Navigation – Plan du site
Présentation

Hommes, pères et travailleurs

Bernard Fusulier et Jacques Marquet
p. 1-7

Texte intégral

  • 1 Nous utilisons le terme “articulation” de préférence à d’autres termes présents dans le champ (conc (...)

1Les huit articles présentés dans le dossier thématique de cette livraison de Recherches sociologiques et anthropologiques traitent de l’articulation entre vie familiale et vie professionnelle1, un thème déjà ancien de la sociologie, que les féministes françaises ont marqué de leur empreinte dès le milieu des années 1980 (Collectif, 1984 ; Cahiers de l’apre). Même si l’entrée par les hommes, et plus spécifiquement par les pères, est ici privilégiée, alors que les chercheuses féministes s’intéressaient principalement à la condition des femmes, on ne peut que souligner l’apport décisif de ces pionnières pour l’étude de la division sexuelle du travail dans les sphères de la production et de la reproduction.

2En filigrane de la présente production se déploie une réflexion autour de l’investissement des hommes dans la paternité : quels sont les freins à une participation masculine plus importante dans la prise en charge des enfants ? Pourquoi les politiques publiques sensées favoriser une telle implication masculine enregistrent-elles des résultats mitigés ? Quels obstacles rencontrent les hommes qui choisissent de privilégier le travail domestique et familial ? Etc. Au fil des analyses portant sur sept pays différents (Belgique, Burkina Faso, France, Irlande, Japon, Portugal, Suède), on mesure combien la perspective présentée en 1985 par A.-M. Devreux reste pertinente (Devreux, 1985). En effet, dans un article intitulé Les différentes étapes de la déconstruction-reconstruction des objets et des concepts : trois exemples, l’auteure proposait d’étudier la parentalité à partir d’une triple articulation : celle de la sphère de production et de la sphère de reproduction, celle du féminin et du masculin, celle des niveaux pragmatique et symbolique.

3La portée de ce modèle peut se mesurer à partir d’un exemple simple : l’allongement des congés de maternité. Une analyse relative aux effets d’une telle mesure qui se confinerait à ce qui se joue, au niveau pragmatique, dans l’espace privé pour les femmes, mettrait principalement en avant le bénéfice que ces dernières en retirent en termes de protection de la santé. L’analyse à laquelle nous invite A.-M. Devreux est plus complexe. N’attribuer des congés parentaux qu’à la mère ne revient-il pas, au niveau symbolique d’une part, à soutenir une lecture qui tend à naturaliser la maternité, au niveau pragmatique d’autre part, à accroître, dans la sphère domestique, l’écart d’investissement des pères et des mères vis-à-vis des enfants et, dans la sphère professionnelle, à pénaliser davantage les femmes comparativement aux hommes ?

4Ce modèle à trois dimensions peut donc être représenté sous la forme d’un cube (voir la figure 1 ci-après). A l’instar du fameux cube inventé en 1974 par E. Rubik, un élément ne peut enregistrer de mouvement sans que les éléments voisins ne soient automatiquement affectés. C’est bien à une telle lecture que nous invite A.-M. Devreux ; une lecture qui tient compte de l’ensemble des dimensions en présence, tout en gardant à l’esprit que les effets de compositions peuvent être différenciés, voire de sens opposés, en fonction de l’échelle d’analyse. Ainsi, à l’échelle conjugale, une politique qui favorise la défamilialisation de tâches, comme le repassage, vers des services à bon marché rendus par des femmes, peut favoriser une relation conjugale plus égalitaire en même temps qu’elle participe à la reproduction des inégalités de genre à une échelle plus collective.

Figure 1 : Schématisation de l’approche de la parentalité inspirée des travaux d’A.-M. Devreux.

Figure 1 : Schématisation de l’approche de la parentalité inspirée des travaux d’A.-M. Devreux.

5La force du modèle est donc de considérer les dimensions dans leur interstructuration et non de façon isolée. Ainsi, il articule tout d’abord les sphères familiale et professionnelle, suivant en cela l’idée que la famille n’est pas un lieu clos qui pourrait être valablement appréhendé à partir du seul espace domestique. En d’autres termes, pour notre objet, la paternité comprise comme l’ensemble des pratiques masculines liées à la procréation, l’entretien et l’éducation des enfants, de même que les trajectoires familiales des hommes, ne peuvent être comprises sans prise en compte de ce qui se joue dans la sphère de production. Ensuite, dans chacune de ces deux sphères, l’analyse se porte sur la division sexuelle du travail : quelle est la place faite aux hommes et aux femmes, sur les plans pragmatiques et symboliques, dans la sphère de production et dans la sphère de reproduction (domestique et familiale) ?

6La pensée d’A.-M. Devreux est synthétisée de façon remarquable par M.-B. Tahon et G. de Pesloüan : «Dans cette perspective, la paternité […] se définit par rapport à la place des femmes (en particulier des conjointes) dans la division du travail dans la famille et dans la sphère de la production et la maternité se construit en relation à la place faite concrètement et symboliquement aux femmes dans la division sexuelle du travail, en fonction de la place occupée par les hommes […]» (Tahon/Pesloüan, 1989 :449).

7La lecture des différents articles de cette livraison montre effectivement que les sphères professionnelle et familiale sont intimement articulées. Au-delà d’un certain seuil qui, certes, varie en fonction de paramètres structurels, culturels, institutionnels et organisationnels voire individuels, investir davantage dans l’une ne peut se faire qu’au prix d’un désengagement de l’autre : c’est notamment le cas au Japon, où les hommes comme les femmes considèrent majoritairement que l’engagement jugé insuffisant des pères dans la parentalité s’explique par le nombre d’heures que ceux-ci passent au travail (F. Taga). La corrélation négative entre le temps consacré au travail salarié et le temps affecté au soin des enfants est d’ailleurs avérée par la littérature scientifique sur la question (voir notamment E. Drew et G. Daverth).

8Toutefois, s’il ne s’agissait que d’une question de temps de travail, une autre répartition entre hommes et femmes serait sans doute aisément envisageable. Plusieurs auteurs présentent des éléments qui témoignent de la place dominante des hommes dans la sphère de production, au plan pragmatique, comme au plan symbolique : écarts salariaux au profit des hommes, postes de direction majoritairement occupés par des hommes, temps partiels, contrats intérimaires et congés pour raisons domestiques et familiales davantage utilisés par les femmes, éthique du travail construite autour de la figure de l’homme héroïque… Tous ces éléments continuent d’alimenter l’idée que le travail rémunéré masculin prime sur le travail rémunéré féminin et que, par voie de conséquence, le père reste le principal pourvoyeur de revenu du ménage. Quelque chose intervient donc, qui serait de l’ordre d’une «arithmétique des gratifications», pour reprendre l’expression de Cl. Dubar (2000). Dans un couple, y compris pour des raisons attachées à la logique matrimoniale (Barrère-Maurisson, 2003), l’homme, généralement mieux placé dans la sphère professionnelle, a une carrière et une rémunération supérieures à celles de son épouse, ce qui induit un calcul conjugal où le conjoint, même à la naissance d’un enfant, poursuit voire accroît son investissement professionnel alors que la conjointe s’investit davantage dans la sphère domestique. A. Chronholm relève ce phénomène pour la Suède pourtant avant-gardiste en matière d’égalité entre hommes et femmes. Dès lors qu’il s’agit de réduire le temps consacré au travail rémunéré pour prendre en charge le travail domestique, le calcul le plus rationnel d’un point de vue strictement économique reste le retrait partiel ou total de la femme de la sphère professionnelle.

9De Tokyo à Dublin, de Stockholm à Ouagadougou, le calcul est le même. Le réflexe est d’autant plus généralisé que le raisonnement économique est sous-tendu par une idéologie qui a eu tendance à biologiser, à naturaliser la maternité dans ses composantes procréative, mais aussi nourricière, sanitaire et éducative. Cette idéologie reste bien présente, comme le soulignent E. Drew et G. Daverth lorsqu’elles font référence à leurs propres travaux de comparaisons internationales : ceux-ci montrent que dans de nombreux pays, les congés parentaux sont vus comme une extension du congé de maternité. Dans une perspective voisine, à partir d’une recherche effectuée auprès des cadres d’une grande entreprise métallurgique wallonne, B. Fusulier, D. Laloy et E. Sanchez notent qu’au plan symbolique, au-delà des différences observées en fonction des diverses catégories statutaires, l’usage des congés légaux pour raisons parentales est considéré comme plus légitime pour les femmes que pour les hommes.

10L’articulation de la sphère professionnelle et de la sphère familiale, du masculin et du féminin, du pragmatique et du symbolique, apparaît aussi de façon éclatante lorsque l’on voit combien l’évolution du marché du travail a des répercussions sur la sphère domestique et entraîne des réactions différentes chez les hommes et chez les femmes. Au Japon (F. Taga), jusque dans les années 1970, les pères salarymen disposant d’un emploi garanti à vie témoignaient de leur loyauté envers leur employeur en accumulant les heures supplémentaires consacrées tantôt au travail, tantôt à d’autres activités de socialisation organisées par l’entreprise. Or, dans un contexte de compétition accrue, la crise de ce système change la donne pour des pères qui ne sont plus assurés de pouvoir remplir leur fonction de pourvoyeur de revenus : d’une part, la situation nouvelle, marquée par le risque qu’ils courent désormais de tout miser sur une carrière professionnelle devenue plus aléatoire, pourrait être une occasion pour eux d’investir davantage dans la relation à leurs enfants ; d’autre part, la fragilité de l’emploi pourrait aussi bien les pousser à surinvestir dans cette sphère afin de se donner toutes les chances de consolider leur emploi et, par là même, leur rôle social de male breadwinner. Par ailleurs, l’instabilité de l’emploi affecte aussi les comportements féminins dans la mesure où elle est susceptible d’amener les femmes à reconsidérer leur retrait du marché du travail ou à envisager la réduction du temps de travail ; les pressions actuelles sur l’emploi pourraient les conduire à n’envisager un désengagement de la sphère professionnelle qu’en dernier recours. Au Burkina Faso (J. Mazzocchetti), la grave crise socio-économique qui frappe le pays semble aujourd’hui freiner l’accès de nombreux jeunes hommes, pourtant hautement scolarisés, au statut de chef de famille ; ils sont alors face à un dilemme : renoncer à la paternité, ce qui ne signifie pas nécessairement éviter d’ “enceinter” une femme avec alors, lorsque c’est le cas, le développement de familles matricentrées, ou inventer une relation paternelle autre que nourricière et autoritaire.

11Les analyses présentées soulignent que la capacité des politiques publiques à soutenir une réelle égalité entre hommes et femmes dans les sphères familiale et professionnelle dépend de la prise en considération, plus ou moins adéquate, de l’ensemble des différentes dimensions mises en exergue par A.-M. Devreux. Encore une fois, l’exemple suédois (A. Chronholm) est très éloquent. En effet, lorsque le congé parental était global (réforme de 1974) et utilisable indistinctement par le père ou la mère, les pères n’y recouraient que très peu, “cédant” majoritairement leurs congés aux mères ; l’introduction d’un mois non transférable (“le mois du père”) en 1995, puis d’un second en 2002, a provoqué une augmentation significative de la prise de congés parentaux par les pères. L’idéologie égalitaire pourtant bien répandue dans la société suédoise devait être soutenue par des mesures rendant les choix économiquement moins discriminants. A contrario, on peut raisonnablement penser que le succès mitigé des politiques japonaises de promotion de l’implication paternelle en matière de soins aux enfants s’explique par une combinatoire de facteurs allant de la culture patriarcale aux régulations de la sphère productive, en passant par des politiques publiques insuffisamment incitatives. A ce dernier égard, du fait du niveau relativement bas de l’allocation de congé et de son mode de calcul (40% du salaire de base pour une durée maximale de 10 mois), on comprend que si le retrait de la sphère professionnelle doit se traduire par une réduction de 60% d’un salaire, autant que ce soit le salaire le moins important qui soit sacrifié et donc généralement celui de la femme (F. Taga). De même, en Irlande (E. Drew et G. Daverth), l’absence de statut juridique lié à la prise d’un congé pour raisons parentales contribue vraisemblablement à reproduire les inégalités entre les sexes. Et que dire de pays du Tiers-Monde qui, comme le Burkina Faso (J. Mazzocchetti), n’ont pas les moyens d’une réelle politique en la matière et où règne le monde de la débrouille ?

12En-deçà du cadre sociétal, avec ses composantes économiques, politiques, juridiques et culturelles, certains auteurs mettent en évidence le rôle de certaines instances de médiation intermédiaires (entre l’État et l’individu), telles que l’organisation et la famille. Étudiant le point de vue des cadres d’une grande entreprise, B. Fusulier, D. Laloy et E. Sanchez relèvent que ceux-ci considèrent qu’il est plus légitime pour des ouvrier(e)s et des employé(e)s de prendre des congés parentaux que pour des cadres, hommes ou femmes. Cette analyse soutient l’hypothèse d’une correspondance entre la structure de l’entreprise et l’espace symbolique et social de légitimité de l’usage des congés. La médiation organisationnelle n’est pas pour autant aisée à identifier. Bien que réalisée dans cinq entreprises irlandaises, l’enquête de Drew et Daverth ne permet pas vraiment de mettre en évidence un quelconque “effet d’entreprise” sur les attentes ou les pratiques en termes d’articulation du travail professionnel et du travail domestique. Leur analyse ne montre pas non plus d’écart significatif quant à la modification du temps de travail après la naissance d’un enfant selon les différentes catégories professionnelles.

13La médiation par les dynamiques conjugales et familiales est par contre plus clairement identifiable, si l’on se réfère à l’analyse proposée par K. Wall, S. Aboim et S. Marinho. Mobilisant la typologie des interactions familiales établie par J. Kellerhals et son équipe, elles étudient les liens entre le fonctionnement familial et l’investissement dans la paternité. A partir d’une recherche qualitative menée au Portugal, elles défendent l’idée de l’existence d’associations privilégiées entre certains types familiaux et la façon dont les hommes vivant en couple avec enfants investissent leurs rôles et identités de pères. Confirmant les travaux de Kellerhals, elles montrent que les types familiaux ne sont pas également distribués dans les divers milieux sociaux. Ceci n’est pas sans rapport avec les contraintes économiques qui pèsent plus ou moins lourdement sur les familles et qui affectent plus ou moins directement la probabilité de voir les idéaux d’égalité traduits dans les comportements. Dans cette optique, deux observations sont particulièrement significatives : premièrement, là où existent de réelles possibilités d’externalisation des tâches domestiques jugées les plus lourdes, les tensions entre vies familiale et professionnelle sont très faibles ; deuxièmement, nombre de pères au foyer présentent des perspectives professionnelles moins favorables que leurs compagnes (chômage, instabilité d’emploi, salaire inférieur…).

14Ce constat concernant les pères qui se désengagent de la sphère professionnelle se trouve corroboré par les recherches de H. Trellu pour la France et de L. Merla pour la Belgique. H. Trellu et L. Merla travaillent sur des populations proches : des hommes bénéficiant de l’Allocation parentale d’éducation (ape) pour la première et des pères au foyer pour la seconde. Toutes les deux observent qu’il n’est pas rare que le choix d’être homme au foyer réponde, entre autres, à une logique économique. Mais elles montrent surtout que l’adoption par les pères d’une position atypique (c’est-à-dire allant à l’encontre de l’attribution prioritaire du travail productif aux hommes et du travail reproductif aux femmes) ne va pas sans poser des problèmes relationnels et des questions identitaires. La problématique de la construction identitaire, évoquée par Chronholm, sous-jacente chez Mazzocchetti, présente chez Wall, Aboim et Marinho, est au cœur de leur analyse.

15En somme, ce dossier de la revue rs&a révèle bien que la manière dont un homme va se situer en qualité de père et investir la paternité ou, inversement, la manière dont une femme va se situer en tant que mère et investir la maternité sont largement déterminées par la place qui leur est faite concrètement et symboliquement dans la division sexuelle du travail rémunéré et domestique, et donc par la place occupée par l’autre sexe dans cette division sexuelle du travail. L’investissement de la maternité par les femmes sera d’autant plus fort que les hommes sont dans une position dominante dans le système de production. L’investissement de la paternité par les hommes sera d’autant plus limité qu’ils dominent la sphère professionnelle. Ces analyses rappellent, si besoin en était, que le principe du libre choix (chacun selon ses souhaits) est un leurre social aux effets reproducteurs manifestes.

Haut de page

Bibliographie

Barrère-Maurisson M.-A., 2003, Travail, famille : le nouveau contrat, Paris, Gallimard, Folio actuel/Le Monde.

Cahiers de l’apre (Atelier production/reproduction), 1985a, Crise et emploi des femmes, Paris, csu et cnrs, n°1.

Cahiers de l’apre (Atelier production/reproduction), 1985b, Temps sociaux. Trajectoires selon le sexe, Paris, csu et cnrs, n°2.

Cahiers de l’apre (Atelier production/reproduction), 1985c, Production/reproduction et rapports sociaux de sexe, Paris, csu et cnrs, n°3.

Cahiers de l’apre (Atelier production/reproduction), 1986a, La famille comme unité de production, Paris, csu et cnrs, n°4.

Cahiers de l’apre (Atelier production/reproduction), 1986b, Rapports intrafamiliaux et rapports sociaux de sexe, Paris, csu et cnrs, n°5.

Cahiers de l’apre (Atelier production/reproduction), 1986c, Division sexuelle du travail, famille et rapport salarial, Paris, csu et cnrs, n°6.

Collectif, 1984, Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, Presses de l’Université de Grenoble.

Devreux A.-M., 1985, “Les différentes étapes de la déconstruction - reconstruction des objets et des concepts : trois exemples”, Cahiers de l’apre, n°3, sept., csu-cnrs, pp.7-28.

Dubar C., 2000, La crise des identités : l’interprétation d’une mutation, puf, Paris, Coll. Le lien social.

Tahon M.-B., Pesloüan G. (de), 1989, “Sociologie de la famille et des rapports sociaux de sexe”, in Durand J.-D., Weil R., Dir., Sociologie contemporaine, Paris, Vigot, pp.439-456.

Haut de page

Notes

1 Nous utilisons le terme “articulation” de préférence à d’autres termes présents dans le champ (conciliation, équilibre, balance, intégration…) car il connote peu le sens du lien entre les deux sphères qui peut se faire sur des modes divers : conflictuel ou harmonieux, inégalitaire ou égalitaire, étanche ou poreux…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Schématisation de l’approche de la parentalité inspirée des travaux d’A.-M. Devreux.
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/453/img-1.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Fusulier et Jacques Marquet, « Hommes, pères et travailleurs », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 1-7.

Référence électronique

Bernard Fusulier et Jacques Marquet, « Hommes, pères et travailleurs », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 17 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/453

Haut de page

Auteurs

Bernard Fusulier

Université catholique de Louvain, Unité de sociologie et d’anthropologie. bernard.fusulier@uclouvain.be

Articles du même auteur

Jacques Marquet

Université catholique de Louvain, Unité de sociologie et d’anthropologie. jacques.marquet@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org