Navigation – Plan du site

The “Truth about White Slavery”. Présentation d’une enquête réalisée par Teresa Billington-Greig pour The English Review (juin 1913)

The “Truth about White Slavery”. Presentation of an Investigation carried out by Teresa Billington-Greig for The English Review (June 1913)
Christine Machiels
p. 27-40

Résumés

En 1913, une féministe anglaise, Teresa Billington-Greig, publie dans The Eng­lish Review les résultats d’une enquête qu’elle a réalisée sur la traite des blan­ches. Alors que cette question suscite une agitation exceptionnelle (moral panic), sa recherche fait, à bien des égards, et au vu de la littérature de l’épo­que, figure d’exception. Symbole de toutes les angoisses d’une société victo­rienne en pleine mutation, la traite suscite de grandes émotions, auxquelles Teresa Billington-Greig oppose une réflexion basée sur l’étude des faits et la critique. Par son travail d’investigation inédit, qui répond aux critères de la re­cherche empirique, elle plaide plus largement pour une science sociale au ser­vice des réformes.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1 En juin 1913, environ six mois après l’adoption du Criminal Law Amendment (White Slavery Traffic) Bill visant à renforcer la législation anglaise contre les proxénètes et les souteneurs, la féministe Teresa Billington-Greig (1867-1964) réagit dans The English Review :

We have achieved nothing for the victims of exploited prostitution by this panic and punitive Act. Those responsible for it may have obtained ease of mind, the selfish satisfaction of having accomplished something. But that is merely the measure of their folly (Billington-Greig, 1913 :446).

2Depuis la fin du XIXe siècle, les politiques répressives adoptées par le Parlement britannique contre la prostitution sont conditionnées par une “peur panique” de la traite des blanches. En juillet 1885, l’article de W. Stead “The Maiden Tribute of Modern Babylon” publié dans la Pall Mall Gazette avait suscité une grande agitation sur ce thème. Des récits sensa­tionnels relatant l’histoire de jeunes filles innocentes, enlevées par des trafiquants et forcées à se prostituer dans des pays étrangers s’étaient mul­tipliés. Face à l’émoi, le Criminal Law Amendment Act est voté (Walkowitz, 1992 :121). La même année, la National Vigilance Associa­tion est formée, avec W. Coote comme secrétaire général. Sa mission principale est de veiller à l’application des nouvelles mesures. L’associa­tion est aussi à l’initiative de la lutte internationale contre la traite des blanches.

3 Quelques années plus tard, en 1909, les défenseurs de la moralité publi­que obtiennent du gouvernement britannique la promesse de renforcer la législation contre les souteneurs. Cependant, l’agenda politique est sur­chargé et les discussions à ce sujet sont repoussées. En avril 1912, la mort accidentelle de W. Stead lors du naufrage du Titanic donne un nouvel élan à la campagne des moralistes. En juin, un Pass the Bill Committee rassemblant les forces vives des associations puritaines, religieuses et suf­fragistes est formé ; il est coordonné par Percy Bunting, présidente du comité exécutif de la National Vigilance Association (Bristow, 1977 :191-192).

  • 1 Le Conciliation Bill de 1912 est la troisième tentative ratée d’un compromis relatif à l’octroi du (...)

4 Suite aux pressions du comité, le White Slave Traffic Bill est adopté en décembre 1912, ce qui suscite des polémiques. Comme le montre l’étude de I. C. Fletcher sur les réactions de la presse radicale face à la campagne pour le vote du Bill, plusieurs socialistes et féministes engagent la contro­verse sur le terrain politique (Fletcher, 2006 :89). En particulier, la majo­rité des suffragistes (dont Millicent Fawcett, les Pankhurst, Alison Neilans) participent à la campagne moraliste en faveur d’une nouvelle législation. Cette démarche représente une opportunité politique dans le contexte de la défaite du Conciliation Bill en mars 1912 (Fletcher, 2006 :92)1.

5 Pour ces militantes, la traite des blanches est le symbole par excellence de la violation des droits des femmes. Désormais, l’acquisition du suf­frage féminin et la suppression de la traite constituent un même combat. Cependant, toutes les championnes de l’émancipation des femmes ne sou­tiennent pas le Bill. Dès février 1912, l’hebdomadaire radical The Free­woman affiche son scepticisme en la matière (Fletcher, 2006 :94-95). En novembre 1912, la féministe Rebecca West, également collaboratrice au Freewoman, publie une critique détaillée des clauses du Bill dans le journal socialiste The Clarion. Elle dénonce particulièrement l’enthou­siasme entourant la proposition visant à infliger la flagellation comme pu­nition pour les proxénètes reconnus deux fois coupables (West, 1982 :122). Rebecca West ne se contente pas de commenter le Bill, elle pousse la critique plus loin. Convaincue de l’existence de la traite des blanches, elle pointe néanmoins du doigt l’absence d’enquête à ce sujet :

Those of us who have an ideal of a parliament as a research laborato­ry in which social questions will be weighed and analysed and finally understood will feel indignant that the House of Commons started to legislate on this subject without having the slightest expert evidence as to what it was legislating about (West, 1982 :120).

  • 2 PTBG, 7 TBG/2/G/6.

6Ce qui a valeur d’intuition chez Rebecca West, devient l’un des princi­pes directeurs de la démarche inédite de Teresa Billington-Greig face à la question de la traite des blanches. Forte de la conviction que toute question sociale ne peut être résolue qu’à la lumière des faits, Teresa Billington-Greig suggère dès juin 1912 aux membres du Pass the Bill Committee d’entreprendre une enquête avant de s’engager dans la campagne en faveur du Bill. Le comité ne donne apparemment pas de suite à cette recommandation. Teresa Billington-Greig mène donc elle-même des investigations sur les cas présumés d’enlèvements ou les tenta­tives d’enlèvements de jeunes filles. Les résultats de ses recherches sont publiés un an plus tard dans The English Review (Billington-Greig, 1913 :430-431). A cette époque, Teresa Billington-Greig collabore régu­lièrement à cette revue, comme elle le fait également pour Freewoman et Contemporary Review. Au début de la Première Guerre mondiale, elle met également en chantier un livre au sujet des White Slave Acts (Fitzgerald/McPhee, 1987 :18). Dans les années 1913-1914, elle a effecti­vement rédigé plusieurs textes destinés à la publication sur le thème de la traite des blanches. Ces documents se trouvent dans ses archives person­nelles, à la Women’s Library (Londres)2. Cet article examine l’originalité du discours de Teresa Billington-Greig sur la question de la traite des blanches. Au vu de la littérature de l’époque, elle fait, à bien des égards, figure d’exception.

II. Déconstruire le mythe

7 Teresa Billington-Greig s’interroge en premier lieu sur l’émotion irra­tionnelle qui préside à l’adoption des mesures répressives à l’égard de la prostitution. Pour elle, ces histoires d’enlèvements qui suscitent une vague d’agitation dans la société anglaise, altèrent la perception du pro­blème. D’emblée, elle diagnostique les symptômes d’une “peur panique”. Dans son article “The Truth about White Slavery”, elle énumère les carac­téristiques de la rumeur autour de la traite : le nombre, la nature extraordi­naire de ces histoires ainsi que l’absence de sources discréditent profon­dément la valeur des récits d’enlèvements ou de tentatives d’enlèvements de jeunes filles. Pied-à-pied elle déconstruit des histoires d’enlèvements par motos, des récits de jeunes filles droguées ou disparues, diffusés dans The Standard, journal auquel contribue le moraliste W. Coote, ou dans The Awakener, périodique de la Men’s Society for Women’s Rights.

8 Teresa Billington-Greig décide de mener l’enquête en se fixant pour objectif de déterminer la fréquence réelle des enlèvements (trapping). Comme prémisse, elle définit l’objet de ses investigations tout en recon­naissant le caractère complexe de la question :

If unwilling girls can be carried off in broad daylight by force, drugs, or false messages, I should call that trapping. I know that there is a broad, debatable ground between this type of case and seduction, occupied by false advertisement cases, beguilement and decoying cases, in which the victim is more or less a consenting party (Billington-Greig, 1913 :431).

9Décidée à faire la lumière sur ces faits, elle envoie des lettres aux leaders des associations de moralité publique, rédige des questionnaires et établit des données statistiques à partir des chiffres transmis par les directeurs de police (Chiefs Constables) de Glasgow, Edinburgh, Ports­mouth, Southampton, Leeds, Stoke-on-Trent et Bath. Par souci de trans­parence, elle précise à ses lecteurs que l’ensemble des documents qui servent à la rédaction de son article sont confiés aux mains de l’éditeur de The English Review.

10 Elle réexamine les cas de trapping avancés par Miss Mackezie, de la Ladie’s National Association, et C. Bramwell Booth, de l’Armée du Salut. Aucun témoignage ne corrobore la véracité des faits, qui ne sont souvent que des tentatives d’enlèvements ou ne concernent que des victimes étrangères (Billington-Greig, 1913 :437-438). Également interrogés, W. Coote et Mrs Hunter de la National Vigilance Association, échouent à trouver les sources des récits d’enlèvements forcés qui ont inondé tout le pays. W. Coote, dans sa réponse, ajoute cependant :

It does not follow that the particular cases referred to did not happen… I have little doubt that the stories told were based on actual fact… (Billington-Greig, 1913 :439).

  • 3 Comme l’explique Jo Doezema, « myth does not simply mean something that is “false”, but is rather a (...)
  • 4 C’est également la conclusion de D. Jazbinsek (Jazbinsek D., 2002, pp.44-45).

11 Ce n’est pas l’avis de Teresa Billington-Greig, qui oppose au “mythe” de la traite des blanches une méthode expérimentale et empirique de la re­cherche des faits pouvant servir à développer des remèdes plus efficaces que la restriction ou la régulation de la prostitution3. Cette démarche empirique (enquête sur le terrain, étude de cas, critique des sources), qu’elle utilise et commente à plusieurs reprises, est assurément originale et nouvelle4.

12 Teresa Billington-Greig démontre que toutes les filles portées disparues ne sont pas nécessairement les victimes de trafiquants (Billington-Greig 1913 :434). La première partie de son tableau statistique le prouve (voir tableau 1) : la proportion des filles et des femmes retrouvées est à peu près équivalente à celle des garçons et des hommes.

  • 5 Tableau réalisé d’après Billington-Greig T., 1913, p.442.

Tableau 1. Résultats de l’enquête menée par Teresa Billington-Greig pour définir la fréquence des cas d’enlèvement5.

CRIMINAL LAW AMENDMENT INQUIRY

Edinburgh.

Glasgow.

Southampton.

Portsmouth.

Stoke-on-Trent.

Leeds.

Bath.

SECTION A.

1. How many girls and women were reported missing during 1912?

50 & 88

90 & 143

13 & 22

50

4

_

_

2. How many were traced?

28 & 31

67 & 92

All

49

All

{Invariably traced}

All

3. How many were proved to have fallen into the hands of procurers?

None

None

None

1 Abducted

None

None

_

4. Do responsible persons always inform police when relatives reported missing communicate with them or return home?

No

No

Generally

Yes

Generally

{Asked to do so}

_

5. How many boys and men were reported missing during 1912?

129 & 69

256 & 239

52

72

_

_

_

6. How many were traced?

80 & 43

180 & 143

All

70

{All except absconding husbands}

See 2

{All except absconding offenders}

7. How many girls and women were reported missing during the first three months of (a) 1912?

11 & 26

26 & 33

6 & 3

13

None

_

_

of (b) 1913?

23 & 31

33 & 50

5 & 5

7

None

_

_

SECTION B.

1. Before the passing of the Criminal Law Amendment Act, 1912, were the police authorities acquainted with any known or suspected procurers with whom they could not interfere because they did not then possess the power of arrest on suspicion? If so, how many?

No

No

{No residents, but suspected persons passed through}

No

No

No

No

2. Were these procurers known to carry on an organised traffic in trapped and deceived girls?

_

No

No

_

_

No

_

3. Have any of these persons been arrested since the passing of the Act?

_

_

No

No

_

_

_

4. Have any left the country?

_

_

_

_

_

_

_

5. What methods of trapping girls have been employed by procurers within the experience of the police?

_

_

_

_

_

_

_

SECTION C.

1. Please give the total number of prosecutions under the Act since it came into force

7

43

1

35

1

_

_

2. How many of these were for procuring?

None

None

None

None

None

None

None

3. How many for living upon the immoral earnings of women?

7

38

1

10

1

4

1

4. How many of the latter were instituted by the women themselves?

1

10

None

1

None

_

None

13 Ceci amène Teresa Billington-Greig à conclure qu’aucune cause anormale n’explique la disparition de jeunes filles seules. Ainsi, statistiques à l’appui, elle montre que l’adoption du White Slave Traffic Bill n’a pas provoqué de diminution du nombre de disparitions pour l’année 1913 (Billington-Greig, 1913 :442-443). Dans un texte non publié, intitulé The missing daughter, elle énumère les raisons qui peuvent pousser une jeune femme à partir de chez elle :

  • 6 PTBG, The Missing Daughter, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/15.

So many run away because they are unhappy at home, we should have said, and so many because they have got into trouble which will cause them to be punished, some go because they want more liberty and less housework, and some because they dream of seeing life on the stage or becoming famous, and some for many other reasons6.

  • 7 PTBG, The Social Evil : Reform or Punishment ?, (c.1903), 7 TBG/2/G/6/09.

14Teresa Billington-Greig sait de quoi elle parle : née en 1877 à Preston (Angleterre), elle se rebelle à l’âge de 17 ans contre le catholicisme de sa mère et quitte la maison familiale pour vivre à Manchester. Elle y suit des cours du soir et devient enseignante. A la Ancoats University Settlement, elle développe son aptitude à débattre, son esprit critique, en même temps que son intérêt pour l’émancipation des femmes. Au fil de ses lectures, elle s’éloigne de l’Église catholique et se définit elle-même comme une agnostique (Fitzgerald/McPhee, 1987 :3). Ayant fait l’expérience d’une indépendance nouvelle, Teresa Billington-Greig a conscience d’appar­tenir à une génération de femmes qui obtiennent progressivement le droit de penser par elles-mêmes, de planifier leur propre vie et d’en assumer les responsabilités7. Contrairement à beaucoup de ses contemporains, elle ne redoute pas l’acquisition de cette nouvelle autonomie :

  • 8 PTBG, Feminine Vice and Virtue, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/07.

The liberty of woman must come and it will come without destroying love or the best form of the family or the permanent mating of lovers, if it be met with frank and fair discussion and a rational recognition of both sex and human needs8.

15Dans un contexte marqué par l’essor industriel, cette confiance ne va pourtant pas de soi. Beaucoup de réformateurs, partageant une certaine angoisse face à ces dimensions nouvelles, éprouvent certaines difficultés à faire la distinction entre leur désir de protéger les jeunes filles et leur envie de les contrôler (Gorham, 1978 :355). Aussi, la confusion entre le problème des abus sexuels envers les enfants et la question du contrôle de la sexualité des jeunes filles imprègne les discours moralistes de la fin du XIXe et du début du XXe siècles (Gorham, 1978 :369). Teresa Billington-Greig, quant à elle, fait la difference :

The cases of criminal assault upon children are quoted to give an air of credibility to this general condemnation. But there can be no fair comparison between the two classes of crime (Billington-Greig, 1913 :445).

III. Établir des faits

16 En juin 1913, au moment où Teresa Billington-Greig publie les résultats de son enquête dans The English Review, une conférence inter­nationale contre la traite des blanches est organisée à Londres par W. Coote. Quelques années plus tôt, ce dernier a fondé un mouvement en vue de coordonner l’action internationale, c’est-à-dire l’unification des législations concernant la répression des trafiquants, l’organisation des opérations policières, et, autant que possible, la coordination de l’action des comités nationaux contre la traite en Europe. Depuis 1899, plusieurs congrès ont eu lieu à l’issue desquels des mesures concrètes ont été prises en accord avec les différents gouvernements. Au nombre de ces mesures, la plus importante est la convention intergouvernementale de 1910 pénali­sant tout acte de proxénétisme à l’égard d’une fille mineure, ou à l’égard d’une femme majeure s’il y a contrainte, menace ou ruse.

17 Le 11 juillet 1913, quelques jours après la clôture de la conférence internationale de Londres, Teresa Billington-Greig rédige un texte intitulé “The Salvation of the White Slave”. Elle y critique les remèdes préconisés par les congressistes (règlements administratifs, lois et punitions) pour ré­soudre le problème de la prostitution. Pour trouver les bonnes solutions, elle signale qu’il faut connaître les faits :

  • 9 PTBG, The Salvation of the White Slave (july, 11, 1913), 7 TBG/2/G/6/14.

If we are to be on our guard against dangers we must know how and where they exist and in what consists their gravity9.

  • 10 Ibid.

18Elle distingue deux classes de femmes prostituées : les “filles tombées” (fallen women) qui se prostituent pour leur propre profit et les victimes de la traite des blanches qui sont plus ou moins contraintes de vendre leur corps pour le profit d’un autre. Selon elle, l’erreur des sociétés de vigi­lance est de défendre des palliatifs (punition des proxénètes et des pro­priétaires de maisons de débauche) uniquement à destination de la se­conde catégorie. Or précisément c’est l’existence de celle-ci que Teresa Billington-Greig met en doute. Aucun cas de jeunes filles enlevées ou droguées n’a pu être prouvé par son enquête10. L’auteure se penche donc sur le premier groupe des “filles tombées”. Pourquoi celles-ci se livrent-elles à la prostitution ?

  • 11 Au début de la Première Guerre mondiale, Helen Wilson participe également à la controverse sur la p (...)

19 Pour répondre à cette question, Teresa Billington-Greig fait référence à une enquête réalisée en Angleterre par le Dr. Helen Wilson. Née à Mans­field (Nottinghamshire) en 1864, Helen Wilson est diplômée de la London School of Medicine for Women. A côté de sa carrière médicale, elle s’engage, comme son père Henry J. Wilson, dans la lutte contre la réglementation de la prostitution. Membre active du comité britannique de la Fédération abolitionniste internationale, Helen Wilson est, avec Alison Neilans, l’héritière de la croisade menée quelques années plus tôt par Joséphine Butler (Summers, 2006 :222). Forte de son expertise scien­tifique, elle a réalisé une étude sur la prostitution à partir de l’examen d’environ un millier de cas collectés pendant deux années11. Ce n’est pas un hasard si Teresa Billington-Greig, dans un texte intitulé “The Trade in sex”, choisit de présenter cette enquête. Elle oppose au dogmatisme des réformateurs l’effort scientifique du Dr. Helen Wilson dont elle décrit la démarche :

  • 12 PTBG, The Trade in Sex,(c. 1913), 7 TBG/2/G/6/02.

About a third of the first thousand cases were found to be not actually making a trade of vice and these were eliminated. Half the question papers were filled in by penitentiary and rescue workers, others by the women themselves or by those well-acquainted with them ; and in nearly all cases the facts were corroborated by independant enquiry. In presenting her results Dr. Wilson is careful to state that conclu­sions based upon them can at best be very tentative and imperfect and should rather be regarded as suggestions than as proofs12.

  • 13 Tableau réalisé par nous d’après : PTBG, The Trade in Sex,(c. 1913), 7 TBG/2/G/6/02.

Tableau 2 : Facteurs déterminant l’entrée en prostitution selon les résultats de l’enquête du Dr. Helen Wilson13.

DR HELEN WILSON’S INVESTIGATION

Reasons that have operated to drive women into prostitution

Cases

1. Demoralising home conditions or the lack of a home

185

2. Vanity or love of pleasure

135

3. Free choice determined by natural inclination

99

4. Some economic cause such as low wages or unemployment

88

5. Seduction

47

6. Weakness of will

33

7. Compulsion

32

8. Drink

30

9. Recklessness after loss or grief

20

Total cases

669

  • 14 PTBG, The Trade in Sex,(c. 1913), 7 TBG/2/G/6/02.

20 Pour Teresa Billington-Greig, les résultats chiffrés du Dr. Helen Wilson, bien qu’imparfaits, doivent idéalement constituer la caution scientifique des remèdes préconisés par toutes les écoles de pensée liées au travail social de prévention ou de secours. L’enquête porte principale­ment sur les origines de la prostitution, définies par les femmes elles-mêmes ou par leurs proches. Teresa Billington-Greig est prudente quant à l’interprétation de ces chiffres : plusieurs facteurs sont en jeu et ceux que l’étude fait apparaître ne constituent pas forcément les causes de la prostitution. Toutes proportions gardées et à partir des réponses reçues, elle dresse le bilan suivant : le facteur retenu par le plus grand nombre de ces femmes (bad home conditions or lack of a home) montre l’influence prépondérante de l’environnement, de l’atmosphère familiale dans laquelle vivent les jeunes. Les deuxième et troisième raisons citées (love of excitement, natural inclination) sont, pour Teresa Billington-Greig, autant de facettes de cette première cause : la responsabilité incombe aux familles qui échouent à transmettre les valeurs justes (a higher standard), comme à celles qui les imposent par une discipline trop stricte. Teresa Billington-Greig insiste particulièrement sur l’aspect économique du pro­blème (4e facteur : some economic cause as low wages or unemployment). Pour elle, la pauvreté est étroitement liée aux autres facteurs : elle est res­ponsable des mauvaises conditions de vie (promiscuité, dépendance des jeunes femmes, etc.) qui conduisent à la prostitution14.

IV. Remédier

21 Comme Rebecca West, Teresa Billington-Greig dénonce le caractère répressif du White Slave Traffic Bill, particulièrement la clause réintro­duisant la flagellation pour les souteneurs reconnus deux fois coupables. Pour elle, l’expérience a montré que la loi et la police n’ont aucun pou­voir éducatif ou préventif :

It has been established that the more severe you make your deterrent punishment the more cunning and subtlety you develop in those who have to evade it (Billington-Greig, 1913 :428).

22 Les sections B et C du tableau statistique de Teresa Billington-Greig, couplées aux témoignages des directeurs de police (Chiefs Constables), montrent que la police n’a pas connaissance de trafics organisés de jeunes filles enlevées. Les seules poursuites judiciaires réalisées en vertu du Criminal Law Amendment Act de 1912 concernent des personnes vivant du profit de la prostitution d’autrui (Billington-Greig, 1913 :444).

  • 15 Ibid.
  • 16 PTBG, The Salvation of the White Slave (july, 11, 1913), 7 TBG/2/G/6/14.
  • 17 PTBG, Sex and Morality, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/08.

23 Les causes de la prostitution, telles qu’elles ont été définies par Teresa Billington-Greig à partir de l’enquête du Dr. Helen Wilson, ne sont pas punissables au regard de la loi. Elle envisage donc d’autres solutions. D’une part, elle recommande une plus grande sécurité économique pour les femmes afin de remédier à leur manque d’indépendance : les travail­leuses devraient recevoir un salaire confortable qui leur permette de vivre15. D’autre part, elle préconise l’éducation sexuelle de la jeunesse pour deux raisons. Premièrement, il s’agit de donner les armes aux jeunes filles pour résister à ceux qui profiteraient de leur faiblesse ou de leur ignorance. En deuxième lieu, elle voit dans l’éducation sexuelle le moyen de remédier à la curiosité morbide (morbid curiosity) qui tantôt magnifie, tantôt dégrade le sexe aux yeux de la jeune génération16. Comme le montre Susan Kingsley Kent, sa conception de la sexualité féminine est plutôt modérée. Opposée aux normes sexuelles victoriennes, Teresa Billington-Greig prend également de la distance par rapport aux visions libertaires développées, entre autres, dans le périodique radical The Free­woman, auquel elle contribue régulièrement (Kent, 1987 :218)17.

  • 18 Le livre est basé sur une série d’articles publiés par Christabel Pankhurst en juillet 1913 dans Th (...)

24 Nous l’avons vu, la polémique sur la traite des blanches fait figure d’arène où s’entrechoquent des conceptions différentes de la sexualité fé­minine et, plus encore, des rapports entre les genres. En 1913, dans “The Great Scourge and How to End it”, la suffragiste Christabel Pank­hurst rend le gouvernement responsable de la traite des blanches et reven­dique au travers de ce manifeste le «Votes for women» et la «Chastity for men»18 :

[…] a Government who have nothing but insult, treachery, and torture for women are ready to minister to the vices of men […] for such a condition of affairs the only cure is Votes for Women. When women have political power, equal with that of men, they will not tolerate the exploitation of their sisters in India and elsewhere. Nor will they themselves submit to exploitation (Pankhurst, 1994 :154-155).

25Aussi, la licence sexuelle masculine dénoncée par Christabel Pankhurst justifie le militantisme violent des suffragistes.

  • 19 Les féministes Emmeline Pankhurst (1858-1928) et sa fille Christabel (1880-1958), sont à l’initiati (...)

26 Teresa Billington-Greig s’oppose au militantisme extrême de la Women’s Social and Political Union dont les Pankhurst sont les leaders. En conclusion de son enquête, elle critique résolument les Pankhurst qui instrumentalisent les récits de traite dans le cadre de leur campagne suf­fragiste19. Elle écrit à propos de la vague d’agitation autour de la traite des blanches :

That this exhibition has been possible is due in no small measure to the Pankhurst domination. It prepared the soil ; it unbalanced the jud­gment ; it set women on the rampage against evils they knew nothing of, for remedies they knew nothing about. It fed on flattery the silly notion of the perfection of woman and the dangerous fellow notion of the indescribable imperfection of man. It is no exaggeration to say that these women range man as nearer the devil and the beast than woman (Billington-Greig, 1913 :445).

  • 20 Voir le livre de T. Billington-Greig, The Militant Suffrage Movement, publié en 1911, dans lequel e (...)

27Pourtant, dix ans plus tôt, Emmeline Pankhurst, la mère de Christabel, avait recruté Teresa Billington-Greig au sein de l’organisation suffragiste. Cette dernière fut d’ailleurs l’une des premières femmes emprisonnées à Holloway pour la cause suffragiste en juin 1906 (Fitzgerald/McPhee, 1987 :6). Mais dès 1907, elle prend du recul par rapport à ce type d’action militante et crée avec Charlotte Despard sa propre association, The Women’s Freedom League. Déçue par le mouvement suffragiste, elle dé­missionne en décembre 1910 et se consacre à l’écriture. Marquée par une certaine désillusion, elle fait de la critique du militantisme féministe son devoir, tout en essayant de définir des stratégies éthiques et rationnelles pour aboutir à l’émancipation des femmes (Fitzgerald/McPhee, 1987 :12-13)20.

  • 21 Sur la croisade morale du Women’s Social and Political Union, voir Sue T., 2005, p.203.
  • 22 PTBG, Feminine Vice and Virtue, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/07.
  • 23 PTBG, The Things that Matter, (c. 1913), 7 TBG/2/G/6/03.

28 Outre l’accent moraliste de la croisade du Women’s Social and Poli­tical Union, Teresa Billington-Greig remet en question l’idée défendue par les Pankhurst selon laquelle la traite des blanches est à l’image des rapports entre les sexes : l’homme est un séducteur et la femme une victime21. Dans le contexte particulier de la controverse autour de la traite, Teresa Billington-Greig renonce à déterminer qui du client, de la femme prostituée ou du tenant de maison, est la proie ou le coupable. De manière générale, elle voit dans les violences perpétrées par les mouvements suf­fragistes une sorte de “victimisation” à outrance des femmes, à laquelle elle s’oppose fermement (Fitzgerald/McPhee, 1987 :13). Elle s’insurge contre une vision manichéenne des femmes diffusée par l’idéologie victo­rienne (Kent, 1987 :60) : que cette vision soit édulcorée (les femmes sont naturellement bonnes et moralement supérieures aux hommes), ou diabolisée (les femmes sont à la source de tous les maux)22. Plutôt que par une lutte suffragiste acharnée qui pourrait lui porter préjudice, l’égalité passe, selon Teresa Billington-Greig, prioritairement par une reconnais­sance rationnelle des deux sexes23. Aucun changement social ne peut être obtenu sans l’avènement de cette égalité entre les hommes et les femmes (Fitzgerald/McPhee, 1987 :3).

V. Conclusion

29 Teresa Billington-Greig n’est pas la seule féministe à avoir remis en cause le caractère répressif de la campagne contre la traite des blanches. Quelques années plus tôt, alors que le premier Congrès international pour la répression de la traite des blanches se préparait (Londres, 1899), José­phine Butler désapprouvait publiquement les moyens coercitifs préco­nisés par les mouvements moralistes (Gorham, 1978 :267). De même, après l’adoption du Bill (1912), plusieurs féministes furent consternées par l’usage qui était fait de ce dernier contre les femmes prostituées elles-mêmes (Martz, 2005 :436). Comme l’explique Judith Walkowitz :

As late as 1914, first-wave feminists were rediscovering that the state ‘protection’ of young women usually led to coercive and repressive measures against those same women (Walkowitz, 1982 :89).

30Teresa Billington-Greig a cependant été beaucoup plus loin dans sa cri­tique des politiques répressives à l’égard de la prostitution : elle s’est op­posée au principe même d’une loi qui condamnait souteneurs, proxénètes et tenants de maison. Elle a préconisé des réformes profondes pour remé­dier à la prostitution : l’éducation de la jeunesse, le changement social ainsi qu’une réorganisation des conditions économiques (Billington-Greig, 1913 :429).

31 La facette la plus inédite de sa pensée réside dans la remise en question de l’existence même de la traite des blanches. Teresa Billington-Greig s’est placée à contre-courant de la vague d’agitation qui a précédé l’adop­tion du White Slave Traffic Bill et qui a suscité l’émergence d’un mouve­ment international contre la traite. Il semble cependant que son enquête a eu un impact assez limité sur les législateurs comme sur les mouvements de réforme. Les résultats de ses recherches n’ont pas été discutés dans les conférences internationales qui ont réuni les acteurs du privé et du public autour de la question de la répression des trafiquants internationaux.

  • 24 PTBG, The Social Evil : Reform or Punishment ?, (c.1903), 7 TBG/2/G/6/09.

32 Pourtant, l’article de Teresa Billington-Greig “The Truth about the White Slavery” est remarquable à plus d’un titre. Il est surtout le fruit d’un travail d’investigation répondant aux critères de la recherche sociale empirique : enquête sur le terrain, études de cas, démarche heuristique, critique des sources, usage des statistiques, conscience de la complexité d’un phénomène, du poids des mots, etc. Plus encore, Teresa Billington-Greig a plaidé pour une science sociale au service des réformes. Elle a opposé au “sentimentalisme” des législateurs une pensée rationnelle24. De la même façon, elle a mobilisé son esprit critique dans son engagement fé­ministe, faisant voir à ses contemporaines toute la cohérence d’une dé­marche inédite et avant-gardiste privilégiant la rationalité plutôt que les autres passions.

Haut de page

Bibliographie

Sources inédites

Papers Teresa Billington-Greig [PTBG], 7 TBG/2/G/6, Londres, Women’s Library.

Sources éditées

Billington-Greig T., 1911, The Militant Suffrage Movement, London, Frank Palmer.

Billington-Greig T.,  1913, “The Truth about White Slavery”, The English Review, n°14, june, pp.428-446.

Rapport du Congrès Traite des blanches, Londres, 30 juin – 4 juillet 1913.

Stead W., 1885, “The Maiden Tribute of Modern Babylon”, Pall Mall Gazette, 6-10 juillet.

Wilson H., 1916, “The Prevention of Venereal Disease”, Jus Suffragii, octobre 1916, p.2.

Travaux

Bristow E., 1977, Vice and Vigilance. Purity Movements in Britain since 1700, Dublin, Gill and Mac Millan.

Doezema J., 2000, “Loose Women or Lost Women ? The Re-Emergence of the Myth of ‘White Slavery’ in Contemporary Discourses of ‘Trafficking in Women’ ”, Gender Issues, n°18/1, pp.23-50.

Fitzgerald A., McPhee C., 1987, The Non-Violent Militant : Selected Writings of Teresa Billington-Greig, Londres, Routledge.

Fletcher I. C., 2006, “Opposition by Journalism ? The Socialist and Suffragist Press and the Passage of the Criminal Law Amendment Act of 1912”, Parliamentary History, n°25/1, pp.88-114.

Gohram D., 1978, “The ‘Maiden Tribute of Modern Babylon’ Re-Examined : Child Prostitution and the Idea of Childhood in Late-Victorian England”, Victorian Studies, vol.21/3, pp.353-379.

Grittner F. K., 1990, White Slavery : Myth, Ideology and American Law, New-York and London, Garland.

Irwin M. A., 1996, “ ‘White Slavery’ as Metaphor. Anatomy of a Moral Panic”, The History Journal, n°5, (disponible en ligne : http://www.walnet.org/csis/papers/irwin-wslavery.html).

Jackson M., 1994, The ‘Real’ Facts of Life. Feminism and the Politics of Sexuality c 1850-1940, Londres, Taylor & Francis.

Jazbinsek D., 2002, Der internationale Mädchenhandel. Biographie eines sozialen Problems, Berlin, WZB, Wissenschaftszentrum Berlin für Sozialforschung gGmbH.

Kent S. K., 1987, Sex and Suffrage in Britain (1860-1914), Princeton, Princeton University Press.

Martz L., 2005, “An AIDS-Era Reassessment of Christabel Pankhurst’s ‘The Great Scourge and How to End It’ ”, Women’s History Review, vol.14, n°3&4, pp.435-446.

Pankhurst C., 1994, “The Great Scourge and How to End It” (1913), inRoberts M., Mizuta T., Eds, Perspectives on the History of British Feminism, Routledge/Thoemmes Press.

Rosen A., 1993, Rise Up, Women ! The Militant Campaign of the Women’s Social and Political Union 1903-1914, Aldershot, Gregg Revivals.

Sue T., 2005, “Crying ‘the Horror’ of Prostitution : Elizabeth Robin’s ‘Where Are You Going To... ?’ and the Moral Crusade of the Women’s Social and Political Union”, Women : a Cultural Review, vol.16, n°2, pp.203-221.

Summers A., 2006, “Work in Progress. Which Women ? What Europe ? Josephine Butler and the International Abolitionist Federation”, History Workshop Journal, n°62, pp.215-231.

Walkowitz J., 1980, Prostitution and Victorian Society : Women, Class and State, Cambridge, Cambridge University Press.

Walkowitz J., 1982, “Male Vice and Feminist Virtue : Feminism and the Politics of Prostitution in Nineteenth-Century Britain”, History Workshop, n°13, pp.77-93.

Walkowitz J., 1992, City of Dreadful Delight. Narratives of Sexual Danger in Late-Victorian London, Chicago, The University of Chicago Press.

West R., 1982, “The White Slave Traffic Bill. The Archbishop’s Blood Lust” (The Clarion, 22 novembre, 1912), inMarcus J., Ed., The Young Rebecca. Writings of Rebecca West 1911-1917, Bloomington, Indiana University Press, pp.119-123.

Haut de page

Notes

1 Le Conciliation Bill de 1912 est la troisième tentative ratée d’un compromis relatif à l’octroi du droit de vote aux femmes en Angleterre. L’échec du premier Conciliation Bill avait donné lieu au Black Friday (18 novembre 1910). Ce jour-là, une manifestation d’environ 300 suffragettes tourna à l’émeute : une centaine d’entre elles furent blessées et arrêtées par la police (Kent S. K., 1987, pp.184-219).

2 PTBG, 7 TBG/2/G/6.

3 Comme l’explique Jo Doezema, « myth does not simply mean something that is “false”, but is rather a collective belief that simplifies reality » (Doezema J., 2000, p.27). Elle cite à ce propos l’analyse de F.K. Grittner au sujet de la version américaine de l’agitation relative à la traite des blanches (Grittner F. K., 1990, p.7).

4 C’est également la conclusion de D. Jazbinsek (Jazbinsek D., 2002, pp.44-45).

5 Tableau réalisé d’après Billington-Greig T., 1913, p.442.

6 PTBG, The Missing Daughter, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/15.

7 PTBG, The Social Evil : Reform or Punishment ?, (c.1903), 7 TBG/2/G/6/09.

8 PTBG, Feminine Vice and Virtue, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/07.

9 PTBG, The Salvation of the White Slave (july, 11, 1913), 7 TBG/2/G/6/14.

10 Ibid.

11 Au début de la Première Guerre mondiale, Helen Wilson participe également à la controverse sur la prévention des maladies vénériennes (Wilson H., 1916, p.2).

12 PTBG, The Trade in Sex,(c. 1913), 7 TBG/2/G/6/02.

13 Tableau réalisé par nous d’après : PTBG, The Trade in Sex,(c. 1913), 7 TBG/2/G/6/02.

14 PTBG, The Trade in Sex,(c. 1913), 7 TBG/2/G/6/02.

15 Ibid.

16 PTBG, The Salvation of the White Slave (july, 11, 1913), 7 TBG/2/G/6/14.

17 PTBG, Sex and Morality, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/08.

18 Le livre est basé sur une série d’articles publiés par Christabel Pankhurst en juillet 1913 dans The Suf­fragette. Sur l’analyse, l’interprétation et l’historiographie du célèbre texte de Christabel Pankhurst, on verra Jackson M., 1994, pp.44-49 et Martz L., 2005, p.435.

19 Les féministes Emmeline Pankhurst (1858-1928) et sa fille Christabel (1880-1958), sont à l’initiative de la formation de la Women’s Social and Political Union (Manchester, 1903). En 1906, elles rejoignent Londres pour militer en faveur du droit de vote des femmes par des manifestations spectaculaires. Leurs actions se radicalisent. L’échec des Conciliation Bills (1910-1912) suscite de leur part un militantisme d’une violence extrême : Black Friday, émeutes, grèves de la faim, incarcérations, actions terroristes, etc. (ROSEN A., 1993).

20 Voir le livre de T. Billington-Greig, The Militant Suffrage Movement, publié en 1911, dans lequel elle défend le principe de l’action non-violente.

21 Sur la croisade morale du Women’s Social and Political Union, voir Sue T., 2005, p.203.

22 PTBG, Feminine Vice and Virtue, (c.1913), 7 TBG/2/G/6/07.

23 PTBG, The Things that Matter, (c. 1913), 7 TBG/2/G/6/03.

24 PTBG, The Social Evil : Reform or Punishment ?, (c.1903), 7 TBG/2/G/6/09.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Machiels, « The “Truth about White Slavery”. Présentation d’une enquête réalisée par Teresa Billington-Greig pour The English Review (juin 1913) », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 27-40.

Référence électronique

Christine Machiels, « The “Truth about White Slavery”. Présentation d’une enquête réalisée par Teresa Billington-Greig pour The English Review (juin 1913) », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 28 février 2011, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/406 ; DOI : 10.4000/rsa.406

Haut de page

Auteur

Christine Machiels

Aspirante du FRS-FNRS, doctorante en co-tutelle à l’UCL (CHDJ, Centre d’histoire du droit et de la justice) et à l’Université d’Angers (CERHIO-HIRES, Histoire des régulations et des politiques sociales).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org