Navigation – Plan du site
À propos de livres

Sibony Daniel, L’enjeu d’exister. Analyse des thérapies

Paris, Seuil, 2007, 390p.
Nicolas Marquis
p. 138-139

Texte intégral

1Ce livre offre la vision d’un psychanalyste sur sa pratique ainsi que sur d’autres types de thérapies. Daniel Sibony, praticien et auteur prolifique (une trentaine de livres ont été publiés), est également mathématicien et philosophe.

2L’ouvrage de 390 pages est divisé en 22 chapitres, encadrés par une introduction, une conclusion et trois annexes. Dans de nombreux chapitres, le psychanalyste s’intéresse à d’autres pratiques thérapeutiques (principalement les thérapies cognitivo-comportementales, les thérapies brèves ou systémiques, les thérapies relationnelles stratégiques, le discours sur la résilience, l’ethnopsychiatrie, la thérapie familiale, etc.). En ce sens, on peut considérer que ce livre fait partie des réactions suscitées par la publication du fameux Livre noir de la psychanalyse (Meyer, 2005), bien qu’il ne se réduise nullement à ce statut. Pour les différentes pratiques thérapeutiques évoquées, l’auteur donne quelques clés relatives aux visions anthropologiques qui leur sont associées et analyse les arguments que leurs tenants avancent pour les distinguer de la psychanalyse. A chaque fois, il en arrive à la conclusion que ces thérapies, bien qu’elles disent s’opposer à la pratique analytique n’en conservent pas moins certaines intuitions fondamentales (TCC, “ethnopsy”, etc.) ou n’ajoutent rien de nouveau (résilience). Dans le même temps, il réfute les arguments habituellement opposés par les “anti-Freud” (promotion de la souffrance, silence hautain du thérapeute, primauté des événements enfantins, jeux symboliques langagiers inutiles, etc.), soit sous prétexte qu’ils se construisent un ennemi de toute pièce, soit qu’ils s’adressent à des fractions restreintes et/ou sectaires de la communauté des analystes.

3Le cœur de l’argument est donc de dire que les thérapies auxquelles Sibony consacre des pages, si elles peuvent différer sur des questions périphériques par rapport à l’analyse, puisent énormément dans ses enseignements et sa manière de fonctionner (le dialogue, imaginaire ou réel, qu’il engage avec un “anti-Freud” et où se rejoue le vieux débat entre libertés positive et négative est éloquent à cet égard). De manière un peu agaçante, il propose une interprétation psychanalytique de ce qu’il nomme le « complexe du second premier » que connaîtraient de nombreux “anti-Freud” qui « redécouvrent des choses que Freud a trouvées […], lui en veulent de les avoir trouvées, et sont même convaincus d’en être les vrais accoucheurs, vu le cadre où ils les rencontrent. Ce sont là des effets du narcissisme qui seraient plaisants s’ils n’engendraient de la haine […] » (p.330). Sans qu’elle soit dénuée de pertinence propre, une telle interprétation reste totalement insuffisante si elle n’est pas couplée à la prise en compte du contexte plus global dans lequel évolue le champ thérapeutique. A cet égard, les travaux de Castel (La gestion des risques, 1981) et le portrait qu’il dresse d’une psychanalyse vorace et confiante dans ses pratiques permettent sans doute de mieux cerner le florilège de nouvelles thérapies qui suivent et concourent au déclin de la psychanalyse orthodoxe.

4En ce sens, on peut se demander si couper l’herbe sous le pied des contestataires en déclarant nulle d’avance la différenciation qu’ils revendiquent est une tactique pertinente. De plus, le raisonnement de Sibony soulignant l’appartenance au troupeau des brebis égarées, s’il est poussé à son terme, invite à réfléchir la psychanalyse comme une pratique indépassable, puisque aujourd’hui, la plupart des nouveautés autoproclamées ne seraient en fait que des réactivations d’intuitions freudiennes. L’auteur assume d’ailleurs cette position lorsqu’il déclare la cure non remplaçable (p. 184).

5Pour autant, Sibony n’est nullement un psychanalyste sectaire. Il imprime soigneusement sa distance avec Lacan et ce qu’il considère comme une étroite vision du symbolique comme langage et n’hésite pas à proposer de nouvelles interprétations d’idées freudiennes considérées comme surannées (sans pour autant que ces réinterprétations ne mettent à mal le cadre analytique). Fort de cette posture, Sibony tente de prendre à bras-le-corps certaines questions épineuses posées par la pratique analytique : l’inconscient, le rôle du symptôme, le transfert et la suggestion, la place du narcissisme du thérapeute, la vérité, le caractère chimériquement scientifique de l’analyse, etc. Des exemples issus de son travail d’analyste ou de comptes rendus de cures par d’autres appuient son propos.

6L’auteur développe une vision de la psychanalyse et de « l’idée psy » qui la sous-tend où l’enjeu est celui d’une « passation d’être ». C’est dans ce cadre qu’il étudie le transfert, et se démarque des thérapies qui ne traitent que le symptôme, de celles qui se cantonnent à une coupe dans le présent, et également de l’attitude qui n’envisage que le symbolique langagier. La cure doit permettre au patient de retrouver les lieux d’être, d’exister “dans” sa vie. L’analyste devient alors un « passeur d’être » (p.197) qui permet aux individus de reprendre leur pouvoir de parole et de silence, de recréer leur vie, bref, de s’inscrire dans le monde (il y aurait d’intéressants parallèles à faire avec les écrits d’auteurs tels que Binswanger ou Fédida que l’auteur ne mentionne pas).

7Notons enfin que Sibony développe également une intéressante sémantique de l’entre-deux (souvent métaphorique et avec étrangement peu de références à Winnicott) pour expliciter ce qui se trame dans la cure, les modifications dans le rapport que le patient entretient avec son thérapeute, avec son environnement, avec ses symptômes, avec lui-même. La prise en compte de cette dimension a l’intérêt de convoquer au centre des discussions la question de l’affect, de l’intéressement au monde, et des supports (notamment symboliques) que l’on peut y trouver pour arriver à « plus d’être ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Marquis, « Sibony Daniel, L’enjeu d’exister. Analyse des thérapies », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008, 138-139.

Référence électronique

Nicolas Marquis, « Sibony Daniel, L’enjeu d’exister. Analyse des thérapies », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-2 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/396

Haut de page

Auteur

Nicolas Marquis

FUSL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org