Navigation – Plan du site
À propos de livres

Nagels Carla, Rea Andrea, Jeunes à perpète

Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, 2007, 164p.
Guy Bajoit
p. 137-138

Texte intégral

1L’ouvrage de Carla Nagels et Andrea Rea n’est “petit” que par sa taille, ce qui est plutôt une qualité ! D’une manière concise, mais claire et rigoureuse, il fait le point sur une question très importante : la précarisation de la jeunesse et les politiques par lesquelles l’État y répond, en Belgique principalement, mais plus largement, dans les sociétés occidentales contemporaines. D’un bout à l’autre de leur livre, les auteurs réalisent une véritable synthèse des tous les travaux produits sur ce thème par d’autres chercheurs belges et étrangers, mais surtout, par ceux qui interviennent en Communauté Wallonie-Bruxelles. Ne serait-ce que par cette qualité, leur travail est précieux pour tous ceux qui ont besoin de mettre à jour leurs connaissances, afin de mieux comprendre l’origine de la précarisation des jeunes et l’évolution des politiques publiques.

2Cependant, là n’est pas, loin s’en faut, le seul avantage de Jeunes à perpète. Car la synthèse proposée ici est organisée par une pensée structurée, qui permet aux auteurs de situer d’abord la jeunesse dans une histoire et ensuite, de décomposer les problèmes qu’elle rencontre, depuis une vingtaine d’années, en champs particuliers.

3Resituant d’abord la question dans l’histoire, nous voyons comment, avec la modernité, les pouvoirs publics en sont venus à considérer la jeunesse comme une “force de progrès”, qu’il fallait par conséquent éduquer, soigner, protéger, mais aussi surveiller et, au besoin, punir (chapitre I). A travers tout le XIXe et les trois premiers quarts du XXe siècle, cet intérêt de l’État pour sa jeunesse a débouché sur la mise en place progressive d’un modèle“protectionnel” social-démocrate. Vint ensuite la grande secousse de 1968, mais surtout, la troisième révolution technologique et la crise économique, puis la mise en place d’un modèle néolibéral, dans toutes ses dimensions (économique, sociale, politique et culturelle), et avec toutes ses néfastes conséquences : le chômage, la précarisation, l’exclusion… (chapitre II). Les jeunes des milieux populaires et immigrés sont ceux qui ont été, et sont encore, les plus durement frappés par ces bouleversements. Les pouvoirs publics passent alors d’une préoccupation pour “la violence faite aux jeunes” à une autre pour “la violence des jeunes”, le modèle “protectionnel”, sans être abandonné, entre en crise, et l’État élabore de nouvelles politiques 

4C’est sur cette dernière étape du processus que se concentrent les six chapitres suivants, qui constituent l’essentiel de l’ouvrage. Les auteurs analysent comment les politiques publiques s’inspirent de moins en moins d’unmodèle social-démocrate et de plus en plus d’unmodèle social sécuritaire. En s’appuyant sur des données empiriques indiscutables, ils nous font voir cette évolution dans tous les champs spécifiques où les jeunes sont impliqués : le juridique, l’école, la protection de la jeunesse, le marché du travail, la famille et la ville. Partout, une nouvelle conception du contrat social est en train de se mettre en place, qui a des effets précis sur la manière de définir et de traiter cette catégorie particulière d’individus qu’est la jeunesse, et plus précisément, la jeunesse précaire, notamment issue de l’immigration.

5Mon but n’est pas ici de résumer les arguments développés dans le livre de Carla Nagels et Andrea Rea. Je me contenterai d’encourager les lecteurs potentiels à en prendre connaissace, car je suis certain qu’ils y trouveront le même intérêt que j’y ai trouvé moi-même.

6Un dernier commentaire : pourquoi « à perpète » ? Parce que, pour beaucoup de jeunes aujourd’hui, et pas seulement pour ceux qui proviennent de milieux populaires ou immigrés, le décalage entre ce que la société leur fait espérer en termes d’épa­nouissement personnel et les ressources effectives qu’elle met à leur disposition pour y parvenir est si grand qu’ils préfèrent reporter à demain leur entrée dans la vie adulte et… rester jeunes le plus longtemps possible !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Bajoit, « Nagels Carla, Rea Andrea, Jeunes à perpète », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 137-138.

Référence électronique

Guy Bajoit, « Nagels Carla, Rea Andrea, Jeunes à perpète », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/392

Haut de page

Auteur

Guy Bajoit

UCL, Unité d’anthropologie et de sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org