Navigation – Plan du site

La disqualification sélective des sources. Introduction à la pratique de la malhonnêteté intellectuelle

The Selective Disqualification of Sources. An Introduction to the Practice of Intellectual Dishonesty
Jean-Michel Chaumont
p. 71-86

Résumés

Ce texte analyse la manière dont les membres du Comité spécial d’experts char­gés par la Société des Nations de superviser une enquête internationale sur la traite des femmes entre 1924 et 1927 ont sciemment écarté les “données” de l’enquête qui infirmaient ou heurtaient leurs convictions. Le mécanisme par lequel ils y sont parvenus est la disqualification sélective des sources : ils ont dénié de façon opportuniste la validité des sources quand des informations indé­sirables en émanaient. Les sources officielles, les sources officieuses et jusqu’aux observations réalisées par les enquêteurs eux-mêmes furent ainsi suc­cessivement disqualifiées. Cette pratique soulève l’enjeu de l’importance peut-être sous-estimée de la probité intellectuelle dans la conduite des recherches en sciences sociales.

Haut de page

Dédicace

Je dédie ce texte à Eric Govaerts.

Texte intégral

  • 1 Pierre Le Luc, expert français. CSE, Le Luc, 7/17/19. Toutes les citations référencées de la sorte (...)
  • 2 Alfred de Meuron, expert suisse. CSE, de Meuron, 2/7/19.

Il est inadmissible que l’on mette en parallèle les déclarations d’un gouvernement et celles d’une prostituée. En face des déclarations officielles les plus dignes et les plus sûres, on accorde un crédit à des gens de la plus basse catégorie. Nous n’avons pas à porter aux nues les déclarations de souteneurs et de prostituées1.
Nous avons été très frappés, à la suite du rapport de M. Johnson, de la pauvreté des résultats et des renseignements officiels. Il est évident que la tâche officielle des offices centraux est extrêmement réduite et l’impression qui m’est restée du rapport de M. Johnson est celle-ci : en matière de traite des femmes et des enfants, les plus mal renseignées ce sont les autorités gouvernementales et les polices2.

I. Introduction : de la nécessaire critique des sources…

  • 3 « After going through these records very thoroughly, I found that most of the cases which were reco (...)
  • 4 Notamment auprès de l’officier du bureau américain d’immigration établi à Montréal où, écrit l’enqu (...)

1Tant pour les historiens que pour les sociologues, la question de la fia­bilité des sources se pose fréquemment avec acuité. Les experts chargés de superviser, entre 1924 et 1927, à la demande de la Société des Nations, l’enquête sur la traite des femmes et des enfants, n’ignoraient nullement le problème. À de nombreuses occasions ils avaient eu la mauvaise surprise de découvrir que les cas supposés de traite relatés par la presse ou, ce qui était plus troublant encore, par les associations de lutte contre la traite, ne reposaient sur aucun fondement. Ainsi par exem­ple, le président du Comité rapportera, dépité, dès la seconde session en octobre 1924 qu’il était apparu, au terme d’une minutieuse vérification, que le révérend Chis­holm de Montréal, pourtant le principal informateur des autorités cana­diennes en matière de traite3, était totalement non fiable. Ayant découvert qu’aucun des cas signalés par le révérend n’était avéré4, le docteur Snow avait chargé l’enquêteur G. Worthington d’une véritable enquête sur la crédibilité de ce révérend, qui avait tout de même rang d’officier de la police montée canadienne. Worthington, après avoir rencontré plusieurs collaborateurs de Chisholm, notamment aux services de l’immigration et à Dorchester House, le foyer pour jeunes filles immigrantes qu’il diri­geait, avait conclu sans appel :

  • 5 GE, Worthington, S. 172, Field Report Canada, “Rev. John Chisholm”, July 1-3, 1924.

I feel, in view of the above, that very little credibility should be attached to Rev. Chisholm’s statements with reference to Interna­tional White Slavery5.

  • 6 « He seems to feel that his difficulty now is senility » (GE, Worthington, S. 172, Field Report Can (...)

2Son collègue, le Révérend Murdoch, semble penser que « son problème maintenant c’est la sénilité »6, rapporte Worthington, tandis que Mr. Clark, commissaire de l’immigration américaine à Montréal, fera une hypothèse aussi vraisemblable :

  • 7 GE, Worthington, S. 172, Field Report Canada, “Interview”, July 1-3, 1924.

Il dit, écrit Worthington, que le Révérend Chisholm ne pourrait récolter de l’argent de ses contributeurs pour Dorchester House s’il n’avait quelque chose qui puisse à la fois les choquer et susciter leur sympathie. Il dit qu’ils veulent entendre des choses terribles et que le Révérend Chisholm les leur procure, même s’il doit les inventer7.

3Bref, concluait le président des experts :

  • 8 CSE, Snow, 2/4/14.

Ceci est l’un de ces cas intrigants car personne ne doute de la sincé­rité, de l’honnêteté et de la conscience du travail et de l’organisation de Mr. Chisholm mais il semble que dans ce cas il ait inventé certaines choses. C’est un très vieil homme8.

4Enquêteurs et experts de la Société des Nations n’étaient pas dupes non plus du fait que la crédibilité de tout témoignage dépend considéra­blement des conditions dans lesquelles il est fourni. Ainsi le directeur des enquêtes sur le terrain, le major Bascom Johnson, était-il parfaitement lucide quant à la véracité douteuse de témoignages obtenus en présence de policiers :

  • 9 « On that point, I might add that in every case there was someone always assigned to me from the po (...)

Sur ce point, je pourrais ajouter qu’il y avait dans tous les cas tou­jours quelqu’un chargé par le département de la police de m’emme­ner dans n’importe quelle maison ou endroit où je désirais aller, et je suis allé dans un certain nombre de maisons de prostitution dans toutes ces villes avec les officiers de police et j’ai interrogé ces fem­mes. Évidemment, je n’avais pas d’illusions quant à la valeur de l’information obtenue de cette manière9.

5Dans le prolongement de cette discussion, après avoir demandé à John­son si un entretien qu’il venait de mentionner avait été réalisé en présence de policiers, l’expert britannique Harris fera à ce sujet une généralisation toujours digne, me semble-t-il, de figurer dans un manuel de méthodologie :

  • 10 « My point rather is that the credibility of a statement made by a prostitute depends on the circum (...)

[…] la crédibilité d’une déclaration faite par une prostituée dépend des circonstances dans lesquelles elle est faite et de son interlocuteur. Dans de nombreux cas, cela peut être une déclaration franche et fiable10.

  • 11 « None of the methods used was a method which was unknown. They were methods which has been tried a (...)

6On ne peut qu’être rassuré de voir experts et enquêteurs ainsi procéder en début d’enquête à une authentique critique de leurs sources et se mon­trer conscients des biais susceptibles de se produire si cette critique n’est pas menée rigoureusement. Sans s’arrêter ici à des réserves déontolo­giques, il eût été opportun de conférer une crédibilité maximale aux infor­mations rapportées par les enquêteurs undercover, en particulier Paul Kinsie (p.k.) et Samuel Auerbach (s.m.a.), lorsque « usant des méthodes policières les plus à la pointe »11 ceux-ci se firent talentueusement passer pour des membres du monde interlope. Tandis qu’il y a tout lieu de croire que les prostituées et les tenancières racontaient à l’occasion des bobards aux enquêteurs dissimulés en suckers (le qualificatif peu flatteur par le­quel elles désignent souvent leurs clients dans les rapports), il n’y a au­cune raison de douter de leur franchise quand elles avaient affaire à celui que, par une singulière absence de discernement, elles considéraient comme l’un des leurs.

  • 12 CSE, Le Luc, 7/17/19.

7Mais, nous allons le voir, ce n’est nullement pour cette raison que, dans un premier temps, les déclarations des membres de l’underworld furent, comme le dira plus tard l’expert français Le Luc, « portées aux nues »12. En vérité, les propos de l’underworld ne furent pris en considération que lorsqu’il s’avéra opportun de disqualifier les informations obtenues par les sources officielles dans la mesure où elles démentaient les conclusions auxquelles les experts voulaient parvenir. Dans un second temps, ces der­niers renverseront la vapeur pour des raisons différentes mais tout aussi stratégiques : nous les verrons alors disqualifier sans scrupule les sources officieuses les plus fiables afin de prévenir la divulgation d’informations compromettantes pour des fonctionnaires, en particulier des fonction­naires de leurs propres pays. Les deux manœuvres se révélant toutefois insuffisantes pour censurer dans le rapport tout ce qu’ils voulaient voir supprimé, les experts finiront par discréditer le travail des enquêteurs eux-mêmes. Étant donné la lucidité des propos épistémologiques rapportés ci-dessus à propos de la critique des sources, il faut bien exclure que ces dis­qualifications sélectives aient été effectuées de bonne foi par les experts et l’on doit donc, me semble-t-il, conclure à leur mauvaise foi, c’est-à-dire à une malhonnêteté intellectuelle particulièrement choquante chez des in­dividus aussi imbus par ailleurs de leur rôle de bienfaiteurs de l’humanité. On me pardonnera de recourir constamment à de longues citations des ex­perts dans la suite de cet article : non seulement il me semble qu’il faut, comme on dit, le voir pour le croire, mais j’ai la faiblesse de penser qu’elles sont suffisamment éloquentes pour se passer de longs commentaires.

II. La disqualification des sources officielles affirmant l’inexistence de la traite

  • 13 Questionnaire publié le 3 avril 1924 par le CSE sur la question de la traite des femmes et des enfa (...)

8Lorsque les experts se réunirent pour la première fois en avril 1924 à Genève, la principale tâche à laquelle ils consacrèrent leur énergie fut l’élaboration d’un questionnaire destiné aux gouvernements : assez logi­quement, encore que la question eut pu être formulée de manière plus ouverte, ils s’enquirent d’abord de l’existence même de la traite dans les pays sondés : « Votre gouvernement a-t-il des preuves de l’existence et du développement de la traite des femmes et des enfants, en vue de la prosti­tution, ou peut-il fournir des renseignements à ce sujet ? »13. Le procès-verbal, encore très laconique durant cette 1ère session, de la 5e séance rapporte que :

  • 14 CSE, 1/5/3 (durant la 1ère session, le procès verbal n’indique pas toujours qui prend la parole et (...)

Certains membres de la Commission proposent d’insérer quelque part dans le questionnaire une définition de la traite et M. Harris soumet à cet effet un projet de définition. D’autres membres de la Commission font observer qu’il est très difficile de donner une défi­nition satisfaisante de la traite et que, si le mot peut évidemment prêter à discussion, les Gouvernements qui ont adhéré aux conven­tions et à qui s’adresse le questionnaire savent très bien de quoi il s’agit14.

9Et en effet, les deux conventions internationales existant à l’époque, celles de 1910 et de 1921, étaient assez claires : sans donner de définition précise de la traite, elles instituaient deux catégories de victimes poten­tielles transportées à l’étranger à des fins de débauche : les mineures d’une part, les majeures contraintes à la prostitution d’autre part. Aussi est-il absolument normal que la plupart des 31 gouvernements ayant répondu à la question l’aient fait en regard de cette définition juridique. Le gouvernement argentin par exemple, dont Bascom Johnson commen­tera la réponse recueillie par ses soins auprès de Jacinto Fernandez, chef de la police fédérale argentine, commencera par affirmer que :

  • 15 CSE, 1924, p. 1. Il s’agit ici de documents de travail dactylographiés du Comité spécial d’experts.

La traite des femmes en vue de les livrer à la prostitution, ou, pour mieux dire, la traite des blanches, a été énergiquement combattue depuis de nombreuses années, et le résultat obtenu a été que les indi­vidus, considérés comme des traitants, ont pratiquement disparu15.

10Et Bascom Johnson de continuer :

  • 16 Ibid.

Cette déclaration est répétée dans le second paragraphe de la même réponse qui affirme : ‘On peut dire qu’il n’existe pour ainsi dire plus d’individus qui se livrent à ce trafic’16.

11Mais Bascom Johnson s’inscrit en faux contre cette affirmation :

  • 17 Johnson utilise significativement l’expression sweeping assertion. Or parmi les nombreux sens du mo (...)
  • 18 CSE, Johnson, 2/3/6.

L’enquête que nous avons faite ne justifie pas cette affirmation trop générale17. Il est très possible que le nombre et l’activité des traitants internationaux aient quelque peu décru les dernières années, mais durant le court séjour que nous fîmes à Buenos Aires, nous avons été capables de localiser et d’identifier au moins 10 traitants qui affir­mèrent faire partie d’un groupe de 50. Leurs aveux à nos enquêteurs indiquent très clairement qu’ils amènent encore de temps en temps des femmes étrangères aux fins de prostitution. Ils déclarent aussi n’avoir aucune difficulté avec les autorités de l’immigration, qu’il n’est pas difficile de se procurer des passeports, des visas et des certificats de bonne vie et mœurs dans les pays étrangers, et que toute cette affaire est en réalité très simple. Il est probablement vrai que la majorité des femmes amenées à cette fin vers Buenos Aires sont, ou ont été, des prostituées professionnelles. Il est probablement vrai aussi que la majorité de ces femmes ont plus de 22 ans. […]. Le fait est que les traitants que nous avons interrogés et qui ont décrit leurs méthodes ont déclaré qu’ils amenaient des femmes de temps en temps et n’avaient pas de difficulté. Ceci est aussi un fait : il y a un nombre considérable de prostituées étrangères qui sont nouvellement enregistrées chaque année ; cela indique qu’il y a un flot considérable de femmes de ce type dans le pays. […]. Je crois qu’il est donc juste de dire que le département de la police et Señor Fernandez, avec la meilleure volonté et la plus extrême sincérité, ne réalisent pas bien ce qui se passe à Buenos Aires18.

  • 19 Voir à ce sujet Alsogaray J., s. d., et particulièrement le 2e chapitre intitulé La complicité des (...)

12Étant donné l’ampleur de la corruption et des connivences entre le milieu de la prostitution et les policiers à l’époque19, on peut sérieusement douter que ces derniers aient pu à ce point méconnaître la réalité des bas-fonds de la capitale même s’ils ne pouvaient évidemment pas faire état au Major Johnson de ces relations privilégiées avec l’underworld. Mais ce qu’il y a de plus remarquable, c’est que, contrairement à ce que ce dernier affirme aux experts, la réponse du gouvernement argentin corrobore en tout point les observations menées par les enquêteurs tant auprès des associations militantes que du monde interlope. Il l’avait écrit très explici­tement dans une longue lettre adressée au Dr. Snow dès la fin de l’enquête en Argentine. C’est de l’hôtel Alhambra à Montevideo qu’il dicte ce courrier à Samuel Auerbach le matin même de son arrivée en Uruguay, le second pays visité, le 19 juin 1924 :

  • 20 « of organized wholesale traffic » : littéralement, « une traite de gros organisée ».
  • 21 GE, Johnson, S. 179, Field Report Uruguay, “Lettre au Dr. Snow”, Montevideo, 19/6/1924.

J’ai parcouru la situation en général et dans le détail aussi avec les deux principales organisations (volontaires) s’occupant de la ques­tion : la branche de l’organisation de Miss Baker (la National Vigilance Association) et celle de Mr. Cohen, l’Association pour la protection des jeunes filles juives. J’ai aussi parlé avec plusieurs indi­vidus bien informés de nationalité anglaise, américaine et italienne de telle sorte que je crois qu’avec la vision très intime, de l’intérieur de l’underworld de P.K., nous avons un tableau très complet et exact de la situation à Buenos Aires. La situation est à peu près telle que je vous l’ai résumée dans ma dernière lettre. Nous n’avons trouvé aucune preuve d’une traite organisée d’envergure20 de jeunes filles ou de femmes de plus de 22 ans (l’âge de la majorité ici) forcées ou abu­sées. La grande majorité des jeunes filles et des femmes qui viennent ou sont amenées à Buenos Aires aux fins de prostitution viennent ou sont amenées suite aux efforts d’individus (hommes et femmes) agis­sant seuls et pas en association avec une organisation interna­tionale quelconque. La plupart des femmes qui sont maintenant pros­tituées enregistrées à Buenos Aires admettent avoir pratiqué la prosti­tution avant de venir (ceci à partir de leurs dépositions écrites au Département de la Santé et d’entretiens personnels avec environ 50 d’entre elles)21.

13En clair, Johnson annonçait là au Docteur Snow que la traite n’existait tout simplement pas à Buenos Aires, alors que la ville était pourtant répu­tée en être la capitale mondiale.

14Dans le chapitre du rapport consacré à l’Argentine, les experts font bien état du fait que :

  • 22 CSE, 1927, p. 20.

Le Gouvernement argentin déclare, dans sa réponse officielle, qu’en ce qui concerne l’Argentine, la traite des femmes existait avant la guerre et que des femmes innocentes et sans méfiance étaient victimes de ce fléau. Le gouvernement estime que des cas de ce genre ne se produisent plus et qu’il n’y a actuellement plus de trafi­quants en Argentine22.

15S’ils ne se permettent pas de démentir formellement cette déclaration, quelques pages plus loin, on peut lire que :

  • 23 Ibid., p. 25.

La source la plus certaine, en ce qui concerne l’existence réelle et l’organisation de la traite internationale des femmes, doit être recher­chée dans les aveux des trafiquants eux-mêmes et dans le spectacle de leur activité23.

16Durant la révision finale du rapport en novembre 1927, la princesse Bandini, experte italienne, mettra involontairement les pieds dans le plat, ce qui donnera lieu à l’échange suivant :

  • 24 CSE, 7/4/59.

- Princesse Christina Bandini : Permettez-moi de souligner une phrase du deuxième paragraphe du chapitre “Traite à l’importation” (page 19). Il y est dit : ‘Le gouvernement estime que des cas de ce genre ne se produisent plus et qu’il n’y a actuellement plus de trafi­quants en Argentine’. Or nous disons le contraire dans tout le para­graphe.
- Dr. Paulina Luisi : C’est le gouvernement argentin qui fait cette déclaration.
- Princesse Christina Bandini : Il est en désaccord avec lui-même.
- Le Luc : Cela provient de ce que, comme nous l’avons déjà observé dans des séances précédentes, certains gouvernements désignent par le nom de “trafiquant” un homme qui fait la traite des femmes au sens de la Convention de 1910, c’est-à-dire le commerce de filles mineures ou de femmes non consentantes24.

17Bref tandis qu’ils se contentent de mentionner sans l’approuver l’esti­mation du gouvernement argentin, les experts affirment positivement au contraire que la source la plus certaine à ce sujet ce sont les “trafi­quants” eux-mêmes et bien évidemment s’ils sont une bonne source, cela pré­suppose, démenti implicite de la déclaration officielle, qu’ils existent et donc bien évidemment aussi que la traite existe…

18A partir de plusieurs manipulations de ce type, certains experts vont ériger, du moins jusqu’à la sixième session, la disqualification opportu­niste des sources officielles en règle générale. Dès la seconde session, Maus déclare ainsi :

  • 25 CSE, Maus, 2/6/9. Et Luisi et de Meuron de renchérir. Ainsi Luisi : « Le rapport de M. Johnson nous (...)

Nous avons vu les rapports des gouvernements et constaté leur peu de valeur en comparaison des renseignements recueillis par M. John­son. C’est dans son enquête que nous trouverons ce dont nous avons besoin. C’est en pénétrant dans le monde interlope, qui joue du cou­teau assez facilement que nous obtiendrons les meilleurs résultats. Je crois donc qu’il nous faut continuer dans la même voie, avoir des spé­cialistes qui veulent bien s’exposer (et je rends à cette occasion hom­mage au courage de ces spécialistes) et recueillir des informations précises nous permettant d’avoir une idée exacte de la question25.

19L’expert japonais Sugimura sera le premier, en juillet 1926, à attirer l’attention sur les risques encourus par le Comité s’il se permettait de prendre le contrepied des déclarations officielles :

  • 26 CSE, Sugimura, 4/1/16-18.

Je me demande si nous pouvons engager notre responsabilité quant à l’exactitude des faits relatés. Le rapport, bien qu’étant officiellement le nôtre, est cependant l’œuvre du Dr. Johnson. Il est exact que nous l’avons choisi comme enquêteur, que nous l’avons encouragé, aidé, mais il me semble toutefois difficile de donner le rapport comme étant le nôtre. […]. Les enquêtes faites par le Dr. Johnson, ayant un caractère confidentiel, il me semble que nous devrions tenir large­ment compte de ce caractère et que nous devrions garder pour nous certaines considérations qui pourraient blesser la susceptibilité des Gouvernements. […] Nous devrons respecter la vérité, mais la pré­senter avec prudence26.

20Mais Maus ne l’entend pas de cette oreille et réagit avec véhémence à l’intervention de Sugimura :

  • 27 CSE, Maus, 4/1/19.

Je voudrais attirer l’attention du Comité sur un autre point de vue. La note de Miss Abbott qui a provoqué la constitution de notre Comité pose ainsi la question : on se demande si la traite existe et dans l’af­firmative, quelle importance elle a. Miss Abbott ne nous cache pas que certaines personnes disent qu’il n’existe pas de traite et que ceux qui ont prétendu qu’elle existe, pêchent par excès de sentimentalité. Miss Abbott dit très justement qu’il conviendrait de tirer l’affaire au clair. Elle fait appel à la Société des Nations, qui représente l’autorité universellement respectée et en qui on a confiance. C’est un appel à la conscience des peuples. Dans une question aussi importante au point de vue moral et social, je crois que nous ne pouvons pas nous laisser influencer par ce que j’appellerais des finesses diplomatiques. La conscience des peuples nous adresse un appel. Nous devons y répondre et dire tout ce que nous savons sur la question. Le monde entier a approuvé la constitution de notre Comité, et il attend de lui des renseignements vrais et complets27.

21L’expert français Pierre Le Luc soutient alors courageusement son collègue belge :

  • 28 CSE, Le Luc, 4/1/19.

Je partage tout à fait l’avis de M. Maus. J’estime qu’on ne guérit pas les plaies sociales en les recouvrant d’un voile. […]. C’est bien à un Comité d’experts tel que celui-ci, accrédité auprès de tous les pays, qu’il appartient de dire toute la vérité28.

III. La disqualification des sources officieuses

  • 29 Je mets le mot entre guillemets car jamais ils ne disent les choses aussi franchement. Disons pour (...)

22Jamais les experts ne reviendront sur la “décision”29 prise par la majo­rité d’entre eux de déconsidérer les affirmations officielles affirmant l’in­existence de la traite mais il est d’autres sujets à propos desquels l’avertis­sement de l’expert japonais sera entendu. A l’approche du moment de signer de leur nom le rapport rédigé par Johnson et son équipe, les experts vont se montrer tout à coup extrêmement sceptiques par rapport à la fiabi­lité des sources underground quand celles-ci fournissent des informations compromettantes pour les autorités. Le nombre des séances de travail explose subitement : alors que durant les 5 premières sessions, entre avril 1924 et novembre 1926, ils ne s’étaient jamais réunis plus de 8 fois, en février 1927, ils consacrent 18 séances à la révision du rapport et en novembre 1927, pas moins de 23 séances. C’est dire que les choses vrai­ment sérieuses commençaient.

23Nous prendrons trois exemples parmi beaucoup d’autres pour illustrer la disqualification des sources officieuses : la censure de l’implication du gouvernement polonais dans la “traite” des juives polonaises, la réaction des experts à une protestation du Canton de Vaud et une des nombreuses décrédibilisations opérées par Le Luc des propos de l’underworld sur la corruption policière.

  • 30 CSE, Crowdy, 6/4/11.
  • 31 CSE, Harris, 6/4/12.

24C’est Dame Crowdy, directrice de la section sociale de la sdn et secré­taire du Comité, qui s’inquiétera la première de l’assertion suivante : « According to underworld characters, less protection is given adminis­tratively to Jewish women than to Christians »30. Tout de suite l’expert bri­tannique Harris proposera de supprimer la phrase sous prétexte que « it is making an allegation which we have not followed up »31. Mais Johnson intervient fermement:

  • 32 CSE, Johnson, 6/4/14.

The statement is a reflection on the Polish Government but it corres­ponds to the facts. Not only is this the statement of the underworld, it is the statement of the Jewish organisations in Poland and it is the statement of the Christian organisations in Poland. I got it from a dozen different sources that the police and other close their eyes to the exploitation of Jewish girls, and that the same efforts are not made to prevent them getting passports or to prevent them leaving the country as are made in the case of Christian girls. So far as the fact itself is concerned I am convinced that this is very much an under-statement of the actual situation in Poland. As to the policy of including the statement in our report, that is another question32.

25Malgré cette réponse catégorique, la discussion se poursuit longuement et tous les intervenants souhaitent une formulation qui dégage leur propre responsabilité. Ainsi le même Maus qui parlait avec tant d’éloquence de l’appel de la conscience des peuples quelques mois plus tôt va dire :

  • 33 CSE, Maus, 6/4/22.

Si le monde interlope ou les organisations bénévoles israélites esti­ment que les jeunes filles ne sont pas suffisamment protégées, nous devons le dire dans le rapport sous une forme telle que l’on com­prenne que ce n’est pas nous qui l’affirmons, mais qu’il s’agit de l’opinion de certains milieux. […]. Il faut certainement dire nette­ment que les jeunes filles israélites sont plus exposées que les autres, mais il ne faut pas laisser entendre que le Gouvernement en est res­ponsable. Le terme “protection insuffisante” implique un manque de surveillance de la part des autorités. C’est peut-être aller un peu loin que d’affirmer un tel fait33.

  • 34 CSE, Johnson, 6/4/23.

26A nouveau Johnson va souligner la convergence de toutes les sources non gouvernementales en concluant « It was said that, as a matter of fact, the Polish people were rather glad to get rid of the Jews »34, mais l’expert Harris dont la formulation sera adoptée par le Comité va néanmoins pro­poser le compromis suivant :

  • 35 CSE, Harris, 6/4/25.

I suggest that we alter the sentence to read ‘From information obtain­ned from various sources, Jewish women are particularly exposed to exploitation, and it was stated that insufficient protection was given them’. This puts the responsibility on to the people giving the infor­mation35.

27Au moins dans cette version, l’information n’était-elle pas censurée mais c’était encore trop audacieux pour les experts. A la dernière session, 6 mois plus tard, Harris, apparemment devenu amnésique, interviendra en disant :

  • 36 CSE, Harris, 7/17/65.

May I draw attention to a sentence on page 125 which I think is a little doubtful, i.e. in paragraph 1 under “Outgoing traffic” it says: ‘ … and it was stated that insufficient protection is given to them’. That is rather a suggestion that the Polish Government did not protect that particular part of the population, and I think it is unnecessary to retain the sentence in the report36.

  • 37 L’ironie de l’histoire veut qu’en “protégeant insuffisamment” les juives désireuses d’émigrer, le g (...)

28Non seulement le passage sera alors supprimé sans aucun débat mais les experts décideront d’adresser des félicitations au gouvernement polo­nais pour ses efforts contre la traite…37

29C’est également à la 7e et dernière session que sera notamment discutée la réaction du Canton de Vaud au cours de la lecture du chapitre sur la Suisse : alors que les prostituées interrogées par PK avaient généralement fait état de la surveillance particulière dont elles faisaient l’objet de la part de la police et des autorités sanitaires, mesure spécifique tout à fait con­traire en principe à une politique abolitionniste, le Canton de Vaud pro­teste. L’expert suisse de Meuron a pris le temps d’expliquer en détail à ses collègues non seulement que l’erreur d’appréciation des prostituées s’expliquait, mais qu’au vu des pratiques discriminatoires auxquelles elles restaient soumises, elles étaient fondées à croire que la réglementation de la prostitution existait toujours. L’expert français ne l’entendait cependant pas de cette oreille :

  • 38 CSE, Le Luc, 7/2/9.

Je pense, comme M. de Meuron, que les affirmations officielles du Département de la justice et police du canton de Vaud, étant en con­tradiction avec les déclarations des prostituées, il ne convient pas de retenir les dires des prostituées. M. de Meuron a tenté d’expliquer l’état d’esprit des prostituées ; j’estime que nous n’avons pas à en tenir compte et que nous n’avons pas de commentaires à insérer à ce sujet. Je suis donc d’avis de supprimer purement et simplement ce passage. Je profite de cette discussion pour poser en principe que lorsqu’on se trouve en présence d’affirmations officielles et de décla­rations insuffisamment contrôlées de prostituées et de souteneurs, nous n’avons pas à maintenir ces dernières déclarations38.

  • 39 Ainsi Luisi : « Une commission comme la notre doit tenir compte de certains éléments moraux. Les pr (...)

30Ce disant, Le Luc ouvrait une brèche dans laquelle plusieurs de ses col­lègues, y compris les plus abolitionnistes d’entre eux39, allaient se préci­piter si rapidement que de Meuron intervint pour vainement tenter de les en empêcher :

  • 40 CSE, De Meuron, 7/3/50.

Allons-nous supprimer purement et simplement tous les rensei­gnements fournis par les enquêteurs et qui ne seraient pas conformes à ceux que nous possédons de source officielle ? Je ne crois pas que la méthode serait bonne et il me semble que les scrupules de la Doctoresse Luisi sont exagérés. Vous prétendez que ces rensei­gnements n’ont aucune valeur légale. Mais nous n’attendons pas des souteneurs qu’ils nous expriment la légalité ! 40.

31De Meuron ne croyait pas si bien dire : de fait, les membres de l’under­world ne parlaient pas beaucoup de légalité mais énormément de pra­tiques policières et administratives caractérisées par la corruption. L’exemple suivant est tiré de la discussion du rapport brésilien. Crowdy suggère qu’une mention de “l’enveloppe” que les prostituées disent remettre chaque semaine à la police pour leur permettre de travailler en paix soit supprimée. Johnson n’est pas favorable toutefois à une censure complète:

  • 41 CSE, Johnson, 6/2/33.

I suggest it is important to keep in this explanation of why these women were able to operate so openly and vigorously. If it is thought that the sentence is too direct the words ‘petty graft is paid weekly by each prostitute to the officers’ can be stroked out41.

  • 42 CSE, Harris, 6/2/34.

32Harris pour sa part propose la formulation : “It was alleged that money was paid to certain officers”42, mais c’est Le Luc qui va fournir l’argument de fond pour ne pas prendre la déclaration des prostituées au sérieux :

  • 43 CSE, Le Luc, 6/2/35.

A ce sujet, je mets le Comité en garde contre les déclarations que font, en maintes occasions, certains souteneurs et certaines femmes en ce qui concerne leurs relations avec des agents de la police. Ces gens se vantent très volontiers d’acheter des agents de police alors que ce n’est pas exact. Il est cependant certain que, non seulement au Brésil mais dans tous les pays du monde, quelques agents de police sont susceptibles de se laisser acheter. Mais ce ne sont là que des exceptions. Cependant, nous nous trouvons à chaque instant en pré­sence de souteneurs ou de prostituées qui se prétendent capables d’acheter les gens de la police. Il ne faut pas prendre ces déclarations pour de l’argent comptant et les enregistrer sans réserve 43.

IV. La disqualification des enquêteurs

33C’est grâce à ce genre d’arguments que la plupart des informations sur la corruption policière furent finalement supprimées du rapport. Restaient plusieurs points litigieux dont on ne pouvait rendre responsables ni les sources officielles ni les sources officieuses. Il ne s’agissait plus cette fois de convictions idéologiques (l’existence même de la traite ou son lien avec la réglementation par exemple), ni d’informations compromettantes mais bien de la surreprésentation alléguée ou réelle de certains “courants de traite” qui, aux dires des contestataires, donnait une image erronée de la moralité de leur pays. Le reproche n’était pas totalement infondé : il est indéniable qu’ayant infiltré le milieu juif, les enquêteurs undercover (que l’on avait probablement choisis dans ce dessein puisque l’un était lui-même juif et que l’autre se débrouillait bien en yiddish, alors qu’il ne parlait aucune autre langue que l’anglais) ont su profiter des relations dia­sporiques serrées et qu’ils ont été amenés à privilégier l’étude de ce milieu particulier. En ce qui concerne la surreprésentation alléguée de la France ou de l’Amérique latine, c’est beaucoup moins évident. Les prosti­tuées françaises avaient apparemment une fameuse réputation à l’étranger et il n’est donc pas étonnant qu’elles soient mentionnées à peu près par­tout. Quant aux pays d’Amérique du Sud et centrale visités, il est bien vrai qu’ils paraissaient plutôt favorables à l’immigration de prostituées européennes. Luisi et Le Luc vont au cours de la dernière session, laisser libre cours à un nationalisme exacerbé qui, dans le cas particulier de Luisi, amènera cette dernière à renier ses convictions abolitionnistes (en se disant par exemple favorable à l’inscription des prostituées mineures). Maus qui, pour des raisons qui me restent partiellement mystérieuses, sera leur fidèle allié, va procéder à la plus violente disqualification des enquê­teurs tout en confirmant au passage la disqualification des sources offi­cieuses :

  • 44 CSE, Maus, 7/17/43.

Les enquêteurs semblent véritablement avoir eu la hantise du courant des prostituées françaises et polonaises. Ils ont eu la chance de trou­ver, à Buenos Aires, un trafiquant qui faisait la traite Buenos Aires-Paris-Marseille, et ils n’ont pas vu autre chose : ils ont toujours tra­vaillé dans le même filon. Ce qu’ils ont dit est vrai, mais ils n’ont vu que cela. Ce qui fausse absolument la situation d’ensemble. Il faut véritablement que l’enquêteur qui est allé en Pologne ait une menta­lité de primaire, capable d’observer un fait particulier, mais non d’avoir des idées générales et des vues d’ensemble. Je trouve une autre preuve de sa mentalité de primaire : la prostitution et la traite sont des phénomènes sociaux résultant d’un ensemble de conditions que nous connaissons et que nous avons étudiées. Or aller dans un pays tel que la Pologne, qui comprend des personnes de langue polo­naise, allemande, yiddish et russe, et s’imaginer que l’on va faire une enquête sociale en ignorant les 4 langues parlées dans le pays, c’est positivement invraisemblable. Qui peut croire qu’avec sa propre langue, celle-ci fut-elle française, allemande, italienne ou américaine, on puisse aller dans un pays dont on ignore totalement les dialectes et qu’on peut y faire une enquête sociale ? C’est une mentalité pure­ment primaire et véritablement incompréhensible. […]. En ce qui nous concerne, nous avons été nommés par le Conseil de la Société des Nations en raison de la compétence que l’on veut bien nous reconnaître. Or lorsque nous faisons une déclaration, on nous de­mande des documents. Nos affirmations, qui reposent sur une science personnelle et sur la pratique de la lutte contre la traite depuis des années, doivent être appuyées par des preuves, des chiffres, des sta­tistiques. Mais quand un souteneur émet des affirmations aussi géné­rales et aussi saugrenues et qu’il déclare pouvoir ‘procurer assez de femmes pour charger un bateau tout entier’ (c’est à dire qu’il peut trouver en quelques jours 2000 jeunes filles polonaises prêtes à s’em­barquer), lorsqu’il dit que la traite de Pologne a des ramifications mondiales et qu’en somme la Pologne est la clé de voute de toute la traite internationale, cela a le droit de figurer dans notre rap­port ! Je proteste contre cette façon de faire avec la dernière des éner­gies44.

V. Conclusions

  • 45 Conf. ici même, Chaumont J.-M., “La construction sociologique de la réalité”.
  • 46 CSE, Crowdy, 3/6/17.

34Il était plus difficile de mettre sur la touche Bascom Johnson et son équipe que les prostituées ou même les policiers : les rapports de force, car, on l’aura compris, c’est presque exclusivement des rapports de force qui décidaient de l’issue de ces joutes oratoires, jouaient clairement en faveur des premiers ; en outre, quand suite à une seconde critique féroce du travail des enquêteurs, Maus se verra sommé par le Dr. Snow de retirer ses paroles, il s’exécutera docilement. Luisi aura beau refuser de signer le rapport, son opposition sera littéralement étouffée et le rapport apparaîtra partout comme une entreprise scientifique exemplaire45. « I think it will be history » s’était écriée Dame Crowdy à son sujet46 et de fait il y eut le maximum de conséquences politiques que l’on pouvait escompter d’un tel exercice.

  • 47 On notera par ailleurs que Snow, Johnson et les enquêteurs obéissaient à un credo positiviste stric (...)

35La question générale, et malheureusement toujours actuelle, soulevée par l’analyse des pratiques des experts de 1924 est celle de la probité intellectuelle des chercheurs. Sur les points que nous avons examinés, leur compétence est en effet hors de cause : les exemples cités au début du texte démontrent qu’ils étaient parfaitement capables de se livrer à une critique des sources rigoureuse. Or, ils ont ensuite non seulement dérogé à leurs propres critères de validation mais, comme on vient de le voir, leurs disqualifications idéologiquement motivées ont parfois été justifiées au nom même de leur compétence ; autrement dit, les compétences elles-mêmes peuvent être mises au service d’une dénaturation des “données”. Force est dès lors de conclure que le seul respect des règles méthodo­logiques47 ne suffit pas à prévenir les dérives potentielles de la recherche : si celle-ci n’est pas soutenue par l’intention éthique de “dire vrai” le plus impartialement possible, la voie est ouverte à toutes les manipulations. L’exemple de nos experts montre en outre que l’intention de “dire vrai” ne se confond nullement avec l’intention éthique plus globale d’œuvrer pour un monde “meilleur”. Quelle que soit en effet l’appréciation que l’on porte sur lui aujourd’hui, il est indéniable que les experts étaient sincè­rement animés d’un idéal moral. Il ne serait pas exagéré de considérer que leur conviction intime de travailler au bénéfice de l’humanité leur a faci­lité le recours à la malhonnêteté intellectuelle. Quand la fin est si noble, les compromissions sur les moyens de la faire advenir paraissent sans doute moins graves : mentir pour la bonne cause n’est pas tout à fait mentir… L’histoire leur a donné raison et sans l’existence des archives, personne n’aurait jamais pu établir l’étendue de leurs malversations. Le problème des petits et moins petits arrangements avec l’honnêteté intel­lectuelle demeure aussi difficile à détecter : si la compétence est reconnue par ailleurs, comment et surtout pourquoi mettre en question la bonne foi d’un collègue ? La discussion entre pairs présuppose généralement que les données n’ont pas été manipulées, voire créées de toutes pièces. Si par extraordinaire des suspicions existent, comment formuler le reproche sans tomber dans le procès d’intention et une inquisition qui répugne à l’éthos scientifique ? Cela implique un changement de registre considérable : de la critique à la dénonciation, de la compétence partagée au courage, vertu qui n’est normalement pas attendue des chercheurs. Si déjà le simple débat critique est parfois handicapé par les rapports des forces en vigueur dans leur “communauté”, comment espérer instaurer des gardes fous con­tre les manipulations délibérées ? C’est difficilement concevable alors qu’il s’agit pourtant des fautes les plus graves qu’un chercheur puisse commettre. Il est dès lors à craindre que, comme nous le savons bien sans toujours oser le dire, la pratique de la malhonnêteté intellectuelle ait encore de beaux jours devant elle.

Haut de page

Bibliographie

Sources inédites

Comité spécial d’experts [CSE], s.d., Procès-verbaux des 7 sessions du Comité spécial d’experts, Section Files : S 169 (sessions 1 à 5), S 170 (session 6) et S 149 (session 7), Archives de la Société des Nations, Genève.

Comité spécial d’experts [CSE], 1924, Questionnaire de 1924, réponse du gouvernement de la République argentine, C.T.F.E./Experts/16, 30/07/1924.

Groupe d’enquêteurs [GE], s.d., Archives des enquêtes menées dans différents pays, Section Files, Field Reports, S. 171 à S. 181 (les documents étant généralement rangés dans l’ordre alphabétique des pays visités), Archives de la Société des Nations, Genève.

Sources imprimées

Alsogaray J., s.d., La prostitution en Argentine, Paris, Denoël et Steele, [probablement début des années 1930].

Maus I., 1924 , La Société des Nations et la Réglementation Officielle de la Prostitution, Comité national belge de défense contre la traite des femmes et des enfants, Bruxelles.

Comité spécial d’experts [CSE], 1927 Rapport du Comité Spécial d’Experts sur la traite des femmes et des enfants, 2e partie, version confidentielle, Genève, 17 février 1927.

Haut de page

Notes

1 Pierre Le Luc, expert français. CSE, Le Luc, 7/17/19. Toutes les citations référencées de la sorte pro­viennent des transcriptions ve­batim (conservées dans les Archives de la Société des Nations à Genève : dossiers S. 169, S. 170 et S. 149) du Comité spécial d’experts (CSE) chargé par le Conseil de la Société des Nations de réaliser un rapport sur la traite des femmes et des enfants. Le Comité spécial d’experts s’est réuni 7 fois entre avril 1924 et novembre 1927 (74 séances de travail au total). Chaque citation est suivie de l’indication du nom de l’intervenant, du numéro de la session, du numéro de la séance, puis du numéro de la page du procès verbal (quand il y a lieu, car certaines paginations étant aberrantes, elles sont alors omises). Le Comité spécial d’experts était officiellement composé de 8 membres : son pré­sident, le Dr. W. Snow (1874-1950) présidait par ailleurs l’Association américaine d’hygiène sociale (ASHA) ; il était assisté par B. Johnson, directeur de la section légale de l’ASHA, autorisé à assister (sans droit de vote) aux débats au titre de directeur de l’enquête de terrain (menée par une équipe d’enquêteurs de l’ASHA dans 28 pays sur les continents américain et européen). Les autres membres étaient : la prin­cesse italienne Cristina Giustiniani Bandini (1866-1959), fondatrice de l’Union des femmes italiennes catholiques ; la docto­resse uruguayenne Paulina Luisi (1875-1949), abolitionniste et féministe convain­cue ; S.W. Harris (1876-1962), fonctionnaire au Home Office britannique ; A. de Meuron (1857-1928), président du Comité national suisse pour la répression de la traite des femmes ; Y. Sugimura (1884-1939), diplomate japonais et sous-directeur du Bureau politique de la SDN ; F. Hennequin (1848-1926), président de l’Association française pour la répression de la traite des femmes, remplacé après son décès par P. Le Luc (1884- ?), commissaire au contrôle des recherches à la Sûreté générale ; enfin le belge I. Maus (1865-1945), docteur en droit et en philosophie de l’Université catholique de Louvain, directeur de l’Office de protection de l’enfance (Ministère de la Justice) et président du Comité belge de défense contre la traite des femmes et des enfants. Lors d’une conférence prononcée en 1924 à Bruxelles, I. Maus a bien résumé le contexte politico-idéologique dans lequel cette enquête a été réalisée. Après avoir résumé les initiatives prises par la Société des Nations depuis 1921, il expliquait : « A la lumière de ces textes, se précise l’intention de la Société des Nations de combattre, par tous les moyens en son pouvoir, les maisons de prostitution en tant qu’institutions pour ainsi dire officielles. D’une part, elle propose de les atteindre dans leur mode de recrutement, en leur interdisant d’employer des femmes d’origine étran­gère ; d’autre part, elle cherche à les frapper en plein cœur, en s’efforçant de dépeindre sur le vif, par des enquêtes et des investigations de tout ordre, les maux et les abus qu’elles engendrent » (Maus I., 1924, p. 7). On ne saurait mieux exprimer l’intention militante qui présida à la création du Comité d’experts.

2 Alfred de Meuron, expert suisse. CSE, de Meuron, 2/7/19.

3 « After going through these records very thoroughly, I found that most of the cases which were recorded in the Canadian Office in Ottawa had been reported by a Rev. Mr. Chisholm of Montreal, who is a Pres­byterian Minister, devoting himself and his fortune to the work of protecting young girls » (CSE, Snow, 2/4/9).

4 Notamment auprès de l’officier du bureau américain d’immigration établi à Montréal où, écrit l’enquê­teur Worthington, « No substantiation could be found among his records for a single case, of those men­tioned by Chisholm » (GE, Worthington, S. 172, Field Report Canada, “Rev. John Chisholm”, July 1-3, 1924). Une vérification à Washington auprès du Bureau fédéral mènera à la même conclusion. La pré­sentation des références liées aux différents rapports de terrain suit la logique suivante : GE, nom de l’in­tervenant, numéro de dossier, identification du pays, plus renseignements complémentaires s’il y a lieu.

5 GE, Worthington, S. 172, Field Report Canada, “Rev. John Chisholm”, July 1-3, 1924.

6 « He seems to feel that his difficulty now is senility » (GE, Worthington, S. 172, Field Report Canada, “Interview”, July 1-3, 1924).

7 GE, Worthington, S. 172, Field Report Canada, “Interview”, July 1-3, 1924.

8 CSE, Snow, 2/4/14.

9 « On that point, I might add that in every case there was someone always assigned to me from the police department to take me to any house or place to which I desired to go, and I did go into a number of houses of prostitution in all of the cities with the police officers and interviewed these women. Of course, I had no illusions as to the value of the information obtained in that way » (CSE, Johnson, 2/2/8).

10 « My point rather is that the credibility of a statement made by a prostitute depends on the circum­stances under which it is made and to whom she is speaking. In many cases it may be a frank and trust­worthy statement » (CSE, Harris, 2/3/9).

11 « None of the methods used was a method which was unknown. They were methods which has been tried and proved in all the most up-to-date police departments » (CSE, Johnson, 2/1).

12 CSE, Le Luc, 7/17/19.

13 Questionnaire publié le 3 avril 1924 par le CSE sur la question de la traite des femmes et des enfants, Annexe II de la Seconde partie du rapport dans l’édition de février 1927 (CSE, 1927, p. 200.)

14 CSE, 1/5/3 (durant la 1ère session, le procès verbal n’indique pas toujours qui prend la parole et il n’est donc pas possible de déterminer le ou les auteurs de l’objection).

15 CSE, 1924, p. 1. Il s’agit ici de documents de travail dactylographiés du Comité spécial d’experts.

16 Ibid.

17 Johnson utilise significativement l’expression sweeping assertion. Or parmi les nombreux sens du mot sweeping, il y a aussi le balayage d’ordures et the sweeppings of society veut dire les “rebuts de la société”. Ce que suggère donc Johnson, c’est que le gouvernement argentin se targue abusivement d’avoir éliminé les rebuts de la société ; ce qui, de son point de vue et de celui des experts, est certai­nement correct mais ce qui n’est pas du tout ce que le gouvernement argentin prétend avoir accompli : il ne dit pas avoir éradiqué la prostitution, il dit avoir victorieusement combattu la traite des mineures et des majeures contraintes comme l’indique sans ambigüité le reste de sa réponse que Johnson se garde bien de citer.

18 CSE, Johnson, 2/3/6.

19 Voir à ce sujet Alsogaray J., s. d., et particulièrement le 2e chapitre intitulé La complicité des pou­voirs publics.

20 « of organized wholesale traffic » : littéralement, « une traite de gros organisée ».

21 GE, Johnson, S. 179, Field Report Uruguay, “Lettre au Dr. Snow”, Montevideo, 19/6/1924.

22 CSE, 1927, p. 20.

23 Ibid., p. 25.

24 CSE, 7/4/59.

25 CSE, Maus, 2/6/9. Et Luisi et de Meuron de renchérir. Ainsi Luisi : « Le rapport de M. Johnson nous prouve qu’avec les réponses des gouvernements nous n’aurons que très peu de renseignements » (CSE, Luisi, 2/6/13). Pour de Meuron, voir la citation en exergue de l’article.

26 CSE, Sugimura, 4/1/16-18.

27 CSE, Maus, 4/1/19.

28 CSE, Le Luc, 4/1/19.

29 Je mets le mot entre guillemets car jamais ils ne disent les choses aussi franchement. Disons pour être plus prudent que leurs pratiques sont en parfaite conformité avec une décision de ce type.

30 CSE, Crowdy, 6/4/11.

31 CSE, Harris, 6/4/12.

32 CSE, Johnson, 6/4/14.

33 CSE, Maus, 6/4/22.

34 CSE, Johnson, 6/4/23.

35 CSE, Harris, 6/4/25.

36 CSE, Harris, 7/17/65.

37 L’ironie de l’histoire veut qu’en “protégeant insuffisamment” les juives désireuses d’émigrer, le gou­vernement polonais a involontairement sauvé la vie à bon nombre d’entre elles… Comme quoi si l’enfer est pavé de bonnes intentions, le contraire est parfois vrai aussi.

38 CSE, Le Luc, 7/2/9.

39 Ainsi Luisi : « Une commission comme la notre doit tenir compte de certains éléments moraux. Les prostituées et les souteneurs ne peuvent pas, étant donné leur mentalité et leur amoralité, juger les choses de la même façon que les autres personnes [« autorités » barré]. Les enquêteurs se sont mêlés au monde interlope pour se rendre compte de ce qui s’y passe ; ils ont interrogé des individus plus ou moins lou­ches pour obtenir la confirmation de certains renseignements, c’est parfait. Cependant, je ne puis admettre que l’on mette sur le même pied les déclarations officielles et les déclarations émanant de per­sonnages louches. Or, c’est l’impression que j’ai éprouvée en lisant le rapport » (CSE, Luisi, 7/15). De son coté, Maus affirmait : « le monde interlope qui a été interrogé ne comprend pas une loi et ne sait pas l’interpréter. Les renseignements émanant de cette source sont donc sujets à caution » (CSE, Maus, 7/21).

40 CSE, De Meuron, 7/3/50.

41 CSE, Johnson, 6/2/33.

42 CSE, Harris, 6/2/34.

43 CSE, Le Luc, 6/2/35.

44 CSE, Maus, 7/17/43.

45 Conf. ici même, Chaumont J.-M., “La construction sociologique de la réalité”.

46 CSE, Crowdy, 3/6/17.

47 On notera par ailleurs que Snow, Johnson et les enquêteurs obéissaient à un credo positiviste strict et que leur souci du recoupement des informations confine parfois à l’obsession

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Chaumont, « La disqualification sélective des sources. Introduction à la pratique de la malhonnêteté intellectuelle », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 71-86.

Référence électronique

Jean-Michel Chaumont, « La disqualification sélective des sources. Introduction à la pratique de la malhonnêteté intellectuelle », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 02 mars 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/412 ; DOI : 10.4000/rsa.412

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Chaumont

FNRS, UCL/ANSO.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org