Navigation – Plan du site
À propos de livres

Piette Albert, Petit traité d’anthropologie

Marchienne-au-Pont, Socrate Éditions Promarex, 2006, 104p.
Julie Hermesse
p. 198-199

Texte intégral

1Ce Petit traité d’anthropologie s’adresse en premier lieu aux étudiants en sciences sociales, mais vise aussi par ailleurs tous les lecteurs qui s’intéressent à l’être humain et à ses différences d’avec l’animal. En effet, l’ouvrage est construit autour de deux enjeux intellectuels, une double passion qui anime l’A. : « la passion des origines et celle du réel ». Tout d’abord, il plaide pour un renversement des paradigmes, pour le retour de l’anthropologie contemporaine à une anthropologie fondamentale ayant le projet de « cerner l’essence de l’homme et ce qu’il a d’humain en lui » (p.27). Or, dé­plore l’A., « les anthropologues auraient abandonné la question de l’origine aux philo­sophes ou aux paléontologues » (p.9). Le second enjeu intellectuel de ce livre est le réel : ce qui se passe en situation. De par sa méthodologie principale, l’ethnogra­phie, l’anthropologue est sans cesse travaillé par l’objectif de regarder, d’écouter, de prendre des notes, de décrire, d’écrire le réel.

2A. Piette convie le lecteur à quatre « leçons » ou enseignements qui structurent le livre. On ne peut omettre d’y ajouter la conclusion dans laquelle il reprend à son pro­pre compte la perspective théorique défendue.

3Dans une première partie nommée “Qui est cet homme ? Scénarios d’origine”, l’A. démontre que la destinée de l’anthropologie n’est pas nécessairement la socio-ethno­logie. Au détour du récit de Protagoras sur le processus d’hominisation, il propose la lecture de quatre œuvres majeures dans l’histoire de l’anthropologie, apportant cha­cune une réponse spécifique, oscillant entre rupture et continuité, au problème de l’hu­manité primitive. Alors que pour Lewis Morgan, les sociétés traditionnelles ac­tuelles constituent les vestiges des premières étapes de l’humanité, Malinowski récuse ce schéma évolutionniste et développe une théorie fonctionnaliste sur la différence anthropologique. Pour l’auteur de Une théorie scientifique de la cul­ture, l’origine est couplée « à une présence universelle de facteurs essentiels à la vie so­ciale et cultu­relle » (p.19). L’œuvre de Claude Lévi-Strauss, associée à la notion de structure, cons­titue, selon A. Piette, l’apogée d’une réflexion fondamentale sur la condition humaine. La perspective de Lévi-Strauss allie la spécificité de l’être humain à la pensée symbo­lique, au langage articulé et à la règle. Il place l’intelligibilité des faits spécifiquement humains dans le registre biologique et social, la vie culturelle reposant sur une aptitude cérébrale à penser en termes de logique binaire. Enfin, les travaux de Maurice Gode­lier sont mis en exergue en raison de leur orientation spé­cifique autour de l’idée d’une évo­lution graduelle à partir de la vie des singes jusqu’à celle des êtres humains. Tri­butaire de l’échange – pilier de la vie sociale des ancêtres qu’il a en commun avec les grands singes – l’homme aurait progressivement développé et diversifié ses formes d’asso­ciation avec les autres. Selon les diverses perspectives anthropologiques revisi­tées, la spécificité humaine se serait ainsi large­ment focalisée sur sa capacité à vivre en société. L’A. s’intéresse alors à la qualité socioculturelle de l’homme, laquelle existe depuis les débuts de l’humanité.

4Dans un second temps intitulé “L’homme socioculturel”, A. Piette déconstruit l’opération sociologique classique sous-tendue par le modèle de l’homme sociocultu­rel selon lui « intenable empiriquement ». Pour lui, les modèles de pensée des sciences sociales, et en particulier de la sociologie et de l’ethnologie, ont suspendu la référence biologique et psychologique aux êtres humains au profit d’explication ou de compré­hension des faits considérés comme typiques et essentiels dans la vie collective des hommes. L’A. fait l’exercice de survoler divers sociologues et leurs théories de l’action ayant pour prétention de se présenter comme des modèles généraux d’actions humaines dans la vie collective. Cette évocation trop rapide et caricaturale, destinée tout d’abord, on le rappelle, à un public étudiant, dessert malheureusement les propos d’A. Piette, dont on ne pouvait pourtant que louer la mise en garde contre des présen­tations sociologiques trop souvent homogénéisantes. Il semble en effet souhaiter ré­véler un déficit anthropologique important dans les théories sociologiques de l’action. Toutefois, la vision réductionniste de la sociologie et de l’ethnologie présentée can­tonne de manière arbitraire l’analyse de l’homme socioculturel à une analyse des logi­ques d’action, des théories sociologiques générales aux théories de l’action.

5La dynamique féconde entre ethnographie et anthropologie est alors proposée comme une solution possible pour s’adonner aux sciences sociales sans pratiquer la sociologie ou l’ethnologie. Elle est développée dans la troisième partie du livre, “L’eth­nographie des êtres humains”. L’ethnographie a souvent pour intention d’intro­duire, par les méthodes d’observation et surtout d’observation participante, une pers­pective humaine : « comprendre et représenter la vie réelle des hommes » (p.43). Tâche à laquelle aurait failli jusqu’à présent la sociologie, nous incite à penser l’A. Ce savoir-faire méthodologique permettrait de libérer l’anthropologie de la pression so­cio­culturaliste. La spécificité du traitement ethnographique de la vie humaine réside dans l’attention aux détails de la singularité humaine en situation et de l’indéter­mination de la vie sociale. Ce mode mineur de la réalité constitue un simple indice d’humanité. Le fait social est alors « minimalement » socialisé.

6Enfin, dans sa dernière leçon, “Une anthropologie entre les êtres”, A. Piette propose une version radicale du travail ethnographique, détaché de la perspective socio­cultu­raliste et axé sur la découverte des situations et des séquences d’action. Afin de poser les jalons de ce qu’il nomme une « ethnographie réaliste », il nous invite à un dé­tour par la phénoménologie comparée des êtres non-humains (animaux domestiques, grands singes et êtres divins). On regrettera de devoir patienter jusqu’aux dernières pages du chapitre pour se voir éclairé dans le cheminement pédagogique proposé par l’A. et pour enfin revenir à la problématique de départ de ce livre : le processus d’homini­sation et la spécificité qu’il confère à la situation d’homme. Pour lui, c’est moins l’outil, le langage, la société qui font la caractéristique humaine que l’avène­ment d’une forme d’extériorité à la situation (p.80). Les êtres humains ont cette par­ticularité de laisser place à l’émergence de l’entre-deux, à la distance.

7L’A. de conclure, dans “L’anthropologue et sa vie”, sur les liens tissés entre sa pas­sion, le savoir anthropologique et sa propre vie. On saluera les réflexions épisté­mo­logiques agrémentées de réflexions d’ordre personnel autour de l’auto-ethno­graphie, de l’écriture dans la vie quotidienne de l’anthropologue et du détail, non seu­lement comme posture scientifique mais aussi comme vécu anthropologique. A. Piette conçoit que la profession d’anthropologue, qui se décline chez lui davantage comme un projet de vie, peut renforcer la compétence de l’anthropologue à comprendre l’hu­main.

8En résumé, un livre ayant le mérite d’interpeller les anthropologues sur la nécessité théorique de produire une anthropologie fondamentale et de ne pas suspendre leur « réflexion sur la nature de l’homme en train de continuer son chemin millénaire dans l’évolution des espèces » (p.81). Un livre ayant la force et l’originalité de rappeler à tout anthropologue ou anthropologue en devenir la spécificité du savoir-faire ethno­graphique ancré sur l’importance d’une observation radicale et rapprochée des êtres humains plutôt que sur la diversité des cultures qui le séduit. Même si certains pas­sages développés de manière trop lacunaire peuvent susciter quelques réserves, ce Petit traité d’anthropologie invite également, de manière déguisée, à questionner et débattre les enjeux intellectuels et particuliers des disciplines sœurs en sciences socia­les que sont l’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julie Hermesse, « Piette Albert, Petit traité d’anthropologie », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 198-199.

Référence électronique

Julie Hermesse, « Piette Albert, Petit traité d’anthropologie », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/440

Haut de page

Auteur

Julie Hermesse

UCL, Unité d’anthropologie et de sociologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org