Navigation – Plan du site
À propos de livres

Le Breton David, En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie

Paris, Métailié, 2007, coll. Traversées, 362p.
Claude Rivière
p. 135-137

Texte intégral

1Les souffrances du jeune Werther, Rimbaud, Le Grand Meaulnes : littérature ancienne ! Quant à la « flamboyante jeunesse » ou à la « génération perdue » des Fitzgerald et des Hemingway, elles sont quasiment ignorées en France. Freud a dit l’Œdipe, Debesse, La crise d’originalité juvénile. David Le Breton, lui, articule d’abord sa recherche avec ses ouvrages antérieurs sur le risque et se focalise sur l’expérience psychologique de l’adolescent souhaitant échapper à la souffrance qu’il éprouve, ainsi qu’à l’incertitude sur son futur. « Mal dans sa peau » sera le refrain lancinant d’un rondeau aux sonorités de détresse, aux harmoniques aiguës comme un cri de suicide, et aux cadences parfois finales du jeu de drogue.

2À 12 ou 13 ans, des gamines sont enceintes et des garçons poursuivent déjà des carrières de délinquants sans soutien parental jusqu’au vertige de la collision et de la défonce. Manière pour Narcisse de se forger une identité à défaut de logiques d’action lorsqu’il n’arrive pas à créer du sens autrement que par la violence ! Il est vrai que les traditions brisées, les institutions en crise, la destruction des plans de carrières professionnelles contribuent à mettre en question les anciennes valeurs d’acquisition de compétences et de sélection au mérite qui étaient des habitus de classes aussi bien chez le paysan, l’ouvrier, l’artisan que chez le patron ou l’instituteur. Le temps vécu est celui des ruptures : plus de tact, plus de confiance en soi ni dans les autres, plus de responsabilités à l’égard de la nature et du monde. On se pense autonome, on fait éventuellement face à l’adversité et on recolle des morceaux d’existence dans des temporalités provisoires. Le Breton dit fort bien les écorchures du jeune, l’ouverture pulsionnelle, le séisme de la sexuation, le culte du moi, l’alternance de périodes mégalomaniaques et de vide, et l’émancipation de la cellule familiale. Des bribes d’interviews émaillent à propos son discours, tout comme des citations de La cloche de détresse, Putain de ta marque, Les nomades du vide

3Sautes d’humeur, jardins secrets, fuites coûteuses dans les loisirs, tout cela accentue le désarroi parental face aux meurtrissures du jeune. La facilité est celle de la permissivité et de l’abandon au groupe des pairs (plus ou moins tyranniques) sans code que factice. Dans bien des cadres familiaux éclatés ou aux pères effacés, on autorise sans trop sanctionner. La démission face à l’enfant-roi accroît chez celui-ci l’insécurité intérieure en l’absence de repères de sens et de valeurs.

4Ces données sont peaufinées dans l’analyse différenciée des réactions masculines et féminines face aux risques. « Là où les filles prennent sur elles et font de leur corps un lieu d’amortissement de leur souffrance, les garçons se jettent durement contre le monde dans des conduites de provocation, de défi, de transgression » (p.61). Il est en colère, elle a du chagrin, ce sont des moyennes excluant le garçon paisible et la fille hyperactive. Refus viriliste des garçons en échec scolaire versus souffrance féminine en douleur diffuse et trouble alimentaire, parfois sous la captivité d’une mère qui étouffe.

5Le désarroi intérieur conduit vers le risque, à moins qu’en suivant Winnicott, l’expérience intense soit celle « de la religion, de la vie imaginative, de la création artistique » (p.78). L’ordalie conjure-t-elle la souffrance ? Dans le langage psychanalytique contemporain, l’ordalie est expérience personnelle de type sacrificiel (jouer le tout pour le tout), alors qu’en ethnologie, elle est une épreuve collective, valant jugement de dieu, à l’égard d’un individu soupçonné de faute nuisant à la communauté. Maintenant, on se fait mal au corps pour avoir moins mal au cœur. L’ordalie est-elle un rite oraculaire ? On aimerait des exemples, comme pour répondre à l’assertion « la mort comme un gouffre de sens », qui dit le sens avant ou sans les faits : jeu de la mort sans cadavre, mais avec listing de somatisation, fugue, alcool, drogue, purification après souillure. Avec cadavre rarement, mais pompiers appelés puis échappement aux « conneries » traduisant a posteriori un mal.

6On peut aussi signer et se biffer par des scarifications et marques corporelles, c’est-à-dire tenter un changement de peau. Piercing et tatouage sont censés réparer, tout comme le changement de vêtement, de coiffure ou de bijoux. Masochistes, les écorchés vifs par entame corporelle : incision, scarification, brûlure, piqûre ? L’auteur, sans regard de désapprobation, comprend la « saignée identitaire » et « l’enveloppe de douleur ». « L’écoulement du sang est une sorte de drainage de souffrance et de souillure. Il est une tentative symboliquement forte de sortir de soi » (p.118) par un acte de passage plus que par un passage à l’acte. Je soulignerai personnellement que les dits rites de passage de cet âge ne le sont que par analogie, sans obligation collective ni réel changement de statut.

7Au lieu du rouge-sang, certains ont envie de blancheur : recherche de la disparition, échappement aux contraintes de l’identité, fugue (de deux ou trois jours), errance par bravade. Dans notre monde de dissémination du croire, une prothèse d’identité peut aussi s’obtenir par la secte chez un individu en fatigue d’exister. L’anorexique (parfois boulimique en dérégulation, dissimulatrice de ses consommations et de ses vomissements) pousse à la métamorphose sans goûter aux saveurs de la vie. La haine du corps, Le Breton la dit bien mieux que le publiciste ou le cinéaste exaltant le fil de fer des défilés de mode.

8Pour d’autres, c’est la dépendance à quelque molécule chimique, remède et poison : cannabis, alcool, cocaïne, ecstasy des raves pour « ne plus se prendre la tête » alors que la tête finit par être bien prise. Dépendance, addiction à l’espace des toxicos pour un coma du soi, la littérature est abondante sur la question des dangers, sans qu’on ait des pourcentages précis sur les ados atteints et ceux guéris. Est bien cernée aussi l’entrée dans la sexualité, avec son cortège de grossesses précoces, de pornographie, de risque de sida ou encore d’abus incestueux qui rendent extrêmement difficile la reconstruction de soi après souillure. Prothèse identitaire que la voiture et vertige que celui de la vitesse ! Saccages et incendies pour « tester la gueule des gens », rites de virilité et de surenchère, impolitesses et délinquance notamment dans les « quartiers d’exil », on en connaît la liste mais il faut lire les solides analyses de Le Breton et ses pages expressionnistes sur la conjuration de la souffrance, écrites parfois sur un ton de compassion pessimiste.

9On ne saura pas in fine comment s’effacent les cicatrices, comment on sort du tunnel, ni comment s’effectue l’entrée dans la vie active. Chacun devra être son propre chirurgien plastique puisque l’individualisme contemporain rend nécessaire de « s’instituer d’abord par soi-même » (p.23). Par bonheur, il est des ados qui ne sont pas rats de cités ignorant les limites. Mais il est vrai que l’auteur reste plutôt discret sur tout l’apprentissage imitatif de la culture globale ; il se tait aussi sur les enchantements du sport, de la musique, du travail, sur l’éducation fascinée par quelque modèle, et ne cerne que les épreuves d’une jeunesse jamais échantillonnée précisément par rapport à celle qui s’en sort sans turbulence majeure ou hors de la ville. Un modèle généralisable aurait réclamé que la fille fût autant étudiée (pas seulement comme anorexique et victime d’inceste ou de tournantes) que son collègue masculin.

10Pour tous les parents avides de mieux comprendre leurs ados, ce livre constituera un excellent compendium. Je gage qu’ils seront passionnés par ce style d’essai plutôt que d’enquête, à la fois psychologique et philosophique, ainsi que par ce merveilleux périple intellectuel et affectif entre des épineux et des oiseaux de paradis, qui leur permettra de mieux parer à une quête d’idéal et d’assurance de soi chez leurs jeunes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Rivière, « Le Breton David, En souffrance. Adolescence et entrée dans la vie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 23 juillet 2014. URL : http://rsa.revues.org/390

Haut de page

Auteur

Claude Rivière

Université Paris V – Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© Recherches sociologiques et anthropologiques

Haut de page