Navigation – Plan du site
À propos de livres

Mottaz Baran Arlette, Dir., Publics et musées en Suisse. Représentations emblématiques et rituel social

Berne, Peter Lang, 2005, 221p.
Gilles Ferréol
p. 194-195

Texte intégral

1L’objectif de cette recherche, conduite sous la direction d’Arlette Mottaz Baran, est double : d’une part, identifier – à travers une démarche qualifiée de « multidimension­nelle » – les principales caractéristiques des différents publics fréquentant les musées suisses, qu’il s’agisse du profil sociodémographique, des comportements ou des aspi­rations ; de l’autre, confronter les attentes des visiteurs et les représentations des conservateurs ou des responsables patrimoniaux vis-à-vis, notamment, des missions dévolues à ce type d’institution.

2L’ouvrage s’ouvre sur un exposé synthétique de la problématique retenue et par un descriptif de la méthodologie adoptée, les questionnaires utilisés figurant fort opportu­nément en annexe. Les résultats de l’enquête sont ensuite détaillés en fonction de di­verses variables comme l’âge, le sexe, le niveau de formation, le milieu d’origine ou la provenance géographique. Est ainsi, par exemple, mise en évidence la surreprésenta­tion des cadres supérieurs, des professions intermédiaires ou des personnes ayant suivi un cursus universitaire. Un tel constat rejoint celui établi dans de très nombreux pays occidentaux et tend à infirmer l’hypothèse, dominante à la fin des années 1980, d’une « démocratisation des pratiques », le caractère élitaire ne s’étant guère estompé.

3Une fois ces données statistiques mises en relation et interprétées, place alors à l’examen des points de vue et des perceptions des acteurs. Côté visiteurs, l’engoue­ment rencontré tient tout d’abord à l’intérêt suscité par le thème de l’exposition, la na­ture des collections ou le domaine de spécialisation (Arts, Sciences, Histoire, Artisanat…). Sont également évoqués le désir de se cultiver ou d’assouvir une curio­sité, le plaisir et l’émotion esthétique, sans oublier la quête d’un référentiel suscep­tible, par la redécouverte des objets ou des œuvres du passé, d’offrir un meilleur an­crage identitaire et de renforcer les liens sociaux dans un contexte marqué par l’indivi­dualisation des modes de vie et par une très grande hétérogénéité des cadres et des supports symboliques.

4Le musée, dès lors, peut être appréhendé non seulement comme un « lieu de trans­mission de mémoires, de traditions ou de connaissances » mais aussi comme un « es­pa­ce producteur de sociabilités et créateur de rituels » (pp. 12-13). Une majorité s’y rend ainsi avec des proches, que ce soit en couple, en famille ou avec des amis, à l’opposé de certains stéréotypes entretenant l’image d’un rapport « individuel, érudit et médita­tif » à la création et au beau (p.91), les sources d’information étant de plus va­riées (arti­cles de presse, affiches, publicité, bouche à oreille). Les après-midi des jours ouvra­bles, est-il souligné, restent plébiscités, la durée moyenne d’une visite étant environ d’une heure et demie et le parcours conseillé ou fléché étant celui qui est le plus sou­vent emprunté. Le recours à un guide ou la consultation du catalogue officiel demeu­rent, en revanche, peu prisés. La plupart, par ailleurs, s’estiment satisfaits des horaires, des tarifs ou des conditions d’accessibilité et apprécient, outre l’accueil d’un personnel jugé « serviable, discret et compétent » (p.112), l’éclairage et la signalisation, l’agence­ment des salles et l’ambiance qui y règne, le contenu des notices ou des dé­pliants.

5Quant aux professionnels, font observer les auteurs, ils valorisent tout autant les fonctions de conservation et de sauvegarde, de transmission et de diffusion. Faire con­naître et comprendre le passé est, à leurs yeux, une priorité, les dimensions diver­tisse­ment et animation étant davantage reléguées au second plan. L’identification à des « passeurs » ou à des « médiateurs » est essentielle, la référence – maintes fois déclinée par les intéressés eux-mêmes – au « pont » ou aux « passerelles » étant à cet égard très révéla­trice.

6Une contribution, au total, bien argumentée, de bonne facture et qui complète uti­lement les enseignements de précédents travaux réalisés sur cette thématique par cette même équipe dans le canton de Vaud.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ferréol, « Mottaz Baran Arlette, Dir., Publics et musées en Suisse. Représentations emblématiques et rituel social », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 194-195.

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Mottaz Baran Arlette, Dir., Publics et musées en Suisse. Représentations emblématiques et rituel social », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/435

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté, LASA (Laboratoire de socio-anthropologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org