Navigation – Plan du site
À propos de livres

Mouchtouris Antigone, Sociologie de la culture populaire

Paris, L’Harmattan, 2007, 198p.
Gilles Ferréol
p. 195-196

Texte intégral

1Dans sa préface, Bernard Valade souligne à juste titre que cet ouvrage se présente tout autant comme « une introduction savante à la connaissance des milieux populai­res » que comme une « contribution originale à l’étude d’un objet complexe qui associe éléments modernes et fonds traditionnel » (pp. 9-10). Deux grandes parties sont à l’honneur. La première, prenant appui sur divers contextes socio-historiques, procède à un examen critique minutieux de la littérature spécialisée et n’hésite pas à prendre ses distances avec certaines interprétations canoniques conférant à l’aliénation et à la manipulation, à l’imposition et à la domination, un pouvoir explicatif à bien des égards très surfait. En s’interrogeant sur les identités territoriales, les styles de vie et les liens intergénérationnels, l’analyse proposée met en exergue une autre vision du monde, d’inspiration “aristotélicienne”, où le fondement de nos sociétés ne repose plus néces­sairement sur une logique “économiciste” ou “classiste” de convertibilité des capitaux, mais sur la conjugaison de l’action – praxis – et de la parole – lexis – ou de l’idée – eidos (p.40). Dans cette perspective, les travaux de Paul-Henry Chombart de Lauwe, ceux de Clau­de Gri­gnon et de Jean-Claude Passeron, de Richard Hoggart, de Howard Becker ou bien en­core d’Edgar Morin sont opportunément discutés et attirent l’attention non plus sur une « réalité stagnante et répétitive » (p.59) mais sur ce que l’on pourrait appe­ler, à la suite de Michel de Certeau, l’ « invention du quotidien » et, plus généralement, sur la créativité des conduites et la pluralité des « façons de faire », les procédures d’appro­priation et de réappropriation des modèles normatifs mettant en congruence – selon des modalités à chaque fois singulières – « art de combiner » et « art d’utiliser » (p.57).

2Ce cadrage étant effectué, place alors à trois « cas paradigmatiques » : la résistance du peuple grec à l’occupant nazi, le rôle des femmes en milieu rural et les mouvements protestataires des jeunes des cités. La prise en compte des différentes formes d’enga­gement (à travers, par exemple, la mouvance associative) ou d’expression artis­tique (qu’il s’agisse des chants de maquisards crétois, du rap ou du hip-hop des ban­lieues) se révèle, sous cet angle, très instructive et fait ressortir des représentations sociales qualifiées d’ « émancipatrices », annonciatrices d’une « contre-culture » (p.15), laquelle témoigne « des aspirations et des tendances des acteurs à participer aux affai­res com­munes » (p.169).

3Un livre, au total, foisonnant, très décapant et qui nous éclaire utilement sur la dy­namique des pratiques culturelles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Ferréol, « Mouchtouris Antigone, Sociologie de la culture populaire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 195-196.

Référence électronique

Gilles Ferréol, « Mouchtouris Antigone, Sociologie de la culture populaire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/436

Haut de page

Auteur

Gilles Ferréol

Université de Franche-Comté, LASA (Laboratoire de socio-anthropologie)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org