Navigation – Plan du site
À propos de livres

Pisani Lelia, Bambini Dogon. Nascere e crescere sull’altopiano di Bandiagara

Roma, Armando, 2007, 176p.
Mike Singleton
p. 200-201

Texte intégral

1Depuis que Griaule & Cie sont passés par là, la “dogonerie” est devenue une vérita­ble industrie. S’il y a une peuplade africaine surexposée et surinterprétée, ce sont bien les Dogons du Mali. À une certaine époque, disait-on, il y avait deux ethnologues par esquimau. Mais la calotte polaire a au moins préservé les terres boréales du flot inces­sant des touristes “toubab”, lesquels, en anthropologues amateurs, inondent désormais les falaises du pays Dogon. C’est pourquoi qui veut visiter, ne serait-ce qu’en esprit, ces marginaux mutants de l’africanistique aurait tout intérêt à se procurer un Guide des guides es affaires dogones.

2Or viennent de paraître deux monographies d’une qualité exceptionnelle sur la phi­losophie et la pratique du monde par les Dogons d’aujourd’hui. Les auteurs, en eth­nologues italiens, évitent certains excès de l’école française. Nous avons déjà eu l’occasion de nous appuyer sur la première (P. Coppo, Negociare con il male. Stego­neria e controstregoneria dogon, Torino, Bollati Boringhieri, 2007) pour discourir sur l’anthropologie impliquée. Ici, nous ferons état de la seconde qui traite de tout ce qui tourne autour de la naissance et de la petite enfance dans cette ethnie de fabrication relativement récente – les Dogons n’ayant pas plus d’histoire ou de consistance que les Belges.

3L’A., plus psychologue que sociologue, a non seulement cheminé avec une com­munauté villageoise pendant 30 ans, mais elle s’est trouvée à l’origine du Centre ré­gional de médecine traditionnelle, un projet de la coopération italienne (on imagine mal son homologue belge s’associant avec des “sorciers” du cru !) établi à Bandiagara. Après avoir campé le contexte socioculturel de manière succincte mais substantielle et dressé le portrait de ses interlocuteurs principaux, L. Pisani procède à un inventaire minutieux des logiques et des langages qui à la fois activent et articulent ces deux lieux clefs pour la survie sociétale que sont la naissance et l’enfance. Grâce aux entre­tiens qu’elle a eus avec des femmes qui traditionnellement pourtant étaient censées peu parler, grâce aussi à son érudition ethnographique, l’A. nous apprend pas mal de choses sur l’accouchement et les fausses couches, sur la dénomination et l’encadre­ment des enfants, sur les jumeaux et les confréries extravagantes associées au naître et “être bien” dogon. L’italien des chapitres et des notes (qu’il aurait été peut-être plus indiqué d’inclure dans le corps du texte) me paraît à la portée de ceux qui ne possèdent que les rudiments de la langue.

4Le lecteur potentiel pensera spontanément qu’il s’agit de variations locales sur des phénomènes aussi foncièrement universels que fondamentalement univoques – après tout quel est l’humain qui, en principe, ne naît et ne croît ? Mais, ethnocentrique, notre lecteur habituel risque de penser aussi que certains aspects de cette version afri­caine des réalités essentiellement biomédicales d’apparemment ambigus versent par­fois dans un absurde des plus aberrants. Au Nord, on veut bien accepter que, Dieu sait comment, le sorcier du Sud ait mis le doigt sur des agents actifs, mais comment pren­dre au sérieux un dosage purement symbolique – 3 pour des garçons, 4 pour des filles – surtout quand le médicament n’est que vaporisé par crachat sur le malade ? Pire en­core, pour ne pas parler de l’excision et du recyclage du clitoris comme ingrédient dans une recette magique d’enrichissement illicite, comment, non pas en moraliste scandalisé mais en simple secouriste sensé, approuver la coutume qui veut que le mari d’une femme morte en couches aille forniquer au loin avec une prostituée afin de se libérer de toute contamination létale ?

5Passons sur ces jugements de valeur ou plutôt dévalorisants puisqu’un Dogon pour­rait facilement trouver l’équivalent chez nous. Il est plus indiqué d’accepter que des différences plus innocentes en matière de naître et d’être enfant plaident, non pas en faveur des conditionnements purement culturels d’un fond naturel identique, mais pour autant d’enfances incompressibles que de cultures incompatibles. Le fait par exemple que, pour le bébé dogon, il soit constamment fait référence à une altérité an­ces­trale (il n’y a presque pas de page du livre où il ne soit question des ancêtres) de­vrait donner à penser à une culture, la nôtre, où le nouveau-né fait figure d’une créa­ture totalement inédite, quand il ne fonctionne pas comme la poupée d’une fille-mère. Quand en outre, décidé à rester au village plutôt que de retourner à la demeure des “morts”, l’enfant dogon (mais est-ce dans ce cas un enfant dans le sens que nous don­nons au terme ?) n’est nullement tiraillé ou traumatisé par les multiples personnalités qui l’habitent, pourquoi se précipiter pour le soigner de la “schizophrénie” ?

6C’est dire, et bien que l’A. se soit plutôt contentée d’épaissir empiriquement, se li­vrant par ci par là à quelques ampliations analogiques, que ce livre inspirera des in­terpellations interprétatives à qui veut bien se laisser faire par la différence. Je pense à des ethnopsychologues, c’est-à-dire non pas à des psychologues qui s’occupent d’eth­nies excentriques en attendant de pouvoir enfin profiter de La Psychologie ut sic et en soi, mais à des psychologues capables d’œuvrer sous un plafond paradigmatique por­tant sur une pluralité positive d’anthropo-logiques irréductibles. Je pense aussi à des « ethnoanthropologues » (L. Pisani revendique cette appellation contrôlée) de la même envergure, des esprits qui, tout en étant enracinés dans leur propre culture, sa­vent apprécier à sa juste valeur la situation sociohistorique d’autrui – en l’occurrence celle des bambini dogon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mike Singleton, « Pisani Lelia, Bambini Dogon. Nascere e crescere sull’altopiano di Bandiagara », Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-1 | 2008, 200-201.

Référence électronique

Mike Singleton, « Pisani Lelia, Bambini Dogon. Nascere e crescere sull’altopiano di Bandiagara », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 39-1 | 2008, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 27 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/441

Haut de page

Auteur

Mike Singleton

UCL, Unité d’anthropologie et de sociologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org