Navigation – Plan du site
À propos de livres

Koebel Michel, Walter Emmanuelle, Dir., Résister à la disqualification sociale. Espaces et identités

Paris, L’Harmattan, 2007, 214p.
Gilles Ferréol
p. 134-135

Texte intégral

1Cet ouvrage, réunissant neuf contributions elles-mêmes regroupées en quatre grandes parties, fait suite à un colloque interdisciplinaire organisé en novembre 2006 à l’université de Reims, l’objectif poursuivi étant de « thématiser les notions très larges d’identité et d’espace autour d’une problématique très précise : celle des résistances et des luttes mises en œuvre par des acteurs menacés, d’une façon ou d’une autre, par des formes de disqualification sociale » (p. 11).

2Le premier axe s’interroge sur les phénomènes d’exclusion, de marginalité et de délinquance. Plusieurs terrains d’investigation servent ici de support à l’argumen­tation, qu’il s’agisse du combat mené à Saint-Brieuc par des squatters punks contre le discrédit ou le mépris qu’ils peuvent susciter (Djemila Zeneidi), de la socialisation de jeunes en difficulté dans deux quartiers sensibles de l’agglomération lilloise en voie de restructuration (Catherine Tourrilhes), ou bien encore de l’évaluation d’un dispositif montréalais de revitalisation du centre-ville prenant appui sur une approche qualifiée de « dialogique » (Annamaria Colombo et Annie Larouche). Le recours aux théories de la reconnaissance, dans le droit fil par exemple des écrits d’Alex Honneth ou d’Emma­nuel Renault, s’avère à cet égard essentiel pour « penser les expériences négatives » des différents publics confrontés à ce type de situations (p. 36). La « taylorisation de la responsabilité » face à ces populations en déshérence est également dénoncée, chacun effectuant sa part de travail « sans avoir l’impression de pouvoir influer sur le résultat final » (p. 65).

3Après cette mise en perspective, place à deux études de cas. L’une, réalisée par Delphine Corteel, évoque la figure claire-obscure de l’éboueur, condamné à « assurer le maintien de l’ordre entre le souillé et le propre » (p. 15). L’autre, sous la plume d’Anne-Marie Mamontoff, s’intéresse à la communauté tsigane perpignanaise et à ses représentations, le refus de telle ou telle norme de l’emploi salarié pouvant être interprété comme une volonté de protéger les valeurs – familiales ou d’entraide – qui fondent le « noyau dur » ou la cohérence du groupe.

4Troisième temps fort : la focalisation sur la défense de la qualité de l’environnement et du cadre de vie. La mobilisation de riverains des Ier et XIIIe arrondissements parisiens habitant à proximité de centres d’accueil et d’hébergement d’urgence destinés à des sans domicile fixe traduit ainsi très souvent une attitude d’ « évitement », de « mise à distance » ou de « compassion sélective », associée à ce que la littérature spécialisée désigne sous l’appellation de « syndrome nimby » (nothing in my backward, pas dans mon jardin), les références à la solidarité ou à la stigmatisation, à l’altruisme ou à l’égoïsme faisant appel à divers registres (Marie Loison-Leruste).

5Les deux derniers textes prolongent les enseignements précédents. La recomposition, tant matérielle que symbolique, du triangle Sar-Lor-Lux, aux confins des frontières entre la France, la Belgique, le Luxembourg et l’Allemagne, montre bien le poids des stratégies identitaires dans la valorisation d’un patrimoine territorial et met l’accent, au-delà de certaines crispations induites par des flux migratoires asymétriques, sur une coopération de plus en plus institutionnalisée autour d’axes porteurs comme les transports, le tourisme ou la formation professionnelle (Éric Auburtin). De son côté, l’opposition entre 1990 et 2002 à un projet de ligne à très haute tension dans la région du Quercy attire l’attention, par le biais d’une exposition photographique réhabilitant l’image du terroir, sur la « question paysagère » et va de pair avec un « engagement esthétique » (Olivier Labussière).

6Au total, un volume à la fois dense, de qualité et qui nous éclaire utilement, comme le souligne en conclusion Maurice Blanc, sur les processus d’attraction et de répulsion, d’appropriation et de transaction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ferréol, « Koebel Michel, Walter Emmanuelle, Dir., Résister à la disqualification sociale. Espaces et identités », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 134-135.

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Koebel Michel, Walter Emmanuelle, Dir., Résister à la disqualification sociale. Espaces et identités », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/387

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté, lasa (laboratoire de socio-anthropologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org