l’articulation travail/famille : transformations sociétales, supports institutionnels et médiation organisationnelle », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 130-131.

Référence électronique

Chantal-Nicole Drancourt, « Fusulier Bernard, Giraldo Silvia, Laloy David, L’entreprise et l’articulation travail/famille : transformations sociétales, supports institutionnels et médiation organisationnelle », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/380

Haut de page

Auteur

Chantal-Nicole Drancourt

CNRS-CNAM-LISE, Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org