Navigation – Plan du site

De l’autorité à l’affect : transformation des paternités au sein de la jeunesse ouagalaise scolarisée (Burkina Faso)

From Authority to Affection: The Transformation of Paternity Roles among Schooled Ouagalese Youth (Burkina Faso)
Jacinthe Mazzocchetti
p. 47-64

Résumés

Cet article porte sur la transformation du rôle de l’homme en tant que père au sein de la jeunesse scolarisée ouagalaise (Burkina Faso, Afrique de l’Ouest). Pour les jeunes hommes scolarisés, à la différence du reste de la fratrie, la logique “classique” d’ascension sociale, d’accès au statut de chef de famille, était jusqu’il y a peu celle des études débouchant sur un emploi, lequel permettait de se marier et d’entretenir un foyer. Aujourd’hui, suite à la crise socioéconomique qui touche ce pays, beaucoup de ces jeunes hommes, qui ont pourtant étudié durant de nombreuses années, qui se sont sacrifiés afin de réussir pour eux mais aussi pour leur famille, n’accèdent pas à la réussite et à la reconnaissance ; ils sont incapables de rendre à ceux qui les ont aidés, incapables de se marier… Se pose dès lors la question de la possibilité d’être “père” quand les conditions économiques et sociales ne permettent plus d’entretenir une famille. Une relation autre qu’autoritaire et nourricière est à inventer. On observe dès lors une redéfinition progressive de l’image de l’enfant et des rapports père/enfants. Les désirs et besoins de descendance se transforment et en vis-à-vis, l’éducation et l’investissement affectif diffèrent.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1 Parmi une littérature abondante on verra Hugon Ph., 1994 ; Lachaud J.-P., 1995 ; Charmes J., 1996 ; (...)
  • 2 Depuis la création de l’université de Ouagadougou (1974), le nombre d’étudiants a évolué très rapid (...)

1Au Burkina Faso, comme dans la majorité des pays d’Afrique subsaharienne, les Programmes d’ajustement structurel (depuis 1991 au Burkina) ont marqué un tournant important dans la vie de la jeunesse urbaine scolarisée. Renforçant un mouvement de restrictions budgétaires amorcé depuis plusieurs années, ces programmes ont eu, pour ce groupe en particulier, comme principales conséquences une diminution importante des bourses d’études et de l’engagement des fonctionnaires1. L’augmentation très rapide du nombre d’étudiants2 combinée à cette réduction des bourses et des possibilités d’emploi à la fonction publique a contribué à dégrader la situation des étudiants et des jeunes diplômés. Formés dans des conditions d’études et de vie difficiles, souvent coupés des possibilités plus “traditionnelles” de survie et de réussite (agriculture, commerce…), ces jeunes n’ont, à la sortie, aucune garantie en termes d’emploi, de consommation, de possibilités de redistribution, ces perspectives étant pourtant au départ liées, comme allant de soi, au diplôme et au statut de fonctionnaire. Ils sortent fréquemment frustrés de l’université. Leurs évidences ont dû être remises en question : un écart s’est creusé entre leur statut idéalisé et valorisé et leur statut réel.

  • 3 Les personnes avec lesquelles je travaille sont âgées de 20 à 35 ans. J’ai passé deux ans sur le te (...)

2C’est dans ce contexte de crise identitaire et dans cette réalité quotidienne de survie économique qu’évolue l’échantillon avec lequel je travaille. J’enquête depuis maintenant 8 ans avec “les jeunes” ayant fréquenté l’université de Ouagadougou entre 1991 et 20063. Ils sont les “intellectuels” de leur pays, mais sans la sécurité financière, ce statut se vide peu à peu de son prestige, voire de son sens. Les résultats de mon étude me permettent de postuler que cet écart entre une position sociale et économique insécurisée et un capital culturel élevé, et de plus, alimenté par de nombreux éléments extérieurs (contenu des cours proches de ceux dispensés en France, code juridique inspiré du code français, influences médiatiques importantes), a une influence non négligeable sur la mise en couple, les rapports de couple, les rapports avec la famille élargie et la manière de se concevoir en tant que mère et père.

3D’autres éléments contextuels doivent également être pris en compte. Évoluant à distance de leur famille (ils viennent à Ouagadougou pour étudier), imprégnés d’autres références culturelles par leur parcours scolaire et les diverses influences médiatiques et religieuses notamment, ces jeunes choisissent petit à petit leur conjoint selon de nouveaux critères et vivent leur union selon de nouvelles modalités.

4Les travaux récents sur la transformation des rapports hommes/femmes au Burkina démontrent, en ce qui concerne la jeunesse urbaine scolarisée en particulier, l’élaboration de nouveaux espaces de négociation entre hommes et femmes, une modification du rôle des femmes et des hommes au sein du ménage, ainsi qu’une transformation des rapports de pouvoir entre hommes et femmes, mais aussi entre aînés et cadets (Attané, 2003 ; Cavin, 1998 ; Laurent, 2003). On observe également une augmentation du célibat et des naissances hors mariage, mais en parallèle, une valorisation et une reconnaissance sociales passant toujours par le mariage. Hesseling et Locoh, dans leurs études portant sur l’Afrique de l’Ouest, arrivent à la conclusion que dans les relations entre hommes et femmes, il est permis de penser qu’avec le temps, deux modèles gagneront en importance. Premièrement, une individualisation accentuée se traduisant par une augmentation de la monoparentalité et des familles matricentrées (les célibataires, les femmes veuves et divorcées font partie de ce groupe, mais également une partie des femmes mariées à un polygame, la polygamie renforçant l’individualisation des stratégies féminines). Deuxièmement, en parallèle, des formes de relations plus solidaires, avec investissement affectif, entre hommes et femmes et ce surtout en milieu éduqué mais peu favorisé économiquement (Hesseling/Locoh, 1997 :3-20).

  • 4 Voir a ce sujet Locoh T., 1996 ; Pilon M. et al., 1997 ; Coussy J., Vallin J., 1996 ; Antoine Ph., (...)

5Bien qu’on ne puisse parler de changement linéaire en Afrique subsaharienne et au Burkina Faso en particulier, les études actuelles s’accordent pour dire que de multiples formes d’organisation familiale coexistent4 ; la famille élargie patrilinéaire et patrilocale (majorité des ethnies du Burkina Faso) tend à se transformer très rapidement devant les effets de l’internationalisation et de la contractualisation des échanges. Par son histoire, par l’influence des différentes religions, par l’accès aux médias et, par delà, à l’information internationale, par l’urbanisation, mais aussi suite à une grave crise socioéconomique, cette partie de l’Afrique, tout comme le reste du monde, rentre dans le processus de globalisation avec ses dynamiques propres et ses spécificités, ses résistances et ses ruses, toute sa complexité. Parmi tous ces changements, je mettrai ici l’accent sur la transformation du rôle de l’homme en tant que père au sein de la jeunesse scolarisée.

6Cet article sera articulé autour de deux questions principales : comment être père dans le contexte actuel et quelles modifications du rapport à l’enfant peut-on observer ? Le premier point repose sur l’analyse de la nécessité d’être père comme clef de l’aînesse sociale et en parallèle, sur l’étude des difficultés actuelles d’accès à la paternité. Dans le deuxième point, nous verrons qu’au sein de ce groupe de jeunes scolarisés se dessine un nouveau rapport à l’enfant caractérisé par le désir d’avoir peu d’enfants afin de mieux s’en occuper et de les éduquer autrement. Au niveau méthodologique, j’ai travaillé à partir de récits de vie de jeunes hommes célibataires (10) et de récits de jeunes couples (39). L’article est rédigé autour de deux récits “porteurs” (celui de Léo et Élise et celui d’Issa et Annaée), mais les processus énoncés ont été élaborés à partir de l’ensemble de mes rencontres de terrain et de mes récits. Chacune des interprétations articulée à ces deux récits “idéal-typiques” s’appuie sur l’analyse de l’ensemble des matériaux précités. Des extraits d’autres récits viennent également alimenter ponctuellement la réflexion.

II. Comment être père aujourd’hui ?

A. La paternité comme clef vers l’aînesse sociale

  • 5 Les réalités étant extrêmement différentes pour les filles et les garçons, je ne parlerai ici que d (...)

7Autrefois, dans la majorité des groupes lignagers patriarcaux dont sont issus les jeunes avec lesquels je travaille, être mari et père, c’était être chef de famille : un statut offrant une place reconnue dans la communauté, mais impliquant le devoir d’entretenir sa famille5. Bien qu’ils ne s’y réduisent pas, le mariage et la paternité conditionnent coutumièrement l’accès au statut d’ “homme”, le passage du statut de cadet à celui d’aîné. Aujourd’hui, si les injonctions qui conditionnent l’obtention du statut d’aîné restent identiques, pour ce groupe particulier de la jeunesse urbaine scolarisée, les modalités diffèrent. Sortant de la logique des alliances intergroupes, ces jeunes ont notamment la possibilité de librement choisir leur conjointe mais en contrepartie, ils doivent assumer la réussite ou l’échec de cette recherche.

8En effet, à la différence du reste de la fratrie, la logique “classique” d’ascension sociale pour les jeunes hommes scolarisés était, jusqu’il y a peu, celle des études menant à un emploi grâce auquel il était possible de se marier et d’entretenir un foyer sans le nécessaire appui des aînés. Dans le contexte actuel cependant, si, par leurs études et leur vécu urbain, ces jeunes se libèrent de la communauté (mariage choisi), leur mise en couple est retardée par un accès de plus en plus difficile aux ressources financières. La pression liée à la réussite est grande et beaucoup de ces jeunes hommes, qui ont pourtant étudié durant de nombreuses années, qui se sont sacrifiés afin de réussir pour eux-mêmes, mais aussi pour leur famille, n’accèdent pas à la réussite et à la reconnaissance ; ils sont incapables de rendre à ceux qui les ont aidés, incapables de se marier… Se pose dès lors la question de la possibilité d’être “père” quand les conditions économiques et sociales ne permettent plus d’entretenir une famille et de jouer le rôle de chef de famille.

B. Crise socioéconomique, impossibilité d’être père, impossible paternité

9Le contexte actuel de crise socioéconomique empêche ou retarde l’accès des jeunes hommes scolarisés aux femmes et au mariage. Écrasés par leurs propres difficultés à survivre et par le rapport de dépendance qu’ils entretiennent avec leur famille, parfois livrés à eux-mêmes dans un monde de débrouille contre lequel ils ne sont pas particulièrement biens armés, ces jeunes sont dans l’impossibilité de vivre avec une femme et d’entretenir un foyer. Au départ voués à l’administration et au travail salarié, ils éprouvent beaucoup de difficultés à remettre en question leur identité de “scolarisés”, d’ “intellectuels” et d’accepter les boulots de la survie. Cette situation a une double conséquence sur leur possibilité d’être pères. D’une part, beaucoup d’entre eux n’ont pas accès aux femmes, que ce soit dans la perspective de rapports de copinage ou en vue d’un mariage. D’autre part, certains d’entre eux, plus habiles et charmeurs, arrivent à nouer des relations souvent éphémères. Dans ce cas, il n’est pas rare qu’il leur arrive, selon leur terminologie, d’ « enceinter la fille » ; cependant ils ne deviennent pas alors forcément “pères” pour autant, dans le sens traditionnel du terme. En effet, ils ne sont généralement pas la personne qui subvient aux besoins de l’enfant et encore moins celle qui l’élève.

  • 6 La loi “juridique” burkinabè est ici proche des pratiques coutumières. Cette règle est dès lors gén (...)

10Deux options se présentent habituellement. La première est que le jeune homme reconnaisse l’enfant. Le petit est alors élevé par sa mère et sa famille durant ses sept premières années d’existence pour ensuite être remis à la famille du jeune homme6. Il y a transmission du nom et de la parenté, l’enfant fait partie du clan de son père mais ce dernier ne s’occupe pas de lui. La seconde option, et il semblerait qu’elle soit de plus en plus fréquemment choisie, est la non-reconnaissance de l’enfant ; ce dernier est alors élevé et reconnu uniquement par sa mère et, dans le meilleur des cas, par la famille de celle-ci.

11Il ressort du témoignage de jeunes hommes n’ayant pas reconnu leur enfant, mais aussi de récits de filles-mères, que ces hommes, souvent dans des difficultés importantes, fuient leurs responsabilités et leurs devoirs et perdent ainsi leurs droits sur l’enfant à venir. Cette augmentation du nombre d’enfants nés hors mariage et de filles-mères est une réalité observée dans l’ensemble de l’Afrique subsaharienne. Dans leur recherche sur les mutations de la famille africaine, Adepoju et Mbugua constatent l’augmentation du nombre des filles-mères ainsi que de la fréquence des abandons de bébés et des décès d’adolescentes liés à des avortements clandestins (Adepoju/Mbugua, 1999 :69). Dans son étude sur l’évolution des modèles familiaux, Aryee note qu’en Afrique subsaharienne, 36 % des jeunes filles âgées de 15 à 19 ans qui avaient accouché au moment de ses enquêtes n’étaient pas mariées (Aryee, 1999 :129). Bien que l’on ait peu d’indications sur les taux d’avortement des adolescentes, l’auteur pense que ceux-ci sont élevés et qu’ils continuent à augmenter. Cavin précise également que le nombre de naissances hors mariage prend actuellement une ampleur préoccupante à Ouagadougou, tout comme dans les autres métropoles africaines (Cavin, 1998 :185).

  • 7 Comme expliqué précédemment, jusqu’il y a peu, les études et le diplôme menaient tout droit à la fo (...)

12Les jeunes hommes avec qui j’ai travaillé rentrent parfois dans les deux catégories énoncées, mais certains d’entre eux, ayant acquis le minimum afin de se mettre en couple, inventent aussi une autre manière d’être pères. Parlant des jeunes urbains scolarisés d’Afrique subsaharienne, des “déflatés”7 de la fonction publique, Locoh note que « leur statut ‘prescrit’ est toujours celui de la domination sur les femmes, de la prise en charge des dépenses monétaires pour leurs enfants et d’un soutien substantiel à leurs parents. Mais ils sont de moins en moins capables de se conformer à ce modèle et ils souffrent d’une profonde perturbation de l’image de soi. […] Leur statut paternel est fortement entamé puisque les enfants sont de plus en plus à la charge des mères qui, lorsqu’elles le peuvent, vont assumer les frais de scolarité et de santé, deux responsabilités traditionnelles du père » (Locoh, 1996 :464). Au final, Locoh s’interroge sur la possible invention d’une autre manière d’être en couple et de concevoir la relation à l’enfant : « Les plus jeunes, ceux qui n’ont pas accès à des emplois stables et des revenus réguliers, vont-ils être en mesure de secouer les modèles anciens et de réinventer de nouveaux statuts d’homme, de mari et de père ? C’est un enjeu majeur des équilibres à venir entre hommes et femmes » (Locoh, 1996 :465).

13La partie de mon terrain qui était axée sur les récits de couples et donc, forcément, sur des hommes capables pour la plupart d’entretenir un foyer, même si leur quotidien reste très précaire, va dans le sens de la remarque de Locoh et laisse présager, au sein de cette jeunesse scolarisée, la mise en place d’un nouveau rapport à l’enfant et à son éducation, notamment de la part des pères. Pour de multiples raisons, à la fois économiques (il y a raréfaction des moyens et l’homme n’en est plus le seul détenteur) et socioculturelles (le passage par l’école et l’influence des religions proposent d’autres possibles), nous assistons à la genèse d’une relation paternelle autre qu’autoritaire et nourricière…

III. Une autre relation à l’enfant

A. L’enfant investi d’une nouvelle valeur

1. Deux ou trois enfants maximum…

14Au niveau des foyers des jeunes urbains scolarisés, on observe la transformation et la redéfinition progressive de l’image de l’enfant et des rapports père/enfants. De son rôle de force productive (les enfants participant très tôt à l’économie du foyer), l’enfant passe au rôle d’assisté. Au lieu de “rapporter” directement, il coûte de l’argent durant tout le temps de sa scolarité (qui peut se prolonger de nombreuses années). Les désirs et besoins d’enfants, ainsi que l’éducation et les investissements affectifs sont en transformation. Pour Vimard, « la crise conduit dans certains milieux, à une plus grande cohésion du couple qui s’exprime autour d’un projet familial centré sur l’ascension économique et sociale de leurs enfants, ce qui contribue à renforcer la volonté des conjoints de maîtriser leur fécondité pour s’ajuster à leur capacité financière d’éducation et de scolarisation » (Vimard, 1997 :156).

15Les couples instruits rencontrés rentrent tout à fait dans la logique énoncée par P. Vimard. Ils veulent limiter le nombre de leurs enfants à deux ou trois afin de pouvoir s’en occuper au mieux. Leur propre enfance difficile, leur parcours scolaire “de galère” et leur insécurité financière sont le plus souvent évoqués pour justifier leur position (Mazzocchetti, 2000, 2002). Ils souhaitent pouvoir mettre leurs enfants à l’école dès la maternelle et les faire bénéficier du meilleur enseignement possible en fonction de leurs moyens. Souvent issus de familles nombreuses, pour beaucoup d’entre eux polygames, ils estiment qu’avoir trop d’enfants ne permet pas de s’investir dans leur éducation, de les suivre, de les connaître, en dehors même de tout aspect matériel. Ali, 30 ans, diplômé en anglais, est par exemple le seul des 21 enfants de son père à être parvenu à l’université. Dans ces grandes familles, le nombre d’enfants scolarisés par fratrie est extrêmement réduit et peu d’entre eux arrivent à dépasser le seuil des études primaires :

J’étais parmi les premiers enfants de mon papa. Au début, il essayait de s’impliquer dans notre éducation à fond mais les enfants devenaient beaucoup et c’était difficile. C’est un laisser-aller. Je suis le deuxième de la famille, jusqu’au nombre de cinq, ça allait mais après les enfants sont nombreux et il se fait vieux (Ali).

  • 8 L’entrée à la fonction publique se fait sur base de concours.
  • 9 A eux deux, Léo et Élise gagnent 130.000 francs CFA (198 euros). Leur maison leur coûte 25.000 CFA (...)

16Léo 35 ans, est en dernière année de sociologie ; sa femme, Élise a 34 ans et est en quatrième année de psychologie. Ils travaillent tous les deux et ont repris des études universitaires une fois un “concours” obtenu8. Leur récit donne à voir une transformation des rapports aux enfants et à l’éducation et au-delà, une sorte d’espoir de réussite matérielle mais surtout symbolique, différée à travers la réussite voulue et soutenue des enfants. Les enfants, leur bien-être et leur réussite sont sans cesse mobilisés par Léo et Élise comme prévalant dans leurs choix de vie. La plupart des décisions concernant leur couple sont prises en vue d’assurer la meilleure éducation possible pour leurs enfants. Ils ont deux enfants, un garçon de onze ans et une petite fille d’un an et demi. Tous deux s’accordent sur le fait qu’avoir deux enfants est le choix le plus raisonnable et qu’il est « mieux de limiter pour pouvoir mieux s’occuper ». Ils sont enseignants et leurs maigres salaires ne leur permettent guère d’élaborer des projets9. Ils éprouvent déjà des difficultés à pourvoir à l’ensemble des besoins de leur foyer. L’avenir leur apparaît sombre et difficile. Ils se sentent l’obligation d’armer aux mieux leurs enfants, de les pousser au plus loin dans leur scolarité :

Les enfants maintenant, il faut veiller sur beaucoup de choses. Il y a l’éducation qui est là, leur avenir, on ne sait pas. Est-ce qu’ils auront du travail ou pas ? Vaut mieux faire un nombre réduit et les supporter sur le plan des études et espérer qu’ils aient un emploi. C’est mieux de bien pouvoir les scolariser (Léo).

  • 10 Soit 91 euros.

17Leur garçon est dans une école privée depuis le début de sa scolarité. Il est entré à l’école primaire dès ses cinq ans. A 11 ans, il est déjà au collège. Léo raconte que « son passage au collège n’a pas été facile ». A la rentrée, il leur a fallu payer 60.000 francs cfa10. Grâce à un de leurs amis, ils ont pu obtenir une réduction de cinquante pour cent sur les frais d’inscription. Sans l’appui de cette relation, ils n’auraient pas pu mettre leur enfant dans cette école. A ces frais viennent s’ajouter la tenue obligatoire, les cahiers, les chaussures… « Ça fait beaucoup d’argent » précise Léo. Élise ajoute qu’elle est obligée de donner à son fils « quelque chose chaque jour pour aller à l’école pour son petit sandwich, pour payer l’eau pour faire comme les autres ». Pour Élise et Léo, la scolarité mais aussi les frais supplémentaires (sandwich, eau…) qui permettent à leur petit garçon d’être « comme les autres » sont un sacrifice nécessaire dès lors qu’ils entendent lui donner une chance dans la vie.

18Issa, 33 ans, père d’un petit garçon de deux ans, insiste également longuement sur l’importance de la scolarisation des enfants au plus haut niveau et sur leur suivi. Sa propre trajectoire scolaire longue et difficile le pousse à vouloir appuyer et protéger au mieux son enfant. Le fait qu’il n’ait pu terminer ses études de sociologie le laisse amer vis-à-vis du manque de soutien et du système scolaire qui ne permet guère au « fils de pauvres » de gravir les échelons. Il se demande parfois comment il a réussi son bac tout en aidant son père et en n’ayant pratiquement jamais eu le temps de réviser :

Et puis mon papa, je l’ai trouvé très rigoureux pour le travail au champ. Il n’aimait pas les paresseux. Effectivement, mais par rapport à notre âge, maintenant je me rends compte vu qu’on avait une longue distance à parcourir pour aller à l’école, 7 kilomètres, partir le matin, rester à midi et revenir le soir donc physiquement on était éprouvés et puis dans le champ… C’est vrai qu’il nous a scolarisés mais il oubliait que le suivi de l’élève est un processus aussi. Scolariser son enfant, c’est pas l’inscrire seulement. Donc par rapport à l’éducation que j’ai reçue, je mettrais l’accent sur le suivi (Issa).

19Issa ne voudrait surtout pas que ses enfants vivent la même chose que lui. Il sait les difficultés d’un parcours scolaire au Burkina, où à peine un élève sur cent atteint l’université ; il est donc nécessaire de tout faire pour encadrer au mieux l’enfant sur qui reposent tant d’espoirs.

20Bien que beaucoup de ces jeunes pères aient été déçus par l’école qui ne leur a pas apporté l’ascension sociale et les facilités espérées, la scolarisation et l’obtention de diplômes restent pour eux les atouts de demain et ils entendent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour que leurs enfants réussissent. Cela suppose, nous l’avons vu, que les enfants fréquentent les meilleures écoles, malgré les prix qui peuvent être exorbitants en regard du salaire des parents. Cela suppose aussi que les parents puissent aider à faire les devoirs et s’ils en ont les moyens, qu’ils puissent payer un répétiteur à domicile. Un tel soutien permet de compléter les enseignements dispensés par des instituteurs débordés face à des classes de parfois soixante élèves. Épouser une femme scolarisée et qui travaille participe également de cette volonté d’élever au mieux les enfants. La maman doit être à même d’encadrer les enfants et de les comprendre. Son apport financier permet aussi d’envisager les écoles privées. La réussite des enfants devient un enjeu essentiel de la réussite des parents, de leur propre construction identitaire. Le retour attendu n’est plus forcément financier, il est aussi narcissique et identitaire : la fierté d’avoir permis la réussite des enfants et en reflet, la réussite des parents vécue par procuration.

21Le coût excessif des soins de santé et les risques permanents liés aux maladies constituent le deuxième argument avancé pour justifier la réduction du nombre d’enfants du foyer. Ces jeunes parents aux revenus précaires sont obsédés par la question de la santé qui, à Ouagadougou, peut tout faire basculer en quelques jours. La santé (celle des parents et celle des membres du foyer) représente une part importante du budget. Sans système de sécurité sociale effectif, être à même de se soigner et de soigner sa famille est fondamental et les soins médicaux n’étant aucunement remboursés, cela peut rapidement revenir très cher. L’angoisse de ne pas avoir un peu de côté afin de guérir son enfant en cas de maladie, chose fréquente au Burkina, taraude tout un chacun. Les médicaments de qualité, vendus en pharmacie, coûtent souvent le même prix, voire sont plus chers que dans nos pays, tandis que les médecins privés sont hors de prix et que ceux qui travaillent dans les hôpitaux publics sont débordés ou corrompus…

22Ainsi, pour ces jeunes, l’enfant est investi d’une nouvelle valeur. De producteur qu’il était, il devient un consommateur. Pour Vimard, « le cadre idéologique traditionnel de la fécondité, favorable à une descendance nombreuse sous l’effet de différentes justifications (nécessité de main-d’œuvre agricole abondante, soutien des individus âgés, permanence des groupes sociaux...) se trouve alors remis en cause » (Vimard, 1993 :133). Ceci dit, même si la plupart des couples scolarisés entendent contrôler les naissances, ne pas avoir d’enfant reste un drame et le couple sans le « faire famille » demeure difficile à concevoir. Bila, 31 ans et Issouf, 39 ans sont mariés depuis deux ans et leur grande souffrance est de ne pas réussir à avoir d’enfant :

Bon on n’a pas d’enfant, c’est le seul problème que nous avons. On est en train de faire les soins comme ça. Si on avait ça, on allait signer la monogamie, mais il faut qu’on laisse une porte de sortie pour permettre à l’homme d’avoir un héritier (Bila).

  • 11 La loi “juridique” burkinabè autorise, sous certaines conditions, le mariage polygame.

23Il n’est pas concevable pour eux, mais aussi et peut-être surtout pour leurs familles, de ne pas avoir d’enfant. Cette situation les amène à envisager la possibilité qu’Issouf prenne une deuxième épouse afin de lui permettre d’avoir un héritier et d’éviter ainsi une séparation11.

2. L’enfant “charge”

24Cette nouvelle conception de l’enfant est aussi à penser sous le versant “négatif” de la vision de l’enfant “charge”, de l’enfant “danger”. Pierre a 29 ans, il est diplômé en sociologie depuis quelques années mais il n’a pas encore trouvé d’emploi. Il n’est pas marié et n’a pas d’enfant. Sa situation l’amène à relativiser le statut lié à la paternité dans sa société :

L’enfant, ce n’est plus ce bien qu’il fallait avoir nécessairement avant de se sentir membre d’une société. Aujourd’hui, pour moi, l’enfant n’est pas important tant qu’on n’a pas les moyens de le supporter. Je ne veux pas me mettre la corde au cou en faisant un enfant parce que les conditions ne me le permettent pas (Pierre).

25Son discours à la fois réaliste et aigri par les années d’attente et de galère laisse entendre la charge nouvelle que représente, à ses yeux, le fait d’avoir un enfant. Il lui est par ailleurs concevable de ne jamais avoir d’enfant :

Avant, l’important c’était d’avoir des enfants et puis les enfants vont vous remplacer dans la vie, mais maintenant les enfants deviennent une charge (Pierre).

  • 12 Sur cette idée de “l’enfant menace”, et plus précisément sur les enfants-sorciers à Kinshasa, lire (...)

26Certains amis de Pierre ont “enceinté” des filles et ne s’occupent pas vraiment de soutenir la mère et d’élever leur enfant. Pierre est très critique par rapport à leurs agissements qu’il juge totalement irresponsables car pour lui, « un enfant que l’on met au monde est avant tout un danger pour la société ». Il veut signifier par là qu’un enfant livré à lui-même, non entretenu, court le risque de se retrouver “bandit” ou “à la rue”. Cette idée de l’enfant “menace”12, cette peur de ne pas réussir à bien éduquer les enfants, d’en faire des “cas sociaux” traversent les récits et contribuent de manière importante au choix de ne faire que deux ou trois enfants. Les jeunes couples rencontrés laissent également entendre cette crainte et en vis-à-vis, la nécessité de tout mettre en œuvre pour éviter que leurs enfants ne tournent mal.

3. Mon enfant…

27Si les parents expriment clairement le désir de tout faire pour que les enfants du couple ne manquent de rien, cette image de leur propre enfant n’implique pas pour autant un rapport aux enfants, à l’ “enfance” de manière plus générale, où l’affect et le soutien seraient prioritaires. En effet, en parallèle de ces nouvelles paternités et de cet investissement consenti vis-à-vis de l’enfant avant tout pour lui-même et non pour la force de travail actuelle et à venir qu’il représente, ou en tant que membre d’une communauté à perpétuer, on observe une augmentation du travail des enfants, non plus dans le cadre de l’organisation familiale et d’une socialisation par le travail, mais bien dans le contexte d’une exploitation pure et simple (Meillassoux, 1996 ; Jonckers, 1995).

  • 13 33 ans, diplômé en sociologie.
  • 14 A propos de la pratique du confiage en transformation, lire notamment Jonckers D., 1995.

28Ainsi, l’utilisation abusive d’une petite “sœur” du village se justifie dans l’entendement de certains pères dès lors que leurs propres enfants reçoivent la meilleure des éducations… Je me souviens plus particulièrement de Moussa13, jeune père rencontré dans le cadre de mon étude. La petite qui prenait soin de son bébé me semblait si jeune, si maigrichonne, je lui trouvais les yeux tellement vides et fatigués que je ne pus m’empêcher de la regarder. Moussa m’expliqua alors la difficulté de trouver une « bonne qui ne s’échappe pas de nos jours ». Cette petite âgée de sept ans venait du village de sa femme14. Il avait été la chercher en promettant de s’en occuper et de la scolariser, ce qu’il ne faisait pas, argumentant que sa non-connaissance du français l’empêchait de communiquer avec les autres et diminuait le risque qu’elle se sauve… Insistant, il me raconta qu’elle ne sortait jamais de la cour, ne connaissait personne. La différence entre son village et la ville l’effrayait, il en conclut assez satisfait : « Si elle part, où veux-tu qu’elle aille ? ».

  • 15 Dans un article récent, C. Roth met par ailleurs en avant les difficultés de survie rencontrées par (...)

29Ainsi, si la crise socioéconomique, conjuguée au désir de monogamie (école, religion) et de modernité de ces jeunes couples, conduit ces derniers à inventer une autre forme d’éducation et de relation à l’enfant, il faut cependant rester prudent et constater qu’actuellement, de manière plus globale, elle ne mène pas forcément à une diminution du nombre d’enfants dans les autres groupes de population où ces derniers restent synonymes de “richesse” ou de “survie”15. Elle ne mène pas davantage à une conception de l’éducation de l’enfant qui serait basée sur la liberté et l’affect. Au contraire, dans certains cas, elle aurait tendance à induire un durcissement de la relation de l’adulte à l’enfant et à s’appuyer sur certaines pratiques à l’origine socialisantes pour les détourner de leur objet premier au profit de pratiques pragmatiques de survie du foyer “nucléarisé”.

B. Éduquer autrement

  • 16 Vimard P., 1993, pp.97-98. Il convient également de ne pas négliger l’impact des groupes d’âge et d (...)

30Ces enfants devenus “consommateurs” mais aussi fierté et espoir, ces enfants parfois uniques, ces jeunes pères scolarisés expriment le désir de les élever autrement. « D’une façon générale, la tradition africaine distinguait la parenté sociale de la parenté biologique et la socialisation de l’enfant, qui se faisait sous la responsabilité des anciens des lignages, pouvait être confiée à d’autres personnes que le père ou la mère, dans le cadre de pratiques institutionnalisées »16. Au sein de la jeunesse urbaine scolarisée, cette éducation par la communauté est remise en cause de manière assez radicale. Pour ces jeunes, coupés par leurs parcours, mais aussi parfois par choix, des modes d’éducation traditionnels, l’éducation des enfants se fait par le père et la mère, en repli par rapport à la communauté. Ils énoncent clairement le désir d’éduquer leurs enfants eux-mêmes, selon leurs propres “valeurs”. Ils entendent se démarquer de l’éducation qu’ils ont reçue, sur laquelle ils posent en général un regard critique. Influencés par l’école, par leurs pairs, par ce qu’ils voient et imaginent de l’Occident ainsi que par leurs propres souffrances et déceptions, ils trouvent cette éducation inadaptée aux réalités actuelles et à venir, mais aussi à leur désir de mettre l’affect, le toucher, l’écoute et la communication au cœur de leur mode d’éducation.

1. Éduquer et prendre soin des enfants ensemble

31Pour les jeunes couples rencontrés, l’éducation des enfants doit être faite de manière conjointe. Le père, autrefois symbole de l’autorité, s’implique aujourd’hui dans le concret du quotidien de l’éducation. Père et mère se complètent, chacun palliant aux manques ou aux faiblesses de l’autre. Dans le couple de Léo et Élise, bien que ce soit mal vu par l’entourage et la famille, Léo prend en charge des tâches traditionnellement attribuées aux femmes :

A part la cuisine où je ne m’y connais pas, tout le reste, que ce soit faire la lessive, s’occuper des enfants, nettoyer l’enfant parce qu’elle vient de faire ses selles, moi je le fais. Souvent quand Élise a cours, c’est moi qui m’occupe du bébé, je lui prépare son biberon (Léo).

32Élise m’explique qu’elle a réussi à continuer sa formation à l’université malgré sa grossesse grâce au soutien de Léo :

Souvent quand moi j’ai cours matin et soir, l’université est très loin de la maison donc je préfère rester là-bas, donc l’enfant reste avec lui (Élise).

33Ce temps que Léo passe avec sa fille a des conséquences sur le lien créé entre le père et l’enfant. Élise raconte que la petite « préfère son papa. Même quand je suis là… Comme elle ne tête plus, elle est toujours collée avec son papa ».

34A des degrés divers, ces jeunes pères insistent sur cette nécessaire transformation de leur rôle, sur l’obligation de s’impliquer dans l’éducation de leurs enfants à un autre niveau que celui de l’autorité :

  • 17 35 ans, diplômé en économie, père de deux enfants.

Pour mes enfants, je serai présent. Je vais installer tout un cadre d’échange avec ma femme et mes enfants. Déjà maintenant, on a des réunions pour discuter sur comment on voit notre avenir à nous tous, sur comment gérer les choses à la maison, qui doit faire quoi, les enfants quels doivent être leurs rôles, comment ils doivent se comporter avec leurs amis, comment ils doivent se comporter à l’école (Alain)17 .

35Cette manière d’envisager la complémentarité entre père et mère découle d’une transformation des représentations des rôles et des statuts masculins et féminins au sein de cette jeunesse scolarisée. Ces jeunes parents prennent distance par rapport à ce qui leur a été transmis. La plupart ont en effet été élevés dans un foyer où était observée une différence absolue entre les sexes. Issa raconte par exemple que très jeunes, ses sœurs travaillaient avec leur maman alors que lui et ses frères suivaient leur père. De plus, ses sœurs n’ont pas été scolarisées. Il a actuellement un petit garçon et il espère bien avoir une fille un jour. Il insiste sur l’importance qu’il y a à ne pas faire de distinction que ce soit dans « l’éducation, la santé, la protection des enfants, tout, tout, le paramètre fille/garçon ne doit pas figurer ».

36Ces jeunes expriment également le désir de prendre distance vis-à-vis de la grande famille et de s’occuper eux-mêmes de leurs enfants et surtout des décisions qui les concernent. Comme la plupart des couples rencontrés, Issa et son épouse Annaée se sentent les mieux à même d’élever leurs enfants. La maman d’Annaée garde de temps en temps leur petit garçon mais ils ne voudraient pas qu’elle prenne position face à leurs choix éducationnels :

Quelqu’un ne va pas venir nous dire comment il faut qu’on éduque notre enfant. Quand il va falloir l’inscrire à l’école, quelqu’un ne va pas venir nous dire qu’il faut l’envoyer dans telle école alors que nous on veut l’envoyer dans telle autre. Ça, c’est pas possible. Il vaut mieux prendre ses décisions et puis les assumer. Maintenant chacun cherche à résoudre ses problèmes de son côté (Issa).

37Le passage d’une éducation par la famille élargie, d’une socialisation par le groupe à une éducation par le père et la mère est interdépendant de la diminution du nombre d’enfants qui rend possible cet investissement “privilégié” et avant tout affectif. Le choix majoritaire de la monogamie, le fait de vivre éloigné de la famille élargie dans l’hétérogénéité et le relatif anonymat de la ville, mais aussi dans des espaces restreints qui poussent à la proximité, qui obligent “les proches” à se côtoyer jouent également un rôle dans ce processus.

2. Tolérance contre “violence”

38Ces jeunes pères prônent également une nouvelle manière d’éduquer et de s’occuper de leurs enfants :

On ne peut pas le faire comme nos parents l’ont fait pour nous. A notre temps, ni mon papa ni ma maman n’ont été à l’école, donc ils avaient une éducation spéciale. Nous maintenant avec deux enfants qui sont nés en ville, qui doivent aller à l’école et qui comprennent ce que c’est que leurs droits… Il faut lui faire comprendre que tu dois faire ça et ça, que tu as des devoirs et aussi des droits. Il a des devoirs à accomplir et en retour, il a des droits que nous devons lui accorder (Léo).

39Dans l’extrait proposé, Léo insiste sur le fait que le monde a changé. La vie en ville de ces jeunes scolarisés est tout à fait différente de celle de leurs parents et ils envisagent également l’avenir tout autrement. Les enfants s’influencent les uns les autres. Ils « connaissent aussi beaucoup de choses » notamment par leur accès aux médias. Certains, comme évoqué dans le point précédent, fuient la dureté de leur éducation et lui préfèrent la dureté de la vie en rue. Ces jeunes parents ne peuvent prendre le risque de perdre leur enfant ou que lui-même se perde. Le regard des autres, voisins, passants, œil omniscient de la ville, guide leurs actions. La volonté de ne pas se mettre en conflit avec les enfants qui, dans certaines familles, deviennent “rois” transparaît également dans les récits recueillis. L’éducation “à la dure” que la plupart ont connue leur laisse des souvenirs difficiles et ne semble plus faire sens dans le contexte actuel et dans leurs aspirations à une autre relation, “plus proche”, plus “sentimentale” avec leurs enfants. A nouveau, en plus de l’influence de l’école, des Églises et des médias, la réduction de la taille du foyer et de l’espace de vie, créatrice d’une proximité nouvelle, et l’envie et la nécessité d’autres modes de relations sont étroitement liées.

40Aujourd’hui, pour les parents, il s’agit d’être plus tolérants, à l’écoute, dans le dialogue et plus encore, d’être dans l’affect, le toucher, la tendresse et de sortir des sanctions corporelles :

Les parents sont forcés d’être plus tolérants envers les enfants. Ce n’est pas qu’avant ils n’étaient pas tolérants mais la rigueur était, on va dire, brutale. Même quand l’enfant n’avait pas tord, on le corrigeait par des raclées. Souvent ça reste dans le cœur de l’enfant. Maintenant, les reproches là, c’est verbal. Les corrections physiques, on ne fait pas ça. C’est la très grande différence. Chez nous, je ne sais même pas comment qualifier ça, c’était très rude. Ce qui fait qu’on était des petits soldats prêts à nous échapper à chaque fois. Mais on les aimait beaucoup, on les respectait parce que partout c’était comme ça. Mais ce n’est plus la même chose, souvent maintenant on comprend quand on tape, c’est comme si on n’aime pas. C’est pourquoi on est plus doux et on cherche à ce que, lui-même, il apprenne à se corriger et organiser sa vie selon son entendement tout en sachant qu’il doit respecter les consignes de ses parents. Il y trouve sa liberté aussi (Léo).

41Pour Issa, un enfant devrait pouvoir communiquer franchement avec son père sans avoir à attendre d’être grand, d’être adulte :

Moi les choses que je reproche à l’éducation que j’ai reçue, parce qu’on a beaucoup senti la violence et puis, à notre tendre enfance, on ne se sentait pas à l’aise avec le papa (Issa).

42Issa se souvient qu’à chaque fois que son père arrivait, il se sentait « crispé ». Il ne parvenait pas à se détendre, à « être lui-même ». Il pense qu’au contraire, le rapport père/enfant devrait être un plaisir partagé, le fils sentant la présence de son père comme « un bonheur, un apaisement », le père sentant la présence de son fils comme une « joie » :

Moi, c’est des choses que je voudrais offrir à mes enfants. Accepter que mon enfant vienne vers moi, même s’il raconte des bêtises, ne pas violenter surtout (Issa).

43Les pères rencontrés expriment unanimement ce désir de se démarquer d’une éducation où les coups étaient régulièrement administrés. Comme expliqué précédemment, ce mode d’éducation ne leur semble plus approprié, efficace. Ils mettent en avant la crainte que leurs enfants se sentent mal aimés, la peur du regard des autres, mais aussi la volonté d’élever leurs enfants en accord avec la transformation de leur société :

  • 18 33 ans, pharmacien, père de deux enfants.

C’est très différent. Nous, on ne frappe pas. On peut les canaliser un peu mais pas vraiment guider comme ça. En fait, nous, notre personnalité était bafouée. On n’avait rien à dire. S’il veut s’adapter à ce monde farouche, il faut avoir sa propre personnalité. Lui, il sait des choses que je ne savais pas à son âge. Il n’y avait pas la télé, la musique, les produits manufacturés même les aliments. Tout a changé. Il faut s’adapter sinon tu risques d’être toujours derrière (Jean)18.

44Issa ajoute à ce désir d’éduquer autrement le plaisir qu’il prend à jouer avec son enfant et qu’il entend préserver tout au long de son éducation :

Je voudrais être proche de mes enfants et que mes enfants aient une relation détendue envers moi. Pour moi, arriver à réaliser ça, c’est aussi un plaisir (Issa).

45L’éducation à la dure, ce manque de communication, de dialogue, les coups reçus ont pour Issa des conséquences sur la personnalité de l’enfant. Aujourd’hui, il voudrait que son fils soit épanoui et libre de ses choix :

Un enfant c’est le jeu, c’est la joie, c’est s’amuser mais ça peut produire le contraire, il se replie, il est isolé. Devenu grand, j’ai parfois observé quelque chose en moi, c’est que, même quand il faut se détendre, rire, ce n’est pas aussi aisé pour moi… Moi je suis toujours pensif, je n’arrive pas à me libérer d’un certain poids, à me décontracter facilement […] je trouve que c’est beaucoup imputable à l’éducation que j’ai reçue (Issa).

46Ainsi, tout comme l’école, l’écoute et la tendresse sont considérées comme des fondamentaux pour préparer les enfants à leur avenir. Et cet avenir, pour ces jeunes pères, se cristallise autour du diplôme et de l’ailleurs. Pour être à l’aise partout, pour trouver ses marques dans un monde “globalisé”, il faut être instruit et éduqué selon des valeurs présentées comme “universelles” :

Au lieu d’avoir des valeurs qui n’ont pas de sens dans ta tête, il faut prendre ce qui est bon et un peu universel quand même. Parce qu’il y a des façons de vivre qui ne sont pas du tout ça. Par exemple, si j’avais eu cette culture traditionnelle, jamais je ne prendrais l’enfant pour lui donner le biberon (Léo).

IV. Conclusion

47Au sein de la jeunesse scolarisée ouagalaise, la précarité a parfois pour conséquence un non-accès à la paternité ; combinée aux particularités socioculturelles de ces jeunes, elle provoque aussi une redéfinition du rôle de l’homme et de la femme dans l’entretien et l’éducation des enfants. Cette situation leur permet d’inventer une nouvelle manière d’être père où l’affect et la communication font partie d’une fonction paternelle qui ne se limite plus à nourrir et à cadrer. Les responsabilités se partagent avec la mère. Le cas de Léo, qui donne le bain, qui s’occupe des selles, constitue sans doute la version à la fois la plus extrême et la plus rare, mais le fait d’être proche des enfants et de s’impliquer dans leur éducation tend à se généraliser chez ces jeunes pères scolarisés.

48Leur situation socioéconomique difficile les amène à faire peu d’enfants, mais en parallèle à les investir et à les éduquer autrement. Leurs désirs et leurs possibilités d’ascension sociale sont reportés sur leurs enfants pour qui ils veulent le meilleur. Malgré leurs difficultés actuelles et leurs déceptions quant aux possibilités offertes par le diplôme, la scolarisation reste pour eux la voie idéale de la réussite ; cependant, ils l’envisagent dans les meilleures écoles, dans le privé ou à l’étranger. Ces jeunes pères veulent donner à leurs enfants la possibilité de réussir pour eux-mêmes et ils les poussent parfois à s’affranchir de la communauté, à se dégager des liens d’endettement et de dépendance. Avant de penser que leurs enfants pourraient les soutenir plus tard, ils envisagent la réussite et la liberté de ces derniers ; ils aimeraient les sortir des contraintes où ils sont eux-mêmes imbriqués, ayant bien souvent de nombreuses personnes à charge.

Haut de page

Bibliographie

Adepoju A., Mbugua W., 1999, “Les mutations de la famille africaine”, in Adepoju A., La famille africaine. Politiques démographiques et développement, Paris, Karthala, pp. 59-84.

Antoine Ph., Nanitelamio J., 1989, “Statuts féminins et urbanisation en Afrique”, Politique africaine, n° 36, pp. 129-133.

Antoine Ph., Nanitelamio J., 1990“Nouveaux statuts féminins et urbanisation en Afrique”, Genus, vol. XLVI, n° 3-4, pp. 17-29.

Aryee A. F., 1999, “L’évolution des modèles matrimoniaux”, in Adepoju A., La famille africaine. Politiques démographiques et développement, Paris, Karthala, pp. 109-134.

Attané A., 2003, Cérémonies familiales et mutations des rapports sociaux de sexe, d’âge et de génération, Ouahigouya et sa région, Burkina Faso, Thèse de doctorat en anthropologie sociale et ethnologie, Marseille, ehess.

Calvès A.-E., Schoumaker B., 2004, “Crise économique et évolution de l’emploi des jeunes citadins au Burkina Faso”, African Population Studies, vol. 19, n° 1, pp. 35-58.

Cavin A.-C., 1998, Droit de la famille burkinabè. Le code et ses pratiques à Ouagadougou, Paris, L’Harmattan.

Charmes J., 1996, “Emploi, Informalisation, Marginalisation ? L’Afrique dans la crise et sous l’ajustement, 1975-1995”, in Coussy J., Vallin J., Dir., Crise et population en Afrique, Paris, orstom, Les études du ceped n° 13, pp. 495-519.

Coussy J., Vallin J., Dir., 1996, Crise et population en Afrique, Paris, orstom, Les études du ceped n° 13.

De Boeck F., Plissart M.-F., 2005, Kinshasa, Récits de la ville invisible, Bruxelles, La Renaissance du Livre.

Hesseling G., Locoh Th., 1997, “Femmes, pouvoir, sociétés”, Politique africaine, n° 65, pp. 3-20.

Hugon Ph., 1994, “La crise des systèmes éducatifs dans un contexte d’ajustement”, Afrique contemporaine, n° 172, pp. 260-277.

Jonckers D., 1995, “Les enfants confiés”, in Pilon M., Locoh T., Vignikin E., Vimard P., Dir., Ménages et familles en Afrique, Approches des dynamiques contemporaines, Paris, orstom, Les Études du ceped n° 15, pp. 193-208.

Lachaud J.-P., 1995, “Marché du travail et exclusion sociale dans les capitales d’Afrique francophone : quelques éléments d’analyse”, Tiers-monde, XXXVI, n° 142, pp. 279-302.

Lange M.-F., 2003, “École et mondialisation. Vers un nouvel ordre scolaire ? ”, Cahiers d’études africaines, XLIII (1-2), 169-170, pp. 143-166.

Laurent P.-J., 2003, Les pentecôtistes du Burkina Faso. Mariage, pouvoir et guérison, Paris, ird-Karthala.

Lebeau Y., 1997, Étudiants et campus du Nigéria, Paris, Karthala.

Locoh Th., 1996, “Changements des rôles masculins et féminins dans la crise : la révolution silencieuse”, in Coussy J., Vallin J., Dir., Crise et population en Afrique, Paris, orstom, Les études du ceped n° 13, pp. 445-470.

Marie A., Dir., 1997, L’Afrique des individus, Paris, Karthala.

Mazzocchetti J., 2000, “Les étudiants de l’université de Ouagadougou”, in Laurent P.-J., Petit P., Poncelet M., Dir., L’université africaine : comparaison de trois campus universitaires, ucl, ulb, ulg, ciuf-agcd.

Mazzocchetti J., 2002 “Les diplômés de l’université de Ouagadougou”, in Laurent P.-J., Petit P., Poncelet M., Dir., L’université africaine : insertion socioprofessionnelle de jeunes diplômés, ucl, ulb, ulg, ciuf.

Meillassoux C., 1996, “Conclusion générale”, in Schlemmer B., L’enfant exploité. Oppression, mise au travail, prolétarisation, Paris, Karthala-orstom, pp. 475-491.

Pilon M., 1996, Pour un remue-ménage de la ‘démographie des familles’ en Afrique, communication présentée à la Chaire Quetelet, Institut de démographie, ucl.

Pilon M., Locoh T., Vignikin E., Vimard P., Dir., 1997, Ménages et familles en Afrique, Approches des dynamiques contemporaines, Paris, orstom, Les Études du ceped n° 15.

Roth C., 2007, “Tu ne peux pas rejeter ton enfant ! Contrat entre les générations, sécurité sociale et vieillesse en milieu urbain burkinabè”, Cahiers d’études africaines, XLVII (1), 185, pp. 93-116.

Vimard P., 1993, “Modernité et pluralité familiales en Afrique de l’Ouest”, Revue Tiers Monde, tome XXXIV, pp. 89-115.

Vimard P., 1997“Modernisation, crise et transformation familiale en Afrique subsaharienne”, Autrepart, n° 2, pp. 143-159.

Haut de page

Notes

1 Parmi une littérature abondante on verra Hugon Ph., 1994 ; Lachaud J.-P., 1995 ; Charmes J., 1996 ; Marie A., Dir., 1997 ; Lebeau Y., 1997 ; Lange M.-F., 2003 et Calvès A.-E., Schoumaker B., 2004.

2 Depuis la création de l’université de Ouagadougou (1974), le nombre d’étudiants a évolué très rapidement : 523 pour l’année académique 1974-75, 8426 en 1995-1996, 22045 en 2004-2005. Ces chiffres ont été fournis par l’Université de Ouagadougou.

3 Les personnes avec lesquelles je travaille sont âgées de 20 à 35 ans. J’ai passé deux ans sur le terrain dans le cadre de plusieurs missions. Combinant la méthode de l’observation à celle du récit de vie, j’ai récolté entre 1999 et 2006 environ quatre cents témoignages de jeunes ouagalais étudiants, anciens étudiants ou diplômés sous la forme d’entretiens informels, de récits individuels et de récits de couples. Les matériaux utilisés plus spécifiquement dans cet article proviennent de dix récits de jeunes diplômés hommes célibataires réalisés en mai 2006 et de trente-neuf récits de couples réalisés entre 2003 et 2004. Les récits de couples ont été réalisés en quatre temps répartis dans la durée : un entretien en couple, un entretien individuel avec chacun des partenaires et enfin un dernier entretien en couple. Les rencontres ont été enregistrées. J’ai souhaité préserver le style de mes interlocuteurs dans la retranscription des entretiens. Certaines formulations sont révélatrices du parlé burkinabè.

4 Voir a ce sujet Locoh T., 1996 ; Pilon M. et al., 1997 ; Coussy J., Vallin J., 1996 ; Antoine Ph., Nanitelamio J., 1989, 1990 ; Pilon M., 1996 ; Vimard P., 1997 ; Cavin A.-C., 1998 ; Laurent P.-J., 2003 ; Attané A., 2003.

5 Les réalités étant extrêmement différentes pour les filles et les garçons, je ne parlerai ici que des hommes, le questionnement principal de l’article étant relatif aux paternités en transformation.

6 La loi “juridique” burkinabè est ici proche des pratiques coutumières. Cette règle est dès lors généralement respectée. A ce propos, on verra Cavin A.-C., 1998.

7 Comme expliqué précédemment, jusqu’il y a peu, les études et le diplôme menaient tout droit à la fonction publique.

8 L’entrée à la fonction publique se fait sur base de concours.

9 A eux deux, Léo et Élise gagnent 130.000 francs CFA (198 euros). Leur maison leur coûte 25.000 CFA (38 euros), il faut ajouter à cela l’eau et l’électricité. Ils rendent chacun 20.000 CFA (30 euros) pour les prêts contractés pour l’achat de leur mobylette et le prix de l’essence est au Burkina très élevé. Enfin, il leur faut manger, se soigner, s’habiller…

10 Soit 91 euros.

11 La loi “juridique” burkinabè autorise, sous certaines conditions, le mariage polygame.

12 Sur cette idée de “l’enfant menace”, et plus précisément sur les enfants-sorciers à Kinshasa, lire De Boeck F., Plissart M.- F., 2005.

13 33 ans, diplômé en sociologie.

14 A propos de la pratique du confiage en transformation, lire notamment Jonckers D., 1995.

15 Dans un article récent, C. Roth met par ailleurs en avant les difficultés de survie rencontrées par les “vieillards” dont les enfants, toujours en situation de dépendance, sont incapables de prendre la place dans le contrat implicite intergénérationnel (Roth C., 2007). Elle parle à ce propos de rupture du contrat entre générations et de contrat à l’envers (les parents âgés soutenant leurs enfants).

16 Vimard P., 1993, pp.97-98. Il convient également de ne pas négliger l’impact des groupes d’âge et des rites de passage dans ces processus de socialisation.

17 35 ans, diplômé en économie, père de deux enfants.

18 33 ans, pharmacien, père de deux enfants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacinthe Mazzocchetti, « De l’autorité à l’affect : transformation des paternités au sein de la jeunesse ouagalaise scolarisée (Burkina Faso) », Recherches sociologiques et anthropologiques, 38-2 | 2007, 47-64.

Référence électronique

Jacinthe Mazzocchetti, « De l’autorité à l’affect : transformation des paternités au sein de la jeunesse ouagalaise scolarisée (Burkina Faso) », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 38-2 | 2007, mis en ligne le 03 mars 2011, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/459 ; DOI : 10.4000/rsa.459

Haut de page

Auteur

Jacinthe Mazzocchetti

UCL/ANSO-SSM Le Méridien ; Université Catholique de Lille. j.mazzocchetti@anso.ucl.ac.be.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org